Journal de Bord Aquarius

Publié le 22.08.2019 à 16:36

[TÉMOIGNAGE] Moussa, rescapé à bord de l'Ocean Viking

"J’ai peur maintenant. Je sais ce qui nous est arrivé avec le Nivin." Après presque deux semaines passées en mer, Moussa est anxieux lorsqu'il se remémore son retour forcé en Libye l'année dernière.

 

Tous les soirs, autour de 21h, les équipes de SOS MEDITERRANEE et Médecins sans Frontières (MSF) tentent de mettre les personnes au lit, ou plus exactement, de les allonger sur le pont en bois de l’Ocean Viking. C’est le seul endroit où la majorité des 356 rescapés peut dormir.

 

Dans la soirée du 19 août, pendant que des personnes se brossent les dents et se préparent tranquillement à se coucher, un jeune homme s’approche de moi avec son ami. Il me dit qu’il s’appelle Moussa et qu’il veut me raconter son histoire.

 

Moussa a 18 ans et est né au Soudan. Il n’a que 16 ans lorsqu’il quitte le Soudan pour se retrouver en Libye. Il est immédiatement capturé et placé dans le centre de détention de Beni Walid pendant six mois, où il sera torturé par électrocution et battu à plusieurs reprises.

C’est uniquement lorsqu’il a réussi à réunir assez d’argent qu’il a pu être relâché.

 

Il arrive alors à Tripoli, où il gagne la tristement célèbre « place du travail » [une place de la ville, connue des migrants qui viennent y chercher un petit boulot] et parvient à se faire embaucher dans la propriété d'une famille libyenne, comme ouvrier agricole. Après des mois de travail, n’étant pas payé, il trouve un moyen de s’enfuir et décide de quitter la Libye.

 

En novembre 2018, il tente sa première périlleuse traversée de la Méditerranée. « Nous sommes restés dans l’eau pendant 32 heures. Les réserves d’eau et de nourriture étaient épuisées et le désespoir commençait à nous gagner. C’est alors qu’un grand navire nous a secourus » explique-t-il.

 

« Ils nous ont dit qu’ils nous amèneraient en Sicile. Mais ils nous ont amenés au port de Misrata en Libye. »

 

Moussa et le reste des 81 rescapés étaient à bord d’un navire appelé « Nivin ».  Ils ont été interceptés par le cargo le 10 novembre, à 115 miles nautiques à l’est de Tripoli, après avoir quitté la Libye sur un radeau.

 

Le navire était resté au port de Misrata pendant presque deux semaines, les personnes à son bord refusant de débarquer, arguant qu’ils préféraient mourir que de retourner en Libye.

 

« J’étais terrifié à l’idée de quitter le navire, sachant ce qui m’attendait en Libye. Mais un jour, les forces armées du gouvernement libyen sont montées à bord et nous ont fait sortir de force. » explique Moussa.  

 

Moussa savait ce qui allait suivre. Lui et les rescapés sont placés en centre de détention, où la nourriture fait défaut, l’eau est salée et le passage à tabac quotidien. « Je connais des personnes qui y sont toujours » dit Moussa, qui a passé sept mois là-bas avant de parvenir à s’échapper.

 

« Ils nous menaçaient tous les jours, disant qu’ils nous ramèneraient au Soudan. Je ne pouvais pas retourner au Soudan, j’ai des problèmes là-bas. Les gardiens avaient leurs propres contacts extérieurs : ils venaient, nous choisissaient pour aller travailler et nous ramenaient de nuit…  C’est comme ça que j’ai réussi à m’échapper un jour », précise Moussa.

 

Deux mois après avoir fui le centre de détention, il décide de tenter la traversée à nouveau, en payant 2 000 dinars libyens [1 280 euros]. Cette fois, après avoir passé 16 heures en mer, il est secouru par l’Ocean Viking.

 

« J’ai peur maintenant. Je sais ce qui nous est arrivé avec le Nivin. Nous serons ramenés à nouveau en Libye » m’explique Moussa, les traits tendus.

 

Je l’ai regardé dans les yeux et lui ai dit « Je sais que c’est dur pour toi de me croire après tout ce qui tu as enduré. Mais je te promets que tu es en sécurité maintenant et qu’il est hors de question de te ramener en Libye. »

 

Textes et photo : Avra Fialas / SOS MEDITERRANEE


Continuer la lecture

 

Publié le 21.08.2019 à 20:34

[VIDEO] Alice, marin-sauveteur actuellement à bord de l'Ocean Viking

Cet article contient une vidéo
Continuer la lecture

 

Publié le 21.08.2019 à 19:46

[VIDEO] 12 jours depuis le premier sauvetage effectué par l'Ocean Viking

Cet article contient une vidéo
Continuer la lecture

 

Publié le 19.08.2019 à 13:24

[À TERRE] Le Festival du Chant de Marin de Paimpol s’engage pour sauver des vies en mer

Cette année le Festival du Chant de Marin de Paimpol, dans les côtes d’Armor, fêtait ses 30 ans. Et pour sa 14è édition - le festival a lieu une année sur deux- , son Président, Pierre Morvan, invitait SOS MEDITERRANEE.

 

La solidarité des gens de mer

Une belle visibilité pour l'association au sein d'un festival autant maritime que musical. Flotille de vieux gréements, défilés de batucadas et de géants métalliques, chants de marins, musique du monde et fest-noz ont enchanté les 165 000 festivaliers venus flâner en famille ou entre amis dans le port ensoleillé de Paimpol.

 

Du 2 au 4 août 2019, une dizaine de bénévoles dont un marin-sauveteur de SOS MEDITERRANEE ont pu informer et sensibiliser un public large à la question des naufrages en Méditerranée et aux missions essentielles de l'association: sauver des vies en mer, protéger les rescapés et témoigner.

 

Une exposition photographique et une conférence suivie par une centaine de personnes dans les cales du Marité ont rappelé l'urgence de reprendre la mer pour porter secours à ceux qui, fuyant l'enfer libyen, risquent quotidiennement leur vie en Méditerranée centrale.

 

Des gobelets solidaires 

Menée en partenariat avec le festival, l'opération "gobelets solidaires" a permis de collecter des fonds pour l'Ocean Viking, nouveau bateau citoyen de SOS MEDITERRANEE. L'idée était simple: offrir la consigne de son gobelet – 1euro le gobelet, 2 euros la pinte, en le rendant sur le stand l'association. Soutenue par plusieurs artistes sur scène, comme le groupe québequois "Brise Glace", Les "Motivés" ou encore le chanteur Bernard Lavilliers, l'opération a connu un écho favorable chez des milliers de festivaliers.

 

« Quand on voyait des gens parcourir tout le festival pour nous amener leurs gobelets, d’autres qui ramassaient tous les gobelets qu’ils trouvaient pour nous les apporter, et cela de 7 à 77 ans, ça nous boostait à fond ! » témoignent Raphaëlle et Mathieu, deux référents bénévoles de l’antenne rennaise de SOS MEDITERRANEE présents sur le festival.

 

Bilan de ces 3 jours : des milliers de festivaliers sont venus exprimer leur soutien sur le stand de SOS MEDITERRANEE,  9 370 euros ont été collectés et bientôt, sûrement, une nouvelle antenne de l'association verra le jour dans les Côtes d'Armor....

 

Photos : Mathieu et Raphaëlle, référents bénévoles pour SOS MEDITERRANEE


Continuer la lecture

 

Publié le 19.08.2019 à 00:55

[TEMOIGNAGE] Adam, rescapé à bord de l’Ocean Viking

Une semaine après avoir été secouru en mer, Adam* a commencé à se confier à moi, en ce vendredi ensoleillé et venteux sur l’Ocean Viking. Le jeune homme de 19 ans a accepté de partager son histoire avec le reste du monde en espérant que soient mieux compris ceux qui ont survécu à la mer Méditerranée. Originaire du Sud-Soudan, Adam a passé un an en Libye, transféré d’une prison à l’autre.

 

Mon père est toujours au pays. Il a été blessé au cours de la guerre qui sévit au Soudan, et il est trop vieux à présent pour travailler et subvenir aux besoins de notre famille. Mes deux frères cadets sont donc restés auprès de lui pour l’aider, mais pour cela, ils ont dû quitter l’école”.

 

Ma mère a disparu pendant plus de neuf ans. J’étais encore enfant lorsqu’un jour, des violences nous ont contraint à nous disperser dans les champs pour échapper aux balles. Nous n’avons jamais su ce qui s’est passé, mais pendant plus de neuf ans, nous n’avons pas eu de ses nouvelles.... Et un jour, alors que j’étais en prison en Libye [dans un centre de détention], mon père m’a contacté pour me dire qu’il l’avait retrouvée ! Elle ne vivait plus dans mon village, mais ailleurs, dans un endroit sûr.”

 

Adam est arrivé en Libye en juin 2018. Il a rapidement été arrêté et conduit à Bani Walid, dans un hangar tenu par des trafiquants libyens. “Ils ne nous donnaient pas à manger. Seulement de l’eau salée. On était continuellement frappés et torturés, et il fallait que nos parents envoient de l’argent pour qu’on nous relâche. Les Jeudis, des trafiquants libyens venaient et emmenaient des femmes pour les violer, avant de les ramener au centre”, ajoute le jeune homme.

 

Après quatre mois à Bani Walid, Adam parvient à s’échapper et gagne Tripoli. N’ayant plus de contacts avec sa famille, quelques amis l’ont aidé et payé pour sa remise en liberté. Là-bas, il tente de trouver un travail, n’importe lequel. “Il y a une place à Tripoli où nous, les Noirs, attendons que des Libyens viennent nous choisir pour nous faire travailler. La plupart ne vous payent jamais, même si vous travaillez toute la journée”, a-t-il découvert à ses dépens.

 

Comme la plupart des rescapés, Adam a plusieurs fois tenté de s’enfuir via la Mer Méditerranée. Il était intercepté par les garde-côtes libyens et renvoyé dans les centres de détention du pays, sauf la fois où des pêcheurs ont sauvé plusieurs personnes d’un naufrage, avant de les renvoyer vers les côtes libyennes.

 

J’y suis arrivé à présent, et je suis en sécurité grâce à vous, réalise Adam, mais nos frères sont toujours en danger en Libye. Ils vous volent et vous tuent sans raison particulière, en plein milieu de la rue”, se remémore-t-il.

 

Lorsqu’arrive la fin de notre conversation, Adam sourit, mais son regard est emplit de frustration. Il ne sait toujours pas quand ni où il débarquera de l’Ocean Viking. “Une fois en Europe, j’aimerais simplement être heureux. Continuer d’étudier les sciences pour devenir docteur, mais surtout être heureux”.

 

 

Propos recueillis par Avra Fialas, chargée de communication à bord de l’Ocean Viking.

 

*Le prénom a été modifié.

Photo : Avra Fialas / SOS MEDITERRANEE


Continuer la lecture

 

Publié le 18.08.2019 à 17:28

[VIDEO] 16/08 Interviews de Nicholas Romaniuk (SOS MEDITERRANEE) et Jay Berger (MSF)

Cet article contient une vidéo
Continuer la lecture

 

Publié le 18.08.2019 à 16:09

[VIDEO] 11 et 12 août 2019 : troisième et quatrième sauvetages à bord de l'Ocean Viking

Cet article contient une vidéo
Continuer la lecture

 

Publié le 16.08.2019 à 10:00

[VIDEO] 10 août 2019 : deuxième sauvetage à bord de l'Ocean Viking

Cet article contient une vidéo
Continuer la lecture

 

Publié le 15.08.2019 à 17:31

[VIDEO] Antonin, marin-sauveteur SOS MEDITERRANEE, revient sur le sauvetage du 12 août 2019

Cet article contient une vidéo
Continuer la lecture

 

Publié le 15.08.2019 à 14:16

[VIDEO] 9 août 2019 : premier sauvetage à bord de l'Ocean Viking

Cet article contient une vidéo
Continuer la lecture