Lignes de Crêtes Lignes de crêtes

Site d’analyse et d’opinion collectif, internationaliste. Lignes de Crêtes s’assume politiquement bienpensant, antiraciste, antifasciste, spirituel, international, féministe et résolument contre l’antisémitisme et l’islamophobie.

Publié le 08.08.2020 à 18:00

Les Juifs ne sont jamais Juifs

Anshl Mihaly

Les Juifs ne sont jamais Juifs. On avait Shlomo Sand et ses disciples trop nombreux qui annonçaient “la bonne nouvelle” tant attendue : les Juifs et avant tout les ashkénazes n’en étaient pas (1). D’autant, nous apprenait-on avec un sourire narquois et satisfait, que, du temps où on ne les avait pas encore rayés de la carte des peuples d’Europe centrale et de l’Est, ils parlaient sans le savoir (les idiots) une langue turque, le yiddish. On aura maintenant aussi un de ses affidés, Julien Cohen-Lacassagne qui, dans un pamphlet publié, tiens donc, à La Fabrique (2), nous livre un calque parfait du livre de son maître. Un calque censé parachever le travail et qui applique avec diligence la même idéologie réductrice et négatrice, les mêmes procédés discursifs et le même dédain pour les sources historiques, aux Juifs d’Afrique du Nord (prochain épisode sans doute, les Juifs yéménites, irakiens, iraniens, indiens et chinois). Si les Ashkenazes étaient sans le savoir des Khazars convertis, ayant au passage perdus de manière inexplicable leurs yeux bridés, les Toshavim (les premiers arrivés) et Megorashim (les exilés d’Espagne) d’Afrique du Nord sont eux des Berbères de religion juive (voir la recension critique, exhaustive et charpentée d’Alexandre Journo publiée par l’INRER (3) ). Etant entendu que si les Juifs ne peuvent, par essence sans doute, exciper de la moindre existence collective dans l’Histoire en tant que ce qu’ils sont (ils s’illusionnent et mentent au Monde), ce ne peut évidemment être le cas des Berbères, qui avec… Continuer la lecture
..................................................

Publié le 28.07.2020 à 16:59

Joël Giraud et le conspirationnisme: qui se cache derrière les chemtrails ?

La Veille

Le secrétaire d’Etat à la ruralité , Joël Giraud est donc un politique qui n’a pas hésité à promouvoir une théorie conspirationniste à l’Assemblée Nationale, en se servant des questions écrites au gouvernement. La chose a suscité quelques articles, qui ont un petit défaut: en limitant le sujet aux “chemtrails”, elles donnent l’impression que l’on est face à un député un peu farfelu, pas très sérieux mais quand même inoffensif. Les élucubrations sur les chemtrails sont en effet très répandues et nous avons tous un pote de barbecue qui, il y a quinze ans, voyait des OVNIS dans le ciel et y voit maintenant de mystérieux épandages faits par des puissances obscures. Ca ne va pas bien loin, et c’est un peu ridicule. Sauf qu’on ne parle pas d’un pote de barbecue mais d’un membre du gouvernement français. Qui n’est pas un “bleu” en politique, pas un de ces députés LREM sortis de nulle part. Joël Giraud est député depuis 2002, rapporteur du budget depuis 2017 . Il a également été vice-président de conseil régional et maire. Un homme politique expérimenté et influent, donc. Cela vaut donc la peine d’aller un peu plus loin que simplement tourner en ridicule une question en apparence lunaire . Pour qui connaît un peu les méthodes des mouvances conspirationnistes et néo-fascistes, il est habituel que des théories en apparence plutôt inoffensives soient juste un sas d’entrée vers des choses beaucoup plus politiques. Reprenons donc la question écrite exacte , disponible sur le site de… Continuer la lecture
..................................................

Publié le 23.07.2020 à 23:25

Attentat contre la synagogue de Halle: un “loser” sanglant.

Nadia Meziane

Au deuxième jour de son procès, entamé le 23 juillet, Stephan Balliet rit devant la vidéo de son attaque meurtrière contre la synagogue de Halle le 9 octobre 2019, attaque lors de laquelle il n’a finalement pu tuer « que » deux personnes, Jana Lange qui passait dans la rue, et Kevin S. qui déjeunait dans un kebab qu’il a mitraillé. Lorsque les juges et les familles des victimes s’émeuvent de ses ricanements, il dit qu’il s’amuse « seulement » de quelques unes de ses vannes, et pas spécialement de ses crimes, qu’il assume, cependant. Tout comme il assume d’être négationniste, et de penser que les Juifs doivent être exterminés car ce sont eux qui organisent le Grand Remplacement. Pourtant Stephan Balliet est profondément déçu de lui même. Déjà, dans la vidéo qu’il a diffusé en direct pendant l’attaque, il s’auto-dénomme « le loser » parce qu’il n’ arrive pas à faire sauter la porte de la synagogue pour perpétuer un massacre. Stephen Baillet a 28 ans. Et pour lui, réussir sa vie, c’était parvenir à tuer un maximum de Juifs, le jour de Yom Kippour. C’est du moins ce qu’il a mis tout en haut de sa liste de « réussites », faite à la manière d’un barème de jeux vidéos permettant d’obtenir des badges ou d’accéder au niveau supérieur. Il en avait listé 25 plus un malus, si jamais il se blessait lui-même. La liste qui clôture le manifeste posté sur un forum suprémaciste et sur le Dark net, est rédigée comme suit. Les ”… Continuer la lecture
..................................................

Publié le 22.07.2020 à 20:24

Véronique de Keyser, ou la Laïcité au service de Bachar al Assad

La Veille

par Cynthia Lévy Il y a chez Véronique de Keyser une manière de présenter les conflits qui l’occupent avec une prudence qui est comme une ritournelle. Enfantine, mélodieuse, inoffensive et qui nous endors. Mais, on le sait, les chansons que l’on chante à nos enfants sont souvent des récits cruels, d’une violence sourde ou explicite, mais dont la patine de l’âge a lissé la langue. Aussi, il y a une morale à ces histoires. Il y a donc trois fils entrelacés : le mielleux, la violence et la morale. Chez de Keyser, les contours ne sont jamais abruptes, sa parole est parfois ferme, mais sans avoir un mot plus haut que l’autre. Ses interventions laissent apparemment peu de place à l’interprétation et sont, à premières vues, équilibrées, notamment sur la question de l’accueil des réfugiés, sur la nécessité d’une plus grande ouverture des frontières. Et il faut lui reconnaître une réelle persistance : le ton – souvent patelin – de la défense des droits de l’homme, combat essentiel, est une constante. Mais il est problématique de rester à ce niveau d’analyse. Retour sur un entretien (2012) Sur le cas syrien, c’est à peine si ses déclarations ont varié dans le temps, c’est un régime « dur »: il serait donc, de prime abord, erroné de lui attribuer une défense de Bachar Al Assad en tant que démocrate. C’est quelqu’un qu’elle ne porte pas dans son coeur : « Malgré tout le dégoût qu’il m’inspire, on ne pourra pas faire l’économie d’un dialogue avec… Continuer la lecture
..................................................

Publié le 16.07.2020 à 18:46

Légitimer l’antisémitisme en prétendant le combattre

Anshl Mihaly

Légitimer l’antisémitisme en prétendant le combattre Un texte, intitulé « Lignes de force de l’UPJB (Union des Progressistes Juifs de Belgique) contre le racisme en général et l’antisémitisme en particulier », a été adopté en décembre 2019 par l’AG de cette organisation bruxelloise. Il est accessible sur son site (www.upjb.be) et sa page Facebook. Ce texte est emblématique tant en raison de ce qu’il dit au sujet de l’antisémitisme que du statut de l’Union des Progressistes Juifs de Belgique, ou de toute autre organisation juive comparable, au sein de la gauche “anti-impérialiste” et antisioniste.   Descendante directe de l’ « organisation de masse » du parti communiste belge au sein de la population juive bruxelloise, l’UPJB a hérité de celle-ci une identité fondée essentiellement sur un résistancialisme qui, se référant à la participation active des communistes juifs à la résistance armée, représentait la seule version possible, dans un cadre communiste, d’un engagement juif. A partir de la fin des années 70, la question palestinienne a pris progressivement de plus en plus d’importance dans l’engagement de l’organisation jusqu’à en représenter l’axe principal, le ciment identitaire et sa « carte de visite » dans la société civile et le monde politique. Au cours des deux dernières décennies, l’UPJB s’est appropriée à usage démonstratif le vocabulaire diasporiste du Bund (parti socialiste juif opposé à l’Internationale communiste). Elle n’est pas pour autant en mesure, ainsi qu’en attestent ces « lignes de force », de penser la condition juive diasporique hors les cadres de pensée… Continuer la lecture
..................................................

Publié le 13.07.2020 à 17:26

Srebenica, le génocide et sa genèse ordinaire

Arland Mehmetaj

Quand j’entends parler “Srebrenica”, puisque je suis surtout ici, j’ai envie que l’on cause de ce qui se passe ici, en France, en Europe. Ce qui est bien avec des commémorations, c’est qu’elles donnent l’occasion de refaire les mêmes erreurs chaque année. C’est magique. La commémoration de 25 ans depuis le massacre de Srebrenica n’échappe pas à la règle. A nouveau, on parlera de ce massacre, on mentionnera le génocide, on étalera les noms des responsables jugés et condamnés, en se congratulant d’ailleurs. On dira quelques mots sur des victimes aussi… ces quelques 8 500 personnes tuées et des dizaines de milliers d’autres torturées et violées, dont on parlera même bien moins voir pas du tout, surtout aujourd’hui avec un ministre de l’intérieur poursuivi pour viol. Mais à aucun moment on n’en tirera vraiment des leçons et on ne mettra jamais ou très rarement Srebrenica en rapport avec ce qui se passe en France et à travers l’Europe et le monde. Ça restera un événement malheureux, loin, quelque part là bas dans les Balkans, dans un pays qui n’existe même plus. Presque un fait divers. Je ne vais pas revenir sur la manière dont cette commémoration est appréhendée en Bosnie et Serbie. Les positions des organisations sur place ont circulé et circulent depuis des années. Ce n’est pas non plus que j’ai envie de laisser ça à n’importe quel commentateur ici. Il est étonnant de voir certains médias, éditorialistes ou politiciens, ici en France, qui passaient des jours à défendre… Continuer la lecture
..................................................