04 76 50 38 38

Rassemblement Citoyens Ecologistes et Solidaires
ADES

La Région Auvergne Rhône Alpes doit agir pour soutenir le Rojava face à l’attaque turque

La situation du Rojava, région du nord de la Syrie à majorité kurde s’est considérablement aggravée depuis dimanche soir et l’annonce de Donald Trump du retrait des troupes américaines. L’offensive de l’armée turque a commencé dès mercredi matin prenant pour cible des villes de la frontière nord de la Syrie : Tall Abyad, Ras Al-Aïn, Qamishle, Ayn Issa et Kobané précipitant ainsi des milliers de civils sur les routes de l’exode.

L’opération a déjà fait au moins 15 morts, dont 8 civils, a annoncé l’Observatoire syrien des droits de l’homme. Selon les sources locales on dénombre déjà entre 60 000 à 100 000 déplacés.

Cette question est suivie de près par les élus régionaux du Rassemblement citoyen, écologiste et solidaire. Ils ont reçu en juin la députée turque Ayse Acar Basaran au conseil régional et la conseillère régionale de la Drôme Corinne Morel Darleux s’est rendu à deux reprise au Rojava.

Pour les élus régionaux RCES, nous ne pouvons rester sans réagir face aux dangers qui pèsent sur les combattants kurdes, nos alliés les plus farouches opposants à Daech, et sur les populations civiles de cette région. De l’avis de tous les experts de la zone, y compris de responsables du Pentagone, s’y ajouteraient les risques totalement inconsidérés et inadmissibles d’une résurgence de Daech.

Ainsi, et alors que la Région Auvergne Rhône Alpes porte un plan d’aide aux minorités du Proche et Moyen Orient, elle doit peser dans la balance. Dès mardi, par courrier, les élus RCES ont demandé à Laurent Wauquiez de peser et demander au Gouvernement français d’intervenir diplomatiquement auprès du Gouvernement turc et à l’ONU pour exiger l’établissement d’une zone d’exclusion aérienne, afin empêcher le massacre qui est déjà en cours.

Samedi, Jean-Charles Kohlhaas et Corinne Morel Darleux seront présents au rassemblement lyonnais place Bellecour.  

Let's block ads! (Why?)


Procès en appel des « délinquants solidaires » : soutien des élus régionaux RCES

Le 13 décembre 2018, le tribunal correctionnel de Gap condamnait Benoit, Théo, Bastien, Lisa et Eleonora à 6 mois d’emprisonnement avec sursis simple, Juan à 12 mois d’emprisonnement dont 4 fermes, Mathieu à 12 mois d’emprisonnement dont 4 fermes et avec mise à l’épreuve.

Le 7 janvier 2019, c’était au tour de Kévin et Pierre, deux maraudeurs solidaires, deux sauveteurs d’être jugés et condamnés à 4 et 3 mois de prison avec sursis pour avoir secouru des personnes qui se trouvaient en danger. Une audience particulière où le droit de la défense a été malmené à plusieurs reprises, allant jusqu’au refus de prendre en considération des éléments probant fournis par la défense.

Demain, à Grenoble, c’est le procès en appel de Kevin. Les élus régionaux RCES, déjà présents lors de la première instance à Gap, lui apportent leur soutien par la présence d’Emilie Marche et Myriam Laïdouni Denis conseillères régionales de l’Isère.

Myriam Laïdouni Denis détaille : « Le 6 juillet 2018, Le Conseil Constitutionnel censurait le principe du délit de solidarité en décrétant qu’une aide désintéressée au séjour irrégulier ne saurait être passible de poursuites au nom du principe de fraternité. Aujourd’hui la criminalisation des acteurs de solidarité continue. C’est inadmissible. Je serai demain au procès en appel de Kevin, comme aux suivants pour défendre les principes de solidarité et d’accueil inconditionnel des personnes en situation de vulnérabilité dont font partie les personnes migrantes »

Let's block ads! (Why?)


Des élues régionales en soutien au Maire de Saou

Le conseil municipal de Saoû, réuni le 2 septembre 2019, a pris un arrêté interdisant l’utilisation de produits phytopharmaceutiques à une distance inférieure à 150 mètres de toute parcelle cadastrale comprenant un bâtiment d’habitation ou à usage professionnel, d’un terrain de sport ou d’une aire de jeu ou d’une parcelle de type agricole cultivée en agriculture biologique.

Cette décision courageuse a été prise dans l’intérêt des habitants. Elle supplée l’Etat qui aujourd’hui ne joue pas son rôle. En effet, le préambule de la Constitution précise bien que « la Nation doit assurer à tous la protection de la santé. »

Or, les gouvernements successifs au mieux n’agissent que trop lentement, au pire freinent même les mesures qui devraient être prises de toute urgence, sous la pression d’intérêts économiques ou idéologiques.

Ce manquement de l’Etat se confirme puisque la préfecture de la Drôme a demandé au maire de Saoû de retirer cet arrêté au motif qu’il excèderait ses compétences. C’est le tribunal administratif de Grenoble qui devra trancher ce lundi.

Les élus régionaux du Rassemblement citoyen, écologiste et solidaire apportent tout leur soutien à Daniel Gille, Maire de Saou. Chaque jour, au conseil régional, ils défendent une agriculture plus saine pour la santé des agriculteurs, des riverains et des consommateurs.

Corinne Morel Darleux, élue régionale de la Drôme avait apporté son soutien par courrier à Daniel Gille le 17 septembre dernier.

Aujourd’hui, les élues régionales iséroises RCES, Myriam Laïdouni-Denis et Emilie Marche seront présentes au rassemblement de soutien devant le tribunal de Grenoble.

Let's block ads! (Why?)