Quotidiens
 GÉNÉRALISTES
Capital ·  France 24 ·  FTVI ·  L'Humanité ·  La Croix ·  LCP ·  Le Monde ·  La Tribune·  Le Figaro ·  The Conversation  ·  Mediapart ·  L'Autre Quotidien ·  Le Media ·  Le Monde Moderne ·  Slate
 MÉDIAS D'OPINION
AOC ·  Acta ·  L'Autre France Presse ·  Issues ·  Les Jours ·  Médias Libres  ·  Quartier Général ·  Rapports de force ·  Reflets ·  Rézo ·  StreetPress ·  Le Vent Se Lève
 OBSERVATOIRES 
Acrimed ·  Conspis ·  Inégalités ·  Médias  Multinationales ·  Routes de la Soie
AFP ·  ASI  ·  Brut 
+
L'Autre France Presse via staff de L'Autre Quotidien on Inoreader - Revue de presse gauchiste

25.01.2021 à 22:54

Retour sur l'expulsion de la Grande Ourse

La Grande Ourse expulsée en pleine trêve hivernale.

Le matin du jeudi 21 janvier à 6h, c'est à coups de disqueuse dans la porte que les habitant·es du squat de la Grande Ourse ont été brutalement réveillé·es.
Sous les ordres du préfet du Maine-et-Loire, qui avait pourtant signalé à l'avocat en charge du dossier qu'il n'y aurait pas d'expulsion avant le mois de mars, une demie compagnie de CRS ainsi qu'un escadron de gendarmes mobiles sont venus expulser les habitant·es.

L'ancien bâtiment, appartenant à Bertrand Baudaire, PDG de la chaîne de restaurant La Boucherie, était inoccupé depuis 2017. Ici, les oublié·es d'une société inégalitaire avaient trouvé refuge en septembre 2019.
Demandeur·euses d'asile, réfugié·es, étudiant·es, sans-abris, personnes en situation d'exclusion sociale et militant·es politiques s'y étaient installé·es face à l'incapacité du gouvernement d'assurer un hébergement digne et décent pour tous.

Dès lors, au-delà de la proposition de logement qu'elle représentait, la Grande Ourse était rapidement devenue un espace essentiel à l'organisation des luttes locales : écologie, justice sociale, mouvement pour les sans-papiers...etc.
Les causes, aussi diverses soient-elles, s'y sont croisées, enrichies et soutenues.
Indéniablement propice à la convergence des luttes et des tactiques, le squat a également participé au développement d'actions solidaires : récupération, distribution de nourriture et de vêtements, maraudes, soirées de soutien...
Nombreuses étaient les initiatives porteuses de solidarité et vectrices de lien social.

Dans un monde aux systèmes destructeurs et autoritaires, où la justice et la liberté n'ont de cesse d'être bafouées, prendre possession de lieux vacants afin d'y faire vivre les sans-abris et les luttes politiques est de l'ordre de la raison. S'extraire d'une société dévastatrice, politiser notre manière d'habiter, penser la résilience et incarner concrètement l'alternatif sont des actes vitaux que le collectif de la Grande-Ourse s'applique à exercer sans relâche.

Parce qu'il menaçait l'ordre établi, une décision d'expulsion avait été prise à l'encontre du squat en octobre 2020, décision rejetée par la Cour d'appel d'Angers le 6 janvier 2021. Le 9 février 2021 aurait dû se tenir la Cour d'appel qui devait se pencher sur la décision d'expulsion. Le préfet n'a cependant pas attendu le feu vert de la justice pour organiser l'expulsion des habitant·es en pleine trêve hivernale. Cette décision d'expulsion prise à ce moment empêche les habitant·es de pouvoir se défendre aux yeux de la justice face à un verdict manipulé par la domination des intérêts d'une classe bourgeoise prédominante dans la ville d'Angers.

Les forces de l'ordre ont donc procédé à l'expulsion en faisant usage de la force.
Réveillé·es brutalement, mis·es à terre, parfois même tiré·es par le pantalon, les occupant·es ont été mis·es dehors tôt ce matin là, sans voir de propositions de relogement fiables pour les jours à venir.
Iels ont dû assister, impuissant·es, à la destruction de leurs meubles et de leurs lits par des gendarmes visiblement à la recherche du moindre élément pouvant permettre de mettre à mal les habitants ou les membres du collectif.
Les ordinateurs, outils et disques durs ont été volés et les matelas issus de la donation de sympathisants ou d'associations (Emmaüs entre autres) ont été éventrés. Les chambres construites ont été saccagées et les habitant·es ont découvert nombre de leurs affaires détruites ou disparues.

Un soi-disant test du Covid19 aurait été fait à la sortie de chaque habitant·es, aucun des concernés n'en a vu la couleur malgré que Ouest France l'affirme.

L'inventaire, procédure légalement obligatoire n'a également pas été respectée, ainsi les habitant·es se sont vu·es dans l'obligation de négocier et de « crier comme des putois » face aux salariés de l'entreprise chargés de vider les lieux afin de récupérer la moindre de leurs affaires.
En effet, ceux-ci engagés auprès d'une entreprise privée avaient pour mission de jeter et détruire la totalité des biens.
C'est ainsi que tous les biens matériels des occupant·es, la nourriture, les vêtements, duvets et couvertures ont tout simplement eu le même destin que les ordures, voués à la destruction.
En quelques heures, tout ce qu'ils n'ont pas pu récupérer pendant l'expulsion s'est tout simplement retrouvé jeté dans de grandes bennes avec tous les objets qui avaient entouré un quotidien commun.
Les salariés, par manque de moyen, se sont ainsi retrouvés à utiliser la même charrette qui servait pour les maraudes, pour jeter à la bennes les légumes (fournis par le RAARE, ravitaillement autonome et alimentaire réseau d'entraide) permettant de nourrir des SDF du centre-ville, ainsi que les habitant·es et les « très précaires » qui côtoyaient la Grande Ourse.
On notera que l'un des salariés a refusé de travailler ce jour là en apprenant qu'il s'agissait de l'expulsion de cette dernière.

Chaque bien appartenant à l'un·e des habitant-es a dû être négocié.
En plus de mettre ces personnes sur le trottoir, l'huissier, visiblement peu enclin à agir légalement, porte le coup de grâce en refusant à une dizaine d'habitant·es qui avaient pourtant leur nom sur la procédure de rentrer chercher leur biens.
Ce qui à alors obligé le peu de personnes qui ont pu pénétrer dans le bâtiment à sortir le plus d'affaires personnelles en plus des leurs et du matériel de valeur.

Après avoir refusé toutes les demandes de DALO (droit au logement opposable), les occupant·es se sont vu·es proposer des solutions d'hébergement temporaires (de quelques semaines) sur Saumur, Cholet et pour deux chanceux Angers. Rappelons que toutes ces personnes sont en procédure de régularisation, ce qui leur demande de venir régulièrement sur Angers alors qu'elles sont hébergées loin, souvent à plusieurs kilomètres du centre-ville ou d'un magasin, sans titre de transport ni moyen de se déplacer ou de s'alimenter.
La Grande Ourse ne pourra plus servir de lieu refuge pour les personnes précaires, pour l'organisation de maraudes ou de l'épicerie solidaire.

Pour couronner le tout, dès le lendemain matin, plusieurs voitures de la police municipale et nationale sont venues à Étincelle, lieu associatif et événementiel qui a servi de lieu de stockage et de répit après cette dure journée.
Pour enquêter sur le cambriolage du groupe d'extrême droite, arrivé quelques jours plus tôt ?
Non, mais bien pour cette fois expulser les 2 personnes qui y étaient présentes ce matin là, prétextant que la fin de la convention avait pris fin un an plus tôt.
Il est visiblement trop compliqué pour ces sbires de la bourgeoisie de lire correctement une simple date.

Ou serait-ce un coup de pression ?
Le Chabada, salle de concert située à côté de L'Etincelle, s'est ainsi retrouvé averti par la police que des « squatteurs » pourraient tenter de pénétrer dans leur locaux.
La bourgeoisie angevine aurait-elle peur ?

Parce que nous n'acceptons pas que des personnes puissent être expulsé·es de manière indigne, judiciairement douteuse en pleine crise sanitaire, par une bourgeoisie hautaine et méprisante.

Parce que nous n'acceptons pas d'être considéré·es comme de simples pions face à la haine que représente leur cheval de bataille.

Parce que nous n'acceptons pas qu'un investissement permette de jeter à la benne la dignité de simples victimes du colonialisme et d'une société de consommation et de production.

Parce que nous n'acceptons pas une société où le profit est en concurrence avec la solidarité.

Parce que nous n'acceptons pas la censure de l'expression de nos droits fondamentaux, bafoués et réprimés.

Parce que nous n'accepterons plus les injustices sans se BATTRE, nous serons là ! Pour pointer, nommer et les faire assumer l'indifférence de leurs crimes.

Demander n'a JAMAIS suffit, il faut PRENDRE ce qui nous revient de DROIT !


25.01.2021 à 22:42

[ZAD d'Arlon/Belgique] Menace d'expulsion le mardi 26 janvier : appel à résister

Depuis plus d'un an, une parcelle de terre a été arrachée à la bétonisation. L'ancienne sablière de Schoppach où animaux et plantes sauvages cohabitaient avec les balades dominicales est menacée par un projet de zoning pour PME comprenant bureaux et parkings ; et ce depuis son rachat auprès de la commune par l'intercommunale IDELUX-AIVE.

Des personnes ont alors décidé de prendre ce bois, afin de le défendre face à cette menace, répondant à un appel de riverains désespérés par le manque d'attention porté à leur voix. Cette année fut l'occasion de faire advenir un autre tournant à la lutte « pour le climat » en lui faisant prendre un réel tournant écologique et social ; de l'occupation des ronds points par les gilets jaunes à l'occupation d'un bois par les zadistes. Ainsi, les cabanes dans les arbres auront permis d'entendre le cri des oiseaux.

Durant un an, l'hiver, les menaces policières et mafieuses n'auront pas réussi à détériorer le moral des occupants de la Zablière, pas même quelques opposants calomnieux. De cet élan de résistance sont nés des actions de défense directe, un livre de photos et de poésie, un film, une université libérée, des amitiés et un tas d'autres choses impossibles à décrire sans les avoirs vécues.


25.01.2021 à 22:41

Vélorution féministe - Grenoble, Samedi 30 Janvier

"Oyé oyé,

Cela fait un moment que nous avons rangé au placard la révolution cyclo-féministe du mois et les nouvelles restrictions ne facilitent pas la mise en place de la prochaine tant attendue ! Avec le couvre feu cela risque d'être compliqué d'envisager une vélorution nocturne, et c'est bien dommage, vous auriez fait de merveilleuses lucioles.

Cette fois-ci on vous propose de se regrouper le Samedi 30 Janvier !

Alors ça te tente ?

Oui ?! Super, alors rendez-vous dans la cour du Centre Social Tchoukar au 38 rue d'Alembert (Grenoble), à partir de 12h30 pour préparer des pancartes, des décorations pour nos vélos et faire connaissance !

Départ prévu à 13h.
On terminera la balade vers 14h.

Ah oui en "kwa ça con çiste" cette vélorution féministe ?

C'est simplement une ballade en ville en mixité choisie (sans homme cisgenre) pour le plaisir de rouler et de prendre de la place en vélo dans l'espace publique.

Viens comme tu es, que tu fasses du vélo occasionnellement ou tous les jours. Nous roulons tranquillement ! Tu peux aussi venir avec ton vélo décoré pour l'occasion (guirlande, lumières ...)

On vous a préparé un parcours parsemé de surprises !

« La bicyclette a fait plus pour l'émancipation des femmes que n'importe quelle chose au monde »
Susan B. Anthony, militante des droits des femmes 1896

Hâte de rouler, crier, chanter, freiner, déraper, péter des câbles et rigoler à vos côtés !

🚴🚳🚲


3 / 20

20