Au fil du Web

notes & signets

NotesBouquinsEcologieEuropeIdéesInternationalForêtPolitiqueNumériqueTwitterTout


16.10.2020 à 18:38
⎆ Tout

polylogue.org

Mikrodystopies, ce sont des moments volés au futur (un futur si présent), des situations, plus que des histoires, qui montrent les humains confrontés à leur devenir-machine, les algorithmes face à des dilemmes humains trop humains, les robots désireux de se faire une place dans l’humanité, bref, un joyeux méli-mélo de notre quotidien techno-futur. 320 fragments de vies, tous limités à 280 caractères – pas un de plus – un exercice de style inspiré et stimulé par Twitter, où le compte @mikrodystopies poursuit ses explorations.


Permalien

13.10.2020 à 01:00
⎆ Tout

Charlie-Hebdo - (article offert)

Jacques Littauer

L’autre jour, en reculant avec ma Dacia, j’ai très légèrement égratigné une magnifique Tesla. Je fais le constat avec le propriétaire du superbe engin, et voici ce que l’homme, directeur d’un magasin de sport, m’explique : son bijou à 60 000 euros ne lui en a coûté que la moitié, en raison des aides publiques diverses qu’il a reçues – de l’État, de la Région Île-de-France, aide aux entreprises (la Tesla est bien sûr au nom de sa boîte). Il est choqué : « Ça coûte cher aux finances publiques, pour pas un seul emploi créé en France ! » (...)


Permalien

11.10.2020 à 10:34
⎆ Tout

Arte.tv

Ne manquez pas l’excellent documentaire « Made in France - Au service de la guerre » de retour en ligne sur ARTE.tv jusqu’au 21 octobre, réalisé par Alice Odiot et Sophie Nivelle Cardinale.

Elles ont enquêté avec rigueur sur la plainte pour complicité de crime de guerre déposée contre un fabricant de matériel de guerre français par la famille palestinienne Shuheibar, après qu’un de ses composants a été retrouvé dans les débris d’un missile sur le lieu d’une attaque à Gaza où trois enfants de la famille avait été tués :

Afnan Wissam Shuheibar, 8 ans
Jihad Issam Shuheibar, 10 ans, cousin d’Afnan
Wassim Issam Shuheibar, 9 ans, frère de Jihad

La famille Shuheibar avait été l’une des familles dont nous avions mis en lumière le récit dans le web documentaire que j’avais réalisé avec Ala Qandil. Je n’oublierai jamais ce 17 juillet, le jour où les enfants avaient été tués. En suivant la procession des funérailles, je m’étais retrouvée dans la petite allée menant à l’immeuble de la famille Shuheibar, et dans laquelle une trentaine de femmes et d’enfants de la famille hurlaient leur douleur après leur avoir dit un dernier revoir. "Où est la justice ?", "Quel est le crime de ces enfants ?", m’avait par la suite demandé le père d’Afnan.

La procédure judiciaire entamée en France représente un des seuls espoirs pour la famille que son histoire soit enfin entendue et reconnue comme un crime de guerre dans une instance judiciaire.

Le documentaire a ainsi le mérite de mettre la lumière sur une affaire qui mérite d’être plus connue, et pose clairement la question de la responsabilité pénale des fabricants d’armes qui commercent avec Israël. "Made in France" permet aussi de faire mieux connaître le travail des ONG palestiniennes des droits humains, comme le centre Al Mezan pour les Droits humains à Gaza, qui font un travail de terrain remarquable en récoltant les données et preuves des crimes de guerre, alors qu’Israël continue de faire obstruction aux instances internationales qui ne peuvent se rendre sur place pour enquêter sur les crimes de guerre.

Anne Paq
Photographe-membre du Collectif Activestills


Permalien