Au fil du Web

notes & signets

NotesBouquinsEcologieEuropeIdéesInternationalForêtPolitiqueNumériqueTwitter Tous les signets
 

⎆ Note

@Yara-Al-Chikhanie

yara-al-chikhanie.jpg

Chercheuse en physiologie respiratoire à Grenoble, Yara Al Chikhanie a été choisie parmi 109 femmes de la société française pour incarner le visage de Marianne cette année. Une distinction qui vise à célébrer la France dans sa diversité et vient récompenser le travail de cette scientifique franco-libanaise de 28 ans, en première ligne pendant la crise sanitaire. Elle a soigné des patients atteints de Covid-19 au centre de réadaptation cardio-respiratoire de Dieulefit.


Permalien
08.03.2021

⎆ Note

Collectif pour la gratuité des transports publics de l’agglo grenobloise

Le 12 Mars, soyons très nombreux et nombreuses à manifester contre la réduction de l'offre de transports en commun, et au contraire pour leur développement et leur gratuité!

Suivez l'évènement :
https://www.facebook.com/events/132561755329538/


Permalien
24.02.2021

⎆ Note

LePartisan.info

[NOTE LePartisan]
« L’incertitude de nos pouvoirs supérieurs nous ouvre aussi bien le chemin du cannibalisme que celui de la Critique de la raison pure »,
Robert Musil

Les GAFAMs trompent les gens sous les dehors d'un service public universel gratuit ouvert 24h/24. Facebook, Twitter, Instagram, etc. en ont les attributs mais nullement le statut. Ce sont des entreprises géantes côtées au NASDAQ. Assises sur un trésor de guerre égal au PIB de la France et de l'Allemagne réunies, elles captent 25% du marché publicitaire mondial. Point. En dernier ressort, elles n'ont de comptes à rendre qu'à leurs actionnaires, tout en travaillant en bonne intelligence avec la NSA.

La plupart des victimes consentantes de la loi de Metcalfe (ou effet de réseau) qui s'évertuent à remonter le défilé perpétuel des notifications n'en ont cure.

Les problèmes fondamentaux posés tant par leur position monopolistique, que par l'emprise qu'ils exercent sur la vie privée, sociale, ou professionnelle des individus, ne se réduisent pas aux arguties sur "la censure" -bien réelle et plus ou moins arbitraire- des contenus mis en ligne, ni même à la fraude fiscale scandaleuse qu'ils pratiquent à grande échelle. Ils proviennent, à la racine, de la collecte "consentie", des manipulations et de la vente de données personnelles, le nerf de leur guerre.

TikTok (plate-forme chinoise) se donne le droit de faire ce qu'il veut des vidéos publiées : les utiliser, les modifier, les reproduire sans que les utilisateurs n'aient leur mot à dire. UFC-Que Choisir

Pour se protéger de leur boulimie intrusive, la solution ne se résûme donc pas à leur passer une ceinture de contention juridique qu'il suffirait de boucler en cliquant sur le bouton "accepter" ou "refuser". (Dans un régime totalitaire technologiquement avancé, comme la Chine, où les libertés individuelles sont réduites à néant, et où rien n'échappe au contrôle de l'Etat, le problème est autre, mais ce n'est pas le propos ici).

L' agora mondiale est structurellement libertarienne

L' idéologie libertarienne qui les inspire est un vecteur puissant de leur développement, l'une des clés de leur succès. Pour en prendre la mesure, lire par exemple Eric Sadin ou d'autres essais de la même veine. L'idéologie libertarienne, celle-là même qui baigne le mouvement trumpiste (mâtiné de racisme) depuis sa naissance y est omniprésente et archi-dominante.

En marge des réseaux mainstream, des réfractaires, des groupes complotistes, des mafias contournent techniquement la censure privée et l'espionnage d'Etat (VPN, Tor ...). avec par définition, zéro impact sur les habitus grand public. Le darknet est un bac à sable. Et le populo gavé de Netflix peut continuer d'échanger des photos de chatons et s'endormir sur ses deux oreilles. Parfait.

Il faut réguler * répètent en coeur les mieux-disants de tous bords. D'accord, mais quand 6000 tweets et des centaines de milliers de posts sont émis dans le monde à chaque seconde, les procédures de régulation ne peuvent s'embarrasser de questions philosophiques, politiques, ou juridiques complexes, publiques et ouvertes. Il s'agit seulement de maintenir le système en état de fonctionner en lui évitant de s'effondrer sous son propre poids. La croissance exponentielle des flux, et leur versatilité (leur quasi-imprévisibilité) impose d' appliquer les méthodes du trading à haute fréquence en passant la main à une batterie d'algorithmes sophistiqués travaillant à la vitesse de la lumière. Seule l' intelligence artificielle (I.A) peut s'acquiter de cette tache au moindre coût.

Le refus ou la désertion individuelle et collective apparaîssent comme la seule option pratique pour échapper -partiellement- à l'emprise totalitaire des plateformes du capitalisme numérique et leurs avatars (5G, Linky, etc.) Mais pour la plupart des pionniers désabusés du Net, "rien ne dit que ce sera efficace" (Laurent Schemla) tellement la tendance est lourde, multiforme, et les enjeux sous-évalués. A de rares exceptions près - Aaron Swartz, E. Snowden, J. Assange...- la marginalisation des voix critiques éliminées ou noyées dans la masse est assurée. Pour les dominants, c'est bien la seule chose qui compte. RIP Aaron Swarz.

Le temps d'attention, nouvel eldorado du capitalisme de surveillance

L'exploitation des foules sentimentales requiert une technologie étrangère au temps humain apte à tirer parti de ce gigantesque chaos émotionnel tout en évitant au système d'imploser. Appliqué au big data, le deep learning est imbattable dans cette tâche. Génial !

Les capitaux affluent vers l'I.A parce que les capitalistes ne conçoivent pas d'autre solution, ni de meilleure, pour continuer à engranger les profits ... De leur point de vue, c'est même la seule pratiquable, sous peine d'être contraints de débrancher leurs fermes de serveurs au bout de trois jours. Un cauchemar pour milliardaires mégalos. Autant essayer de convaincre Jeff Bezos de se reconvertir dans le macramé au Wyoming, ou Elon Musk d'aller cultiver des poireaux dans la Drôme. Automatiser à fond la machine à cash, virtualiser la vie à outrance en entraînant avec eux l'humanité dans la course à l'abîme, c'est leur dope.

De l'ingérence des GAFAM dans les mouvements sociaux : un exemple français

A l'hiver 2018-2019 on a pu observer les effets pervers, directs ou indirects, de l'utilisation ultra-majoritaire de FB dans le mouvement des Gilets Jaunes en France. FB y tint le double rôle d'indicateur de police et de grand «organisateur» : pugilat virtuel permanent, main-mise des "admins", exclusions, éclatement en listes concurrentes, diffusion de fakes à vitesse intersidérale, manipulations diverses. Tout ceci contrebalançant largement l'effet "mobilisation": le mouvement s'est pour ainsi dire auto-intoxiqué, malgré les avertissements et diverses tentatives de démocratie directe minoritaires (Assemblée des Assemblées) qui résultaient d'une exigence tout-à-fait légitime, mais étaient loin d'être représentatives.

LP

(*) Le "Digital services Act" présenté récemment par la Commission européenne fixe des obligations aux grandes plateformes en matière de modération des contenus.


Contre le business des réseaux sociaux et leurs nuisances par LePartisan, 2 sept.2017
Facebook-sans-boussole-morale par Tristan NITOT
Facebook m'a banni par P.O.L - Blog Mediapart
"Cour suprême de Facebook” : quand une entreprise se prend pour un État par Pierre Terrraz - Philomag (payant)
Critique de facebook Wikipedia
Comment se protéger des GAFAM ? le Wiki d'Herminien


Permalien
15.02.2021
Pour chasser le mauvais oeil je m'abonne aux « Notes & signets » LePartisan.info