Fils grenoblois

INFOS EPINGLEES Ressources AssociationsFr-Bleu IsèreGre'NetFr3-AlpesAgenda PMO Gilets JaunesMusik Mix DL-Isère Numothèque

 

Le Dauphiné Libéré

La plupart des contenus sont réservés aux abonnés

Le 10.08.2020 à 12:21

Coronavirus : "La situation se dégrade en Ile-de-France"

12h16 : "La situation se dégrade en Ile-de-France"

La situation se dégrade en Île-de France-prévient le directeur adjoint de l'Agence régionale de santé d’Île-de-France. "Nous recensons 400 cas par jours" souligne-t-il. "L'augmentation du nombre de tests ne suffit pas à expliquer la hausse du nombre de cas", déclare-t-il sur BFMTV. "Il faut faire preuve de vigilance", rappelle-t-il.

12h14 : Hausse des contagions en Europe : l’Italie s’inquiète 

L’Italie, qui reste fermée aux ressortissants des Balkans et exige une quarantaine pour les voyageurs en provenance de Roumanie et de Bulgarie, s’inquiète d’être "encerclée" par la hausse des contagions au coronavirus chez ses voisins européens. "France, Espagne, Balkans : l’Italie est encerclée par les contagions", met en garde lundi le quotidien Il Corriere della Sera, qui publie une infographie répertoriant le nombre de nouveaux cas ces deux dernières semaines dans les pays européens. L’Espagne est largement en tête, viennent ensuite la Roumanie, la France, l’Allemagne, la Grande-Bretagne et la Pologne.

"Vingt grandes métropoles seront un point de difficulté pour septembre"

Invité de la matinale d'Europe 1, Jean-François Delfraissy, président du conseil scientifique prévient : "Vingt grandes métropoles françaises seront un point de difficulté pour septembre. C'est là où il y a le travail et les transports, et où les risques sont les plus importants", justifie-t-il.

"Nous allons être particulièrement attentifs et nous avons en tête l'idée que se mette en place une réflexion avec les grandes métropoles pour anticiper les mesures à prendre pour la rentrée de septembre" a-t-il déclaré.

Les 20 plus grandes villes de France que vise le président du Conseil scientifique sont Paris, Marseille, Lyon, Toulouse, Nice, Nantes, Montpellier, Strasbourg, Bordeaux, Lille, Rennes, Reims, Saint-Étienne, Le Havre, Toulon, Grenoble, Dijon, Angers, Nîmes et Villeurbanne

9h02 : Plainte contre la compagnie Costa Magica

Un collectif de passagers français du Costa Magica, navire de croisière qui s’était vu refouler début mars de plusieurs ports des Caraïbes en raison du coronavirus, a déposé vendredi 180 plaintes à Paris contre la compagnie, notamment pour homicides involontaires, a annoncé dimanche leur avocat.

Faute d'escale, l'équipage aurait alors encouragé les passagers à se reporter sur les activités du navire (magasins, spa, restaurants, casino) sans respect suffisant des règles sanitaires et sans les informer des soupçons de contaminations à bord, selon les témoignages des plaignants cités à l'appui de la plainte. Au moins deux contaminations ont été officialisées le 13 mars. Mais les cas semblent s'être en réalité multipliés.

Photo AFP

8h27 : Mise en garde dans la Marne

Les autorités sanitaires ont mis en garde dimanche soir les participants à une soirée festive ayant réuni plusieurs centaines de personnes dans la Marne dans la nuit de samedi à dimanche après avoir constaté le non-respect des gestes barrière. D’après les organisateurs, ce rassemblement festif organisé par la communauté guyanaise devait initialement réunir une centaine de personnes. Mais on estime à plusieurs centaines le nombre effectif de participants, l’information ayant été relayée activement via les réseaux sociaux, explique l’ARS, évoquant un risque sanitaire élevé.

7h36 : Violences au Pérou 

Des indigènes furieux de la gestion gouvernementale de la pandémie de coronavirus ont attaqué un site exploité par une compagnie pétrolière canadienne en Amazonie péruvienne, où trois assaillants ont été tués lors d’affrontements avec la police, a annoncé dimanche le gouvernement.

7h34 : La Nouvelle-Zélande envisage une "bulle" touristique avec les Îles Cook

La Nouvelle-Zélande envisage de créer une "bulle" avec les petites Îles Cook pour favoriser les échanges entre deux territoires qui sont parvenus à contenir la propagation du nouveau coronavirus, a annoncé ce lundi la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern. Elle a expliqué qu’un tel corridor, où les déplacements seraient possibles sans qu’il y ait de quarantaine à faire, était envisageable grâce aux bons résultats des deux pays dans la lutte contre le Covid-19.

6h45 : États-Unis : plus de cinq millions de cas

Les États-Unis ont dépassé dimanche les cinq millions de cas confirmés de contamination au coronavirus depuis le début de la pandémie.

6h40 : Le Venezuela prolonge l’"état d’alerte"

Le président du Venezuela, Nicolas Maduro, a une nouvelle fois prorogé dimanche pour 30 jours l’"état d’alerte" instauré en raison de la pandémie, qui l’autorise à prolonger la quarantaine en vigueur depuis mars.

Le point ce lundi matin

- La pandémie a fait près de 730 000 morts dans le monde en huit mois, pour quasiment 20 millions de cas confirmés. Un chiffre qui augmente toujours plus rapidement: il n'y a plus que deux ou trois jours entre chaque nouveau million de cas, contre 12 ou 13 jours en mars et avril.

- Le port obligatoire du masque en extérieur se développe: après de nombreuses régions touristiques, c'est dès ce lundi Paris et son agglomération qui l'imposeront dans les secteurs très fréquentés, où la distance physique n'est pas possible. Deux Français sur trois se disent favorables à sa généralisation, même en extérieur, selon un sondage Ifop pour le JDD.

- Jean-François Delfraissy, à la tête du Conseil scientifique chargé d’aider le gouvernement à gérer la crise sanitaire, a estimé que l’obligation du port du masque à l’extérieur allait "s’imposer naturellement". Concernant l’évolution de l’épidémie en France, "la situation paraît contenue mais elle reste très fragile", a-t-il souligné.

- En France, Emmanuel Macron a annoncé la tenue d'un conseil de défense, cette semaine, pour faire le point sur la gestion de la pandémie. Le dernier en date remonte au 24 juillet.

- Depuis samedi, la Grande-Bretagne, impose une quarantaine aux voyageurs en provenance de Belgique, d’Andorre ou des Bahamas arrivant en Angleterre et en Écosse. Vendredi, l'Irlande a reconfiné trois comtés. L'Allemagne limite aussi l'arrivée sur son sol de voyageurs de plusieurs pays, Bulgarie et Roumanie en tête.

6h12 : Le nombre de cas augmente plus vite

Il faut de moins en moins de temps pour chaque nouveau million de cas confirmés. En partie parce qu'on teste plus, mais aussi parce que la propagation de l'épidémie est favorisée par la reprise des activités humaines et... les déplacements inhérents aux congés estivaux.

Ainsi, il ne faut plus que 2 à 4 jours pour franchir chaque nouveau "palier" d'un million de cas confirmés.

(Si ce graphique ne s'affiche pas, cliquez ici ou désactivez votre bloqueur de publicités)

Côté mortalité, même chose: après un tassement en avril-mai, la courbe repart lentement à la hausse, et le temps se réduit à nouveau entre chaque nouvelle centaine de milliers de décès.

(Si ce graphique ne s'affiche pas, cliquez ici ou désactivez votre bloqueur de publicités)

6h11 : Le masque obligatoire dehors en région parisienne

Dès ce lundi matin à 8 heures, le port du masque sera obligatoire dans d'importants secteurs de Paris et de son agglomération, parce qu'ils sont très fréquentés et/ou dans une zone où les indicateurs sont mauvais.

La région parisienne emboîte le pas à Marseille, Ajaccio, Carcassonne, Bordeaux, Rennes ou Lille. Et de nombreuses autres zones touristiques en France, essentiellement côtières.

> Vidéo : découvrez les sept erreurs à ne plus commettre avec votre masque:

6h10 : Suivez avec nous l'évolution de la pandémie de Covid-19 en France et dans le monde.

Let's block ads! (Why?)

Continuer la lecture

Le 10.08.2020 à 07:10

[VIDEO] Violent incendie en pleine nuit à l'Ehpad de Sillingy

Environ 700 mètres carrés de toiture ont été ravagés par les flammes. Une enquête de gendarmerie est ouverte pour déterminer les causes de l'incendie qui s'est déclaré au deuxième étage de l'Ehpad, peu après minuit, dans la nuit de dimanche à lundi. Photo Le DL/V.B-G.
Environ 700 mètres carrés de toiture ont été ravagés par les flammes. Une enquête de gendarmerie est ouverte pour déterminer les causes de l'incendie qui s'est déclaré au deuxième étage de l'Ehpad, peu après minuit, dans la nuit de dimanche à lundi. Photo Le DL/V.B-G.

Ce que l'on sait à 7h10 : Selon le Codis de Haute-Savoie, 700m2 de toiture de l'Ehpad de Sillingy ont brûlé dans la nuit de dimanche à ce lundi 10 août. 115 pompiers ont été mobilisés pour lutter contre les flammes. 

Les résidents ont été relogés dans des établissements spécialisés du secteur. Cinq ont été hospitalisés à l'hôpital d'Annecy. Dans l'opération, deux pompiers ont été légèrement blessés et un jeune de 18 ans qui participait à l'évacuation des résidents a été transporté à l'hôpital d'Annecy pour une intoxication légère.

Ce que l'on sait à 3h59 ce lundi 10 août

Un violent incendie s'est déclaré tôt dans la nuit, ce lundi 10 août 2020, à l'Ehpad Le Bosquet de la Mandallaz, à Sillingy.

Les sapeurs-pompiers et la gendarmerie sont sur place pour prendre en charge les résidents et lutter contre les flammes.

A 4h du matin, l'intervention est toujours en cours et l'incendie est éteint. L'alerte a été donnée à 0h18 par des riverains et un groupe de jeunes se trouvant à proximité de la maison de retraite. Le feu a dévoré le toit d'une aile des trois ailes du bâtiment.

Selon Bruno Charlot, sous préfet de permanence, les 78 résidents vont bien. Cinq ont dû être évacués en urgence et dix ont dû être mis en sécurité au tout début de l'intervention. Les résidents ont été placés en sécurité dans le gymnase de la Mandallaz en attendant leur déplacement vers un autre établissement. Les rotations d'ambulances vont s'enchaîner toute la nuit.

Déclaration de Bruno Charlot, sous-préfet de permanence, présent sur place

"))

Un numéro d'urgence pour les familles

Le sous prefet de Bonnevillle Bruno Charlot a salué une très bonne collaboration interservices entre le Sdis 74, la gendarmerie et le Samu. Un numero d'appel a été mis en place par Odelia pour permettre aux familles des résidents de savoir dans quel établissement leurs proches ont été transférés, il s'agit du 09.72.45.96.93.

Réaction de Virginie Pommier, cadre responsable de l'Ehpad

"))

À 4h30, déjà 35 résidents transférés dans les établissements d'accueil. La cellule médicopsychologique du Change a été déclenchée et mise en place pour écouter et accompagner les résidents le souhaitant ainsi que les personnels de l'Ehpad.

Près d'une centaine de personnes mobilisées

Au plus fort de l'intervention, 9 personnels du Samu, 15 gendarmes des compagnies d'annecy et Saint-Julien-en-Genevois sous les ordres du lieutenant colonel Benech et 70 pompiers venus de tout le département et sous les ordres du Commandant des opérations de secours Pierre-Philippe Croizier et du directeur départemental adjoint du sdis 74 Sébastien Paletti ont uni leurs forces pour lutter contre les flammes et prendre en charge les résidents.

Let's block ads! (Why?)

Continuer la lecture

Le 10.08.2020 à 11:25

Qui est Acted, l'ONG française frappée au Niger et plusieurs fois à l’étranger ?

L’ONG française Acted, pour laquelle travaillaient des Français tués dimanche au Niger par un groupe armé, a été frappée plusieurs fois sur ses terrains d’intervention humanitaire par des exécutions et prises d’otage.

"C’est avec une profonde tristesse que nous confirmons la mort de sept de nos collègues ainsi que de leur guide au Niger, assassinés lâchement et sans raison par des individus armés dans la région de Kouré, au sud-est de Niamey, le 9 août 2020" a-t-elle déploré dans un communiqué publié sur son site internet.

Fondée en 1993 et basée à Paris, l’Agence d’aide à la coopération technique et au développement intervient principalement dans des pays touchés par des conflits ou des catastrophes naturelles, mais aussi dans des zones sujettes à des problèmes de sécurité alimentaire et de santé publique.

Acted a développé ses premiers projets à Kaboul, en Afghanistan. Elle est désormais présente dans 37 pays et emploie quelque 6 000 personnes à travers le monde. En 2019, l’ONG a consacré 316 millions d’euros à la mise en oeuvre de 419 projets, selon son rapport annuel.

Une quinzaine de projets au Niger en 2019

Bien implantée au Niger où elle emploie 158 collaborateurs, Acted y a mené en 2019 une quinzaine de projets dont ont bénéficié près de 232 000 personnes. Elle a notamment réalisé des missions d’accès à l’eau potable, d’aide alimentaire d’urgence ou encore de distribution d’abris pour les populations déplacées en raison du conflit dans les zones des "trois frontières" entre Niger, Burkina Faso et Mali, et du Lac Tchad.

Avant le tragique événement de dimanche, plusieurs employés d’Acted avaient déjà été pris pour cible.

Tout récemment, le 23 juillet dernier, l’ONG déplorait la mort de l’un de ses employés nigérian enlevé et tué par des djihadistes au Nigeria avec quatre autres humanitaires.

Le 13 septembre 2014, le Britannique David Haines, avait été décapité, 18 mois après son enlèvement en Syrie par le groupe djihadiste Etat islamique.

Fin novembre 2013, six Afghans travaillant pour l’ONG française avaient été abattus par balles dans une embuscade dans le nord-ouest de l’Afghanistan.

Quelques semaines plus tôt, début septembre 2013, deux employés centrafricains avaient été tués par des hommes armés dans le nord-ouest de la République centrafricaine alors qu’ils tentaient d’évacuer la zone. Plusieurs membres de l’organisation ont également été pris en otage avant de recouvrer la liberté.

En mars 2013, un coordinateur italien avait été enlevé à Atmeh, en Syrie, avant d’être relâché après plus d’un an de captivité, fin mai 2014.

Début 2013, le Français Charles Ballard, directeur financier chez Acted, avait lui été détenu durant 71 jours après son enlèvement fin janvier à Kaboul.

Toujours en Afghanistan, en octobre 2011, quatre employés afghans avaient été brièvement détenus par des hommes armés dans le nord-ouest du pays.

Let's block ads! (Why?)

Continuer la lecture