Fils grenoblois

INFOS EPINGLEES Ressources AssociationsFr-Bleu IsèreGre'NetFr3-AlpesAgenda PMO Gilets JaunesMusik Mix DL-Isère Numothèque

 Infos épinglées

11.03.2020

à propos de "RETOUR à GRENOPOLIS", de Pièces et Main d'Oeuvre

LePartisan

En temps d'amnésie pré-électorale et de promesses en carton recyclé, on guette l'irruption de PMO dans le débat local avec une certaine gourmandise...

Pendant cette campagne pour les élections municipales l' honnête Grenopolitain.e a baigné, comme des millions de ses compatriotes, dans un clapotis d'éléments de langage que ne troublaient guère les vaguelettes polémiques entre les candidat.es et les déclarations d'amour surjouées. PMO intervient dans ce débat par le truchement d'une brochure rondelette intitulée "Retour à Grenopolis".

Des Allobroges vaillants aux "Rugiens" connectés

Grand vainqueur en 2014 du (dernier des ?) barons socialistes Jérôme Safar, le vert caméléon Eric Piolle se re-présente avec à son actif un bilan que l'on s'abstiendra de détailler ici à l'aune de ce qu'étaient ses priorités proclamées (l'écologie, le social, et la participation citoyenne). Car au fond ce n'est pas çà véritablement leur sujet. Leur sujet déborde largement ces dernières 6 années. Il s'agit de mettre en évidence la profonde continuité politique qui va en gros, des bâtisseurs du CEA d'après-guerre jusqu'à l'actuelle majorité écolocitoyenne :

"Ce qui nous intéresse lors de ces élections municipales de 2020, ce dont personne ne parle, c'est l'accélération brutale, l'extension et l'intensification de la machinerie urbaine, sous couvert de "transition écologique et numérique", de "technologies vertes" et de de "rationalisation administrative et économique". La transformation de Grenoble, de la Métro, du Pays voironnais, du Grésivaudan et jusqu'à l'Oisans, presque, en Grenopolis : un seul et même pôle urbain, créé et structuré par ses réseaux de transport et d'énergie"

What else en 2020 ? Ah oui... le come-back provisoire de l'ancien maire corrompu A.Carignon (1) alléché par l'odeur de décomposition de sa famille politique, nous renvoie à la chronique judiciaire d'il y a 30 ans... autant dire à la préhistoire.

Tant qu'à remonter le temps, autant y aller à fond. Du coup, c'est la défaite des Allobroges, écrasés par les troupes romaines en -121 avant notre ère au confluent du Rhône et de l’Isère qui marque le point de départ de cet ambitieux survol politico-historique.

On ne s'attendait pas à une promenade touristique... En hors d'oeuvre, un tapis de bombe se déverse sur la bourgeoisie intellectuelle dans l'acception très large qu'en a PMO. Et le plat de résistance déroule le procès des avatars du gauchisme post-68, de la révolution bolchevick et du communisme d'avant-guerre.
En deux mots, l'ennemi c'est le productivisme, quel que soit la couleur du drapeau. Le ver était dans le fruit dès le début, et ceux qui se réclament du communisme et du socialisme aujourd'hui sont leurs pires ennemis. La thèse n'est pas nouvelle, et ne fluidifie pas la lecture.

"Combattre la catastrophe écologique par la « ville intelligente », c’est éteindre un incendie en l’arrosant d’essence"

Après ce pilonnage en règle (13 pages, quand même) PMO s'intéresse aux tribulations de la filière d'excellence, locomotive de la métropolisation à la sauce dauphinoise, et aux technos hight-tech qui font tellement kiffer le techno-gratin™. Sont dénoncés entre autres le soutien actif au déploiement du compteur Linky (l'agglo accueille une chaine d'assemblage), le puçage de nos poubelles, le co-développement de la 5G, testée par des ingénieurs grenoblois sur la presqu'ile scientifique (cf extraits ci-dessous) et l'on en passe. Fort bien.

L'opuscule examine minutieusement deux questions stratégiques centrales, la politique foncière et la question cruciale des transports, sans doute les passages les plus originaux et intéressants. Mais sans reprendre à son compte toutefois -c'est une déception- l'exigence grandissante de la gratuité des transports publics, qui est déjà une réalité au Luxembourg et dans un certain nombre de villes européennes. Sur ce sujet, PMO ne trouve bizarrement rien à dire. Silence total. Serait-ce déjà un combat d'arrière-garde ? 🤔

Une charge technophobe indiscriminée

Pour les tenants du démantèlement pur et simple de la civilisation industrielle, la réponse est assûrément oui. La conclusion est dénuée d'ambiguïté : " (...) Nul ne peut se dire écologiste - « radical » qui plus est - s’il ne s’oppose d’abord et toujours à la société industrielle. Que la propriété soit privée ou publique. Capitaliste ou communiste."

Les pourfendeurs impitoyables du techno-gratin™ grenoblois ne manquent pas d'arguments, mais ils nous avaient habitués à davantage de subtilité, pour ne pas dire de nuance, dans la technophobie. A celleux qui iront jusqu'au bout, "Retour à Gratianopolis" fera l'effet d'une triple rasade d'huile de ricin administrée à l'entonnoir par un.e infirmier.e luddite vénère. Les autres seront déjà loin...
LePartisan -12.03.20

Lien direct vers le document (64 pages)

(1) Alain Carignon, alors membre du RPR (d'origine gaulliste), fut maire de Grenoble de 1983 à 1995. Condamné en 1996 à 5 ans de prison pour corruption et abus de biens sociaux, il tente désespérément de revenir sur le devant de la scène depuis sa sortie de prison.

                                                                             Bonnes feuilles

"La ville-machine fonctionne parce que ses composants d’origine humaine désirent en être les rouages imbriqués, tournant sur des axes et au rythme déterminés par la calculatrice centrale.
Mère-Machine s’occupe de tout, il suffit de suivre la voix sucrée du GPS, les conseils - ou plutôt les consignes - d’achats d’Amazon, et les horaires du train en direct sur l’appli SNCF. Les métropolitains perdent l’habitude de décider par eux-mêmes à mesure que croît l’emprise technologique. Dans la smart city comme dans les voitures autonomes, nous ne sommes que les passagers de nos vies. A quoi bon vivre, les machines le font mieux que nous.
Seule notre soumission à Mère-Machine peut prolonger notre existence sur une planète dévastée par cette même machine. Il faut rationner/rationaliser l’usage des ressources ; qui mieux que les ingénieurs Verts pour nous guider vers l’écocitoyenneté dirigée par ordinateur ? " (p.50)

"Une raison pour faire de Grenoble l’une des villes-tests de la 5G. Le Commissariat à l’énergie atomique, fidèle à sa vocation techno-révolutionnaire, a obtenu dès 2016 l’autorisation de l’Arcep d’expérimenter la 5G à Minatec – autorisation renouvelée jusqu’en 2019. Les ingénieurs grenoblois, ces progressistes ouverts, tolérants et avant-gardistes qui ont porté la municipalité Verte-Rouge d’Eric Piolle au pouvoir en 2014, poursuivent leur œuvre de déshumanisation avec obstination et réussite. Ils ont amélioré les technologies 5G lors des Jeux olympiques de 2018 en Corée du sud (projet « 5G Champions »). Avec leurs collègues et voisins de Radiall, ils mettent au point les antennes radiofréquences du nouveau réseau 161 . Cette expertise permet à Grenopolis d’accueillir en 2018 le centre R&D du Chinois Huawei, champion numérique et aspirateur à données. Christophe Ferrari exulte de cette prise qui prouve « une fois encore l'attractivité du territoire métropolitain grenoblois aux yeux des investisseurs étrangers . » (p.52/53)

Permalien


25.05.2020

Oui aux commerces de proximité, non aux nouveaux entrepôts Amazon


21.05.2020

Appel du 17 juin et signataires – 17juin

appel à agir contre la réintoxication du monde

Les scientifiques nous donnent 10 ans pour diviser par 3 les émissions de gaz à effet de serre des français. Partout en France, des sites ou des projets menacent la nature, la santé, le climat.

Des collectifs d’habitants se mobilisent déjà ou veulent se lancer pour les arrêter, et nous allons les y aider ! Nous avons besoin de vous pour rejoindre cette bataille près de chez vous.

(...)

Car c’est là que nous pouvons agir : c’est au niveau local que se trouvent 50 à 70% des solutions pour le climat selon le GIEC. C’est là qu’ont été gagnées des batailles majeures, contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, l’autoroute A45 ou le méga-complexe Europa City.
Nous avons également identifié des nouveaux territoires au potentiel de mobilisation fort pour y stopper de nouveaux sites polluants. C’est parti.

Permalien


01.05.2020

«  Sur la situation épidémique »

QG - Le média libre

par Alain Badiou

Confiné comme des milliers d’autres à Paris, le philosophe livre sa vision de la situation engendrée par la pandémie de Covid-19. Il est selon lui illusoire de penser qu’une panique sanitaire puisse en elle-même ouvrir à quoi que ce soit de politiquement novateur. Pour renverser l’ordre social, il faudra mobiliser d’autres forces que celle d’un virus. QG livre aujourd’hui son texte en accès libre, alors que sa traduction mondiale est en cours.
Permalien


27.04.2020

Ne laissons pas s’installer le monde sans contact

Terrestres

Initié par le collectif Ecran total et Ecologistas en accion, ce texte soulève le risque que les bonnes résolutions pour le jour d’après soient déjà neutralisées par l’accélération en cours de l’informatisation du monde. Il propose un boycott massif de l’application Stop-COVID19 qui sera mise en place au mois de mai.
Permalien


24.04.2020

Coronavirus : 175 000 masques en tissu commandés à Grenoble, le maire promet d'équiper tous les habitants

- France 3 Auvergne-Rhône-Alpes

Le maire de Grenoble, Eric Piolle, a pris l'engagement d'équiper l'ensemble de ses administrés de masques de protection contre le coronavirus. Une centaine de milliers de pièces a été commandée par la ville, venant compléter les 9 millions déjà promis par la région.
Permalien


36 (5mn)