Médias
GÉNÉRALISTES
Basta Blast Capital France 24 FTVI L'Humanité La Croix LCP Le Monde La Tribune Le Figaro Mediapart L'Autre Quotidien Le Media Slate Korii Vrai ou Fake ?
INTERNATIONAL
CADTM Courrier d'Europe Centrale Eurojournalist Equaltimes Info Asie Inkyfada Jeune Afrique Le Grand Continent Orient XXI Rojava I.C N-Y Times fr Toute l'Europe
MÉDIAS D'OPINION
L'Autre France-Presse Acta AOC Issues Les Jours Le Monde Moderne LVSL Médias Libres Marianne Quartier Général Rapports de force Reflets Rézo StreetPress
OBSERVATOIRES
Acrimed Internet actu Catastrophes naturelles Conspis Culture Extrême-droite Inégalités Information Médias Multinationales Présidentielle Routes de la Soie
+
Accès libre Chaîne de service public - Actualité internationale

▸ les 15 dernières parutions

03.12.2021 à 23:18

Emmanuel Macron dans le Golfe : quels sont les enjeux diplomatiques ?

Pauline ROUQUETTE
Retour de Mohammed ben Salmane sur la scène internationale, crise au Liban, rôle du Qatar dans les négociations avec les Taliban... La visite d'Emmanuel Macron dans le Golfe, de vendredi à dimanche, doit être l'occasion d'évoquer le positionnement de la France sur le plan diplomatique et stratégique autour de plusieurs questions régionales.

03.12.2021 à 23:02

Omicron : la patronne du FMI envisage d'abaisser ses prévisions de croissance mondiale

FRANCE24
"Un nouveau variant qui pourrait se propager très rapidement peut ébranler la confiance et, en ce sens, nous assisterons probablement à des révisions à la baisse de nos projections d'octobre pour la croissance mondiale", a déclaré Kristalina Georgieva lors d'une conférence Reuters Next. En octobre, le FMI avait déjà révisé en baisse ses prévisions de croissance du produit intérieur brut mondial à 5,9% cette année contre 6% en juillet, en raison des problèmes de logistique et à cause d'une vaccination inégale. Pour 2022, le FMI tablait alors sur une croissance mondiale inchangée à 4,9%. Depuis octobre, le FMI a déjà laissé entendre que la croissance pourrait être moins soutenue que prévu alors que les goulets d'étranglement sur les chaînes d'approvisionnement ne sont pas résorbés, provoquant une poussée inflationniste dans le monde. "Avant même l'arrivée de ce nouveau variant, nous craignions que la reprise, bien qu'elle se poursuive, perde quelque peu de son élan", a ainsi reconnu vendredi Mme Georgieva. Elle a en outre souligné que la croissance des deux premières économies du monde, les États-Unis et la Chine, moteurs de la reprise mondiale, avait déjà été freinée par le variant Delta qui s'est répandu à la fin de l'été et l'automne. Le FMI publie généralement des révisions de ses prévisions d'octobre au mois de janvier. L'Omicron, une version à forte mutation du coronavirus, a été signalé pour la première fois en Afrique du Sud le 24 novembre et est désormais présent dans plusieurs dizaines de pays. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) n'a pour l'heure pas d'information sur un éventuel décès lié au nouveau variant Omicron, a indiqué un porte-parole de l'organisation à Genève. Mais par précaution, de nombreux pays ont d'ores et déjà mis en place de nouvelles restrictions aux voyages. Et avec une dégradation de la confiance des consommateurs attendue, de nombreux économistes s'attendent à ce que la reprise économique ralentisse. L'OCDE a, elle-même, exhorté cette semaine les États à accélérer le rythme dans la distribution des doses afin d'enrayer la pandémie. Selon les statistiques de l'ONU, environ 65% des habitants des pays les plus développés ont reçu au moins une dose d'un vaccin contre le Covid-19, contre seulement 7% dans les pays les moins développés. L'économiste en chef du FMI, Gita Gopinath le martèle depuis des mois: "la pandémie n'est terminée nulle part, tant qu'elle n'est pas achevée partout".

03.12.2021 à 22:36

Coupe Davis: la Croatie en finale, Djokovic en vacances sans le Saladier

FRANCE24
Le rideau tombé sur la saison 2021, il manquera donc trois grands trophées - la médaille d'or olympique, l'US Open (qui aurait été synonyme de Grand Chelem) et le Saladier d'argent - au Serbe qui a toutefois battu le record du nombre de semaines passées à la place de N.1 mondial (il entamera lundi sa 350e), celui de saisons terminées au sommet de la hiérarchie mondiale (7), celui du nombre de titres en Masters 1000 (37), et égalé le record de trophées du Grand Chelem (20 comme Roger Federer et Rafael Nadal). Sur le papier, la qualification pour la finale de la Coupe Davis devait se jouer dans le premier simple, si l'on prenait pour acquis que le N.1 mondial gagnerait son simple pour la Serbie et que la meilleure paire du monde Nikola Mektic et Mate Pavic, champions olympiques à Tokyo, titrés à Wimbledon et invaincus depuis le début de la compétition, remporterait le double pour la Croatie. Alors la pression était immense sur les épaules du Croate Borna Gojo (279e mondial) et du Serbe Dusan Lajovic (33e). Festival de fautes C'est le second qui a eu le plus de mal à entrer dans le match. Mais mené 3-4 et 0-40 sur le service adverse, Lajovic a gagné 17 des 18 points suivants et remporté la première manche. A partir de là cependant, dans un match constellé de fautes directes (44 pour Lajovic, 31 pour Gojo), le Croate a pris le dessus, faisant une nouvelle victime de choix dans ce tournoi après avoir battu l'Australien Alexei Popyrin (61e) en phase de poules et l'Italien Lorenzo Sonego (27e) en quarts. "Je sais que les gens regardent les classements et se disent que je n'ai aucune chance de gagner. Mais moi, je joue toujours pour gagner, quel que soit l'adversaire. Ca a été le cas contre l'Australie, l'Italie, et aujourd'hui. Je me mets toujours de la pression parce que je sais que je peux bien jouer. Et je suis heureux de l'avoir démontré aujourd'hui", a commenté Gojo. Charge donc à Djokovic d'abord de ramener son équipe à égalité, une formalité a priori face à Marin Cilic (ex-3e aujourd'hui 30e), pour tenter de remporter ensuite le double décisif, en créant un exploit avec son coéquipier Filip Krajinovic, préféré au dernier moment à Nikola Cacic qui avait joué les deux derniers doubles avec le N.1 mondial. Pavic/Mektic irrésistibles La première partie du contrat a été remplie avec une 18e victoire (6-4, 6-2) du Serbe face au Croate en 20 rencontres. Mais Cilic a opposé une très bonne résistance pour atteindre 4-4 et 40-0 sur son service dans le premer set. Le Serbe a alors aligné cinq points d'affilée (dont une double faute de Cilic sur la balle de break) pour obtenir de servir pour le set. Il a effectivement remporté cette première manche dans la foulée, mais non sans avoir sauvé quatre balles débreak. Après un long jeu, le N.1 mondial a fait le break dans la seconde manche pour mener 2-1. Puis il s'est irrémédiablement échappé pour remporter la rencontre et pousser la Croatie au double décisif. Et comme prévu, malgré une belle résistance de la paire serbe dans le premier set, les irrésistibles Pavic et Mektic se sont imposés 7-5, 6-1, propulsant la Croatie en finale pour la quatrième fois après 2005, 2016 et 2018. Par deux fois, en 2005 contre la Slovaquie et en 2018 contre la France, les Croates avaient décroché le Saladier d'argent. Cette année, ils tenteront de le faire face à la Russie de Daniil Medvedev ou l'Allemagne sans Alexander Zverev, qui s'affrontent samedi (13h00) dans la seconde demi-finale.