Au fil du web

 

Recherche full text

Visuels

 

international

Miguel Benasayag et Gilles Luneau - Source: Le Monde - 20.12.2023

Le vote des Argentins pour le populiste ultralibéral est un gigantesque lâcher-prise, qui relève du refus de prendre en compte le réel pour le transformer, analysent, dans une tribune au « Monde », le philosophe Miguel Benasayag et l’essayiste Gilles Luneau. Miguel Benasayag est un philosophe et psychanalyste franco-argentin, ancien résistant guévariste torturé par la junte militaire au pouvoir en Argentine dans les années 1970 ; Gilles Luneau est journaliste et essayiste.

(...) "L’élection de Javier Milei, le 19 novembre, est l’expression massive (55,65 % des voix) d’un rejet du péronisme et de ses avatars néolibéraux, ayant plongé 40 % des 46 millions d’habitants dans la pauvreté et détruit les revenus avec 143 % d’inflation. L’analyse du vote montre que les 29,99 % de voix qui se sont portées sur lui au premier tour sont principalement celles des jeunes, qui n’ont pas connu la dictature et qui votaient pour la première fois. Ils ne s’émeuvent pas des propos révisionnistes de Javier Milei voulant, par exemple, supprimer la pension attribuée aux torturés, pour la donner à leurs tortionnaires à qui il rendra la liberté. "

(...) "Cette colère des urnes argentines ne parle pas de projet possible dans un monde chaotique. On est dans un processus de refus de prise en compte du réel pour le transformer. Une expression de l’impuissance à maîtriser une situation. Un vote sans autre espoir que de tout casser, ce n’est pas pour rien que le symbole de Milei est la tronçonneuse qu’il a brandie à longueur de campagne. Le vote pour Milei est un gigantesque lâcher-prise, un appétit de jouissance barbare. Dans La Psychologie de masse du fascisme, écrit entre 1930 et 1933, Wilhelm Reich souligne que « le peuple n’a pas été trompé, à un moment donné il a désiré le fascisme ». Une pulsion de mort collective."

Tribune en clair archivée ici


Permalien
20.12.2023
pin
Source : stop-tomorrowland-alpedhuez.fr

Du 16 au 23 mars 2024 se tiendra la quatrième édition du festival Tomorrowland Winter à l'Alpe d'Huez. En 2023, les articles du Dauphiné Libéré (éditions Grenoble du 16 février et du 3 mars) rappelaient la démesure de « cet immense festival techno considéré comme l'un des événements festifs les plus courus de la planète, […] avec ses 20 000 festivaliers, plus de 150 artistes, 10 scènes dont une couverte capable d'accueillir 10 000 personnes par soir ».

Un tel festival pose de nombreuses questions avec en premier lieu celle de l'écologie. Alors que nous sommes alerté·es par l'ensemble de la communauté scientifique sur la nécessité absolue de faire preuve de sobriété, le Tomorrowland continue à être responsable d'un bilan carbone indécent, le tout bénéficiant à une poignée de personnes essentiellement très aisées. Questionner ce festival, ce n'est pas être contre la culture mais s'interroger quant au sérieux d'un tel évènement dans un contexte de catastrophe écologique. Rappelons également que le bénéfice culturel du Tomorrowland sur le territoire est plus que discutable : quelle place pour la scène locale ?

Si nous comprenons que ce festival accueillant des artistes mondialement connu·es, dans un cadre magnifique, puisse faire rêver bon nombre de personnes, il nous semble indispensable de revenir à la raison et de mettre un terme à cette folie hors du temps.


Permalien
09.12.2023
pin
Source BLAST

Sous la houlette de son président, la région Auvergne-Rhône-Alpes investit lourdement dans la neige artificielle. Cette stratégie favorise le tourisme de luxe et l’industrie du BTP au détriment des habitants, qui peinent à se loger, condamnant les Alpes à la mono-économie. Cette politique, qui oublie soigneusement le dérèglement climatique, a été planifiée par des lobbyistes infiltrés au sommet de la collectivité. Second volet de notre enquête sur la montagne, les stations de ski et les politiques.


Permalien
07.12.2023
pin
Source : Ministères Écologie Énergie Territoires

Le Gouvernement annonce la mise en place de l’encadrement des loyers sur le territoire de la métropole de Grenoble. Un décret ouvre la possibilité de l’encadrement des loyers pour maîtriser leur hausse et protéger le pouvoir d’achat des habitants locataires.


Permalien
23.11.2023
international

Nous relayons les actions, mobilisations et évènements en France pour un cessez-le-feu immédiat à Gaza et la libération des peuples. Chaque voix compte, ajoutez vos événements ou rejoignez-les !


Permalien
11.11.2023
politique
Source AOC media

Se présentant comme un « mouvement citoyen de pression bienveillante et non-violente », la Primaire populaire entendait rassembler les principaux partis de gauche pour emporter l’élection présidentielle de 2022. Retour, à partir d’une enquête ethnographique, sur cette initiative ambitieuse et fortement médiatisée.


Permalien
29.10.2023
Grenoble
– Collectif « Grenoble Citoyenne » - Alternatiba Grenoble - Collectif pour la gratuité des transports publics dans l’agglomération grenobloise

Lettre ouverte à

M. Sylvain Laval, Président du SMMAG
M. Jean-Paul Trovéro, Président de M’TAG
M. Michael Guthmuller, Directeur Général de M’TAG


Permalien
18.10.2023
Grenoble
Source BLAST-info.fr

(...) Les entreprises bien de chez nous qui passent au scan de la douane russe ne sont pas de petites PME de l’armement, qui, grâce à leur ingéniosité de challengers, auraient trouvé le moyen de contourner coûte que coûte l’embargo. Il s’agit de ces fleurons de l’industrie nationale, auxquels le président Macron a demandé de passer en mode « économie de guerre ».

Parmi elles, ++ Lynred ++affiche volontiers son statut de numéro 2 mondial de l’imagerie thermique. Détenue à part égales par Safran et Thalès, deux conglomérats dans la sphère d’influence de l’État (qui les détient en partie), l’entreprise emploie quelque 1 000 salariés, principalement à son siège de Veurey-Voroize, au cœur de la Silicon valley qui s’est développée autour de Grenoble (Isère), et qui fait la fierté de la France.

Ses détecteurs infrarouges et ses caméras thermiques sont particulièrement prisés, notamment le PICO 640 Gen 2. Dans la brochure commerciale de ce petit bijou technologique, le constructeur vante sa « qualité d’image améliorée, [sa] fiabilité éprouvée, [son] intégration facile ». Une triple promesse qui séduit partout, jusqu’à l’Oural : selon les documents obtenus par Blast, des composants siglés Lynred ont été livrés en Russie à neuf reprises entre le 2 mars 2022 et le 24 avril 2023 - soit bien après le début de la guerre en Ukraine. Pour un total de 2 458 568 dollars. (...)


Permalien
11.10.2023
Grenoble

Mediapart fête ses 15 ans le samedi 14 octobre de 14h à 18h à la Bobine à Grenoble. En présence des journalistes Antton Rouget, Fabien Escalona, Mathieu Dejean, et Sabrina Kassa. Venez échanger sur le journalisme politique, les enquêtes de Mediapart et le participatif.


Permalien
09.10.2023
climat
par Valérie Paumier

....Quel bonheur ce fut de te connaître. J’ai été heureuse. Nous nous sommes bien amusés.
Mais je ne t’aime plus. Tu as menti. Je ne savais pas…
Professionnellement, socialement, éduquée pour foncer, sans me retourner, j’ai finalement renoncé, rattrapée par la prise de conscience, le monde qui nous entoure, le climat…

Cher ski,

Je ne t’aime plus non plus. En tout cas plus comme avant.
Depuis mes 3 ans, j’ai dévalé les pentes, en ski, de plus en plus vite, avec bonheur, sans me retourner, comme dans ma vie d’avant : chasse neige, stem, virages coupés… ce fut le pied. Je randonnais aussi à pied. La combinaison des deux me satisfaisait.

Mis à mal par le changement climatique, tu fais maintenant partie des priorités d’une minorité qui souhaite te maintenir en vie, malgré la dérive en cours. Les stations de ski n'existeront plus dans un futur plus ou moins proche. Malgré un consensus scientifique et de nombreux articles, les investissements pour conforter ton modèle continuent de plus belle.
#business_as_usual

Nouveaux projets, constructions démentielles, détournement de l’eau des sources, investissements en dizaines voire centaines de millions d'euros (souvent de l'argent public), altération des écosystèmes locaux, prolongement de la dépendance de nombreuses vallées à la mono activité du tourisme elle même dépendante d'une mono acitivité du ski, déboisements massifs, mise à mal de la biodiversité, fragilisée aujourd’hui... Cette économie qui fut salvatrice est aujourd’hui destructrice. (...)


Permalien
03.10.2023
Pour chasser le mauvais oeil je m'abonne aux « Notes & signets » LePartisan.info