Le sujet idéal de la domination totalitaire n’est ni le nazi convaincu ni le communiste convaincu, mais les gens pour qui la distinction entre fait et fiction -c’est-à-dire la réalité de l’expérience- et la distinction entre vrai et faux -c’est-à-dire les normes de la pensée- n’existent plus. Hannah Arendt
Le sujet idéal de la domination totalitaire n’est ni le nazi convaincu ni le communiste convaincu, mais les gens pour qui la distinction entre fait et fiction -c’est-à-dire la réalité de l’expérience- et la distinction entre vrai et faux -c’est-à-dire les normes de la pensée- n’existent plus. Hannah Arendt