LePartisan.info À propos Podcasts Fil web Écologie Blogs Revues Médias
OpenFacto
Souscrire à ce flux
Investigations en sources ouvertes

Accès libre OpenFacto rassemble des passionnés et des professionnels de la recherche en sources ouvertes venant du journalisme, des universités, de la cyber sécurité, de l’analyse géopolitique, des ONG ou du monde des enquêtes.

▸ les 10 dernières parutions

27.10.2022 à 19:00

OpenFacto dans les medias : le documentaire de la RTS primé

Equipe OpenFacto

Au printemps 2022, OpenFacto avait organisé un workshop sur un week-end sur le thème des crimes de guerre en Ukraine. Une équipe de la Radio Télévision Suisse avait profité de cet atelier pour tourner des images pour un documentaire sur le sujet. Ce documentaire de grande qualité vient d‘obtenir un prix en Espagne! Grâce à […]
Lire plus (412 mots)

Au printemps 2022, OpenFacto avait organisé un workshop sur un week-end sur le thème des crimes de guerre en Ukraine. Une équipe de la Radio Télévision Suisse avait profité de cet atelier pour tourner des images pour un documentaire sur le sujet.

Ce documentaire de grande qualité vient d‘obtenir un prix en Espagne!

Grâce à un processus d’enquête brillant et à l’accès aux sources pertinentes, le documentaire dépeint de manière vivante la guerre en Ukraine et l’importance de la documentation quotidienne des crimes commis par les troupes russes. Il montre également comment une nouvelle méthodologie est utilisée pour analyser les conflits de guerre, qui combine l’anthropologie avec l’analyse des contenus sur les réseaux sociaux ou la cartographie numérique. Avec ce prix, le jury veut non seulement reconnaître la valeur d’une œuvre de grande qualité, réalisée en un temps record pour raconter une histoire strictement contemporaine, mais aussi revendiquer l’importance du journalisme en période de violence à grande échelle, son rôle dans le dossier des éléments de preuve qui pourraient à l’avenir être utilisés dans un procès pour crimes de guerre ou crimes contre l’humanité.

Bravo pour ce superbe travail!

24.10.2022 à 20:29

InfoRos : Les réseaux historiques d’influence

Equipe OpenFacto

Le 18 janvier 2022, OpenFacto a publié les premiers résultats de son enquête sur InfoRos, une « agence d’information » suspectée d’agir pour le compte du renseignement militaire russe, le GRU. Notre investigation portait sur un réseau d’un millier de sites Internet russophones créés et maintenus par InfoRos pour diffuser une rhétorique patriotique et anti-occidentale […]
Texte intégral (906 mots)

Le 18 janvier 2022, OpenFacto a publié les premiers résultats de son enquête sur InfoRos, une « agence d’information » suspectée d’agir pour le compte du renseignement militaire russe, le GRU. Notre investigation portait sur un réseau d’un millier de sites Internet russophones créés et maintenus par InfoRos pour diffuser une rhétorique patriotique et anti-occidentale auprès de la population russe. Cette galaxie de portails ciblait des localités situées à travers toute la Russie, mais également des communautés spécifiques, dont des minorités ethniques et religieuses vivant en Crimée.

OpenFacto a poursuivi ses investigations sur lnfoRos, et publie aujourd’hui un second rapport sur les opérations numériques de l’agence russe. En se focalisant sur les anciens noms de domaine liés à InfoRos, des pivots techniques ont permis d’identifier près de 600 nouveaux portails administrés par InfoRos depuis l’an 2000. Cette nouvelle enquête porte donc à 1 945 le nombre total de noms de domaine connus de l’agence. Si la majorité d’entre eux a servi à constituer un ancrage informationnel local en Russie, OpenFacto a découvert plusieurs réseaux de sites ayant cherché à influer sur la politique de pays étrangers, ou à soutenir les intérêts diplomatiques, économiques, et militaires du gouvernement russe.

Comparées aux sites locaux décrits dans notre premier rapport, les techniques d’influence employées par ces réseaux sont radicalement plus pernicieuses : InfoRos a notamment soutenu des partis politiques sécessionnistes dans des pays de l’espace post-soviétique, joué sur des conflits historiques ou ethniques pour maintenir l’emprise de Moscou dans des zones de conflit, et financé des concours et des conférences à l’étranger pour promouvoir la coopération avec la Russie. En parallèle, l’agence n’a eu de cesse de marteler à la population russe et ses nouveaux alliés que « l’Occident » était hypocrite, menaçant, mais en voie de céder sa place à de nouveaux centres de puissance dont la Russie serait l’un des principaux représentants.

Pour ce faire, InfoRos s’est appuyée sur des structures locales et des agents d’influence originaires des pays visés, qui organisaient des événements physiques et faisaient valoir les positions russes auprès d’organisations internationales ou de leurs propres autorités. L’agence a également débauché des ressortissants de pays occidentaux acquis à la cause russe pour créer et diffuser des contenus favorables à la ligne éditoriale prescrite par le gouvernement russe. Des discours volontairement dirigés vers des publics considérées comme facilement influençables, tels que la jeunesse et les victimes de conflits armés.

Dans le contexte de l’invasion de l’Ukraine, lancée par la Russie le 24 février dernier, cette approche historique jette une lumière crue sur la stratégie d’influence numérique du GRU depuis le début des années 2000. En 20 ans, InfoRos a tissé une gigantesque toile de sites destinés à accompagner les intérêts stratégiques du pouvoir russe, faisant régulièrement évoluer ses objectifs, son discours et ses méthodes d’influence. Malgré les nombreuses publications sur ses activités, l’agence russe continue actuellement d’enregistrer des noms de domaine et d’exploiter les réseaux sociaux pour manipuler l’actualité, en tentant notamment de décrédibiliser le gouvernement de Kyiv et l’assistance qui lui est portée par les pays occidentaux.

Avant de présenter ces principaux réseaux historiques, nous retracerons dans une première partie le cours des activités d’InfoRos de fin janvier à mars 2022. Et pour cause, l’agence semble avoir réagi à la parution de notre première enquête, et démantelé depuis cette période une partie importante de son infrastructure. Cette réaction suggère qu’InfoRos a tenté de limiter l’exposition publique de son ciblage de la population russe. Enfin, nous proposons en conclusion de revenir sur deux aspects du travail d’InfoRos abordés dans le rapport de janvier, mais que nos nouvelles investigations ont permis de mieux cerner, à savoir la création de noms de domaine à finalité commerciale, et la répartition géographique des sites locaux en Russie.

Un résumé des principales découvertes d’OpenFacto sur l’évolution de la stratégie et des tactiques d’InfoRos est disponible à la fin de ce rapport, p. 71. La liste complète des 1 945 noms de domaines liés à InfoRos est par ailleurs accessible en cliquant les liens ci-dessous.

Télécharger le rapport.

Télécharger la liste des domaines.

29.09.2022 à 10:02

Comment la fonction d’autocomplétion de Google aide à la diffusion de désinformation sur le Donbass

Equipe OpenFacto

Crossover a découvert que les prédictions produites par la fonction d’autocomplétion de Google (Google autocomplete) proposait presque systématiquement le nom d’un média pro-Kremlin dès lors que des citoyens belges francophones recherchaient le terme « Donbass » dans le moteur de recherche. D’autres prédictions de Google proposent par ailleurs les noms d’individus notoirement pro-Kremlin. Le 24 […]
Texte intégral (747 mots)

Crossover a découvert que les prédictions produites par la fonction d’autocomplétion de Google (Google autocomplete) proposait presque systématiquement le nom d’un média pro-Kremlin dès lors que des citoyens belges francophones recherchaient le terme « Donbass » dans le moteur de recherche. D’autres prédictions de Google proposent par ailleurs les noms d’individus notoirement pro-Kremlin.

Le 24 février 2022, Vladimir Poutine a lancé une « opération militaire spéciale » en Ukraine. Les yeux rivés sur l’Ukraine, l’Europe a regardé la Russie envahir ce pays. De nouveaux termes ont alors commencé à être prononcés par des journalistes, termes que beaucoup de personnes n’avaient jamais entendus auparavant : Kharkiv, Azov, dénazification, Boutcha, Donbass…

Quel est le réflexe désormais reconnu dès lors que quelqu’un entend un mot qu’il ne connaît pas ? Le googler. Selon les données de Google Trends, l’intérêt des utilisateurs belges pour le terme « Donbass » a augmenté de manière extrêmement importante, ceci se reflétant évidemment sur les tendances de recherches de Google.

Lorsqu’un utilisateur tape un certain mot sur le moteur de recherches de Google, la fonction de prédiction de la recherche essaie de deviner ce que l’utilisateur a en tête et propose de compléter le reste de la recherche, via un algorithme. Alors même qu’il tape, l’utilisateur voit s’afficher une boite proposant différentes prédictions, chacune lançant une recherche associée. Ce système est appelé Google Autocomplete Prediction.

Entre Février et Août 2022, quand les utilisateurs belges recherchaient des information sur le Donbass, Google Autocomplete Prediction complétait leur recherche avec des termes particulièrement douteux.

Notre investigation prouve que la recherche « Donbass » a été associé avec « Insider », « Anne Laure Bonnel », « Insider Christelle », parmi d’autres prédictions. En proposant le terme « Insider » comme complément de recherche de l’utilisateur, Google le dirigeait vers Donbass Insider, une source de propagande pro-Kremlin accusée de propager de la désinformation sur la guerre en Ukraine, et plus particulièrement sur le conflit au Donbass. Parfois, certains de ses canaux de communication associés, tels que Youtube ou Odysee, où sont produits le même genre de contenu, étaient également proposés.

Google proposait aussi l’expression « Anne Laure Bonnel », qui fait référence à « une journaliste française dont la visibilité a augmenté dès lors qu’elle eut présenté une analyse pro-russe du conflit au Donbass, y compris des informations trompeuses », selon ISD.

Enfin, la prédiction « Christelle » conduit à Christelle Néant, fondatrice de Donbass Insider qui bénéficie d’un solide réseaux de followers sur divers réseaux sociaux pour diffuser ses contenus et sa rhétorique pro-Kremlin.

Retrouvez cette enquête menée par CheckFirst, OpenFacto et Apache, pour le projet CrossOver en cliquant sur ce lien ou sur l’image ci-dessous..

9 / 10
  GÉNÉRALISTES
Basta
Blast
L'Autre Quotidien
Alternatives Eco.
La Croix
Euronews
Le Figaro
France 24
FTVI
HuffPost
L'Humanité
LCP / Public Senat
Le Media
Le Monde
Libération
Mediapart
La Tribune
 
  EUROPE
Courrier Europe Centle
Euractiv
Toute l'Europe
 
  INTERNATIONAL
Equaltimes
CADTM
Courrier International
Global Voices
Info Asie
Inkyfada
I.R.I.S
Jeune Afrique
Kurdistan au féminin
N-Y Times
Orient XXI
Of AFP
Rojava I.C
 
  OSINT / INVESTIGATION
OFF Investigation
OpenFacto°
Bellingcat
Disclose
G.I.J.N
 
  MÉDIAS D'OPINION
AOC
Au Poste
Cause Commune
CrimethInc.
Issues
Les Jours
Le Monde Moderne
LVSL
Marianne
Médias Libres
Quartier Général
Rapports de force
Reflets
Rézo
StreetPress
 
  OBSERVATOIRES
Armements
Acrimed
Catastrophes naturelles
Conspis
Culture
Extrême-droite
Human Rights
Inégalités
Information
Internet actu ✝
Justice fiscale
Liberté de création
Multinationales
Situationnisme
Sondages
Street-Médics
Routes de la Soie
Vrai ou Fake ?
🌓