Revues - Idées
Alencontre ★  Ballast ★  CQFD ★  Contretemps ★  ESSF ★  Frustration ★  NewGrozeille ★  Jef Klak ★  Lignes de crêtes ★  Le Monde Diplomatique ★  Lundi matin ★  NonFiction  ★  Période ★  Smolny ★  Terrestres ★  Usbek & Rica ★  Vacarme ★  La Vie des idées

 Lignes de crêtes

Site d’analyse et d’opinion collectif, internationaliste. Lignes de Crêtes s’assume politiquement bien-pensant, antiraciste, antifasciste, spirituel, international, féministe et résolument contre l’antisémitisme et l’islamophobie.

Publié le 24.03.2019 à 18:36

Au sujet d’une gauche antisémite

Nadia Meziane

«O gentilhommes La vie est courte, si nous vivons, c’est pour marcher sur la tête des rois ». Un non-sujet, l’antisémitisme à gauche ? Depuis quinze ans nous sommes quelques uns à avoir l’impression, au contraire qu’on n’a fait que parler des Juifs. Sans doute est ce une question d’accoutumance, qui fait que le vacarme constant devient un bruit de fond quasi-invisible aux yeux des militantEs. Jusqu’à ce qu’ils subissent eux même le bruit. Les cris et les huées. A ce moment très précis, où ils ont essayé de parler du “problème”, à une manifestation pourtant censée avoir lieu contre l’antisémitisme. A ce moment précis, où ils ont essayé de briser le silence qu’ils croyaient entendre et ont pu voir qu’il s’agissait en fait d’une haine plutôt tonitruante. Soit très exactement ce qui est arrivé aux auteurs du texte paru dans la revue Vacarmes, et qui s’adresse un peu à nous. Aller parler d’antisémitisme à gauche dans une manifestation appelée par les antisionistes, comme ces derniers, pourquoi? Dans cette partie de l’extrême-gauche où parler de l’antisémitisme, c’est depuis quinze ans, dire trois mots vite faits sur combien c’est grave mais pas souvent, avant de parler “d’instrumentalisation” par les “sionistes”, par le pouvoir, par les “racistes”, par les “médias”? Bref dresser la longue liste de tous les cas où parler d’antisémitisme est suspect, insupportable et contre-productif. Longue liste qui ne connaît guère d’exceptions. Ca fait longtemps que nous n’avons plus rien à faire, là. Là, dans cette partie de l’extrême-gauche qui a choisi son… Continuer la lecture
..................................................

Publié le 17.03.2019 à 14:00

Christchurch: le conspirationnisme comme légitimation de la lâcheté meurtrière.

Nadia Meziane

« The unarmed invader is more dangerous that the armed ». L’envahisseur non armé est plus dangereux que l’envahisseur armé. Dans le long pensum de Brenton Tarrant, c’est cette phrase là qu’on doit retenir. Celle qui entend justifier un récit où le lâche serait un preux chevalier. Cette phrase là qui au fond est la pierre de touche de tous les militantEs racistEs. Cette inversion du réel, transformé en récit héroïque. C’est une des fonctions principales de la théorie du Grand remplacement : faire d’une offensive impitoyable contre des innocents désarmés une guerre où des combattants courageux affronteraient des ennemis surpuissants. Mais les tueurs d’extrême-droite en Europe, aux Etats Unis ou en Nouvelle Zélande n’affrontent personne. Ils tuent, seulement. Tarrant a cité cinq tueurs censés être les « chevaliers » de son armée fantasmée. Tuer Breivik, qui a tué des jeunes gens désarmés dans un camp d’été de militantEs travaillistes, en leur tirant dessus à bout portant. Breivik, chevalier en lutte contre la Terrible Démocratie, mais qui de sa prison en appelle à la convention européenne des droits de l’homme pour améliorer ses conditions de détention. Luca Traini, ensuite. Luca Traini, ancien candidat de la Ligue du Nord, actuellement au pouvoir en Italie a commis une équipée sanglante dans les rues de Macerata le 3 février 2018. Armé, pendant deux heures de raid raciste, il a tiré sur une dizaine de personnes noires, par surprise, avant de faire le salut fasciste et de se rendre sans combat à la police. Condamné plutôt légèrement à douze… Continuer la lecture
..................................................

Publié le 14.03.2019 à 17:00

Les réseaux, les mots, les corps – la censure sens dessus dessous

Maic

Le sujet de la modération à plusieurs vitesses du réseau social Facebook revient depuis des années, sans évolution positive de la part du réseau social; plus récemment Instagram est devenu aussi la cible de critiques semblables. Je suis utilisatrice des deux réseaux, à la fois en tant que queer féministe et en tant qu’artiste visuelle, et donc habituée du traitement problématique que Facebook et Instagram impose aux contenus que nous lui fournissons. En rejoignant ces deux réseaux dans leur politiques réactionnaires, Tumblr, réputé beaucoup plus libre, a surpris tout le monde. Il y aurait aussi beaucoup à dire sur Youtube, sa maison-mère Google, Twitter, etc – mais cet article ne prétend pas à l’exhaustivité et s’attarde en particulier sur les premiers réseaux cités. Facebook, la censure à 42 vitesses Facebook a une politique très stricte, voire réactionnaire, en matière de contenus images et textes. Je voudrais évoquer en particulier ses politiques concernant les représentations/visibilités du/des corps – des politiques qui visent avant tout les images, mais qui se sont renforcées en octobre 2015 en s’étendant au vocabulaire. Pas de tétons mais des décapitations C’est en ce qui concerne les images que la censure de Facebook est la plus virulente et constante. En théorie, la nudité est autorisée sous de rares exceptions: dans le “cadre d’une protestation, pour sensibiliser à une cause, ou à des fins pédagogiques ou sanitaires”. Sont également autorisées “les photos de peintures, sculptures et autres œuvres d’art illustrant des personnages nus” Reste à savoir ce qui relève… Continuer la lecture
..................................................

Publié le 11.03.2019 à 15:19

Le nom Rothschild dans la campagne présidentielle

Hélène de Gunzbourg

Le texte « Le nom Rothschild dans la campagne présidentielle » fut écrit en février 2017 et se trouva refusé de manière indirecte, car tout simplement ignoré, par le journal Libération, ainsi que par le Monde. Très peu de personnes semblaient alors sensibilisées par l’accroit de l’antisémitisme pendant la campagne présidentielle, et beaucoup en revanche participaient à sa vulgarisation, ou alors faisaient semblants de ne pas reconnaître son visage. Nous jugeons que cela est encore le cas, voire même que nous assistons à un antisémitisme de plus en plus propagé et assumé. Notamment avec les Gilets Jaunes employant le symbole antisémite des « Rothschild » pour appeler à la démission du président, associé depuis la campagne présidentielle à Emmanuel Macron (« Les Rothschild ne sont pas les bienvenus ici »; « président Rothschild » ou les appels de plus en plus récurrents à s’attaquer à la “loi Rothschild” qui serait la cause des malheurs économiques du pays). Certains Gilets Jaunes manifestent même main dans la main avec l’extrême droite, notamment avec Hervé van Laethem (mouvement Nation) et Udo Foigt (NPD) de l’ultra droite Allemande, comme le 8 févier 2019 devant la banque Rothschild à Bruxelles: “C’est une bonne chose de mener une action ici devant les bureaux de la Banque Rothschild, car cette banque est emblématique du combat que doivent mener les gilets jaunes contre le pouvoir de l’argent. D’abord car rappelons qu’Emmanuel Macron a été (est toujours?) un employé de cette banque.” Ce même Udo Foigt, membre de parlement… Continuer la lecture
..................................................

Publié le 06.03.2019 à 23:59

The “Décathlon hijab” case: secularism in the broad sense or racism?

Christophe Tarricone

The “affair” of the running hijab is the latest development in the debates on the place of Islam in France. These debates seem endless since 1989 in a context of increasing influence of fundamentalist tendencies among Muslims in France (without any possiblity of accurately determining which ones can be grouped under the term Islamists). It is also the context of a greater visibility in the public space of the presence of the adherence to this form of Islamic practice, particularly by women, through the display of clothing. This development is taking place in a context marked by terrorist attacks claimed by Islamist jihadism, and committed by French people or young men who grew up on French soil. This can only lead to be suspicious that any form of Islamist fundamentalism could be colluding with this violence. A violence that is never blind, since it has targeted victims and places that are quite clearly identified. The decision taken by a wholesaler to market this garment to women could only provoke tensions, because it was once again bringing back to the centre of the debate the question of the place of women in the Muslim religion and its relationship to men. Behind this anecdotal fact lies the haunting question of women’s control of their bodies, the question of the obligation that can be imposed on them to cover themselves or even hide in a society that has seen French women, through their mobilization, gradually become masters of their bodies since the 1960s… Continuer la lecture
..................................................

Publié le 06.03.2019 à 15:17

Islamophobie: la faute du député Taché

Nadia Meziane

Pour qu’un récit raciste reste crédible, les victoires des mobilisations islamophobes ou antisémites doivent forcément apparaître comme des défaites afin que la peur et la paranoïa, moteur essentiel de ces mobilisations, continuent à exister. La récente offensive islamophobe sous le prétexte Décathlon n’aura pas fait exception à la règle. Objectivement, c’est une réussite totale pour les islamophobes. Menée conjointement et sans divisions par des forces d’extrême-droite classique mais aussi par celles venues de la gauche, comme le Printemps Républicain. Le résultat obtenu est énorme; non seulement, une grosse entreprise aura cédé aux desiderata des islamophobes après une bataille très rapide. A peine 48 heures de mobilisation sur les réseaux sociaux auront suffi. Mais le camp islamophobe aura également réussi à porter un coup très dur à la laïcité: le rapport de forces et la lâcheté de certains, aura permis que des Ministres et des représentants de l’Etat et de la République se permettent d’intervenir dans ce qui relève de la liberté de conscience et de la liberté d’entreprendre, au passage, la plus importante, pourtant aux yeux de ce gouvernement. Dans cette affaire, la majorité des macronistes aura renoncé au fameux « libéralisme », censé être leur cheval de bataille, de même qu’au cirque habituel du patriotisme économique, qui les conduit en général à acclamer toute entreprise française concurrençant des entreprises étrangères, quel que soit le produit. L’islamophobie aura été cette exception au credo capitaliste franchouillard, l’intérêt national cette fois voulait qu’on laisse un marché à Nike. Bref, le réel est idyllique pour… Continuer la lecture
..................................................