LePartisan.info À propos Podcasts Fil web Écologie Blogs Revues Médias
La Quadrature du Net
Souscrire à ce flux
Libertés fondamentales dans l’environnement numérique

-> Copie de sauvegarde automatisée des contenus la Quadrature du Net

▸ les 10 dernières parutions

17.04.2024 à 14:25

Expérimentation de la VSA : les premières autorisations sont tombées

bastien

Les premiers arrêtés préfectoraux autorisant la vidéosurveillance algorithmique (VSA) dans le cadre de la loi JO viennent d’être publiés. La RATP et la SNCF peuvent désormais surveiller automatiquement les personnes à l’occasion du match PSG/OL…
Texte intégral (687 mots)

Les premiers arrêtés préfectoraux autorisant la vidéosurveillance algorithmique (VSA) dans le cadre de la loi JO viennent d’être publiés. La RATP et la SNCF peuvent désormais surveiller automatiquement les personnes à l’occasion du match PSG/OL du 19 au 22 avril et du concert des Black Eyed Peas le 20 avril. La Quadrature du Net s’est mobilisée depuis 2019 contre cette technologie et continue sa bataille. Nous vous tiendrons au courant dans les prochaines semaines des actions à venir.

Déployée en toute illégalité depuis des années et autorisée de façon inédite en Europe avec la loi sur les JOP, la vidéosurveillance algorithmique était dans les starting blocks pour être utilisée pour la première fois par la police. C’est maintenant chose faite.

La préfecture de police de Paris a autorisé ce 17 avril 2024 l’utilisation du logiciel de VSA de la société Wintics par la SNCF et la RATP. La surveillance commencera dès le 19 avril sur 118 caméras de la gare de Lyon et du pont du Garigliano à Paris. Elle concernera également le 20 avril l’ensemble des caméras des stations de métro et de RER des gares de Nanterre Préfecture et de La Défense Grande Arche.

La rumeur d’une autorisation de VSA à l’occasion du match PSG-OL circulait depuis plusieurs semaines puisque la SNCF annonçait depuis quelques temps sur des affiches gare de Lyon avoir obtenu une autorisation de la préfecture de Police. On apprenait sur cette affiche que la SNCF procédait déjà à des « tests » liés à la phase de conception de l’algorithme, où les personnes filmées servent de cobayes pour ajuster les logiciels. Des tests ont aussi été effectués lors de deux concerts de Depeche Mode à Paris. Une autre affiche dans les couloirs du métro parisien indiquait que des expérimentations allaient aussi bientôt être mises en œuvre par la RATP.

Affiche de la SNCF Affiche de la RATP
 

Nous avons développé un outil de recensement des autorisations préfectorales de surveillance, dont l’information fait quasi systématiquement défaut, ce qui empêche les personnes surveillées d’être au courant de ces mesures. Cet outil, dénommé « Attrap’Surveillance » (pour Automate de Traque des Termes de Recherche dans les Arrêtés Préfectoraux), analyse automatiquement les recueils des actes administratifs de chaque préfecture afin d’y repérer les autorisations préfectorales d’utilisation des drones et de VSA. C’est comme cela que nous avons pu apprendre la publication aujourd’hui de la première autorisation formelle d’une utilisation répressive de la VSA à Paris. En publiant aussi tardivement ces arrêtés, le préfet de police tente d’éviter au maximum les recours en justice, qui n’auront probablement pas le temps d’être jugés avant le début de la surveillance algorithmique.

Face à la concrétisation de cette surveillance, aux abus qui se profilent et à la Technopolice qui avance illégalement en parallèle de la loi JO, La Quadrature du Net s’apprête à répliquer. Nous vous tiendrons au courant dans les prochaines semaines des actions à venir.

09.04.2024 à 15:10

Projet de loi SREN : le Parlement s’accorde pour mettre au pas Internet

bastien

Nous vous parlions l’année dernière du projet de loi SREN (pour « Sécuriser et réguler l’espace numérique »). Il s’agit d’un texte censé réguler les plateformes en ligne, dont nombre de ses mesures ont révélé une vision…
Texte intégral (2516 mots)

Nous vous parlions l’année dernière du projet de loi SREN (pour « Sécuriser et réguler l’espace numérique »). Il s’agit d’un texte censé réguler les plateformes en ligne, dont nombre de ses mesures ont révélé une vision archaïque d’Internet1Voir notre analyse générale du texte, celle spécifique du filtre anti-arnaque, et celle sur la vérification de l’âge en ligne co-écrite avec Act Up-Paris.. Le 26 mars dernier, député·es et sénateur·rices de la commission mixte paritaire (CMP) se sont accordé·es sur une version commune du texte. Les modifications apportées ne sont pourtant que cosmétiques. Après son vote la semaine dernière par le Sénat, cette version commune doit encore être votée par l’Assemblée nationale demain. Nous appelons cette dernière à le rejeter.

Vérification de l’âge : s’isoler plutôt que de se conformer au droit européen

Si le projet de loi SREN met autant de temps à être voté, c’est que la France mène depuis plusieurs mois un bras de fer avec la Commission européenne. Normalement, la régulation des plateformes en ligne se décide au niveau de l’ensemble de l’Union européenne. Pourtant, avec ce texte, le gouvernement français a décidé de n’en faire qu’à sa tête. En voulant forcer les plateformes hébergeant du contenu pornographique à vérifier l’âge des internautes, mesure inutile qui n’empêchera pas les mineur·es d’accéder à ces contenus, la France souhaite ainsi s’affranchir des règles européennes qui s’imposent normalement à elle.

La Commission européenne n’a évidemment pas vu cela d’un bon œil. Elle a donc actionné les pouvoirs qui lui sont octroyés dans ce genre de situations, et a bloqué le texte à deux reprises, arguant que le projet de loi SREN empiétait sur le droit de l’Union.

La parade trouvée par la CMP consiste à restreindre l’obligation de vérification de l’âge des internautes aux seules plateformes établies « en France ou hors de l’Union européenne ». Autrement dit, puisque les plateformes européennes ne sont plus concernées par cette vérification d’âge, cette mesure ne rentre plus dans le champ du droit européen, et la Commission européenne n’a plus rien à dire ! Stupide, mais habile formalisme.

La France décide ainsi de s’isoler du reste de l’Union : les plateformes françaises ou non-européennes devront faire cette vérification d’âge, alors que les plateformes européennes en seront épargnées. On félicitera l’audace de la parade : alors qu’habituellement, pour refuser les régulations sur les sujets numériques, le gouvernement français est le premier à brandir la concurrence des États sur Internet et le risque que les acteurs français s’enfuient à l’étranger en cas de « sur-régulation » (argument brandit par exemple pour détricoter le règlement IA ou supprimer l’interopérabilité des réseaux sociaux), il semble ici s’accommoder précisément de ce qu’il dénonce, puisque les plateformes françaises seront pénalisées par rapport à celles situées dans le reste de l’UE. Tout ça pour garder la face.

Ce tour de passe-passe politique ne doit néanmoins pas masquer la réalité de cette vérification d’âge. Au-delà d’une question d’articulation avec le droit de l’Union européenne, cette mesure, comme nous le dénonçons depuis le début, mettra fin à toute possibilité d’anonymat en ligne, notamment sur les réseaux sociaux (voir notre analyse et celle d’Act Up-Paris sur la question de la vérification de l’âge).

Vous reprendrez bien un peu de censure automatisée ?

Le texte final de ce projet de loi prévoit d’étendre la censure automatisée. Ses articles 3 et 3 bis A prévoient une obligation de censure en 24 heures des contenus, respectivement d’abus sexuels sur enfants et de représentation d’actes de torture et de barbarie. Le mécanisme est un calque de la censure automatisée des contenus à caractère terroriste : une notification de la police, une obligation de censure en 24h sous peine de fortes amendes et de plusieurs années de prison, un contrôle par la justice qui n’est pas obligatoire puisque le juge doit être saisi une fois la censure effective par l’hébergeur des contenus et non par la police.

La Quadrature du Net, tout comme de nombreuses autres organisations, dénoncent depuis des années le fait que ce système de censure administrative en très peu de temps aura comme conséquence une automatisation de la censure : face aux sanctions monstrueuses en cas de non-retrait, et alors que les hébergeurs n’ont que très peu de temps pour agir, ils seront nécessairement poussés à ne pas contester la police et à censurer les contenus qu’on leur demande de retirer. C’est d’ailleurs exactement ce mécanisme qu’avait censuré le Conseil constitutionnel en 2020 avec la loi Avia, et qu’avec cinq autres associations nous dénonçons devant la justice à propos du règlement européen de censure terroriste.

Et le prétexte de la lutte contre les abus sexuels sur mineur·es ou la lutte contre les actes de torture ou de barbarie ne peut justifier ces censures. Tout comme le projet de règlement européen CSAR (pour « Child sexual abuse regulation », aussi appelé « Chat Control »), le projet de loi SREN ne résoudra pas le problème des abus sexuels sur mineur·es ni des actes de torture en censurant ces contenus. Une autre politique, ambitieuse, pour lutter contre les réseaux et trafiquants, est pour cela nécessaire.

Prendre les gens pour des schtroumpfs

Les débats sur ce projet de loi auront, une fois de plus, démontré la piètre qualité des débats parlementaires lorsqu’il s’agit de numérique2Ce qui n’est pas inédit, voir par exemple ce qui s’est passé pendant les débats sur la loi JO qui a légalisé une partie de la vidéosurveillance algorithmique.. Les débats autour du filtre « anti-arnaque » ou de la peine de bannissement ont été particulièrement révélateurs de la manière dont le gouvernement voit les internautes : comme des incapables à qui il faudrait montrer la voie, quitte à mentir.

Le filtre anti-arnaque n’a pas été substantiellement modifié en CMP et la vision paternaliste que nous dénoncions (voir notre analyse) est toujours présente en l’état actuel du texte. Ce filtre fait le constat de l’inefficacité des listes anti-hameçonnages qu’utilisent les principaux navigateurs mais, au lieu de fournir une liste anti-hameçonnage complémentaire, de qualité et transparente, le gouvernement préfère forcer la main des navigateurs en leur imposant de censurer les contenus et de devenir des auxiliaires de police.

Main sur le cœur, le gouvernement nous promet toutefois que seuls les contenus d’hameçonnage seront concernés par ce nouveau dispositif de censure que devront implémenter les navigateurs. N’ayons aucune crainte, cette nouvelle manière de censurer ne sera jamais étendue à tout le reste ! Difficile, en réalité, de croire un gouvernement d’Emmanuel Macron alors que ce dernier a clairement adopté depuis son arrivée à l’Élysée une politique de remise en cause drastique des libertés fondamentales (voir notre récapitulatif en 2022 pour son premier mandat).

Et difficile de croire un gouvernement dont le ministre Jean-Noël Barrot, lorsqu’il était chargé de défendre ce texte avant d’être débarqué des affaires numériques, n’hésitait pas à raconter n’importe quoi pour mieux faire passer la pilule. Car la peine de bannissement de réseaux sociaux, prévue à l’article 5 du projet de loi, nécessite que les plateformes connaissent l’identité des personnes ouvrant un compte (et ce afin d’empêcher que les personnes bannies ne reviennent sur la plateforme). Or, questionné sur France Culture à propos des atteintes à l’anonymat en ligne qu’implique cette mesure , le ministre Barrot a préféré mentir de d’admettre le problème. Il a affirmé que le projet de loi ne prévoyait qu’« une obligation de moyens [d’empêcher un·e internaute banni·e de se refaire un compte] mais qui n’est pas sanctionnée par une amende ». Sauf que c’est totalement faux : un réseau social qui n’aurait pas empêché un·e internaute banni·e de se refaire un compte risquera jusqu’à 75 000€ d’amende par compte recréé. Et ce point n’a pas évolué lors des débats parlementaires.

Détricoter la loi de 1881 sur la liberté d’expression

Le texte final comporte une grande nouveauté : le délit d’outrage en ligne a été réintroduit par la CMP. Cette disposition, initialement introduite par le Sénat puis supprimée par l’Assemblée nationale car jugée trop dangereuse, consiste à faire des abus d’expression en ligne une circonstance aggravante par rapport aux cas où ils seraient commis hors ligne. Concrètement, le projet de loi SREN sanctionne de 3 750 euros d’amende et d’un an d’emprisonnement le fait de « diffuser en ligne tout contenu qui soit porte atteinte à la dignité d’une personne ou présente à son égard un caractère injurieux, dégradant ou humiliant, soit crée à son encontre une situation intimidante, hostile ou offensante ».

Il s’agit donc d’un délit extrêmement large puisque la notion de « situation intimidante, hostile ou offensante » n’est nullement définie légalement et sera la porte ouverte aux interprétations larges. De plus, la possibilité de sanctionner ce délit par une amende forfaitaire rajoute des possibilités d’abus, ce que dénoncent déjà des avocat·es et la Défenseure des droits. Mais ce délit peut également être sanctionné par une peine de bannissement.

Surtout, ce délit d’outrage en ligne déroge à la loi de 1881. Cette loi est le socle qui régit aujourd’hui les abus d’expression, y compris en ligne : elle prévoit des mécanismes qui évitent les abus (délais de prescription courts, procédures particulières, etc.). Exit ces garde-fous : en introduisant ce délit d’outrage en ligne dans le code pénal et non dans la loi de 1881, le législateur concrétise une longue envie de la droite autoritaire de détricoter cette loi. Pourquoi, pourtant, faudrait-il abandonner les protections de la loi de 1881 pour le simple fait que ce serait en ligne, alors que la presse papier ou la télévision sont souvent des déversoirs de haine ?

Le projet de loi SREN n’a donc pas fondamentalement évolué. Il s’agit toujours d’un texte fondé sur un mode de régulation d’Internet à la fois vertical et brutal, qui ne peut mener qu’à une impasse et une restriction des libertés. Comme si l’État ne savait pas réguler un média autrement sur ce modèle autoritaire. Les autres modèles de régulation, notamment l’obligation d’interopérabilité des réseaux sociaux, ont été sèchement rejetés par le pouvoir. Le résultat de ce refus de voir ce qu’est Internet est un texte inadapté, dangereux pour les droits fondamentaux et l’expression libre en ligne, et qui ne résoudra aucunement les problèmes auxquels il prétend s’attaquer. L’Assemblée nationale doit donc rejeter ce projet de loi. Et pour nous aider à continuer la lutte, vous pouvez nous faire un don.

References[+]

References
1 Voir notre analyse générale du texte, celle spécifique du filtre anti-arnaque, et celle sur la vérification de l’âge en ligne co-écrite avec Act Up-Paris.
2 Ce qui n’est pas inédit, voir par exemple ce qui s’est passé pendant les débats sur la loi JO qui a légalisé une partie de la vidéosurveillance algorithmique.

08.04.2024 à 16:44

Contre la criminalisation et la surveillance des militant·es politiques

startuffenation

Ce texte a été lu par un·e membre de La Quadrature du Net le 5 avril 2024 lors du rassemblement devant le Tribunal judiciaire d’Aix-en-Provence, à l’occasion des deux nouvelles mises en examen dans l’affaire…
Texte intégral (1253 mots)

Ce texte a été lu par un·e membre de La Quadrature du Net le 5 avril 2024 lors du rassemblement devant le Tribunal judiciaire d’Aix-en-Provence, à l’occasion des deux nouvelles mises en examen dans l’affaire Lafarge.

On est là aujourd’hui pour dire notre soutien aux personnes convoquées, à toutes les personnes placées en garde à vue et inquiétées dans cette affaire. On est là pour dénoncer l’instrumentalisation de la justice et des services antiterroristes pour réprimer les militantes et militants et dissuader toute forme de désobéissance civile. Là, enfin, pour dire notre indignation face au recours systématique à des formes de surveillance intrusives et totalement disproportionnées.

Les mises en examen de ce jour, ou celles qui les ont précédé dans cette « affaire Lafarge », s’inscrivent dans un contexte plus global. Jusqu’à un passé pas si lointain, de nombreuses formes d’action directes étaient tolérées par les autorités. Mais progressivement, en lien avec la dérive néo-libérale amorcée dans les années 1980, l’espace accordé à la critique d’un système injuste et écocide a fondu comme neige au soleil. De crise en crise, on a assisté à la consolidation d’un État d’exception, à l’inflation des services de renseignement, à la multiplication de dérogations au droit libéral — un droit certes bien trop imparfait, mais qui n’en demeurait pas moins un héritage fondamental des luttes passées. On a également vu un pouvoir politique s’entêter au point de ne plus tolérer la moindre contestation, instrumentalisant le droit commun à coup d’amendes, de dissolutions, de maintien de l’ordre hyper-violent.

Le tout pour réprimer toutes celles et ceux qui ont la dignité de dire leur refus d’un système à la violence décomplexée, et le courage de mettre ce refus en actes. Dans ce processus du criminalisation des militant·es, les services de renseignement, de police judiciaire comme les magistrats du parquet peuvent désormais s’appuyer sur les exorbitants moyens de surveillance. Autant de dispositifs qui se sont accumulés depuis 25 ans et qui, dans l’affaire Lafarge et d’autres jugées récemment, s’emboîtent pour produire une surveillance totale. Une surveillance censée produire des éléments sur lesquels pourront s’édifier le récit policier et la répression.

Cette surveillance, elle commence par l’activité des services de renseignement. Contrôles d’identité qui vous mettent dans le viseur des services, caméras et micro planquées autour de lieux militants ou dans des librairies, balises GPS, interceptions, analyse des métadonnées, … Tout est bon pour servir les priorités politiques et justifier la pérennisation des crédits. L’activité du renseignement consacrée à la surveillance des militant·es – érigée en priorité depuis la stratégie nationale du renseignement de 2019 –, elle a doublé sous Macron, passant de 6 % au moins du total des mesures de surveillance en 2017 à plus de 12% en 2022.

Après le fichage administratif, après les notes blanches du renseignement, vient le stade des investigations judiciaires. Là encore, comme l’illustre l’affaire Lafarge, la surveillance en passe par le recours à la vidéosurveillance – plus de 100 000 caméras sur la voie publique aujourd’hui –, puis par l’identification biométrique systématique, notamment via la reconnaissance faciale et le fichier TAJ, ou quand ce n’est pas possible par le fichier des cartes d’identité et de passeport, l’infâme fichier TES, qui est ainsi détourné.

Pour rappel, le recours à la reconnaissance faciale via le fichier TAJ, ce n’est pas de la science fiction. Ce n’est pas non plus l’exception. Il est aujourd’hui utilisée au moins 1600 fois par jour par la police, et ce alors que cette modalité d’identification dystopique n’a jamais été autorisée par une loi et que, de fait, son usage n’est pas contrôlé par l’autorité judiciaire.

Cette reconnaissance faciale, elle est employée y compris pour des infractions dérisoires, notamment lorsqu’il s’agit d’armer la répression d’opposants politiques comme l’ont illustré les jugements de la semaine dernière à Niort, un an après Sainte-Soline. Et ce alors que le droit européen impose normalement un critère de « nécessité absolue ».

La surveillance découle enfin du croisement de toutes les traces numériques laissées au gré de nos vies et nos activités sociales. Dans cette affaire et d’autres encore, on voit ainsi se multiplier les réquisitions aux réseaux sociaux comme Twitter ou Facebook, l’espionnage des conversations téléphoniques et des SMS, le suivi des correspondances et des déplacements de groupes entiers de personnes via leurs métadonnées, la surveillance de leurs publications et de leurs lectures, la réquisition de leurs historiques bancaires ou des fichiers détenus par les services sociaux, … Le tout, souvent sur la seule base de vagues soupçons. Et à la clé, une violation systématique de leur intimité ensuite jetée en pâture à des policiers, lesquels n’hésitent pas à à s’en servir pour intimider ou tenter d’humilier lors des interrogatoires, et construire une vision biaisée de la réalité qui puisse corroborer leurs fantasmes.

De plus en plus, c’est la logique même de la résistance à la dérive autoritaire qui est criminalisée. Vous utilisez des logiciels libres et autres services alternatifs aux multinationales qui dominent l’industrie de la tech et s’imbriquent dans les systèmes de surveillance d’État ? Cela suffit à faire de vous un suspect, comme le révèle l’affaire du « 8 décembre » jugée il y a quelques mois. Vous choisissez des messageries dotées de protocoles de chiffrement pour protéger votre droit à la confidentialité des communications ? On pourra recourir aux spywares et autres méthodes d’intrusion informatique pour aspirer le maximum de données contenues dans vos ordinateurs ou smartphones. C’est ce dont a été victime le photographe mis en cause dans cette affaire. Et si vous refusez de livrer vos codes de chiffrement lors d’une garde à vue, on retiendra cela contre vous et on intentera des poursuites, quand bien même l’infraction censée légitimer votre garde à vue s’est avérée tout à fait grotesque.

Pour conclure, nous voudrions rappeler que, dans les années 30, alors que l’Europe cédait peu à peu au fascisme, un gouvernement français pouvait faire du pays une terre d’accueil pour les militant·es, les artistes, les intellectuelles. C’était juste avant la fin honteuse de la IIIe république, juste avant le régime de Vichy. Aujourd’hui, alors que, à travers l’Europe comme dans le monde entier, les militant·es des droits humains, les militant·es écologistes, celles et ceux qui dénoncent la violence systémique des États ou les méfaits des multinationales, sont chaque jour plus exposé·es à la répression, l’État français se place aux avant-gardes de la dérive post-fasciste.

Reste à voir si, plutôt que de s’en faire la complice active comme le font craindre les décisions récentes, l’institution judiciaire aura encore la volonté d’y résister.

22.03.2024 à 16:25

QSPTAG #305 — 22 mars 2024

robinson

Pour mieux surveiller ses allocataires, La CAF aura dorénavant accès aux revenus des Français en temps réel Notre travail d’enquête sur les algorithmes de contrôle social continue. Après avoir obtenu l’algorithme utilisé par la CAF pour…
Texte intégral (1301 mots)

Pour mieux surveiller ses allocataires, La CAF aura dorénavant accès aux revenus des Français en temps réel

Notre travail d’enquête sur les algorithmes de contrôle social continue. Après avoir obtenu l’algorithme utilisé par la CAF pour contrôler ses allocataires en fonction d’un « score de risque », après avoir analysé cette méthode de calcul et démontré qu’elle ciblait volontairement les personnes les plus précaires, nous poursuivons nos recherches du côté des outils utilisés par d’autres services sociaux : assurance vieillesse, assurance maladie, assurance chômage, etc. Vous pouvez retrouver l’ensemble de ces travaux sur notre page de campagne.

Mais les dernières nouvelles concernant les pratiques de la CAF nous sont arrivées par la presse : tout en se défendant des mauvaises intentions que nous lui prêtions, la CAF continuait/continu ? de demander l’accès à toujours plus de données, pour mieux surveiller ses allocataires. Elle a donc obtenu récemment le droit d’accéder au fichier du Dispositif des ressources mensuelles (DRM), qui recense quotidiennement pour chaque personne l’intégralité de ses sources de revenus : les salaires perçus et les prestations sociales touchées. Créé pour faciliter le calcul des aides personnalisées pour le logement (APL), le fichier connaît donc une déviation flagrante de sa finalité première. Et l’utilisation que compte en faire la CAF n’est pas brillante : il s’agit d’améliorer la « productivité » de son algorithme de contrôle.
Les revenus des allocataires étaient jusqu’à présent connus annuellement au moment de la déclaration de revenus, ou chaque trimestre auprès des allocataires. La surveillance mensuelle des variations de revenus, en permettant une révision plus serrée des droits des allocataires, permettra sans doute de détecter de plus nombreux « trop perçus » – voilà pour la « productivité ». Et qui sont les personnes dont les revenus varient le plus, et ont le plus besoin des aides sociales ? Les plus pauvres, encore une fois.

En plus de cette discrimination automatisée, cette annonce nous paraît révéler deux problèmes : d’une part l’inefficacité du contrôle opéré par la CNIL, pourtant créée pour surveiller l’usage des fichiers, et d’autre part le dévoiement du projet gouvernemental de « solidarité à la source », annoncé comme un moyen de lutter contre le « non recours » aux aides sociales, en passe de devenir un système de centralisation des donnée pléthorique et sans contrôle.

Lire l’article : https://www.laquadrature.net/2024/03/13/notation-des-allocataires-la-caf-etend-sa-surveillance-a-lanalyse-des-revenus-en-temps-reel/

Soutenir La Quadrature en 2024

Nous sommes toujours en campagne de soutien pour financer notre travail en 2024. C’est pour nous l’occasion de présenter les grands chantiers en cours, principalement la lutte contre les algorithmes de contrôle social dans les administrations, la défense du droit au chiffrement des communications, la promotion de l’interopérabilité des services Web, et la réflexion nécessaire autour du numérique dans le contexte de la crise écologique mondiale.

Nous avons besoin de vous pour travailler en 2024 ! N’hésitez pas à faire un don de soutien à l’association, ou à faire connaître notre campagne de dons autour de vous. Merci pour votre aide !

Présentation des grands chantiers de 2024 : https://www.laquadrature.net/donner/ et https://www.laquadrature.net/2023/11/15/de-nouveaux-combats-pour-2024/
Faire un don à La Quadrature : https://don.laquadrature.net/

Agenda

  • 29 mars 2024 : apéro public dans nos locaux, 115 rue de Ménilmontant, 75020 Paris, à partir de 19h.
  • 11 avril 2024 : causerie mensuelle du groupe Technopolice Marseille, au Manifesten, 59 rue Adolphe Thiers, 13001 Marseille, à partir de 19h.

La Quadrature dans les médias

Algos de contrôle social

Surveillance

Technopolice : police prédictive

Technopolice : VSA et JO

Divers

13.03.2024 à 10:37

Notation des allocataires : la CAF étend sa surveillance à l’analyse des revenus en temps réel

henri

Retrouvez l’ensemble de nos publications, documentations et prises de positions sur l’utilisation par les organismes sociaux – CAF, Pôle Emploi, Assurance Maladie, Assurance Vieillesse – d’algorithmes à des fins de contrôle social sur notre page dédiée et notre gitlab. Il…
Texte intégral (6714 mots)

Retrouvez l’ensemble de nos publications, documentations et prises de positions sur l’utilisation par les organismes sociaux – CAF, Pôle Emploi, Assurance Maladie, Assurance Vieillesse – d’algorithmes à des fins de contrôle social sur notre page dédiée et notre gitlab.

Il y a tout juste deux mois, nous publiions le code source de l’algorithme de notation des allocataires de la CAF. Cette publication démontrait l’aspect dystopique d’un système de surveillance allouant des scores de suspicion à plus de 12 millions de personnes, sur la base desquels la CAF organise délibérement la discrimination et le sur-contrôle des plus précaires. Ce faisant, nous espérions que, face à la montée de la contestation1Le président de la Seine-Saint-Denis a notamment saisi le Défenseur des Droits suite à la publication du code source de l’algorithme. Notre travail pour obtenir le code source de l’algorithme a par ailleurs servi aux équipes du journal Le Monde et de Lighthouse Reports pour publier une série d’articles ayant eu un grand retentissement médiatique. Une députée EELV a par ailleurs abordé la question de l’algorithme lors des questions au gouvernement. Thomas Piketty a écrit une tribune sur le sujet et ATD Quart Monde un communiqué. Le parti EELV a aussi lancé une pétition sur ce sujet disponible ici., les dirigeant·es de la CAF accepteraient de mettre fin à ces pratiques iniques. Il n’en fut rien.

À la remise en question, les responsables de la CAF ont préféré la fuite en avant. La première étape fut un contre-feu médiatique où son directeur, Nicolas Grivel, est allé jusqu’à déclarer publiquement que la CAF n’avait ni « à rougir » ni à s’« excuser » de telles pratiques. La deuxième étape, dont nous venons de prendre connaissance2Voir l’article « L’État muscle le DRM, l’arme pour lutter contre la fraude et le non-recours aux droits » publié le 01/02/2024 par Emile Marzof et disponible ici., est bien plus inquiétante. Car parallèlement à ses déclarations, ce dernier cherchait à obtenir l’autorisation de démultiplier les capacités de surveillance de l’algorithme via l’intégration du suivi en « temps réel »3Bien que la fréquence de mise à jour des revenus soit majoritairement mensuelle, dans la mesure où les salaires sont versés une fois par mois, nous reprenons ici l’expression utilisée par la Cour des comptes. Voir le chapitre 9 du Rapport sur l’application des lois de financement de la sécurité sociale de 2022 disponible ici. des revenus de l’ensemble des allocataires. Autorisation qu’il a obtenue, avec la bénédiction de la CNIL, le 29 janvier dernier4Décret n° 2024-50 du 29 janvier 2024 disponible ici. Voir aussi la délibération n° 2023-120 du 16 novembre 2023 de la CNIL ici. Le décret prévoit une expérimentation d’un an. La surveillance des revenus est aussi autorisée pour le contrôle des agriculteurs·rices par les Mutualités Sociales Agricoles et des personnes âgées par la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse..

Surveillance et « productivité » des contrôles

Pour rappel, le revenu est une des quelque quarante variables utilisées par la CAF pour noter les allocataires. Comme nous l’avions montré, plus le revenu d’un·e allocataire est faible, plus son score de suspicion est élevé et plus ses risques d’être contrôlé·e sont grands. C’est donc un des paramètres contribuant directement au ciblage et à la discrimination des personnes défavorisées.

Jusqu’à présent, les informations sur les revenus des allocataires étaient soit récupérées annuellement auprès des impôts, soit collectées via les déclarations trimestrielles auprès des allocataires concerné·es (titulaires du RSA, de l’AAH…)5Voir lignes 1100 du code de l’algorithme en usage entre 2014 et 2018 disponible ici : pour le calcul des revenus mensuels, la CAF utilise soit les déclarations de revenus trimestrielles (dans le cadre des personnes au RSA/AAH) divisées par 3, soit les revenus annuels divisés par 12. Si nous ne disposons pas de la dernière version de l’algorithme, la logique devrait être la même.
. Désormais, l’algorithme de la CAF bénéficiera d’un accès en « temps réel » aux ressources financières de l’ensemble des 12 millions d’allocataires (salaires et prestations sociales).

Pour ce faire, l’algorithme de la CAF sera alimenté par une gigantesque base de données agrégeant, pour chaque personne, les déclarations salariales transmises par les employeurs ainsi que les prestations sociales versées par les organismes sociaux (retraites, chômage, RSA, AAH, APL…)6 L’architecture de la base DRM repose sur l’agrégation de deux bases de données. La première est la base des « Déclarations Sociales Nominatives » (DSN) regroupant les déclarations de salaires faites par les employeurs. La seconde, « base des autres revenus » (PASRAU), centralise les prestations sociales monétaires (retraites, APL, allocations familiales, indemnités journalières, AAH, RSA, allocations chômage..). La base DRM est mise à jour quotidiennement et consultable en temps réel. D’un point de vue pratique, il semblerait que le transfert de données de la base DRM à la CAF soit fait mensuellement. La CAF peut aussi accéder à une API pour une consultation du DRM en temps réel. Voir notamment le chapitre 9 du rapport de la Cour des comptes d’octobre 2022 sur l’application des lois de financement de la sécurité sociale, disponible ici.
 : c’est le « Dispositif des Ressources Mensuelles » (DRM). Cette base, créée en 2019 lors de mise en place de la réforme de la « contemporanéisation » des APL7Plus précisément, cette base a été créée afin de mettre en place la réforme des APL de 2021 et l’information des assuré·es sociaux (voir la délibération de la CNIL 2019-072 du 23 mai 2019 disponible ici et le décret n° 2019-969 du 18 septembre 2019 disponible ici.) La liste des prestations sociales pour lesquelles le DRM peut être utilisé à des fins de calcul s’est agrandie avec le récent décret permettant son utilisation à des fins de contrôle (voir le décret n°2024-50 du 29 janvier 2024 disponible ici. Il peut désormais, entre autres, être utilisée pour le calcul du RSA, de la PPA – prime d’activité –, des pensions d’invalidités, de la complémentaire santé-solidaire, des pensions de retraite… Il est par ailleurs le pilier de la collecte de données sur les ressources dans le cadre du projet de « solidarité » à la source. Concernant la lutte contre la fraude, son utilisation n’était pas envisagée pour détecter des situations « à risque » même si certaines de ces données pouvaient, a priori, être utilisées notamment lors d’un contrôle par les administrations sociales (consultation RNCPS – répertoire national commun de protection sociale…) via l’exercice du droit de communication. Voir aussi le rapport de la Cour des comptes d’octobre 2022 sur l’application des lois de financement de la sécurité sociale, disponible ici ainsi que le rapport de la Cour des comptes de 2021 sur la mise en place du prélèvement à la source disponible ici.
, est mise à jour quotidiennement, et offre des capacités inégalées de surveillance des allocataires.

La justification d’une telle extension de la surveillance à l’œuvre à des fins de notation des allocataires est d’accroître la « productivité du dispositif [de l’algorithme] » selon les propres termes des responsables de la CAF8Voir la délibération 2023-120 de la CNIL disponible ici.
. Qu’importe que se multiplient les témoignages révélant les violences subies par les plus précaires lors des contrôles9Voir notamment les témoignages collectés par le collectif Changer de Cap, disponibles ici et le rapport de la Défenseure des Droits.. Qu’importe aussi que les montants récupérés par l’algorithme soient dérisoires au regard du volume des prestations sociales versées par l’institution10Les montants d’« indus » récupérés par la CAF dans le cadre des contrôles déclenchés par l’algorithme représentent 0,2% du montant total des prestations versées par la CAF. Voir ce document de la CAF.. Les logiques gestionnaires ont fait de la course aux « rendements des contrôles » une fin en soi à laquelle tout peut être sacrifié.

Que cette autorisation soit donnée à titre « expérimental », pour une période d’un an, ne peut être de nature à nous rassurer tant on sait combien le recours aux « expérimentations » est devenu un outil de communication visant à faciliter l’acceptabilité sociale des dispositifs de contrôle numérique11Voir notamment notre article « Stratégies d’infiltration de la surveillance biométrique dans nos vies », disponible ici..

La CNIL à la dérive

La délibération de la CNIL qui acte l’autorisation accordée à la CAF de ce renforcement sans précédent des capacités de surveillance de son algorithme de notation laisse sans voix12Voir la délibération n° 2023-120 du 16 novembre 2023 disponible ici.. Loin de s’opposer au projet, ses recommandations se limitent à demander à ce qu’une attention particulière soit « accordée à la transparence » de l’algorithme et à ce que… le « gain de productivité du dispositif » fasse l’objet d’un « rapport circonstancié et chiffré ». La violation de l’intimité des plus de 30 millions de personnes vivant dans un foyer bénéficiant d’une aide de la CAF est donc ramenée à une simple question d’argent…

Nulle part n’apparaît la moindre critique politique d’un tel dispositif, alors même que cela fait plus d’un an que, aux côtés de différents collectifs et de la Défenseure des Droits, nous alertons sur les conséquences humaines désastreuses de cet algorithme. La CNIL alerte par contre la CNAF sur le risque médiatique auquelle elle s’expose en rappelant qu’un scandale autour d’un algorithme en tout point similaire a « conduit le gouvernement néerlandais à démissionner en janvier 2021 ». Une illustration caricaturale de la transformation du « gendarme des données » en simple agence de communication pour administrations désireuses de ficher la population.

On relèvera également un bref passage de la CNIL sur les « conséquences dramatiques » du risque de « décisions individuelles biaisées » conduisant l’autorité à demander à ce que l’algorithme soit « conçu avec soin ». Celui-ci démontre – au mieux – l’incompétence technique de ses membres. Rappelons que cet algorithme ne vise pas à détecter la fraude mais les indus ayant pour origine des erreurs déclaratives. Or, ces erreurs se concentrent, structurellement, sur les allocataires aux minima sociaux, en raison de la complexité des règles d’encadrement de ces prestations13Voir nos différents articles sur le sujet ici et l’article de Daniel Buchet, ancien directeur de la maîtrise des risques et de la lutte contre la fraude de la CNAF. 2006. « Du contrôle des risques à la maîtrise des risques », disponible ici.
. Le ciblage des plus précaires par l’algorithme de la CAF n’est donc pas accidentel mais nécessaire à l’atteinte de son objectif politique : assurer le « rendement des contrôles ». La seule façon d’éviter de tels « biais » est donc de s’opposer à l’usage même de l’algorithme.

Pire, la CNIL valide, dans la même délibération, l’utilisation du DRM à des fins de contrôle de nos aîné·es par l’Assurance Vieillesse (CNAV)… tout en reconnaissant que l’algorithme de la CNAV n’a jamais « fait l’objet de formalités préalables auprès d’elle, même anciennes »14Si nous n’avons pas encore la preuve certaine que la CNAV utilise un algorithme de profilage pour le contrôle des personnes à la retraite, la CNIL évoque concernant cette administration dans sa délibération « un traitement de profilage » et « un dispositif correspondant [à l’algorithme de la CNAF] » laissant sous-entendre que c’est le cas. . Soit donc qu’il est probablement illégal. Notons au passage que le rapporteur de la CNIL associé à cette délibération n’est autre que le député Philippe Latombe, dont nous avons dû signaler les manquements déontologiques auprès de la CNIL elle-même du fait de ses accointances répétées et scandaleuses avec le lobby sécuritaire numérique15Voir aussi l’article de Clément Pouré dans StreetPress, disponible ici, qui pointe par ailleurs les relations du député avec l’extrême-droite..

« Solidarité » à la source et contrôle social : un appel à discussion

Si nous ne nous attendions pas à ce que le directeur de la CAF abandonne immédiatement son algorithme de notation des allocataires, nous ne pouvons qu’être choqué·es de voir que sa seule réponse soit de renforcer considérablement ses capacités de surveillance. C’est pourquoi nous appelons, aux côtés des collectifs avec qui nous luttons depuis le début, à continuer de se mobiliser contre les pratiques numériques de contrôle des administrations sociales, au premier rang desquelles la CAF.

Au-delà du mépris exprimé par la CAF face à l’opposition grandissante aux pratiques de contrôle, cette annonce met en lumière le risque de surveillance généralisée inhérent au projet gouvernemental de « solidarité » à la source. Présenté comme la « grande mesure sociale » du quinquennat16Pour reprendre les termes de cet article du Figaro., ce projet vise à substituer au système déclaratif une automatisation du calcul des aides sociales via le pré-remplissage des déclarations nécessaires à l’accès aux prestations sociales.

Étant donné la grande complexité des règles de calculs et d’attribution de certaines prestations sociales – en particulier les minima sociaux – cette automatisation nécessite en retour que soit déployée la plus grande infrastructure numérique jamais créée à des fins de récolte, de partage et de centralisation des données personnelles de la population française (impôts, CAF, Assurance-Maladie, Pôle Emploi, CNAV, Mutualités Sociales Agricoles….). De par sa taille et sa nature, cette infrastructure pose un risque majeur en termes de surveillance et de protection de la vie privée.

Et c’est précisément à cet égard que l’autorisation donnée à la CAF d’utiliser le DRM pour nourrir son algorithme de notation des allocataires est emblématique. Car le DRM est lui-même une pierre angulaire du projet de « solidarité » à la source17Plus précisément, cette base a été créée afin de mettre en place la réforme des APL de 2021 et l’information des assuré·es sociaux (voir la délibération de la CNIL 2019-072 du 23 mai 2010 disponible ici et le décret n° 2019-969 du 18 septembre 2019 disponible ici.) La liste des prestations sociales pour lesquelles le DRM peut être utilisé à des fins de calcul s’est agrandie avec le récent décret permettant son utilisation à des fins de contrôle (voir le décret n°2024-50 du 29 janvier 2024 disponible ici. Il peut désormais, entre autres, être utilisée pour le calcul du RSA, de la PPA – prime d’activité –, des pensions d’invalidités, de la complémentaire santé-solidaire, des pensions de retraite… Il est par ailleurs le pilier de la collecte de données sur les ressources dans le cadre du projet de « solidarité » à la source. Concernant la lutte contre la fraude, son utilisation n’était pas envisagée pour détecter des situations « à risque » même si certaines de ces données pouvaient, a priori, être utilisées notamment lors d’un contrôle par les administrations sociales (consultation RNCPS – répertoire national commun de protection sociale…) via l’exercice du droit de communication. Voir aussi le rapport de la Cour des comptes d’octobre 2022 sur l’application des lois de financement de la sécurité sociale, disponible ici ainsi que le rapport de la Cour des comptes de 2021 sur la mise en place du prélèvement à la source disponible ici.
 – sa « première brique » selon les termes du Premier ministre – dont il constitue le socle en termes de centralisation des données financières18Sénat, commission des affaires sociales, audition de M. Gabriel Attal, alors ministre délégué chargé des comptes publics. Disponible ici.. Or, si sa constitution avait à l’époque soulevé un certain nombre d’inquiétudes19Voir notamment l’article de Jérôme Hourdeaux « Caisse d’allocations familiales : le projet du gouvernement pour ficher les allocataires » disponible (paywall) ici., le gouvernement s’était voulu rassurant. Nulle question qu’il soit utilisée à des fins de contrôle : ses finalités étaient limitées à la lutte contre le non-recours et au calcul des prestations sociales20Décret n° 2019-969 du 18 septembre 2019 relatif à des traitements de données à caractère personnel portant sur les ressources des assurés sociaux disponible ici. La délibération de la CNIL associée est disponible ici.. Cinq années auront suffit pour que ces promesses soient oubliées.

Nous reviendrons très prochainement sur la solidarité à la source dans un article dédié. Dans le même temps, nous appelons les acteurs associatifs, au premier titre desquels les collectifs de lutte contre la précarité, à la plus grande prudence quant aux promesses du gouvernement et les invitons à engager une discussion collective autour de ces enjeux.

References[+]

References
1 Le président de la Seine-Saint-Denis a notamment saisi le Défenseur des Droits suite à la publication du code source de l’algorithme. Notre travail pour obtenir le code source de l’algorithme a par ailleurs servi aux équipes du journal Le Monde et de Lighthouse Reports pour publier une série d’articles ayant eu un grand retentissement médiatique. Une députée EELV a par ailleurs abordé la question de l’algorithme lors des questions au gouvernement. Thomas Piketty a écrit une tribune sur le sujet et ATD Quart Monde un communiqué. Le parti EELV a aussi lancé une pétition sur ce sujet disponible ici.
2 Voir l’article « L’État muscle le DRM, l’arme pour lutter contre la fraude et le non-recours aux droits » publié le 01/02/2024 par Emile Marzof et disponible ici.
3 Bien que la fréquence de mise à jour des revenus soit majoritairement mensuelle, dans la mesure où les salaires sont versés une fois par mois, nous reprenons ici l’expression utilisée par la Cour des comptes. Voir le chapitre 9 du Rapport sur l’application des lois de financement de la sécurité sociale de 2022 disponible ici.
4 Décret n° 2024-50 du 29 janvier 2024 disponible ici. Voir aussi la délibération n° 2023-120 du 16 novembre 2023 de la CNIL ici. Le décret prévoit une expérimentation d’un an. La surveillance des revenus est aussi autorisée pour le contrôle des agriculteurs·rices par les Mutualités Sociales Agricoles et des personnes âgées par la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse.
5 Voir lignes 1100 du code de l’algorithme en usage entre 2014 et 2018 disponible ici : pour le calcul des revenus mensuels, la CAF utilise soit les déclarations de revenus trimestrielles (dans le cadre des personnes au RSA/AAH) divisées par 3, soit les revenus annuels divisés par 12. Si nous ne disposons pas de la dernière version de l’algorithme, la logique devrait être la même.
6 L’architecture de la base DRM repose sur l’agrégation de deux bases de données. La première est la base des « Déclarations Sociales Nominatives » (DSN) regroupant les déclarations de salaires faites par les employeurs. La seconde, « base des autres revenus » (PASRAU), centralise les prestations sociales monétaires (retraites, APL, allocations familiales, indemnités journalières, AAH, RSA, allocations chômage..). La base DRM est mise à jour quotidiennement et consultable en temps réel. D’un point de vue pratique, il semblerait que le transfert de données de la base DRM à la CAF soit fait mensuellement. La CAF peut aussi accéder à une API pour une consultation du DRM en temps réel. Voir notamment le chapitre 9 du rapport de la Cour des comptes d’octobre 2022 sur l’application des lois de financement de la sécurité sociale, disponible ici.
7 Plus précisément, cette base a été créée afin de mettre en place la réforme des APL de 2021 et l’information des assuré·es sociaux (voir la délibération de la CNIL 2019-072 du 23 mai 2019 disponible ici et le décret n° 2019-969 du 18 septembre 2019 disponible ici.) La liste des prestations sociales pour lesquelles le DRM peut être utilisé à des fins de calcul s’est agrandie avec le récent décret permettant son utilisation à des fins de contrôle (voir le décret n°2024-50 du 29 janvier 2024 disponible ici. Il peut désormais, entre autres, être utilisée pour le calcul du RSA, de la PPA – prime d’activité –, des pensions d’invalidités, de la complémentaire santé-solidaire, des pensions de retraite… Il est par ailleurs le pilier de la collecte de données sur les ressources dans le cadre du projet de « solidarité » à la source. Concernant la lutte contre la fraude, son utilisation n’était pas envisagée pour détecter des situations « à risque » même si certaines de ces données pouvaient, a priori, être utilisées notamment lors d’un contrôle par les administrations sociales (consultation RNCPS – répertoire national commun de protection sociale…) via l’exercice du droit de communication. Voir aussi le rapport de la Cour des comptes d’octobre 2022 sur l’application des lois de financement de la sécurité sociale, disponible ici ainsi que le rapport de la Cour des comptes de 2021 sur la mise en place du prélèvement à la source disponible ici.
8 Voir la délibération 2023-120 de la CNIL disponible ici.
9 Voir notamment les témoignages collectés par le collectif Changer de Cap, disponibles ici et le rapport de la Défenseure des Droits.
10 Les montants d’« indus » récupérés par la CAF dans le cadre des contrôles déclenchés par l’algorithme représentent 0,2% du montant total des prestations versées par la CAF. Voir ce document de la CAF.
11 Voir notamment notre article « Stratégies d’infiltration de la surveillance biométrique dans nos vies », disponible ici.
12 Voir la délibération n° 2023-120 du 16 novembre 2023 disponible ici.
13 Voir nos différents articles sur le sujet ici et l’article de Daniel Buchet, ancien directeur de la maîtrise des risques et de la lutte contre la fraude de la CNAF. 2006. « Du contrôle des risques à la maîtrise des risques », disponible ici.
14 Si nous n’avons pas encore la preuve certaine que la CNAV utilise un algorithme de profilage pour le contrôle des personnes à la retraite, la CNIL évoque concernant cette administration dans sa délibération « un traitement de profilage » et « un dispositif correspondant [à l’algorithme de la CNAF] » laissant sous-entendre que c’est le cas.
15 Voir aussi l’article de Clément Pouré dans StreetPress, disponible ici, qui pointe par ailleurs les relations du député avec l’extrême-droite.
16 Pour reprendre les termes de cet article du Figaro.
17 Plus précisément, cette base a été créée afin de mettre en place la réforme des APL de 2021 et l’information des assuré·es sociaux (voir la délibération de la CNIL 2019-072 du 23 mai 2010 disponible ici et le décret n° 2019-969 du 18 septembre 2019 disponible ici.) La liste des prestations sociales pour lesquelles le DRM peut être utilisé à des fins de calcul s’est agrandie avec le récent décret permettant son utilisation à des fins de contrôle (voir le décret n°2024-50 du 29 janvier 2024 disponible ici. Il peut désormais, entre autres, être utilisée pour le calcul du RSA, de la PPA – prime d’activité –, des pensions d’invalidités, de la complémentaire santé-solidaire, des pensions de retraite… Il est par ailleurs le pilier de la collecte de données sur les ressources dans le cadre du projet de « solidarité » à la source. Concernant la lutte contre la fraude, son utilisation n’était pas envisagée pour détecter des situations « à risque » même si certaines de ces données pouvaient, a priori, être utilisées notamment lors d’un contrôle par les administrations sociales (consultation RNCPS – répertoire national commun de protection sociale…) via l’exercice du droit de communication. Voir aussi le rapport de la Cour des comptes d’octobre 2022 sur l’application des lois de financement de la sécurité sociale, disponible ici ainsi que le rapport de la Cour des comptes de 2021 sur la mise en place du prélèvement à la source disponible ici.
18 Sénat, commission des affaires sociales, audition de M. Gabriel Attal, alors ministre délégué chargé des comptes publics. Disponible ici.
19 Voir notamment l’article de Jérôme Hourdeaux « Caisse d’allocations familiales : le projet du gouvernement pour ficher les allocataires » disponible (paywall) ici.
20 Décret n° 2019-969 du 18 septembre 2019 relatif à des traitements de données à caractère personnel portant sur les ressources des assurés sociaux disponible ici. La délibération de la CNIL associée est disponible ici.

09.02.2024 à 18:17

QSPTAG #304 — 9 février 2024

robinson

Un nouveau fichier de police pour les immigrées et les transgenres Un arrêté du ministre de l’Intérieur, dans les derniers jours de décembre 2023, crée un nouveau fichier pour « la consultation de l’identité des personnes ayant…
Texte intégral (1198 mots)

Un nouveau fichier de police pour les immigrées et les transgenres

Un arrêté du ministre de l’Intérieur, dans les derniers jours de décembre 2023, crée un nouveau fichier pour « la consultation de l’identité des personnes ayant changé de nom ou de prénom »., à laquelle les services de police et de gendarmerie auront un accès direct. Vous êtes concernée si vous avez changé de nom à l’état civil, quelle qu’en soit la raison. Concrètement, qui va se retrouver dans ce fichier ? Des personnes dont le nom de famille était lourd à porter (les Connard qui aspirent à une vie plus apaisée), des immigrées qui ont francisé leur nom, et des personnes trans qui ont adopté un prénom en accord avec leur identité de genre. Pourquoi la police a-t-elle besoin de les rassembler dans un fichier ?

On se met à la place des administrations : il est évidement important pour elles de connaître le changement d’état civil d’un personne. Mais des procédures efficace existent déjà et de façon entièrement décentralisée : la modification est signalée au cas par cas aux administrations concernées (impôts, caisses de sécurité sociale, employeur, permis de conduire, etc.), par l’INSEE ou par la personne concernée, et le système fonctionne très bien sans fichier centralisé de police.

Les questions soulevées par la création de ce fichier sont nombreuses. D’abord, il réunit des données sensibles, au sens juridique, mais les précautions légales nécessaires pour ce genre de traitement n’ont pas été prises. La CNIL, créée en 1978 pour mettre un frein à la frénésie de fichage de l’État, semble avoir renoncé à s’en soucier. Non seulement les fichiers prolifèrent de manière spectaculaire depuis une vingtaine d’années, mais les possibilités de les croiser au moment de la consultation se sont démultipliées, à la demande d’une police dont la vision de la société n’est contre-balancée par aucun contre-pouvoir, et même vigoureusement encouragée par les gouvernements.

Or, le comportement du corps policier, pris dans sa globalité statistique, démontre une hostilité marquée à l’égard des personnes d’origine étrangère (même lointainement) et à l’égard des personnes transgenres, fréquemment objets de moqueries, d’humiliations ou de brutalités physiques. Donner aux policiers, ces humains plein de défauts, un moyen de connaître l’origine étrangère ou la transidentité de quelqu’un, c’est exposer les personnes à des risques réels, pour un bénéfice d’enquête très marginal a priori. D’autant plus quand l’actualité montre un nombre croissant d’accès illégaux à des fichiers de police sensibles.

Pour connaître le contexte de la création de ce fichier et notre analyse juridique et politique des risques qu’il comporte, lisez notre article de la semaine dernière !

Lire l’article : https://www.laquadrature.net/2024/01/30/la-france-cree-un-fichier-des-personnes-trans/

Soutenez La Quadrature en 2024

Comme bon nombre d’associations, nous sommes en campagne de soutien pour financer notre travail en 2024. C’est pour nous l’occasion de présenter les grands chantiers qui nous attendent, principalement la lutte contre les algorithmes de contrôle social dans les administrations, la défense du droit au chiffrement des communications, la promotion de l’interopérabilité des services Web, et la réflexion nécessaire autour du numérique dans le contexte de la crise écologique mondiale.

Nous avons besoin de vous pour travailler en 2024 ! N’hésitez pas à faire un don de soutien à l’association, ou à faire connaître notre campagne de dons autour de vous. Merci pour votre aide !

Présentation des grands chantiers de 2024 : https://www.laquadrature.net/donner/ et https://www.laquadrature.net/2023/11/15/de-nouveaux-combats-pour-2024/
Faire un don pour soutenir La Quadrature : https://don.laquadrature.net/

Agenda

  • 13 février 2024 : Conférence « Enquêter, s’organiser et lutter contre la surveillance numérique », dans le cadre du Festival international Filmer le travail. 17h30, Université de Poitiers (Amphi Bourdieu). Plus d’infos ici : Enquêter, s’organiser et lutter contre la surveillance numérique.
  • 14 mars 2024 : réunion mensuelle du groupe Technopolice Marseille, à 19h au Manifesten, 59 Rue Adolphe Thiers, Marseille. Présentations, discussions, préparations d’actions à venir. Venez nombreuses !

La Quadrature dans les médias

Algorithmes administratifs

Divers

6 / 10
  GÉNÉRALISTES
Ballast
Fakir
Interstices
Lava
La revue des médias
Le Grand Continent
Le Monde Diplomatique
Le Nouvel Obs
Lundi Matin
Multitudes
Regards
Smolny
Socialter
The Conversation
UPMagazine
Usbek & Rica
Le Zéphyr
  CULTURE / IDÉES 1/2
Accattone
Contretemps
A Contretemps
Alter-éditions
CQFD
Comptoir (Le)
Déferlante (La)
Esprit
Frustration
 
  IDÉES 2/2
L'Intimiste
Jef Klak
Lignes de Crêtes
NonFiction
Période
Philo Mag
Terrestres
Vie des Idées
 
  THINK-TANKS
Fondation Copernic
Institut La Boétie
Institut Rousseau
 
  TECH
Goodtech.info
Quadrature du Net
  INTERNATIONAL
Alencontre
Alterinfos
CETRI
ESSF
Inprecor
Journal des Alternatives
Guitinews
 
  MULTILINGUES
Kedistan
Quatrième Internationale
Viewpoint Magazine
+972 mag
 
  PODCASTS
Arrêt sur Images
Le Diplo
LSD
Thinkerview
 
  Pas des sites de confiance
Brut
Contre-Attaque
Korii
Positivr
Regain
Slate
Ulyces
🌓