LePartisan.info À propos Podcasts Fil web Écologie Blogs Revues Médias
Lignes de crêtes
Souscrire à ce flux
Site d’analyse et d’opinion collectif, internationaliste, antifasciste, féministe et résolument contre l’antisémitisme et l’islamophobie.

▸ les 10 dernières parutions

26.03.2024 à 13:18

Fermer les librairies, asphyxier les cerveaux : un nouveau chapitre de la dystopie islamophobe.

Nadia Meziane

« Il fallait le faire ». C’est la phrase par laquelle Jean-Jacques Bourdin introduit avec un ton admiratif l’épopée présumée courageuse d’un journaliste de l’Express sur Sud Radio. Celui-ci ne revient pas de Gaza sous les bombes. Il a simplement pris le métro et le RER pour visiter deux librairies musulmanes, à Aubervilliers et à Argenteuil. L’épopée a consisté à pousser la porte de deux commerces en accès libre, à feuilleter les livres, à parler avec quelques clients puis à rentrer chez lui. On peut lui accorder qu’en cette période de travaux liés aux J0 sur le réseau de transports en commun, le voyage ait pu être fastidieux, nous l’éprouvons tous les matins en allant travailler. A part cela, la phrase de Jean Jacques Bourdin relève de la mise en scène obligatoire du séparatisme présumé des musulmans lorsqu’il s’agit de réprimer. Une pure inversion accusatoire qui fonctionne socialement. En écoutant Sud Radio, toute personne non musulmane et éloignée de la communauté en déduira qu’il est interdit et dangereux d’entrer dans une librairie islamique (1). Elle n’ira donc jamais pousser la porte et restera persuadée que ce sont les musulmans qui créent cette situation. La réalité est évidemment toute autre et inversée, c’est la peur d’entrer en contact avec les musulmans qui génère leur isolement dans la société française et permet leur persécution. Depuis plusieurs semaines, en effet, aux attaques contre les écoles, collèges et lycées musulmans, à celles contre les mouvements de solidarité avec la Palestine, s’ajoutent désormais celles contre…
Texte intégral (4827 mots)

« Il fallait le faire ». C’est la phrase par laquelle Jean-Jacques Bourdin introduit avec un ton admiratif l’épopée présumée courageuse d’un journaliste de l’Express sur Sud Radio. Celui-ci ne revient pas de Gaza sous les bombes. Il a simplement pris le métro et le RER pour visiter deux librairies musulmanes, à Aubervilliers et à Argenteuil. L’épopée a consisté à pousser la porte de deux commerces en accès libre, à feuilleter les livres, à parler avec quelques clients puis à rentrer chez lui. On peut lui accorder qu’en cette période de travaux liés aux J0 sur le réseau de transports en commun, le voyage ait pu être fastidieux, nous l’éprouvons tous les matins en allant travailler.

A part cela, la phrase de Jean Jacques Bourdin relève de la mise en scène obligatoire du séparatisme présumé des musulmans lorsqu’il s’agit de réprimer. Une pure inversion accusatoire qui fonctionne socialement. En écoutant Sud Radio, toute personne non musulmane et éloignée de la communauté en déduira qu’il est interdit et dangereux d’entrer dans une librairie islamique (1). Elle n’ira donc jamais pousser la porte et restera persuadée que ce sont les musulmans qui créent cette situation. La réalité est évidemment toute autre et inversée, c’est la peur d’entrer en contact avec les musulmans qui génère leur isolement dans la société française et permet leur persécution.

Depuis plusieurs semaines, en effet, aux attaques contre les écoles, collèges et lycées musulmans, à celles contre les mouvements de solidarité avec la Palestine, s’ajoutent désormais celles contre les librairies musulmanes.Comme souvent, tout a commencé par un ballon d’essai répressif local contre un commerce de Nice qui vend des livres mais également des vêtements. Le préfet des Alpes Maritimes a décidé d’une fermeture administrative qu’il a immédiatement médiatisée. Il arguait pour justifier son interdiction de la vente des écrits d’un imam du 14ème siècle, lequel n’était ni féministe ni pro LGBTQI +. Chose tout à fait répandue à l’époque, on en conviendra, et que l’on retrouve dans de nombreux ouvrages musulmans ou non, vendus aujourd’hui dans toutes les librairies. L’arrêté de fermeture a été suspendu par la justice administrative , La Préfecture a immédiatement fait appel (2). Dans le même temps, la médiatisation donnait la possibilité à Christian Estrosi maire de Nice d’ajouter des griefs supplémentaires : la fréquentation en hausse de la librairie, le fait que ce soient des jeunes qui s’y rendent et le fait qu’elle soit en centre-ville.
On ne saurait mieux formuler les choses concernant le problème posé par les librairies musulmanes au gouvernement et à ses organes administratifs : elles vivent, elles sont animées et le public qui les aime est jeune. Et visiblement musulman, puisqu’Estrosi parlera également des abayas et des hijab qui y sont vendus.

Mais ce problème posé par les librairies est évidemment aussi celui posé par la communauté musulmane tout entière, dont la vitalité grandissante signe l’échec de la brutalité répressive déployée ces dernières années et institutionnalisée au travers de la loi Séparatisme comme de l’inscription des principales règles de l’état d’urgence dans le droit commun.

Contrairement à ce qui a été dit lors du dévoilement de quelques enrichissements personnels au travers du Fond Marianne, l’argent public n’a pas été mal employé, les structures du Ministère et leurs affidés associatifs n’ont pas démérité. A aucun moment, il ne s’agissait en effet de défendre des principes démocratiques, ou la conception idéale d’une République fantasmée comme bienveillante et protectrice envers ses minorités. C’est la traque de toute expression autonome musulmane qui était visée, et la tentative de soumettre en faisant des exemples qui était l’objectif . De fait le fond Marianne a permis à des chasseurs de prime de viser des individus, des associations précises, de les harceler sur les réseaux, de permettre la ruine de leurs projets, et surtout de banaliser l’idée qu’un cordon sanitaire devait être établi autour des structures musulmanes, mais aussi des musulmans eux même, notamment les activistes (3).

Car sans ce cordon, il était fort possible de se trouver qualifié très vite d’islamo-gauchiste, d’être mis en cause si l’on était élu, menacé dans son travail si l’on était chercheur, stigmatisé si l’on était défenseur des droits humains et privé de subvention si l’on avait une association non musulmane qui ose parler contre l’islamophobie ou travailler avec des musulmans trop visibles.
Cependant ni le cordon sanitaire, ni la répression, ni les dissolutions n’ont eu l’effet escompté. D’une part parce que l’atmosphère de terreur a certes paralysé mais elle a aussi mis en lumière au cœur des silences sidérés du début des années 2020, ceux qui ne se taisaient pas. Ceux qui étaient déjà dans le collimateur, ceux qui étaient déjà les plus activistes et contestataires dans la communauté, quelles que soient leurs traditions originelles. A partir de la dissolution du CCIF ,la lutte contre l’islamophobie va appartenir pendant quelques temps seulement à ceux qui veulent encore la mener, ce dont témoignera par exemple la disparité des intervenants et intervenantes lors du rassemblement parisien contre l’expulsion d’Hassan Iquioussen  (3).

C’est ce substrat là qui va nourrir une jeunesse arrivée en politique en étant à la fois très musulmane mais aussi très affirmée et revendicative, parce que bénéficiant des apports des luttes qui vont suivre l’enfermement de toute une génération pendant la pandémie .

Comme tout le reste de la jeunesse en lutte, la jeune génération musulmane a une caractéristique : les débats des générations plus anciennes ne la touchent pas, et elle existe sans se justifier de le faire, et en étant dans l’attitude inverse, l’exigence de justification formulée au pouvoir et à ses soutiens. La jeunesse écologiste radicale ne se justifie pas devant les grands industriels pollueurs elle attaque. La jeunesse musulmane ne répond pas à la morale des laïcistes, elle l’affronte comme entrave à son droit d’exister comme elle est, partout où elle est.

Le mouvement de solidarité avec la Palestine né immédiatement après le 7 octobre a rendu visible cette révolution générationnelle. Le gouvernement et les islamophobes ont pensé que l’interdiction des manifestations, la pression sur les mosquées mais aussi sur les associations et collectifs existants suffirait à dissuader la majorité de descendre dans la rue. Mais les moins de 25 ans étaient déjà accoutumés aux manifs interdites et ils n’avaient pas de subventions ou de structures à préserver. Ce sont donc eux et elles qui ont porté massivement le mouvement dans ses débuts, protégé de fait les organisations musulmanes qui ont appelé à manifester d’un écrasement immédiat,  et fait exploser le carcan de terreur pratique et idéologique. Quand il n’y a rien à dissoudre, les menaces de dissolution tombent dans le vide ou plutôt au milieu d’une foule qui en est au tout début de la construction de nouvelles structures, et ne pense encore que par le mouvement. Cette réalité s’était évidemment également manifestée lors des émeutes qui ont suivi la mort de Nahel. Même la répression aveugle et féroce n’a pas empêché l’émergence à peine trois mois plus tard du mouvement contre l’extension de la loi de 2004, extension défensive née à la suite d’une rébellion organisée par de très jeunes filles sur les réseaux sociaux , de manière volatile et incontrôlée, dès l’année scolaire précédente.

C’est dans ce contexte qu’il faut inscrire la nouvelle stratégie du CIPDR et de ses affiliés idéologiques : un contexte réactif qui ne relève pas de la persécution unilatérale mais de l’émergence d’un rapport de forces inédit dont l’état est parfaitement conscient. En témoigne symboliquement l’évolution de la porte-parole intellectuelle du Ministère , Florence Bergeaud : longtemps acharnée à dénoncer des « réseaux » travaillant de l’intérieur une communauté musulmane faible, soumise à toutes les influences néfastes mais encore sauvable si l’on détruisait les vecteurs de dangers en son sein , elle finit par proclamer , qu’à l’heure actuelle tous les musulmans deviennent de fait des Frères Musulmans, terme par lequel elle nomme non pas une organisation existante , mais l’objet fictif de son narratif islamophobe.

Cette évolution est également celle du CIPDR qui dans un des premiers tweets consécutifs à la nomination d’un nouveau préfet, mettra immédiatement en avant un nouveau concept, visant à remplacer celui de réseaux : les « écosystèmes islamistes »(5).

La définition la plus simple d’un écosystème est la suivante : il s’agit d’un ensemble d’être vivants qui vivent au sein d’un milieu ou d’un environnement spécifique et interagissent entre eux au sein de ce milieu et avec ce milieu.
Elle suffit amplement pour comprendre ce qui se produit actuellement, et notamment l’offensive qui démarre contre les librairies musulmanes.
Face à l’essor d’une communauté vécue comme antagoniste , il y a toujours deux voies pour l’adversaire politique : la première consiste à tenter de contrôler, de négocier des accommodements raisonnables , de permettre l’émergence de leaders et de structures qui souhaitent s’engager dans une co-construction tenant compte des volontés étatiques. Ce fut notamment la stratégie engagée au milieu des années 2000 lorsque la droite classique française décida de choisir ses interlocuteurs au sein des communautés musulmanes, en pensant que l’alliance des conservatismes pouvait être un facteur de renforcement de la stabilité du pays, notamment par rapport aux mouvements sociaux et sociétaux plutôt antagonistes au libéralisme dans lesquels évoluaient les mouvements de l’immigration musulmane axés sur la lutte sociale et antiraciste.

La seconde qui est évidemment celle choisie dans le contexte de l’islamophobie d’état comme pilier de la conservation du pouvoir face à la possibilité de sa conquête par le RN , est celle de la destruction systématique de tous les éléments qui peuvent entraîner des sociabilités positives et permettre aux énergies créatrices d’une nouvelle génération de s’épanouir dans la durée.
Ceci passe d’abord par des messages clairs sur la non-reconnaissance absolue de toute représentation musulmane avec qui négocier. C’est la raison pour laquelle l’état choisit de s’attaquer à des figures aussi intégrées dans le champ politique et religieux français qu’Hassan Iquioussen ou le lycée Averroès. Ou à des personnalités comme Ahmed Jaballah qui ont été des piliers dans les années 2000 et 2010. Cela va de concert avec les offensives menées contre ceux de l’immigration musulmane qui incarnaient les seules possibilités de réussite sociale brillante en France, notamment les sportifs ou les influenceurs comme Nabil Enasri. Ce message là est principalement adressé à l’électorat raciste et vise à dissiper les ambiguïtés : il s’agit bien de destruction intégrale des élites et de construire un modèle français ou il faudra soit abandonner l’islam soit le faire tellement discret que cela reviendra à s’anéantir soi-même.
C’est aussi à cet électorat là que s’adresse la banalisation progressive de la déchéance de nationalité, qui suit celle du régime des dissolutions. On l’applique d’abord à des jeunes condamnés pour des infractions terroristes (6) ou des personnalités marquées par un passé indéfendable à gauche comme Kemi Seba (7). Mais le message électoral délivré aux électeurs du RN est clair : la nationalité française ne protège plus les fameux « français de papier » dont on fera au besoin des apatrides en arguant de leur possibilité imaginaire de demander une autre nationalité.
Ces messages et ces pratiques visent à faire évoluer profondément le récit islamophobe qui s’était construit dans une phase moins offensive sur la distinction entre « islamistes » et « musulmans » : il s’agit de le faire correspondre au désir des français convaincus par le récit conspirationniste éradicateur du Grand Remplacement, où toutes les figures possibles du Musulman incarnent un seul et même danger absolu.

Dans le même temps, ces actions marquantes mais symboliques se doublent d’un projet sur le long terme, beaucoup plus massif : frapper le biotope en même temps que la biocénose

C’est dans ce cadre que s’inscrit l’offensive qui commence contre les librairies musulmanes : les mosquées font déjà l’objet d’un contrôle tel de l’expression des imams qu’elles ne sont pas le lieu possible d’une socialisation qui intègre les luttes du moment contre l’islamophobie. Sommés de suivre une charte même dans leurs prêches, bientôt astreints à un statut encore plus infériorisant, les imams sont l’objet d’une telle pression permanente que le moindre de leurs propos peut donner lieu à la stigmatisation sociale ET à la répression. De la même manière, ceux qui sont appelés « prédicateurs » ont certes la possibilité de faire leurs prêches sur les réseaux mais voient leurs réunions interdites.

Les librairies et plus globalement les commerces à tonalité religieuse sont donc par nature un des espaces où la vie musulmane peut s’exercer, en dehors des temps de lutte et de mobilisation politique. Elles sont un espace de diffusion, de rencontre, mais aussi pour celles et ceux, nombreux et nombreuses qui reviennent à l’islam, un lieu plus facile d’accès que bien d’autres, où il est possible de venir comme on est. Contrairement aux racontars islamophobes, ce sont effet des lieux ouverts et accueillants pour la plupart. Leur essor correspond aussi à celui des maisons d’édition musulmane et répond à la fois à une demande de savoir spirituel, historique et politique mais aussi au besoin d’écrire et de publier librement. Le développement de toute communauté passe par sa forme propre d’expression culturelle : or l’islamophobie structurelle contraint l’essayiste, le romancier ou le dessinateur à s’amputer de sa créativité dès lors qu’elle revêt une dimension trop religieuse pour les maisons d’édition française.
C’est cette créativité interdite d’existence dans le champ majoritaire qui panique les islamophobes : en témoignent les derniers reportages sur les librairies, où l’on fait la liste de tout ce qu’on peut y trouver. Des BD, des albums pour les enfants , tout autant que des imams du 14ème siècle. Soit un islam vivant, fertile et multiple. Chaque librairie est effectivement un écosystème florissant. A terme, évidemment , il permettra l’émergence non plus seulement d’une sociabilité réactive contre l’islamophobie mais d’une génération éduquée, consciente et épanouie librement dans la Foi qu’elle a choisie, dotée de l’autonomie nécessaire pour se construire dans la société qui l’entoure.

Soit très exactement le pire cauchemar islamophobe qui soit. Nous sommes face à un pouvoir qui pense pouvoir contrôler et utiliser le désespoir et la violence éventuelles. C’est son pari envers tous les antagonismes qu’il peut susciter et pas seulement contre les musulmans. Mais dans ce dernier cas, l’on n’est pas face seulement à une gestion impitoyable de chaque résistance qui émerge, au coup par coup mais dans une offensive qui est existentielle Le nationalisme français actuel ne tire sa force que de son jeu de miroir avec l’islam à éradiquer. La politique de la déforestation et de la terre brûlée est donc pensée, organisée et assumée. Et ce évidemment aussi parce qu’elle correspond au désir d’une partie de la population : les jeunes écologistes soumis eux aussi à la répression et la stigmatisation sous couvert d’anti-terrorisme restent les enfants du pays dans l’imaginaire collectif majoritaire, et le pouvoir macroniste se revendique d’ailleurs dépositaire d’une écologie raisonnable et de la même famille, finalement, que les activistes radicaux.
A part les musulmans, personne ne s’identifie aux musulmans dans la population française vieillissante. Seules les jeunes générations qui n’ont pas encore accédé au pouvoir se mêlent sans souci, en acceptant réciproquement leurs différences. C’est cet avenir qui est en germe dans les luttes actuelles. Mais seulement en germe.

Et l’objectif islamophobe est bien de profiter du temps qui reste pour stériliser la terre d’où peut surgir une communauté musulmane régénérée.

Elle a les outils pour le faire, une pratique bien rodée du désherbage : d’abord s’attaquer localement et visiblement à quelques structures puis banaliser la chose et agir de manière massive. C’est ce qui a été fait pour les écoles, lycées et collèges. L’attaque contre le lycée Averroès n’est pas un début mais la fin d’un processus qui a commencé avec les fermetures massives d’écoles hors contrat qui n’ont pas été défendues, ou très minoritairement.

C’est ce qui va se passer pour les librairies. Le ballon d’essai local a été lancé, l’offensive médiatique également. Et comme à l’accoutumée, la peur joue à plein et dans les deux sens. Du côté des non-musulmans, il a suffi d’accoler le terme « islamiste » à librairie, comme cela a été fait pour « maison d’édition « avec Nawa pour qu’aucun auteur ou autrice, aucun acteur ou actrice du monde de la culture ne se demande comment il était possible que du jour au lendemain, on ferme des lieux et des producteurs de culture. Même un site comme Actualitté qui en son temps a pris la défense et donné la parole à des maisons d’extrême droite comme Ring a tranquillement recensé la fermeture de la librairie IQRA sans parler à aucun moment de la liberté d’expression, de création ou de pensée. Du côté des cibles, la crainte est grande aussi : la plupart sont accoutumées à la stigmatisation et à l’injustice dans l’indifférence générale. A partir de 2015, des libraires ont été perquisitionnées puis soumis à un régime de visites de contrôle permanent, de refus d’ouverture de comptes bancaires et de stigmatisation médiatique régulières. Dans ce contexte, se mobiliser, parler exige de pouvoir espérer une solidarité communautaire réelle et soutenue.

Il nous appartient de la faire vivre pour que l’avenir apporte à la génération montante le savoir dont elle a besoin pour ne pas sombrer dans l’anomie, et le désespoir nihiliste qui peut saisir tous les mouvements de jeunesse confrontés à une répression violente et à un mur sans portes.

 

Notes

(1) Afin de ne pas faire perdre de temps aux lecteurs qui  gardent une foi inébranlable en l’humanité et penseraient apprendre quelque chose d’intéressant en écoutant Sud Radio ,précisons que le propos sur  les  librairies Al Bayyinah d’Argenteuil et La Maison d’Ennour à Aubervilliers commence seulement à la 5ème minute, tout le début étant consacré à la condamnation rituelle et impérative du Hamas et des acteurs du soutien à la Palestine en France, sans laquelle aucune personne ayant au moins un grand parent musulman ne peut évidemment être autorisée à s’exprimer tranquillement dans la plupart des média.  Ensuite, deux autres minutes sont consacrées au port du hijab et de la abaya, signe de la manipulation des femmes par le complot des Frères Musulmans, ce qui laisse environ trois minutes au reporter de guerre intérieure pour nous apprendre que les librairies islamiques vendent des livres musulmans. Comme il n’est pas précisé que ces librairies ont également des sites internet ( oh pauvre France) les voici pour celles et ceux qui voudraient découvrir un univers plus riche en vocabulaire que l’émission de Jean-Jacques Bourdin mais habitent un peu loin.

La Maison d’Ennour

Al Bayyinah

(2) On ne se réjouira pas outre mesure de la décision du tribunal administratif, même si elle est confirmée en appel. En effet, le tribunal a statué en prenant acte du retrait de certains livres, ce qui valide le droit de la Préfecture de contrôler les ouvrages vendus dans les librairies musulmanes quand bien même ceux-ci ne sont pas interdits à la vente.

(3) A l’époque, cette diversité avait été notée par la presse islamophobe qui avait éprouvé le besoin de venir en masse assister à ce rassemblement , tout simplement parce qu’il lui apparaissait invraisemblable qu’il puisse avoir lieu alors même que son sujet, l’expulsion d’un imam qui défendait pourtant un rapport non-militant à la société était déjà considéré comme trop virulent. Comme souvent, l’extrême-droite et notamment Valeurs Actuelles avaient pressenti l’échec de la répression dans cette solidarité inattendue et activiste qui prenait justement la forme d’un inventaire à la Prévert , ou autrement dit d’un front commun en constitution qui cherchait son Nom

(3)

Au vu de la nature même de cette institution, il était peu probable que sa gestion soit synonyme d’honnêteté. Il était, au fond, parfaitement prévisible qu’un “native informant” à l’islamophobie débridée comme Mohammed Sifaoui (ayant appelé, rappelons le, à combattre militairement 20% des musulmans de la planète) soit perçu comme une “caution scientifique” par le secrétaire Gravel. Il est ainsi décisif de ne pas personnaliser les pratiques de cette institution. Ne nous trompons pas de combat. Qui que soit son secrétaire, ses membres ou ses collaborateurs, c’est l’existence même d’une telle institution qui est ici le véritable scandale d’Etat.

Il est tout à fait typique du paysage médiatique et politique français qu’à aucun instant la question de l’islamophobie gouvernementale n’ait été sérieusement posée. Ce silence, volontaire ou inconscient, témoigne d’une islamophobie tellement profonde que ses expressions les plus évidentes ne sont plus questionnées. La voix de la communauté musulmane doit pleinement exprimer la réalité crue de l’injustice à laquelle elle est confrontée depuis trop longtemps. [..] Il s’agit d’exiger l’abolition du CIPDR et de l’ensemble de la gouvernance islamophobe française comprenant la loi de 2004 sur les signes religieux, la loi de 2010 sur l’interdiction du niqab, les lois contre-terroristes d’exception et la loi « Séparatisme » confortant les principes républicains.

Rayan Freschi Fonds Marianne : pour l’abolition du CIPDR et de l’ensemble de la gouvernance islamophobe française

(4) A l’époque, cette diversité avait été notée par la presse islamophobe qui avait éprouvé le besoin de venir en masse assister à ce rassemblement , tout simplement parce qu’il lui apparaissait invraisemblable qu’il puisse avoir lieu alors même que son sujet, l’expulsion d’un imam qui défendait pourtant un rapport non-militant à la société était déjà considéré comme trop virulent. Comme souvent, l’extrême-droite et notamment Valeurs Actuelles avaient pressenti l’échec de la répression dans cette solidarité inattendue et activiste qui prenait justement la forme d’un inventaire à la Prévert , ou autrement dit d’un front commun en constitution qui cherchait son Nom

(5) Depuis ce tweet, le CIPDR s’est effectivement attaché à co-construire les nouvelles perspectives d’entrave en organisant des séances de formation géantes avec divers services publics , de la CAF au Trésor Public en passant par l’hôpital . Il s’agit manifestement de mobiliser bien au delà des forces de sécurité . En ces temps de destruction globale des tâches initiales des services publics, il s’agit de faire comprendre aux personnels que la croisade peut aisément remplacer la satisfaction de l’intérêt général comme horizon mobilisateur du quotidien de fonctionnaires dont le statut tombe en miettes par ailleurs.

 

 

 

 

(6) Sur les sujets de la banalisation de la déchéance de nationalité, on pourra , si la deshumanisation n’a pas éteint en nous tout questionnement intellectuel sur une chose qui en 2015 encore pouvait scandaliser, s’intéresser au réel , c’est à dire le commencement de la fabrication d’apatrides administratifs et concrets. On lira par exemple cet entretien précieux , parce qu’il pose au delà de la situation présente et de la réaction à l’oppression, tant Karim Mohamed Aggad est banalement nous même à bien des égards , c’est à dire français malgré La France et lui-même, entre autres choses.

Est-ce que tu parles l’arabe marocain ? La Darija?
Non, je ne parle pas le marocain malheureusement. D’ailleurs, j’en ai voulu à mes parents par rapport à cette question. Car je n’ai pas eu cette chance de pouvoir parler les dialectes marocain et algérien. On nous a parlé de temps en temps en arabe dans la famille, mais c’était surtout le français. Pourquoi ? Parce que mes parents envisageaient pour leurs enfants un avenir ici en France et non pas au Maroc ou en Algérie. Il y avait une certaine crainte à cette période des années 1990 avec le climat général en France : c’était « l’envie de vouloir bien faire les choses » et s’assimiler d’une manière « normale ». ”

Entretien avec Karim Mohamed Aggad, déchu de sa nationalité française et désormais apatride (cage.ngo)

(7) Concernant Kemi Seba et dans la mesure où Lignes de Crêtes a consacré beaucoup d’encre peu élogieuse à ce personnage, il faut d’abord évidemment dire que rien ne justifie une déchéance de nationalité et que cette sanction exige la réaction la plus intransigeante qui soit. Ajoutons ensuite que son motif ” propos anti-français” est une humiliation vertigineuse pour tous les activistes sincères de la lutte contre l’antisémitisme, car ce qui est dit à travers cela, c’est évidemment que l’antisémitisme n’est pas en soi quelque chose de suffisamment grave pour enclencher la vindicte de la République. Néanmoins ceci passera inaperçu puisque les acteurs sincères de la lutte contre l’antisémitisme, c’est à dire ceux n’ayant pas abdiqué devant le nationalisme français , sont somme toutes très peu nombreux depuis quelques temps et absolument inaudibles dans l’espace médiatique .

 

 

 

23.02.2024 à 18:59

Solidarité inconditionnelle avec Urgence Palestine.

Lignes de Crêtes

Un génocide ne peut advenir par la seule force militaire. Ce qui permet sa réalisation, c’est l’assentiment actif, assumé ou non, de forces sociales et politiques massives, notamment par la neutralisation et la disqualification des forces qui cherchent à être solidaires des victimes. Ce rappel préliminaire est nécessaire dans le contexte français actuel, lorsqu’il s’agit de débattre d’une tribune contre Urgence Palestine, le collectif unitaire sans lequel il n’y aurait tout simplement pas de mobilisation pour la Palestine. Ses membres fondateurs sont ceux qui ont été là dès le 8 octobre, dans le cadre d’une répression massive visant à empêcher toute mobilisation même minimale. Si Urgence Palestine est la tête du mouvement, c’est parce qu’il est le mouvement tout entier, son émanation naturelle. La concentration de toutes les énergies, les anciennes et les nouvelles. Quiconque a engagé son corps ailleurs que sur les réseaux sociaux le sait, parce qu’il a tout simplement obéi à ce sentiment d’urgence absolue qui a suivi les déclarations ouvertement génocidaires de Netanyahu et de son gouvernement. Il n’y aucun moyen d’attaquer Urgence Palestine sans attaquer la solidarité contre le génocide. Au moment où celui-ci s’intensifie, au moment où l’armée israélienne massacre à Rafah ceux à qui elle a ordonné de s’y rendre s’ils ne voulaient pas mourir, il n’y a aucun hasard dans la publication d’une tribune qui demande en réalité aux gens de ne plus se mobiliser pour la Palestine, en boycottant le collectif unitaire qui mène la mobilisation avec l’assentiment de tous et…
Texte intégral (1368 mots)

Un génocide ne peut advenir par la seule force militaire. Ce qui permet sa réalisation, c’est l’assentiment actif, assumé ou non, de forces sociales et politiques massives, notamment par la neutralisation et la disqualification des forces qui cherchent à être solidaires des victimes.

Ce rappel préliminaire est nécessaire dans le contexte français actuel, lorsqu’il s’agit de débattre d’une tribune contre Urgence Palestine, le collectif unitaire sans lequel il n’y aurait tout simplement pas de mobilisation pour la Palestine. Ses membres fondateurs sont ceux qui ont été là dès le 8 octobre, dans le cadre d’une répression massive visant à empêcher toute mobilisation même minimale. Si Urgence Palestine est la tête du mouvement, c’est parce qu’il est le mouvement tout entier, son émanation naturelle. La concentration de toutes les énergies, les anciennes et les nouvelles. Quiconque a engagé son corps ailleurs que sur les réseaux sociaux le sait, parce qu’il a tout simplement obéi à ce sentiment d’urgence absolue qui a suivi les déclarations ouvertement génocidaires de Netanyahu et de son gouvernement. Il n’y aucun moyen d’attaquer Urgence Palestine sans attaquer la solidarité contre le génocide.
Au moment où celui-ci s’intensifie, au moment où l’armée israélienne massacre à Rafah ceux à qui elle a ordonné de s’y rendre s’ils ne voulaient pas mourir, il n’y a aucun hasard dans la publication d’une tribune qui demande en réalité aux gens de ne plus se mobiliser pour la Palestine, en boycottant le collectif unitaire qui mène la mobilisation avec l’assentiment de tous et toutes.

Ce serait déjà grave et contraire à toute éthique morale et politique si l’enjeu était seulement l’aggravation de la répression. Cette tribune est en soi un pathétique brouillon pour un décret de dissolution clé en main contre les organisations visées, un réquisitoire introductif pour des perquisitions à six heures du matin contre les camarades, frères, sœurs et organisations visés nommément. Les signataires le savent, au point d’avoir ajouté un post-scriptum sur la répression, en précisant bien qu’ils n’en seront auxiliaires éventuels qu’à l’insu de leur plein gré, et qu’il ne saurait leur en être tenu rigueur.

Ce serait déjà grave, car ce réquisitoire vole éhontément les combats de ceux, qui dans les années 2010 ont mené la lutte contre l’antisémitisme dieudonniste et soralien et contre celui de la gauche, en leur donnant un sens unilatéral. Nous en sommes, et pas des moindres et ce n’est pas d’avoir refusé de défiler avec Darmanin contre les Palestiniens qui autorise ceux qui l’ont fait à réécrire l’Histoire de nos combats.Nous en sommes et nous assumons nos erreurs, celles d’avoir été aveugles sur l’islamophobie ignoble de tant et tant de nos compagnons de route et d’avoir donc été islamophobes nous-mêmes. C’est ce qui a amenés Lignes de Crêtes à décider qu’une nouvelle époque s’ouvrait et à travailler avec des gens qui ont fait de même.
Notamment Elias d’Imzalene, que nous citons particulièrement car il a nous accordé sa confiance. en acceptant de donner un écho à la mesure de son audience importante à la lutte contre l’antisémitisme, notamment dans un Space X où l’un des relais enthousiastes de cette tribune et membre fondateur de Golem put exprimer sa douleur, son vécu et celui des siens après les attentats antisémites en France devant des centaines de frères et sœurs musulmans.

Honte à ceux qui après cela osent dénoncer en sachant quelles en seront les conséquences possibles. Qu’ils aient au moins la décence de ne pas le faire au nom des morts. Honte à celles et ceux qui en réalité veulent tout, sauf une nouvelle ère antiraciste, et qui sont tellement dans l’incapacité de trouver de l’antisémitisme dans la mobilisation actuelle qu’ils en sont à remonter à une décennie en arrière, où à applaudir l’annulation de projections de films sur la Shoah, parce qu’il y a des invités arabes au débat.

La lutte contre l’antisémitisme, n’est pas le sujet de cette tribune. Elle n’en parle pas, sauf pour faire des copiés collés de Taguieff, avec une inculture crasse pour des libertaires. Lorsqu’on somme les musulmans de se soumettre à un énième not in my name, on pourrait avoir l’élégance de commencer par soi-même quand on remonte aux années 50. Citer Johann Von Leers comme éminence grise des islamistes, c’est d’abord oublier qu’il fut surtout conseiller de Nasser, star actuelle des documentaires laïcistes, pour ses diatribes contre les Frères Musulmans. Et c’est surtout assez caustique lorsqu’on sait que Von Leers travaillait à l’époque avec Paul Rassinier, premier des négationnistes français de gauche, membre de la Fédération Anarchiste, et défendu alors même qu’il participait ouvertement à des congrès néo-nazis. Détail de l’Histoire, sans doute…

Néanmoins, cette tribune ne serait qu’un épisode sans intérêt de la longue déchéance de l’antiracisme prétendument universaliste et de son rôle d’accompagnateur anecdotique de l’islamophobie d’Etat, si nous n’étions pas en plein génocide. Si la solidarité musulmane internationale n’était pas essentielle pour sauver des vies, simplement cela. Si particulièrement en France, le combat pour faire exister cette solidarité face à un gouvernement totalement aligné sur les positions fascistes israéliennes n’était déjà pas si difficile. Cette fois les choses prennent une autre dimension et méritent une réponse ferme sur le fond.

Nul n’a à se justifier de ses positions concernant la résistance armée palestinienne. Quelles que soient les pressions, nul n’a à répondre aux mauvaises questions des islamophobes, parce que ce ne sont pas eux qui décident des termes du débat dans notre camp. En plein génocide la question ne sera jamais de savoir s’il faut ou non condamner le Hamas, à part au commissariat où comme chacun le sait, le droit au silence existe encore.

Quant au débat politique démocratique à gauche, il porte sur un tout autre sujet : de quoi se rendent coupables ceux, qui en pleins massacres, demandent aux Palestiniens de correspondre à leur idée de la victime parfaite, pacifique et sans doute aussi sommée de rédiger ses communiqués en écriture inclusive ? De quoi se rendent coupables ceux qui dénoncent l’inhumanité des prisonniers des nouveaux petits Guantanamo de Tsahal au moment où on les déshumanise pour les torturer et les assassiner sans procès ? De quoi se rendent coupables ceux qui préfèrent un Palestinien mort à un Palestinien « islamiste »? Voilà les seules questions du débat à gauche, et elles sont cruciales.

La première des réponses et la plus simple, pour celles et ceux, qui comme nous n’ont aucune qualité pour parler des questions internes à la politique palestinienne, consiste à faire front autour d’Urgence Palestine et des organisations visées à la fois par Darmanin et cette tribune, notamment Europalestine, Perspectives Musulmanes, les Indigènes de la République et l’UJFP. Et ce quelles que soient les divergences et même les affrontements passés. Et se rappeler que même à l’heure des réseaux sociaux et du grand déballage permanent, la dignité devant Darmanin consiste d’abord à régler les conflits éventuels sans prendre à parti publiquement le ministère de l’Intérieur dans un média censé être antiraciste, surtout quand on sait parfaitement qui il va soutenir.

Que vive la résistance du peuple palestinien, dans son ensemble.

20.02.2024 à 18:52

Missak au Temple des Âmes Vides.

Nadia Meziane

Quand j’erre dans les rues d’une métropole, Toutes les misères, tous les dénuements Lamentation et révolte l’une à l’autre. Mes yeux les rassemblent, mon âme les loge Je les mêle ainsi à ma souffrance intime Préparant avec les poisons de la haine, Un âcre sérum-cet autre sang qui coule, Par tous les vaisseaux de ma chair de mon âme.   La dernière fois que je me suis récité ce poème de Missak, qui est un camarade, alors je l’appelle par son prénom, c’était le jour de l’enterrement de Nahel. Comme nos frères sont  tous de dangereux barbares, même le jour de leurs funérailles, on met la ville sous cloche, comme si elle retenait son souffle devant nos fureurs incompréhensibles, comme si même les larmes pour les morts étaient des fleuves d’acide. Il n’y avait plus de bus à Nanterre, il fallait marcher de la Défense jusqu’au cimetière, de longues côtes interminables et ces pancartes qui indiquaient le Mont Valérien. Et l’ombre de Missak avec soi pour accompagner celle de Nahel. Missak, immigré rageur au visage taillé à la serpe, que les Français trouvent beau seulement maintenant. Il avait une tête de basané, Missak, pourtant. En ce temps-là, ça valait bien une barbe, cette tête-là. Dans les années 30, les gens convenables devaient frissonner devant son regard noir sous des sourcils épais lorsqu’il errait les poings serrés en rédigeant intérieurement des tracts incendiaires. Ce sont ces  mêmes honnêtes gens qui se presseront au Panthéon cette semaine pour le caresser comme un…
Texte intégral (1405 mots)

Quand j’erre dans les rues d’une métropole,
Toutes les misères, tous les dénuements
Lamentation et révolte l’une à l’autre.
Mes yeux les rassemblent, mon âme les loge
Je les mêle ainsi à ma souffrance intime
Préparant avec les poisons de la haine,
Un âcre sérum-cet autre sang qui coule, Par tous les vaisseaux de ma chair de mon âme.

 

La dernière fois que je me suis récité ce poème de Missak, qui est un camarade, alors je l’appelle par son prénom, c’était le jour de l’enterrement de Nahel. Comme nos frères sont  tous de dangereux barbares, même le jour de leurs funérailles, on met la ville sous cloche, comme si elle retenait son souffle devant nos fureurs incompréhensibles, comme si même les larmes pour les morts étaient des fleuves d’acide. Il n’y avait plus de bus à Nanterre, il fallait marcher de la Défense jusqu’au cimetière, de longues côtes interminables et ces pancartes qui indiquaient le Mont Valérien.

Et l’ombre de Missak avec soi pour accompagner celle de Nahel. Missak, immigré rageur au visage taillé à la serpe, que les Français trouvent beau seulement maintenant. Il avait une tête de basané, Missak, pourtant. En ce temps-là, ça valait bien une barbe, cette tête-là. Dans les années 30, les gens convenables devaient frissonner devant son regard noir sous des sourcils épais lorsqu’il errait les poings serrés en rédigeant intérieurement des tracts incendiaires. Ce sont ces  mêmes honnêtes gens qui se presseront au Panthéon cette semaine pour le caresser comme un fétiche prisonnier de leurs fantasmes.

Missak devenu leur immigré modèle, parce que Missak est mort et ne peut plus jeter ses poèmes de communiste révolutionnaire à la tête des imposteurs.

Missak épargné par la loi Darmanin, Missak sur qui la France a suffisamment craché pendant sa vie et au moment de son assassinat pour qu’elle puisse si longtemps après faire croire qu’elle l’a aimé, elle qui regarde au mieux placidement Missak qu’on assassine cent fois par an, ensanglanté sur les barbelés de l’Europe forteresse, noyé dans la Méditerranée, ou étouffé dans un camion à Calais.

Il sera bien seul, Missak au Panthéon, là où la bourgeoisie macroniste n’a même pas daigné y amener aussi ses camarades de combat. Quand il y en a un ça va, disait Hortefeux. A partir de trois, c’est une association de malfaiteurs à caractère terroriste. La M.O.I, quoi.
Et on a beau s’en fiche, cela fait de la peine, Missak au Panthéon, cet antre glacé de la mémoire morte. On l’aurait préféré avec Nahel, ou avec Rémi Fraisse, ou avec n’importe lequel des nôtres abattu par le pouvoir en place, il aurait eu des histoires à entendre et à raconter.
Ça fait de la peine, cette cérémonie qu’il aurait croisée en crachant par terre, le frère communiste plein de haine, à cause de tant d’amour pour les siens, les ouvriers immigrés exploités jusqu’à l’os littéralement, toutes ces âmes entravées trop fatiguées pour écrire, quand tant de bourgeois publient des sottises. Missak au Panthéon et pourquoi pas chez Gallimard avec Céline,tant qu’on y est, lui qui s’est tant battu pour que des ouvriers osent écrire dans sa revue communiste arménienne, qui y mettait plus d’énergie que pour y avoir des auteurs célèbres.

Missak au Panthéon, mémoire jalousement emprisonnée et  gardée, que celle-ci n’aille pas se répandre dans les enterrements de nos petits frères, dans les émeutes révolutionnaires.

Missak enfermé par ceux qu’il voulait renverser, par les héritiers des notables qui ont voté des lois racistes sous la République puis ont déroulé le tapis rouge à Pétain, Missak aux mains de Darmanin.
Et toute une partie de la  gauche déjà perdue et défaite, qui au lieu de revendiquer les siens, au lieu de hurler que Missak est à nous, et qu’il n’a rien à faire sous les ors sombres d’une République qui vire au brun,  ne cesse de demander que d’autres camarades morts entrent au Panthéon où nos jeunes militants ne vont jamais. Qui visite le Panthéon, en 2024, à part des touristes qui trouvent ça moche. Personne, sauf le jour de cérémonies officielles où Macron vole les mots des résistants, la bouche encore pleine des saletés du programme de Le Pen. Entouré de courtisans appointés pour parler droits humains avec celui qui les foule aux pieds toute l’année, spécialistes autorisés d’une résistance qu’ils n’ont jamais pratiquée , et qu’ils se contentent de conjuguer au passé, pour vendre des bouquins.

Missak est à nous pourtant. Comme le sont les autres camarades de la MOI. Missak est à tous les ennemis intérieurs qui errent dans les rues de la métropole, traqués, stigmatisés, assassinés, exploités, affamés. Missak, surtout,  est aux mauvais immigrés, maudits sur cent générations, toujours d’ailleurs, par le cœur. Les immigrés politiques, pas les gentils et reconnaissants, les méchants, ceux qui à peine le pied posé sur le sol français, et même sans papiers commencent déjà à revendiquer. Missak est à nous, les métèques qui ne se mêlent pas que de leurs affaires, mais de celles de la patrie qui les rejette. Missak est à toutes celles et ceux qui ne disent pas merci, mais « Au nom de tous les miens je veux et j’exige. »

En vérité, Missak est à tout le monde, sauf à ceux qui osent aujourd’hui l’enfermer au Panthéon. Et à ceux qui applaudissent avec des mines compassées un héros qu’ils auraient détesté vivant. Qui peut croire que Missak Manouchian, survivant d’un génocide, combattant communiste internationaliste aurait été aux côtés de ceux qui assassinent en Palestine ? Qui peut croire que Manouchian aurait accepté de voir sa mémoire utilisée par des occidentaux qui prétendent qu’on doit bombarder des hôpitaux pour éradiquer l’engeance, et que même les malades, les enfants et les vieux doivent être tués parce que le peuple tout entier est terroriste ?
Qui peut croire que Missak, en ce temps où le fascisme est aux portes du pouvoir et a déjà plus d’un pied dedans, aurait été au milieu des conservateurs qui préfèrent Le Pen à la gauche radicale ?

Qui peut croire qu’en 2024, Missak serait allé à son propre enterrement de première classe, lui le passager clandestin assumé ?

Pas grand monde et puis on ne devrait être ni triste, ni fétichiste. Des Missak, il y en a toujours dix mille dans les rues de Marseille et de Paris. Missak, abattu par les nazis n’était personne quand il a refusé joyeux de se laisser bander les yeux pour affronter la mort, dernier geste de partage avec les camarades, dernier instant de liberté qui valait bien cent ans de vie de ceux qui l’ont laissé tuer. Missak n’était personne qu’un métèque barbare haï par la France fasciste quand il est tombé, et ceux qui auraient brandi sa photo et celles de ses camarades comme étendard auraient été condamnés pour apologie du terrorisme, dans l’indifférence générale.
Rien ne change en France, sauf les jours de révolution mondiale. Quand les jeunes immigrés et dangereux poètes commencent à faire trembler, de leur seul regard, le bourgeois qui va chez Gallimard acheter Drieu dans la Pléiade après avoir pleuré des larmes de crocodile sur la Résistance, devant des tombeaux officiels vides de Sens.

14.02.2024 à 10:32

A Bâtons Rompus, le Podcast de Lignes de Cretes

Lignes de Crêtes

Lignes de Crêtes lance son podcast: A Bâtons Rompus. Ca parle gauche radicale, terrorisme, antisémitisme, fascistes, islamophobie, anticonspirationnisme… (Et des pauses avec des extraits de dub, roots, reggae, jungle et Drum & Base) A écouter sans modération: sur Soundcloud ici ==> https://soundcloud.com/user-827163902 sur Spotify ici ==> https://open.spotify.com/show/0MBJojTRJ0f3mwA4vW7ugh
Lire + (103 mots)

Lignes de Crêtes lance son podcast: A Bâtons Rompus.

Ca parle gauche radicale, terrorisme, antisémitisme, fascistes, islamophobie, anticonspirationnisme…

(Et des pauses avec des extraits de dub, roots, reggae, jungle et Drum & Base)

A écouter sans modération:

sur Soundcloud ici ==> https://soundcloud.com/user-827163902

sur Spotify ici ==> https://open.spotify.com/show/0MBJojTRJ0f3mwA4vW7ugh

13.02.2024 à 17:52

Les Métamorphosés

Rayan Freschi

L’islamophobie française offre à la communauté musulmane d’innombrables occasions de lutter. Entrave systématique, obsessionnelle, elle ne cesse de se dresser sur le chemin de notre bonheur. Impossible d’avancer bien longtemps sans découvrir son nouveau défi. Sans surprise, le discours de politique générale de Gabriel Attal et la commémoration des victimes du 7 octobre par Emmanuel Macron ont initié une séquence politique préliminaire à l’adoption de la prochaine loi islamophobe. Sans jamais faire référence au “séparatisme” ou “à l’islam radical” mais à travers l’invocation de la “barbarie” et de la lutte contre le “terrorisme”, l’insidieuse rhétorique étatique continue de nous cibler. Rappelons ce qui fût sous-entendu. La dissolution de l’identité française et les violences gratuites mises en avant par Attal et Macron – concepts d’extrême droite désormais consensuels – se font aux mains d’une barbarie musulmane contre laquelle il est urgent de se réarmer. En refusant de nous nommer directement, le couple exécutif ne nie pas la centralité du combat islamophobe: il démontre l’évidence de sa pertinence et de sa nécessité. L’esprit de cette rhétorique est celui d’une martialité assumée attendant sa prochaine attaque. En refusant l’insistance abusive, les deux têtes de l’hydre islamophobe rappellent que le prochain coup ne sera pas porté immédiatement. C’est plutôt lors du crépuscule du mandat d’Emmanuel Macron que la prochaine loi islamophobe sera adoptée, lorsqu’il faudra gonfler la légitimité d’un extrême-centre candidat à sa propre succession. Sève du suprémacisme islamophobe, l’anxiété anticipatrice circule dans les veines étatiques, nourrissant une persécution préventive à la brutalité croissante.…
Texte intégral (1253 mots)

L’islamophobie française offre à la communauté musulmane d’innombrables occasions de lutter. Entrave systématique, obsessionnelle, elle ne cesse de se dresser sur le chemin de notre bonheur. Impossible d’avancer bien longtemps sans découvrir son nouveau défi. Sans surprise, le discours de politique générale de Gabriel Attal et la commémoration des victimes du 7 octobre par Emmanuel Macron ont initié une séquence politique préliminaire à l’adoption de la prochaine loi islamophobe.

Sans jamais faire référence au “séparatisme” ou “à l’islam radical” mais à travers l’invocation de la “barbarie” et de la lutte contre le “terrorisme”, l’insidieuse rhétorique étatique continue de nous cibler. Rappelons ce qui fût sous-entendu. La dissolution de l’identité française et les violences gratuites mises en avant par Attal et Macron – concepts d’extrême droite désormais consensuels – se font aux mains d’une barbarie musulmane contre laquelle il est urgent de se réarmer. En refusant de nous nommer directement, le couple exécutif ne nie pas la centralité du combat islamophobe: il démontre l’évidence de sa pertinence et de sa nécessité. L’esprit de cette rhétorique est celui d’une martialité assumée attendant sa prochaine attaque. En refusant l’insistance abusive, les deux têtes de l’hydre islamophobe rappellent que le prochain coup ne sera pas porté immédiatement. C’est plutôt lors du crépuscule du mandat d’Emmanuel Macron que la prochaine loi islamophobe sera adoptée, lorsqu’il faudra gonfler la légitimité d’un extrême-centre candidat à sa propre succession.

Sève du suprémacisme islamophobe, l’anxiété anticipatrice circule dans les veines étatiques, nourrissant une persécution préventive à la brutalité croissante. Cette rhétorique angoissée, en plein génocide palestinien où nos frères et nos sœurs sont décrits et traités comme des “animaux humains”, est une opportunité de travailler le sujet de notre époque: la déshumanisation islamophobe. À la stratégie du régime répond la nôtre. À l’inquiétude d’un pouvoir persécuteur répond une parole de résistance, confiante et optimiste. Il s’agit, comme toujours, de s’évader pour mieux conquérir. S’évader du reflet déformé d’un miroir déshumanisant que l’on cherche à nous imposer. Nous conquérir nous-même, nos blessures et nos injustices; puis conquérir les leurs.

Projection d’une pathologie déformante


La destruction islamophobe opère méthodiquement. Son succès repose sur un pilier, et un pilier seul: l’extinction de toute empathie envers l’homme musulman. Détruire, c’est avant tout ne plus reconnaitre son humanité en l’autre. C’est au sein d’un paysage psychique pollué que naissent l’indifférence et sa jumelle, la volonté de meurtre. La construction de représentations précisément déshumanisantes permet la sauvagerie à notre encontre. Il s’agit, pour le suprémacisme islamophobe, de suggérer une métamorphose aux accents cronenbergiens. L’idée selon laquelle le musulman serait un homme comme les autres est une illusion dont la France doit se défaire au plus vite. Atteint d’une maladie physique et spirituelle incurable le musulman ne peut que dégénérer, à terme, en un “islamiste” par définition brutal, incapable de ressentir la moindre compassion, incapable du moindre compromis. L’esprit suprémaciste inverse le réel: incapable de ressentir lui même une quelconque empathie, il cherche à faire croire que c’est nous qui ne disposons pas de cette faculté. Nos signes extérieurs d’islamité deviennent autant de symptômes visibles de cette métamorphose menaçante. Bientôt brutal, insensible et fanatique, le musulman ne peut dès lors développer aucune politique sérieusement envisageable. Son autonomie ne pouvant que produire un danger civilisationnel mortel il devra, au mieux, déléguer et suivre. Au pire, il souffrira des plus cruelles claustrations physiques et psychiques. Toujours, il devra demeurer muet, comme si toute expression musulmane valait contamination de barbarie.

Pourtant, la description d’une évolution spirituelle et politique est véridique. La communauté mûrit; son influence politique croît. C’est la portée bienfaitrice de notre métamorphose que nos adversaires cherchent à masquer, parfaitement conscients que notre miséricorde est le secret de nos futures victoires. Notre croissance spirituelle, pourtant synonyme de compassion pratiquée, démontre pour eux l’avancement de notre pathologie. Ne sommes-nous que des bêtes, si l’injustice nous émeut pareillement? Bien souvent, il suffit de nous rencontrer pour ne plus nous haïr. Cette rencontre fait office de creuset où la découverte de notre psyché et de notre langue fait fondre les projections chimériques. Elle révèle le mensonge de nos ennemis.

La langue narcissique et la langue révolutionnaire


Les métamorphosés sont désignés par les mécanismes déshumanisants auxquels l’orgueil suprémaciste cherche à les assujettir. Le pouvoir de nos ennemis tient à un crime fondateur: la destruction de nos pères, l’effacement des figures structurantes de notre masculinité. L’usurpation moderne et libérale est un régicide hantant à jamais les nuits du régime islamophobe. Apeuré par la croissance de ces nouveau-nés, il projette des représentations réifiantes afin de mieux démontrer sa croyance en une supériorité naturelle, fille d’une insécurité psychique fondatrice. La dynamique entre tyran et résistant tient à cette opposition, traduite par la rencontre de deux langues aux tessitures contraires.

La première se déploie dans la corruption du réel, dans l’humiliation constante des rivaux de ses locuteurs. C’est la langue de l’immobilité rassurante, émasculée et émasculante. Langue d’une force usurpatrice, elle ne peut jamais s’exprimer avec confiance et exige la dépendance et le mutisme de ses opposants, tirant de leur humiliation son énergie vitale propre.

La seconde est celle de la fidélité au réel, de la recherche constante du bien et de la justice. C’est la langue révolutionnaire, celle de la métamorphose perpétuelle dont la sérénité radieuse sait la conquête inévitable. C’est la langue de la filiation prophétique retrouvée et honorée, la langue dévoilant l’imposture et rétablissant l’ordre miséricordieux voulu par Allah. Malgré la tentation de la dépendance, ses locuteurs s’épanouissent dans l’indépendance psychique, conscients qu’à travers leur sincérité Son secours est garanti. C’est cette langue qui a pu révéler la corruption islamophobe sous-tendant la politique de la guerre contre la Terreur. C’est uniquement à travers elle que nous avons pu saisir les ressorts de la mise sous surveillance de notre communauté – ce que Macron appelle la “société de vigilance” – et sa persécution préventive. C’est elle qui démontre que l’opposition systématique à toute expression politique enracinée dans notre Tradition est le fruit d’un délire anxieux.

Le dialogue, au fond, tient à deux propositions. Puisqu’ils sont inhumains – ou tout du moins sur le point de le devenir – traitons-les à la bassesse de leur nature, clament tout haut nos ennemis. Puisqu’ils sont ignorants, corrigeons-les, répondent les métamorphosés.

29.01.2024 à 12:39

Minuit dans le siècle de Guantanamo

Nadia Meziane

Il se joue ces dernières années un étrange combat à Guantanamo. Un combat pour la culture. L’administration d’état américaine tente en effet d’empêcher les détenus libérés d’emmener avec eux leurs productions artistiques. Elle y met un acharnement particulier  ( 1) Il n’y a rien dans ces œuvres qui dévoile un quelconque secret sur ce qui a été fait aux détenus de Guantanamo. La clarté des évènements qui s’y sont déroulés est aussi vive que l’orange choisi pour les uniformes des détenus. Le monde entier sait déjà que là-bas, armés d’une légitimité idéologique décrétée incontestable, on a violé tous les principes de droit qui avaient été proclamés par les Lumières, et la légalité la plus élémentaire. Tout le monde sait l’enfermement sans procès, la torture physique et psychologique et même que Guantanamo n’était que la Bastille, et que l’on y a ajouté les oubliettes, nécessaire complément, pire que le pire, les centres secrets de torture et de disparition programmée installés dans des pays tiers, ces centres où l’on n’avait même plus le dernier droit, faire savoir sa propre mort à sa famille et à ses proches. Alors pourquoi ce combat qui semble une vengeance d’arrière-garde, un enjeu absolument dérisoire à côté de tout cela : empêcher des hommes d’emmener avec eux l’activité et la créativité développée pendant une vie en cage, faite au prix d’efforts incroyables. Pourquoi pas juste un « Vazy casse-toi », de celui que les gardiens disent aux détenus libérables des prisons normales, un « Prend tes pauvres…
Texte intégral (2607 mots)

Il se joue ces dernières années un étrange combat à Guantanamo. Un combat pour la culture.

L’administration d’état américaine tente en effet d’empêcher les détenus libérés d’emmener avec eux leurs productions artistiques. Elle y met un acharnement particulier  ( 1)

Il n’y a rien dans ces œuvres qui dévoile un quelconque secret sur ce qui a été fait aux détenus de Guantanamo. La clarté des évènements qui s’y sont déroulés est aussi vive que l’orange choisi pour les uniformes des détenus. Le monde entier sait déjà que là-bas, armés d’une légitimité idéologique décrétée incontestable, on a violé tous les principes de droit qui avaient été proclamés par les Lumières, et la légalité la plus élémentaire. Tout le monde sait l’enfermement sans procès, la torture physique et psychologique et même que Guantanamo n’était que la Bastille, et que l’on y a ajouté les oubliettes, nécessaire complément, pire que le pire, les centres secrets de torture et de disparition programmée installés dans des pays tiers, ces centres où l’on n’avait même plus le dernier droit, faire savoir sa propre mort à sa famille et à ses proches.

Alors pourquoi ce combat qui semble une vengeance d’arrière-garde, un enjeu absolument dérisoire à côté de tout cela : empêcher des hommes d’emmener avec eux l’activité et la créativité développée pendant une vie en cage, faite au prix d’efforts incroyables.

Pourquoi pas juste un « Vazy casse-toi », de celui que les gardiens disent aux détenus libérables des prisons normales, un « Prend tes pauvres hardes pour solde de tout compte et dégage ».

Pour peu que l’on prenne de la hauteur,  que l’on regarde Guantanamo non pas avec une vague compassion humaniste teintée de colère non-dite pour les détenus, après tout islamistes, mais en se demandant simplement qui sont les hommes qu’on y a enfermés, leurs destins, les combats actuels de ceux qui en sont sortis, on comprend vite l’enjeu fondamental. Cet enjeu là n’est pas celui de la lutte anticarcérale seulement, pas un combat contre l’islamophobie seulement.

Les œuvres d’art de Guantanamo sont une victoire positive de l’humanité contre la deshumanisation méthodique. Elles disent que ce qui a eu lieu là-bas n’est pas la victoire de la violence et de la torture et de l’anéantissement définitif. Elles disent que ce qui a eu lieu là-bas n’est pas seulement la guerre impitoyable et sans retour. Elle dit que les hommes ont réussi à rester des humains qui n’ont pas renoncé à dialoguer avec les autres humains, à construire une transcendance universelle, celle qui passe notamment par la création artistique.
Les détenus de Guantanamo n’ont jamais cessé de tenter de parler à tous et toutes, même à celles et ceux qui ont implicitement accepté leur deshumanisation après les attaques du 11 septembre 2001.

L’art de Guantanamo est ce qui efface un mensonge fondateur sur le camp .

Le symbole de Guantanamo reste en effet la combinaison orange. Ce que chacun d’entre nous devait voir de l’extérieur, ce qui devait nous sauter aux yeux, littéralement . Une couleur criarde, un hurlement de rage ou un avertissement fluorescent, quelque chose qui disait DANGER ABSOLU, un message clair : ce ne sont pas des hommes, ce sont des tueurs impersonnels.
On parle moins de la cagoule noire, sans trous pour la bouche et les yeux. Parce qu’elle porte atteinte justement à un fondamental occidental et qu’elle soulève une terrible contradiction, insurmontable pour l’existentialisme islamophobe, celui qui pense le dévoilement absolu, et le fait de tout montrer comme la condition première de toute âme civilisée. Qui cache est suspect et n’a que du mauvais à dissimuler. Qui ne montre pas le visage sort de l’humanité, qui ne représente pas les figures humaines est un animal sans culture propre.
Alors, si cela est le Vrai, pourquoi ce geste symbolique, démonstratif, contre-nature , effacer le visage des hommes de Guantanamo, le voiler intégralement au sens propre, contre leur gré. Leur interdire de nous regarder, nous interdire de les voir dans ce qui constitue le signe de l’Humanité pour la culture occidentale, le Visage. Pourquoi porter atteinte à une des Croyances qui fonde la Modernité ?Deux décennies plus tard, les œuvres d’art de Guantanamo, les peintures, les poèmes et les récits donnent la réponse.

Cette réponse, c’est la réhumanisation des hommes musulmans par eux-mêmes, et la terreur existentielle que ceci provoque dans l’imaginaire islamophobe mondial.

 

Cette terreur se traduit par ce qui semble une vengeance dérisoire, mesquine et hors sol du gouvernement américain lorsqu’il libère des hommes à qui il a déjà absolument fait tout le mal que la force permet. Ce refus entêté jusque dans ce qui semble un détail, c’est celui de renoncer à un pilier du récit islamophobe contemporain. Celui qui permet d’ériger non seulement le Guantanamo 2.0 dont parlent les ex détenus et leurs soutiens, mais le Guantanamo 3.0 celui des réseaux de normes juridiques qui répriment les musulmans dans les pays occidentaux.

Au nom de l’inhumanité supposée des hommes musulmans, depuis 2001, des régimes d’exception co-existent avec la légalité ordinaire, avant de la coloniser peu à peu, car le but de tout état d’exception est de devenir la règle universelle. Au nom de l’inhumanité supposée absolue des hommes musulmans, les législations anti-terroristes ont non seulement perduré ces deux dernières décennies mais elles sont devenues une philosophie globale, un antiterrorisme qui décrète qu’il n’y a même plus besoin d’actes pour incriminer l’ensemble des communautés musulmanes. En témoigne en France, la loi Séparatisme et le régime des dissolutions administratives : petit à petit, le simple fait d’exister en tant que musulmans est suspect et source de punitions préventives décrétées essentiellement par des autorités administratives. Punitions contre des cibles réduites à l’absence de visage, même dans ce qui est censé être le lieu de la démocratie où chacun peut s’exprimer, les médias.

En effet, la simple désignation comme « islamiste », génère non seulement la punition juridique mais aussi l’exclusion absolue de tout l’espace public démocratique, la négation totale du droit à la défense et à l’existence contradictoire face au pouvoir.

Pour s’en convaincre, il suffit de lire la presse, de regarder quelques-uns des milliers et milliers de replay consacrés à la lutte contre l’islamisme et ciblant des intellectuels, des journalistes, des responsables associatifs, des activistes, des artistes des sportifs ou des anonymes jetés brusquement à la vindicte. Et de constater l’absence de visages, de voix, l’Absence tout court dans les débats,…. de ces gens dont les débats parlent tous les jours. Qui n’a pas le droit à un procès équitable n’a pas le droit non plus même à seulement une voix sur le banc des accusés.
Ce traitement là, pour tous Autres que les musulmans et surtout les hommes musulmans, nous le trouverions absolument inconcevable en Occident, où désormais même les théoriciens de la race ont le droit et à l’attaque sur les réseaux sociaux et les plateaux télé, et peuvent y prêcher la lutte impitoyable et violente contre le Grand Remplacement.

Pour les musulmans, la normalité et la normativité sont pourtant cette Zone Grise en extension permanente, cet à côté défini juridiquement d’abord par le renoncement légal à la légalité démocratique, et existentiellement par la disparition des sujets musulmans de l’espace politique et culturel, où ils n’existent plus que comme mauvais objets . Renoncement souvent banalisé même dans les esprits qui se pensent progressistes. Il n’y a plus en France aucune initiative politique de gauche pour la fermeture de Guantanamo, nous avons appris avec vivre avec, notamment parce que c’était loin. Mais cela s’est rapproché en vingt ans et de même si énormément de voix se sont élevées contre la loi Sécurité Globale, et plus récemment contre la loi Immigration, bien peu sont celles qui ont résonné contre la loi Séparatisme. Bien peu sont ceux qui disent que la loi Immigration n’est pas seulement dirigée contre les immigrés mais très clairement contre les musulmans, notamment en ce qui concerne l’extension des possibles déchéances de nationalité, mais aussi toutes les dispositions visant à s’assurer que les candidats à un titre de séjour ne sont pas de dangereux communautaristes.

Malheureusement pour l’islamophobie, cependant, quelque chose d’autre a lieu depuis vingt ans. Guantanamo a accouché contre son gré d’êtres humains dont certains sont aujourd’hui libres et même combattants internationaux pour les droits humains.

On peut hausser les épaules, parler d’une réalité microscopique et anecdotique. Mais il y a par le monde et notamment en Occident, quelques hommes dont l’histoire est éminemment troublante pour le narratif de la Guerre Eternelle et de la Vengeance cyclique.

En France, deux prisonniers mythiques se disputent les faveurs des amis de la littérature depuis un siècle et demi. Jean Valjean et Edmond Dantès. Le second est vengeur absolu et aimé pour cela dans l’imaginaire français qui légitime absolument la violence punitive de l’Innocent contre les puissants qui l’ont injustement enterré vivant. Le second est Jean Valjean, qui transformé et sauvé par la Foi d’une rencontre de hasard, renonce à la vengeance pour faire le bien.
La puissance du Mythe Jean Valjean est plus forte que celle de Dantès. Et pour cause, l’appel au Bien est universel. Mais étrangement, personne en Occident ne se pose cette question pourtant troublante. Pourquoi des innocents de Guantanamo non seulement, ne se vengent pas mais deviennent pour certains combattants pour la justice universelle ?

Si nous ne nous la posons pas, c’est à cause de la main mise islamophobe sur le débat démocratique : elle consiste non seulement dans le pouvoir de fournir des réponses mais aussi dans celui de poser les questions. L’écran noir et le silence étouffant sur le bien que peuvent faire les musulmans est le lointain écho de la tentative de disparition par l’asphyxie incarnée par la cagoule noire sur le visage des prisonniers de Guantanamo. Sur ces visages qu’il ne fallait pas voir, car il fallait absolument qu’aucune identification n’ait lieu et que nous ne voyions que le Diable obscur des récits islamophobes. Surtout pas Jean Valjean, évidemment.

Deux décennies plus tard, la cagoule se déchire peu à peu cependant, et des visages réapparaissent aux yeux du monde. Le triste anniversaire des 22 ans de Guantanamo coïncide avec la tentative génocidaire à Gaza, et la résistance musulmane mondiale qui lui fait face, entraînant avec elle les défenseurs des droits humains de toutes confessions et croyances et même la Cour de Justice Internationale. Sa première décision prudente, certes, ouvre possiblement la voie à une nouvelle ère, notamment en faisant voler en éclats le mythe selon lequel la défense concrète des valeurs universelles de justice et de liberté serait l’héritage de l’Occident auquel il faudrait se soumettre absolument pout être un peu plus que des animaux qui pensent
Dans ce contexte, l’acharnement consistant non seulement à garder 30 hommes en combinaison orange dans une oubliette de cauchemar où on les a même privés de leur visage, mais aussi à tenter de les déposséder des preuves de leur créativité, de leur tentative extraordinaire et réussie de continuer à s’ouvrir au monde du fin fond de la prison sans porte de Guantanamo est tout,  sauf un détail de l’histoire qui ne mériterait qu’une note de bas de pages dans nos combats.

Que ferme Guantanamo, que ne restent que les preuves d’une bestialité assumée, qu’un lieu de mémoire des pulsions de mort de l’humanité, et au dehors des hommes libres, artistes, activistes et musulmans pour témoigner et poursuivre le récit d’une victoire contre la déshumanisation islamophobe . Et ce seront  des pans entiers des Zones Grises dans lesquelles on cherche à enfermer les musulmans dans les états islamophobes qui commenceront à s’effondrer.

 

 


L’illustration de couverture de ce texte est le dos d’un tableau Muhammad Ahmad Abdallah Al Ansi, détenu à Guantanamo jusqu’en 2016. De nationalité yéménite, Muhammad Al Amsi a été présenté comme un criminel extrêmement dangereux et impliqué de très près dans les attaques du 11 septembre 2001 par les autorités militaires américaines. Finalement, en dépit de ces accusations pourtant sensationnalistes et précises, il a été libéré sans charges et sans procès. Il crée aujourd’hui notamment pour Heart, qui associe ex-détenus et artistes pour proposer des actions de réparation et de solidarité comme celui-ci 

Pour découvrir les oeuvres d’art de Guantanamo et l’ histoire précise de chacun d’eux  , les deux étant indissociable ce site 

Art from Guantánamo Bay (artfromguantanamo.com)

 

(1) J’ai découvert cette réalité grâce à l’activité d’un un ancien détenu, Mansoor Adayfi, qui a été enfermé à Guantanamo du 9 février 2002 jusqu’au 11 juillet 2016, sans charges, ni procès. Il a ensuite été envoyé en Serbie où il n’avait absolument aucune attache. Depuis sa libération, il se bat sans relâche   pour faire libérer ses co-détenus, mais également pour les droits humains en général . Il a publié csur le sujet cet article en 2023 dans le Guardian et également donné un entretien passionnant à la BBC sur l’art à Guantanamo écoutable ici

6 / 10
  GÉNÉRALISTES
Ballast
Fakir
Interstices
Lava
La revue des médias
Le Grand Continent
Le Monde Diplomatique
Le Nouvel Obs
Lundi Matin
Multitudes
Regards
Smolny
Socialter
The Conversation
UPMagazine
Usbek & Rica
Le Zéphyr
  CULTURE / IDÉES 1/2
Accattone
Contretemps
A Contretemps
Alter-éditions
CQFD
Comptoir (Le)
Déferlante (La)
Esprit
Frustration
 
  IDÉES 2/2
L'Intimiste
Jef Klak
Lignes de Crêtes
NonFiction
Période
Philo Mag
Terrestres
Vie des Idées
 
  THINK-TANKS
Fondation Copernic
Institut La Boétie
Institut Rousseau
 
  TECH
Goodtech.info
Quadrature du Net
  INTERNATIONAL
Alencontre
Alterinfos
CETRI
ESSF
Inprecor
Journal des Alternatives
Guitinews
 
  MULTILINGUES
Kedistan
Quatrième Internationale
Viewpoint Magazine
+972 mag
 
  PODCASTS
Arrêt sur Images
Le Diplo
LSD
Thinkerview
 
  Pas des sites de confiance
Brut
Contre-Attaque
Korii
Positivr
Regain
Slate
Ulyces
🌓