Médias généralistes
AOC · A.S.I  Courrier d' Europe Centrale · FTVI · l'Humanité · INSEE · Médias-Libres · LCP · LeMonde · LaTribune · LeFigaro · TheConversation · Toutel'Europe · France 24 · Mediapart · L'Autre Quotidien · Orient XXI · LeMedia · Rézo · Six Mois 
 L'Autre Quotidien

Le numéro du jour est entièrement en accès libre.

15.01.2020 à 10:59

L'éphéméride du 15 janvier

Nous avons besoin d'une éthique ou d'une foi, ce qui fait rire les idiots ; ce n'est pas un besoin de croire à autre chose, mais un besoin de croire à ce monde-ci, dont les idiots font partie. Gilles Deleuze, L'Image-temps. Cinéma 2

LIRE

15.01.2020 à 10:09

Les derniers feuillets de Yuri Dojc

Yuri Dojc envisage chaque livre abandonné, abîmé par le temps, comme un survivant, dont il fait un portrait, préservé dans sa beauté finale : des images qui en disent plus long que les mots. Aujourd’hui, des années plus tard, sa propre recherche, qui a débuté avec des portraits de survivants après la mort de son père, se transforme en un remarquable récit photographique.

LIRE

14.01.2020 à 14:16

Un simple coup d'œil, décryptage d'un cliché par Pascal Therme

Où sommes-nous dans cette photographie d'hiver, assez symbolique ? Un homme debout de dos, au centre horizontal, au premier tiers vertical, le deuxième tiers supérieur est l'horizon et le troisième, le ciel, dans un rapport central où le plan de l'image le rend dans ce qu'il semble regardé, toute une terre, sa terre, s'étend jusqu'aux collines.
Alain Keler

Alain Keler

Il semble que les lignes des toits convergent vers ce point où il se tient dans un système de triangulation qui le "centre" au tiers inférieur du plan. Un système de lignes le place ainsi comme un homme au centre de sa terre hivernale, au point vertical de ses appartenances, aux territoires qui fondent son action.

De fait, je m'aperçois qu'il n'est pas de dos mais de face, il n'empêche, l'image s'enrichit de l'ambivalence de cette posture, selon que l'on pense qu'il se tient face ou dos au photographe, quelque chose clive dans le sens que l'on peut donner à l'image en changeant sa position, de face et de dos, jeu assez troublant de l'interprétation qui renvoie sans doute aux sens qui se proposent. De face il s'agirait d'une sorte de constat, de dos, l'image devient symbolique et contemplative, le regard du personnage tourné vers le lointain réintroduit un axe intérieur qui donne une profondeur insoupçonnée, mon regard est ainsi "appelé" à suivre celui, invisible, du personnage, vers cette "profondeur" communicante, intérieure et extérieure.

Comme beaucoup de photographes, Alain Keler inclut dans l'image la possibilité de l'Autre, dans l'image par la narrativité que porte les scènes photographiées, hors de l'image par un point de fuite qui inclut le regard extérieur, comme si nous nous trouvions derrière lui; le "regardant", nous, comme un double, agissant et recevant cette butée du regard qui traverse le photographe et fait photographie...dans un total respect de tous les acteurs, inclus les personnages, le sujet, le photographe et le récepteur de l'image, nous;

Un autre axe qui donne une autre spatialisation en volume de cette photographie puisqu'elle intègre aussi le mystère des temps qui l'ont composées et dont la finalité est cette dernière et première destination, dont nous sommes au final la première intention, la première cause et qui se lie à l'l'éthique de celui qui témoigne et qui rapporte, aussi bien en lui même que pour les temps à venir, à partir du moment où la photographie se prend....

C'est aussi pourquoi dans ces transmissions, Alain Keler est ce conteur passionnant et surtout juste et que son aventure s'apparente à une Odyssée, liant la dialectique de ce qui porte l'universel, parce qu'illustré si effectivement dans le sens de "tourné vers le un" "uni-versus", dans une honnêteté intellectuelle forgée à la volonté inconsciente de Savoir ce qui fait photographie, devenue totalement ORGANIQUE, quand il est sur le terrain, dans cette "mission", intimement et pour lui-même, conséquemment, quand il construit ce genre de plan photographique, il est au coeur de cette Raison du Sensible qui fait sens et œuvre, pour tous comme pour lui-même, l'homme du quotidien à l'ouvrage disait Dubuffet.

Pascal Therme le 15/01/2020

LIRE

14.01.2020 à 10:58

l’éphéméride du 14 janvier

Larry Fink  - The Polarities

Larry Fink - The Polarities

l’air du temps

Alain Bashung - Immortels

Le haïku de cœur

La danse des hommes
Pour apaiser le Dieu du Vent
Ressemble à la tempête.

Arima Akito

L'éternel proverbe

Le mal commis est un malheur suspendu, le bien commis est un trésor caché.

 Proverbe malgache

La phrase qui parle

Surtout, ne pas penser. Chère Lisa, voilà le plus grand péché qui soit. Plutôt la débauche que la tristesse. Dieu hait les tristes. Mais tout va si vite. On meurt si vite. Juste devenir idiot. Il y a quelque chose de merveilleux à devenir idiot. Mais il ne faut pas le vouloir, cela vient tout seul. 

Robert Walser à sa soeur, automne 1904

LIRE

14.01.2020 à 08:20

Sidérants films amateurs perdus de l'Allemagne nazie, par Jean-Jacques Birgé

Les 30 et 31 décembre derniers, la BBC Four a diffusé le documentaire en deux parties de Martin Davidson & Nick Watts, “Lost Home Movies of Nazi Germany”. Les films tournés par les soldats allemands à Paris sont époustouflants, touristes en uniformes vivant le fantasme joyeux de la ville lumière. Le port de l'étoile jaune est tout aussi révoltant.

LIRE

13.01.2020 à 18:03

Gil Scott-Heron relu aux baguettes par Makaya Mc Craven

Makaya McCraven est un des chefs de file de la nouvelle scène jazz américaine de Chicago. Il vient dévoiler “We’re New Again”, sa relecture du dernier album de Gil Scott-Heron.

LIRE

13.01.2020 à 12:17

Roger Ballen en grand interview chez Saint-Pierre… par Pascal Therme

Abonnés. Si vous défiez le statu quo de l’esprit, vous remettez en quelque sorte en question le statu quo de la société. Et à moins que le statu quo de l’esprit ne soit remis en question et transformé d’une certaine manière, il n’y aura pas d’avancement politique. C’est le problème de l’histoire humaine. Roger Ballen

LIRE

13.01.2020 à 10:58

L’éphéméride du 13 janvier

Christian Boltanski, “Faire son temps”, au Centre Pompidou jusqu’au 16 mars 2020

Christian Boltanski, “Faire son temps”, au Centre Pompidou jusqu’au 16 mars 2020

L’air du temps

Dom La Nena - Oiseau Sauvage

Le haïku sur la tête

Commencement de l’hiver –
Le soleil léger du matin
Naît de l’arrosoir.

Uejima Onitsura

L'éternel proverbe

L'homme pauvre fait sa cuisine avec de l'eau. 

Proverbe hongrois

La phrase qui parle

Avec les bonnes questions, il n'y a jamais de réponses.

Haruki Murakami, Écoute le chant du vent

LIRE

13.01.2020 à 09:37

Israël : un modèle pour la droite extrême

is2.jpeg

Le 15 décembre, le Brésil a ouvert un bureau commercial à Jérusalem et annoncé qu’il allait bientôt y déménager son ambassade de Tel aviv dans cette ville contestée. Le Premier ministre d’Israël, Benjamin Netanyahu, a exprimé sa satisfaction en déclarant qu’Israël n’avait « pas de meilleurs amis que le peuple et le gouvernement du Brésil ». L’appui du Brésil au colonialisme de peuplement et à l’occupation militaire de la Palestine s’intègre dans une tendance mondiale plus vaste des mouvements de droite, de l’extrême droite, et des mouvements fondamentalistes qui adoptent le sionisme comme un modèle pour la perpétuation réussie des politiques racistes.

Un nationaliste religieux et ancien capitaine de l’armée, le Président d’extrême droite du Brésil, Jair Bolsonaro, est connu pour ses propos patriarcaux, misogynes et racistes. Il a insulté les réfugiés africains, moyen-orientaux et haïtiens les traitant de « racaille de l’humanité », il s’en est pris aux populations LGBT, et il a encouragé l’inégalité des femmes dans la loi. Le régime de Bolsonaro a été qualifié de fasciste par certains observateurs.

Lors de sa prise de fonction en 2018, Bolsonaro a rompu avec la position modérée de ce pays sud-américain sur la Palestine. Durant sa campagne présidentielle, Bolsonaro a recommandé la fermeture de l’ambassade palestinienne au Brésil, il a rejeté les Palestiniens comme étant des « terroristes », et il a promis de déplacer l’ambassade du Brésil à Jérusalem. Lors des rassemblements électoraux, le drapeau israélien est souvent apparu aux côtés du drapeau brésilien. Après la victoire électorale de Bolsonaro, une source diplomatique brésilienne de première importance a déclaré au journal israélien Haaretz que « le Brésil sera dorénavant coloré en bleu et blanc » faisant référence aux couleurs du drapeau israélien. En tant que Président, Bolsonaro a fait sa première visite officielle de chef d’État en dehors des Amériques en Israël, où il a proclamé chaleureusement, et en hébreu, son amour pour Israël.

Israël lui a rendu la pareille question fascination. Dès le début de sa présidence, Israël a considéré Bolsonaro comme un nouvel allié. Quand Netanyahu a assisté à l’inauguration de Bolsonaro, il a été accueilli par les chrétiens évangélistes du Brésil, qui ont publié un timbre spécial pour célébrer le 70ème anniversaire de l’État colonisateur. Sur ce timbre, il y avait représentés le visage de Netanyahu et le mot hébreu pour « sauveur ».

Bolsonaro est soutenu par une population évangélique qui grandit rapidement et qui, avec environ 45 millions de personnes, gagne en influence politique et sociale.

is.jpg

Le mouvement évangélique du Brésil a des liens avec son homologue états-unien. Bien représentés dans le gouvernement des États-Unis par le Vice-Président Mike Pence et le Secrétaire d’État Mike Pompeo, les évangéliques forment la base conservatrice du Parti républicain et ils ont largement soutenu Donald Trump.

Israël est d’une importance centrale pour les évangéliques sionistes, lesquels continuent de croire que les juifs ont besoin d’être concentrés en Palestine pour que soit déclenchée la seconde venue de Jésus. Lisant l’histoire à travers une lentille religieuse, les sionistes évangéliques considèrent l’établissement de l’État d’Israël en 1948 comme l’accomplissement d’une prophétie religieuse. Israël est ainsi élevé au-dessus de ses obligations relevant du droit international et des droits de l’homme.

Les sionistes chrétiens ne sont pas les seuls à soutenir et admirer Israël. Les mouvements et partis politiques de droite et d’extrême droite à travers le monde idéalisent aussi Israël car ils voient dans le projet colonial sioniste un modèle réussi de la domination européenne sur les populations indigènes des pays en développement.

Se saisissant des préoccupations des ultraconservateurs concernant les développements démographiques dans les sociétés multiculturelles pour la perpétuation des idéologies islamophobes, les suprémacistes blancs et les autres idéologies racistes, les différents mouvements d’extrême droite se croisent dans leur adhésion au sionisme.

Des systèmes visant à limiter l’expansion de la population, tels que les interdictions de voyager, les déportations, la construction de murs, et l’incarcération massive, ont longtemps été développés par Israël et testés sur les Palestiniens. Israël a transformé la pensée islamophobe et orientaliste en une politique génocidaire, une politique que de nombreux partisans considèrent comme un exemple pour leur propre pays. 

Les idéologues de droite peuvent facilement combiner l’antisémitisme avec une position pro-israélienne. En 1895, le père fondateur du sionisme, Theodor Herzl, prédisait que « les antisémites deviendront nos amis les plus fiables, et les pays antisémites nos alliés ».

Pendant que l’antisémitisme et le sionisme se recoupent structurellement, tous deux dépendant d’une politisation collective des juifs comme étant l’ « autre », la dynamique en cours fait qu’il est maintenant impossible d’ignorer cette alliance macabre. 

Les partis d’extrême droite ont de plus en plus rejoint le spectre politique établi dans toute l’Europe. Le « Parti de la liberté » (FPÖ ) en Autriche et celui d’extrême droite en Allemagne, l’AfD, ont incorporé le sionisme dans leurs idéologies régressives, considérant Israël comme un modèle pour la création de hiérarchies racistes/raciales. Les deux partis comprennent des antisémites déclarés. 

Tout en traitant avec mépris les droits des Palestiniens, la droite extrême européenne a, d’un point de vue rhétorique, maltraité la population palestinienne afin de promouvoir une propagande islamophobe et de disculper son propre antisémitisme. Les colonies de peuplements illégales d’Israël en Cisjordanie sont souvent présentées comme la frontière de la civilisation occidentale. Pour ne citer que quelques exemples, l’ancien dirigeant du FPÖ, Hans Christian Strache, a déclaré que son cœur est avec les colons. L’islamophobe néerlandais, Geert Wilders, a demandé aux Palestiniens de quitter la Palestine pour la Jordanie, justifiant un nettoyage ethnique. Le parti d’extrême droite des Démocrates suédois se bat pour que Jérusalem soit reconnue comme la capitale d’Israël.

Le régime israélien s’est depuis longtemps positionné au sein de la droite politique mondiale et, particulièrement sous Netanyahu, il collabore fièrement avec la droite extrême. Il glorifie même certaines personnalités de la droite extrême, tel que le politicien italien Matteo Salvini, comme de « grands amis d’Israël ».

Parmi les « amis » d’Israël dans la droite extrême, on trouve également le Hongrois Victor Orban. Connu pour son discours islamophobe et anti-réfugiés, Orban a fait l’éloge de l’ancien collaborateur hongrois avec les Nazis, Miklos Horthy, lequel a supervisé le meurtre d’un demi-million de juifs en Hongrie. Autre ami encore, le Président philippin Rodrigo Duterte, qui s’est rendu tristement célèbre pour ses propos racistes, homophobes et sexistes. Duterte s’est comparé une fois à Hitler et a ridiculisé les victimes de l’Holocauste. Et cela ne l’a pas empêché de se rendre plus tard en Israël et, avec Netanyahu, de participer à un service commémoratif au mémorial de l’Holocauste de Yad Vashem. Sa visite incluait la signature d’une licence d’exploration pétrolière et de nouveaux contrats d’armements.

Tout cela, cependant, n’est pas choquant pour quiconque suit de près la droite extrême et le gouvernement israélien. En fait, Jérusalem est une intersection cruciale des sionistes et des antisémites.

Après sa visite au mémorial de l’Holocauste, Bolsonaro a proclamé que le nazisme était un mouvement de gauche et socialiste, s’engageant ainsi dans un révisionnisme de l’Holocauste. Ceci, pourtant, se situe dans la droite ligne du révisionnisme historique de Netanyahu lui-même. Le Premier ministre d’Israël a prétendu précédemment que « Hitler ne voulait pas exterminer les juifs », propageant à tort une théorie de l’implication des Palestiniens dans l’Holocauste.

Lors de l’ouverture de la nouvelle ambassade de l’administration Trump à Jérusalem, en 2018, les pasteurs évangéliques Robert Jeffress et John Hagee ont récité des prières. L’éminent télévangéliste Jeffress avait auparavant proclamé : « Vous ne pouvez pas être sauvés en tant que juifs ». Il a dénoncé l’Islam, le mormonisme, et le judaïsme. Dans une tentative visant à justifier les colonies de peuplement juives en Palestine, Hagee, fondateur de l’organisation sioniste Chrétiens unis pour Israël, s’est servi de la Bible pour justifier l’Holocauste, affirmant : « Dieu a envoyé un chasseur. Un chasseur, c’est quelqu’un qui a un fusil, et qui vous contraint. Hitler était un chasseur ».

Comme le dévoilent ces dynamiques, la Palestine/Israël a été au centre des gouvernements, des partis politiques et des mouvements régressifs à travers le monde. Les suprématies blanches, les antisémites, les néo-nazis et les fondamentalistes religieux peuvent trouver une inspiration dans le sionisme à plusieurs fins. Que leur but soit de dissimuler l’antisémitisme, ou de faire avancer des politiques racistes, ou de déclencher une apocalypse, tant qu’ils font l’éloge du gouvernement israélien ils seront très probablement acceptés comme des amis. 

Aujourd’hui, Tel Aviv s’empresse de se lier d’amitié avec les nouveaux gouvernements de droite, où qu’ils puissent apparaître. Cette approche a été visible en Amérique du Sud, en plus du Brésil. Le Vénézuéla et la Bolivie ont été longtemps parmi les plus ardents opposants d’Israël sur le plan international. Caracas a rompu ses liens avec l’État sioniste après la guerre de 2008-2009 contre Gaza. Morales le Bolivien a déclaré Israël comme « État terroriste » après avoir condamné ses guerres contre les Palestiniens. Cependant, Juan Guaido, le « Président par intérim » vénézuélien, imposé par les USA, a immédiatement été reconnu par Israël et il tente de rétablir les relations diplomatiques. Jeanine Añez, la Présidente par intérim bolivienne, controversée et soutenue par les USA, a rapidement rétabli les relations avec Israël et laissé tomber les restrictions aux visas.

En dépit de son alignement sur la droite mondiale, Israël est toujours soutenu par les politiques libérales et de gauche en Occident et, en raison d’un orientalisme profondément ancré dans la sphère euro-américaine, l’État sioniste est le plus souvent considéré comme un avant-poste démocratique au Moyen-Orient. Et en conséquence, l’oppression contre les Palestiniens continue de s’étendre à l’échelle transnationale et au-delà des idéologies politiques.

Denijal Jegic

Traduction : BP pour l’Agence Média Palestine

LIRE

13.01.2020 à 09:29

L'Allemagne des bowlings de Robert Götzfried

Le photographe allemand Robert Götzfried a réalisé une radiographie couvrant un demi siècle de l'architecture des salles de bowling et Kegeln (loisir allemand similaire au bowling avec 9 quilles et une boule plus petite) au sud de l’Allemagne. Sa série comporte une quarantaine de clichés, tous visibles sur son site avec d'autres travaux.
un-demi-siecle-de-pistes-de-bowling-allemandes-par-Robert-Gotzfried-1.jpgun-demi-siecle-de-pistes-de-bowling-allemandes-par-Robert-Gotzfried-3.jpgun-demi-siecle-de-pistes-de-bowling-allemandes-par-Robert-Gotzfried-5.jpgun-demi-siecle-de-pistes-de-bowling-allemandes-par-Robert-Gotzfried-6.jpgun-demi-siecle-de-pistes-de-bowling-allemandes-par-Robert-Gotzfried-7.jpgun-demi-siecle-de-pistes-de-bowling-allemandes-par-Robert-Gotzfried-8.jpg

En écumant pour sa série différents lieux pittoresques, il a trouvé des espaces dédiés créés pour la plupart dans les années 60, 70 ou 80.  Prenant aussi bien des lieux à  piste unique (rare!) que d'autre avec une vingtaine d'entre elles, des architectures bariolées,  bizarres ou étranges voient le jour sous la lumière des néons. Plus de clichés sur le site web du photographe ici 

un-demi-siecle-de-pistes-de-bowling-allemandes-par-Robert-Gotzfried-9.jpgun-demi-siecle-de-pistes-de-bowling-allemandes-par-Robert-Gotzfried-10.jpg

Maxime Duchamps

LIRE

2 / 7 mn