Médias généralistes
FTVI ★ L'Humanité ★ INSEE ★ Médias Libres ★ LCP ★ Le Monde ★ La Tribune ★ Le Figaro ★ Toutel'Europe ★  France24 ★ Mediapart ★ L'AutreQuotidien ★ Reporterre ★ LeMedia-Presse ★ Rézo ★ Les Répliques ★ Six Mois

 L'Autre Quotidien

Sources

RFI - A La Une-RFI - 17.01.2019

Emmanuel Macron à Toulouse pour présenter ses vœux aux armées

2017-07-20t095354z_51874978_rc1fe797a550

Le président de la République s'adresse ce jeudi aux militaires pour les seuls vœux qu'il prononcera devant la fonction publique. Dans un contexte tendu, Emmanuel Macron se déplace dans le sud de la France pour saluer l'engagement des jeunes soldats de la 11e Brigade parachutiste et rappeler ses attentes et ses promesses budgétaires en matière de défense. Lien

RFI - A La Une-RFI - 17.01.2019

L’UA convie à Addis-Abeba les voisins de la RDC pour accorder les points de vue

2019-01-04t132631z_1338352632_rc15c382e4

La Communauté des Etats d'Afrique australe (SADC) se réunit en urgence à la demande du président de l'Union africaine ce jeudi à Addis-Abeba pour débattre du résultat contesté de l'élection présidentielle du 30 décembre en République démocratique du Congo. Lien

RFI - A La Une-RFI - 17.01.2019

Pesticides: les eurodéputés pour plus de transparence dans les procédures d'autorisation

000_par8201472_0.jpg

Le rapport de la commission spéciale sur les procédures d'autorisation de l'Union européenne pour les pesticides a été adopté à une large majorité après le scandale d'une agence sanitaire allemande qui avait plagié l’argumentaire de l'industriel Monsanto pour donner son avis sur la mise sur le marché du glyphosate. Lien

RFI - A La Une-RFI - 17.01.2019

CPI: le procureur fait appel de la libération de Gbagbo et Blé Goudé

2019-01-15t111844z_2145056531_rc1b995f2c

Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé devront peut-être rester plus longtemps que prévu dans la prison de Scheveningen. Alors qu’ils venaient d’être acquittés de crimes contre l’humanité, le procureur de la CPI Fatou Bensouda a interjeté appel mercredi de la décision de les remettre en liberté. Lien

RFI - A La Une-RFI - 17.01.2019

Le harcèlement sexuel n'épargne pas l'ONU

000_was2005042856867_0.jpg

L’ONU a rendu public ce mercredi 16 janvier sa première enquête sur le harcèlement sexuel au sein de son organisation. Lien

moyen-orient-RFI - 17.01.2019

Syrie: 19 tués dont quatre Américains dans un attentat-suicide à Manbij

000_1ca6lq_0.jpg

Le groupe Etat islamique a revendiqué mercredi l’attentat-suicide de Manbij, qui a fait 19 morts, dont quatre Américains. Parmi les victimes figurent neuf civils et cinq combattants des Forces démocratiques syriennes, une alliance arabo-kurde qui lutte contre l’EI, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme. Lien

RFI - A La Une-RFI - 17.01.2019

Le gouvernement français lâche Carlos Ghosn

000_1ca7f4_0.jpg

Alors que les révélations s'accumulent sur ses pratiques financières et des largesses accordées à ses proches, Carlos Ghosn est maintenant lâché par le gouvernement français. Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire demande la désignation d'un successeur à la tête de Renault. Lien

RFI - A La Une-RFI - 17.01.2019

Togo: lourde peine pour un jeune activiste accusé d'apologie de crime

57445013_0.jpg

Folly Satchivi, arrêté le 22 août dernier alors qu’il s’apprêtait à organiser une conférence de presse à Lomé, a été condamné à deux ans de prison ferme, mercredi. Lien

RFI - A La Une-RFI - 17.01.2019

Syrie: 19 tués dont quatre Américains dans un attentat-suicide à Manbij

000_1ca6lq_0.jpg

Le groupe Etat islamique a revendiqué mercredi l’attentat-suicide de Manbij, qui a fait 19 morts, dont quatre Américains. Parmi les victimes figurent neuf civils et cinq combattants des Forces démocratiques syriennes, une alliance arabo-kurde qui lutte contre l’EI, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme. Lien

RFI - A La Une-RFI - 17.01.2019

Primes en liquide: Claude Guéant définitivement condamné à un an ferme

000_1bc7zf_0.jpg

La Cour de cassation a confirmé ce mercredi 16 janvier la condamnation de Claude Guéant à deux ans de prison, dont un ferme. L'ancien bras droit de Nicolas Sarkozy a été reconnu coupable de détournement de fonds publics. Lien

Révolution Permanente - 17.01.2019

A Epône (Yvelines), Gilets Jaunes et Gilets Orange SNCF réunis autour d'un brasero

Evacués mi-décembre du rond-point de Limay, près du péage de Mantes-La-Jolie, les Gilets Jaunes ont installé leur piquet à l'entrée de la zone industrielle d'Epône. Décidés à ne rien lâcher, ils se relaient jour et nuit. Ils ont tenu bon, maintenant ils veulent passer à la vitesse supérieure.

Agir plus fort et plus nombreux

Plus d'une soixantaine de participants, ce soir, à un barbecue convivial à l'entrée de la zone industrielle d'Epône. Des Gilets jaunes qui se sont organisés avec une tente pour la cuisine, une tente pour dormir et une zone de rencontre, mais aussi les gilets oranges des cheminots du Mantois et d'autres soutiens de Renault venus de plus loin dans les Yvelines.

Plaisir de se retrouver ensemble, plaisir de la solidarité, mais surtout volonté de réfléchir ensemble aux actions à engager dans les prochains jours pour amplifier le mouvement. Car ici, personne n'est dupe des chiffres au rabais que le gouvernement et les médias nous livrent. L'un des présents précise que de source sûre, « les syndicats de police eux-mêmes disent qu'il y avait plus de 350 000 manifestants samedi dernier dont 50 000 à Paris ». Le mouvement n'est donc pas affaibli, il est suffisamment puissant et résistant pour prendre un second souffle et les GJ d'Epône veulent y contribuer.

C'est ce qui est à l'ordre du jour de l'assemblée de ce soir. S'organiser, être plus nombreux encore, monter en puissance et en visibilité dans les actions, non seulement pour continuer à rallier l'opinion, mais aussi pour bloquer de plus en plus efficacement l'économie et faire plier le gouvernement.

Les cheminots et les GJ représentants de l'AG de Rungis, prennent aussi la parole et font part de leur propre expérience. Des actions communes pourraient être envisagées entre cheminots, gilets jaunes et d'autres secteurs d'activité de la région. Elles pourraient être de réelles démonstrations de la puissance du mouvement mais elles exigent d'être très nombreux, surtout dans un climat de répression exacerbée. Un des moyens serait de s'organiser simultanément, localement mais aussi à l'échelle plus large de la région ïle de France ce qui permettrait des actions plus ambitieuses, plus coordonnées et avec des participants suffisamment nombreux pour faire impression. Etendre les secteurs en lutte, se coordonner sur l'Ile-de-France, et ponctuer les actions de journées de mobilisation et de grève. C'est l'orientation qui se dégage des diverses interventions.

Se mobiliser pour l'acte X

Dans 3 jours, c'est le tour de l'acte X. Le Gilets Jaunes d'Epône vont se rendre pour certains, à Paris et pour d'autres à Rouen, probablement en compagnie de ceux de Vernon. A Paris, la décision a été prise de déclarer en préfecture le parcours de la manifestation. Non pas pour se plier aux injonctions de Macron et à sa volonté de retour à l'ordre établi, mais parce qu'ils ont constaté que c'était un moyen pour lever l'inquiétude de certaines personnes qui n'oseraient pas aller dans les manifestations non déclarées.

Il est certain que si comme à Limay, dans toute la multitude de points de blocage et de rassemblement des GJ se dégage la même volonté de s'organiser, de se coordonner, de gagner de nouveaux militants, et si des syndicalistes répondent présents et engagent la grève, Macron a encore plus de souci à se faire.

 Lien

Révolution Permanente - 17.01.2019

Londres. Une grève de la sous-traitance va faire fermer le Ministère de la Justice

Une nouvelle grève des travailleurs sous-traités se prépare au Ministère de la Justice à Londres. Agents de sécurité, réceptionnistes et agents d'entretien, dont la quasi-totalité sont d'origine immigrée, se mobilisent et réclament une augmentation de leur salaire ainsi qu'une amélioration de leurs conditions de travail.

Crédit : Andy Rain

Une grève des travailleurs sous-traités au sein d'une institution publique d'une telle ampleur est inédite. Une victoire des grévistes pourrait créer un précédent et transformer de façon durable la vie de nombreux travailleurs précaires dans la capitale britannique. À Londres du 21 au 23 Janvier, le Ministère de la Justice devrait être forcé à fermer ses portes le temps d'une grève des agents de sécurité, agents d'entretien et réceptionnistes organisée par le syndicat United Voices of the World (UVW).

Les travailleurs employés par des sociétés de sous-traitance au Ministère de la Justice touchent seulement 9 livres par heure. Par rapport aux salariés internalisés, ils ont une semaine de congés en moins. S'ils tombent malades, ils ne bénéficient pas d'indemnités pour les 3 premiers jours d'absence, et ne perçoivent par la suite que 18,41 livres par jour. Les grévistes réclament un salaire de 10,55 livres par heure. Ce montant correspond au ‘London Living Wage', qui, près de 35% plus élevé que le salaire minimum national, indique le salaire nécessaire à un travailleur pour que celui-ci puisse vivre convenablement dans une des villes les plus chères au monde. Ils réclament également la parité avec les fonctionnaires employés directement par le Ministère de la Justice en ce qui concerne les indemnités maladie et les congés payés.

Parmi les agents de sécurité, beaucoup travaillent entre 60 et 72 heures par semaine. Malgré l'ancienneté, les travailleurs sont privés de tout espoir de progresser, de bénéficier d'une augmentation de leur salaire et d'améliorer leurs conditions de vie.

« Parmi nous, certains travaillent ici depuis 10 ans, tout ce qu'on demande c'est un salaire qui nous permettrait de joindre les deux bouts et vivre avec un peu plus de dignité. Est-ce que c'est trop demander au Ministère de la soit-disant Justice ? » confie un agent de sécurité préparé à se lancer dans la grève. « C'est évident que tout le monde devrait avoir droit aux indemnités maladie. Quand je tombe malade je ne suis pas payé, mais je ne peux pas me permettre de ne pas travailler. Donc ça veut dire que je dois travailler malade ? Est-ce qu'on est moins humains que les fonctionnaires qui travaillent ici ? » déplore un autre agent de sécurité.

Cette grève fait partie d'une vague de mobilisations des travailleurs sous-traités à Londres, dénonçant un niveau d'exploitation inacceptable dans ce secteur. À travers la capitale britannique, les travailleurs migrants se mobilisent dans des luttes similaires pour obtenir de meilleures conditions de travail. Depuis 2008 les grèves des agents d'entretien dans les universités de Londres se sont succédées, jusqu'à leur victoires à la London School of Economics et à la School of Oriental and African Studies 2017, ainsi qu'à King's College London en Septembre dernier. De longs mois de mobilisations, à tenir des piquets de grève endiablés, ainsi que l'occupation des locaux administratifs des universités par les étudiants, ont mis fin à la sous-traitance et ont permis une amélioration des conditions de travail.

Une victoire des grévistes annoncerait une avancée majeure pour les salariés de la sous-traitance dans la capitale britannique. OCS, l'entreprise de sous-traitance qui détient un contrat avec le Ministère de la Justice, assure des services de sécurité, de nettoyage et de réception dans de nombreux bâtiments à travers Londres et tout le Sud-Est de l'Angleterre, et emploie des centaines de milliers de travailleurs. Si OCS accepte les demandes des grévistes, il est probable que leur grille de rémunération soit alignée sur celle du Ministère de la Justice. La grève pourrait donc avoir un effet boule de neige et encourager une augmentation générale des salaires des travailleurs en sous-traitance en Angleterre.

La fermeture anticipée du Ministère de la Justice vue de la grève démontre le rôle indispensable des travailleurs sous-traités au fonctionnement du ministère. Privés de toute forme de reconnaissance de la part de leur employeur, ces salariés ont décidé de faire valoir leur droit à la dignité au travail.

 Lien