Médias
 GÉNÉRALISTES
Basta ·  Blast ·  Capital ·  France 24 ·  FTVI ·  L'Humanité ·  La Croix ·  LCP ·  Le Monde ·  La Tribune·  Le Figaro ·  The Conversation  ·  Mediapart ·  L'Autre Quotidien ·  Le Media
 MÉDIAS D'OPINION
AOC ·  Acta ·  Acrimed ·  L'Autre France-Presse ·  Issues ·  Les Jours ·  Le Monde Moderne ·  Médias Libres  · QG ·  Rapports de force ·  Reflets ·  Rézo ·  StreetPress ·  LVSL
 OBSERVATOIRES 
Conspis ·  Inégalités ·  Information ·  Internet ·  Médias ·  Multinationales ·  Culture ·  Présidentielle 2022 ·  Routes de la Soie ·  Fact-checking AFP
+
Les actualités O.P.C. L’Observatoire des politiques culturelles est un organisme national qui travaille sur l’articulation entre l’innovation artistique et culturelle, les évolutions de la société et les politiques publiques au niveau territorial. ACCES LIBRE

13.04.2021 à 16:12

#20 La veilleuse de l'OPC : Opéra, diversité, traduction, universalisme, décolonialisme

#20 La veilleuse de l'OPC : Opéra, diversité, traduction, universalisme, décolonialismeLe rapport sur la diversité à l’Opéra de Paris commandé par son directeur Alexander Neef pour « mettre en phase l’opéra avec la société française » n’a pas manqué de soulever intérêts et controverses. Le texte préconise, entre autres, de faire évoluer le concours d’entrée à l’école de danse et d’adapter les productions jugées trop stéréotypées. Qu’ils défendent leur attachement intellectuel et politique à l’universalisme ou au mouvement décolonial, beaucoup s’entendent au moins sur un point : celui de condamner le document. L’universitaire Isabelle Barbéris, dénonce ainsi « l’entrisme des positions décolonialistes » et une vision racialiste de la diversité, tandis que l’association Décoloniser les arts critique une approche trop restreinte qui ne permet pas une remise en question plus systémique des problèmes. Salariés et danseurs de l’opéra, à l’origine des discussions sur la diversité au sein de la maison, tiennent à préciser ne pas s’inscrire dans une démarche académique mais pratique, qui se veut créatrice et non destructrice. De son côté, le journaliste Frédéric Worms s’interroge sur les liens entre diversité et discrimination : l'absence de diversité à l’opéra pourrait-elle être le symptôme d’une discrimination ? S’appuyant sur un autre exemple, celui de l’Orchestre national de Paris, Constance Rivière pose le problème en amont du recrutement de ces grandes institutions culturelles : « comment se fait-il qu'en France, dans les conservatoires de musique classique, on constate si peu de diversité ? ». Le sociologue Bernard Lehman insiste pour sa part sur les effets de l’habitus, car « une imprégnation familiale favorise grandement l’accès à la musique savante (…). Ces distinctions sociales sont tellement marquées qu’elles existent même au sein de l’orchestre où certains instruments sont jugés plus prestigieux que d’autres. ». Le numéro 56 de la revue de l’Observatoire révélait une multitude d’expériences d’acteurs de terrain qui mettent en œuvre des stratégies de petits pas, d'affirmative action, pour tenter d’agir concrètement en faveur d’une plus grande égalité et diversité. Dans un autre contexte, aux États-Unis les colorblind casting, cherchent à éviter que le public ne s'enferme dans des représentations très datées et trop monochromes de nos sociétés. « Ils affûtent notre œil, stimulent notre sens critique », argumente La Süddeutsche Zeitung. Léonora Miano accuse, quant à elle, la tentation d'assigner l'autre à un rôle particulier en raison de son apparence et souligne l’importance, notamment pour les institutions, d’être conscientes de ce regard pour pouvoir le transformer.

« Cinq minutes de grâce, des semaines de polémique » résumait un article dans Médiapart à propos de la traduction du poème qu’Amanda Gorman, a déclamé lors de l’investiture de Joe Biden. Aux Pays-Bas, l’éditeur néerlandais du poème avait choisi Marieke Luca Rjineveld pour le traduire. Celle-ci s'est finalement retirée suite à une tribune de la journaliste Janice Deul qui soulignait l’occasion manquée de faire appel, pour cette traduction, à une écrivaine noire « dans un monde où les femmes noires sont si souvent marginalisées ». Un renoncement qui a généré son lot de réactions condamnant les dérives d’une « traduction identitaire ». Guillaume Erner partageait son incompréhension dans un billet sur France Culture : « l’exercice même de la traduction est la désidentification – traduire cela suppose d’accepter de quitter une identité pour une autre (…) traduire c’est parier sur l’idée même de l’universalité du genre humain. ». Lise Wajeman dans Médiapart notait que la polémique affecte particulièrement des pays avec une histoire coloniale. « En France, des postures qui peuvent plaider, de façon vindicative parfois, pour une ouverture à la diversité sont réinterprétées en tentatives d’assignations identitaires. Il y a là un point aveugle qui doit être interrogé ». Sans aucun doute faudrait-il surtout questionner le manque de diversité dans le monde l’édition, comme le déplore l'autrice Alice Zeniter.

On ne peut manquer de souligner, dans ces deux affaires, la polarisation des débats et leur cacophonie accentuées par les réseaux sociaux. Dès lors, comment trouver un autre chemin que celui de l’opposition binaire ? La politologue Justine Lacroix plaide pour s'interroger à nouveau sur ce que représente l'universalisme. « Quand je suis le débat français on a souvent le sentiment qu'on aurait le choix entre d'un côté un universalisme républicain, invoqué comme un argument d'autorité et de tradition (…). Et puis d'autre part une sorte de relativisme culturaliste, un enfermement dans les cultures. En réalité ce n'est pas comme ça que les choses se passent. L'universel ne relève pas d'une sorte de dogme surplombant, d'un ensemble de principes qu'on accepte tels quels. L'universel c'est une aspiration qui est toujours en construction. Qui est traversé d'une réflexion sur les façons de faire progresser ces aspirations universelles ».


Carnet d'étonnements

« Ce poème est un remède ». À l’hôpital de Lyon Sud, la psychologue Laure Mayoud propose à ses patients « des prescriptions de beauté ». Les personnes hospitalisées peuvent choisir dans une artothèque un tableau ou un poème qui leur parle et va les accompagner le temps de leur séjour.

Et si aujourd'hui, vous étiez « commissaire d'exposition » ! Avec Lizellba, outil de médiation culturelle, la Criée centre d'art contemporain à Rennes propose de s'amuser à monter sa propre exposition à partir d'œuvres extraites d’expositions récentes. Le jeu circule actuellement à Rennes hors des murs de la Criée et est accessible à toutes et tous en ligne.


L’OPC sélectionne et éditorialise des informations sur les arts, la culture, la société et les politiques publiques. Pour y voir plus clair dans le bruissement des politiques culturelles. Vous pouvez vous abonner ici


09.04.2021 à 11:13

Les dépenses culturelles des collectivités territoriales ont-elles décroché avec la crise du covid-19 ?

Les dépenses culturelles des collectivités territoriales ont-elles décroché avec la crise du covid-19 ?En dépit d’un contexte tendu pour le monde culturel, notre enquête constate le prolongement de la tendance à la hausse des dépenses culturelles des collectivités en 2020 et prévoit une stabilité des efforts financiers pour une majorité d’entre elles en 2021.

En savoir +


16.03.2021 à 12:35

Vers une politique de la Relation ?

Vers une politique de la Relation ?Evénement en direct sur le web sur la page YouTube de l'OPC
23, 24, 25 et 26 mars 2021.

Télécharger le programme

Le monde semble engagé dans une série de changements concomitants qui dessine à la fin une grande transformation : révolution numérique, crise écologique, nouvelle donne économique mondiale, montée des nationalismes, crise de la démocratie…

Tandis que le thème de la diversité ne cesse d’être investi de nouveaux enjeux, bien des questions qu’il pose demeurent en suspens. L’individualisme conteste le besoin de coopération tout en se conjuguant aussi avec lui. Le désir d’expression de soi, soutenu par les facilités qu’accordent les réseaux sociaux, adresse en filigrane une demande de reconnaissance plus globale.
Les fractures sociales, territoriales, numériques, fragilisent le vivre ensemble, c’est-à-dire l’assurance de faire partie d’une communauté de destin par-delà les différences ou les divergences.

Quelles issues inventer à la crise de civilisation qui se cristallise sans cesse ? Quel rôle les arts et la culture peuvent-ils jouer pour nous éclairer sur le sens des changements qui nous affectent ? Et si la réponse aux défis qui nous sont opposés résidait dans l’invention d’une politique de la Relation ? Comment un tel projet pourrait-il prendre appui sur les arts et la culture ?

La Rencontre de Grenoble associera les participants des ateliers et un public local et national. Elle mobilisera des compétences locales, nationales et internationales (artistes, philosophes, sociologues, élus, acteurs culturels, acteurs du champ social, économique, environnemental, ...).

Rencontre avec le parrainage exceptionnel d'Edgar Morin

23 mars

17h-19h Ouverture en direct depuis la MC2  Visionnez

Accueil Arnaud Meunier, directeur de la MC2
Introduction générale à la rencontre Jean-Pierre Saez, directeur de l'Observatoire des politiques culturelles

Le mot des partenaires
Éric Piolle, maire de la Ville de Grenoble
Christophe Ferrari, président de Grenoble-Alpes Métropole
Jean-Pierre Barbier, président du Département de l’Isère
Florence Verney-Carron, vice-présidente chargée de la culture, Région Auvergne-Rhône-Alpes (sous réserve)
Noël Corbin, délégué général à la transmission, aux territoires et à la démocratie culturelle, ministère de la Culture

Dialogue avec...
Patrick Chamoiseau, écrivain
Léonora Miano, auteure, femme de lettres






21h-23h Une nuit avec... Visionnez
Une série de grands entretiens enregistrés en amont de la rencontre sera diffusée lors de rendez-vous nocturnes. Au programme ce soir :
Dialogue avec...
Patrick Viveret, philosophe et essayiste
Émilie Le Roux, metteuse en scène, compagnie Les veilleurs
Alexandros Markeas, compositeur, musicien





24 mars

13h-15h Les ateliers Visionner
Des ateliers ont été organisés en amont de la rencontre autour de plusieurs thématiques, par différentes structures :
Apardap et Migrants en Isère : Comment prendre soin de l'Autre dans le monde d'aujourd'hui ?
La Chimère citoyenne : Qu’est-ce que les arts nous disent de l’état de la démocratie ?
Détours de Babel et Musée dauphinois : Comment les cultures peuvent faire dialoguer les arts et le patrimoine ?
Médiarts et Université Grenoble Alpes : La médiation culturelle est-elle un plus ou en trop ?
Observatoire des politiques culturelles : Pourquoi et comment dynamiser la présence des artistes sur les territoires ?
Patrimoine Aurhalpin : Comment le patrimoine peut-il contribuer au lien social ? Quels problèmes de transmission soulève-t-il aujourd’hui ?
Le Prunier sauvage : Pourquoi et comment mieux inscrire les arts et la culture dans les parcours de vie des jeunes ?

La restitution de l'ensemble de ces ateliers prend la forme de courtes vidéos.




17h-19h Table ronde 1 Visionner

(S') éveiller, transmettre, prendre part / en direct depuis la MC2
Avec Anne Courel, metteuse en scène et directrice de l’Espace 600, Grenoble
Emmanuel Demarcy-Mota, directeur Théâtre de la ville Paris
Sophie Marinopoulos, psychologue, psychanalyste
Sarah Mattera, directrice de Mille Formes, Clermont-Ferrand
Brahim Rajab, directeur du Prunier Sauvage, Grenoble
Animation Emmanuel Wallon, professeur de sociologie politique, Université Paris Ouest-Nanterre

La table ronde sera suivie d'un moment musical avec : Goran Bregović, en complicité avec le Festival Détours de Babel.





21h-23h Une nuit avec... Visionner

Une série de grands entretiens enregistrés en amont de la rencontre sera diffusée lors de rendez-vous nocturnes. Au programme ce soir :
Dialogue avec...
Boris Cyrulnik, neurologue, psychiatre
Carole Karéméra, actrice, danseuse et musicienne
Robin Renucci, acteur, metteur en scène, directeur des Tréteaux de France



25 mars

13h-15h Webinaire Visionner
Coopérer, irriguer les territoires

Avec la contribution des réseaux artistiques et culturels et des fédérations de collectivités suivants :
AADN (Arts et Cultures Numériques)
ABF (Association des bibliothécaires de France)
ASN (Association des Scènes nationales)
CIPAC (Fédération des professionnels de l'art contemporain)
FEDELIMA (Fédération des Lieux de Musiques Actuelles)
ROF (Réunion des Opéras de France)
France Festivals
FNADAC (Fédération Nationale des Associations de Directeurs des affaires culturelles)
FNCC (Fédération nationale des collectivités territoriales pour la culture)
FNAR (Fédération nationale des Arts de la rue)
Ligue de l'enseignement
Assitej (Association internationale du théâtre pour l'enfance et de la jeunesse)
Régions de France
ADF (Association des départements de France)
France Urbaine
Avec la participation d'Arnaud Meunier, directeur de la MC2
Animation Cyrille Planson, rédacteur en chef de La Scène, codirecteur du festival Petits et Grands

Le webinaire sera suivi d'un moment musical avec : Ballaké Subramaniam (Lakshminarayana Subramaniam / Ballake Sissoko) en complicité avec le Festival Détours de Babel.





17h-19h Table ronde 2 Visionner

Reconnaître, relier, soigner l'hospitalité / En direct depuis la MC2
Avec Olivier Cogne, directeur du Musée dauphinois
Frédéric Lafond, directeur de la coopération et de l'innovation culturelle pour le Département de la Haute-Garonne, ancien président de la FNADAC
Carole Karemera,
actrice, danseuse, saxophoniste (Belgique / Rwanda)
Marie Moreau
, plasticienne, réalisatrice, co autrice des œuvres du bureau des dépositions.
Moïse Touré, metteur en scène, Compagnie Les Inachevés
Animation Bérénice Hamidi-Kim, professeure des arts de la scène, Université Lyon 2, membre de l’Institut Universitaire de France

Cette table ronde sera suivie d'un entretien avec Benoît Thiebergien, directeur du Festival Détours de Babel, puis d'un moment musical avec Kogoba Basigui (Ève Risser / Naïny Diabaté).





21h-23h  Une nuit avec... Visionner

Une série de grands entretiens enregistrés en amont de la rencontre sera diffusée lors de rendez-vous nocturnes. Au programme ce soir :
Dialogue avec...
Marielle Macé, essayiste, directrice d'études de l'EHESS, directrice de recherche au CNRS
Moïse Touré, metteur en scène, Compagnie Les Inachevés
Joëlle Zask, philosophe



26 mars

13h-15h Table ronde 3 Visionner
Comment les arts et la culture peuvent-ils nourrir une politique de la Relation ? Pourquoi et comment construire une telle politique ?

En direct depuis la MC2
Avec Paul Ardenne, critique d’art, historien de l’art contemporain
Céline Berthoumieux, Directrice de ZINC, Marseille, présidente de HACNUM réseau national des arts hybrides et des cultures numériques
Vincent Guillon, directeur adjoint de l'Observatoire des politiques culturelles
Alexis Moati, acteur et metteur en scène
Lisa Pignot, rédactrice en chef de l'Observatoire
Et aussi :
Aurore Bergé, députée
Olivier Bianchi, maire de Clermont-Ferrand, président de Clermont Auvergne Métropole
Pascal Clouaire, conseiller municipal de la Ville de Grenoble et vice-président de Grenoble-Alpes Métropole chargé de la culture, de l'éducation et de la participation citoyenne
Patrick Curtaud, Vice-président, chargé de la culture, Département de l’Isère
Marc Drouet, directeur régional des affaires culturelles de la région Auvergne-Rhône-Alpes
Lucille Lheureux, adjointe aux Culture[s] de la Ville de Grenoble

Présentation des rapports d’étonnement du tour des territoires Jean-Pierre Saez
Animation de la table ronde Vincent Guillon et Emmanuel Vergès, directeur de l’office, Marseille





17h-19h Clôture Visionner

Conférence de clôture du Tour : " Fabriquer de la relation par les arts et la culture " / En direct depuis la MC2
Jean-Pierre Saez, directeur de l'Observatoire des politiques culturelles
Cette séquence sera introduite par Arnaud Meunier, directeur de la MC2.

Concert en direct
Archères (Élisabeth Renau / Violaine Soulier)
Un duo mêlant cordes, crins, voix et peaux.





19h Concert Visionnez
Retransmission en direct du Théâtre Sainte-Marie-d’en-Bas
"Les Voies de l’Oyapock" de No Tongues
(Matthieu Prual / Ronan Prual / Ronan Courty / Alan Regardin)
Avec la complicité des "rendez-vous numériques" du Festival Détours de Babel.


En collaboration avec la MC2 Grenoble
En partenariat avec le Ministère de la Culture et la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes, La Région Auvergne-Rhône-Alpes, le Département de l'Isère, Grenoble Alpes-Métropole, La Ville de Grenoble, la Ville de Clermont-Ferrand, L'Université Grenoble-Alpes, le Festival Détours de Babel et le Crédit Coopératif


3 / 50

50