LePartisan.info

▸ les 1 dernières parutions

09.03.2021 à 14:53

GAFAM, intelligence artificielle et surveillance de masse

Note de veille

I. Un monde sans contacts régulé par des algorithmes


francis_addiction

Les GAFAM, firmes géantes du numérique cotées au NASDAQ (USA), trompent les gens sous les dehors d'un service gratuit universel, ouvert 24h/24. Assises sur un trésor de guerre égal au PIB de la France et de l'Allemagne réunies, elles monétisent de gigantesques quantités de données personnelles, et captent 25% du marché publicitaire mondial. En dernier ressort, elles n'ont de comptes à rendre qu'à leurs actionnaires, tout en travaillant en bonne intelligence avec la NSA (Google, Facebook) ou les services secrets britanniques (Amazon). Les victimes consentantes de la loi de Metcalfe (ou « effet de réseau » ) qui scrollent leurs notifications cent fois par jour n'en ont cure. La perception qu'ont d'eux-mêmes et de la société des milliards d'individus connectés signe un changement civilisationnel dont la génération précédente ne se formait qu'une idée naïve (si l'on pense à la réception du Minitel en France ....).

Les « habits neufs de l’hégémonie américaine » (1) font face au conglomérat chinois BATHX, hégémonique en Asie. Depuis 2020 en effet, la Chine a élevé officiellement les données au rang de « cinquième facteur de production » après la main-d’œuvre, la terre, le capital et la technologie...

Pour prendre la mesure des mutations du capital à l'ère numérique, lire l'essai important de Shoshana Zuboff, L'âge du capitalisme de surveillance (2) .

« L’insoutenable vérité sur la situation actuelle, c’est que les États-Unis et la plupart des autres démocraties libérales ont abandonné la propriété et l’exploitation des données numériques aux acteurs du capitalisme de surveillance, qui, mus par des intérêts politico-économiques, concurrencent désormais la démocratie sur la question des droits et des principes fondamentaux qui définiront l’ordre social de ce siècle. »
Soshana Zuboff

Les dirigeants de la Silicon Valley aiment se présenter sans rire comme des entrepreneurs "citoyens", mais leurs décisions ne laissent pas d'inquiéter. Pour chevaucher la croissance exponentielle des flux, ils ont adopté les moyens et méthodes du trading à haute fréquence, basé sur des algorithmes ultrasophistiqués qui relèvent pratiquement du secret défense. Les algorithmes ont pour tache centrale de développer et maintenir l'ensemble du système à flot en lui évitant la congestion et l'auto-destruction. En haut de la pile, chez Facebook, il y a encore des décideurs équipés d'un cerveau; mais celà n'a rien de rassurant ...

« Facebook a permis à la Russie d'interférer dans nos élections en 2016 et d'aider Trump. »
(Déclaration de la présidente lors d'une audition de Marc Zuckerberg devant une commission du Congrès)

« La direction de Facebook a cédé aux pressions d’Ankara lors de la campagne turque contre les forces kurdes syriennes en 2018. (...) C’est la directrice des opérations de Facebook elle-même qui a scellé le sort de la page officielle des forces kurdes syriennes (YPG), sur fond d’une campagne militaire turque sanglante sur le territoire syrien. » (3)

En octobre 2020, les membres démocrates de la commission anti-trust à la Chambre des Représentants votaient un rapport au vitriol prônant le démantèlement pur et simple des "Big Five"... Après la victoire de Joe Biden, qui s'attirait nettement les faveurs et le soutien des GAFAM, l'idée a vite été enterrée.

"Compte tenu du modèle économique de Facebook, fondé sur la violation de la vie privée et l'exploitation des consommateurs, Facebook n'aurait jamais dû être autorisé à acquérir WhatsApp. L'heure du démantèlement de Facebook a sonné. Il est temps d'agir. " ("The time to break up Facebook has come. The time to act is now.") pouvait-on lire dans le Guardian du 14 mai 2021.

Il faut réguler les Big Tech continuent de répéter en coeur les mieux-disants de tous bords. D'accord. Mais à la cadence sidérante de 43 milliards de publications par jour sur Facebook (estimation), de quoi parle-t-on, là ? La prétention à "réguler" quelque chose sans toucher aux clés de ce business-model forcené a-t-elle encore un sens ? (non).

Meta522f2704b0d793aa.png Welcome to the matrix

Le 18 octobre 2021, la holding META (ex-Facebook) annonçait qu'elle prévoyait d’embaucher 10.000 ingénieur.e.s européen.ne.s qualifié.e.s au cours des cinq prochaines années pour développer le Métavers, un univers numérique décrit comme l'avenir d'internet. Cet écosystème clos, accessible au moyen d'une connexion rapide et d'un casque 3D à 350€, isole l’utilisateur dans ce monde virtuel peuplé d'avatars pas forcément bienveillants (4).
De l'avis de Pierre-Yves Gosset, cofondateur de l'association Framasoft et militant anti-GAFAM affûté, Metavers n'est rien d'autre « qu'un projet d' extension du domaine du capitalisme de surveillance » (...) « META investi sur le réseau, la couche physique qui compose Internet. C’est aujourd’hui l’un des principaux financeurs de câbles sous-marins, par exemple ».

D'autres groupes géants, comme Universal Music Group, investissent dans des artistes virtuels générés par l'intelligence artificielle (IA). Et ainsi de suite. Depuis son apparition il y a une décennie, l' IA ne cesse de s'étendre, parce qu' aucun champ d'activité humaine ne saurait lui échapper O_O

II. Modération privée et législation publique ne sont pas conciliables


Pour modérer les contenus, Facebook flanque ses algorithmes de 15.000 modérateurs humains parlant au total 70 langues (de source officielle). On estime que Twitter emploie 2 000 modérateurs dans le monde entier. Toutes plateformes confondues, plus de 150.000 philippins modérent des contenus, pour des salaires variant entre 2 et 6 dollars de l’heure. Pas besoin d'être polyglotte pour trier essentiellement des images. Ces forçats du clavier sont chargés d'arbitrer le revenge porn ou le cannibalisme en dix secondes chrono. Les consignes du "guide interne FB des règles de modération" de 300 pages ne sont que partiellement publiques, afin de ne pas tout dévoiler aux malfaisants qui cherchent à passer sous les radars. L' un des objectifs importants de ce document est de dégager la responsabilité juridique et morale de la firme dans le vrai monde : les autorisations de diffusion des vidéos de morts violentes sont accordées avec "pragmatisme", les photos d’agression physiques, de harcèlement, notamment des enfants, n’ont pas à être supprimées, à moins qu’elles ne révèlent "un comportement sadique", les animaux peuvent être battus, attaqués et tués en direct. La nudité sous toutes ses formes est généralement censurée, mais les « œuvres d’art » artisanales réalisées à la main montrant la nudité ou une activité sexuelle sont acceptées. A l'inverse, les contenus qui posent un problème légal ne disparaissent jamais et ne font jamais l’objet de sanction. Le harcèlement par exemple, passe totalement entre les mailles du filet.

« Le problème, c’est que les réseaux sociaux veulent faire eux-mêmes leur modération. Mais ça se passe mal, pour des raisons politiques et managériales. Ils ont trop misé sur l’IA. Facebook et YouTube rêvent de supprimer la modération faite par l’humain. Mais comme je vous le disais, l’IA est comme une boite noire. Par exemple, les Chinois ont créé des bots qui sur YouTube, suppriment tout commentaire critiquant le parti en place. Ils sont parvenus à manipuler l’algorithme de YouTube pour lui faire faire ce qu’ils voulaient. C’est de la censure algorithmique. À la Sillicon Valley (j’y ai déjà travaillé un an) les algorithmes de modération automatisée font consensus : tout le monde veut revenir à une modération manuelle. Mais c’est un travail mal payé, au SMIC (parfois moins) aux États-Unis, et on a réalisé que la modération manuelle était très orientée pro-Trump… »
Olivier, Ingénieur en Intelligence Artificielle.

III. Le temps d'attention, nouvel eldorado du capitalisme de surveillance


post_sponsor
L' exploitation des foules sentimentales tire parti d'une ressource humaine gratuite et inépuisable : le vortex émotionnel. Radicalement étrangère aux notions de morale et de temps humain, la combinaison du deep learning (algorithmes d’apprentissage) et du big data (l'extraction des données) - groupés sous le vocable d'Intelligence Artificielle (I.A) - constitue la formule technique la plus performante pour s'acquiter de cette tache au meilleur coût. Génial ! C'est bel et bien une guerre de l'attention qui est menée actuellement. On en mesure encore assez mal les conséquences à long terme, mais il semble évident que le langage, le sommeil, la capacité à se concentrer et à dialoguer, à exercer une pensée critique, à lire (vraiment) en font les frais, notamment chez les plus jeunes. (7).

Pour que les capitaux continuent d'affluer vers l'I.A (8) il y a un impératif : étendre toujours plus la possibilité de croiser les données des individus, des entreprises et des services publics. Les Big Five doivent donc à la fois renouveler/rajeunir en permanence le stock des nouveaux entrants, et retenir les centaines (les milliers...) de millions d'utilisateurs qui sont déjà dedans. Un bon gros tiers de l' humanité est dans la boîte, il reste de la marge. Automatiser à fond la machine à cash, virtualiser la vie à outrance en entraînant avec eux l'humanité dans la course à l'abîme, c'est leur dope.

La promotion massive de réseaux sociaux décentralisés s'appuyant sur l'interoperabilité des données numériques et sur un standard de messagerie ouvert tel que XMPP constituerait un contre-poids sérieux et à terme, une alternative, au processus de décervelage-privatisation-disciplinarisation-flicage de l'internet (9). Pour l'heure aucune instance internationale, pas un seul gouvernement, pas la moindre commission officielle n'en soutiennent l'idée.

En marge des réseaux mainstream, des initiés, des réfractaires, les groupes complotistes et les mafias, s'efforcent non sans succès de passer inaperçus au moyen du cryptage et de chaînes de serveurs décentralisés (10) avec par définition, zéro impact sur les habitus grand public. Le darknet est un bac à sable. Et le populo gavé de Netflix peut continuer d'échanger des photos de chatons et s'endormir sur ses deux oreilles. Parfait.

Le refus individuel et les appels à la désertion pure et simple apparaîssent dès lors comme la seule option pratique pour s'exfiltrer (partiellement) de l'emprise du capitalisme de surveillance. Mais pour la plupart des pionniers désabusés du Net, "rien ne dit que ce sera efficace" (Laurent Schemla) (11) tant l'usage est massif, intergénérationnel, et addictif. À un journaliste qui s'entretenait avec lui et qui hésitait à fermer son compte Twitter, Jaron Lanier répondit : « Vous ne pouvez pas lutter face à l’algorithme de Twitter qui est construit pour exciter vos émotions négatives et vous transformer en trou du cul. C’est le meilleur moyen de vous rendre dépendant, ce sont les mêmes ressorts comportementaux que les machines à sous dans les casinos » (Jaron Lanier, Wikipedia) La marginalisation des voix critiques, éliminées - Aaron Swartz, E. Snowden, J. Assange...- ou noyées dans la masse, est assurée. RIP Aaron Swarz.

LePartisan.info - première mise en ligne le 10.04.21 - dernière révision le 03.06.2022

Définition

Capitalisme de surveillance, n.

  1. Un nouvel ordre économique qui revendique l'expérience humaine comme matière première gratuite à des fins de pratiques commmerciales dissimulées d'extraction, de prédiction et de vente;
  2. Une logique économique parasite selon laquelle la production des biens et des services est subordonnée à une nouvelle architecture globale de modification des comportements;
  3. Une mutation dévoyée du capitalisme marquée par des concentrations de richesse, de savoir et de pouvoir sans précédent dans l'histoire humaine;
  4. La structure fondatrice d'une économie de surveillance;
  5. Une menace pour la nature humaine, au XXIème siècle, aussi cruciale que l'a été le capitalisme industriel pour le monde naturel aux XIXème et XXème siècles;
  6. L'origine d'un nouveau pouvoir instrumentarien qui affirme sa domination sur la société et lance des défis inédits à la démocratie de marché;
  7. Un mouvement qui vise à imposer un nouvel ordre collectif fondé sur la certitude absolue;
  8. Une dépossession des droits humains essentiels mieux comprise comme coup d'en haut : un renversement de la souveraineté du peuple.

Shoshana Zuboff, L'Age du capitalisme de surveillance

Notes

(1) Expression due à Serge Sur, dans la revue Questions Internationales, dossier "GAFAM, une histoire américaine", cf bibliographie.
(2) Une recension critique de l'ouvrage de S.Zuboff : L’âge du capitalisme de surveillance : vers un capitalisme et une surveillance sans limites ? - Hubert Guillaud, internetactu.net, 20.01.2021.
(3) « Facebook a censuré les Kurdes syriens pour protéger son business en Turquie » Adrian Branco, 01.net
(4) Le 28 octobre 2021 Facebook est devenu META, la nouvelle entité regroupe toutes les activités de la firme, des réseaux sociaux et applications de messagerie sociale (Facebook, Instagram, WhatsApp) aux activités émergentes liées aux lunettes connectées « Stories » et au casque de « réalité virtuelle » Oculus Quest. Début 2022, Facebook a reconnu avoir perdu un million d'utilisateurs quotidiens pour la première fois de son histoire, ce qui a entraîné une perte de près de 240 milliards de dollars, soit le quart de la valeur de l'entreprise. Sa base d'utilisateurs vieillit. Les jeunes se tournent désormais vers d'autres plateformes de partage. Pour renouer avec ce marché, Zuckerberg investit dans le Métaverse, qui pourrait avoir à terme un impact financier et social énorme. -
(5) Google a remplacé les cookies par un traceur intégré à son navigateur "Chrome" - les 3/4 du marché des navigateurs- totalement invisible pour l'utilisateur.
(6) Communiqué du Syndicat Professionnel de l’Information Indépendante en ligne, le 8 février 2021. Un accord entre Google et l’Alliance de la presse d’information générale (Apig) qui regroupe notamment les titres de presse des milliardaires français, ouvre la voie à leur rémunération par Google au titre du «droit voisin» .

(7) La Guerre de l’attention, comment ne pas la perdre, de Florent Souillot et Yves Marry, éditions l’Échappée, 2022, Collection « Pour en finir avec », 256 pages, 18 euros.
(8) Les projections font état d’une multiplication par 56 des revenus mondiaux générés par les produits et services d’intelligence artificielle, passant de 644 millions de dollars en 2016 à 36 milliards en 2025. L'Union européenne a récemment estimé la valeur des données des citoyens européens jusqu'ici récoltées par Facebook à 7 000 milliards de dollars.
(9) L'interopérabilité dans un réseau ouvert et décentralisé est défendue aussi par des avocats de la régulation par la concurrence libre et non faussée, en effet elle ne modifie en rien ce modèle économique mais c'est " la seule solution réaliste pour limiter le pouvoir de nuisance de ces géants, et pour rétablir un peu de concurrence et de décentralisation dans un réseau qui, sinon, n’a plus d’autre raison d’être autre chose qu’un simple moyen d’accéder à ces nouveaux silos (qu’ils devraient donc financer, eux, plutôt que les factures de nos FAI)" (Laurent Chemla)
(10) Tor, I2P, Freenet, ZeroNet...
(11) Laurent Chemla est un pionnier de l'internet, fondateur de Gandi, et premier français inculpé pour piratage en 1986 à partir d'un... minitel !

Bibliographie

Outre « L’âge du capitalisme de surveillance » de Shoshana Zubof, Editions Zulma, 864 p. (26,50 €), trois essais -trois approches différentes- et deux synthèses accessibles :
Économie des plateformes, par Maya Bacache-Beauvallet et Marc Bourreau, La Découverte, Coll. Repères, 2022, 128p.
(lien) La fin des choses. Bouleversements du monde de la vie, de Byung-Chul Han, traduit de l’allemand par Olivier Mannoni, Actes Sud, 144 p., 16 €
(lien) Questions internationales - N° 109, 14 sept. 2021. Les GAFAM : une histoire américaine (7 à 9 €)
(lien) La puissance des GAFAM : réalités, apports et dangers par Jacques Fontanel et Natalia Sushcheva, Annuaire français de relations internationales, Paris : La Documentation française, 2019, XX. hal-02196915. (gratuit)
(lien) Stop aux réseaux sociaux - 10 bonnes raisons de s'en méfier et de s'en libérer*** de Jaron LANIER, 2018 ( titre original plus direct : "Ten Arguments for Deleting Your Social Media Accounts Right Now")

Liens

Réseaux sociaux, les temps modèrent Fr.Culture 18.05.2022.
La Quadrature du Net : « En France, la surveillance de la population est extrêmement développée » Ballast, 02 Mars 2022.
Les médias sous la domination de Google et Facebook - Laurent Mauduit, Mediapart,5 jan.2022
Qui contrôle Facebook ? par Romain BADOUARD, AOC, 08 juin 2021
Déconstruire les dénis de l’I.A par Hubert GUILLAUD, internetactu.net, 15 Avril 2021
Facebook m'a banni par P.O.L - Blog Mediapart, 01.01.2021
Libre à Lire > GAFAM > Articles liés - Voir notamment : « GAFAM, Faut-il en finir ? » Jérôme Keinborg, 22.12.2020
Facebook-sans-boussole-morale par Tristan NITOT, mis à jour:19.02.2018
Le désir mimétique de Mark Zuckerberg par Pierre TERRAZ - Philomag (payant)
Critique de facebook Wikipedia
Comment se protéger des GAFAM ? le Wiki d'Herminien
Contre le business des réseaux sociaux et leurs nuisances par LePartisan, 2 sept.2017.


------- [ Annexes ] -------

Politiques de protection des données personnelles et de régulation des services numériques dans l' Union européenne.

Le Règlement Général sur la Protection des Données (2018)

"relatif à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel et à la libre circulation de ces données".

Cette ceinture de contention juridique qu'il suffirait de boucler en cliquant sur le bouton "accepter" ou "refuser" a largement raté sa cible. Les négociations et les mises à l'amende n'affectent pas le coeur de métier des Gafam, le profilage des utilisateurs (5). Elle ne les contraignent pas non plus à réviser en profondeur leurs «conditions générales d'utilisation »(CGU). Pourquoi ? En dernière analyse, parce que leur développement est étroitement et exclusivement lié à l'industrie de l'extraction et du traitement des données (IA + big data), et qu'au final tout le monde aimerait un peu en croquer. Hors de la juridiction européenne, les utilisateurs repentis continueront encore quelque temps de réclamer en vain le droit à l'oubli, et la garantie que les données liées aux comptes "fermés" sont effectivement effacées.

En multipliant les propositions d'assouplissement de la législation sur les services et les marchés numériques, l' UE ne s'oppose pas, elle s'adapte. En France, au terme de trois ans de procédure kafkaïenne auprès de la CNIL (Commission Nationale Informatique et Libertés, l'autorité de "régulation") l'association La Quadrature du Net tire de ses démarches une conclusion sans appel : Cette commission officielle ne fait pas son travail pour simplement faire appliquer le RGPD. Bien au contraire, les GAFAM échappent au RGPD avec sa complicité active !

Les grands groupes de presse européens, pénalisés par l'évaporation de leurs revenus publicitaires et le pillage de leurs publications tirent leur épingle du jeu au prix d' un resserrement de leurs alliances avec les grandes plateformes américaines, et en conséquence, "d'une mainmise encore plus forte de celles-ci dans la chaîne de valeur de l’information numérique" (6). En clair, la pieuvre resserre le noeud. Un service comme "Subscribe with Google" par exemple, installé directement sur sa plateforme, permettra au journal Le Monde de monnayer une partie de sa base d'abonnés...
« Google s’est engagé au titre des droits voisins à verser au groupe Le Monde, pour Le Monde, Télérama, Huffington Post, Courrier international, Le Monde diplomatique et La Vie, la somme de 1 502 468 euros par an à partir du 1er janvier 2022. Et pour la période qui va du 24 octobre 2019 (date d’entrée en vigueur de la loi) au 31 décembre 2021, le même groupe a empoché rétroactivement 2 944 277 euros.» (Mediapart, " Comment l'Etat et les GAFAM financent les milliardaires " , 22.06.22)

Le Règlement sur les Services Numériques (Digital Services Act - 2022)

"All online intermediaries offering their services in the single market, whether they are established in the EU or outside, will have to comply with the new rules."

Cette refonte de la directive européenne sur le commerce en ligne de 2000, totalement dépassée « modifie notamment le régime de responsabilité des intermédiaires numériques et leurs obligations en termes de modération des contenus » (Clément Perarnaud, "Pour automatiser la censure cliquez ici", le Monde Diplomatique, Juillet 2022)
C 'est un projet ambitieux (au moins sur le papier) qui vise à encadrer juridiquement rien moins que l'ensemble des contenus échangés en ligne (!). Son esprit tiens dans la formule : « Tout ce qui est illégal hors ligne doit également être illégal en ligne ».

Pour l'heure, avant toute mise en oeuvre effective, les appréciations sur le RSN/DSA divergent totalement :

  • Pour O.Ertzscheid ce projet représente l'antithèse exacte de la philosophie et du projet libertarien porté par Elon Musk (~~ acquéreur de Twitter pour 44 milliards de dollars début 2022~~)...
  • Selon Patrice Epelboin à l'inverse, « la décentralisation promise par Musk et sa vision régionalisée de la liberté d’expression correspondent exactement à ce qu’instaure le DSA » (!) .
  • À croire Thierry Breton, principal rapporteur du projet, qui s’est déplacé pour rencontrer E.Musk, le super-commissaire européen et l'homme d'affaire américain seraient « *sur la même ligne et en parfait accord.» (!!) »

-> Références en ligne :

[ ... à développer... ]

Déclarations

" Facebook, avec WhatsApp et Instagram, est devenu le premier média en Afrique, celui par lequel l'opinion publique s'informe " .
Jean Bruno in Le Monde du 19.05.2022 , Article : « Au Sahel, Paris échoue à contrer la propagande russe » par Cyril BENSIMON et Christophe CHATELOT

Le pire est déjà là...

I.Dans les démocraties policières "à l'occidentale", une palanquée de poissons-pilotes tous plus nuisibles les uns que les autres -influenceurs, lobbyistes, chasseurs de têtes, startups débiles, communiquants et escrocs en tous genre- s'affaire dans le sillage des géants de la Tech. C'est dire que les problèmes posés par leur emprise ahurissante sur nos vies débordent largement la censure des contenus, et ne se réduisent pas à la fraude fiscale scandaleuse qu'ils pratiquent à grande échelle.

  • Cambridge Analytica n'a pas abusé de Facebook, ils ont utilisé les services que FB avait mis en place, et commercialisés auprès des malfrats politiques pour diffuser de la désinformation. C'est le système qui a fonctionné comme prévu. (Cory Doctorow, trad. automatique deepl.com)

  • Israël est le premier fournisseur du monde occidental en matériel de contrôle de masse tous systèmes confondus : drones, téléphone etc. Dans un premier temps ce matériel a servi pour contrôler les Palestiniens, ensuite leurs produits ont été vendus à toutes les “démocraties” comme aux dictatures.

  • Frontex (U.E) a passé des marchés de surveillance avec Israël en Méditerranée, afin de mieux barrer le passage aux migrants qui tentent la traversée embarqués sur des rafiots sordides.

  • Aux États-Unis, Amazon licencie les livreurs de sa filiale (Prime) qui refusent d’être filmés toute la journée dans leur camion, parce qu'une clause d'acceptation est stipulée dans le contrat qu'ils ont dû signer pour être embauchés.

II. Dans les régimes totalitaires, de Moscou à Pékin, les réseaux et la hight-tech sous contrôle d'Etat surclassent les pires imprécations d'Orwell. Loin devant tous les autres, la Chine de Xi-Jinping mixe plusieurs moyens de contrôle : notation sociale, surveillance numérique, désinformation et propagande, dans une forme de concurrence à peine voilée avec le modèle ultralibéral-individualiste Etasunien.

  • L’élément le plus important de la surveillance des Ouïghours par le Parti Communiste chinois est la Plateforme d’opérations interarmées intégrées (IJOP). Ce système est piloté par l’IA et recueille des données de sources multiples, y compris les millions de caméras de vidéosurveillance installées dans tout le Xinjiang, les adresses MAC des périphériques, les numéros d’immatriculation des voitures et les pièces d’identité des citoyens enregistrés aux points de contrôle de sécurité, et ainsi de suite. (InfoAsie - Comment la Chine utilise l’intelligence artificielle pour réprimer les Ouïghours)

  • Dans l'ensemble de la population chinoise, les individus les moins bien notés peuvent se voir refuser le droit d’acheter des billets d’avion.

  • La plate-forme chinoise TikTok se donne le droit de faire ce qu'elle veut des vidéos publiées : les utiliser, les modifier, les reproduire sans que les utilisateurs n'aient leur mot à dire. (UFC-Que Choisir)

« La déviation est ciblée comme la faute sociale, grâce aux outils de connaissance de la population notamment numériques (tout fait trace) et à l’IA (chacun est prévisible). Les techniques pour décider ce qui atteindra le cerveau (largement héritées des technologies occidentales) plus la propagande classique, les techniques pour remplir le cerveau, le tout ouvertement. » François-Bernard Huyghe,1984 : quand la Chine réécrit les textes sacrés
« D'autres régimes communistes sont tombés mais le PCC lui, est toujours là. Il continue de nier la liberté de penser et de réécrire l'histoire, tout en embrassant avec de plus en plus de ferveur le capitalisme que Mao s'acharnait à éliminer. » Ma Jian, écrivain en exil.

Twitter, Twich, Facebook, l'abjection en Live

  • Le 14 mai 2022, la tuerie raciste de Buffalo (USA) a été diffusée en direct sur Twitch, puis massivement partagée sur Twitter et Facebook.
  • Souvenons-nous. En France, le compte du tueur de Samuel Paty, typique d'un salafisme radical, n’a pas été suivi ni fermé malgré plusieurs signalements, dont un signalement Pharos le 30 juillet 2020, deux mois et demi avant son passage à l'acte (depuis juin 2020) . La revendication du crime sur le compte immédiatement après les faits jeta l'effroi (et entraîna l'arrestation de l'assassin 15 minutes plus tard).

De l'ingérence des GAFAM dans les mouvements sociaux : un exemple français

A l'hiver 2018-2019 on a pu observer les effets pervers, directs ou indirects, de l'utilisation ultra-majoritaire de FB dans le mouvement des Gilets Jaunes en France. FB y tint le double rôle d'indicateur de police et de grand «organisateur» : pugilat virtuel permanent, main-mise des "admins", exclusions, éclatement en listes concurrentes, diffusion de fakes à vitesse intersidérale, manipulations diverses. Tout ceci contrebalançant largement l'effet "mobilisation": le mouvement s'est pour ainsi dire auto-intoxiqué, malgré les avertissements et diverses tentatives de démocratie directe (Assemblée des Assemblées) qui résultaient d'une exigence tout-à-fait légitime, mais étaient loin d'être représentatives.

Ma bagnole m'a envoyé un texto...

Qu' arrivera-t-il dans le monde réel, si la gestion du trafic routier se retrouve entre les mains d'Alphabet (la maison-mère de Google), Tesla, Lexus, Mercedes-Benz ? De relative, la dépendance aux injonctions des instruments de géolocalisation et aux pilotes automatiques embarqués deviendra absolue. Sur les autoroutes françaises privatisées -où une recharge de batterie coûte 4 fois plus cher qu'à domicile- on y est presque, en fait. Puis apparaîtront des voies de ciculation "optimisées", c'est-à-dire réservées à leurs bagnoles "intelligentes". La BBC et The Guardian rapportent qu'une panne de serveur a déjà empêché certains conducteurs d' accéder à leur véhicule. Il est impossible d'oublier de régler la prime d’assurance avant de prendre le volant d'une Tesla neuve, car la bagnole se charge de vous le rappeler par des messages visuels et auditifs. Au troisième avertissement vous vous exposez au blocage du véhicule à distance. C'est ballot.

Adblock test (Why?)

Médias

Open Source Intelligence
OpenFacto° Bellingcat

GÉNÉRALISTES
Basta L'Autre Quotidien Alternatives-Economiques Blast Capital La Croix Le Figaro Le Monde France 24 FTVI HuffingtonPost L'Humanité LCP Mediapart La Tribune Le Media Slate Korii

INTERNATIONAL
Orient XXI CADTM Courrier d'Europe Centrale Courrier International Eurojournalist Equaltimes Info Asie Inkyfada Jeune Afrique Rojava I.C NYT Toute l'Europe

MÉDIAS D'OPINION
L'Autre France-Presse Acta AOC Issues Les Jours Journal Minimal Le Monde Moderne LVSL Marianne Quartier Général Rapports de force Reflets Rézo StreetPress

OBSERVATOIRES
I.R.I.S Internet actu Armements Acrimed Catastrophes naturelles Conspis Conditions de travail Culture Extrême-droite Inégalités Information Médias Multinationales Sondages Élections Routes de la Soie Vrai ou Fake ?

Revues

 GÉNÉRALISTES
Ballast Charlie-Hebdo Fakir La Voie du Jaguar Lava Le Diplo Lundi Matin Multitudes La revue des médias Smolny Socialter The Conversation Usbek & Rica UPMagazine Le Zéphyr

 CULTURE / IDÉES
Terrestres Contretemps A Contretemps Alter-éditions CQFD Le Comptoir Frustration L'Intimiste Jef Klak Lignes de Crêtes NonFiction Période Philo Mag Lettre PhiloMag Vie des Idées

 INTERNATIONAL
Alencontre Alterinfos CETRI ESSF Inprecor Guitinews Kedistan Quatrième Internationale Viewpoint Magazine

 PODCASTS 
Arrêt sur Images LSD Thinkerview

 WTF 
Ulyces Brut

---