LePartisan.info À propos Podcasts Fil web Écologie Blogs Revues Médias
Global Investigative Journalism Network
Souscrire à ce flux
Global Investigative Journalism Network - pages FR

Accès libre

▸ les 20 dernières parutions

25.03.2024 à 10:37

Webinaire : enquêter sur l’influence française en Afrique 

Maxime Domegni

GIJN Afrique organise, le 16 avril prochain, un webinaire durant lequel trois journalistes d'expérience viendront partager leurs astuces pour enquêter sur l'influence française en Afrique.
Texte intégral (782 mots)

GIJN Afrique organise, le 16 avril prochain, un webinaire durant lequel trois journalistes d’expérience viendront partager leurs astuces pour enquêter sur l’influence française en Afrique.

Ancienne puissance coloniale, la France a gardé des relations étroites avec plusieurs pays africains, particulièrement ses anciennes colonies. Que ce soit sur le plan politique, économique, monétaire, militaire, éducatif, culturel, elle fait partie des pays occidentaux encore influents sur le continent.

Au cours de la période post-coloniale, cette influence est régulièrement marquée par plusieurs affaires politiques et financières qui n’ont pas toutes été révélées. Elles impliquent divers types d’acteurs : des officiels (civil et militaires), des acteurs politiques, des milieux d’affaires et d’autres réseaux.

La diversité des relations entre la France et ses anciennes colonies, ainsi que les faits qui s’y rapportent, constituent une mine d’informations que des journalistes, installés dans les deux zones, peuvent exploiter dans le cadre d’enquêtes approfondies, basées sur des faits précis et vérifiés, publiées sous forme d’articles, vidéos, podcasts, films documentaires et livres.

Pour encourager ce travail d’enquêtes journalistiques, et aider davantage les journalistes à jouer leur rôle de chiens de garde, sur les relations entre la France l’Afrique, le département francophone de GIJN, le Réseau international de journalisme d’investigation, organise le 16 avril un webinaire avec plusieurs journalistes expérimentés, fins observateurs des relations france-afrique et qui, depuis des décennies, y produisent des enquêtes.

Le webinaire aura lieu à 13h00 GMT, le mardi 16 avril 2024.

Vous pouvez vous inscrire au webinaire ici.

Francis Laloupo. Journaliste, il a été directeur de l’Information à la radio panafricaine Africa N°1, chroniqueur et éditorialiste pour plusieurs médias. Il a dirigé plusieurs publications et rédactions sur l’Afrique, notamment Le Nouvel Afrique Asie et Continental magazine. Francis Laloupo est également enseignant de géopolitique africaine, chercheur associé à L’Institut des relations internationales et stratégiques (IRIS) en France. Il est auteur de plusieurs ouvrages dont  “Blues Démocratique, 1990-2020” (2022), “France-Afrique, la rupture maintenant ?” (2013).

Fanny Pigeaud. Journaliste, elle a été correspondante pendant plusieurs années de l’AFP et du journal Libération au Cameroun avant de rejoindre le bureau régional de l’AFP à Libreville, puis de travailler en free-lance en Côte d’Ivoire. Aujourd’hui collaboratrice de médias comme Mediapart et Afrique XXI, Fanny Pigeaud publie de nombreuses enquêtes à propos de l’Afrique, particulièrement sur des relations entre la France et l’Afrique. Écrivaine, elle est co-auteure de “De la démocratie en Françafrique, une histoire de l’impérialisme électoral » (2024) et de “L’arme invisible de la Françafrique, une histoire du franc CFA” (2018).

Paul Deutschmann. Journaliste, il est rédacteur en chef du média d’investigation Africa Intelligence qui couvre l’Afrique depuis plus de 40 ans. Spécialiste de l’Afrique de l’Ouest, il travaille sur la région depuis près d’une dizaine d’années et suit particulièrement les relations entre la France et le continent. Il a également collaboré avec le quotidien suisse Le Temps et avec la revue XXI. En parallèle, il s’intéresse aux technologies de ciblage électorale en Cote d’Ivoire et au Sénégal dans le cadre d’un projet de recherche à l’African Studies Centre Leiden (ASCL), basé aux Pays Bas.

Le modérateur est Maxime Koami Domegni, journaliste d’investigation et responsable Afrique francophone de GIJN.

Ce webinaire est libre d’accès, sur inscription préalable.  Il sera en langue française.

Inscrivez-vous ici.

Date : 16 avril 2024

Heure : 13h00 GMT (Cliquez ici pour connaître l’heure exacte qu’il fera dans votre ville)

Surveillez notre fil Twitter @gijnAfrique et notre newsletter pour obtenir des informations sur les événements à venir.

20.03.2024 à 01:04

La CENOZO, l’organisation qui renforce le journalisme de surveillance en Afrique de l’Ouest

Oumar Zombré

En 2015, 17 ans après l'assassinat du journaliste Norbert Zongo, était créée la Cellule Norbert Zongo pour le journalisme d'investigation en Afrique de l'Ouest (CENOZO). Profil de cette organisation qui a rejoint GIJN en 2017.
Texte intégral (2914 mots)

En 2015, 17 ans après l’assassinat du journaliste Norbert Zongo, était créée la Cellule Norbert Zongo pour le journalisme d’investigation en Afrique de l’Ouest (CENOZO). Profil de cette organisation qui a rejoint GIJN en 2017.

Au Burkina Faso, il est impossible de parler de journalisme d’investigation sans évoquer Norbert Zongo, une figure emblématique assassinée le 13 décembre 1998.

Norbert Zongo était le fondateur et le directeur de l’hebdomadaire L’Indépendant, un journal qui a fait honneur à son nom en se distinguant par ses enquêtes approfondies et en donnant la priorité à la liberté d’expression. En tant que journaliste, Zongo était connu pour son refus d’accepter des pots-de-vin et a risqué sa vie pour enquêter sur la mort suspecte d’un chauffeur qui travaillait pour le frère du président.

La mort de ce journaliste de renom – dont le corps a été retrouvé dans une voiture calcinée sur le bord de la route, avec ceux de deux collègues et de son frère – a joué un rôle important dans la transformation du paysage médiatique du Burkina Faso, pays enclavé d’Afrique de l’Ouest situé entre le Mali et le Ghana.

La lutte pour la justice et l’exigence de rendre des comptes à la suite de l’assassinat de Zongo ont progressivement permis d’améliorer la position du pays dans le classement mondial de la liberté de la presse publié chaque année par Reporters sans frontières. Deux décennies après la mort de Zongo, le Burkina Faso occupait le 41e rang mondial, sa meilleure position à ce jour. (Une détérioration très récente de la liberté de la presse et un coup d’État militaire l’ont fait chuter à la 58e place en 2023).

Mais en 2015, lorsque 18 journalistes d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale se sont réunis dans la capitale burkinabè, Ouagadougou, pour rendre hommage au combat et à l’œuvre de Zongo, il était tout à fait naturel que l’initiative qu’ils allaient décider porte son nom et reflète son dévouement à révéler la vérité et à lutter pour la justice et l’obligation de rendre des comptes. Les journalistes, avec le soutien de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) et de l’ambassade du Danemark, ont créé la Cellule Norbert Zongo pour le journalisme d’investigation en Afrique de l’Ouest (CENOZO). Deux ans après sa création, la CENOZO a été acceptée comme membre du réseau mondial de journalisme d’investigation.

Après neuf ans d’activité, la CENOZO a acquis une réputation internationale pour ses activités phares, qui comprennent la formation à la pratique du journalisme d’investigation et le soutien financier et technique aux enquêtes. L’objectif principal de la cellule est d’améliorer la capacité d’investigation des journalistes dans les domaines de la corruption, du crime organisé, de la gouvernance, des violations des droits de l’homme et de l’environnement.

« Depuis que la CENOZO est devenu opérationnelle, quelque 600 journalistes ont été formés dans toute la sous-région », explique Arnaud Ouédraogo, coordinateur de la CENOZO. Ajoutant que maintenant que l’organisation a pris de l’ampleur, une centaine de journalistes en moyenne reçoivent une formation chaque année.

« Cette réalisation revêt une grande importance pour la CENOZO, car elle contribue à l’amélioration des normes journalistiques en Afrique de l’Ouest », explique M. Ouédraogo. « Compte tenu de l’environnement difficile pour les journalistes, marqué par des ressources médiatiques limitées et des programmes de formation au journalisme inadéquats, il est essentiel pour des organisations comme la nôtre de mettre en place des initiatives de formation continue. »

Collaborations à l’intérieur – et à l’extérieur – de l’Afrique

L’organisation a été lancée à un moment où les enquêtes transfrontalières collaboratives et approfondies devenaient monnaie courante. L’un des premiers grands projets de la CENOZO a été l’enquête West Africa Leaks, publiée en 2018.

« C’était la première fois que des journalistes d’investigation de toute l’Afrique de l’Ouest collaboraient pour produire une série d’enquêtes sur la fuite des capitaux, le blanchiment d’argent et l’évasion fiscale sur l’ensemble du continent », explique M. Ouédraogo. Au total, plus d’une douzaine de journalistes de 11 pays d’Afrique de l’Ouest ont collaboré avec le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ).

Viennent ensuite les Pandora Papers, une autre enquête facilitée par l’ICIJ, qui s’est penchée sur le système financier parallèle qui profite aux riches et aux puissants de ce monde.

Les journalistes de la CENOZO ont également participé aux FinCEN Files : le journaliste Moussa Aksa y a publié une enquête sur le scandale des marchés publics militaires au Niger, qu’un activiste a qualifié de « scandale du siècle ».

Fergus Shiel, directeur de la rédaction de l’ICIJ, a déclaré que l’équipe de la CENOZO avait été une « excellente collaboratrice » sur un certain nombre de projets de grande envergure. Il a loué le président du groupe, David Dembele, et la secrétaire générale, Sandrine Sawadogo, en tant qu' »experts dans la découverte de flux financiers illicites et de fraudes d’entreprises et guides pour les journalistes d’investigation à travers l’Afrique de l’Ouest ».

Ils ont, a ajouté M. Shiel, fourni « une assistance répétée pour enquêter sur les injustices en Afrique, en dépit d’obstacles permanents ».

 

En consultant le site de la CENOZO à l’heure actuelle, les lecteurs peuvent trouver un large éventail d’articles d’investigation traitant des défis actuels dans les pays d’Afrique de l’Ouest. D’un article sur l’échec de la réhabilitation d’anciens sites miniers au Burkina Faso, à un autre sur le trafic de cigarettes au Sahel, ou encore une enquête sur le fleuve Niger, que les reporters avertissent être « en péril ».

Soutien financier et aide à la sécurité en période d’incertitude

La CENOZO soutient le travail d’investigation des journalistes en leur fournissant des ressources financières ainsi que des formations. Les subventions varient de 500 à 3 000 euros (540 à 3 250 dollars américains) en fonction de la nature de l’enquête et de son caractère local ou transfrontalier. La CENOZO affirme que plus de 300 enquêtes ont été publiées grâce à ces subventions.

Selon M. Ouédraogo, le soutien financier au journalisme d’investigation est vital dans une région où les médias dépendent fortement de la publicité, et ont généralement du mal à financer la production d’articles de fond. Cette situation de financement précaire s’est récemment aggravée en raison de l’impact économique des crises politiques dans la région.

Du point de vue sécuritaire, la cellule soutient les journalistes en les formant à la sécurité numérique et à la sécurité des données, aux meilleures pratiques en matière de reportage et aux meilleurs moyens de communiquer en toute sécurité avec les sources. Dans certains cas particulièrement sensibles, des rédacteurs en chef, voire des avocats, peuvent aider à préparer un article pour sa publication.

L’équipe peut également intervenir pour apporter son soutien lorsque des membres de la CENOZO sont attaqués. Dans le cas du reporter nigérien Moussa Aksa, la CENOZO a fourni un soutien juridique et a contribué à sa sécurité.

« Lorsque le journaliste a publié cette enquête, il a fait l’objet d’intimidations, de menaces et de poursuites judiciaires », explique M. Ouédraogo. « L’affaire est toujours en cours au tribunal et, bien qu’il n’ait jamais été condamné, il est dans l’impossibilité de continuer à travailler. Nous l’avons soutenu, nous lui avons fourni une assistance juridique et nous avons finalement dû le déplacer de Niamey pour sa sécurité.

Tirer parti du journalisme de responsabilité pour un plus grand impact

Enfin, la CENOZO organise des débats publics sur des questions de gouvernance. Ces tables rondes multipartites réunissent des journalistes, des représentants de la société civile et des fonctionnaires pour discuter de questions telles que la corruption, le changement climatique et les droits de l’homme.

M. Ouédraogo estime que ces différents domaines d’intervention ont contribué à révolutionner la production médiatique dans la région de l’Afrique de l’Ouest, et les personnes extérieures reconnaissent également la valeur de leur travail.

Reporters lors d’une session de formation de la CENOZO. Image : Avec l’autorisation de la CENOZO

« La CENOZO joue un rôle crucial en fournissant une plateforme qui aide les journalistes à rester informés et à s’adapter à toutes les situations », explique le Dr Sita Traoré Diallo, de l’ISTIC, l’école de formation pratique en journalisme du Burkina Faso, qui a elle-même bénéficié des formations de la CENOZO au cours de sa carrière.

Pour expliquer l’ampleur du défi, elle évoque le contexte difficile du journalisme en Afrique de l’Ouest, en particulier dans la région du Sahel où, les crises sécuritaires et politiques se sont multipliées. Des groupes terroristes armés sévissent dans un certain nombre de pays, prenant pour cible les institutions de l’État, les civils qui résistent à leur idéologie et la presse. Le climat d’insécurité qui règne a conduit à des prises de pouvoir militaires qui ont encore restreint la liberté d’opinion et d’expression.

Au Burkina Faso même, « la violence croissante et l’instabilité politique ont eu un impact très négatif sur la sécurité des journalistes et l’accès à l’information », a averti RSF l’année dernière. Bien que la culture du journalisme d’investigation soit forte dans le pays, la détérioration de l’environnement sécuritaire et politique a entraîné une augmentation des pressions extérieures et de l’autocensure.

Dans ces conditions, le journalisme d’investigation exige des investissements, des sacrifices et un dévouement considérables, explique M. Traoré Diallo. « Si le journalisme d’investigation devient de plus en plus difficile, il n’est pas pour autant impossible. « Le journalisme d’investigation rend les décideurs publics prudents, car ils savent qu’ils peuvent être tenus pour responsables ».

Sandrine Sawadogo, secrétaire générale de la CENOZO, voit également des opportunités malgré les défis. « Pour nous, la situation sécuritaire actuelle est une opportunité de redévelopper le journalisme d’investigation, de se rapprocher de la population et de réduire la méfiance. Le journalisme d’investigation est confronté à des défis, mais nous restons optimistes », a-t-elle déclaré à GIJN.

Entretenir la flamme du journalisme d’investigation

La CENOZO est dotée d’un conseil d’administration composé de sept membres, originaires du Sénégal, du Mali, du Togo, du Nigeria, du Ghana et du Burkina Faso, et d’un secrétariat technique de quatre personnes, qui en assure la gestion. L’équipe travaille également avec un réseau de rédacteurs indépendants.

Burkina Faso map

La CENOZO, dont le siège se trouve au Burkina Faso, est située au cœur de l’Afrique de l’Ouest et de la région du Sahel. Image : Datawrapper

Les journalistes de tous horizons peuvent recevoir une formation de la CENOZO et demander des subventions. Certains des plus grands noms du journalisme d’investigation de la région sont également membres. Les demandes d’adhésion sont examinées par le conseil d’administration, et plus de 40 journalistes figurent actuellement sur la liste.

Avant que la CENOZO ne commande une enquête, la proposition est soumise à un processus d’examen au cours duquel une équipe éditoriale évalue sa pertinence, sa faisabilité, les risques associés et les antécédents du journaliste afin d’évaluer sa capacité à travailler sur le sujet. Lorsqu’un projet est retenu, la CENOZO contacte des donateurs potentiels pour aider à financer l’enquête.

En particulier, la CENOZO accorde une grande importance à l’égalité entre les hommes et les femmes, et 40 % des subventions accordées par l’organisation sont spécifiquement destinées aux femmes afin d’encourager un plus grand nombre d’entre elles à travailler sur des sujets d’investigation.

Mais la CENOZO tente également d’assurer son avenir et reconnaît la nécessité de positionner le journalisme en tant que gardien de l’intérêt public. Ceci est d’autant plus important dans le contexte du Sahel, où les gouvernements ont essayé de gagner des points en critiquant la presse qui ne se concentre que sur les problèmes.

Arnaud Ouédraogo, coordinateur de la CENOZO. Image : Avec l’autorisation de la CENOZO

 

Selon M. Ouédraogo, l’un des moyens de remédier à cette situation est d’inclure à l’avenir, une certaine forme de « journalisme de solutions » dans l’approche de ses formations.

« Le journalisme de solutions reste un travail d’investigation, mais il se concentre sur les solutions potentielles plutôt que sur les problèmes », explique-t-il. « On reprochait aux journalistes de ne jamais proposer de solutions. Aujourd’hui, un nouveau genre de journalisme est en train d’émerger, et nous essayons de le promouvoir », ajoute-t-il.


Oumar Zombré est journaliste au Burkina Faso depuis 12 ans, dont plusieurs à la radio nationale. Il travaille également comme reporter indépendant. Zombré a participé à des opérations antiterroristes au Burkina Faso, au Mali et au Niger. Il a reçu des prix nationaux et internationaux, notamment le prix PaxSahel pour le journalisme de paix et le prix africain du journalisme d’investigation.

08.03.2024 à 13:30

Couvrir une élection : conseils par – et pour – des femmes journalistes

Holly Pate , Joanna de Marco

À l'occasion de la Journée internationale de la femme et d'une année 2024 potentiellement tumultueuse sur le plan électoral (quatre milliards de personnes dans plus de 50 pays sont appelées à voter cette année), GIJN s'est entretenu avec des femmes journalistes d'investigation du monde entier pour connaître leurs meilleures pratiques en matière de couverture des élections.
Texte intégral (3018 mots)

À l’occasion de la Journée internationale de la femme et d’une année 2024 potentiellement tumultueuse sur le plan électoral (quatre milliards de personnes dans plus de 50 pays sont appelées à voter cette année), GIJN s’est entretenu avec des femmes journalistes d’investigation du monde entier pour connaître leurs meilleures pratiques en matière de couverture des élections.

En mars 2023, la journaliste d’investigation mexicaine Nayeli Roldán a dû faire face à une série de cyberattaques cruelles après avoir interrogé le président mexicain sur l’utilisation présumée par le gouvernement du logiciel espion Pegasus.

À peu près au même moment, deux reporters du site d’investigation russe en exil IStories, Alesya Marokhovskaya et Irina Dolinina, ont reçu des messages de menace mentionnant noms, adresses et plans de voyage. En Turquie, Çiğdem Toker, une journaliste économique respectée de T24 news, a été victime de harcèlement en ligne et a fait l’objet de poursuites pénales pour les commentaires qu’elle a faits lors d’une émission télévisée après le second tour de l’élections présidentielle.

Malheureusement, ces représailles en ligne contre les femmes journalistes ne sont pas des événements isolés. Selon une enquête menée auprès de 901 journalistes de 125 pays, près des trois quarts des journalistes s’identifiant comme femmes ont déclaré avoir subi des violences en ligne. La violence en ligne fondée sur le genre à l’encontre des journalistes est encore aggravée lorsqu’elle se mêle à d’autres formes de discrimination, telles que le racisme, l’homophobie et la transphobie, et peut s’intensifier lorsque l’on couvre certains sujets.

Un rapport de l’UNESCO datant de 2023 a révélé que les menaces et les attaques contre les femmes journalistes sur les médias sociaux sont exacerbées lorsqu’elles couvrent la politique. De même, dans la période qui a suivi la présidentielle brésilienne 2022 très disputée, 80% des attaques en ligne contre les femmes journalistes étaient liées à la couverture politique, selon un rapport d’Abraji, une organisation membre de GIJN. Pire encore, un rapport distinct de l’ICFJ (International Center for Journalists) a révélé que les acteurs politiques étaient la deuxième source la plus probable d’attaques en ligne contre les femmes, juste derrière les profils anonymes.

Avec quatre milliards de personnes dans plus de 50 pays – près de la moitié du monde – qui voteront en 2024, les femmes, les transgenres et les journalistes non binaires devront probablement faire face à une recrudescence de cyber-attaques et ce alors que la désinformation et la désinformation croissantes, en particulier les deepfakes pilotés par l’IA, menacent les élections dans le monde entier.

Pour marquer la Journée internationale de la femme au cours d’une année électorale potentiellement tumultueuse, l’équipe mondiale du GIJN s’est entretenue avec des femmes journalistes d’investigation au sujet de leurs meilleures pratiques en matière de couverture des élections. Elles ont également partagé des conseils et des ressources pour faire face à la recrudescence attendue des cyberattaques, de l’intimidation et d’autres formes de violence basée sur le genre.

1. Élaborer un plan d’action le plus en amont possible

Les élections étant souvent imprévisibles, les journalistes désireux de couvrir un scrutin doivent avoir une approche proactive. « Une planification précoce permettra aux journalistes de faire face aux surprises qui surgiront lors la campagne », explique Lulu Brenda Harris, reporter au Centre pour l’innovation et la technologie (CITE) au Zimbabwe.

Le moment où il faut commencer à planifier dépend de la date des élections dans votre pays et des échéances de la campagne.

La journaliste d’investigation guatémaltèque Carmen M. Valle suggère de prendre une journée stratégique pour planifier avant que la saison électorale ne commence. « Asseyez-vous autour d’une table avant cette date et déterminez vos priorités et vos limites », recommande-t-elle. Bien que les plans puissent changer au cours de la campagne, l’établissement d’un cadre initial aidera à prévenir tout épuisement et fournira une feuille de route pour naviguer dans un paysage politique difficile.

2. Séparer le personnel du professionnel

La discrétion est une compétence sous-estimée. Lorsque l’on couvre des élections et que l’on est confronté à d’éventuels problèmes de sécurité, il est essentiel de maintenir une distinction entre le personnel et le professionnel.

« Récemment, je suis devenu encore plus prudent quant à la manière dont je partage des informations qui pourraient révéler mon lieu de résidence. Et dans ma vie de tous les jours, je n’entre pas dans les détails de ce que je fais », explique la journaliste d’investigation allemande Vera Deleja-Hotko. « Le ton dans la société et à l’égard des journalistes est devenu plus dur, surtout à l’égard des femmes ».

Souvent, les représailles, qu’elles soient en ligne ou autres, affectent également les personnes qui nous entourent. Dans notre monde globalisé et en ligne, il est facile pour des personnes malveillantes de trouver et de harceler les proches d’un journaliste.

« Lorsque j’ai découvert que mon téléphone était infecté par le logiciel espion Pegasus, il s’est avéré que le même virus avait été utilisé contre les membres de ma famille, mes amis et les personnes qui m’entouraient, qui n’avaient aucun lien avec la politique, l’activisme ou le journalisme », a déclaré Khadija Ismayilova, rédactrice en chef de Toplum TV en Azerbaïdjan.

La journaliste d’investigation kirghize Meerim Ainykeeva conseille, elle, aux journalistes d’investigation « d’éviter de partager activement des informations personnelles sur leur famille, leurs amis et leurs enfants sur les médias sociaux ».

3. Envisager la mise en œuvre de mesures de sécurité supplémentaires

En cette année d’élections, les chercheurs s’inquiètent des développements de la désinformation et de l’impact possible sur les élections. La communauté du journalisme d’investigation devrait également se préoccuper des problèmes de sécurité qui en découlent.

« Malheureusement, les femmes et les autres groupes marginalisés sont souvent ciblés de manière disproportionnée lorsqu’il s’agit des effets négatifs des nouvelles technologies. Cela inclut des développements tels que les deepfakes d’IA et l’usurpation de voix », a déclaré la journaliste indépendante américaine et formatrice en journalisme de données Samantha Sunne.

Selon elle, les femmes journalistes d’investigation devraient envisager de mettre en place des dispositifs de sécurité supplémentaires cette année, comme l’utilisation d’un gestionnaire de mots de passe ou d’un générateur de mots de passe aléatoires. Les journalistes d’investigation russes Irina Pankratova et Ira Dolinina suggèrent également d’utiliser l’authentification à deux facteurs avec une application générant un code.

Une autre approche proactive consiste à procéder à une forme de nettoyage numérique. « Supprimez les informations susceptibles d’établir des modèles de comportement, par exemple en connaissant vos horaires, le quartier où vous vivez, les personnes avec lesquelles vous interagissez, etc. », suggère la journaliste argentine Irina Sternik.

La journaliste d’investigation biélorusse Olga Ratmirova encourage les femmes à participer à des sessions de formation à la sécurité pour apprendre à protéger leurs informations et à se protéger elles-mêmes.

La troisième édition de notre formation sur les menaces numériques de GIJN pourrait être une bonne option, ou notre prochain webinaire sur les menaces numériques lors des élections de 2024.

4. Avoir du courage

Demander des comptes aux puissants comporte certains risques. Mais s’il est important de les garder à l’esprit et de s’y préparer au mieux, deux femmes nous ont dit qu’il était important de poursuivre le travail du mieux possible.

« Chaque travail comporte ses propres risques et menaces. Si vous avez peur d’enquêter, vous ne devriez même pas commencer », a déclaré la journaliste ukrainienne Maria Zemlyanska.

La journaliste ukrainienne Valeriya Yegoshyna a déclaré que toute personne envisageant de se lancer dans le journalisme d’investigation devait accepter que des menaces et du harcèlement puissent survenir. « Il s’agit simplement de choisir d’accepter les risques possibles et de ne pas en avoir peur, tout en prenant bien sûr les mesures de sécurité appropriées, quel que soit le sexe », a-t-elle expliqué.

5. Chercher du soutien

Outre les menaces, l’intimidation et le harcèlement, les journalistes doivent souvent faire face à des éléments susceptibles de provoquer un épuisement ou un traumatisme, tels que des sujets émotionnellement difficiles et des images choquantes. Une thérapie peut aider.

« Prenez soin de vous ! Le journalisme d’investigation peut être émotionnellement et mentalement éprouvant, en particulier lorsqu’il aborde des sujets tels que l’exploitation sexuelle et sexiste. Faites de vos soins une priorité et sachez quand prendre du recul et faire une pause si nécessaire », conseille la journaliste kényane Catherine Muema.

La journaliste turque Çiğdem Toker abonde dans ce sens : « Le soutien des organisations professionnelles et des collègues est la ressource la plus importante », a-t-elle déclaré, en particulier lorsqu’il s’agit de faire face au trolling et à l’intimidation.

Mari Montes, une journaliste vénézuélienne, a également souligné l’importance de recevoir le soutien de collègues et de la communauté au sens large après avoir été la cible d’une campagne de diffamation de la part d’un troll en ligne. « Les adeptes de cet homme m’écrivaient des messages offensants presque tous les jours. Je bloque ceux qui me dérangent. Lorsque j’ai rendu la situation publique, j’ai reçu le soutien d’autres journalistes, et c’était important », a déclaré Mari Montes à GIJN.

6. Connaître les lois du pays dans lequel vous exercez

Qu’il s’agisse d’enquêter sur des pratiques qui font sourciller lors d’élections ou simplement de se protéger en travaillant dans d’autres domaines, les journalistes du monde entier s’accordent à dire qu’il est important de bien connaître les lois de son pays.

« Il est important de bien connaître la législation », explique Dana Oparina, reporter en Ouzbékistan.

« Comprenez vos droits en tant que journaliste et soyez conscient des protections juridiques dont vous disposez », a ajouté la journaliste turque Ayşegül Engür Dahi. « Ces connaissances peuvent vous aider à surmonter les difficultés juridiques qui peuvent survenir dans le cadre de votre travail d’investigation. »

7. Utiliser sa voix

L’abus fréquent des femmes dans le champ politique, parfois aggravé par les réseaux sociaux et aboutissant souvent à des campagnes de désinformation sexistes, peut être décourageant. Mais la participation égale des femmes – en tant qu’électrices et journalistes d’investigation – est vitale pour une couverture équitable.

« Il n’y a jamais eu de climat idéal pour le journalisme, et c’est précisément pour cela que le journalisme est nécessaire. À chaque période de l’histoire, des défis différents ont été relevés, et ceux auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui sont liés à notre contexte technologique actuel », estime la journaliste mexicaine Nayeli Roldán.

Être attaquée en ligne peut aussi être un signe que vous êtes sur la bonne voie, fait remarquer la rédactrice en chef de PolitKlinika, Dilbar Alimova, ajoutant que « le temps révèlera la vérité ».

« Mon choix, en tant que journaliste d’investigation et citoyenne de mon pays, est de dire la vérité haut et fort parce que j’ai une voix », ajoute la journaliste bélarusse Kseniya Vyaznikovtseva.

À l’inverse, dans certains contextes, les femmes journalistes d’investigation doivent se battre pour obtenir leur place.

Souvent, mes collègues ou mes sources m’ont dit : « Anastasia, personne ne communiquera avec toi sur ce sujet. Oublie cela, n’essaye même pas. Je n’étais pas prise au sérieux. Les sources essayaient de me parler comme si j’étais une écolière », témoigne Anastasia Platonova, journaliste russe à la BBC.

Le conseil d’Anastasia Platonova ? N’écoutez pas ceux qui vous disent que quelque chose est impossible. Servez vous en pour alimenter votre travail.

8. En avant !

Les femmes journalistes d’investigation du monde entier persévèrent dans leur travail en demandant des comptes au pouvoir, bien qu’elles soient la cible de menaces, de discrimination, de haine, de harcèlement et de campagnes de diffamation. Marina Walker Guevara, rédactrice en chef du Pulitzer Center et membre du conseil d’administration du GIJN, résume parfaitement la situation : « Je suis chaque jour émerveillée par les compétences, le courage et la résilience de mes collègues femmes qui posent les questions les plus difficiles dans les endroits les plus difficiles du monde, à un moment où nous en avons le plus besoin. En avant ! »


Holly Pate  est responsable des réseaux sociaux et de l’engagement de GIJN. Auparavant, elle a été directrice des réseaux sociaux et de la sensibilisation pour le projet Outlaw Ocean, un projet de journalisme à but non lucratif. Elle a écrit pour des journaux tels que le New York Times et le Capital News Service.

 

Joanna DeMarco Joanna DeMarco est responsable des médias sociaux du GIJN. Elle travaille dans le journalisme à Malte depuis une dizaine d’années, à la fois en tant que reporter local et photojournaliste indépendante. Son travail a été publié dans des publications telles que Politico Europe, The Washington Post, National Geographic et Der Spiegel.

3 / 20
  GÉNÉRALISTES
Basta
Blast
L'Autre Quotidien
Alternatives Eco.
La Croix
Euronews
Le Figaro
France 24
FTVI
HuffPost
L'Humanité
LCP
Le Media
Le Monde
Libération
Mediapart
La Tribune
 
  INTERNATIONAL
Equaltimes
CADTM
Courrier Europe Ctle
Courrier International
Global Voices
Info Asie
Inkyfada
I.R.I.S
Jeune Afrique
Kurdistan au féminin
N-Y Times
Orient XXI
Of AFP
Rojava I.C
Toute l'Europe
 
  OSINT / INVESTIGATION
OFF Investigation
OpenFacto°
Bellingcat
Disclose
G.I.J.N
 
  MÉDIAS D'OPINION
AOC
Au Poste
Cause Commune
CrimethInc.
Issues
Les Jours
Le Monde Moderne
LVSL
Marianne
Médias Libres
Quartier Général
Rapports de force
Reflets
Rézo
StreetPress
 
  OBSERVATOIRES
Armements
Acrimed
Catastrophes naturelles
Conspis
Culture
Extrême-droite
Human Rights
Inégalités
Information
Internet actu ✝
Justice fiscale
Liberté de Création
Multinationales
Situationnisme
Sondages
Street-Médics
Routes de la Soie
Vrai ou Fake ?
🌓