LePartisan.info À propos Podcasts Fil web Écologie Blogs Revues Médias
Touteleurope.eu
Souscrire à ce flux
Site institutionnel de référence sur les questions européennes

Accès libre Hymnes européens

▸ les 12 dernières parutions

19.04.2024 à 14:43

Elections européennes 2024 : qu’indiquent les sondages pour la France ?

Hugo Palacin

Alors que les principaux partis ont tous désigné leur tête de liste pour mener la campagne électorale, les sondages sur les élections européennes se succèdent. Autant de sources de satisfaction, d’inquiétude, d’espoir ou de mécontentement pour les candidats et les militants engagés dans cette campagne. Pour mieux s’y retrouver parmi les dizaines de sondages sur […]

L’article Elections européennes 2024 : qu’indiquent les sondages pour la France ? est apparu en premier sur Touteleurope.eu.

Texte intégral (4313 mots)

Alors que les principaux partis ont tous désigné leur tête de liste pour mener la campagne électorale, les sondages sur les élections européennes se succèdent. Autant de sources de satisfaction, d’inquiétude, d’espoir ou de mécontentement pour les candidats et les militants engagés dans cette campagne.

Pour mieux s’y retrouver parmi les dizaines de sondages sur les intentions de vote des Français, qui se succèdent en prévision des élections européennes, nous vous proposons cet agrégateur. Il permet de visualiser plus finement l’évolution des intentions de vote des Français, de sondage en sondage, jusqu’au scrutin, le 9 juin.

L’écart se creuse entre le RN et Renaissance

Depuis mai 2023, nous avons recensé 55 études d’opinion dans notre agrégateur de sondages. Des sondages dont la publication s’est intensifiée depuis janvier 2024, permettant d’observer plus finement et sur une période plus condensée l’évolution des intentions de vote pour les différentes listes candidates aux élections européennes. Depuis avril, la publication de nouvelles études d’opinion est quasi quotidienne.

Première observation, la liste du Rassemblement national (RN), menée par Jordan Bardella, a toujours fait la course en tête. Donné aux alentours de 25 % d’intentions de vote en mai 2023, le RN a depuis largement consolidé sa place de leader dans les sondages, dépassant désormais la barre des 30 %. Dans un sondage réalisé début mars pour le Huffington Post, YouGov place même le parti lepéniste à 33 %.

De fait, l’écart avec la majorité présidentielle se creuse, la liste macroniste ne parvenant pas à progresser dans les sondages. Donnée à environ 19 % en mai, elle a entamé une lente remontée de repasser sous la barre des 20 % courant novembre. Depuis, Renaissance et ses alliés baissent peu à peu. L’absence de tête de liste, qui a tardé à être désignée, a semblé jouer en défaveur de la liste présidentielle, créditée mi-avril de 16 % d’intentions de vote par Elabe et Harris interactive, son score le plus faible. Testée depuis fin février dans les sondages, Valérie Hayer est donnée à environ 17,5 % d’intentions de vote.

Le PS se détache

La liste alliant le mouvement Place publique et le Parti socialiste (PS-PP) s’affirme depuis plusieurs semaines comme le troisième acteur de cette campagne. Donnée entre 9 et 10 % d’intentions de vote courant février, elle progresse depuis, atteignant désormais 12,5 % en moyenne. Petit à petit, l’écart avec la majorité présidentielle semble se réduire. Mi-avril, l’institut Harris interactive plaçait la liste menée par Raphaël Glucksmann à 14 %, deux petits points seulement derrière celle de Valérie Hayer (16 %).

Derrière le RN, Renaissance et les socialistes, plusieurs listes se tiennent dans un mouchoir de poche. Depuis les premiers sondages, Les Républicains oscillent entre 7 et 8 % d’intentions de vote, sans vraiment décoller. La France insoumise, sondée au départ aux alentours de 10 %, a depuis chuté dans les études d’opinion et alterne également entre 7 et 8 % en moyenne.

La liste d’Europe Ecologie Les Verts, elle, a longtemps chuté dans les sondages. Au-dessus de la barre des 10 % l’été dernier, les écologistes sont tombés en-dessous des 6 % et peinent désormais à passer les 7 %. Reconquête, enfin, ne décolle pas non plus. Le parti d’Eric Zemmour oscille entre 5 et 7 % d’intentions de vote, sans jamais parvenir à se stabiliser.

Ces 7 listes sont les seuls à être constamment créditées de plus de 5 % des voix dans les sondages, ce qui leur permet d’espérer être représentées dans l’hémicycle européen à l’issue du scrutin. Le Parti communiste français vient ensuite avec 3 % d’intentions de vote en moyenne. Un seuil qui n’est pas qualificatif mais qui demeure important, puisqu’il permet de voir une partie des frais de campagne de la liste remboursée.

Notre méthodologie

Les listes présentes sur cette infographie sont celles qui sont testées dans les études d’opinion des instituts de sondage concernant les élections européennes de 2024. A chaque liste est attribuée une courbe. Celle-ci est obtenue par “rolling” : elle suit la moyenne des cinq derniers sondages en date et évolue donc à chaque nouvelle étude d’opinion publiée. Concrètement, si un parti a obtenu 24 %, 25 %, 26 % et 27 % d’intentions de vote lors des quatre derniers sondages et qu’un nouveau sondage le place à 28 %, sa courbe d’évolution se situera désormais à hauteur de 26 %, ce qui équivaut à la moyenne des cinq sondages.

Cette méthode permet de “lisser” les résultats des sondages successifs et d’éviter de trop grandes variations d’une étude d’opinion à l’autre. La tendance des intentions de vote pour chaque parti permet alors d’être observée plus finement, sur le moyen terme et non à plusieurs instants donnés, offrant ainsi une photographie plus large de l’évolution des intentions de vote des Français aux élections européennes du 9 juin 2024.

Sur l’infographie, les résultats des différentes listes pour chacun des sondages pris en compte sont consultables sous forme de points, au second plan. Ils peuvent ainsi être comparés avec la courbe d’évolution de la tendance d’intention de vote de chaque liste.

Les sondages retenus dans cet agrégateur :

  • 55. Euro-Rolling Ifop-Fiducial pour Le Figaro, LCI et Sud Radio, réalisé du 14 au 18 avril 2024 auprès de 1 376 électeurs.
  • 54 OpinionWay pour CNews, réalisé du 16 au 17 avril 2024 auprès de 1 002 électeurs.
  • 53. Euro-Rolling Ifop-Fiducial pour Le Figaro, LCI et Sud Radio, réalisé du 13 au 17 avril 2024 auprès de 1 364 électeurs.
  • 52. Euro-Rolling Ifop-Fiducial pour Le Figaro, LCI et Sud Radio, réalisé du 12 au 16 avril 2024 auprès de 1 349 électeurs.
  • 51. Harris interactive et Toluna pour Challenges, M6 et RTL, réalisé du 12 au 15 avril 2024 auprès de 2 005 électeurs.
  • 50. Euro-Rolling Ifop-Fiducial pour Le Figaro, LCI et Sud Radio, réalisé du 11 au 15 avril 2024 auprès de 1 326 électeurs.
  • 49. Euro-Rolling Ifop-Fiducial pour Le Figaro, LCI et Sud Radio, réalisé du 9 au 12 avril 2024 auprès de 1 347 électeurs.
  • 48. Cluster17 pour Le Point, réalisé du 9 au 11 avril 2024 auprès de 1 782 électeurs.
  • 47. Ipsos pour Radio France et Le Parisien, réalisé du 10 au 11 avril 2024 auprès de 1 500 électeurs.
  • 46. Euro-Rolling Ifop-Fiducial pour Le Figaro, LCI et Sud Radio, réalisé du 8 au 11 avril 2024 auprès de 1 355 électeurs.
  • 45. Euro-Rolling Ifop-Fiducial pour Le Figaro, LCI et Sud Radio, réalisé du 6 au 10 avril 2024 auprès de 1 343 électeurs.
  • 44. Euro-Rolling Ifop-Fiducial pour Le Figaro, LCI et Sud Radio, réalisé du 5 au 9 avril 2024 auprès de 1 335 électeurs.
  • 43. YouGov pour le Huffington Post, réalisé du 3 au 9 avril 2024 auprès de 1 028 électeurs.
  • 42. Harris interactive et Toluna pour Challenges, M6 et RTL, réalisé du 5 au 8 avril 2024 auprès de 2 018 électeurs.
  • 41. Euro-Rolling Ifop-Fiducial pour Le Figaro, LCI et Sud Radio, réalisé du 4 au 8 avril 2024 auprès de 1 343 électeurs.
  • 40. OpinionWay pour CNews, réalisé du 3 au 5 avril 2024 auprès de 1 509 électeurs.
  • 39. Elabe pour BFM TV et La Tribune Dimanche, réalisé du 2 au 4 avril 2024 auprès de 1 391 électeurs.
  • 38. Harris interactive et Toluna pour Challenges, M6 et RTL, réalisé du 28 au 29 mars 2024 auprès de 1 976 électeurs.
  • 37. BVA Xsight pour RTL, réalisé du 27 au 28 mars 2024 auprès de 1 398 électeurs.
  • 36. Harris interactive et Toluna pour Challenges, M6 et RTL, réalisé du 22 au 25 mars 2024 auprès de 2 027 électeurs.
  • 35. Ifop-Fiducial pour LCI, Le Figaro et Sud Radio, réalisé du 19 au 20 mars 2024 auprès de 1 112 électeurs.
  • 34. Harris interactive et Toluna pour Challenges, M6 et RTL, réalisé du 15 au 18 mars 2024 auprès de 2 124 électeurs.
  • 33. Eurotrack OpinionWay pour Les Echos et Radio Classique, réalisé du 13 au 14 mars 2024 auprès de 1 008 électeurs.
  • 32. Cluster17 pour Le Point, réalisé du 8 au 9 mars 2024 auprès de 1 399 électeurs.
  • 31. YouGov pour le Huffington Post, réalisé du 26 février au 7 mars 2024 auprès de 1 008 électeurs.
  • 30. Elabe pour BFM TV et La Tribune Dimanche, réalisé du 5 au 7 mars 2024 auprès de 1 397 électeurs.
  • 29. Ipsos pour le Cevipof, Le Monde, la Fondation Jean Jaurès et l’Institut Montaigne, réalisé du 1er au 6 mars 2024 auprès de 11 770 électeurs.
  • 28. Ipsos pour Euronews, réalisé du 23 février au 5 mars 2024 auprès de 2 000 électeurs
  • 27. Ifop pour Le Journal du Dimanche, réalisé du 29 février au 1er mars 2024 auprès de 1 111 électeurs.
  • 26. BVA pour RTL, réalisé du 27 au 28 février 2024 auprès de 1 344 électeurs.
  • 25. Odoxa pour Public Sénat et la presse régionale, réalisé du 21 au 22 février 2024 auprès de 939 électeurs.
  • 24. Eurotrack OpinionWay pour Les Echos et Radio Classique, réalisé du 14 au 15 février 2024 auprès de 1 009 électeurs.
  • 23. Elabe pour BFM TV et La Tribune Dimanche, réalisé du 7 au 9 février 2024 auprès de 1 426 électeurs.
  • 22. Ifop-Fiducial pour LCI, Le Figaro et Sud Radio, réalisé du 7 au 8 février 2024 auprès de 1 356 électeurs. Hypothèse retenue pour cet article : “Valérie Hayer tête de liste Renaissance”.
  • 21. YouGov pour le Huffington Post, réalisé du 29 janvier au 7 février 2024 auprès de 1 001 électeurs.
  • 20. Eurotrack OpinionWay pour Les Echos et Radio Classique, réalisé du 17 au 18 janvier 2024 auprès de 1 019 électeurs.
  • 19. Ifop pour Le Nouvel Economiste, réalisé du 16 au 17 janvier 2024 auprès de 1 348 électeurs.
  • 18. YouGov pour le Huffington Post, réalisé du 8 au 15 janvier 2024 auprès de 1 004 électeurs. Dans ce sondage, les résultats des listes Lutte ouvrière (2 %) et Nouveau parti anticapitaliste (2 %) sont distincts. Nous les avons toutefois additionnés sur notre agrégateur, la quasi totalité des autres sondages ne les ayant jamais testés séparément.
  • 17. Ifop pour L’Itinérant, réalisé du 12 au 15 janvier 2024 auprès de 875 électeurs. Hypothèse retenue : “Olivier Véran tête de liste de la majorité présidentielle”.
  • 16. Harris interactive pour Challenges, réalisé du 12 au 15 janvier 2024 auprès de 1 030 électeurs.
  • 15. Cluster17 pour Le Point, réalisé du 13 au 14 janvier 2024 auprès de 1 955 électeurs.
  • 14. Elabe pour BFMTV et La Tribune Dimanche, réalisé du 10 au 12 janvier 2024 auprès de 1 400 électeurs.
  • 13. Odoxa pour Public Sénat et la presse régionale, réalisé du 13 au 14 décembre 2023 auprès de 913 électeurs.
  • 12. Eurotrack OpinionWay pour Les Echos et Radio Classique, réalisé du 13 au 14 décembre 2023 auprès de 1 005 électeurs.
  • 11. Ipsos pour Le Monde et le Cevipof, réalisé du 29 novembre au 12 décembre 2023 auprès de 11 691 électeurs.
  • 10. Ifop-Fiducial pour Sud Radio, réalisé du 8 au 11 décembre 2023 auprès de 1 062 électeurs.
  • 9. Eurotrack OpinionWay pour Les Echos et Radio Classique, réalisé du 15 au 16 novembre 2023 auprès de 1 004 électeurs.
  • 8. Ipsos pour La Tribune Dimanche, réalisé du 9 au 10 novembre 2023 auprès de 1 412 électeurs. Hypothèse retenue : “Stéphane Séjourné tête de liste Renaissance”.
  • 7. Ifop-Fiducial pour Le Figaro et Sud Radio, réalisé du 11 au 12 octobre 2023 auprès de 1 375 électeurs. Hypothèse retenue : “Stéphane Séjourné tête de liste Renaissance”.
  • 6. Ifop-Fiducial pour le Journal du Dimanche et Sud Radio, réalisé du 30 au 31 août 2023 auprès de 1 026 électeurs. Hypothèse retenue : “NUPES listes séparées”.
  • 5. Ifop-Fiducial pour Sud Radio, réalisé du 4 au 5 juillet 2023 auprès de 921 électeurs.
  • 4. Ipsos pour Le Monde et le Cevipof, réalisé du 16 au 26 juin 2023 auprès de 10 631 électeurs. Hypothèse retenue : “NUPES listes séparées”.
  • 3. Elabe pour L’Opinion, réalisé du 19 au 21 juin 2023 auprès de 1 397 électeurs. Hypothèse retenue : “NUPES listes séparées”.
  • 2. Cluster17 pour Le Point, réalisé du 17 au 19 mai 2023 auprès de 1 760 électeurs. Hypothèse retenue : “NUPES listes séparées”.
  • 1. Ifop-Fiducial pour le Journal du Dimanche et Sud Radio, réalisé du 10 au 12 mai 2023 auprès de 1 310 électeurs. Hypothèse retenue : “NUPES listes séparées”.

Les listes testées dans les sondages et leurs sigles :

AR : L’Alliance rurale (liste menée par Jean Lassalle, qui a remplacé Willy Schraen)
Aut. : Autres listes/partis
DLF : Debout la France (liste initialement menée par Nicolas Dupont-Aignan, ayant finalement annoncé son retrait de la campagne des élections européennes)
EAC : Ecologie au centre (liste menée par Jean-Marc Governatori)
EELV : Europe Ecologie Les Verts (liste menée par Marie Toussaint)
EPT : Ecologie positive et Territoires (liste menée par Yann Wehrling)
LFI : La France insoumise (liste menée par Manon Aubry)
LO : Lutte ouvrière (liste menée par Nathalie Arthaud)
LP : Les Patriotes (liste menée par Florian Philippot)
LR : Les Républicains (liste menée par François-Xavier Bellamy)
ND : Nouvelle Donne (liste menée par Pierre Larrouturou)
NE : Notre Europe (liste menée par Jean-Christophe Fromantin)
NPA : Nouveau parti anticapitaliste (liste menée par Selma Labib)
PA : Parti animaliste (liste menée par Hélène Thouy)
PCF : Parti communiste français (liste menée par Léon Deffontaines)
PRG : Parti radical de gauche (liste menée par Guillaume Lacroix, avec Régions et peuples solidaires, et Volt France)
PP : Parti pirate (liste menée par Caroline Zorn)
PS - PP : Parti socialiste et Place publique (liste menée par Raphaël Glucksmann)
Rec. : Reconquête ! (liste menée par Marion Maréchal)
Ren. : Renaissance, avec le Mouvement démocrate, Horizons, le Parti radical et l’Union des démocrates et indépendants (liste menée par Valérie Hayer)
Res. : Résistons ! (liste initialement menée par Jean Lassalle, qui a finalement rejoint la campagne de l’Alliance rurale)
RN : Rassemblement national (liste menée par Jordan Bardella)
UPR : Union populaire républicaine (liste menée par François Asselineau)

L’article Elections européennes 2024 : qu’indiquent les sondages pour la France ? est apparu en premier sur Touteleurope.eu.

19.04.2024 à 14:41

Elections européennes 2024 : qui sont les candidats de la liste Renaissance ?

Hugo Palacin

Qui seront les 81 candidats qui figureront sur la liste de la majorité présidentielle pour les élections européennes du 9 juin ? A moins de deux mois du scrutin, l’interrogation reste entière. En catimini, les stratèges de la macronie finalisent la composition de cette liste, qui devrait être dévoilée en marge d’un grand meeting organisé […]

L’article Elections européennes 2024 : qui sont les candidats de la liste Renaissance ? est apparu en premier sur Touteleurope.eu.

Texte intégral (2538 mots)
Valérie Hayer, 38 ans, sera la tête de liste de la majorité présidentielle pour les élections européennes de 2024 - Crédits : Eric Vidal / Parlement européen
Valérie Hayer, 38 ans, sera la tête de liste de la majorité présidentielle pour les élections européennes de 2024 - Crédits : Eric Vidal / Parlement européen

Qui seront les 81 candidats qui figureront sur la liste de la majorité présidentielle pour les élections européennes du 9 juin ? A moins de deux mois du scrutin, l’interrogation reste entière. En catimini, les stratèges de la macronie finalisent la composition de cette liste, qui devrait être dévoilée en marge d’un grand meeting organisé à la Maison de la Mutualité (Paris), le mardi 7 mai.

Pour l’instant, une seule personne est assurée d’être candidate : la tête de liste, Valérie Hayer. L’eurodéputée, désignée cheffe de file le 29 février dernier, aura la lourde tâche de mener la campagne de la majorité présidentielle jusqu’au scrutin, le 9 juin. Âgée de 38 ans, originaire de Mayenne, elle a été élue pour la première fois au Parlement européen en 2019. Cheffe de la délégation française de Renew Europe, elle est devenue présidente de ce groupe, troisième force politique à Strasbourg, à la suite de la nomination en janvier 2024 de Stéphane Séjourné comme ministre de l’Europe et des Affaires étrangères.

Casse-tête

Pour former leur liste de 81 candidats, les responsables de la majorité présidentielle doivent composer avec une série de contraintes. Celle du renouvellement pour commencer. Parmi les 23 eurodéputés Renew Europe, 18 ont indiqué qu’ils souhaitaient poursuivre leur travail au Parlement européen pour un nouveau mandat. Mais la présence de nouvelles figures, issues de la politique nationale ou de la société civile, pourrait faire reculer certains députés européens à des positions non éligibles sur la liste.

L’autre principale contrainte concerne la répartition des places entre les différentes composantes de la majorité présidentielle. Pas moins de 5 partis sont alliés sous cette bannière commune pour le scrutin de juin : le parti du chef de l’Etat, Renaissance, celui de l’ancien Premier ministre Edouard Philippe, Horizons, le MoDem de François Bayrou, l’Union des démocrates et indépendants (UDI) et enfin le Parti radical. Chaque formation politique bataillera pour placer ses candidats sur la liste, et autant que possible à des positions éligibles qui leurs permettront ensuite d’être représentés au Parlement européen. Un véritable casse-tête.

La liste des candidats de Renaissance

En gras figurent les eurodéputés sortants.

CandidatÂgeProfession/EngagementDépartement
1Valérie Hayer38Députée européenne, présidente du groupe Renew Europe au Parlement européenMayenne (53)
2A définir---
3A définir---
4A définir---
5A définir---
6A définir---
7A définir---
8A définir---
9A définir---
10A définir---
11A définir---
12A définir---
13A définir---
14A définir---
15A définir---
16A définir---
17A définir---
18A définir---
19A définir---
20A définir---
21A définir---
22A définir---
23A définir---
24A définir---
25A définir---
26A définir---
27A définir---
28A définir---
29A définir---
30A définir---
31A définir---
32A définir---
33A définir---
34A définir---
35A définir---
36A définir---
37A définir---
38A définir---
39A définir---
40A définir---
41A définir---
42A définir---
43A définir---
44A définir---
45A définir---
46A définir---
47A définir---
48A définir---
49A définir---
50A définir---
51A définir---
52A définir---
53A définir---
54A définir---
55A définir---
56A définir---
57A définir---
58A définir---
59A définir---
60A définir---
61A définir---
62A définir---
63A définir---
64A définir---
65A définir---
66A définir---
67A définir---
68A définir---
69A définir---
70A définir---
71A définir---
72A définir---
73A définir---
74A définir---
75A définir---
76A définir---
77A définir---
78A définir---
79A définir---
80A définir---
81A définir---

L’article Elections européennes 2024 : qui sont les candidats de la liste Renaissance ? est apparu en premier sur Touteleurope.eu.

19.04.2024 à 13:23

Soupçonnée d’encourager les comportements addictifs, l’application TikTok Lite dans le viseur de la Commission européenne

Aurélia Froloff

“Nouveau coup de pression de la Commission européenne sur le géant chinois TikTok”, entame La Tribune. Mercredi 17 avril, “Bruxelles a en effet réclamé des explications au réseau social sur les risques d’addiction liés au déploiement en France et en Espagne d’un nouveau service rémunérant les utilisateurs qui regardent des vidéos”, poursuit le journal économique. […]

L’article Soupçonnée d’encourager les comportements addictifs, l’application TikTok Lite dans le viseur de la Commission européenne est apparu en premier sur Touteleurope.eu.

Texte intégral (1723 mots)
Thierry Breton a dit vouloir "protéger les mineurs dans le cadre du DSA" après le l'envoi d'une demande d'informations sur l'application controversée TikTok Lite
Thierry Breton a dit vouloir “protéger les mineurs dans le cadre du DSA” après l’envoi d’une demande d’informations sur l’application controversée TikTok Lite - Crédits : Xavier Lejeune / Commission européenne

Nouveau coup de pression de la Commission européenne sur le géant chinois TikTok”, entame La Tribune. Mercredi 17 avril, “Bruxelles a en effet réclamé des explications au réseau social sur les risques d’addiction liés au déploiement en France et en Espagne d’un nouveau service rémunérant les utilisateurs qui regardent des vidéos”, poursuit le journal économique.

La Commission a ainsi donné 24 heures à TikTok, propriété du groupe chinois ByteDance, pour fournir “des détails sur l’évaluation des risques”. Ce que l’entreprise “aurait dû effectuer avant le déploiement de la nouvelle application ‘TikTok Lite’ ”, le 11 avril dernier en France et en Espagne, d’après l’institution. Et cette dernière d’ajouter : “Cela concerne l’impact potentiel du nouveau programme de ‘récompenses’ sur la protection des mineurs et la santé mentale des utilisateurs, en particulier en ce qui concerne la stimulation […] du comportement addictif” [La Tribune]. Les Echos font savoir que la procédure intervient “au titre de la législation sur les services numériques (DSA)”, un règlement européen qui a introduit des exigences de sécurité renforcées pour les utilisateurs des plateformes numériques.

Prime au visionnage

TikTok Lite contient un “programme de récompenses”, permettant “aux utilisateurs de gagner des points en effectuant certaines tâches sur TikTok, telles que regarder des vidéos, aimer du contenu, suivre des créateurs, inviter des amis à rejoindre TikTok” [La Dépêche]. Les points récoltés peuvent ensuite être échangés “contre des cartes-cadeaux sur des sites partenaires, comme Amazon”, ajoute Ouest-France.

L’application est soupçonnée par l’Union européenne d’encourager “un usage excessif de l’application vidéo, déjà accusée d’accaparer l’attention des adolescents et jeunes adultes” [Le Figaro].

De son côté, “le réseau social a rappelé à plusieurs reprises que seules les personnes âgées de 18 ans ou plus pouvaient collecter des points” sur TikTok Lite [Ouest-France]. Pour ce faire il est “nécessaire de fournir un selfie avec une pièce d’identité, un selfie vidéo ou une transaction bancaire”, note la RTBF. Mais le média belge indique que beaucoup considèrent ce système comme facilement contournable. A l’instar d’Anne Cordier, professeure en science de l’information et de la communication à l’université de Lorraine, qui voit dans TikTok Lite “un phénomène de création de dépendance connu et problématique” [RTBF].

TikTok déjà épinglé par la Commission européenne

Des préoccupations ainsi prises en compte par la Commission européenne. “Nous ne ménagerons aucun effort pour protéger les mineurs dans le cadre du DSA, a déclaré sur X le commissaire au Marché intérieur Thierry Breton [Euractiv].

L’application est déjà visée par la Commission qui a “ouvert en février 2024 une procédure formelle contre TikTok, soupçonné d’avoir enfreint la DSA dans des domaines liés à la protection des mineurs, à la transparence de la publicité, à l’accès aux données pour les chercheurs, ainsi qu’à la gestion des risques liés à la conception addictive et au contenu nocif de son application”, détaille La Dépêche.

Dans le cas de TikTok Lite, si des garanties suffisantes n’étaient pas apportées, une enquête pour infraction au DSA pourrait être ouverte. L’application risquerait “une très lourde amende, représentant jusqu’à 6 % de son chiffre d’affaires mondial”, précise Le Figaro. La Commission peut également “imposer des amendes en cas de communication d’informations incorrectes, incomplètes ou trompeuses”, rappelle l’institution [Le Figaro].

Les autres sujets du jour

Défense

Economie

Emploi

Environnement

Guerre en Ukraine

La France et l’Union européenne

L’article Soupçonnée d’encourager les comportements addictifs, l’application TikTok Lite dans le viseur de la Commission européenne est apparu en premier sur Touteleurope.eu.

3 / 12
  GÉNÉRALISTES
Basta
Blast
L'Autre Quotidien
Alternatives Eco.
La Croix
Euronews
Le Figaro
France 24
FTVI
HuffPost
L'Humanité
LCP
Le Media
Le Monde
Libération
Mediapart
La Tribune
 
  EUROPE
Courrier Europe Centle
Euractiv
Toute l'Europe
 
  INTERNATIONAL
Equaltimes
CADTM
Courrier International
Global Voices
Info Asie
Inkyfada
I.R.I.S
Jeune Afrique
Kurdistan au féminin
N-Y Times
Orient XXI
Of AFP
Rojava I.C
 
  OSINT / INVESTIGATION
OFF Investigation
OpenFacto°
Bellingcat
Disclose
G.I.J.N
 
  MÉDIAS D'OPINION
AOC
Au Poste
Cause Commune
CrimethInc.
Issues
Les Jours
Le Monde Moderne
LVSL
Marianne
Médias Libres
Quartier Général
Rapports de force
Reflets
Rézo
StreetPress
 
  OBSERVATOIRES
Armements
Acrimed
Catastrophes naturelles
Conspis
Culture
Extrême-droite
Human Rights
Inégalités
Information
Internet actu ✝
Justice fiscale
Liberté de création
Multinationales
Situationnisme
Sondages
Street-Médics
Routes de la Soie
Vrai ou Fake ?
🌓