flux Ecologie

Associations et collectifs en lutte contre des projets routiers destructeurs.

▸ les 20 dernières parutions

25.05.2024 à 00:06
sosoulala
Texte intégral (3334 mots)

Comme un ricochet de soutien qui fera suite à la grande mobilisation Roue Libre des 8 et 9 juin contre l’A69 avec La Voie Est Libre et Les soulèvements de la terre, la coalition



La déroute des routes appelle à se mobiliser pour imaginer et expérimenter ensemble un monde libéré du bitume.



 Le défi : occuper, bloquer, transformer en grande fête, en pique-nique, en jardin d’enfants, en forêt ou en prairie, des routes déjà existantes !A la place des champs, des forêts, des rivières, des montagnes, la route s'impose comme une évidence alors même qu'elle n'est que le résultat de choix politiques dépassés. Et si on réclamait les rues, l’espace ? Et si on imaginait l'après routes ?

 Le tout routier déforme nos paysages, sectorise nos vies, dans un pays au réseau routier parmi les plus denses d’Europe. Leurs routes nous imposent un modèle, celui du monde géré comme un entrepôt logistique.

 Chaque année, ce sont plus de 15 MILLIARDS qui sont investis pour l’entretien des routes. De l’argent qui va directement dans les poches des géants du BTP, robinet toujours ouvert pour enrichir les mêmes entreprises qui bétonnent toujours plus de terres pour construire de nouvelles routes.

Fini de dilapider sans compter l'argent public pour en faire du bitume ! Nous réclamons l'adoption d'un moratoire pour geler les plus de 70 projets routiers en cours et une réflexion sur le démantèlement des infrastructures.

Et si on refusait le récit de la route qui libère, pour habiter nos lieux de vie plutôt que de les traverser ?

 Du 17 au 23 juin, mettons les routes en déroute !




Rejoignez les mobilisations existantes


Terres de luttes Naturalistes Des Terres FUB Fédération SUD-Rail GCOnonmerci Stop RN88 - La Lutte des Sucs Non à l'autoroute A133-A134 Collectif des opposants à la déviation du Faouët Kenn Strass Meh NON au LIEN SOS Oulala  Alternatives à la déviation routière de Saint Peray Non à un Contournement Nord de Maubeuge destructeur Non à l'autoroute A154-A120 A31 bis: non au Contournement Ouest de Thionville Non au contournement de Murat Non à la Rocade Nord de Fougères Non à l'A104Bis / Rd30-Rd190 RD775, le collectif qui tient la route! Collectif Non à la Nouvelle Route du Littoral Collectif 924 Collectif Anti-LEO Avignon Collectif Assez Collectif PUMA : Pour Une Autre Mobilité à Avignon Collectif de Défense Axes Sud Normandie Reporterre, le média de l'écologie ACPAT Les Pyrénées re-belles ANVII Béarn - STOP Déviation Oloron Bien vivre en Vallespir - le pont de trop . Brut nature FR Bloque Ton Périph Caveirac Vaunage Contre l'échangeur autoroutier Drôme-Provençale Confédération paysanne Changeons d'Avenir Agis ta Terre, pensez environnement pour Châteaubourg Extinction Rebellion France Groupes Locaux de Extinction Rebellion Groupe National de Surveillance des Arbres ZAD du Moulin / Grand Hamster - Non GCO INATN (INTERCOLLECTIFS NON A L'AUTOROUTE A31 bis, TRONCON NORD) Non à la jonction EST, oui à des alternatives Luttes Locales Centre Vert, le média qui annonce la couleur Axe vert de La Ramée Vivresansbip Vitré Tuvalu Vent de luttes entre Vosges et Rhin


Ecrivez nous à laderoutedesroutes@riseup.net pour participer !

17.04.2024 à 19:05
sosoulala
Texte intégral (1504 mots)

Mercredi 10 avril, le ministre de l'écologie Christophe Béchu a présenté sa liste de projets "d’intérêt national ou européen", qui bénéficieraient d'un "droit à artificialiser" spécial et national.Cette liste de projets d'envergure totalise 424 projets. Elle est décomposée en deux sous-listes : une première sous-liste totalise 167 projets couvrant une surface de 11 900 ha; ce montant est très proche du forfait total de 12 500 ha autorisé par la loi n° 2023-630 du 20 juillet 2023.  La deuxième sous-liste comptabilise 257 projets supplémentaires dont les surfaces ne sont pas spécifiées. En clair, une nouvelle loi viendra actualiser les surfaces vouées à la bétonisation pour autoriser la mise en oeuvre des 257 autres projets décidés de longue date et C. Béchu ne s'en cache pas : « Je l'ai toujours dit, le forfait de 12.500 hectares pourra être dépassé. Il est évolutif, et sera remis à jour chaque année pour intégrer les nouveaux projets. Je partage la vision de Bruno Le Maire sur la réindustrialisation de la France, qui est bonne pour l'économie mais aussi pour l'écologie : elle évite de délocaliser des émissions de gaz à effet de serre et crée la richesse qui permettra de financer la transition écologique. »(Les Echos, 10 avril 2024).


Crédit photo : La Voie est Libre (A69)

Au nom de l'envergure nationale et européenne, les terres des projets industriels sortent du décompte de l'artificialisation du sol au niveau régional ou local pour être comptabilisées au niveau national dans le cadre d’un forfait déterminé à cet effet.

La loi "Climat et résilience » ( loi n° 2021-1104 du 22 août 2021) est vidée de son sens. L’objectif de « zéro artificialisation nette des sols » (ZAN) en 2050, avec un objectif intermédiaire de réduction de moitié de la consommation d’espaces naturels, agricoles et forestiers sur la période 2021-2031 par rapport à la décennie précédente, est uniquement retenue dans les principes généraux. En pratique, ce qui prime c'est de construire, de croître pour détruire et reconstruire à nouveau : le cercle vertueux de la croissance-destructrice est consacré par nos gouvernants. Malgré la loi climat, malgré les rapports des scientifiques, malgré l'évidence des ruptures écologiques en cours, nous continuons à répéter le vieux modèle de croissance-destruction des années 1960.


Nos collectifs dénoncent un choix politique irresponsable qui démontre à nouveau la priorité du gouvernement : donner aux intérêts privés un droit à polluer toujours plus important, au détriment des terres naturelles, agricoles ou forestières  et des populations concernées - qui rejettent localement et massivement ces projets.  


Car quand on étudie cette liste, le constat est sans appel : le gouvernement privilégie avant tout la délocalisation et le transport de marchandises toujours plus loin, au détriment de l'écologie, de la santé, de l'éducation et de la relocalisation des activités. Aucun bâtiment de service public, hôpital, université ne figure dans cette liste d'envergure. Ils seront eux dans les comptes de la ZAN et entreront en concurrence avec les logements et le privé qui vont pousser.



Les domaines prioritaires sont d'abord les infrastructures (52%), puis l'industrie dont le nucléaire (30%), les aménagements d'Opérations d'Intérêt National (12%) et la défense nationale dont le pénitentiaire (6%). Tous les projets sont portés par les grands consortium privé-public et visent l'industrialisation et la croissance rapide. Aucun choix d'investissement national ne porte sur les alternatives de transition écologique.


Les aménagements d'infrastructure sont destinés à accroître la vitesse de déplacement et à déployer les activités industrielles et les zones d’entrepôts logistiques : axes ferroviaire à grande vitesse de Bordeaux-Toulouse et de Lyon-Turin, Canal Seine Nord Europe, extension de l'aéroport de Nantes-Atlantique,  réseau de transport public du Grand Paris ou encore aménagements des grands ports de Dunkerque, HAROPA ou Marseille en témoignent.

Les projets routiers figurant dans la liste 1 des projets d'envergure nationale consomment à eux seuls 3 220 ha de terres selon les chiffres du ministère et ils visent à aller plus vite, plus loin :

Les trois premiers du palmarès des surfaces consommées à venir sont :

  •  l'A154-A120 raliant Rouen à Orléans via Dreux, Chartres avec 576 ha,

  • le contournement de Rouen, avec 470 ha,

  •  l'A69 avec 353 ha.



Viennent ensuite les contournements et les doublements de voies :

  • Les séries de contournements métropolitains nécessaire pour inter-connecter les réseaux de flux de marchandises : LEO à Avignon, le COM à Montpellier, les contournements de Rouen, Nîmes ou de Martigues.

  • Les doublements de voies nationales (RN88, RN177, RN 12 etc). Pour la région Centre Val de Loire, 7 projets dont les 3/4 rien que pour l'A154..

Là aussi ces projet accroissent les distances à parcourir !

Nos collectifs unis dans la Déroute des Routes dénoncent ces procédés de classification qui nuisent à la compréhension des enjeux. Ils constatent que les surfaces annoncées sous-estiment l'emprise des projets : des écarts allant du simple au double existent entre les chiffres du ministère et ceux des études d'impact. La sous-estimation systématique est une pratique courante que ce soit pour les émissions carbone, le trafic induit ou l'artificialisation des sols, et nous la dénonçons.


Qualifier ces projets d'envergure c'est omettre l'évaluation de leurs impacts écologiques négatifs. Les routes accélèrent les flux de marchandises et de camions sur les grands axes internationaux et elles intensifient le développement rapide des zones d'entrepôts logistiques. Le stock de routes ne cesse de grandir et nos ressources naturelles s'épuisent.

Les projets routiers ne sont pas d'intérêt public majeur.


Nous appelons collectivement à un moratoire sur les nouveaux projets routiers et ce au nom de la défense des générations futures et des biens communs.


Une procédure de consultation publique sur la liste des projets d'envergure nationale et européenne est ouverte par le gouvernement jusqu'au 2 mai prochain par le Ministère de la Transition Ecologique.

N'hésitez pas y contribuer et à nous signaler les écarts entre les paroles et les gestes que vous constaterez !


A suivre !


17.04.2024 à 14:26
sosoulala
Lire plus (487 mots)


Pourquoi la condamnation de la Suisse est "un coup de tonnerre"

Reporterre, 9 avril 2024

La Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) a condamné le 9 avril la Suisse pour violation de la Convention des droits de l’Homme. L’État helvète était attaqué en justice pour inaction climatique par l’association Aînées pour la protection du climat, regroupant 2 500 femmes de plus de 64 ans. Victoire pour les Aînées pour la protection du climat.

Ecouter le Podcast : La Suisse condamnée pour inaction climatique : c'est de la dynamite ? France culture, 14 avril 2024 (24 minutes)



Le tribunal annule l'autorisation de construire une route....
France 3-Hauts de France, 9 avril 2024

Le jugement est limpide : "aucune raison impérative d'intérêt public majeur (...) ne justifie la dérogation accordée à la commune de Pont-Sainte-Maxence". La dérogation préfectorale de 2021 est donc annulée.



Notre Affaire à tous attaque au Conseil d'Etat la circulaire du 31 janvier 2024 sur la limitation de l'articialisation des terres.

Notre affaire à tous, le 4 avril 2024

"L' action vise à obtenir l’annulation de la marge des 20 % prévue par cette circulaire, afin de contraindre les collectivités territoriales à s’inscrire dans le cadre fixé par la loi et dès lors de rendre effectifs les outils juridiques de lutte contre cette artificialisation." Affaire en cours !


3 / 20

Reporterre
Bon Pote
Actu-Environnement
Amis de la Terre
Aspas
Biodiversité-sous-nos-pieds

 Bloom
Canopée
Décroissance (la)
Deep Green Resistance
Déroute des routes
Faîte et Racines
Fracas
France Nature Environnement AR-A
Greenpeace Fr
JNE

 La Relève et la Peste
La Terre
Le Sauvage
Limite
Low-Tech Mag.
Motus & Langue pendue
Mountain Wilderness
Negawatt
Observatoire de l'Anthropocène

  Présages
Terrestres
Reclaim Finance
Réseau Action Climat
Résilience Montagne
SOS Forêt France
Stop Croisières

  350.org
Vert.eco
Vous n'êtes pas seuls

 Bérénice Gagne