flux Ecologie

Par wilderness, on entend cet environnement d’altitude, où tous ceux qui le désirent peuvent encore faire l’expérience d’une rencontre directe avec les grands espaces, et y éprouver en toute liberté la solitude, les silences, les rythmes, les dimensions, les lois naturelles et les dangers

▸ les 10 dernières parutions

05.08.2022 à 07:15

Installations Obsolètes : Cervières 6e édition !

DELAITTRE Cécile
Texte intégral (2452 mots)

JPEG - 324.6 ko

Le week-end du 30 et 31 juillet, 54 bénévoles pleins d'énergie, de motivation et d'enthousiasme se sont retrouvés à Cervières. Ils ont tous répondu présent à l'appel de Mountain Wilderness pour participer à ce 6e chantier de démantèlement et d'évacuation d'Installations Obsolètes organisé sur cette commune. Après l'alpage de Peyre Moutte (2019 et 2020), la cabane des douaniers (2020), le lac de Sarailles (2021) et le sommet du Chenaillet (2021), c'est au tour du secteur s'étendant de l'Alp du Pied à l'ancien Fort du Gondran d'être libéré de tonnes de barbelés et autres ferrailles constituant la ligne Maginot qui protégeait la France jusqu'à la fin de la seconde guerre mondiale.

UNE PRÉPARATION MINUTIEUSE

L'implication des acteurs locaux de Mountain Wilderness dans le briançonnais a de nouveau été remarquable. C'est une veille constante, que ce soit lors des sorties quotidiennes en montagne ou bien lors des sessions de repérage, qui a permis de recenser tous les équipements militaires qui n'ont plus leur place en montagne. Enregistrement des coordonnées GPS, évaluation du poids, du temps et du nombre de personnes nécessaires, demande d'autorisations aux autorités compétentes, préparation du matériel, organisation du logement et des repas… Un chantier IO ne s'improvise pas !

JPEG - 117.2 ko

BRASSAGE GÉNÉRATIONNEL ET TRANSMISSION DE COMPÉTENCES

Sur les 54 bénévoles présents ce week-end, une vingtaine participait pour la première fois à un chantier de ce type. C'est l'occasion de faire découvrir l'association et ses missions, mais aussi un autre aspect de la montagne, et une autre manière de la pratiquer. Comme à l'accoutumée, les bénévoles sont des locaux et sont venus des quatre coins de la France : Grasse, Saint Malo, Alsace, Savoie, Isère, Drôme… Afin d'être fidèles aux principes de la campagne Changer d'Approche, un covoiturage performant a été organisé, certains sont venus en train, d'autres à vélo, ou bien ont profité de l'occasion pour rester en vacances plusieurs jours dans le secteur afin de rentabiliser le trajet. Ce chantier a aussi été l'occasion de désigner de jeunes chefs d'équipes sur les différents secteurs, qui ont été épaulés par les piliers des chantiers MW afin de transmettre connaissances et compétences.

DU BARBELÉ, DES CORNIERES, DES BOITES DE CONSERVES

Le but du week-end était d'évacuer des installations principalement militaires. Constituée de places fortifiées, comme le Fort du Gondran, et de kilomètres de lignes de barbelés disséminés, la ligne Maginot protégeait la France de l'invasion italienne jusqu'à la fin de la seconde guerre mondiale. Les barbelés, rouillés, partiellement déplacés au fil des époques, sont partout : visibles, enterrés, intimement liés aux genévriers qui ont poussé dessus. C'est un dur labeur de les extraire, les découper et les compacter afin de former des « cocons » de 450 kg en moyenne, qui pourront être évacués dans la vallée puis recyclés par un ferrailleur. Les cornières qui maintenaient les barbelés ne sont également pas simples à déterrer. De vieilles boîtes de conserve de l'époque de l'occupation de ces places fortes sont aussi ramassées. Au total, 6,2 tonnes de ferrailles ont pu être arrachées à la montagne ce week-end.

JPEG - 117.4 ko

UNE BELLE SOIRÉE SAMEDI

Après une longue première journée, tous les participants ont été heureux de pouvoir se rafraîchir dans le Torrent de la Cerveyrette, avant de se rafraîchir avec l'apéritif offert par Azimut, l'agence locale de séjours sportifs en montagne. Un repas végétarien indien a ensuite régalé tout le monde, le tout en musique grâce au groupe Saxacordes.

LA VISITE DE L'OUVRAGE FORTIFIÉ DES AITTES

L'association des Aittes a organisé lundi matin une visite de l'ouvrage fortifié prolongeant le mur des Aittes, et construit entre 1930 et 1938 dans la montagne du Lasseron. Le dialogue avec ces passionnés d'histoire permet de comprendre l'organisation de la défense française à cette époque, et de mettre des explications sur tous les éléments que l'on retrouve en montagne. Des rouleaux de barbelés « intacts » ont d'ailleurs été récupérés et donnés à l'association afin qu'ils reconstituent une ligne de protection autour de l'ouvrage des Aittes pour transmettre ce patrimoine historique aux générations futures.

JPEG - 111.1 ko

CHIFFRES CLÉS DES OPÉRATIONS MENÉES PAR MW

-A Cervières : 6 chantiers depuis 2019 et près de 44 tonnes évacuées / 295 participants durant 14 jours de travaux sur site
-Dans les Hautes-Alpes : 13 chantiers depuis 2013 et 106 tonnes évacuées / 568 participants durant 28 jours de travaux sur site
-Dans les massifs de France : depuis 2001, Mountain Wilderness a mobilisé quelques 2 700 joyeux colibris pour un résultat de 578 tonnes prélevées dans les différents massifs, qu'ils en soient tous remerciés pour ces beaux moments passés ensemble à regagner un peu de wilderness.

-Découvrez une sélection de photos du chantier
-Visionnez la vidéo réalisé en 2020 à Cervières par Vincent Martin - Photomavi

LA REVUE DE PRESSE

-Cervières : opération d'envergure pour nettoyer la montagne | Le Dauphiné Libéré - 31 juillet 2022
-Mountain Wilderness : un nouveau et dernier chantier de nettoyage à Cervières | Le Dauphiné Libéré - 1 août 2022

ALLER PLUS LOIN

-Les étapes d'une opération de démontage d'un aménagement abandonné en montagne
-La campagne Installations Obsolètes : PDF - 159.8 ko Installations Obsolètes et Patrimoine et PDF - 151.2 ko Les étapes d'une opération de démontage d'un aménagement abandonné en montagne
-La brochure "La montagne, respectons-la PDF - 1.7 Mo La montagne, respectons-la | Les installations obsolètes et contactez-nous pour obtenir des exemplaires papier à diffuser !
-La vidéo "Installations obsolètes - Agissez avec MW" https://vimeo.com/126490220
-Participez au recensement des aménagements abandonnés : installationsobsoletes.org

La campagne des Installations obsolètes en montagne est gérée grâce à un groupe bénévole qui prépare les actions à mener et se répartit les tâches de toutes natures. Rejoignez-nous !
Envoyez un mail à io@mountainwilderness.fr

MERCI A NOS PARTENAIRES POUR LEUR SOUTIEN

Ce chantier a été monté en partenariat avec le CPIE Haute Durance, le CBGA, l'AESC, les accompagnateurs et le Groupement pastoral de l'Alp Coutier Ovins. Avec l'aide et les autorisations de la commune de Cervières, l'accord des services de l'architecture et du patrimoine, de l'Association patrimoine fortifié briançonnais, l'association Les Aittes et des autres autorités concernées. Grand merci à l'entreprise Uvex-Heckel pour le dons de matériel d'équipement individuel et de protection.

JPEG - 59.5 ko

26.07.2022 à 17:00

Une nuit en refuge sur le massif de Belledonne

Maxime
Texte intégral (1328 mots)

PNG - 330.6 koAprès une première nuit en montagne à la Bastille le mois dernier, c'est au refuge de la Pra à plus de 2000 mètres d'altitude que le groupe de 10 randonneurs a réitéré l'expérience le 23 juillet dernier. Une expérience grandiose, autour d'une longue et belle marche dans les hauteurs de Belledonne !

UN DÉPART DE CHAMROUSSE ET UN RETOUR AUX SEIGLIÈRES

PNG - 189.9 koLe rendez-vous est donné à 11H50 samedi matin, pour un départ à bord du car Région T87
à 12H20 de la gare de Grenoble. Le groupe arrive à Chamrousse 1650 à 13H30. Le trajet en mobilité douce se termine par la télécabine, prise du bas de la station jusqu'à la croix de Chamrousse à 2250 mètres d'altitude.

Au retour, le groupe d'aventuriers récupère le même car qu'à l'aller aux Seiglières à 14h10 le dimanche. Arrivée à la gare de Grenoble une petite heure après, à 15H07.

UN PARCOURS EXIGEANT ENTRE LACS ET CASCADES

Après un départ de Grenoble un peu précipité, le groupe fait connaissance en bas de Chamrousse, le temps d'un pic-nic partagé. L'arrivée à la croix de Chamrousse est ensuite l'occasion pour notre accompagnateur Julien Schmitz d'expliquer au groupe l'itinéraire, et de montrer les sommets alentours : des montagnes de la Chartreuse à la Meige, la vue est magnifique !

La randonnée débute par une grande descente jusqu'aux lacs Roberts et se poursuit par une ribambelle d'autres lacs : le lac Léama et sa teinte turquoise, puis le bien-nommé lac Longet, qui semble s'étendre à perte de vue. Le tout dans une atmosphère de haute montagne. Une formidable occasion pour les participants de se rafraichir sous la forte chaleur.

Après 3H30 de marche, l'arrivée au refuge de la Pra est largement appréciée. Après un rapide repérage des lieux, il est déjà temps de passer à table. Au menu : de la soupe aux lentilles, puis une poêlée de légumes et enfin un gâteau noix de coco/chocolat. La soirée se poursuit par des parties de Uno et de Puissance 4, ponctuées de coups d'oeil au somptueux coucher de soleil.

PNG - 76.9 koLe lendemain, le réveil sonne à 7H15. Après un petit-déjeuner copieux au refuge, c'est reparti direction les Seiglières. Une première pause s'impose par la rencontre avec un triton : l'occasion pour Julien de parler de cette espèce et d'expliquer l'importance de sa protection.

La descente se poursuit par une baignade dans le lac Merlat, au pied du Grand Colon. Un rafraichissement idéal pour aborder la forte descente qui mène à l'impressionnante cascade de l'Oursière. Après plus de 1000 mètres de dénivelée dans les pattes, il est temps pour le groupe d'arriver aux Seiglières, les jambes lourdes mais le sourire aux lèvres !

PAROLES DE PARTICIPANTS

  • "Ça me fait rêver la montagne, c'est immense !", Djaïda
  • "C'est ma meilleure nuit depuis très longtemps", Madjid

EN SAVOIR PLUS

-Participez avec nous aux prochaines expéditions
-Échappez-vous depuis Grenoble : PDF - 5.3 Mo 10 idées de sorties montagne sans voiture en Isère
-Pour plus d'informations sur la campagne : changerdapproche.org
-Téléchargez les horaires de la ligne T87

22.07.2022 à 10:25

Bruno nous a quittés

DELAITTRE Cécile
Texte intégral (1418 mots)

JPEG - 188.6 ko

Grimpeur passionné, amoureux de la montagne, Bruno Peronne était à la fois investi dans la formation aux pratiques de la montagne [1] et très impliqué dans sa protection. Au point de devenir président de Mountain Wilderness France lors de l'Assemblée générale de décembre 1997 à Passy (74).

Malgré un métier très prenant, qui le faisant voyager un peu partout dans le monde, à une époque où les échanges de documents se faisaient par courriers postaux et par fax, il s'est investit à fond, quotidiennement, dans la gestion de l'association. Bruno s'engagea également sur de gros dossiers tel que la lutte contre les poids-lourds en montagne. Il est resté président, bienveillant et toujours à l'écoute, de MW France jusqu'à son terrible accident du dimanche 18 juillet 1999. Redescendant d'une course où il venait de conduire deux cordées, dans le secteur de la fissure d'Ailefroide en Oisans, Bruno a été était emporté par un éboulement de rochers. Souffrant de traumatismes multiples, hospitalisé à Grenoble sous un pronostic réservé, il s'en était sorti sans toutefois retrouver l'ensemble de ses capacités. François Labande avait alors assuré la présidence par intérim de notre association.

Bruno est mort tranquillement dans son sommeil le 13 juin dernier.
Michel Fourcade et Jean-Alix Martinez, deux des piliers de Mountain Wilderness engagé avec Bruno, lui rendent ici hommage.

HOMMAGE À BRUNO

Par Michel Fourcade

Nous venons d'apprendre le décès de Bruno Peronne, ancien président de Mountain Wilderness France, le 13 juin dernier.

Sa chute en escalade à Ailefroide l'avait laissé très diminué. Bruno avait dû arrêter ses activités professionnelles et associatives en raison de son handicap.

Habitant en région parisienne, il avait rejoint récemment sa mère dans une institution près de Saint-Germain en Laye.

Ayant rejoint Mountain Wilderness, peu après la création de sa section française, Bruno s'était dévoué totalement à son engagement y faisant la preuve de ses qualités de disponibilité et d'enthousiasme créatif, ses rapports avec ses « coéquipiers » étant marqués par sa générosité, son ouverture d'esprit et une grande gentillesse.

Parmi ses nombreuses actions, au sein de notre mouvement, je retiendrai en particulier, la période de sa présidence de la section Île de France de MW et sa participation à la rédaction, avec le regretté Paul Thomas et moi pour MW, du « Livre blanc sur les transports internationaux en montagne » publié en 1998.

Pendant sa présidence de MW je me souviendrai de son rôle dans l'opération Mont-Blanc 2000, organisée à Chamonix au mois d'août 1998. A cette occasion, Bruno, Gilles Privat et Stéphane Bauzac, tous administrateurs de MW, avaient conduit au sommet du mont Blanc des parlementaires des trois pays pour les sensibiliser à la protection du massif.

Nous n'oublierons pas le sympathique Bruno.

ADIEU L'AMI !

Par Jean-Alix Martinez, Président d'Honneur de Mountain Wilderness France

Peu de temps après la création de Mountain Wilderness France en 1988, Bruno Peronne s'est investi dans le mouvement. Le groupe de Paris, autour de Michel Fourcade et de Paul Thomas s'avère très actif en actions et études, notamment à propos des transports, spécialité de Bruno. Parallèlement le groupe de Grenoble se renforce autour de Bernard Amy, de François Labande et de la section d'Albertville.

Survient une période trouble de difficultés diverses qui nécessite le transfert à Grenoble en 1995 du siège de MW. Grâce à l'action du groupe de Paris très présent, les difficultés vont s'estomper avec à un plan d'action ambitieux sous la conduite de Michel Fourcade avec l'aide de Bruno Peronne ; je les accompagnais en tant que secrétaire général de l'association. L'arrivée comme coordinatrice de Carmen, très professionnelle, permit d'aider et d'encourager les bénévoles. MW était sauvé !

Pour moi Bruno Peronne était surtout un ami.
L'ayant pendant de longues années écouté au téléphone dont il usait abondamment, j'ai eu le plaisir de le rencontrer enfin en 1994. C'était à l'occasion du nettoyage du Pic Mary dans le Cantal, effectué au cours d'une réunion avec de nombreux participants sous la conduite des adhérents locaux, notamment Bruno Auboiron et Claude Bonnet.

Depuis nous avons vécu d'autres aventures. Ainsi comme Bruno s'occupait des transports, je l'avais conduit au sommet de l'Eperimont près de Grenoble car il souhaitait faire des photos du chantier de l'autoroute du Trièves.
En 1998 il m'avait accompagné à Venise pour un Bureau de MW international. Nous
avion été reçus avec un accueil somptueux digne de la ville. Cependant Bruno et moi avions réussi une escapade pour visiter la ville ancienne hors touristes. Suite à une grève, le TGV Italie- France nous fait défaut et nous avons bien galéré pour rentrer à Grenoble !

En 1997, ce fut sans doute une de nos dernières sorties en montagne, nous avions décidé de bivouaquer au sommet du Mont Aiguille, une nuit enchanteresse .

Parlons enfin de ce malheureux accident d'escalade à Aillefroide. Bruno, dans un coma profond, était soigné dans un hôpital de Grenoble. Durant de longues semaines, je lui rendais visite, et je lui parlais espérant une réaction qui ne venait pas. Sauf une fois, se réveillant soudain, il me dit « bonjour Jean Alix ». Vous imaginez mon émotion… je crois que j'en ai pleuré.
Bruno survécut mais il n'était plus le joyeux compagnon que j'avais connu.
Ainsi va la vie…


[1] Bruno était membre d'Honneur au CIHM — le Club Inter-sports et de Haute Montagne

 Écologie

 ReporterreActu-EnvironnementAmis de la TerreAspasBiodiversité-sous-nos-pieds

 Bloom Canopée Deep Green Resistance Faîte et Racines Fne-Rhône-Alpes Greenpeace Fr

 La Relève et la Peste Momentum JNE Limite Libre Evolution Mountain Wilderness Le Mouvement Negawatt LePartage Présages

Terrestres Reclaim Finance Réseau Action Climat SOS Forêt France Stop Croisières

350.org Revue Sauvages Vert.eco  Vous n'êtes pas seuls We Demain