LePartisan.info À propos Podcasts Fil web Écologie Blogs Revues Médias
observatoire des sondages
Souscrire à ce flux

▸ les 10 dernières parutions

10.04.2024 à 12:45

CNews : « couvrez ces candidats que je ne saurais voir »

Si les chiffres parlent rarement d'eux-mêmes parmi les méthodes visant à faire dire à un sondage (quels que soient ses biais) ce qu'il ne dit assurément pas il en existe une, élémentaire, rudimentaire, donc facile à démonter, à voir en l'occurrence. Cacher les résultats qui déplaisent.
Le rôle de la chaine de télévision Cnews comme agent d'influence en matière électorale comme dans d'autres n'est un secret pour personne ou presque. Comme de bien entendu les sondages même lorsqu'ils ne sont pas conçus par le (...)

- Européennes 2024 / , , , , , ,
Lire plus (313 mots)

Si les chiffres parlent rarement d'eux-mêmes parmi les méthodes visant à faire dire à un sondage (quels que soient ses biais) ce qu'il ne dit assurément pas il en existe une, élémentaire, rudimentaire, donc facile à démonter, à voir en l'occurrence. Cacher les résultats qui déplaisent.

Le rôle de la chaine de télévision Cnews comme agent d'influence en matière électorale comme dans d'autres n'est un secret pour personne ou presque. Comme de bien entendu les sondages même lorsqu'ils ne sont pas conçus par le sondeur du groupe Boloré, CSA, font partie de sa panoplie de manipulateur. Parmi les résultats du baromètre OpinionWay-européennes 2024 commandé par la chaine les scores des listes socialiste (dirigée par R. Glucksmann) et écologiste (dirigée par M. Toussaint) n'ont pas été diffusés à l'antenne, cf. l'infographie ci-dessous.

JPEG - 24.3 ko

Le parti socialiste et EELV ont l'un et l'autre saisi l'Arcom et la commission des sondages estimant que Cnews avait violé sciemment (une fois de plus) son obligation de sincérité dans l'information diffusée.

La commission doit donc se prononcer sur cette violation indubitable de la loi de 1977. Malgré son indolence proverbiale et sa passivité bienveillante à l'égard des sondeurs et de leurs multiples atteintes à la loi, on imagine, pour l'instant, difficilement qu'il en soit de même vis-à-vis de l'extrême droite, mais...

A suivre.

19.03.2024 à 15:02

Une fumisterie politologique « est-elle une information comme une autre » ?

Devenu en deux décennies à peine l'épouvantail de la vie politique française, le FN rebaptisé RN n'en finit plus d'obséder et d'exciter sondeurs et journalistes. On ne compte plus les prédictions de victoire électorale de l'extrême droite tout scrutin confondu, y compris hors contexte électoral. Celle de M. Le Pen à la présidentielle de 2027 vient à peine de sortir du faitout de l'Ifop, que celle du RN à l'Assemblée nationale, cuisinée par Ipsos, vient remplir les gamelles de la presse. Sondage confidentiel (...)

- La fabrique des sondages / , , , , , , ,
Texte intégral (2164 mots)

Devenu en deux décennies à peine l'épouvantail de la vie politique française, le FN rebaptisé RN n'en finit plus d'obséder et d'exciter sondeurs et journalistes. On ne compte plus les prédictions de victoire électorale de l'extrême droite tout scrutin confondu, y compris hors contexte électoral. Celle de M. Le Pen à la présidentielle de 2027 vient à peine de sortir du faitout de l'Ifop [1], que celle du RN à l'Assemblée nationale, cuisinée par Ipsos, vient remplir les gamelles de la presse. Sondage confidentiel celui-là, commandé par LR mais éventé avec gourmandise par L'Obs, vite rejoint, entre autres, par BFMTV, le Huffington Post, le JDD...« bien sûr ». Un engouement guère surprenant mais néanmoins déplorable tant les ingrédients qui le composent sont impropres à la consommation, au bas mot pourris, une vaste fumisterie, de la désinformation en bonne et due forme.

Les sondeurs et la presse étant parvenus à instaurer un régime de campagne électorale quasi-permanent et en convaincre la majorité des politiques, la date des scrutins n'est plus un facteur discriminant. Tous les prétextes sont bons pour se perdre en conjectures. La probabilité, la vraisemblance, la possibilité quand elles sont évoquées ou discutées ne sont que des leurres. Les hypothèses impossibles constituent la meilleure illustration, la preuve de cette addiction pour les scrutins imaginaires, les contrefaçons et plus généralement le "toc" dans la vie politique (Cf. Hypothèses impossibles : revirement de jurisprudence ; Campagne et pollution : le « petit jeu » des hypothèses impossibles).

De la rumeur

Sur le contexte proprement dit, que l'absence de majorité absolue du camp présidentiel et l'hostilité du groupe LR - plus marquée lors des débats sur le projet de loi sur l'immigration - aient éveillé opportunément de-ci de-là des craintes ou des espoirs d'une dissolution n'en faisaient pas pour autant une hypothèse sérieuse. Du moins en décembre 2023, au moment du sondage. Tout au plus une vague rumeur, "« des bruits de chiottes » de la capitale" que le distingué et fort connu professeur de science politique, Maurice Duverger, évoquait dans ses cours d'amphis. Sauf peut-être pour le politicien qui croit conformément à la formule liturgique que "prendre le pouls des Français" en les sondant est possible et pertinent [2], a fortiori sur "des bruits qui courent". La misère intellectuelle des politiciens contemporains n'est certes plus à démontrer, même si le choix initial de confidentialité peut laisser supposer la prudence du commanditaire. Ipsos a-t-il offert ce sondage, comme le font parfois les sondeurs ? Un "geste commercial" auquel s'adonne tout commerçant désireux de s'attirer les faveurs de clients potentiels ou existants. Rien de cet ordre n'a filtré. Si LR a acheté ce sondage, le parti a donc de l'argent pour se payer des fake news.

Si l'Obs prétend avoir eu accès à l'ensemble des résultats il n'en publie, ainsi que ses confrères, qu'une partie seulement, les plus biaisés, ceux que les sondeurs eux-mêmes considèrent d'ordinaire comme les plus délicats à établir ou à estimer compte tenu de la nature des législatives : les projections en nombre de sièges obtenus à l'issue du second tour sur l'ensemble des 577 circonscriptions. Pas la moindre trace d'"heureux élus", et pour cause le sondeur ne disposait d'aucun candidat désigné à ce scrutin sorti de nulle part, si ce n'est par lui même. Quand on a en tête les luttes pour les investitures, on mesure la lucidité de Ipsos et de l'Obs. Comment le sondeur a-t-il pu appréhender l'inévitable évolution des forces et de l'offre électorales de l'entre-deux-tours ? Mystère. On l'aura vite deviner, contrairement à la presse, ceci est (et était) une farce, on imagine sans peine le degré de réalité des intentions de vote récoltées, très faible voire nul. La mission était de fait impossible sauf pour un marchand de sable, un rôle que les sondeurs n'ont jamais su refuser.

Ne rien voir pour faire sensation

Que la chasse au "scoop" passe par un "shoot" sondagier n'est pas une nouveauté mais que la presse ayant eu vent de cette fiction n'est publiée - contrairement à ce qu'elle fait d'habitude pour tout sondage relatif à un scrutin (c'est d'ailleurs une obligation légale) - aucun chiffre d'intentions de vote est à notre connaissance une première. Last but not least, c'est aussi à notre connaissance la première fois, du moins de manière aussi tranchée, que des journalistes brandissent les résultats d'un sondage vieux de trois mois, une antiquité dans le domaine, pour prédire une victoire de l'extrême droite.

Qu'importe la "came" pourvu qu'on fasse sensation ? Si toute ressemblance avec Alfred de Musset est purement fortuite, il demeure difficile d'imaginer un tel aveuglement. La presse n'a-telle vraiment rien vu ? Apparemment si comme en atteste le Huff-Post ou le quotidien régional l'Union. Elle n'en demeure pas moins aveugle et de la pire des manières qui soit si l'on se réfère à un proverbe très populaire :

- Huffpost (15 mars 2024) : Même si ce type de sondages présentent de sérieuses limites, dans la mesure où l'étude ne peut pas prendre en compte la spécificité des 577 élections se jouant au scrutin uninominal majoritaire à deux tours (et des potentiels barrages républicains qui pourraient s'ériger dans plusieurs circonscriptions), les résultats offrent une photographie des rapports de force dans l'opinion. Et sur ce point, ce sondage a de quoi donner le sourire au parti d'extrême droite, qui ne manque pas de l'afficher ).

- L'Union (16 mars 2024) : Ces résultats ressemblent à une petite bombe lâchée dans le paysage politique français, mais doivent être pris avec du recul. D'une part, les sondages sont des photographies des intentions des électeurs à un instant T. Rien ne dit que ses résultats seraient identiques s'il était réalisé en mars 2024. De l'autre, le système des législatives en France, un scrutin majoritaire à deux tours, est particulièrement délicat à prédire.

"Il n'est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir" dit le proverbe. Sinon comment comprendre qu'en dépit des défauts pointés ces commentateurs persistent à donner crédit au sondage et à y trouver des informations utiles. On reconnait facilement les éléments de langage des sondeurs et leur fameuse et toujours providentielle "photographie des rapports de force politique à un instant t". (cf. Opiniomanie : le directeur de Franceinfo en phase terminale). Des "informations" qu'il faut diffuser car n'est-ce pas le cœur de leur métier ? Même si elles présentent de sérieuses limites" comme le rappelle pudiquement le Huffpost. Autrement dit même si elles sont fausses ? Manifestement oui.

Car un sondage présentant de "sérieuses limites" peut-il raisonnablement être autre chose qu'une fausse information dont la seule utilité est remplir une poubelle avant toute publication, cela va sans dire. Sinon autant décréter que la "théorie platiste" (terre serait plate et non ronde) présente de sérieuses limites et la propager sans autre forme de procès. Mais on est habitué à cette prudence, typique du commentaire sondagier et maintes fois revendiquée. Elle est à l'image des annonces qu'elle colporte, un faux-semblant, un affichage cosmétique, une ficelle rhétorique devenue un tic de langage qui n'engage à rien. Son auteur s'autorise ainsi à raconter des sottises sans plus se préoccuper de la nature de ces propos. Grossier mais pratique.

Soyons "bon prince", on concèdera à ses non voyants professionnels que ce type sondage apporte bien des indications sur un rapport de force, celui qu'ils entretiennent avec les sondeurs. Ils se sont "seulement" trompés de personnes. C'est ballot. Si l'on s'en tient à leur rôle primordial dans la diffusion des produits sondagiers on pourrait les croire dominants. Il n'en est rien. Leur consommation sans modération aucune voire frénétique de sondages pour la plupart de qualité douteuse, indique une indéniable emprise des marchands d'opinion.

Une fois n'est pas coutume le coup de "l'information comme une autre" n'a pas été servi stricto sensu. Difficile il est vrai de qualifier "une bombe", fut-elle petite, lancée dans la vie politique française "d'information comme une autre". Raison supplémentaire de ne pas se cacher derrière une fausse prudence face à des contrefaçons. Non ? Mais qu'on ne s'y trompe pas l"oubli" de ce mantra de la profession journalistique n'est que fortuit. Il est bien trop précieux pour justifier l'usage des sondages par la profession même les plus frelatés.

La paille et la poutre

La veille de son scoop l'Obs publiait un article, "La fabrique d'une fake news" sur B. Macron l'épouse du Président de la République, désignée comme étant un homme. Et la journaliste du magazine de mettre en exergue une consœur auteur d'un livre sur le sujet :

- "Dans “l'Affaire Madame”, notre journaliste Emmanuelle Anizon est entrée dans la tête des complotistes persuadés que l'épouse du président est un homme. Nous avons demandé à deux spécialistes de décrypter son livre".

La méthode de l'auteure l'Affaire Madame est apparemment partagée par nombre de journalistiques politiques. Comme l'illustre une fois encore le scoop sondagier de l'Obs elle n'est toutefois pas sans risque, en cas d'erreur sur les têtes ciblées. En s'immisçant à l'évidence dans la tête des sondeurs la presse a fini par adopter leur langage, leurs visions et leur conception de la politique et de vie publique en générale. Par les comprendre au mauvais sens du terme, c'est à dire excuser leurs incuries, justifier leurs impostures ou ce qui revient au même ne rien voir et ne pas comprendre ce qu'ils sont et ce qu'ils font à la vie politique. Sans doute est-il beaucoup plus aisé d'entrer dans la tête d'un marchand de prophéties que dans celle d'un scientifique fut-il disposer à cette "intrusion", ce qui n'a rien d'évident.
La presse s'est lancée pourtant elle aussi depuis quelques années dans la lutte contre les fake news. Si c'est un combat difficile et sans fin on retiendra que les professionnels de l'information qui luttent contre les fausses nouvelles et la désinformation en générale sont également des professionnels de la désinformation. C'est fâcheux.

PS :

La commission des sondages ne s'est pas encore prononcée sur le sondage Ipsos. Sa publication par L'Obs lui a retiré son caractère confidentiel, il entre désormais par définition dans le champ d'application de la loi relatif aux sondages électoraux. A suivre.


[1] Valeurs actuelles, 8 février 2024.

[2] E. Ciotti, Jdd, 15 mars, 2024.

16.03.2024 à 19:22

Poutine condamne le vote électronique

Le scrutin présidentiel russe a débuté vendredi 15 mars 2024. Il prendra fin dimanche 17 mars. V. Poutine président en exercice a appelé les Russes à se déplacer pour aller voter. Il a quant à lui, comme son premier ministre M. Michoustine, voté par voie électronique. Les images de ce vote ont été retransmises par les télévisions du pays (cf. ci-dessous).
En quelques secondes le président russe a décrédibilisé le vote électronique, ce qui en toute logique devrait mettre fin aux questions et débats (...)

- Élections
Lire plus (401 mots)

Le scrutin présidentiel russe a débuté vendredi 15 mars 2024. Il prendra fin dimanche 17 mars. V. Poutine président en exercice a appelé les Russes à se déplacer pour aller voter. Il a quant à lui, comme son premier ministre M. Michoustine, voté par voie électronique. Les images de ce vote ont été retransmises par les télévisions du pays (cf. ci-dessous).

JPEG - 216.8 ko
JPEG - 139.4 ko
JPEG - 183.5 ko

En quelques secondes le président russe a décrédibilisé le vote électronique, ce qui en toute logique devrait mettre fin aux questions et débats portés notamment par la littérature savante sur la dématérialisation du vote et aux plaidoyers prodomo des sociétés commercialisant les machines de vote électronique et autres technologies connexes. V. Poutine n'imaginait sans doute pas qu'il apporterait aux démocraties occidentales tentées par cette voie la démonstration la plus probante de l'impossibilité de lui faire confiance.

- PS : Le président du conseil européen C. Michel a « félicité V. Poutine pour sa victoire éclatante » (AFP, vendredi 15 mars 2024).

3 / 10
  GÉNÉRALISTES
Basta
Blast
L'Autre Quotidien
Alternatives Eco.
La Croix
Euronews
Le Figaro
France 24
FTVI
HuffPost
L'Humanité
LCP
Le Media
Le Monde
Libération
Mediapart
La Tribune
 
  INTERNATIONAL
Equaltimes
CADTM
Courrier Europe Ctle
Courrier International
Global Voices
Info Asie
Inkyfada
I.R.I.S
Jeune Afrique
Kurdistan au féminin
N-Y Times
Orient XXI
Of AFP
Rojava I.C
Toute l'Europe
 
  OSINT / INVESTIGATION
OFF Investigation
OpenFacto°
Bellingcat
Disclose
G.I.J.N
 
  MÉDIAS D'OPINION
AOC
Au Poste
Cause Commune
CrimethInc.
Issues
Les Jours
Le Monde Moderne
LVSL
Marianne
Médias Libres
Quartier Général
Rapports de force
Reflets
Rézo
StreetPress
 
  OBSERVATOIRES
Armements
Acrimed
Catastrophes naturelles
Conspis
Culture
Extrême-droite
Human Rights
Inégalités
Information
Internet actu ✝
Justice fiscale
Liberté de Création
Multinationales
Situationnisme
Sondages
Street-Médics
Routes de la Soie
Vrai ou Fake ?
🌓