LePartisan.info À propos Podcasts Fil web Écologie Blogs Revues Médias
Orient XXI
Souscrire à ce flux
Quotidien en ligne gratuit sans publicité, du Maroc à l’Afghanistan

Accès libre

▸ les 10 dernières parutions

19.04.2024 à 06:00

Égypte. La querelle du chawarma

Dalia Chams

On les voit partout, ces viandes disposées en tranches fines sur une broche tournante, et grillées verticalement. Plat globalisé et fascinant, le chawarma se présente comme un élément d'échange, mais aussi de discorde. Au Caire, il est devenu le symbole d'un combat identitaire livré contre les immigrés, notamment syriens. L'énorme broche de chawarma est là, esseulée. Elle tourne lentement, laissant s'écouler la graisse et griller la viande à feu doux. À deux heures de la rupture du (...)

- Magazine / , , , , , ,
Texte intégral (2968 mots)

On les voit partout, ces viandes disposées en tranches fines sur une broche tournante, et grillées verticalement. Plat globalisé et fascinant, le chawarma se présente comme un élément d'échange, mais aussi de discorde. Au Caire, il est devenu le symbole d'un combat identitaire livré contre les immigrés, notamment syriens.

L'énorme broche de chawarma est là, esseulée. Elle tourne lentement, laissant s'écouler la graisse et griller la viande à feu doux. À deux heures de la rupture du jeûne, les travailleurs d'une célèbre enseigne de restauration rapide levantine préparent les repas qui seront bientôt servis. Ils parlent entre eux dans un mélange de dialectes et d'accents différents. Certains viennent du Caire, d'autres du Delta du Nil, sans compter ceux originaires de Syrie, parfois même de Palestine. Leur employeur est quant à lui jordanien. Avec son partenaire local, ils ont ouvert plusieurs branches de leur chaîne de restaurants Al-Agha. À côté des autres spécialités maison offertes sur le menu, le chawarma reste le plat qui séduit quasiment tout le monde.

Pourtant, ce mets est depuis quelques temps dans le collimateur de certains habitants qui regardent les vendeurs de chawarma d'un œil suspicieux, telle l'avant-garde d'envahisseurs étrangers. Leurs réactions en disent long sur les crises du Proche-Orient et leurs retombées au Caire, mais aussi sur la géopolitique de la région, l'histoire partagée, les trajectoires migratoires, le problème des réfugiés, la crise économique qui sévit dans le pays et le fort nationalisme qui remonte par conséquent à la surface.

Monnayer les réfugiés

Ces derniers mois, les hashtags appelant au boycott des snacks syriens se sont répandus sur la toile, notamment sur la plateforme X (ex-Twitter). Mais ce n'est pas la première fois. Depuis une dizaine d'années, ces vagues de dénonciations des immigrés reviennent selon l'air du temps et surtout, en fonction des directives de l'État. Récemment, plusieurs déclarations officielles ont souligné que l'Égypte accueillait déjà 9 millions de réfugiés et d'immigrés, dont 4 millions de Soudanais, 1,5 million de Syriens, 1 million de Libyens et autant de Yéménites1.

Dans l'attente de monnayer le rôle de l'Égypte comme rempart contre l'immigration en Méditerranée et de recevoir une aide conséquente de la communauté internationale, les autorités traitent les immigrés de « fardeau ». Elles demandent aux réfugiés de régulariser leur statut de résidence. Cela implique sans doute une rentrée d'argent en devises pour un pays qui en manque cruellement. Sans faire la distinction entre les réfugiés, les immigrés et les demandeurs d'asile, ces chiffres visent à faire monter la facture en dollars exigée par Le Caire. Ils se traduisent sur les plans populaire et médiatique par une campagne de boycott à l'encontre des Syriens, très actifs dans le secteur de la restauration rapide. Leurs étals dédiés à manger sur le pouce et leurs commerces ouverts sur la rue accroissent leur visibilité en ville. Le chawarma est ainsi devenu le symbole de la xénophobie et du nationalisme rampant.

Pourtant, les différentes études sur l'insertion des Syriens dans le marché du travail montrent qu'ils ont réussi à fonder plusieurs grandes et moyennes entreprises, que leurs salariés sont en majorité Égyptiens et que leurs investissements tournent autour de 800 millions de dollars (750 millions d'euros), concentrés dans les secteurs de l'alimentation, des textiles et du mobilier. Ils sont certainement mieux organisés que les autres communautés, dès lors qu'ils ont créé une association d'hommes d'affaires en 2014, un conseil pour les investisseurs, des pages Facebook et des plateformes facilitant l'intégration et le recrutement. Sur ces dernières, des petites annonces apparaissent souvent signalant : « Recherche un chef chawarma avec expérience »2.

Un sandwich, plusieurs variantes

Nohad Abou Ammar a vu les choses évoluer depuis son installation au Caire en 2005, bien avant l'arrivée en masse de ses compatriotes. Son grand-père avait ouvert une enseigne de restauration rapide syrienne en 1999. À l'époque, la concurrence était limitée : seul le chawarma syrien d'Abou Mazen qui avait commencé son activité en 1994 était présent. Abou Ammar senior avait jugé qu'il pouvait se faire une place sur le marché. Le défi était d'introduire les recettes syriennes dans les habitudes culinaires égyptiennes, et de faire accepter ses déclinaisons en sandwich. Car la recette du chawarma varie d'un pays à l'autre, mais aussi d'une région à l'autre, voire d'un restaurant à l'autre. Seuls les patrons connaissent le secret des ingrédients et du mélange d'épices. Et ils ne le révèlent à personne, même pas à leurs collaborateurs les plus anciens. Ils laissent ces derniers préparer la viande, retirer la graisse, ajouter du vinaigre, ciseler le bœuf en fines lamelles, le faire mariner au moins 10 heures, puis restituer les tranches de viande sous forme de cône sur la broche verticale, auréolée de quelques morceaux de lard de mouton. Ils gardent cependant pour eux le dosage magique des arômes et des épices.

« Nous sommes originaires de la ville de Zabadani, dans le gouvernorat de Rif Dimachq, à proximité de la frontière libanaise », souligne Nohad Abou Ammar. Devant son grand snack dans le quartier d'Héliopolis, où il emploie essentiellement des Égyptiens dont certains sont là depuis vingt ans, il raconte :

J'ai fait des études d'ingénierie aéronautique, mais je suis venu rejoindre mes oncles et mon grand-père qui ont élu domicile au Caire et fondé leur business. Nous aurons bientôt quatre branches dans la capitale, toutes gérées par la famille après la mort de notre aïeul en 2018. L'Égypte nous a toujours été proche. Un de mes oncles était officier dans l'armée de la République arabe qui a uni l'Égypte et la Syrie entre 1958 et 1961, au temps du panarabisme nassérien. Il a trouvé la mort pendant la guerre d'octobre 1973 contre Israël.

Pour le mois du ramadan, Nohad Abou Ammar a prévu des repas à emporter à distribuer aux pauvres qui viennent timidement demander leur part. Le directeur de la chaine qui a perdu une partie de son accent au fil du temps continue à faire la cartographie des magasins de chawarma et à épingler ceux qui prétendent être syriens pour tirer profit de la réputation et du savoir-faire de ces derniers.

Les goûts ont changé aujourd'hui avec la présence d'un grand nombre de restaurateurs de chez nous. À quelques pas d'ici se trouve Abou Haïdar, installé dans le coin depuis 1968. Ses héritiers gèrent actuellement le commerce, mais leur chawarma est plus proche de la version égyptienne. La direction d'Abou Mazen a été reprise par un Égyptien après le départ de l'ancien propriétaire. La chaîne Karam Al-Cham, présente un peu partout, notamment au centre-ville, a été fondée par un vétérinaire égyptien d'Alexandrie, qui s'est lancé sur le marché de la nourriture levantine et a également ouvert une chaîne de pâtisseries orientales. Plusieurs restaurants se dotent de noms donnant l'impression que les propriétaires sont originaires de Damas ou d'Alep, alors que pas mal d'entre eux sont Égyptiens. Certains ont même travaillé pour nous, avant de se mettre à leur compte.

« Les Fils de Kemet »

Sur les sites Internet, des groupes tel que Les Fils de Kemet se réclament d'un nationalisme égyptien. Kemet renvoie à la « terre noire fertile » de la vallée du Nil, par opposition à la « terre rougeâtre » du désert qui l'entoure. Par extension, le nom renvoie ici à l'Égypte en opposition aux pays étrangers. Ces groupes disent chercher à défendre l'identité et la culture du pays, à un moment où celui-ci serait envahi de partout et fragilisé économiquement. Dans ce contexte, le chawarma est l'un de leurs champs de bataille. Ils affirment que la marinade égyptienne est meilleure que toutes les autres, et que la recette syro-libanaise est plutôt fade. Plus encore, l'information non confirmée historiquement qui prétend que l'origine de cette rôtisserie orientale remonte à l'Égypte ancienne est reprise en chœur. Selon cette légende, des inscriptions sur le temple du pharaon Ramsès II à Béni Soueif, dans le sud, démontrent que des femmes ont créé, il y a environ 6 000 ans, un repas rapide à partir de minces lamelles de viande parfumées d'épices et de jus d'oignon, après les avoir exposées au feu, pour que leurs époux et leurs enfants puissent casser la croûte en travaillant dans les champs.

La percée de ces groupes a coïncidé avec la parade pharaonique des momies de reines et de rois, organisée en grande pompe par l'État en avril 2021 pour les transférer au nouveau Musée national de la civilisation égyptienne. On retrouve l'usage de slogans comme « L'Égypte d'abord » à un niveau officiel, et dont l'objectif est de mobiliser les foules. Dans cet esprit, même le chawarma est un prétexte.

Chassé-croisé à travers l'Orient

Il n'est pas facile de retracer l'histoire du chawarma tant ceux qui en revendiquent l'invention sont nombreux. D'aucuns disent que cette recette de viande a été mentionnée pour la première fois dans un écrit datant du XIVe siècle et qu'elle était connue des nomades en Asie. D'autres affirment que c'était un mets de luxe à la cour royale indienne du XIIIe siècle. Selon la version la plus répandue, ce serait une invention turque arrivée d'Anatolie à la moitié du XIXe siècle, grâce à Iskandar Effendi, restaurateur dans la ville de Bursa. Chawarma serait ainsi la déformation du mot turc çevirme qui signifie « tourner » ou « pivoter ». Le plat se serait ensuite propagé en Syrie, pendant les voyages du hajj, le pèlerinage à la Mecque, ou à travers un certain Seddiq Al-Khabbaz qui, après avoir quitté son emploi chez Iskandar Effendi à Bursa, aurait ouvert son propre restaurant à Damas. Il aurait alors ajouté à sa marinade des graines de cardamone qui caractérisent le goût du chawarma syrien jusqu'à aujourd'hui. Les Syro-Libanais (chawâm) qui sont arrivés en Égypte à travers deux grands flux migratoires au XVIIIe et XIXe siècles, jouant le rôle d'intermédiaire entre les diverses communautés existantes, ont par la suite aidé à populariser le sandwich sur le plan local et à le démocratiser.

Ahmed Abou Ali, l'un des chefs chawarma qui travaille depuis quatre ans pour Al-Agha a appris les mille et une ficelles du métier dans les années 1980 en Irak. Là-bas, la broche est beaucoup plus longue, et le chawarma est surnommé « al-gass » ou les « cisailles », parfois cuit avec des légumes. Son parcours fait de lui un véritable connaisseur de toutes les variétés du plat puisqu'il a passé plusieurs années en Jordanie avant de revenir au Caire. Abou Ali surveille la broche de viande en train de rôtir, précisant que le chawarma au poulet est une invention syrienne, et que son secret réside dans le mahaleb, épice aromatique tirée du noyau de la cerise noire. Il a vu le prix du sandwich passer de 35 livres égyptiennes à 105 (soit de 70 centimes à 2 euros) en l'intervalle de 4 ans. À cause de la crise économique et de la cherté de la vie, les prix de certaines denrées alimentaires ont quadruplé, tandis que d'autres ont été multipliés par dix. « Les petits commerces n'ont pas survécu à la crise du Covid-19, seuls les grands ont pu tenir le coup », explique-t-il.

Son assistant de 18 ans, Ghayth, Syro-Palestinien, acquiesce d'un signe de tête. Arrivé au Caire il y a deux ans pour rejoindre son frère aîné, un grand chef de cuisine vivant là depuis une dizaine d'années, il a promis à son père, resté à Damas, de ne rentrer qu'après être devenu un grand chef chawarma. Ce séjour lui permettra sans doute de découvrir les différentes manières de se réapproprier un plat. La sociologue et universitaire Malak Rouchdy souligne dans son étude « The Food Question in the Middle East »3 :

Tout ingrédient, tout plat, originaire d'un endroit précis, voyage et connaît plusieurs vies. En Égypte, très pauvre en herbes jusqu'au XIXe siècle, la nourriture a toujours été liée au commerce. De tous temps, les épices et les herbes aromatiques ont été ramenées d'Afrique ou du Levant. Et dès lors qu'il s'agit de faire du commerce, les plats ont été adaptés pour satisfaire les goûts. Avec les échanges et la globalisation, commencés avec la Route de la soie, des transferts ont eu lieu. Les Syriens, qui sont futés, vont ainsi modifier l'alimentation égyptienne, et façonner les saveurs comme ils l'ont déjà fait. C'est normal : nous n'avons pas en Égypte une cuisine complexe. Aujourd'hui, des gens très simples utilisent la mélasse de grenade pour revisiter les recettes traditionnelles, ce qui n'était pas du tout fréquent avant.

Et les peurs que cela provoque ? Pour elle : « Les voix qui s'élèvent pour sauver l'identité nationale reflètent un désir de se survaloriser, de se démarquer, de dire : après tout vous êtes chez nous ! Mais entre l'assimilation et la démarcation, il existe aussi de nombreuses nuances, des zones grises. »


1Ces chiffres sont tirés du rapport publié par le conseil des ministres sur le nombre de réfugiés, d'immigrés et de demandeurs d'asile, en janvier 2024. Ces quatre nationalités constituent environ 80 % des étrangers qui résident en Égypte.

2Mai Ali Hassan, « The Insertion of Syrian Refugees in the Egyptian Labor Market : with Special Focus on Food and Restaurants Sector », AUC Knowledge Fountain, The American University in Cairo, 2021. Sajeda Khattab, « Syrian Investments and the Insertion of Displaced Syrians in the Egyptian Labor Market », AUC Knowledge Fountain, American University in Cairo, 2024.

3Dans Cairo Papers in Social Science, vol.34, no.4, American University Press, 2017.

19.04.2024 à 06:00

« Comme tous les pouvoirs coloniaux, Israël ne veut pas d'une société éduquée »

Rami Abou Jamous

Rami Abou Jamous écrit son journal pour Orient XXI. Ce fondateur de GazaPress, un bureau qui fournissait aide et traduction aux journalistes occidentaux, a dû quitter son appartement de la ville de Gaza avec sa femme et son fils Walid, deux ans et demi. Il partage maintenant un appartement de deux chambres avec une autre famille. Il raconte son quotidien et celui des Gazaouis de Rafah, coincés dans cette enclave miséreuse et surpeuplée. Cet espace lui est dédié. Mercredi 17 avril 2024. (...)

- Dossiers et séries / , , , , , ,
Texte intégral (1525 mots)

Rami Abou Jamous écrit son journal pour Orient XXI. Ce fondateur de GazaPress, un bureau qui fournissait aide et traduction aux journalistes occidentaux, a dû quitter son appartement de la ville de Gaza avec sa femme et son fils Walid, deux ans et demi. Il partage maintenant un appartement de deux chambres avec une autre famille. Il raconte son quotidien et celui des Gazaouis de Rafah, coincés dans cette enclave miséreuse et surpeuplée. Cet espace lui est dédié.

Mercredi 17 avril 2024.

C'est officiel : pour la première fois, il n'y aura pas d'examen du baccalauréat à Gaza cette année, a annoncé le ministère de l'éducation à Ramallah. Il faut savoir que même après la prise du pouvoir par le Hamas dans la bande de Gaza en 2007, les examens sont restés unifiés dans tous les territoires palestiniens, en Cisjordanie et à Gaza. C'est important pour la Palestine et pour les Palestiniens que malgré, la division entre Gaza et la Cisjordanie, et entre le Fatah et le Hamas, nous ayons la même éducation. Mais aujourd'hui, on ne voit pas comment on pourrait tenir des examens dans la bande de Gaza, avec le nord presque entièrement rasé et la moitié des Gazaouis déplacés au sud sous des tentes de fortune.

De toute façon, la plupart des écoles et des universités ont été entièrement ou partiellement détruites. On avait sept universités à Gaza, sans compter les instituts d'enseignement professionnel postbac. L'université de Palestine vient de publier un communiqué interne avertissant les professeurs et les employés qu'elle ne pouvait plus payer leurs salaires, et qu'ils étaient libres de chercher du travail ailleurs. Une façon de déclarer que l'Université est en faillite. Il s'agit d'une université privée, la plus récente de la bande de Gaza. Fondée en 2007, elle accueillait des milliers d'étudiants et proposait de nombreux cursus : ingénierie, architecture, médecine, etc.

Juste des indigènes qu'on nourrit et qu'on fait travailler

Le but de ces destructions sans valeur militaire est clair : les Israéliens veulent tuer toute possibilité d'éducation à Gaza. Comme tous les pouvoirs coloniaux, ils ne veulent pas d'une société éduquée, juste des indigènes qu'on nourrit et qu'on fait travailler. Leur objectif c'est de transformer une société éduquée en société illettrée. Chez nous, l'éducation est une valeur primordiale, et nous sommes une société jeune. Plus de 75 % des jeunes font des études universitaires. Nous sommes la population la plus instruite du Proche-Orient, d'après les statistiques de l'ONU. Même sous le blocus imposé depuis 2007, même dans une prison à ciel ouvert, les parents tentent tous d'assurer un diplôme à leurs enfants, souvent en s'endettant. Les études de médecine qu'on peut suivre à l'université de Palestine, à l'université d'Al-Azhar et à l'université islamique attirent beaucoup de jeunes. Elles sont pourtant très chères, à peu près l'équivalent de 5 000 dollars par semestre.

Finir les sept ans de médecine peut coûter jusqu'à 90 000 dollars tout compris. C'est une somme énorme pour Gaza. Malgré cela, les parents poussent leurs enfants à étudier, et ces derniers sont également très motivés. Nous les Palestiniens, nous savons que la meilleure arme contre l'occupation, c'est l'éducation.

Même dans les prisons israéliennes, des détenus palestiniens ont continué leurs études. Beaucoup d'entre eux ont obtenu un diplôme en prison. Même des condamnés à perpétuité, qui savaient qu'ils n'allaient jamais sortir de prison, ont quand même eu des masters et des doctorats.

« C'est fini pour la vie »

À Gaza, il n'y a qu'une université publique, l'université Al-Aqsa. Les autres sont privées. L'Université islamique est soutenue par le Hamas, et Al-Azhar par le Fatah. Les autres ont été fondées par des groupes de professeurs.

Ces établissements se trouvaient déjà dans une situation difficile avant le 7 octobre. Elles faisaient crédit à de nombreux étudiants incapables de payer leurs frais d'inscription. À un moment, l'Université islamique était au bord de la faillite. Beaucoup d'établissements avaient réduit les salaires de leurs professeurs et employés de 50 voire 70 %, depuis un moment. Aujourd'hui, le système d'éducation est détruit. Des milliers d'étudiants n'ont plus qu'une solution : essayer de continuer leurs études ailleurs. Une façon de vider la bande de Gaza de sa jeunesse et de son avenir.

Je ne sais pas comment ces jeunes vont faire. J'ai reçu des appels téléphoniques d'amis qui veulent savoir si leurs enfants peuvent partir au Caire pour poursuivre leurs cursus. Malheureusement, l'Égypte ne propose pas de carte de séjour pour les étudiants. Pour le moment, seuls ceux qui paient les 5 000 dollars pour sortir d'ici peuvent passer en Égypte. Mais pour s'inscrire dans une université, il y a une procédure très longue qui n'est pas encore au point. On dit que Mohamed Dahlan, l'ancien chef de la Sécurité préventive de Gaza, sous l'administration de l'Autorité palestinienne, et aujourd'hui conseiller des Émirats arabes unis, est en train de négocier avec les Égyptiens pour faire accueillir les étudiants. Mais cela signifierait l'émigration de la jeunesse.

L'information de la fermeture d l'université de Palestine a commencé à circuler. Je viens de recevoir l'appel téléphonique d'un ami médecin, Moumen Shawa. Il a trois enfants qui sont étudiants en médecine. Ils sont à l'université Al-Azhar, mais il a peur qu'elle se déclare également en faillite :

J'ai un enfant qui devait finir sa médecine dentaire dans deux ans, et les deux doivent finir leur médecine générale. J'ai dépensé toutes mes économies pour eux.

Il avait d'abord espéré que la guerre leur ferait seulement perdre un an d'études, mais maintenant il croit que l'enseignement à Gaza, « c'est fini pour la vie ». Il me dit que même s'il arrivait à les faire passer en Égypte, il n'aurait pas les moyens de payer les frais d'inscription pour une école de médecine là-bas, plus les frais de séjour et la location d'un appartement. Il voulait savoir si moi qui ai « des connexions » je peux l'aider à inscrire ses enfants en fac de médecine en France pour l'année prochaine : « J'ai entendu dire que la France donne des bourses. La langue, ce n'est pas un problème, ils peuvent l'apprendre. » Le pauvre, il pose les questions et il donne les réponses, des réponses que moi je n'ai pas. Il veut absolument que ses enfants puissent continuer leurs études ailleurs. C'est le rêve de sa vie de voir ses enfants devenir médecins.

Comme n'importe quelle autre jeunesse dans le reste du monde

C'est un exemple parmi d'autres de gens qui ont tout fait, tout dépensé pour que leurs enfants aient une éducation, qu'ils deviennent médecins ou architectes. La fille d'un autre ami est en deuxième année de médecine à l'université Al-Azhar. Être médecin, c'est son rêve à elle aussi. Son père me dite qu'elle espère reprendre ses études l'année prochaine. Pour le rassurer, je lui réponds qu'une année ce n'est pas trop grave, qu'elle peut continuer à suivre des cours en ligne, et qu'elle pourrait considérer ça comme une année sabbatique… Mais entre nous, il me dit : « Rami, j'ai peur qu'il n'y ait plus d'université, et que le rêve de ma fille va s'évanouisse. »

Les Israéliens veulent nous empêcher d'étudier parce qu'ils veulent faire de nous des ignorants, mais les jeunes palestiniens ont des ambitions. Ils veulent vivre, comme n'importe quelle autre jeunesse dans le reste du monde. Ils rêvent de pouvoir faire des études comme en France, où on n'a pas besoin d'avoir beaucoup d'argent pour s'inscrire à l'université.

Nous ne sommes pas une société ignorante, nous sommes une société qui sait très bien ce qui se passe. Victor Hugo a dit : « Chaque enfant qu'on enseigne, c'est un homme qu'on gagne. » Et nous, nous avons beaucoup d'hommes.

18.04.2024 à 06:00

L'avenir incertain des Druzes d'Israël

Lama Fakih, Sally Nasr

Dès les premiers bombardements à Gaza, les Druzes d'Israël ont apporté leur soutien au gouvernement et à l'armée. C'est la seule minorité du pays à effectuer le service militaire obligatoire. Son allégeance à l'État est historique. Mais l'accaparement de ses terres et la loi de 2018 définissant Israël comme un « État juif » ont entrainé un fort mécontentement et parfois même une rébellion. La présence druze en Palestine remonte au XVIIe siècle, lorsque la communauté s'installe en Galilée, (...)

- Magazine / , , , , ,
Texte intégral (2615 mots)

Dès les premiers bombardements à Gaza, les Druzes d'Israël ont apporté leur soutien au gouvernement et à l'armée. C'est la seule minorité du pays à effectuer le service militaire obligatoire. Son allégeance à l'État est historique. Mais l'accaparement de ses terres et la loi de 2018 définissant Israël comme un « État juif » ont entrainé un fort mécontentement et parfois même une rébellion.

La présence druze en Palestine remonte au XVIIe siècle, lorsque la communauté s'installe en Galilée, en provenance du Mont-Liban. Au début du mandat britannique, elle compte environ sept mille membres, établis dans 18 villages au nord du pays. Aujourd'hui, les Druzes d'Israël comptent environ 150 000 personnes, soit 1,6 % de la population totale. Intégrée, cette minorité jouit d'une certaine autonomie et se démarque des autres par la participation des hommes à l'appareil militaire israélien.

Lors du déclenchement de l'opération « Déluge d'Al-Aqsa », les Druzes ont ouvertement pris parti pour l'armée israélienne, confirmant ainsi leur allégeance à Tel-Aviv. Considérés depuis longtemps comme ayant trahi la cause palestinienne, ils demeurent mal compris par les Arabes, même par leurs coreligionnaires du Liban et de Syrie. Quelle est donc leur place dans un État qui exige la reconnaissance de son caractère juif ? Et comment allient-ils intégration et préservation de leur identité ?

Un soutien à l'armée

Au lendemain du 7 octobre, les Druzes se mobilisent en faveur de leurs compatriotes israéliens déplacés, mettant à leur disposition nourriture et hébergements d'urgence. Leur représentant officiel, le cheikh Mowafaq Tarif, s'empresse d'exprimer son soutien à l'armée face à ce qu'il qualifie d'« attaque terroriste ». Les Druzes sont près de 2 500 à servir dans ses rangs. Certains ont été tués au combat ou pris en otage par le Hamas - au total sept soldats et quarante civils depuis le 7 octobre 20231. Mais Tarif cherche ainsi surtout à obtenir gain de cause sur le dossier fort épineux et même vital pour sa communauté, celui des expropriations et des sanctions liées aux constructions illégales.

En raison des politiques israéliennes, les Druzes ont en effet perdu près des deux tiers de leurs terres au cours des six dernières décennies. En 1950, une population d'environ 15 000 personnes possédait 325 000 dounams (32 500 hectares) de terre. En 2008, 100 000 n'en détenaient plus que 116 000 dounams (11 600 hectares)2.

Des ordres de démolition en série

Face à l'obligation de quitter leurs terres, qualifiées de « terres mortes » ou pour lesquelles les propriétaires n'avaient pas les documents appropriés, les habitants de certains villages touchés par les expropriations, tels que Yarka et Kisra, multiplient les pressions sur le gouvernement. Les affrontements prennent une tournure plus violente à Beit Jan. Dans la région du mont Méron, les Druzes voient leur territoire transformé en réserve naturelle. Puis en 2004, les forces armées sont déployées dans le village d'Isfiya pour y confisquer des terrains. En 2009, sept nouveaux projets reliant Israël du nord au sud prévoient de traverser des villages druzes. Et en 2010, des heurts éclatent à nouveau avec la police.

Certaines terres acquises par l'État sont ensuite louées aux Druzes qui ont servi dans l'armée à un coût très élevé, rendant impossible la construction de maisons dans leurs propres villages. Au cours des deux dernières décennies, certains ont choisi de s'installer dans des villes juives, tandis que d'autres ont opté pour des constructions illégales. En 2017, l'amendement de la loi Kaminitz sur l'urbanisme légalise les ordres de démolitions, touchant même les familles de soldats tombés au combat. Les sanctions prévoient également de lourdes amendes et des emprisonnements. Cette loi peut être exécutée dans des délais très brefs par de simples inspecteurs en bâtiment, sans tenir compte des circonstances personnelles qui ont entrainé l'infraction. En réaction, cheikh Tarif multiplie ses appels au gouvernement et menace de prendre « des mesures sans précédent » si la loi est maintenue. Et bien qu'il ait renouvelé l'allégeance de la communauté envers Israël après le 7 octobre, il n'hésite pas pour autant à réitérer ses exigences.

« Des privilèges plutôt que des droits »

Son insistance ne vise pas seulement à épargner aux siens des démolitions, des amendes et autres sanctions. Il s'agit de veiller à la cohésion du groupe et à sa perpétuation en empêchant que les jeunes n'aillent s'installer dans des localités juives et ne s'y intègrent.

D'autant plus qu'avec l'adoption de la loi sur « l'État-nation du peuple juif » en 2018, les Druzes prennent conscience qu'ils jouissent de « privilèges, plutôt que de droits »3, et qu'ils subissent une discrimination les excluant de la nation israélienne. Plusieurs dizaines de milliers de personnes défilent dans le centre de Tel-Aviv pour réclamer l'égalité. Il parait alors légitime de dire que les Druzes à l'instar d'autres minorités « peuvent considérer la citoyenneté non pas comme une forme d'attachement à l'État, mais plutôt un cadre qui leur donne le pouvoir légal de contester les politiques de l'État »4.

Une stratégie d'accommodement

Au regard de ces réalités, quelle place occupent-ils au sein de l'État israélien ? C'est vers la fin des années 1920 que les sionistes s'intéressent à la communauté druze de Palestine, en tant qu'allié potentiel au projet d'État juif5. Ils restent éloignés des émeutes de 1929, ce qui affaiblit la résistance palestinienne. Les Druzes optent alors pour une stratégie d'accommodement et de cohésion afin de survivre dans un environnement qui s'annonce pour le moins hostile.

Contrairement aux Arabes des zones urbaines, ce sont à l'origine des paysans habitant essentiellement au Mont Carmel et en Galilée. Ils manquent d'institutions organisées, de moyens économiques et d'interactions politiques avec les autres groupes. Ils n'ont pas pris part au débat national et à la campagne antisioniste menée par les mouvements arabes de l'époque. L'immigration juive n'est alors pas perçue comme une menace mais plutôt comme une opportunité permettant d'amorcer un progrès économique, social et politique dans leurs villages.

Les marchés juifs constituent une nouvelle voie pour leurs produits agricoles, vendus pour la première fois en dehors des limites locales. Les colonies leur facilitent l'accès aux soins de santé, grâce aux médecins venus d'Europe. L'alliance entre les Juifs et les Druzes se forge ainsi sur une base d'intérêts communs, qui semblent justifier leur neutralité dominante lors de la révolte arabe en Palestine mandataire de 1936-1939.

Une identité spécifique et reconnue

Après la création de l'État d'Israël, une identité druze israélienne distincte de l'identité arabe se forme. Elle passe par l'établissement d'un conseil religieux en 1957, puis celle de tribunaux communautaires en 1962. La mention « Druze » remplace celle d'« Arabe » sous la rubrique nationalité. Dans les années 1950, des membres de la communauté participent à la Knesset, avant d'accéder à d'autres postes politiques et diplomatiques importants. Faute d'avoir fondé leur propre parti, les Druzes ont rejoint les organisations traditionnelles tels que le parti travailliste ou le Likoud mais aussi, plus récemment, Kadima et Yisrael Beiteinu. Élu à plusieurs reprises sur les listes de Yisrael Beiteinu, le député Hamad Amar revendique même l'égalité avec les Juifs. Il est à l'origine de la loi votée en 2018, faisant du 1er mars la journée nationale pour la contribution de la communauté druze.

Cette loyauté envers Israël vient en outre du programme scolaire spécifique aux Druzes qui leur inculque depuis 1977 une conscience identitaire particulière, l'allégeance à l'État d'Israël et la langue hébraïque6. Bilingues, ils deviennent rapidement les interprètes des tribunaux militaires et sont tenus à la neutralité.

Service militaire obligatoire

Ils ont d'ailleurs été incorporés dans l'armée dès la fondation d'Israël. À partir de 1956, ils doivent obligatoirement faire leur service militaire, à la différence des autres Palestiniens d'Israël– chrétiens et musulmans –, qui en sont exemptés. À part la petite communauté circassienne, les Druzes sont les seuls non-juifs à être ainsi enrôlés. Ils accèdent de surcroit à des avantages économiques considérables, faisant de l'armée à la fois une source de sécurité financière et un marqueur du particularisme communautaire.

Les soldats druzes sont très souvent placés en premières lignes, et les pertes qu'ils subissent sont lourdes, proportionnellement à leur nombre. C'est pourquoi cette loi est perçue par certains intellectuels de la communauté comme un acte de colonisation qui, de plus, empêche les jeunes de poursuivre leurs études. La part des diplômés du supérieur y est la plus faible de toutes les minorités. Aussi, en 2014, la campagne « Refuse, ton peuple te protègera » encourage-t-elle les jeunes à refuser le service militaire. Le mouvement vise à sensibiliser les Druzes à leur histoire arabe, et à leur faire prendre conscience des manipulations israéliennes. L'opposition druze critique par ailleurs l'écart de développement de ses territoires avec les colonies juives voisines, bénéficiant d'infrastructures modernes et de services publics avancés.

En somme, la loyauté des Druzes d'Israël s'explique par un ensemble de conjonctures historiques, géographiques et même religieuses (tel que le principe de la taqiya, ou dissimulation) qui leur sont propres. Ils agissent par pragmatisme et tentent de sauver leurs intérêts. Certes, une minorité d'entre eux réitère son refus de mener « la bataille d'un gouvernement fasciste », comme le souligne la page « Refuse, ton peuple te protègera » sur les réseaux sociaux le 15 octobre 2023. Néanmoins, ils ne peuvent pas refuser la nationalité israélienne, comme l'ont fait leurs coreligionnaires du Golan, animés d'un fort sentiment d'appartenance nationale envers la Syrie. Malgré leurs divergences, ces deux communautés druzes conservent une certaine solidarité. Le cheikh Tarif n'hésite pas à mettre en lumière leurs revendications, notamment au sujet du projet d'éoliennes que le gouvernement israélien entend développer sur leurs terres agricoles.

L'avenir des Druzes dépendra de l'issue de la guerre actuelle d'Israël contre les Palestiniens. Le pouvoir, déjà confronté à une profonde fracture interne, reverra-t-il ses politiques discriminatoires à l'égard d'une minorité qui combat dans les rangs de son armée ? Quel serait leur sort dans l'hypothèse d'une redistribution des cartes au profit des Palestiniens, voire même d'une avancée du Hezbollah sur leurs territoires situés à quelques kilomètres seulement de la frontière libanaise ?


1Jessica Trisko Darden, « Israel is a Jewish nation, but its population is far from a monolith », The Conversation, 9 février 2024.

2« Local Arab Municipalities and Towns in Israel », The Arab center for Alternative Planinng, octobre 2008.

3Interview de Selim Brik par Pascale Zonszain, « Les Druzes ont des privilèges plutôt que des droits », in Pardès, Paris, vol.1-2, n°64-65, 2019.

4Amal Jamal, « Strategies of Minority Struggle for Equality in Ethnic States : Arab Politics in Israel », Citizenship Studies, vol.11, no.3, juillet 2007.

5Lisa Hajjar, « Israel's interventions among the Druze », Middle East Report 200, 1996.

6Jihan Farhouda, « The Druze minority in the education system in Israel » in Education, Reflection, Development, vol.41, Babes-Bolyai University, juillet 2017.

3 / 10
  GÉNÉRALISTES
Basta
Blast
L'Autre Quotidien
Alternatives Eco.
La Croix
Euronews
Le Figaro
France 24
FTVI
HuffPost
L'Humanité
LCP
Le Media
Le Monde
Libération
Mediapart
La Tribune
 
  EUROPE
Courrier Europe Centle
Euractiv
Toute l'Europe
 
  INTERNATIONAL
Equaltimes
CADTM
Courrier International
Global Voices
Info Asie
Inkyfada
I.R.I.S
Jeune Afrique
Kurdistan au féminin
N-Y Times
Orient XXI
Of AFP
Rojava I.C
 
  OSINT / INVESTIGATION
OFF Investigation
OpenFacto°
Bellingcat
Disclose
G.I.J.N
 
  MÉDIAS D'OPINION
AOC
Au Poste
Cause Commune
CrimethInc.
Issues
Les Jours
Le Monde Moderne
LVSL
Marianne
Médias Libres
Quartier Général
Rapports de force
Reflets
Rézo
StreetPress
 
  OBSERVATOIRES
Armements
Acrimed
Catastrophes naturelles
Conspis
Culture
Extrême-droite
Human Rights
Inégalités
Information
Internet actu ✝
Justice fiscale
Liberté de création
Multinationales
Situationnisme
Sondages
Street-Médics
Routes de la Soie
Vrai ou Fake ?
🌓