LePartisan.info À propos Podcasts Fil web Écologie Blogs Revues Médias
Acrimed | Action Critique Médias
Souscrire à ce flux
Observatoire critique des médias né du mouvement social de 1995

▸ les 10 dernières parutions

12.04.2024 à 12:00

Licenciements, proposition de loi, France Télévisions et compagnie : revue de presse de la semaine

Elvis Bruneaux

Du 05/04/24 au 11/04/24.

- L'actualité des médias
Texte intégral (1209 mots)

Critique des médias : une revue de presse hebdomadaire. Si ce n'est exhaustive, au moins indicative [1]. Au programme : du 05/04/2024 au 11/04/2024.

Critique des médias

« Nathalie Saint-Cricq dans Libération : une "pointure" et beaucoup de cirage », Acrimed, 11/04.

« Ossements du petit Émile : la piste des charognards n'est pas écartée », Samuel Gontier, Télérama, 5/04.

« Pascal Praud, l'heure des cibles », Mediapart, 8/04 [article complet réservé aux abonnés].

« Sur CNews et C8, l'évangile selon saint Vincent Bolloré », Télérama, 9/04, [article complet réservé aux abonnés].

« Révélations de "Mediapart", Christine Kelly tombe des nues », Arrêt sur images, 6/04 [article complet réservé aux abonnés].

Économie des médias

« Distribution : comment le gouvernement veut masquer les subventions offertes à la presse des milliardaires », Marianne, 5/04 [article complet réservé aux abonnés].

« BFMTV rachetée par le milliardaire préféré de Macron : qui est R.Saadé ? », Blast, 7/04.

« La loi "JDD", sacrifiée par la Macronie à l'Assemblée », Les Jours, 8/04 [article complet réservé aux abonnés].

« Delphine Ernotte au Figaro : "Le projet de fusion de l'audiovisuel public, c'est le choix de la responsabilité" », Le Figaro, 5/04 [article complet réservé aux abonnés].

Dans les rédactions

« Pourquoi l'AFP a-t-elle viré le photojournaliste Bülent Kılıç ? », Arrêt sur images, 7/04 [article complet réservé aux abonnés].

« "Vert de rage" : France Télévisions coupe court à son "Cash investigation" écolo », Télérama, 9/04 [article complet réservé aux abonnés].

« Canard enchaîné : le ministère du travail s'oppose au licenciement de Christophe Nobili », 10/04, La Lettre, [article complet réservé aux abonnés].

« Sexisme et violences : la face sombre du journalisme », Blast, 9/04.

« France 3 Occitanie vire un chroniqueur pas assez pro-ésotérisme », Arrêt sur images, 3/04 [article complet réservé aux abonnés].

« A69 et droit d'informer, France 3 en première ligne », Arrêt sur images, 8/04 [article complet réservé aux abonnés]

« "Le Parisien" poursuivi pour avoir détaillé des plaintes pour viols », Arrêt sur images, 9/04 [article complet réservé aux abonnés].

À signaler, aussi

« Derrière le cas de CNews, le consensus néolibéral contre le pluralisme réel », Nikos Smyrnaios, Acrimed, 8/04.

« Jean-Luc Hees a démissionné du comité d'éthique d'Europe 1 après avoir écouté la radio : "J'ai commencé à avoir des boutons" », Libération, 7/04 [article complet réservé aux abonnés].

« Society, Arrêt sur images, BFM Alsace, BFM TV : le CDJM publie cinq nouveaux avis », CDJM, 5/04.

« Audiences : Quel bilan pour "Bonjour !" avec Bruce Toussaint trois mois après son lancement sur TF1 ?, Pure Médias, 9/04.

« France : RSF dénonce une campagne de cyberharcèlement contre les journalistes de Conspiracy Watch à la suite des propos infondés du député Nicolas Dupont-Aignan », RSF, 10/04.

« Policiers et journalistes corrompus, agents doubles : comment la Russie nous infiltre », Blast, 8/04.

« Politiques, milliardaires, grands médias : à qui servent vraiment les sondages ? », Le Média, 9/04.

« Pour la liberté d'informer à Gaza », Le Monde, 5/04.

« En Israël, la chaîne 13 axe la plupart de ses programmes sur la sécurité dans le pays et le retour des otages », Le Monde, 6/04 [article complet réservé aux abonnés].

Et aussi, dans le monde : Jordanie, Turquie, Ukraine, Pérou...

Retrouver toutes les revues de presse ici.


[1] Précisons-le : référencer un article dans cette revue de presse ne signifie pas forcément que nous y souscrivons sans réserve.

11.04.2024 à 12:06

Nathalie Saint-Cricq dans Libération : une « pointure » et beaucoup de cirage

Olivier Poche

« Nathalie Saint-Cricq vote », et Libération vote Saint-Cricq.

- L'art du portrait / , ,
Texte intégral (1366 mots)

On le sait depuis l'édito signé Jonathan Bouchet-Petersen, et intitulé « Les insoumis sont pénibles, ils nous obligent à défendre Nathalie Saint-Cricq et, pire, Pascal Praud », Libération a fort peu goûté la campagne de LFI pour l'inscription sur les listes électorales qui avait suscité une tempête de désapprobation comme le petit monde médiatique outragé sait si bien les orchestrer. Nouvelle pièce fournie par la défense de l'éditocrate du service public : un portrait, dégoulinant de complaisance, publié dans l'édition du 4 avril. Un papier de ceux dont on se demande si quelqu'un l'a relu et validé avant publication, sans trop savoir quelle réponse espérer.

Comme l'indique clairement le chapô du portrait, c'est bien le conflit ouvert par les affiches de LFI et la « polémique » qui s'en est suivie qui justifient ce portrait : « Membre de la famille Duhamel, la journaliste télé au caractère bien trempé ne se laisse pas déstabiliser par les accusations de connivence et de macronisme lancées par LFI. » Et pour cause : l'autrice du portrait, Virginie Bloch-Lainé, membre d'une autre grande « famille » française et appartenant sensiblement au même monde que notre « journaliste télé », va s'efforcer de la défendre, et de délégitimer ces « accusations ». À cet égard, le premier paragraphe est un chef d'œuvre du genre :

A l'antenne, elle est mordante. Physiquement, elle ne vacille pas, mais par la parole, elle balance et balaie la poussière. En raison de ces qualités, sa discrétion lors du débat entre Macron et Le Pen avant le second tour de la présidentielle de 2017 avait été moquée. Alors que voulez-vous, qu'elle se taise ou qu'elle l'ouvre ? C'est le sort d'une excellente journaliste de provoquer une myriade de fantasmes. Nathalie Saint-Cricq serait très riche, terriblement macroniste et peut-être d'autres choses encore. Épouse de Patrice Duhamel, ancien directeur général de France Télévisions, belle-sœur d'Alain Duhamel et mère du journaliste de BFM TV Benjamin Duhamel, elle concentrerait entre ses mains l'information des citoyens.

D'un côté, une « excellente journaliste », bourrée de « qualités ». De l'autre, une « myriade de fantasmes » [1], des injonctions contradictoires (« qu'elle se taise ou qu'elle l'ouvre ? »), et des accusations ridicules : « elle concentrerait entre ses mains l'information des citoyens ». Personne n'a jamais prétendu cela, mais c'est une constance des plaidoiries médiatiques pro domo : on caricature sans complexe le discours des opposants, ce qui a le double mérite de leur enlever tout crédit et d'éviter de répondre à leurs critiques et arguments.

D'ailleurs, les opposants n'auront pas leur mot à dire : on y lira surtout des citations de Nathalie Saint-Cricq [2]. Les deux autres sources de Virginie Bloch-Lainé sont Arlette Chabot, qui trouve sa consœur « généreuse et attentive aux autres. Elle est exceptionnelle, et je ne dis pas ça pour être gentille », et Ali Baddou, qui la trouve pour sa part « exigeante et bienveillante ». Et… c'est tout.

C'est presque tout : le portrait assemble des bribes d'information sur son parcours, son salaire (et sa transparence) [3], ses deux premiers romans, ses vacances en Corse, sa rencontre amoureuse avec « Patrice », ses grands-parents résistants, son frère qui dirige le journal fondé par le grand-père, aventure résumée ainsi par Nathalie (la sœur) – et par elle seule : « C'est un processus qui peut sembler dynastique mais on ne possède pas le journal. C'est une coopérative ouvrière. »

Bref, un ramassis d'éléments biographiques, qui paraissent d'autant plus anecdotiques qu'aucune idée directrice ne semble présider à leur sélection, sinon la volonté de montrer l'« excellente journaliste » sous son meilleur jour – sans exclure des messages annexes : « La journaliste est intransigeante sur deux points : les atteintes à la laïcité et à l'antisémitisme, qui souvent se maquille en antisionisme. »

On retrace à (très) grands traits sa vie de « reporter, en Israël pendant la guerre du Golfe, en Roumanie pendant la révolution de 1989 », son éloignement « du terrain », son retour « à l'écran », son renvoi dans la « charrette » de Sarkozy. On cite les avis (comblés) de ses amis Arlette et Ali. On évoque la « polémique AOC » en invitant Nathalie – et elle seule – à dire « franco de port ce qu'elle pense de cette affaire ». Et Nathalie de faire une révélation pleine de courage : « À sa place, j'aurais démissionné rapidement. » Nathalie, à sa place d'éditocrate, s'était surtout abstenue de toute déclaration compromettante, en prétendant se « mettre en retrait » selon des modalités baroques qui avaient « agacé à France Télés » et fait « jaser en interne », comme le révélait un article de… Libération. Mais des motifs de cet « agacement », du contenu de ces « jaseries », on ne saura rien – même pas leur existence. De même qu'on ne saura rien des critiques précises et argumentées, qu'on a pu formuler, ici même par exemple, à l'encontre de cette éditocrate et du tort qu'elle et ses pairs font au débat public, à la démocratie en général, et à la gauche en particulier.

À la place, on apprend pour finir que « Nathalie Saint-Cricq n'a pas demandé à relire ses propos avant la publication du portrait » : la précision s'impose en effet ! Pourtant, « de plus petites pointures l'exigent », glisse Bloch-Lainé dans un ultime coup de brosse. Une « pointure » – le mot dit bien ce que Virginie a vu en Nathalie : voilà sa vision, qui explique son portrait, en tout point conforme aux attentes de Nathalie. Et de Libération ?

Olivier Poche


[1] En effet délirants : Saint-Cricq serait riche et macroniste !

[2] Qui pourra par exemple déplorer « toute la méchanceté dont [les gens de LFI] sont capables ».

[3] « Parce qu'elle sait que les imaginaires s'emballent, elle nous montre son salaire, sur son smartphone, au bas de sa fiche de paie : 5 789 euros net, treizième mois compris. »

10.04.2024 à 15:46

Sortie de Médiacritiques n°50 : Journalisme politique

Acrimed

Parution le 19 avril.

- Médiacritiques
Lire plus (361 mots)

Le Médiacritiques n°50 sortira de l'imprimerie le 19 avril. À commander dès maintenant sur notre site ou à retrouver bientôt en librairie. Et surtout, abonnez-vous !

Ce numéro ne sera pas plus diffusé en kiosques que les précédents. Vous pourrez cependant le trouver dans quelques rares – mais d'autant plus précieuses – librairies listées ici, ainsi que sur notre boutique en ligne.

Et surtout, abonnez-vous ! Pour cela, rendez-vous sur notre boutique en ligne. Vous pouvez également nous soutenir en adhérant à l'association ou en faisant un don.

Presque tous les anciens numéros sont en accès libre ici.

3 / 10
  GÉNÉRALISTES
Basta
Blast
L'Autre Quotidien
Alternatives Eco.
La Croix
Euronews
Le Figaro
France 24
FTVI
HuffPost
L'Humanité
LCP
Le Media
Le Monde
Libération
Mediapart
La Tribune
 
  INTERNATIONAL
Equaltimes
CADTM
Courrier Europe Ctle
Courrier International
Global Voices
Info Asie
Inkyfada
I.R.I.S
Jeune Afrique
Kurdistan au féminin
N-Y Times
Orient XXI
Of AFP
Rojava I.C
Toute l'Europe
 
  OSINT / INVESTIGATION
OFF Investigation
OpenFacto°
Bellingcat
Disclose
G.I.J.N
 
  MÉDIAS D'OPINION
AOC
Au Poste
Cause Commune
CrimethInc.
Issues
Les Jours
Le Monde Moderne
LVSL
Marianne
Médias Libres
Quartier Général
Rapports de force
Reflets
Rézo
StreetPress
 
  OBSERVATOIRES
Armements
Acrimed
Catastrophes naturelles
Conspis
Culture
Extrême-droite
Human Rights
Inégalités
Information
Internet actu ✝
Justice fiscale
Liberté de Création
Multinationales
Situationnisme
Sondages
Street-Médics
Routes de la Soie
Vrai ou Fake ?
🌓