ASSOCIATIONS grenobloises & d'intérêt régional (en construction)
Aide Demandeurs d'Asile ∗ A.D.E.S ∗ Alliance Citoyenne ∗ Centre Interpeuples ∗ C.R.I.C  ∗ Etoile Ferroviaire ∗ Coll. Gratuité des Transports

A l'Encontre Asso. Démocratie Ecologie Solidarité


Publié le 09.11.2018 à 14:00

Agenda

Samedi 10 novembre à 14 h 30, Place Félix Poulat à Grenoble, rassemblement en solidarité avec le Brésil. Non au fascisme, solidarité avec le peuple brésilien.


Débats ouverts par la ville sur les pratiques et attentes des habitants en matière de lecture publique : lundi 12 novembre 18 h bibliothèque Alliance. Jeudi 15 novembre 10 h Théatre 145. Samedi 17 novembre à 10 h bibliothèque Arlequin.


16, 17 et 18 Novembre 2018 à Paris, 4ème salon du livre des lanceurs et lanceuses d’alerte. La Maison des Métallos 94 rue Jean-Pierre Timbaud, Paris 11ème.

Mots-clefs : , ,

 Lien permanent
..................................................

Publié le 09.11.2018 à 13:50

Center parc à Roybon, le Conseil d’Etat va se prononcer sous peu…

Le 7 novembre le Conseil d’Etat a tenu une audience pour examiner le pourvoi en cassation formé par la SNC ROYBON COTTAGES dans le dossier Loi sur l’eau (Jugement de la Cour administrative d’Appel de Lyon de décembre 2016).

L’association « Pour les Chambaran sans Center Parcs » indique que « le rapporteur public, en la personne de Mme Burguburu, a conclu au rejet de la requête de la société Roybon Cottages.
Ceci est de bon augure et nous espérons qu’elle sera suivie par les magistrats, sachant que l’avis du rapporteur public n’est que consultatif.
La formation en chambres réunies laisse penser que cette décision aura une certaine importance sur le plan juridique sans que nous en connaissions aujourd’hui l’orientation.
Nous vous tiendrons informés de la conclusion rendue dans les semaines à venir.
Nous rappelons que la FRAPNA Rhône-Alpes est à nos côtés dans ce dossier, et que l’Association Régionale de pêche Auvergne-Rhône-Alpes a également déposé un mémoire en réponse au Conseil d’Etat par le biais de leur Avocat. »

Mots-clefs : , , ,

 Lien permanent
..................................................

Publié le 09.11.2018 à 13:45

Politique politicienne

A l’occasion du 100ème anniversaire de la fin de la boucherie de la guerre de 14-18, Emmanuel Macron a jugé « légitime » de rendre hommage au maréchal Pétain, en soulignant que le chef du régime de Vichy avait été « pendant la première guerre mondiale un grand soldat », même s’il a « conduit des choix funestes » (sic) pendant la seconde guerre mondiale.

La déclaration de Macron est grave ! Un Président de la République remet en cause un jugement d’une juridiction républicaine : en effet en 1945 à la Libération, Pétain a été condamné à la peine d’indignité nationale (privation des droits civiques, dégradation, suppression de toute décoration, etc) pour haute trahison et faits de collaboration avec l’Allemagne nazie par la Haute cour de justice de la République ! De Gaulle, chef du gouvernement provisoire, avait finalement commué sa condamnation à mort en une détention à perpétuité.

Décidément Macron ne manque pas une seule occasion de montrer ses idées « progressistes ». À Grenoble, ville compagnon de la Libération, les citoyen-nes ne peuvent que rejeter cette relecture de l’Histoire.


Un soutien actif du PS Grenoblois et animateur d’un site internet qui veut jouer les chevaliers blancs, vient d’être condamné lourdement pour injure publique à caractère raciste. En effet, M. Clérotte a été condamné à 5000 € d’amende (dont la moitié avec sursis) et 1000 € de dommages et intérêt à Soukaïna Larabi candidate de gauche et écologiste aux législatives contre M. Destot en juin 2017 à Grenoble. Il avait déformé volontairement son prénom en « Soulquaeda » pour la rapprocher du groupe terroriste. Maintenant tout le monde sait qui se cache réellement derrière ce personnage peu recommandable.

Mots-clefs : , , , ,

 Lien permanent
..................................................

Publié le 09.11.2018 à 13:41

Débat au Conseil municipal sur : prévention, sécurité et tranquillité publique

Le 5 novembre un débat a eu lieu au Conseil municipal de Grenoble sur un plan d’action de la ville en matière de prévention, de sécurité et de tranquillité publique. Contrairement à ce qui pouvait être craint, la forme et le fond du débat a été de bonne qualité. Les divergences restent entre les différents groupes politiques, mais loin des caricatures portées par les populistes professionnels qui essayent de surfer sur les peurs et qui dégradent l’image de la ville et de l’agglomération, comme l’ancien maire corrompu ou les députés grenoblois (« En Marche ») qui ne se sont pas privés de dégrader le débat politique en jetant de l’huile sur le feu.

La droite par M. Chamussy a demandé que la ville augmente les moyens de la police municipale et que son cadre d’emploi évolue, en estimant que l’Etat ne pourra pas mobiliser les moyens nécessaires à hauteur de la situation. Cette position est à la fois irréaliste et dangereuse car jusqu’en 2022 l’Etat interdit aux communes d’augmenter leurs dépenses de fonctionnement et oblige même à les diminuer, alors comment augmenter les moyens de la police municipale sans détruire les autres services publics et en plus, indiquer à l’Etat que les collectivités sont prêtes à prendre le relais de son incapacité serait le meilleur moyen pour qu’il continue dans sa politique inefficace. Rappelons que l’Etat a moyen de mobiliser des finances pour améliorer le service public de sécurité et de la justice en récupérant d’importantes sommes dans les aides inefficaces aux entreprises à travers le CICE et une réorganisation en profondeur de l’organisation des services de police et de la justice.

La vidéosurveillance est revenue par la petite porte, la majorité estimant qu’elle était utile et efficace en milieu clos (trams, bus, immeubles…), des oppositions estimant qu’il fallait la multiplier dans l’espace public (sans dire comment la payer), la majorité restant sur la priorité à la présence de la police municipale dans l’espace public.

La délibération adoptée rappelle les caractéristiques et les missions essentielles de la police municipale à Grenoble :

« Une police municipale professionnelle au service de la qualité de vie des habitants et en étroite coopération avec la police nationale.

Composée de 100 agents, la police municipale de Grenoble figure parmi les plus importantes des villes de plus de 100 000 habitants que ce soit au regard du nombre d’agents par habitants ou du nombre d’agents rapporté au territoire communal à couvrir. De plus, le renforcement des effectifs de l’équipe de soirée décidé en juin doit permettre, d’ici la fin de l’année, de constituer une patrouille supplémentaire sur la voie publique lors de chaque vacation.

La police municipale est chargée d’assurer une présence préventive et dissuasive de 7H à 3H30 du matin par des patrouilles qui privilégient le contact avec la population et les différents partenaires.

Ses missions sont d’améliorer la vie quotidienne des habitants à travers la présence aux abords des établissements scolaires, la lutte contre les nuisances sonores, le stationnement gênant et très gênant, le respect des zones à basse émission, la sécurisation des transports en commun ou encore l’accompagnement des nombreuses animations et autres rassemblements festifs, sportifs et culturels.

Elle est dotée de moyens matériels modernes (PVE, radio numérique, cinémomètre, véhicules) et de locaux permettant la gestion optimale de ses compétences (centre opérationnel de commandement et de supervision, salle de crise, salle de briefing et salle dédiée à la pratique des gestes et techniques d’intervention).

Cette professionnalisation repose notamment sur le renforcement de l’encadrement dont les valeurs sont la qualité de service au public, le respect de la déontologie, le soutien aux agents et l’équité de traitement.

Pour cela, l’accent est mis sur la formation qui constitue la base de cette montée en compétence et une condition de l’amélioration de la sécurité des agents sur la voie publique.

C’est dans ce cadre que les agents de l’équipe de soirée sont dotés progressivement depuis le mois d’octobre du pistolet à impulsion électrique pour augmenter leurs moyens de protection.

Enfin, cette évolution du service de la police municipale trouve sa traduction dans la récente signature de la convention de coordination entre la police municipale et la police nationale qui vise à clairement définir le rôle et la plus-value de chacun en fonction de ses compétences et à créer des complémentarités au service de la tranquillité des habitants.

Un exercice effectif du pouvoir de police pour mieux réguler les nuisances sur l’espace public et dans les établissements de type bars et discothèques

Depuis 2014, de nombreux arrêtés sont pris pour mieux encadrer les activités ou les établissements qui génèrent des nuisances : nouveau règlement des marchés, modification du régime des autorisations d’occupation du domaine public pour les terrasses, arrêtés de restriction des horaires des commerces créant des nuisances sonores, renforcement des contrôles de la commission de sécurité dans les bars et les discothèques. L’opportunité de prendre ces arrêtés est décidée en étroite coordination avec les services de l’Etat pour renforcer l’efficacité du pouvoir de police spéciale du préfet, notamment en matière de gestion des débits de boissons. »

Mots-clefs : , , ,

 Lien permanent
..................................................