FLUX des ASSOCIATIONS 38


 Antigone
Café Bibliothèque Librairie 22 rue des violettes - Grenoble

Publié le 08.04.2020 à 20:56

Livraisons des échangismes littéraires confinés – avril 2020

Échangismes littéraires – avril 2020

Les échangismes littéraires d’Antigone se sont tenus en visio ce mercredi 1er avril.

  • Les Odyssées : Podcast jeunesse de France Inter (il ne faut pas dire “jeunesse” mais “tout public”). Chaque épisode présente un personnage historique, par exemple Socrate.

  • Un féminisme décolonial, Françoise Vergès : Il s’agit d’une critique de certains courants féministes, notamment d’une partie du MLF. L’autrice s’oppose au féminisme civilisationnel. Elle pense les rapports sociaux et les rapports “pays du Nord”/”pays du Sud” et les intègre dans le féminisme. Ça se lit super bien, c’est assez court.

    • Essai sur le ménage à domicile et le retour à la domesticité, François-Xavier Devetter et Sandrine Rousseau : Essai sur le sujet du ménage au sein des couples.

    • La conjuration des ego : Féminismes et individualisme, Aude Vidal : Un livre pas épais (une centaine de page) qui parle de la problématique des féminismes face à l’individualisme, et le fait que les luttes individuelles prennent le pas sur les luttes collectives.

    • Article de Libération au sujet de l’effet de la pandémie du Covid-19 sur le travail à domicile.

  • Le dossier sur la collapsologie du n° 136 (février 2020) de Philosophie Magazine : Ce dossier fait le point sur ce qu’est la collapsologie à travers plusieurs articles : le premier présente la collapsologie de façon générale (sa création, ses grands principes, son évolution…), le deuxième propose une carte avec les différentes influences théoriques de la collapsologie + les différentes branches de cette dernière, le troisième présente le survivalisme. Ensuite, le dossier propose trois critiques adressées à la collapsologie par des penseurs. Enfin, il se conclut sur une interview de Pablo Servigne. Un dossier intéressant pour découvrir ce qu’est la science de l’effondrement, plutôt en vogue en ce moment, et pouvoir se faire un premier avis.

  • Le voyage à Bordeaux, Yoko Tawada : Roman où nous suivons Yuna, une femme japonaise arrivant à Bordeaux. Le début du livre est assez énigmatique car on ne sait pas pourquoi elle est ici, mais l’histoire remonte étape par étape à l’origine de ce voyage pour nous permettre de comprendre. On entre bien dans la peau du personnage principal, l’écriture est ciselée et au plus proche des émotions, des sensations : les phrases sont courtes, ça rend l’ensemble très dynamique alors qu’il n’y a pas d’action. Et l’autrice développe toute une réflexion passionnante sur la langue.

    • Le parcours de Doktoro Esperanto, le créateur de l’esperanto, est très intéressant.

  • La casse du siècle : À propos des réformes de l’hôpital public, Pierre-André Juven, Frédéric Pierru & Fanny Vincent : Écrit par 3 sociologues, dont un grenoblois. Il s’agit d’une analyse historique et sociologique des réformes de l’hôpital public sur 30 ans, avec pas mal de recul sur l’idéologie qui les sous-tend (introduction du neo-management, virage ambulatoire, mise en concurrence avec les cliniques…). Cet ouvrage analyse les théories sous-tendant ces réformes, leurs effets et la façon dont elles sont appliquées. Très très bien décrit, permet de comprendre comment on en est arrivé à la situation actuelle.

    • Hôpital public, le grand malaise : Très bon documentaire qui est passé sur LCP (La Chaîne Parlementaire). Il montre différents hôpitaux, dont un flambant neuf mais qui n’est déjà plus opérationnel du fait du manque de moyens. Il met également en évidence l’opposition entre une direction de cadres, avec une approche gestionnaire, et les salariés sur le terrain.

    • Le cas Olivier Véran ou l’hypocrisie comme mode de gestion de crise : Cet article a été réalisé par le journal Le Postillon, et republié par Lundimatin (lien ci-dessus) et Médiapart. Il s’agit d’une présentation du nouveau ministre de la santé, Olivier Véran.

    • L’hôpital se fout de la charité : Reportage sur l’hôpital public dans La Revue dessinée, en 2019.

  • [Suite à la présentation d’une œuvre d’art, que l’autrice de ce compte-rendu est bien incapable de résumer] : Dripped, court-métrage réalisé par Léo Verrier, sur un homme qui vole des tableaux dans les musées pour pouvoir les manger…et se transformer !

  • Peste, Chuck Palahniuk : Roman polyphonique de personnes ayant rencontré le patient zéro d’une épidémie de peste ou de rage (on ne sait pas trop), maladie contractée après la morsure d’une chauve-souris. Un roman trash assez bluffant, surtout dans le contexte actuel de pandémie.

  • Vous êtes servis, Jorge Leon : Documentaire visible sur Tënk, qui présente la vie des femmes indonésiennes formées au métier de bonne pour aller servir aux Émirats Arabes Unis ou au Moyen-Orient. On suit les six mois à un an de formation qu’elles vivent, et leur vie à partir de là. C’est absolument glaçant. Elles commencent à travailler tôt, si possible avant le mariage pour gagner de l’argent pour leur dot et pour leur premier enfant. Ce sont des contrats de trois ans, pendant lesquelles elles sont sur-exploitées. Après quoi, elles reviennent en Indonésie pour faire un enfant, puis repartent travailler quand l’enfant est sevré, etc. Et cela dans la meilleure des situations, car il y a aussi des cas où ça ne se passe pas comme ça.

    • Entretien avec la photographe grecque Evangelia Kranioti, qui a notamment fait une exposition photographique autour de certaines de ces femmes exploitées.

    • Raphaël Dallaporta est un photographe français qui a travaillé sur l’esclavagisme moderne.

  • La mal-mesure de l’homme, Stephen Jay Gould : Essai sur le déterminisme biologique. L’auteur analyse la pensée des déterministes, qui soutenaient que l’intelligence est acquise à la naissance et immuable, et qui ont essayé de trouver des paramètres prouvant cela…d’abord des critères physiques (la taille du cerveau, etc.), puis d’autres (comme le QI). L’auteur reprend leurs études, montre les biais ainsi que l’influence politique des déterministes. L’auteur est un proche de Chomsky.

  • Libres d’obéir : Le management du nazisme à aujourd’hui, Johann Chapoutot : Ce livre montre que les nazis qui n’étaient pas célèbres n’ont pas du tout été jugés et que beaucoup ont pu reprendre une vie “normale”, la chasse aux nazis n’ayant eu lieu qu’à partir des années 70. L’auteur présente également la politique du consentement des nazis, et explique l’influence du nazisme dans les théories du management, même si leurs théories sont devenues ringardes à partir des années 70. A bien aimé ce livre, mais ne sait pas quoi en penser.

  • Khooneye Ma, Marjan Farsad : Chanson avec un très beau clip façon film d’animation.

......................

Publié le 08.04.2020 à 20:56

Livraisons des échangismes littéraires confinés – avril 2020

Échangismes littéraires – avril 2020

Les échangismes littéraires d’Antigone se sont tenus en visio ce mercredi 1er avril.

  • Les Odyssées : Podcast jeunesse de France Inter (il ne faut pas dire “jeunesse” mais “tout public”). Chaque épisode présente un personnage historique, par exemple Socrate.

  • Un féminisme décolonial, Françoise Vergès : Il s’agit d’une critique de certains courants féministes, notamment d’une partie du MLF. L’autrice s’oppose au féminisme civilisationnel. Elle pense les rapports sociaux et les rapports “pays du Nord”/”pays du Sud” et les intègre dans le féminisme. Ça se lit super bien, c’est assez court.

    • Essai sur le ménage à domicile et le retour à la domesticité, François-Xavier Devetter et Sandrine Rousseau : Essai sur le sujet du ménage au sein des couples.

    • La conjuration des ego : Féminismes et individualisme, Aude Vidal : Un livre pas épais (une centaine de page) qui parle de la problématique des féminismes face à l’individualisme, et le fait que les luttes individuelles prennent le pas sur les luttes collectives.

    • Article de Libération au sujet de l’effet de la pandémie du Covid-19 sur le travail à domicile.

  • Le dossier sur la collapsologie du n° 136 (février 2020) de Philosophie Magazine : Ce dossier fait le point sur ce qu’est la collapsologie à travers plusieurs articles : le premier présente la collapsologie de façon générale (sa création, ses grands principes, son évolution…), le deuxième propose une carte avec les différentes influences théoriques de la collapsologie + les différentes branches de cette dernière, le troisième présente le survivalisme. Ensuite, le dossier propose trois critiques adressées à la collapsologie par des penseurs. Enfin, il se conclut sur une interview de Pablo Servigne. Un dossier intéressant pour découvrir ce qu’est la science de l’effondrement, plutôt en vogue en ce moment, et pouvoir se faire un premier avis.

  • Le voyage à Bordeaux, Yoko Tawada : Roman où nous suivons Yuna, une femme japonaise arrivant à Bordeaux. Le début du livre est assez énigmatique car on ne sait pas pourquoi elle est ici, mais l’histoire remonte étape par étape à l’origine de ce voyage pour nous permettre de comprendre. On entre bien dans la peau du personnage principal, l’écriture est ciselée et au plus proche des émotions, des sensations : les phrases sont courtes, ça rend l’ensemble très dynamique alors qu’il n’y a pas d’action. Et l’autrice développe toute une réflexion passionnante sur la langue.

    • Le parcours de Doktoro Esperanto, le créateur de l’esperanto, est très intéressant.

  • La casse du siècle : À propos des réformes de l’hôpital public, Pierre-André Juven, Frédéric Pierru & Fanny Vincent : Écrit par 3 sociologues, dont un grenoblois. Il s’agit d’une analyse historique et sociologique des réformes de l’hôpital public sur 30 ans, avec pas mal de recul sur l’idéologie qui les sous-tend (introduction du neo-management, virage ambulatoire, mise en concurrence avec les cliniques…). Cet ouvrage analyse les théories sous-tendant ces réformes, leurs effets et la façon dont elles sont appliquées. Très très bien décrit, permet de comprendre comment on en est arrivé à la situation actuelle.

    • Hôpital public, le grand malaise : Très bon documentaire qui est passé sur LCP (La Chaîne Parlementaire). Il montre différents hôpitaux, dont un flambant neuf mais qui n’est déjà plus opérationnel du fait du manque de moyens. Il met également en évidence l’opposition entre une direction de cadres, avec une approche gestionnaire, et les salariés sur le terrain.

    • Le cas Olivier Véran ou l’hypocrisie comme mode de gestion de crise : Cet article a été réalisé par le journal Le Postillon, et republié par Lundimatin (lien ci-dessus) et Médiapart. Il s’agit d’une présentation du nouveau ministre de la santé, Olivier Véran.

    • L’hôpital se fout de la charité : Reportage sur l’hôpital public dans La Revue dessinée, en 2019.

  • [Suite à la présentation d’une œuvre d’art, que l’autrice de ce compte-rendu est bien incapable de résumer] : Dripped, court-métrage réalisé par Léo Verrier, sur un homme qui vole des tableaux dans les musées pour pouvoir les manger…et se transformer !

  • Peste, Chuck Palahniuk : Roman polyphonique de personnes ayant rencontré le patient zéro d’une épidémie de peste ou de rage (on ne sait pas trop), maladie contractée après la morsure d’une chauve-souris. Un roman trash assez bluffant, surtout dans le contexte actuel de pandémie.

  • Vous êtes servis, Jorge Leon : Documentaire visible sur Tënk, qui présente la vie des femmes indonésiennes formées au métier de bonne pour aller servir aux Émirats Arabes Unis ou au Moyen-Orient. On suit les six mois à un an de formation qu’elles vivent, et leur vie à partir de là. C’est absolument glaçant. Elles commencent à travailler tôt, si possible avant le mariage pour gagner de l’argent pour leur dot et pour leur premier enfant. Ce sont des contrats de trois ans, pendant lesquelles elles sont sur-exploitées. Après quoi, elles reviennent en Indonésie pour faire un enfant, puis repartent travailler quand l’enfant est sevré, etc. Et cela dans la meilleure des situations, car il y a aussi des cas où ça ne se passe pas comme ça.

    • Entretien avec la photographe grecque Evangelia Kranioti, qui a notamment fait une exposition photographique autour de certaines de ces femmes exploitées.

    • Raphaël Dallaporta est un photographe français qui a travaillé sur l’esclavagisme moderne.

  • La mal-mesure de l’homme, Stephen Jay Gould : Essai sur le déterminisme biologique. L’auteur analyse la pensée des déterministes, qui soutenaient que l’intelligence est acquise à la naissance et immuable, et qui ont essayé de trouver des paramètres prouvant cela…d’abord des critères physiques (la taille du cerveau, etc.), puis d’autres (comme le QI). L’auteur reprend leurs études, montre les biais ainsi que l’influence politique des déterministes. L’auteur est un proche de Chomsky.

  • Libres d’obéir : Le management du nazisme à aujourd’hui, Johann Chapoutot : Ce livre montre que les nazis qui n’étaient pas célèbres n’ont pas du tout été jugés et que beaucoup ont pu reprendre une vie “normale”, la chasse aux nazis n’ayant eu lieu qu’à partir des années 70. L’auteur présente également la politique du consentement des nazis, et explique l’influence du nazisme dans les théories du management, même si leurs théories sont devenues ringardes à partir des années 70. A bien aimé ce livre, mais ne sait pas quoi en penser.

  • Khooneye Ma, Marjan Farsad : Chanson avec un très beau clip façon film d’animation.

......................

Publié le 30.03.2020 à 14:53

Des nouvelles d’Antigone en attendant la réouverture…

Bonjour à toutes et à tous,

Ça parait inutile de le mentionner, mais Antigone reste fermé jusqu’à … ??? La programmation à venir est donc toute chamboulée… on vous tient au courant…

En ces temps de confinement, Antigone vous propose tout d’abord deux jeux concours :

> Vous trouverez en suivant le lien ci-dessous les règles du jeu “Fallait pas énerver Coco”. Toutes vos productions seront affichées sur le site d’Antigone et lors d’une exposition !

https://www.bibliothequeantigone.org/?p=4093 > La rue nous est interdite et puisque c’est souvent là que se mène la lutte, bien plus que dans la profusion du web et des réseaux sociaux on lance aujourd’hui auprès de vous un grand concours “politise ton balcon”.

Sans doute parmi vous certain.es y ont déjà fait fleurir leurs meilleurs slogans ? Pour les autres : à vos pancartes, banderoles, pinceaux, marqueurs et que ça envoie du lourd !

Une fois le forfait accompli, livrez nous une image en suivant le lien ci-dessous :

https://nuage.gresille.org/index.php/s/GmQgasESRz43Bji

On vous fera un retour ce bourgeonnement balconnesque d’ici quelques temps…

> Vous pouvez profiter de ce temps pour fouiller chez vous si vous n’avez pas des vieux bouquins que vous avez oublié de ramener!!!

> Et Réfléchir :

En cette période de confinement (plus ou moins selon vos obligations pro), vous allez peut-être avoir envie de lire et nous armer pour les les jours d’après (et au passage se reposer aussi un peu parce que l’on aura besoin de plein de forces pour la suite…). Pas besoin non plus de commander en ligne car comme le rappelle le syndicat du livre http://www.syndicat-librairie.fr/vente_de_livres_en_periode_d_epidemie_si_la_vente_de_livres_en_librairie_n_est_pas_indispensable_a_la_vie_de_la_nation_pourquoi_la_vente_de_livres_par_amazon_ou_un_hypermarche_l_est_elle_

“si la vente de livres en librairie n’est pas « indispensable » à la vie de la nation, pourquoi la vente de livres par Amazon ou un hypermarché l’est-elle ?” Vous pouvez aussi relayer aussi l’appel de la librairie LES MODERNES

https://fr-fr.facebook.com/lesmodernes/

> Du coup, on en profite pour partager quelques plans pour lire des livres depuis chez vous !

– Et notamment Chez soi de Mona Chollet : La Découverte en mettra dautres titres en ligne en accès libre au fur et à mesure : https://editionsladecouverte.fr/art_home/article.php?id=14351

– La quasi totalité du catalogue des éditions Zones en format Lyber (pas très pratique mais bon…) : https://www.editions-zones.fr/livres/

– Dix bouquins de chez La Fabrique :

https://lafabrique.fr/offres-epub/

(dont L’imagianire de la Commune recommandé par Kristeauf)

– Aux éditions de l’éclat, une longue liste :

http://www.lyber-eclat.net/les-lybers-disponibles/

(avec une mention spéciale pour les livres de Yona Friedman et PM Bolo’ Bolo)

– Les éditions Entremonde proposent leur catalogue :

http://entremonde.net/ebook

– Les éditions Tahin Party aussi :

https://tahin-party.org/

– Le catalogue des éditions L’altiplano :

http://blog.agone.org/post/2020/03/18/Les-livres-d-Agone-au-format-ePub

-Les classiques tombés dans le domaine public :

https://www.gutenberg.org/wiki/Category:FR_Genre

– Le livre La casse du siècle, À propos des réformes de l’hôpital public mis en ligne par Raison d’Agir http://www.raisonsdagir-editions.org/catalogue/la-casse-du-siecle/

– Les brochures de l’Infokiosk :

https://www.fichier-pdf.fr/2015/07/04/catalogue31/catalogue31.pdf

– 2 titres en epub chez Libertlia :

https://www.editionslibertalia.com/blog/epub-et-pdf-en-acces-libre

> Vous pouvez aussi directement découvrir une petite sélection directement sur notre site : https://www.bibliothequeantigone.org/?page_id=3098

> Et pourquoi pas aussi des revues :

– La revue Ballast : https://www.revue-ballast.fr/

– CQFD :

http://cqfd-journal.org/

> Et puis il y a aussi des films en dehors des grandes plateformes :

– L’office national du film du Canada (films pour petits et grands):

https://www.onf.ca/

Le cinéma indépendant en ligne :

https://ciel.ciclic.fr/

> Il y a aussi ce réseau social d’actualités:

https://seenthis.net/

et l’agrégateur de news militantes:

https://rezo.net/

En conclusion, on peut très bien se passer d’Amazon, alors demandons la fermeture d’Amazon et la protection de ses salarié.e.s sans discrimination ni chantage.

> Se tenir au courant :

– Comme toutes les personnes à la rue, ou mal logées, les jeunes majeurs, (en lutte depuis plusieurs mois pour obtenir des logements après que le département les ait laisser tomber) ont du trouver des solutions par eux même à la dernière minute pour se mettre à l’abris. La mairie et le déparement se sont encore bien lavés les mains de leur situation : https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/isere/grenoble/coronavirus-impossible-confinement-jeunes-majeurs-suivis-dal-grenoble-c-est-rage-absolue-1802312.html

– Le DAL reste dispo en cas de soucis :

droitaulogement (a) gresille (point) org

06 41 30 55 18

– Le Planning reste joignable aussi:

soit envoyer un mail à : secretariat@leplanningfamilial38.org

soit MP facebook Planning Familial 38

soit DM twitter @leplanning38

soit DM insta planningfamilial38

– La BAF met à dispo des attestations traduites:

https://labaf.org/index.php/attestations-deplacement/

– Le syndicat Solidaires va lancer une permanence téléphonique d’ici peu pour faire remonter les abus sur les lieux de travail.

Portez vous bien et à bientôt au 22 rue des violettes et dans la rue !

L’équipe d’Antigone

......................

Publié le 30.03.2020 à 14:50

Grand jeu concours “politise ton balcon”

La rue nous est interdite et puisque c’est souvent là que se mène la lutte, bien plus que dans la profusion du web et des réseaux sociaux on lance aujourd’hui auprès de vous un grand concours “politise ton balcon”.

Sans doute parmi vous certain.es y ont déjà fait fleurir leurs meilleurs slogans ? Pour les autres : à vos pancartes, banderoles, pinceaux, marqueurs et que ça envoie du lourd !

Une fois le forfait accompli, livrez nous une image en suivant le lien ci-dessous :

https://nuage.gresille.org/index.php/s/GmQgasESRz43Bji

On vous fera un retour ce bourgeonnement balconnesque d’ici quelques temps…

......................

Publié le 30.03.2020 à 14:40

Règlement du jeu concours « Fallait pas l’énerver Coco»

Règlement du jeu concours « Fallait pas l’énerver Coco»

Article 1 : ORGANISATION du Jeu

L’Association Corinnes et ses personnalités multiples N° RNA 1015/6000/600514035 dénommée «l’organisatrice» Organise un jeu intitulé « Fallait pas l’énerver Coco», dans le cadre du confinement

Ci-après dénommé « le Jeu».

Article 2 : Objet du jeu Le Jeu qui est gratuit et sans obligation d’achat consiste : à créer un visuel en détournant les affichages d’info concernant la pandémie de COVID19 gestes barrières et autres à propos des sans abris, jeunes majeurs etc… montrant que Piolle, Barbier et Beffre « sans lavent les mains régulièrement et plusieurs fois par jour » Dans le cadre du jeu, Les créations devront être envoyées sous le libellé du jeu à activistes@bibliothequeantigone.org. Les activistes seront conviés à voter pour désigner les gagnants parmi les participants, Ci après « les participants » La participation au Jeu implique l’acceptation sans réserve des participants du présent règlement dans son intégralité, Ci-après « le Règlement ».

Article 3 : Date et durée

Le Jeu se déroule du 18/3/2020…la fin du confinement. L’organisatrice se réserve la possibilité de prolonger la période de participation et de reporter toute date annoncée.

Article 4 : Conditions de participation & validité de la participation 4-1 Conditions de participation Le Jeu est ouvert à toutes les personnes majeures ou mineures qui le souhaitent Ne sont pas autorisés à participer au Jeu, toute personne ayant collaboré à fermer sa gueule durant cette période Ce que doit contenir le bulletin de participation (nom, prénom, adresse électronique, rééls ou fictifs.) Les modalités d’acheminent des bulletins de participation et des œuvres se font par mail et exclusivement sous le libellé »Fallait pas l’énerver Coco » en objet

Article 5 : Désignation des gagnants

Mentionner les conditions particulières s’il en existe, à défaut viser uniquement la tirage au sort, date ou période, lieu, par qui, en présence d’un Huissier de justice pour superviser la détermination des gagnants etc.

Tout bulletin contenant une fausse déclaration ou une déclaration erronée et/ou incomplète et/ou ne respectant pas le présent règlement, tiré au sort sera considérée comme nulle et entraînera la désignation d’un autre participant par un nouveau tirage au sort.

 

Article 6 : Désignation des Lots

1er prix 20 tirages en A3 de l’œuvre et séances de collage à proximité de la mairie, du conseil départemental, de la préfecture… 2ème prix l’œuvre sera faxée pendant une semaine aux trois intéressés du 3ème au Xème prix seront affichés dans Antigone lors de sa réouverture publique.

Conformément à la « loi informatique et libertés » du 6 janvier 1978, les Participants bénéficient d’un droit d’accès, de rectification ou de radiation des informations les concernant. Toute demande devra être adressée par courrier à l’adresse de l’organisateur …..Mentionner adresse électronique et siège social de l’organisateur

Article 11 : Responsabilité

Le Participant reconnaît et accepte que la seule obligation de l’organisatrice au titre du Jeu est de soumettre au vote les participations recueillies, sous réserve que sa participation soit conforme aux termes et conditions du Règlement L’organisatrice ne saurait être tenu responsable, sans que cette liste soit limitative de toute défaillance technique, matérielle ou logicielle de quelque nature que ce soit, les risques de contamination par des éventuels virus circulant sur le réseau et l’absence de protection de certaines données contre des détournements éventuels. La participation au Jeu implique la connaissance et l’acceptation des caractéristiques et des limites d’Internet tant en ce qui concerne les performances techniques, les temps de réponse pour consulter, que pour interroger ou transférer des informations.

Article 12 : Cas de force majeure / réserves

La responsabilité de l’organisatrice ne saurait être encourue si, pour un cas de force majeure ou indépendant de sa volonté, le  jeu devait être modifié, écourté ou annulé. L’organisatrice se réserve le droit de procéder à toute vérification qu’elle jugera utile, relative au respect du règlement, notamment pour écarter tout participant ayant effectué une déclaration contraire au respect et à la solidarité due aux personnes sans abri

Article 13 : Litiges

Le Règlement est régi par la loi française. Toute difficulté d’application ou d’interprétation du Règlement sera tranchée exclusivement par l’organisatrice. Il ne sera répondu à aucune demande ou réclamation téléphonique concernant l’application ou l’interprétation du présent règlement. Toute contestation ou réclamation relative au Jeu et au au vote devra être formulée par écrit à l’adresse suivante : Corinne Liechti 32 rue Ampère 38000 Grenoble. Aucune contestation ne sera prise en compte huit jours après la clôture du Jeu.

Article 14 : Dépôt et consultation du Règlement

Le règlement du jeu est déposé auprès de la SCP Chanrion 4 rue de la station Ponsard, 38100 Grenoble.

 

......................

Publié le 20.03.2020 à 17:17

APPEL A LA NON RÉ-OUVERTURE DES LIBRAIRIES ET A LA RIPOSTE CONTRE AMAZON

APPEL A LA NON RÉ-OUVERTURE DES LIBRAIRIES ET A LA RIPOSTE CONTRE AMAZON
Nous ne ré-ouvrirons pas la librairie pendant la période de confinement. En proposant la ré-ouverture des librairies, Bruno Le Maire impose sa loi aux librairies indépendantes et s’agenouille lâchement devant Amazon. Le ministre de l’Economie préfère sacrifier les vies des lecteur.trices, des libraires et des employé.e.s du géant de la vente en ligne qui travaillent dans des conditions sociales et sanitaires déplorables, plutôt que de prendre la mesure la plus évidente qui soit : fermer les entrepôts d’Amazon. Alors que la population entière s’efforce d’adopter les gestes et les attitudes nécessaires pour contrer la progression du Covid-19, que celui-ci s’étend de manière exponentielle , Bruno Le Maire avance l’idée insensée d’encourager les contacts entre les personnes et de jeter les libraires au virus en les incitant à côtoyer plus de 5 personnes par jour. Tout cela avec la prétention hypocrite de vouloir « aider les librairies ». Nous vous rappelons que la plupart des groupements et associations de libraires ont décidé de fermer leurs sites de vente à distance pour des questions de respect de la situation sanitaire et d’équité entre les différentes librairies. Visiblement la santé et la vie valent moins aux yeux du ministre que l’argent et les profits d’une entreprise, même si celle-ci est déjà l’une des plus puissantes au monde. Rappelons que Jeff Bezos, PDG d’Amazon, est l’homme le plus riche du monde, sa fortune s’élève à plus de 154 milliards de dollars. Il faudrait travailler environ 7 millions d’années au salaire moyen français pour atteindre une telle somme.
Bruno Le Maire dit : « Vous savez l’attachement que j’ai pour les livres. » Attachement pour les livres, peut-être. Attachement pour la fortune des puissants, assurément. Attachement pour la santé et la survie des personnes, certainement pas !
Pour la survie des libraires, celle des lecteur.trices, celle des employé.e.s d’Amazon :
NOUS SOMMES CONTRE LA RÉ-OUVERTURE DES LIBRAIRIES PENDANT LA PÉRIODE DE CONFINEMENT,
NOUS SOMMES POUR LA FERMETURE D’AMAZON.
Les Modernes
6, RUE LAKANAL 38000 GRENOBLE 04 76 27 41 50

......................

Publié le 15.03.2020 à 18:02

......................

Publié le 12.03.2020 à 09:31

Féminismes : où en est-on ? Tour d’horizons / Dans le cadre des rencontres de géopolitique critique / Dimanche 29 mars 19h

Féminismes : où en est-on ? Tour d’horizons.

Extraits des films Ouvrir la voix d’Amandine Gay et Filles de mai de Jorge Amat, récits de participant.e.s en introduction, et échanges autour de nos vécus et de ce qui fait naître ou changer nos féminismes.

Prix libre / ouvert à tou.te.s Repas à prix libre à partir de 18h, démarrage 19h

Plus d’informations sur l’ensemble des Rencontres de géopolitique critique : https://www.modop.org/les-rencontres-de-geopolitique-critique/

......................

Publié le 09.03.2020 à 22:36

Échangismes littéraires – mars 2020

Échangismes littéraires – mars 2020

  • Le monde diplomatique de janvier 2019 : Contient un dossier sur les gilets jaunes. Intéressant de le lire un an après, avec le recul, surtout que parfois les journalistes font des prévisions.

  • La panne, Friedrich Dürrenmatt : Roman. La voiture d’Alfredo Traps tombe en panne loin de chez lui. Il se fait héberger par un retraité, dans le village près duquel la panne a eu lieu. Le soir, son hôte ayant des invités, il se joint à eux. Il s’avère que tous sont retraités et travaillaient auparavant dans la justice (avocat, procureur, bourreau, juge). Lorsqu’ils se retrouvent, ils s’amusent à rejouer les grands procès de l’Histoire. Mais, Alfredo Traps étant présent ce soir, ils lui proposent d’organiser son procès…alors qu’il n’a, a priori, commis aucun crime. Un roman court, facile à lire, plutôt amusant (dans le genre humour noir). Tout l’intérêt de l’histoire repose sur le fait qu’on ne sait pas sur quel pied danser concernant ce procès plutôt étrange.

  • L’origine du capitalisme, Ellen Meiksins Wood : Il existe tout un tas de théories concernant l’origine du capitalisme, et, dans la plupart, il s’agirait d’un système “naturel”, présent depuis toujours. Si, auparavant, on ne voyait pas le capitalisme dans les sociétés humaines, c’est parce qu’il était empêché et qu’il fallait quelque chose pour le faire évoluer → étant naturel, le capitalisme serait indépassable. Pour l’autrice, ces théories sont erronées et le capitalisme aurait été créé en Angleterre au 16è siècle, avec le mouvement des enclosures. Elle explique les conditions particulières qui ont fait que le capitalisme est apparu précisément à ce moment et dans ce pays, et le processus qui a permis son développement. Un ouvrage très répétitif dans le style, il manque des détails, mais ça se lit vite et c’est vraiment pas mal.

    • Bernard Friot évoque la mesure du temps de travail dans ses articles.

    • Le libéralisme, Pierre Zaoui & Romain Dutrex : Ouvrage de la collection La petite bédéthèque des savoirs. Il s’agit d’une bande dessinée qui explique ce qu’est le libéralisme. Les textes sont d’un chercheur, les dessins d’un dessinateur. Le style graphique est celui de la caricature réaliste. Le scénario est assez original : Montesquieu et Jung se rendent dans une librairie, trouvent la BD (que l’on est soi-même en train de lire), la lisent et commentent → un fil conducteur amusant pour introduire les explications autour du libéralisme. Ils évoquent notamment ses origines.

    • Le capitalocène : Aux racines historiques du dérèglement climatique, Armel Campagne : L’auteur aborde l’origine du capitalisme et le lien de ce dernier avec le contrôle des énergies.

  • The Old man, Yom : Yom est un clarinettiste français. Ce morceau est tiré de son album Songs for the Old man, dont la pochette est magnifique. Il s’agit d’un morceau de musique Klezmer. A éprouvé un véritable coup de cœur pour ce titre, le son est chaleureux, doux, mélancolique, velouté. Le fait d’entendre la respiration de l’artiste est très sensuel.

    • À Grenoble, il y a un groupe de musique Klezmer, ils interprètent des morceaux et font des voyages culturels : Grenoble Klezmer Kollectiv.

  • Le breakfast du champion, Kurt Vonnegut : Roman. L’auteur passe son temps à donner son avis sur le monde et son fonctionnement. Pour cela, il imagine un monde où deux individus seulement sont dotés du libre-arbitre : un auteur de SF (qui n’est pas Kurt Vonnegut) et un milliardaire, mais ce dernier n’est pas vraiment libre, car il est malade de son pouvoir au point d’en devenir littéralement fou. L’auteur parle à la troisième personne, se pose en créateur. L’auteur de SF est un auteur moyen, publié surtout dans des revues pornos. Ce roman est loufoque, drôle et intéressant. À un moment, l’auteur de SF et le milliardaire sont sensés se rencontrer. Il y a de nombreux dessins insérés, qui complètent le texte : schéma d’un objet ou d’un lieu plutôt que d’en faire une description, etc.

  • La cravate, Mathias Théry et Étienne Chaillou : Film documentaire. Les réalisateurs ont suivi un militant du Rassemblement National durant la campagne présidentielle. Tout le film est entrecoupé de séquences où ils présentent le script du film au militant, pour que ce dernier soit au courant de ce qu’ils vont dire à son sujet. Les réalisateurs ont décidé de ne faire entendre que la voix du militant : nous n’entendons pas les autres personnes, une voix off indique simplement la thématique de la discussion et les réactions du militant. Un film très intéressant car on suit vraiment tout le parcours du militant, il s’agit d’un portrait qui prend en compte tous les aspects de sa vie, on a des éléments concrets permettant de comprendre pourquoi il a rejoint le RN. L’approche sociologique est intéressante.

    • Des mêmes réalisateurs, le documentaire La sociologue et l’ourson est très bien : ils décident de faire un film sur la Manif pour tous et la mère de Mathias Théry, sociologue, discute avec son fils des enjeux du débat autour du Mariage pour tous. On la voit évoluer politiquement.

  • Les juifs dans la Résistance Française – 1940-1944 – (avec armes ou sans armes), David Diamant : Ouvrage paru en 1970, l’auteur est un ouvrier juif communiste. Il montre que les juifs communistes et, de manière générale, les communistes, ont participé à la Résistance avant qu’Hitler ne se retourne contre Staline et n’attaque l’URSS.

  • Petit traité d’écologie sauvage T.03 : Mythopoïèse, Alessandro Pignocchi : Bande dessinée. La civilisation occidentale s’est effondrée, le mode de pensée dominant est désormais la culture animiste des jivaros. Les dirigeants ne veulent plus diriger, tout le monde est passionné par les animaux et les plantes. La BD est une succession de gags, entre autres en lien avec l’actualité (démission de Hulot, marche pour le climat…). La postface est très intéressante.

    • Entretien de François Sarano sur le site Reporterre suite à la parution de son livre Réconcilier les hommes avec la vie sauvage.

    • Le 12 mars, Johann Chapoutot sera à la librairie Le Square.

  • Le dernier hiver du Cid, Jérôme Garcin : Cet ouvrage est stylistiquement horrible, mais ça se calme un peu au fur et à mesure du livre et les chapitres sont courts. Si on arrive à dépasser ce problème de style, il s’agit d’un ouvrage bouleversant. L’auteur est le mari de la fille de Gérard Philipe, grand acteur français. Il raconte au jour le jour les derniers jours de cet acteur qui ignore qu’il va mourir, atteint d’une maladie en fait incurable. Seule sa femme le sait, et décide de lui cacher pour qu’il puisse vivre à fond sa vie. L’ouvrage montre la grande vitalité de cet homme, le temps qu’il donne pour les causes qu’il défend. C’est comme une tragédie grecque, Gérard Philipe a tout donné, sa vie est comme celle d’une comète.

  • Le pacte du loup avec Jérémie Villet : Épisode hors-série du podcast Les baladeurs, où une personne vient raconter une expérience en pleine nature. Son récit est mis en son par l’équipe du podcast, afin de plonger l’auditeur(ice) dans l’ambiance. Dans cet épisode, le photographe Jérémie Villet raconte sa rencontre avec un loup, en Alaska. Sa voix est hypnotisante, son récit très bien construit, les effets sonores nous plongent complètement dans son histoire.

  • Shibumi, Trevanian : Roman, thriller. Nicholaï Hel a vécu dans les années 30 à Shanghaï avec sa mère, aristocrate russe ayant émigré en Chine dans les années 20, désormais prostituée de luxe. Il est plus ou moins adopté par un général japonais qui l’initie au go et, lorsque les japonais envahissent Shanghaï, le fait partir vivre chez un maître de go au Japon. Employé comme décrypteur de codes secrets par les américains, il sera envoyé en prison lorsque son ancien tuteur est accusé de crime de guerre. Au bout de plusieurs années, la CIA lui propose de le faire sortir de prison à condition qu’il travaille comme tueur pour elle, ce qu’il accepte. En parallèle de son histoire, nous suivons une organisation internationale pas très sympathique, la Mother Company. Et encore en parallèle, un attentat est organisé par des japonais contre des juifs, commandité par la Mother Company → les chapitres alternent entre ces trois intrigues (l’attentat, la Mother Company, la vie de Nicholaï), donc on ne comprend pas le lien entre eux au début, et ça vient progressivement. Ce résumé semble tarabiscoté mais quand on lit le livre, c’est limpide ! Le personnage principal est assez intéressant : pas très manichéen, pas très bienveillant, plutôt cynique. C’est un roman bien écrit et haletant.

  • Ce cher mois d’août, Miguel Gomes : Docufiction qui devient une fiction. L’histoire se déroule dans un village portugais. On voit des gens qui projettent de faire un film et, tout à coup, on se retrouve dans le film → il commence à y avoir des histoires entre les personnages, il se passe un truc dans une famille, on bascule sans s’en rendre compte dans la fiction. Un film kitsch mais bien.

  • Quatre films vus au Festival international du film de Berlin cette année, qu’il faudra voir s’ils sortent en salle car ils sont très bien : Pari de Siamak Etemadi, Eeb Allay Ooo ! de Prateek Vats, Otac de Srdan Golubović, Namo de Nader Saeivar.

......................

Publié le 09.03.2020 à 22:23

Assemblée Générale de l’association Antigone – 27 mars 2020 à 19 h

Bonjour à tous et toutes,

Antigone fêtera ses 18 années d’existence dans quelques semaines et vous voilà chers-es adhérents-es convoqués-es à une nouvelle Assemblée Générale :

Le vendredi 27 mars 2020 à 19:00 heure, au local d’Antigone 22 rue des Violettes 38100 GRENOBLE

Il semblerait qu’Antigone se conçoit davantage comme une association que comme un collectif, c’est-à-dire qu’Antigone se conçoit dynamiquement, ouverte à toutes et tous et dans l’interaction avec toutes les adhérentes et tous les adhérents, activiste ou non. Ainsi la liberté des personnes est confirmée par la liberté de toutes et tous pour s’étendre à l’infini.

Boonnn… sinon, Y’A PIERRE QUI FAIT A MANGER !

19H00 : Accueil, émargement et REPAS.

20H00 (précises) : Début de l’Assemblée Générale.

ORDRE DU JOUR : 1.       Présentation et approbation du rapport moral, du rapport d’activité et du rapport financier. 2.       Renouvellement des membres de la collégiale. 3.       Ateliers de réflexion 4.       Mots de clôture.

Allez camarades, viendez !

......................

 

20 [ 7 mn ]