LePartisan.info À propos Podcasts Fil web Écologie Blogs Revues Médias
flux grenoblois • associations

 Flux des élu.e.s écolos à la Métro


 

27.05.2024 à 16:43

En attendant le RER grenoblois, quels projets de mobilités sur le territoire ?

UMA

Texte intégral (988 mots)

Le projet de RER grenoblois est un projet de mobilité majeurs de l’agglomération. Est une alternative crédible à l’usage voiture individuelle, notamment pour les déplacements sur le grand territoire Grenoblois. Ce projet ferroviaire est inscrit depuis décembre 2023 dans la loi services express régionaux métropolitains qui a pour objectif de mettre en place des RER dans 10 Métropoles de France, dont Grenoble. Ces projets font l’objet d’une concertation entre l’État, la Région et les autorités organisatrices de la mobilité. C’est donc le SMMAG, la Région et l’Etat qui ont la charge de la mise en œuvre de fonctionnement du RER sur notre territoire

L’étoile ferroviaire grenobloise est composé de trois branches en direction des trois territoires générant le plus de déplacement quotidien : Le Pays Voironnais (104 000 déplacements/jour), la Communauté de communes le Grésivaudan (90 000 déplacements/jour) et le Sud Grenoblois (90 000 déplacements/jour).

la mise en service d’un RER nous semble  une nécessité pour répondre à trois enjeux majeurs en terme de mobilités interterritoriales : 

  • Report Modal : le RER est une solution à la saturation du trafic routier aux entrées, sorties de l’agglomération et dans le cœur urbain. Il permettrait de fluidifier considérablement le trafic routier avec des bénéfices immédiats pour le quotidien des habitants.
  • Pollution de l’air :  Le transport routier est responsable de plus de 45% des dioxydes d’azotes et 15% des particules fines de l’agglomération, avec des conséquences néfastes sur la santé.
  • Emissions de CO2 : Les transports représentent 30% des émissions de la Métropole. La mise en service d’un RER grenoblois est indispensable pour atteindre les objectifs de notre Plan Climat Air-Energie métropolitain. Il est aussi plébiscité par la Convention Citoyenne Climat qui recommande «d’ Envisager la création de différentes lignes de RER dans l’agglomération qui permettent de relier : Grenoble/Brignoud et Vif/Saint-Egrève » (action 3.6.6) afin d’atteindre la neutralité carbone en 2050

Le Plan de Déplacement Urbain 2030 voté à l’unanimité lors du précédent mandat propose une structuration des déplacements dans la métropole autour d’un RER à la grenobloise. Dans ce schéma des mobilités de l’agglomération, le projet de RER est articulé avec d’autres modes de transports en commun : tramways, bus, vélos, marche et voiture partagée.

Ce projet nécessite des investissements conséquents estimés à plus de 1 milliards d’euros. L’Etat n’est pas à la hauteur des enjeux : il a proposé seulement 800 millions d’euros pour l’ensemble des RER nationaux. Son inaction repousse la mise en service du RER.  La 1ère ligne Rives – Brignoud, initialement prévu pour 2025 a déjà été repoussé à 2029 au moins. Les autres lignes vers Clelles et Saint Marcellin ne seront pas mis en œuvre avant 2035.

Face à cette situation que pouvons-nous faire ?

Notre rôle est de répondre aux besoins des habitantes et habitants de la métropole. Le RER ne doit pas être l’alpha et l’omega de notre politique de mobilités.  Nous devons investir dans les mobilités et proposer des solutions alternatives à la voiture individuelle, notamment pour les habitants du péri-urbains.

  • Augmenter les fréquences de bus Xpress vers le Voironnais et vers le sud grenoblois, ces territoires qui font face à un manque d’investissement de la part du SMMAG depuis plus de quatre ans.
  • Développer une ligne de Bus à Haut Niveau de Service avec une voie réservée partout ou cela est possible.
  • Développer l’auto-partage et le covoiturage. Aujourd’hui il y a 1,1 passager en moyenne sur les 330 000 voitures qui entrent dans le cœur urbain chaque jour.
  • Extension de la ligne de tram A jusqu’à Sassenage, extension de la ligne de tram D jusqu’à Lesguidières en passant par Grand Place.

«On ne peut pas attendre l’objectif final et laisser les gens dans les bouchons.  On ne doit pas se faire aveugler par l’horizon RER »  

Margot Belair

Le prochain contrat d’Obligation de Service Public qui lie le SMMAG à la TAG devra aussi intégrer ces enjeux de mobilités. Des investissements massifs sont indispensables pour la réalisation de nos objectifs politiques. La métropole doit augmenter sa contribution financière au SMMAG, au moins au niveau de 2014 afin de permettre au SMMAG de mettre en place un réel choc de l’offre de Transport en commun. Le RER viendra. Il s’agit aujourd’hui d’agir pour les mobilités quotidiennes.

 

27.05.2024 à 13:01

[Dauphiné Libéré] Les Actualités des communes UMA

UMA

Texte intégral (612 mots)

Grenoble

https://www.ledauphine.com/culture-loisirs/2024/05/26/un-week-end-avec-la-faites-du-velo-sous-un-temps-estival

https://www.ledauphine.com/culture-loisirs/2024/05/25/isere-grenoble-des-grands-jeux-populaires-pour-montrer-ce-qu-est-le-sport-a-la-grenobloise

https://www.ledauphine.com/culture-loisirs/2024/05/25/isere-grenoble-les-48-heures-de-l-agriculture-urbaine-a-la-bifurk

https://www.ledauphine.com/societe/2024/05/25/isere-la-ville-de-grenoble-presente-sa-nouvelle-plateforme-en-ligne-pour-la-solidarite-grenobloise

Saint-Égrève

https://www.ledauphine.com/education/2024/05/24/isere-saint-egreve-semaine-des-secteurs-la-cour-d-ecole-de-la-monta-a-ete-inauguree

https://www.ledauphine.com/culture-loisirs/2024/05/26/premiere-edition-reussie-pour-le-forum-de-la-nature

 

22.05.2024 à 16:24

Journée internationale de la diversité biologique

UMA

Texte intégral (821 mots)

Notre territoire possède un patrimoine naturel remarquable et varié, favorable à la biodiversité et aux corridors écologiques. Avec quatre massifs montagneux et trois cours d’eau majeurs notre grand territoire Grenoblois est unique en son genre. De nombreux espaces naturels sont déjà protégés dans les deux parc naturels régionaux (PNR Chartreuse et PNR Vercors) et les deux réserves sensibles régionales (les Isles du Drac et l’Étang de Haute-Jarrie).

La métropole et des communes comme Saint-Egrève mettent en place des observatoires de la biodiversité qui recensent l’état de la faune et de la flore des écosystèmes du territoire. Ils permettent d’identifier les corridors écologiques et aide les acteurs locaux dans leurs actions de préservation de la biodiversité. Il s’agit aussi de sensibiliser les habitant.es notamment les plus jeunes aux enjeux de préservation des espaces naturels.

Cette politique de préservation du patrimoine naturel est mis en œuvre dans la stratégie-cadre biodiversité et espaces naturel portée par Yann Mongaburu, vice-président au défi climatique, à la biodiversité et à l’éducation à l’environnement. Elle permet de restaurer et valoriser la trame verte et bleue métropolitaine qui constitue l’ensemble des continuités et corridors écologiques dans nos zones humides, nos forêts et nos espaces naturels de montagne. Ces corridors sont indispensables à la bonne santé de la faune et de la flore du territoire.

L’ONU le rappelle : La qualité de vie, la production agricole dépendent d’écosystèmes sains et dynamiques.  Tout cela implique le respect, la protection et la restauration de notre richesse biologique. Les cinq causes majeures du déclin de la biodiversité identifiée par l’ONU sont majoritairement d’origine humaine :

  • La destruction et la fragmentation des milieux naturels liées, notamment, à l’urbanisation et au développement des infrastructures de transport
  • La surexploitation des espèces sauvages (déforestation, pêche, chasse)
  • Les pollutions de l’eau et des sols
  • Le changement climatique
  • L’introduction d’espèces exotiques envahissante

Sur notre territoire l’urbanisation et l’artificialisation des milieux naturels (et donc la destruction des habitats) est la principale menace de destruction de la biodiversité. Viens ensuite la raréfaction d’une ressource en eau de qualité et en quantité suffisante – dû aux canicules l’été et aux pollutions des eaux par les industriels et les produits phytosanitaires. Nous devons cesser toute artificialisation d’espaces agricoles et naturels. Il s’agit aussi de protéger nos eaux et nos sols des pollutions mortifères pour la biodiversité, et aussi pour notre santé.

Nous devons aussi intégrer la protection des milieux naturels et de la biodiversité dans l’ensemble de des politiques publiques. Nous devons atteindre le bon état des eaux sur le territoire sans aucun polluant nocif pour la santé, comme l’exige la directive cadre sur l’eau de l’Union. Les modifications du Plan Local d’Urbanisme intercommunal (PLUi) doivent intégrer ces objectifs de préservation et de restauration d’espaces naturels et de zones humides.

De la richesse de la biodiversité de notre territoire dépend la qualité de vie de nos habitants et la production agricole de notre Métropole.

 

17.05.2024 à 16:44

Le printemps des services publics à Grenoble

UMA

Texte intégral (599 mots)

La ville de Grenoble accueille le printemps des services publics le jeudi 30 mai 2024, pour « échanger ensemble sur ce qui tient la société ». Devant les défis climatiques, sociaux et démocratiques, nous faisons le choix à Grenoble d’un service public qui protège les populations.

Les habitantes et habitants de nos communes font face à de multiples crises : crise du logement, de l’énergie, l’inflation, des aléas climatiques extrêmes de plus en plus réguliers (crues de l’Isère, canicule). Les services publics relevant de l’État comme l’école et l’hôpital public, font aujourd’hui face à un manque criant de moyens. Il accroît la vulnérabilité des populations, en particulier des plus modestes.

Nous faisons le choix sur notre territoire d’investir massivement pour des services publics de proximité qui protègent nos biens communs et sont guidés par l’intérêt général.

Notre territoire possède des services publics historiques, fruits de victoires politiques et écologiques : Grenoble est la première ville à avoir re-municipaliser son service public de l’eau en 2000 (la gestion de l’eau a depuis été transféré à la métropole et reste toujours publique). Ce service public est la garantie d’une gestion durable de ce bien commun qui ne sera plus soumis à spéculation.

Dans le secteur de l’énergie, les sociétés d’économie mixtes de l’énergie GEG et CCIAG ont aussi une gouvernance publique locale. Elles permettent une production d’énergie majoritairement issue d’énergies renouvelables (hydroélectricité, photovoltaïque éolien pour GEG, production de chaleur par combustion et récupération de chaleur fatale pour la CCIAG). GEG est aussi un fournisseur et distributeur d’énergie à l’échelle nationale. Ces deux entreprises sont des outils publics, stratégiques pour l’indépendance énergétique du territoire et la décarbonation de notre énergie. Elles permettent à l’agglomération grenobloise d’être un modèle de transition énergétique.  

Les efforts réalisés depuis 2014 à l’échelle métropolitaine dans d’autres politiques publiques témoignent de notre engagement pour des services publics de qualité. Les investissements dans les infrastructures du cycle des déchets permettent à notre territoire d’être autonome dans sa gestion des déchets. Nous étions déjà précurseurs dans la gestion des déchets alimentaires. Ce sont aussi des investissements qui visent une réduction et une meilleure valorisation de nos déchets ainsi que la production d’un biogaz local qui sera réinjecté dans le réseau de chaleur urbain à destination des usagers.

A l’instabilité que provoque les politiques gouvernementales nous répondons par un engagement dans des services publics de proximité, aux services des habitant.es et répondant à des valeurs de solidarité et d’émancipation. Ils sont gages de stabilité et protège les populations des crises.

Lors de cet évènement consacré à nos services publics, la matinée sera réservée aux agents du service public municipal et l’après-midi ouvert à toutes et tous. Des conférences, tables rondes et ateliers thématiques seront proposés.

Pour connaitre le programme du printemps des services publics en détail et s’inscrire : https://www.grenoble.fr/3160-le-printemps-des-services-publics.htm

 

16.05.2024 à 17:46

Discriminations dans le monde du sport : la ville de Grenoble ouvre un cycle de 4 conférences

UMA

Texte intégral (702 mots)

La ville de Grenoble organise un cycle de 4 conférences sur les discriminations dans le monde du sport. Intitulé « carton rouge », chaque conférence s’attaque à une discrimination ou une violence dans le domaine du sport. La 1ère thématique était consacrée aux violences sexistes et sexuelles. Une étude du Ministère des Sports publiée en 2019 intitulée « Violences sexuelles dans le sport en France » révélait que 12 % des personnes interrogées déclarent avoir été victimes de violences sexuelles dans le cadre de leur pratique sportive. Il s’agit principalement de femmes. La ville a décidé d’agir pour enrayer ce phénomène.

Ce soir nous ouvrons notre cycle de 4 conférences sur les discriminations dans le sport avec la première sur les violences sexistes et sexuelles. Merci à @Abitbol_sarah, Philippe Liotard et Marion Ghibaudo pour leur participation.
Écouter, accompagner, prévenir, pour dire stop ! pic.twitter.com/szpxFVrQWk

— Laura Pfister ⏚ (@Laurapfister1) May 14, 2024

En ce 17 mai, journée internationale contre les LGBTIphobies,@SOShomophobie publie son rapport annuel ➡ https://t.co/EXl3OrhF1Z
La mairie se tient et se tiendra toujours auprès des personnes concernées et associations. RDV au Musée mardi pour la conférence LGBTIphobies et sport pic.twitter.com/yUzmO23rnt

— Laura Pfister ⏚ (@Laurapfister1) May 17, 2024

Ces conférences de sensibilisation s’inscrivent dans une politique plus large mené par Laura Pfister, adjointe à l’égalité des droits, qui vise à promouvoir l’égalité et l’inclusivité dans le sport. L’objectif est de favoriser un environnement sportif inclusif, respectueux et sécurisé pour tous et toutes. Il s’adresse aux dirigeant-es, éducateur-trices et bénévoles des clubs et associations sportives qui fréquentent les établissements sportifs municipaux, aux agent-es de la Ville au contact des usagers et usagères et aux personnes pratiquant leur activité physique de manière encadrée.

Les clubs sportifs professionnels sont impliqués dans cette démarche pour l’égalité. Les subventions de projets d’associations ou de clubs, elles seront désormais accordées sur la base des 5 thématiques prioritaires établies en mars 2023 : l’égalité entre les femmes et les hommes ; l’accompagnement des publics prioritaires ; l’éducation populaire et à la citoyenneté ; la santé et le bien être ; et la transition écologique.

Ces conférences sont des espaces de discussion sur ces sujets encore trop souvent passés sous silence. Une occasion de visibiliser les discriminations vécues par les sportives et sportifs dans quatre domaines :

  • les violences sexistes et sexuelles : la 1ère conférence a eu lieu le 14 mai 2024
  • les LGBTQIA+ phobies : conférence le Mardi 21 mai 2024 à 18h30 au musée de Grenoble
  • le racisme : conférence le mardi 28 mai 2024 à 18h30 au musée de Grenoble
  • l’handiphobie / validisme (pas encore de date prévue)

5 / 10

10

END

🦉 Une chouette asso nous aurait échappé ? Signalez-la ici merci !
 ‣ Vos suggestions

AMAPS
Accueil Demandeurs d'asile
ADTC
Alternatiba
Aide et Action en Isère
Amis du Monde Diplo
Antigone
BAF (la)
Bobine (la)
Camp de base
Centre Social Tchoukar
Collectif Stop Métrocâble
Collectif STopMicro 38
Collectif Transports Gratuits
Droit au Logement
FNE - Isère
Friday For Future - Gre
Fratrie des Glaneurs Solidaires
Labo Ouvert Grenoblois
Maison de la Nature et de l'Environnement
Observatoire International pour la Réinstallation des Cabines Téléphoniques
Office de l'Anti-tourisme
Pacifique (Le)
Parlons-y-vélo
Pluri-elles
Réseau Éducation Sans Frontières
Salle 5
Terre de liens
Unions de Quartiers
Un ptit Vélo dans la Tête
Un Toit Pour Tous
Verger Aventure
ZeroWaste
102 (Le)
 

 Publications

Affiches (les)
Bon Plan (le)
Collectif Ruptures
CRIC
Crieur de la Villeneuve (le)
Pièces & Main d'oeuvre
Postillon (le)
Sillon 38
Travailleur Alpin (le)
 

 Syndicats

Confédération Paysanne
CGT ST Microelectronics
UD CGT Isère
UD CFDT Isère
FSU 38
SOLIDAIRES
SUD Éducation
 

  Scops · ess · scic

Turbine.Coop (La)
Atelier Paysan
Cap Berriat
Conservatoire des Espaces Naturels
Gresi21 - Centrales Villageoises
Rhône-Alpes Solidaires
Pain des Cairns (Le)
 

 Politiques

Ades
Ensemble-Grenoble
Guillaume Gontard
Élu.e.s isérois.e.s
Les Ecologistes de la métropole de Grenoble
 

 Autres

DREAL
INSEE
INRIA
UGA
 
‣ Sources fermées ou en sommeil