LePartisan.info À propos Podcasts Fil web Écologie Blogs Revues Médias
affordance.info
Souscrire à ce FLUX

AFFORDANCE

Olivier ERTZSCHEID

Maître de conférences en sciences de l'information

▸ les 10 dernières parutions

04.07.2024 à 19:56

Bouger vite et casser des trucs. Dissolution de la Start-Up Nation.

Olivier Ertzscheid

Texte intégral (1607 mots)

Vos mots sont des mots morts” disait François Ruffin au soir de l’annonce de la dissolution. C’était il y a déjà une éternité. Depuis, les mots n’ont pas cessé. Les mots saturent tous nos espaces, politiques, médiatiques, intra-familiaux, professionnels. Et quand il n’y a pas de mots, c’est encore pire parce l’on entend ceux qui sont tus, imprononcés par toutes celles et ceux qui trop longtemps ont fait silence sous les poids de la contrainte, de la colère, de la misère, ou de la peine. Et tant de fois d’un peu ou de beaucoup des quatre à la fois.

Ça marche les mots. Il n’y a que ça qui marche d’ailleurs. Pour creuser des plaies ou pour les suturer. Depuis tant d’années tant de mots, d’éditos, d’oripeaux, de vocaux pour dire la banalisation du front, la banalité du mal, la normalisation d’Overton. Ça marche les mots. Et comme tout ce qui marche, les mots s’arrêtent aussi et se cassent la gueule parfois. Et se retournent et avec eux le réel. Les chasseurs de nazis votent pour le parti fondé par des anciens Waffen-SS. Les aveuglements sont des apeurements. Ils l’ont toujours été.

Dissolution. Onze lettres. Un seul mot. Et le chaos. Qui vient. Qui ne sera peut-être pas celui du bruit et de la fureur. Mais qui sera certainement, et c’est peut-être pire, le chaos de l’habitude. L’habitude de ces nouveaux mots, qui désignent de nouveaux étrangers, étrangers à la liberté, étrangers à l’égalité, étrangers à la fraternité. L’habitude de ces nouveau mots qui se font écho d’un château l’autre, d’une frontière la suivante, en Europe et ailleurs. L’habitude d’un déclassement. L’habitude d’un délaissement. Qui suppure et que plus rien ne suture sinon la désignation d’un autre ou d’une haine, d’une autre haine.

La synagogue et la synecdoque. On cherche souvent un concept qui puisse éclairer les faits et les effets de réel que l’on observe ou que l’on subit. A l’échelle de la progression programmatique et médiatique de l’extrême-droite, la fenêtre d’Overton est ce concept principal. A regarder maintenant ce qui se débat dans l’espace de la parole publique politique, je suis frappé par l’importance actualisée d’une vieille figure rhétorique, celle de la synecdoque. La partie prise pour le tout. A chaque coin de discours, à chaque horizon de pensée, à chaque angle de média, il y a cette partie prise pour le tout. Dans un langage déjà mis à l’envers, dans une langue où l’inversion est devenue la première stratégie de diversion, il faut à moindre prix et à tout coût, jeter en pâture aux regards, les parties que l’on veut faire prendre pour le tout. La partie prise pour le tout c’est par exemple Mélenchon qui serait à lui seul toute La France Insoumise et La France Insoumise qui serait à elle seule le Nouveau Front Populaire. Et comme Mélenchon serait antisémite dans un pays où les chasseurs de nazis voteraient Rassemblement National, alors l’antisémitisme serait à lui seul tout le racisme. Un collègue écrivait récemment : “Comme je leur en veux de m’avoir fait retrouver un temps des peurs d’enfant, d’adolescent, de jeune adulte : changer de trottoir en les croisant, de crainte qu’ils ne le fassent eux-mêmes, interpréter chacun de leurs regards négativement, etc. Le poids de la honte d’être arabe.

Il nous faut refaire langage à l’endroit. A l’endroit d’où nous sommes. Et d’où parlent ces voix que tant de partis n’entendent plus parce qu’ils ne sont pas de ces endroits, ou parce qu’ils tordent le langage de ces voix à l’envers pour servir leurs intérêts circonstanciels.

“Move Fast and Break Things.” Bouger rapidement et tout casser. Tel fut longtemps le mantra de Facebook et de Zuckerberg valant modèle pour toute une vallée de silicone.

Le président de la dissolution fut aussi, et pendant longtemps, celui de la start-up nation (et accessoirement déjà un vieux con).

Dans sa posture comme dans sa politique, il y a toujours eu beaucoup de cela. “Move Fast and Break Things.” Bouger vite et casser des trucs. En politique cela s’appelle un 49.3. La dissolution c’est la confirmation du Macron de la vallée du silicium et de l’état-plateforme.

L’écrivain Cory Doctorow, au sujet de l’évolution des grandes plateformes numériques, parle d’un processus d’emmerdification (“enshitification”). A bien des égards cette théorie éclaire et s’applique à l’emmerdissolution politique en cours. Dans laquelle il nous faudra encore avaler quelques tartines de merde bien épaisses.

Alors à nos enfants (je suis père), à nos étudiant.e.s (je suis enseignant), et aux gens (je suis militant), que reste-t-il à dire et à écrire ? Il y a déjà tant d’injonctions. À agir, à voter, à manifester, à résister, à s’indigner. Indignez-vous.

Je crois que nous n’avons pas le choix. J’ai l’absolue certitude qu’indépendamment de toute forme de circonstance politique, nous allons vers des formes d’effondrements et de drames, climatiques notamment. Mais j’ai une autre absolue certitude : c’est que les circonstances politiques sont d’importance capitale dans la temporalité de ces fracas, car elles et elles seules peuvent les ralentir ou les précipiter ; et que les circonstances politiques sont aussi d’importance capitale dans les réparations de dégâts qui sont irrémédiables, parce qu’elles et elles seules les rendront soit possibles soit impossibles. Le monde que nous avons construit, laissé, bâti, démoli, légué, régulé, dérégulé, est un monde dans lequel il n’est plus que deux scénarios possibles : soit la rivalité des égoïsmes, soit la trivialité des humanismes.

Des pans entiers de la planète suffoquent à plus de 50 degrés, d’autres régions brûlent entièrement à feu continu pendant des semaines et des mois, des pays basculent dans des formes de brutalité et de violence qui seraient inédites si elles ne rappelaient pas des jours sombres. Trump, Bolsonaro, Milei, des députés qui il y a quelques jours en Italie en viennent aux mains, partout des partis d’extrême-droite qui s’installent, des manifestations néo-fascistes en plein Paris, des ratonnades à Lyon, des chasseurs de nazis, descendants de déportés, qui appellent à voter pour un parti créé par des Waffen-SS en le qualifiant de “pro-juif”. Les plus grandes et les plus peuplées des nations, la Chine, l’Inde, la Russie, aux mains de nationalistes fous. La guerre en Europe qui revient, Viktor Orban à la présidence de l’UE, et peut-être dimanche, une extrême-droite au pouvoir, en France. La politique ne peut pas tout, mais elle n’est pas là pour rien. Et quoi qu’il arrive, et quoi qu’il nous arrive, nous y serons pour quelque chose car nous ne sommes pas rien ; nous sommes de la dynamite.

On luttera. On s’engagera. On n’acceptera jamais. Jamais. Ce soir c’est le plomb mais nous sommes déjà demain. Ils voulaient le renoncement. Ils espèrent l’affrontement. Ils n’auront que notre engagement. Total et permanent, absolu et radical.

 

25.06.2024 à 10:45

Should I Stay Or Should I Go ?

Olivier Ertzscheid

Lire la suite (368 mots)

J’étais l’invité ce matin de la journée d’étude organisée par l’URFIST de l’université de Bordeaux et par l’INRIA. Sur le thème “Should I Stay Or Should I Go ?”, partir ou rester sur des plateformes souvent propriétaires et centralisées.

Mon diaporama est disponible en ligne et ci-dessous.

Par-delà quelques rappels sur centralisation / décentralisation et en lien avec ma réaction de l’époque suite aux universités quittant Twitter / X, et par-delà surtout mon propre cas et ma propre observation participante, j’ai essayé d’y poser et d’y défendre des enjeux de liminarités (espaces seuils, membranaires), de solidarités éditoriales, et de l’urgence d’un ici et maintenant pour la prise de parole scientifique, quels que soient les réseaux, les architectures, et les affordances de chaque plateforme.

Merci à l’INRIA et à l’URFIST de Bordeaux pour l’invitation.

(la journée – toujours en cours – est enregistrée et devrait être prochainement disponible pour une réécoute en différé, je mettrai à jour cet article avec le lien dès que ce sera le cas).

10.06.2024 à 15:57

Lendemain d’élection : des mots morts.

Olivier Ertzscheid

Texte intégral (1007 mots)

Des mots morts.” Et plus tard “vos mots sont des mots morts.” Voilà ce que François Ruffin dit hier soir en réponse à François Bayrou, mais cela aurait pu être à n’importe quel autre élu tant, en effet, leurs mots sont des mots morts.

Dans l’évidence d’une démocratie déjà tant naufragée mais pas encore totalement échouée, toutes et tous acculés dans le dernier coup de rein de la start-up nation dissolution, leurs mots à toutes et tous hier soir étaient des mots morts.

Au plus profond de ce vote RN qui est désormais un vote d’adhésion au moins autant que de rejet, et qui touche absolument toutes les générations et toutes les catégories socio-professionnelles en l’emportant dans la plupart des cas, il y a ces mots morts.

Les mots morts de la vingtaine de 49.3 qui taisent tout débat ou tout vote ;

les mots morts de politiques publiques que l’on annonce sociales et qui accablent toujours les plus faibles, des retraites à l’assurance chômage ;

les mots morts adressés à une jeunesse qui n’emmerde plus complètement le Rassemblement National parce qu’on ne lui propose que la pantomime du SNU comme engagement, que le déterminisme algorithme de Parcoursup comme horizon, et que la possibilité de faire la queue dans des distributions alimentaires comme projet de vie ;

les mots morts et décomposés de discours politiques qui n’ont de sincère que la fatuité ou l’égo de celles et ceux qui les prononcent ;

les mots morts du refus de nommer les choses pour ce qu’elles sont, des violences policières d’hier au génocide en cours à Gaza aujourd’hui ;

les mots morts des cahiers de doléances d’après le mouvement des Gilets Jaunes ;

les mots morts du néo-management des hôpitaux, des universités, et d’à peu près tout ce que le pays compte de services publics ;

les mots morts d’un cadre législatif plaçant les libertés publiques en soins palliatifs et laissant entrevoir les pires des dérives pour celles et ceux des nouveaux élu.e.s qui voudront y porter l’estocade.

Après les mots morts viennent les mots noirs. Ceux de partis et d’alliances qui, dans les pays où ils sont au pouvoir ou dans lesquels ils le partagent, font systématiquement reculer l’ensemble des droits et des libertés.

Comme beaucoup probablement hier soir et cette nuit, j’ai réfléchi à ce que pourrait être la France avec le Rassemblement National à Matignon et un gouvernement à son image. Cet impensable devenu probable et désormais simplement possible. J’ai d’abord pensé égoïstement au cadre de travail qui est le mien, celui de l’université, et cette “phase 2” de l’autonomie dont on voit bien à quel point et entre ces mains elle serait un irrévocable où finiraient de sauter le peu de digues restantes, c’est à dire la vocation universaliste de nos formations et de notre accueil, la gratuité (déjà passablement entamée) de l’accès à l’université, et ainsi de suite. Et tous nos mots bien vivants, toutes nos paroles incarnées, criantes, vibrantes, tonitruantes, mobilisantes, depuis déjà tant et tant d’année, en face desquelles à chaque fois, à chaque voix, on n’opposa que les mêmes mots morts.

Ce à quoi nous avons assisté en direct hier, c’est le cycle final d’une politique qui est essentiellement une nécropolitique. Chirac en son temps avait fait campagne sur la fracture sociale.

Aujourd’hui cette fracture est une nécrose. Les tissus morts de la société, ces tissus associatifs, syndicaux, militants, et même politiques pour ce qu’il en restait d’idéal, apparaissent totalement nécrosés à force de mépris et d’épuisement. Flingués par ces mots morts.

Puissions-nous avoir l’intelligence d’opposer à cette nécropolitique un nouveau cycle vital à bâtir et à incarner. Dans la litanie des plateaux télé d’hier, entrée fade, plat triste, dessert morne, la seule étincelle de vie et de lendemain est venue de celui qui a posé lucidement le diagnostic de ces mots morts.

Et d’appeler à un rassemblement sous une seule bannière : front populaire. Et pour le reste : mangez vos (mots) morts.

29.05.2024 à 15:33

Boire un verre dans le cyberespace. Avec des gens intelligents mais pas artificiels.

Olivier Ertzscheid

27.05.2024 à 20:34

Nouveau livre :-) Les IA à l’assaut du cyberespace. Vers un web synthétique.

Olivier Ertzscheid

20.05.2024 à 14:21

TADAAAAAAAM

Olivier Ertzscheid

6 / 10
 Persos A à L
Mona CHOLLET
Anna COLIN-LEBEDEV
Julien DEVAUREIX
Cory DOCTOROW
EDUC.POP.FR
Michel GOYA
Hubert GUILLAUD
Gérard FILOCHE
Alain GRANDJEAN
Hacking-Social
Samuel HAYAT
Dana HILLIOT
François HOUSTE
Tagrawla INEQQIQI
Infiltrés (les)
Clément JEANNEAU
Paul JORION
Michel LEPESANT
Frédéric LORDON
LePartisan.info
 
 Persos M à Z
Henri MALER
Christophe MASUTTI
Romain MIELCAREK
Richard MONVOISIN
Corinne MOREL-DARLEUX
Timothée PARRIQUE
Emmanuel PONT
Nicos SMYRNAIOS
VisionsCarto
Yannis YOULOUNTAS
Michaël ZEMMOUR
 
  Numérique
Binaire [Blogs Le Monde]
Christophe DESCHAMPS
Louis DERRAC
Olivier ERTZSCHEID
Olivier EZRATY
Framablog
Francis PISANI
Pixel de Tracking
Irénée RÉGNAULD
Nicolas VIVANT
 
  Collectifs
Arguments
Bondy Blog
Dérivation
Dissidences
Mr Mondialisation
Palim Psao
Paris-Luttes.info
ROJAVA Info
 
  Créatifs / Art / Fiction
Nicole ESTEROLLE
Julien HERVIEUX
Alessandro PIGNOCCHI
XKCD
🌓