Associations iséroises


Un Toit Pour Tous Observatoire International pour la Réinstallation des Cabines Téléphoniques
Fondé au printemps 2021, l’OIRCT s’active pour la réinstallation de cabines téléphoniques publiques, à Grenoble et partout dans le monde.

 

Publié le 21.06.2022 à 22:21

Et de deux !

Et voilà, une deuxième cabine installée par l’OIRCT a vu le jour grâce au collectif de la CATA, traverse des îles à Grenoble, merci à elles·eux.

La cabine est directement reliée à leur box, dans leurs locaux.

Voici donc ci-dessous l’emplacement des cabines de l’OIRCT (et bientôt, ça ressemblera à ça)

L’article Et de deux ! est apparu en premier sur OIRCT.


Publié le 05.05.2022 à 23:09

Revue de presse de l’OIRCT

Devant le succès et l’engouement national (et international) que suscite la réinstallation de notre première cabine téléphonique, on a cru bon de collecter les différents articles, émissions de radio et de télévision sur cette page. Peut-être que comme nous, la diversité de ces médias ne vous laissera pas indifférent·e.

Liberté Numérique, le 23/06/2022


The epoch times, le 10/06/2022

https://www.epochtimes.fr/une-premiere-mondiale-un-collectif-reinstalle-des-cabines-telephoniques-a-grenoble-2045592.html


Chérie FM, le 09/06/2022

https://www.cheriefm.fr/actus/les-infos-du-reveil-cherie-le-concert-de-the-weeknd-a-coachella-est-disponible-gratuitement-sur-youtube-71438926


Demotivateur, le 09/06/2022

https://www.demotivateur.fr/article/a-grenoble-un-collectif-installe-des-cabines-telephoniques-dans-la-ville-29747


Franceinfo, le 08/06/2022

https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/isere/grenoble/insolite-un-collectif-reinstalle-plusieurs-cabines-telephoniques-a-grenoble-une-premiere-mondiale-2557268.html


Le Média, le 07/06/2022


Radio Isa, le 07/06/2022


Radio Scoop, le 02/06/2022

https://www.radioscoop.com/people/grenoble-un-collectif-se-bat-pour-reintroduire-des-cabines-telephoniques_242660


Radio Grésivaudan, le 31/05/2022

https://www.aurafm.org/podcasts/culture/aura-des-paquerettes-juin-2022-au-pays-des-empecheurs-de-penser-en-rond


L’Essor Isère, le 20/05/2022

https://www.lessor38.fr/grenoble-ils-militent-pour-le-retour-des-telephones-publics-108217.html


La relève et la peste, le 19/05/2022


France 3, le 11/05/2022


Europe 1, le 05/05/2022

https://www.europe1.fr/emissions/le-pressing/la-fin-de-lhorloge-parlante-une-cabine-telephonique-a-grenoble-et-le-megaraptor-decouvert-en-2019-livre-ses-secrets-4109589


PositivR, le 05/05/2022

https://positivr.fr/grenoble-ressuscite-les-cabines-telephoniques/


Geo, le 05/05/2022

https://www.geo.fr/voyage/grenoble-pourquoi-les-cabines-telephoniques-font-elles-leur-grand-retour-209693


Générations Nouvelles, le 05/05/2022

https://generationsnouvelles.net/grenoble-pourquoi-les-cabines-telephoniques-reviennent-elles/


Ouest France, le 04/05/2022

https://www.ouest-france.fr/auvergne-rhone-alpes/grenoble-38000/grenoble-premiere-ville-au-monde-a-reinstaller-des-cabines-telephoniques-grace-a-un-collectif-7753980


Alpes 1, le 29/04/2022

https://grandgrenoble.alpes1.com/news/locales/25616/les-cabines-telephoniques-sont-de-retour-a-grenoble


ActuGrenoble, le 28/04/2022

https://actu.fr/auvergne-rhone-alpes/grenoble_38185/une-premiere-mondiale-a-grenoble-le-retour-des-cabines-telephoniques_50581839.html


Cnews, le 07/04/2022 (et ouais !)

https://www.cnews.fr/insolite/2022-04-07/insolite-un-collectif-grenoblois-milite-pour-la-reintroduction-des-cabines


Reporterre, le 29/03/2022

https://reporterre.net/A-Grenoble-le-retour-theatral-des-cabines-telephoniques


RMC, le 28/03/2022


Place Gre’net, le 28/03/2022

https://www.placegrenet.fr/2022/03/28/remontada-des-cabines-telephoniques-une-premiere-installation-perenne-inauguree-dans-le-parc-marliave-de-grenoble/564101


Le Parisien, le 27/03/2022

https://www.leparisien.fr/societe/un-collectif-grenoblois-milite-pour-reintroduire-les-cabines-telephoniques-27-03-2022-HBT7ZJRMIREFVNW5KK5TQGM5QI.php


Jours après jours, le 23/03/2022


New’s FM, le 26/01/2022

15’40 du replay

L’age de faire, 03/11/2021


Place Gre’net, le 25/10/2021

https://www.placegrenet.fr/2021/10/25/allo-tu-ne-devineras-jamais-dou-je-tappelle-une-action-dans-grenoble-pour-la-reinstallation-des-cabines-telephoniques/549381


Le Dauphiné Libéré, le 23/10/2021

https://www.ledauphine.com/societe/2021/10/23/isere-dans-grenoble-une-cabine-telephonique-mobile-pour-reclamer-leur-reinstallation-observatoire-international-pour-la-resintallation-des-cabines-telephoniques


Le Dauphiné Libéré, le 22/10/2021

https://www.ledauphine.com/societe/2021/10/22/isere-societe-insolite-grenoble-allo-je-t-appelle-depuis-une-cabine-telephonique


L’article Revue de presse de l’OIRCT est apparu en premier sur OIRCT.


Publié le 29.03.2022 à 00:01

Quelques articles sur l’évènement du 25 mars

Un collectif grenoblois milite pour réintroduire les cabines téléphoniques

Par Thomas Pueyo

Le 27 mars 2022 à 10h08

Un collectif basé à Grenoble, qui dit «stop à la numérisation de nos vies», a symboliquement réinstallé une cabine téléphonique dans un parc.

« Tu ne devineras jamais d’où je t’appelle ! » Dans le parc Marliave, à Grenoble (Isère), Paul passe un coup de fil à une amie grâce à… une cabine téléphonique. Elle est faite en bois, bricolée, mais fonctionne parfaitement. « Ça me replonge dans mes années lycée », sourit le quinquagénaire, combiné à l’ancienne vissé sur l’oreille. Son inauguration a eu lieu en grande pompe devant une cinquantaine de curieux, ce vendredi 25 mars, sous l’impulsion de l’Observatoire international pour la réinstallation des cabines téléphoniques (OIRCT).

« Une première mondiale », affirme, non sans humour, le collectif imaginé par le journal satirique local Le Postillon. Il réclame la réinstallation de 22 cabines à Grenoble, qui en comptait 400 avant l’avènement du portable. « C’est à la fois une blague et très sérieux », confie Vincent Peyret, l’un de ses fondateurs.

« On n’est ni nostalgique ni pour le retour du minitel. La cabine téléphonique est un symbole pour dire stop à la numérisation de nos vies, revendiquer un droit à vivre sans smartphone, sans fil à la patte. Le message est d’autant plus fort à Grenoble, présenté comme la Silicon Valley française. Le tout numérique laisse aussi beaucoup de monde sur le bord de la route, complique l’accès aux services publics ou à des aides. »

Des enfants tournent autour d’une cabine bariolée éphémère : « C’est quoi ce truc ? Pourquoi on s’enfermait pour téléphoner avant ? » s’interrogent-ils. Un peu plus loin se trouve la cabine qui se veut pérenne, avec un panneau « Téléphone public ». Le coup de fil est gratuit. Fleur, 7 ans, teste l’appareil et joint sa maman, lui raconte où elle est. « C’est la première fois que j’utilise une cabine ! C’est pratique, on peut appeler dans la rue sans portable… », sourit la fillette grenobloise.

https://www.leparisien.fr/societe/un-collectif-grenoblois-milite-pour-reintroduire-les-cabines-telephoniques-27-03-2022-HBT7ZJRMIREFVNW5KK5TQGM5QI.php

Première réinstallation de cabine !

Le 25 mars, un évènement unique s'est déroulé sur Grenoble. Une réinstallation d'une cabine téléphonique opérationnelle et gratuite a vu le jour dans le parc Marliave de Grenoble. Voici des extraits d'articles parus dans Reporterre et Place Gre'net qui relatent l'évènement.

À Grenoble, le retour théâtral des cabines téléphoniques

À Grenoble, un collectif a inauguré une nouvelle cabine téléphonique publique. Il s’agit d’« une première mondiale ». Un geste pour rire, mais aussi pour interroger la place que prennent les téléphones portables dans notre société.

Florian Espalieu (Reporterre)

29 mars 2022 à 09h37

Mis à jour le 31 mars 2022 à 09h49

« Vous pouvez maintenant dire adieu à vos téléphones portables ! Vous n’en avez plus besoin. » Invitation accueillie par un éclat de rire général. Vendredi 25 mars, dans un parc de Grenoble, était inaugurée une nouvelle cabine téléphonique publique. « Une première mondiale », d’après l’OIRCT — comprendre l’Observatoire international pour la réinstallation des cabines téléphoniques.

Le rassemblement d’une cinquantaine de personnes tenait plus de la blague de potache que de l’événement officiel. Bien que précédé d’un discours prononcé au nom de la région Auvergne-Rhône-Alpes « qui a débloqué une subvention exceptionnelle de 74 euros », selon un hypothétique vice-président à la réinstallation des cabines téléphoniques, qui a demandé à son auditoire d’excuser « Laurent Wauquiez [qui] n’a pu se déplacer ».

« L’OIRCT est — pour l’instant — un collectif, qui compte une centaine d’adhérents et une dizaine de membres actifs », détaille Vincent Peyret. Ce dernier est le directeur de publication du Postillon, journal satirique local, qui a lancé en février 2021 un « cri de la cabine ». L’équipe rédactionnelle se retrouve d’ailleurs en partie au sein de l’OIRCT. « Mais le collectif va au-delà avec des personnes qui ne font pas partie de la rédaction », ajoute le journaliste.

Le téléphone n’a pas non plus tout à fait un aspect officiel : il est posé sur une tablette de bois contre les toilettes sèches du parc et protégé par une boite en plexiglas recouverte d’une plaque bleue sur laquelle on peut lire : « Ici la Région Auvergne-Rhône-Alpes investit pour les cabines ». Il est néanmoins bel et bien fonctionnel, comme l’ont attesté les premiers utilisateurs.

« Il marche en fait sur batterie et avec une carte SIM prépayée, une solution technique qui ne nous convient pas vraiment », concède Vincent Peyret. « Mais c’est un prétexte. […] Nous revendiquons le droit de vivre sans téléphone portable. » Car si l’événement tend à faire sourire, il veut aussi donner à réfléchir : « Les cabines téléphoniques sont à l’image du service public », complète Alice, autre membre du collectif. « La cabine est à l’opposé des téléphones portables et de l’individualisation de notre société. Et un coup de fil passé d’une cabine ne peut pas être tracé. Nous voulons avoir la liberté de ne pas être pistés, numérisés, flashcodé ou QRcodisés. » Une lutte « indispensable autant que dérisoire », revendique le manifeste de l’OIRCT.

Ce n’est pas le premier événement de ce collectif. Peu après sa fondation, un « concert de téléphone » avait été organisé le 30 avril 2021 à proximité de la dernière cabine existante de l’agglomération. Le 22 octobre, une cabine téléphonique mobile avait été déplacée sur plusieurs places de la ville. Depuis, un site internet a été créé avec la vocation de devenir « un site ressource » qui recense l’actualité des cabines téléphoniques : « En Australie, par exemple, il y a 15 000 cabines publiques et elles sont désormais gratuites. Preuve qu’elles ont encore un rôle à jouer. » dit Vincent Peyret. « On a aussi recensé 400 endroits dans l’agglomération où étaient situées d’anciennes cabines. On donne des pochoirs aux personnes qui veulent les matérialiser. »

Mais le public du jour était surtout incité à aller voter le lendemain : un projet d’installation de 22 cabines était en lice dans le budget participatif de la ville. Un appel visiblement bien reçu puisque le projet a été retenu parmi les 32 présélectionnés suite à la délibération. Avant cela, les futurs électeurs étaient invités à prendre un verre… un peu plus loin. Le parc ayant été fermé quelques minutes auparavant par la police municipale, les militants ont su une nouvelle fois faire face à l’adversité.

https://reporterre.net/A-Grenoble-le-retour-theatral-des-cabines-telephoniques

« Remontada » des cabines téléphoniques : une première installation pérenne inaugurée dans le parc Marliave de Grenoble

28/03/2022
placegrenet.fr
Par Joël Kermabon

Le collectif Observatoire international pour la réinstallation des cabines téléphoniques (OIRCT) a inauguré le retour d’une première cabine publique ce vendredi 25 mars 2022, parc Marliave à Grenoble. Le premier jalon d’une « remontada » impulsée par le collectif qui espère pouvoir en installer d’autres, rappelant qu’il en existait 420 à Grenoble avant leur disparition du paysage urbain.

Des membres de l’OIRCT et Vincent Peyret, rédacteur en chef du Postillon. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« C’est une première mondiale puisque nulle part ailleurs des cabines téléphoniques ont été réinstallées. À Grenoble ou ailleurs, il y en aura de plus en plus », a assuré Vincent Peyret, le rédacteur en chef du journal satirique Le PostillonL’Observatoire international pour la réinstallation des cabines téléphoniques (OIRCT) inaugurait en effet symboliquement, ce vendredi 25 mars 2022 à 18 heures, le retour d’une première cabine publique « pérenne », parc Marliave, au cœur du quartier Berriat à Grenoble.

Il s’agit là de la suite concrète de la démarche impulsée par le collectif depuis le printemps 2021, en réaction « à la numérisation de nos vies », après la disparition progressive des cabines téléphoniques en France. Notamment, le 30 avril 2021, avec un concert de téléphones devant la dernière cabine existante à Grenoble, celle du fort du Rabot sur les pentes de la Bastille.


Réinstallation d’une cabine téléphonique à Grenoble ce vendredi 25 mars 2022 : une « première mondiale »

23/03/2022
Par Joël Kermabon
Place GRE’NET

FLASH INFO – L’OIRCT1 annonce la réinstallation d’une cabine téléphonique publique ce 25 mars 2022, au cœur du quartier Berriat à Grenoble. Une « première mondiale », explique l’observatoire, après des années d’éradication progressive de ces cabines dont le téléphone portable a signé l’arrêt de mort.

« Allo, allo, allo ? » C’est par cette interjection réflexe utilisée au décroché de nos téléphones que l’Observatoire international pour la réinstallation des cabines téléphoniques (OIRCT) a introduit l’annonce, ce 22 mars 2022, d’une « première mondiale » – excusez du peu – à Grenoble. En l’occurrence, le retour d’une première cabine téléphonique « pérenne » ce vendredi 25 mars à partir de 18 heures, dans le parc Marliave, mitoyen de la rue Max-Dormoy, quartier Berriat.

Ce alors que ces cabines, encore au nombre de 300 000 en France en 1997, ont progressivement disparu de nos paysages urbains depuis 2018. Et que « le nombre de spécimens fonctionnels dans toute la France se compte sur les doigts d’une main », indique l’OIRCT.

À Grenoble en 2021, seule une cabine téléphonique subsistait : celle de la cité universitaire du fort du Rabot. DR

L’Observatoire, fondé au printemps 2021 avait déjà installé une cabine téléphonique éphémère, mobile et fonctionnelle en différents lieux de la capitale des Alpes, le 22 octobre 2021. Vincent Peyret, rédacteur en chef du journal satirique grenoblois Le Postillon et membre de l’observatoire, l’avait alors testée. Et avait auguré avec enthousiasme une prochaine « remontada des cabines téléphoniques » pour « inverser la tendance ».

Le mouvement est donc amorcé, avec un tout premier exemplaire qui sera « utilisable gratuitement par tout le monde les jours suivants », assure l’OIRCTSans préciser toutefois de quelle manière ladite cabine sera reliée au réseau téléphonique2.

« Quand les cabines refleuriront (de) partout dans les rues, vous pourrez dire : “j’y étais” »

Si loufoque que puisse paraître l’idée, elle n’est pourtant que la suite logique « d’un combat pour la liberté », avait revendiqué Vincent Peyret. Celle de ne pas posséder de téléphone portable afin de ne pas « être pisté, tracé, calculé, évalué, “flashcodé”, “QR-codisé” ». Des téléphone portables – pour la plupart des smartphones chronophages – devenus quasi incontournables dans notre société de consommation, avec pour seule perspective la « numérisation générale » pour réaliser « quantité d’activités anodines de la vie quotidienne ».

Pour l’OIRCT, la cause est entendue : « Cet événement fera date dans l’histoire des télécommunications émancipatrices », anticipe-t-il. Avant de promettre que « dans quelques années, quand les cabines refleuriront (de) partout dans les rues, vous pourrez dire : « j’y étais ». »

L’article Quelques articles sur l’évènement du 25 mars est apparu en premier sur OIRCT.


Publié le 14.03.2022 à 06:42

Grâce à vous nous sommes 6ème et la remontada se poursuit !

Le 26 mars voter pour les cabines téléphoniques c’était voter service public (mais pas que)

Les citoyen·ne·s ont de moins en moins le choix de refuser la numérisation et, pour celles et ceux n’ayant pas de téléphone portable intelligent (smartphone), avec le développement de la 5G et des nouvelles technologies, il devient de plus en plus compliqué de participer au dynamisme de la cité : impossibilité à bénéficier de services administratifs, exclusion de la vie locale, et par dessus tout, difficultés à joindre des proches voire les services de secours en dehors de leur domicile.

Fort·e·s de ce constat, nous souhaitons installer 22 cabines téléphoniques à pièces ou gratuites, avec une attention toute particulière à l’inclusion des quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) dans le projet.

Ce projet, que nous souhaitons co-construit avec les habitant·e·s des quartiers où les cabines seront implantées, permettra de tisser du lien social, de donner accès à la communication pour les plus précaires, et constituera un signe fort de la prise en compte par la Ville de Grenoble de l’impact écologique de la généralisation des nouvelles technologies.

https://www.grenoble.fr/projet/701/2590-installation-de-22-cabines-telephoniques.htm


Ci-dessous, un article publié par le Dauphiné libéré relatant le résultat du vote de présélection des idées
https://www.ledauphine.com/societe/2022/03/26/isere-budget-participatif-de-grenoble-les-citoyens-ont-preselectionne-leurs-32-idees-preferees

Budget participatif de Grenoble : les citoyens ont présélectionné leurs 32 idées préférées

samedi 26 mars 2022, la deuxième étape du budget participatif de Grenoble était lancée : après l’appel à projet de l’été dernier, les habitants de plus de 16 ans, quelle que soit leur commune de résidence, ont présélectionné leurs idées préférées, présentées plus tôt ce samedi lors du forum des idées à l’hôtel de ville.

« Aujourd’hui, il y a eu 1 000 votants pour présélectionner les 32 projets qui seront soumis au vote du budget participatif de Grenoble », a déclaré Annabelle Bretton, adjointe à l’Éducation populaire, à la jeunesse et à la démocratie ouverte, lors de la remise des prix, sur la scène du Palais des Sports.

La prochaine étape aura lieu du 27 juin au 5 septembre prochain. Dès lors, ce sera au tour des Grenoblois de décider quelles initiatives verront le jour dans la capitale des Alpes, grâce à une enveloppe mise à disposition par la Ville de Grenoble de 800 000 €. Pour le moment, diverses sont celles en lice.

Aménagement de l’espace public, solidarité, patrimoine, sport… Voici les idées qui participeront au vote final : le Parcours découverte ludique du patrimoine de la Villeneuve, la Zone test “Ruelles Douce”, la Pause bien-être et fraîcheur : mobilier urbain rafraîchissant, Pédaler pour s’éclairer, le Parc agility pour chien, C’est quoi dans l’air, le Parc d’activité pour chien et aménagement parc, Valoriser les rues de Grenoble, Esthétique de l’eau sous les ombrages du Jardin de Ville, Surveillance de la pollution électromagnétique, la Signalisation des ganteries grenobloises, D’où viennent nos fruits et légumes ?, Ici, avant, un Espace de liberté pour les chiens, la Coulée verte piétonne de Rivet au parc Flaubert, l’École vraiment pour tous, Pollution on va te fumer !, une Piste inclusive : la piste aux étoiles, Envie d’une pause face au Néron ?, Faire la coulée verte entre Paul Mistral et le Musée, Lutte contre le bruit, droit au calme, le Sport pour tous, Rafraîchir Grenoble,  une Coulée verte au niveau du quartier Hoche, des Places à l’ombre des arbres, la Réinstallation de 22 cabines téléphoniques, la Remise en eau des fontaines patrimoniales de Grenoble, le Pumptrack pour toutes et tous, une mini-rampe de skate dans le parc Flaubert, le Skatepark Jean Macé : rénovation moderne et haie fruitière, et le premier projet qui conquit le coeur des votants : Piétonniser les quais de l’Isère.


D’autres à venir ?

Villeurbanne :

https://participez.villeurbanne.fr/processes/budgetparticipatif2022/f/72/proposals/1095

L’article Grâce à vous nous sommes 6ème et la remontada se poursuit ! est apparu en premier sur OIRCT.


Publié le 13.03.2022 à 23:37

La trace des cabines grenobloises

On a déniché l’emplacement de plus de 400 cabines de la ville de Grenoble. Ça donne des idées de lieux pour leur réinstallation !

La nécessité impérieuse d’avoir un téléphone portable saute tout de suite aux yeux !

La carte est interactive, on peut zoomer, se déplacer et en cliquant sur les points, les adresses apparaissent. (carte en plus grand)

L’article La trace des cabines grenobloises est apparu en premier sur OIRCT.