Associations iséroises


 Pièces & Main d'Oeuvre

Site de bricolage pour la construction d'un esprit critique grenoblois

 

Publié le 15.05.2021 à 22:03

Origine du Sars-Cov2 : la vérité s'est-elle échappée du laboratoire ?

La revue scientifique Science publie ce 13 mai 2021 une lettre d'une vingtaine de chercheurs américains, réclamant une enquête sur les origines du Sars-Cov-2. « Nous devons considérer sérieusement les deux hypothèses, celle de l'origine animale et celle de la fuite d'un laboratoire jusqu'à ce que nous ayons suffisamment de données », écrivent-ils. De son côté, le rédacteur en chef explique : « Le but de notre rubrique Science's Insights est d'offrir aux scientifiques le meilleur espace de discussion sur la science. Aussi, vu l'importance du sujet, l'ampleur de l'expertise et les qualifications éminentes des auteurs, la décision de publier leur lettre était facile. »

Quel intéressant moment. Il n'est pas donné tous les jours d'assister à d'aussi impudents retournements de vestes, à en attraper des torticolis. (...)

Pour lire la suite, ouvrir le document ci-dessous.

Lire aussi :

- Nécrotechnologies

PIÈCE JOINTE (PDF)


 

Publié le 13.05.2021 à 20:51

A nos lecteurs

En raison de travaux de maintenance de notre hébergeur, le site Pièces et main d'œuvre sera indisponible du vendredi 21 mai 2021 à partir de 19 heures au dimanche 23 mai au plus tard (en principe).

Retrouvez-nous en attendant sur le site des Chimpanzés du futur (ici).
C'est le moment de lire sur papier, vous pouvez toujours commander des livres et des Pièces détachées (ici).

A bientôt,
Pièces et main d'œuvre

- Faits divers

PIÈCE JOINTE (PDF)


 

Publié le 08.05.2021 à 21:29

De l'autorité

Un an après la Commune, à l'automne 1872, Friedrich Engels, l'alter ego de Marx, exécute les « antiautoritaires » - c'est-à-dire les anarchistes et libertaires de l'époque - dans un article aussi bref que brillant. Si nous le republions un siècle et demi après sa parution dans l'Almanaco Republicano, ce n'est pas que nous, les anti-industrialistes, nous rendions à la rationalité technicienne de Engels, mais parce que celui-ci a l'avantage sur ses adversaires de poser le débat en termes clairs et corrects, et de mettre en lumière leurs contradictions.
En fin dialecticien, il distingue en effet deux types d'autorité – rationnelle ou irrationnelle - s'exerçant dans deux cadres différents : la sphère économique et la sphère politique. Partant, il n'a aucun mal à montrer que même « les plus furieux antiautoritaires » obéissent à l'autorité, c'est-à-dire l'imposent, dès qu'il s'agit d'action organisée – quitte à se payer de mots en dissimulant l'autorité sous un faux nom (« mission », « coordination », « fédération », « association », etc.).
« Or, l'organisation est-elle possible sans autorité ? »
Certainement pas dans le domaine politique qui est également celui des rapports de force, où les parties antagonistes imposent leur autorité par la violence, l'insurrection, la révolution, la répression, etc.
Et encore moins dans le domaine économique où les producteurs sont soumis « à un véritable despotisme indépendant de toute organisation sociale », que l'on soit en régime capitaliste ou collectiviste. La Machine commande. Engels le prouve par l'exemple – la filature, les chemins de fer, le navire (l'avion dira Marcuse un siècle plus tard). « Vouloir abolir l'autorité dans la grande industrie, c'est vouloir abolir l'industrie elle-même, c'est détruire la filature à vapeur pour retourner à la quenouille. »
Précisément. L'organisation scientifique du monde, le monde-machine qui ne se limite plus à la production (usines 4.0, raffineries, centrales, porte-containers automatisés) mais qui absorbe l'ensemble des activités sociales et personnelles (Internet, télétravail, smart city, e-commerce, e-administration, loisirs) sous l'autorité de la Machine à gouverner est plus totalitaire que ne le furent jamais les machines politiques du passé.
Anarchistes et libertaires, encore un effort pour être vraiment antiautoritaires. Détruisons la Machine ; désertons la politique ; ou cessez les faux-semblants.

(Pour lire le texte d'Engels, ouvrir le document ci-dessous.)

Lire aussi :
- Ludd contre Marx
- Ludd contre Lénine (le communisme des technocrates)
- Ludd contre les Américains
- Ce que signifie "avoir les moyens" (au-delà du capitalisme et pire encore)
- Alain Badiou nous attaque, et nous faisons (humblement) notre autocritique

- Documents

PIÈCE JOINTE (PDF)


 

Publié le 05.05.2021 à 21:59

Du café du commerce aux « Lumières hollandaises » - et de la tolérance au développement séparé (apartheid) - Bleue comme une orange, chap.11

Saviez-vous que Ernest Renan, grand admirateur des Pays Bas, en avait ramené sa « conception française de la nation », enseignée depuis 1882 dans les écoles de la République ? Le prophète du rationalisme ne pouvait que reprendre après bien d'autres le flambeau des « Lumières hollandaises ».
Nous voici au « Siècle d'or » des Provinces Unies, petit État de deux millions d'habitants, qui, ayant édifié la première République, le premier empire colonial et la première puissance économique mondiale, répand ses « Lumières » (Erasme, Van den Enden, Spinoza) notamment sur la France du Roi Soleil, de Colbert, Descartes, La Mettrie, Diderot, etc. Les Lumières de la raison. Déjà aux schismes protestants, luthériens, calvinistes & cie, succède une critique matérialiste, sinon athée, portée par des penseurs issus de toutes confessions, y compris juive et catholique.
Ce rationalisme que les bourgeois néerlandais ont pratiqué dans les techniques, les sciences, l'agriculture, l'industrie, le commerce, etc., en même temps qu'ils le théorisaient, est l'authentique pensée révolutionnaire de la bourgeoisie techno-capitaliste accomplissant sa révolution politique – d'abord aux Provinces Unies, puis au Royaume uni, aux Etats-Unis, etc. Et comme le processus de critique et de division ne cesse jamais, ce rationalisme bourgeois et matérialiste se scinde à son tour entre « raisonnables » et « radicaux ». Les uns s'accommodant d'une république, voire d'une monarchie d'Orange, indifférente en matière de religion, mais à la dévotion de leurs affaires. Les autres aspirant déjà à une révolution sociale - y compris l'abolition de la traite, de l'esclavage, de la propriété privée – et à un Etat du bien-être, égalitaire et démocratique. Et comme il n'est pas de lumière sans ombre, cette conception hollandaise de la nation aboutit dans les « unions » qui l'appliquent (Provinces Unies, Royaume Uni, Etats-Unis, Union sud-africaine, etc.) à tous les degrés de sectarisme, séparatisme, communautarisme, multiculturalisme, ségrégationnisme, susceptibles d'empêcher le « vivre ensemble ». Une nation orange, c'est une juxtaposition de quartiers.

Pour lire ce chapitre, ouvrir le document ci-dessous.

Chapitres 1 à 3.
Chapitres 4 et 5.
Chapitre 6.
Chapitre 7.
Chapitre 8.
Chapitre 9.
Chapitre 10.

- Documents

PIÈCE JOINTE (PDF)


 

Publié le 28.04.2021 à 21:31

Karel Čapek et Antoine de Saint-Exupéry - Notre Bibliothèque Verte (n°30 & 31)

Voici deux nouvelles notices de Notre Bibliothèque Verte, par Renaud Garcia : Karel Čapek et Antoine de Saint-Exupéry.

Karel Čapek (1890-1938) et Antoine de Saint-Exupéry (1900-1944) se réunissent dans leur haine du robot, de la robotisation de l'espèce humaine et du monde machine. C'est une idée venue de loin que celle du robot. Au moins d'Aristote (-384 /-322 av. J.C), qui, dans son livre De la politique, explique que les esclaves sont nécessaires tant qu'il n'y aura pas de machines pour jouer de la cithare ou actionner des soufflets de forge à leur place. Mais déjà dans l'Atra-Hasîs (« Supersage », le Noé babylonien), 15 siècles plus tôt, les Grands Dieux décident de créer des robots, les hommes, pour remplacer les dieux mineurs en grève ; ceux-ci las de trimer pour les nourrir ayant brisé leurs outils. Ces robots sont créés d'eau et d'argile mêlées au sang d'un dieu sacrifié et on leur insuffle un souffle divin : l'âme.
Karl Marx (1818-1883) reprend l'idée d'Aristote vingt siècles plus tard, dans ses Fondements de la critique de l'économie politique (1857) – et presque un siècle avant l'automation : la machine libère l'homme du travail. Non seulement la Machinerie générale multiplie le potentiel de productivité mais elle crée les conditions d'un dépassement du capitalisme.

Karel Čapek forge ce mot nouveau « robot », en 1920, dans sa pièce R.U.R (Rossum's Universal Robots), un an avant que Saint-Exupéry, jeune homme féru de sciences et de mathématiques, ne se forme à l'aviation, durant son service militaire. Quand Saint-Exupéry est abattu par la chasse allemande 24 ans plus tard, et six ans après la mort de Čapek, le mot robot est devenu un nom commun avec ses connotations péjoratives dans tous les pays industriels. Saint-Exupéry, qui, loin d'être un « technophobe », inventait des dispositifs et déposait des brevets, écrit la veille de sa mort : « Si je suis descendu, je ne regretterai absolument rien. La termitière future m'épouvante. Et je hais leur vertu de robots. Moi, j'étais fait pour être jardinier. » Mais qu'est-ce qu'un robot ? Le verbe tchèque « robit » signifie « faire, œuvrer, fabriquer », et le substantif « robota » désigne le travail pénible, la « corvée ». Le robot robote comme le prolo turbine. Travaux d'esclaves et de rouages fonctionnels. Voilà cette « vertu de robots », cet asservissement d'homme-machine au monde-machine que refusent Čapek et Saint-Exupéry. Et nous aussi qui en sommes aujourd'hui captifs.

(Pour lire les notices, ouvrir le document ci-dessous.)

Lire aussi :

- Documents

PIÈCE JOINTE (PDF)