Associations iséroises


Un Toit Pour Tous
UTPT se donne pour mission de favoriser l’accès et le maintien dans un logement décent des personnes à faibles ressources en lien avec les collectivités locales.

26.04.2022

Des Sociétés civiles immobilières (SCI) au service des plus vulnérables

Stéphanie Rouanet

Une trentaine de personnes se sont retrouvées le 4 avril dernier pour faire le point sur les SCI « Ensemble Offrir Un Toit » à l’occasion de leurs assemblées générales annuelles. Une opportunité d’être informés des nouveautés à Un Toit Pour Tous.

Se mettre à plusieurs

De même qu’elle gère les logements de propriétaires solidaires, Territoires, l’agence immobilière à vocation sociale d’Un Toit Pour Tous, prend en charge la gestion des logements issus d’une démarche similaire mais entreprise à plusieurs. Il s’agit des Sociétés civiles immobilières « Ensemble Offrir un Toit », propres à Un Toit Pour Tous. Un conventionnement passé avec l’Anah (Agence nationale de l’habitat) permet de bénéficier d’avantages fiscaux en contrepartie d’un loyer très bas (de 5 à 5,5 €/m2). La première SCI, a été créée en 1999 et regroupait une dizaine de personnes. En 2022, il reste 13 SCI en fonction, les 7 autres ayant déjà vendu leur appartement au terme du contrat Anah.

Au fil du temps 20 SCI ont ainsi permis :

  • de mobiliser à ce jour au total environ 300 personnes. Toutes convaincues et heureuses de participer à leur échelle, non seulement au logement de personnes et familles aux revenus très modestes, mais aussi de prendre conscience des difficultés propres à cette mission.
  • de loger plus d’une vingtaine de familles
  • d’augmenter le parc de logements sociaux d’Un Toit Pour Tous puisque certaines ont fait le choix de vendre leur appartement à sa coopérative, Un Toit Pour Tous-Développement, au terme du conventionnement Anah.

Des nouveautés marquantes à Un Toit Pour Tous

L’agence Territoires se réorganise

Pascale Giraud, responsable du pôle Logement, a rappelé le nouvel organigramme de l’agence : les deux pôles distincts pour le logement et le social. Les gérants des SCI ont désormais une seule interlocutrice : la gestionnaire du logement de la SCI qui fait elle-même le lien avec le pôle social en cas de besoin.

Pascale Giraud a pu répondre à toutes les questions des différents associés et gérants portant sur la Gestion locative adaptée, l’Intermédiation locative, les prises en charge par l’assurance SADA, la question des impayés de loyers etc. Elle a également proposé une rencontre pour les cas très particuliers de certaines SCI.

L’évolution de la Coopérative Un Toit Pour Tous Développement en Coopérative foncière solidaire

Paul Coste, son président a introduit en disant qu’il s’agissait là d’une étape importante. Ce nouveau statut de foncière solidaire est destiné à collecter plus de fonds propres pour produire davantage de logements mais c’est aussi l’occasion de mettre en œuvre la participation des locataires (en tant que groupe auquel sera dévolue 10% des parts sous forme de prêt). Il s’agit là aussi d’une opportunité pour l’avenir des SCI et l’investissement financier futur des associés après la clôture de leur SCI.

Lancée courant 2020, l’évolution d’Un Toit Pour Tous-Développement vers ce nouveau statut a demandé de longs mois de préparation et d’agréments divers (en savoir plus ici).

Les investisseurs intéressés par l’achat de parts devront prendre contact avec Un Toit Pour Tous par l’intermédiaire du site (contact@untoitpourtous.org) et adhérer à l’association. À la suite ils auront un rendez-vous avec l’une des trois personnes membres du comité directeur d’Un Toit Pour Tous-Développement.

 

L’article Des Sociétés civiles immobilières (SCI) au service des plus vulnérables est apparu en premier sur Un Toit Pour Tous.


15.04.2022

Entretien avec Bernard Duru, administrateur à Un Toit Pour Tous

Stéphanie Rouanet

Ancien cadre dirigeant au sein du ministère de l’équipement et du logement, Bernard Duru est administrateur et membre du bureau à Un Toit Pour Tous. Il est également secrétaire de l’Observatoire de l’hébergement et du logement et bénévole au sein du groupe web. Retour sur un parcours engagé !

Pour quelles raisons avez-vous souhaité vous engager au sein de l’association ?

J’ai découvert les missions de l’association dans le cadre de mon activité professionnelle. Au moment de ma retraite en 2010, j’ai pris contact avec Un Toit Pour Tous. J’ai été reçu à l’époque par Christian Lebrun et René Franck qui s’occupaient de l’accueil des bénévoles. Pendant ma carrière, j’ai beaucoup travaillé dans le domaine du logement social et je souhaitais que mon expérience ainsi que mon temps libre puissent être utiles et mis au profit d’une cause qui me touche particulièrement.

Quel est votre rôle en tant qu’administrateur à Un Toit Pour Tous ? Quelles sont vos responsabilités ?

En arrivant à Un Toit Pour Tous, j’ai d’abord participé aux différentes commissions de l’association telles que Communication et animation puis à l’Observatoire de l’hébergement et du logement. En effet, quand on est bénévole et administrateur, cela prend du temps pour maitriser la structuration assez complexe d’Un Toit Pour Tous. Participer à plusieurs instances m’a ainsi permis de mieux appréhender le fonctionnement de l’association et ses différents périmètres d’actions.

Pour moi, le pas le plus important a été de devenir membre du bureau. Depuis 10 ans, nous travaillons sur de nombreux sujets, plus particulièrement sur la gouvernance de l’association et les questions d’orientations stratégiques.

Depuis peu, je suis également représentant d’Un Toit Pour Tous au sein du comité directeur de la foncière UTPT-Développement. Le sujet qui nous porte actuellement est l’évolution récente de la coopérative foncière avec notamment la création d’un collège d’investisseurs solidaires (plus d’informations ici).

Quels ont été ou sont pour vous les temps forts de l’association ?

J’ai été très marqué par le dispositif LAMI qui a été mis en place au sein de l’association de 2016 à 2019. À travers l’accueil des réfugiés syriens, cela a été un moment de solidarité très important pour Un Toit Pour Tous.

Vous êtes également bénévole au sein du groupe web, pouvez-vous nous en dire en quoi consiste votre action et celle du groupe ?

Chaque lundi, nous nous réunissons afin de faire le point sur les articles que nous souhaitons voir paraitre sur le site internet. Nous échangeons sur les différentes actions au sein de l’association mais aussi sur l’actualité de nos partenaires pour réfléchir collectivement à les valoriser. Je représente le bureau au sein de ce groupe qui travaille en étroite collaboration avec les salariés du service Communication et animation.

Quelles sont vos relations avec les autres bénévoles et les salariés de l’association ?

Je suis toujours frappé par le niveau d’investissement des autres bénévoles et administrateurs, leurs niveaux de technicité et de professionnalisme. Je tiens également à souligner l’investissement important des salariés qui adhérent aux valeurs de l’association et qui, tous les jours, travaillent au service des plus démunis.

D’une manière générale, je suis admiratif de l’intelligence collective qui existe à UTPT. Depuis mon arrivée dans l’association, j’ai noué de profondes amitiés.

Quels sont pour vous les enjeux importants auxquels va être confrontée l’association dans les années à venir ?

Pour l’avenir, l’un des enjeux de l’association est le développement de la coopérative foncière UTPT-Développement ainsi que la captation de logements via des propriétaires solidaires. L’objectif est commun : augmenter notre proposition de logements très sociaux !

Un des autres enjeux est également de rester attentif aux situations particulières, notamment envers les personnes réfugiées et sans papiers, qui pourraient être l’objet de dispositifs expérimentaux au sein de l’association.

Il y a donc de nombreux projets à venir ! À nous d’être vigilants à ce que l’association reste fidèle aux valeurs qui la porte depuis sa création.

 

 

 

 

L’article Entretien avec Bernard Duru, administrateur à Un Toit Pour Tous est apparu en premier sur Un Toit Pour Tous.


31.03.2022

Point presse mars 2022

Anne-Laure Navarro

Point presse : s’informer pour agir en toute connaissance de cause. Le comité de rédaction du site web d’Un Toit Pour Tous sélectionne dans des quotidiens (surtout « Le Monde », « La Croix », « Le Dauphiné Libéré ») et dans des hebdomadaires et mensuels les articles couvrant les thèmes d’intervention de l’association.

<28 mars 2022 Le Dauphiné Libéré

Grenoble. Le Dal manifeste dans le cadre du Housing action day

A quelques jours du 31 mars, qui sonne pour beaucoup la fin de la trêve hivernale le Droit au logement 38 a manifesté pour faire entendre ses revendications.

Isère. Immobilier : toujours à la hausse malgré quelques corrections…

…selon les chiffres des notaires récemment dévoilées.

En 2021 progression de 6% pour le prix des  appartements, 6,4%pour les maisons … et 19,5% pour le nombre de transactions.

>25 mars 2022 Le Monde

Présidentielle 2022 : le programme en pointillé du candidat Macron sur le logement

La plupart des pistes proposées par le président sortant renvoient à des négociations ultérieures. L’une d’elles envisage de retirer aux maires le pouvoir d’accorder les permis de construire.

>https://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2022/article/2022/03/25/presidentielle-2022-le-programme-en-pointille-du-candidat-macron-sur-le-logement_6119150_6059010.htmlrs

>25 mars 2022 Le Monde

Logement et rénovation des passoires thermiques : « Dans tous les cas, les logements mis en location doivent respecter des normes de décence »

https://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2022/live/2022/03/25/logement-et-passoires-thermiques-posez-vos-questions-a-un-expert-de-la-renovation-de-l-habitat_6119073_6059010.html

>25 mars 2022 Le Monde

Immobilier : les premiers pas du nouveau service public de la rénovation énergétique des logements

France Rénov’ promet de simplifier le parcours des ménages se lançant dans des travaux d’économie d’énergie. Mais l’ambitieux service d’accompagnement annoncé n’est pas encore vraiment mis sur pied.

https://www.lemonde.fr/argent/article/2022/03/25/immobilier-les-premiers-pas-du-nouveau-service-public-de-la-renovation-energetique-des-logements_6119054_1657007.html

<25 mars 2022 Le Dauphiné Libéré

Métropole de Grenoble. Copropriétés, logements sociaux : le coût du chauffage en forte hausse…

pourrait augmenter de 20% selon un courrier du bailleur social Grenoble Habitat à ses locataires. Inquiétudes pour les bailleurs déjà fragilisés, difficultés accrues pour les locataires pauvres.

 

>24 mars 2022 Synthèse de presse de l’USH n°591

Accueil et hébergement des déplacés ukrainiens

Modalités d’accès à l’hébergement et au logement des personnes déplacées d’Ukraine et bénéficiaires de la protection temporaire annoncées par le Premier ministre :

 Au moins 100 000 places d’hébergement / Logements mis à disposition par l’ensemble des partenaires habituels de l’Etat. `

Trois étapes : hébergement d’une à deux nuits à proximité des points d’arrivée suivi d’un hébergement ad hoc le temps d’une orientation vers un logement ou un hébergement adapté, puis un accès à un logement pour au moins trois mois, avec une intermédiation locative.

>23 mars 2022 Le Dauphiné Libéré

Grésivaudan. Des communes qui s’engagent pour plus de logements sociaux.

Bernin, Crolles, Le Versoud et Pontcharra font partie des cinq premières communes en Isère à avoir signé avec l’Etat le contrat de relance du logement sur le Grésivaudan.

L’inauguration à Crolles de la résidence Soliza en bail réel solidaire (BRS) est l’occasion de se convaincre que le BRS est un outil permettant de lutter contre la spéculation immobilière en zone tendue.

>22 mars 2022 Le Monde

Un testing de SOS-Racisme remet en lumière les discriminations raciales à la location immobilière

Sur 136 agences, réparties en France, 49 % ont accepté de pratiquer une sélection discriminatoire.

https://www.lemonde.fr/societe/article/2022/03/22/un-testing-de-sos-racisme-remet-en-lumiere-les-discriminations-raciales-a-la-location-immobiliere_6118590_3224.html

>19 mars 2022 Le Monde

Réforme du calcul de l’APL : le cauchemar des agents de la CAF

Le cabinet de conseil McKinsey a été missionné dès 2018 pour remédier à des difficultés informatiques. Il aura touché près de 4 millions en plus de deux ans mais, sur le terrain, la mise en application reste laborieuse.

https://www.lemonde.fr/societe/article/2022/03/19/reforme-du-calcul-de-l-apl-le-cauchemar-des-agents-de-la-caf_6118251_3224.html

>16 mars 2022 Le Dauphiné Libéré

Fontaine. La Protection civile stoppe la réception de dons pour l’Ukraine.

Elle lance un appel financier pour acheter du matériel lourd. 3331 places d’hébergement ou de logement recensées en Isère :

Comment accueillir des déplacés ukrainiens ? – 46 Ukrainiens déjà reçus – Un guichet unique pour une autorisation provisoire de séjour.

A Grenoble, un gymnase pour des dizaines de réfugiés. Déjà 300 propositions d’aide recensées sur la plateforme Terre d’accueil dispositif de solidarité citoyen.

>16 mars 2022 Le Monde

Patrimoine : « Les inégalités générationnelles pour l’accès à un logement sont un poison lent qui ronge le tissu social »

https://www.lemonde.fr/idees/article/2022/03/16/patrimoine-les-inegalites-generationnelles-pour-l-acces-a-un-logement-sont-un-poison-lent-qui-ronge-le-tissu-social_6117705_3232.html

>14 mars 2022 Le Monde

Rénovation énergétique : beaucoup de logements concernés mais peu de travaux

Le quinquennat s’achève sur un record de rénovations énergétiques des logements, un succès plus quantitatif que qualitatif.

https://www.lemonde.fr/societe/article/2022/03/14/renovation-energetique-beaucoup-de-logements-concernes-mais-peu-de-travaux_6117511_3224.html

>10 mars 2022 Le Monde

Election présidentielle 2022 : l’ébauche de programme en matière de logement du candidat Macron

Emmanuelle Wargon, à la fois « porte-parole » du candidat et ministre déléguée au logement, a présenté mercredi quelques pistes devant les grands acteurs du secteur.

https://www.lemonde.fr/societe/article/2022/03/10/election-presidentielle-2022-l-ebauche-de-programme-en-matiere-de-logement-du-candidat-macron_6116940_3224.html

>8 mars 2022 Le Dauphiné Libéré

Crolles. L’Abri sous la dent poursuit son travail dans la vallée.

Créé à l’origine pour des routards de passage ce sont les sans-abri qui les ont remplacé. Des bénévoles avec l’appui de la municipalité et d’associations spécialisées : Oiseau Bleu, Un Toit Pour Tous… mettent à disposition des logements pour des personnes seules mais aussi de plus en plus pour des familles .

 

>5 mars 2022 Le Dauphiné Libéré

Grenoble. Inauguration des nouveaux locaux de Point d’Eau

Petit espace créé il y a 30 an pour accueillir des sans-abri c’est « devenu un formidable espace de vie » : accueil convivial, service d’hygiène, domiciliation, orientation vers services sociaux , … atelier cuisine intégré aux nouveaux locaux, assurés par salariés et bénévoles de l’association.

>4 mars 2022 Synthèse de presse de l’USH n°588

Tous les acteurs de l’habitat se mobilisent pour accueillir les réfugiés ukrainiens

L’article Point presse mars 2022 est apparu en premier sur Un Toit Pour Tous.


28.03.2022

Un Toit Pour Tous solidaire de l’accueil des réfugiés ukrainiens

Anne-Laure Navarro

Depuis le début de la guerre en Ukraine, Un Toit Pour Tous est très attentif au foisonnement d’initiatives d’aides qui surgissent en faveur de ceux qui sont contraints de fuir leur pays. Nombre d’associations et de personnes se mobilisent en Isère afin d’apporter leur soutien et contribuer à cet élan de solidarité.

Nous n’avons pas encore de précisions sur les besoins concrets des ukrainiens arrivés en Isère (nombre de personnes concernées, cadre d’action, initiatives citoyennes, financements mobilisables), mais comme nous avons pu le faire ces dernières années pour assurer l’accueil des familles syriennes exilées, nous nous tenons prêts à le faire pour les réfugiés ukrainiens.

Nous pourrons nous appuyer pour cela sur les compétences et moyens d’action développés par Un Toit Pour Tous : la production de logements à très bas loyer, la mobilisation de logements auprès des propriétaires privés, l’accompagnement des collectifs de citoyens qui accueillent les personnes les plus vulnérables. Ces actions constituent le cœur même de nos missions et peuvent contribuer à un accueil digne de réfugiés ukrainiens, comme d’autres publics défavorisés.

Tout, aujourd’hui, laisse à penser que la crise ukrainienne durera longtemps. Des actions spécifiques de notre part seront alors utiles. Nous y sommes prêts !

L’article Un Toit Pour Tous solidaire de l’accueil des réfugiés ukrainiens est apparu en premier sur Un Toit Pour Tous.


21.03.2022

Paroles de bénévoles

Anne-Laure Navarro

Ils sont 3 : Marie, Guy et Michel . Ils ont rejoint l’association Un Toit pour Tous, respectivement  il y  4 ans, 8 ans et 2 ans pour s’engager dans le combat contre le mal-logement. Nous sommes allés les rencontrer.

Pourquoi cet engagement sur le mal-logement ?

  • “J’avais besoin d’être utile dans un secteur différent de mon milieu professionnel. J’ai toujours pensé que dans la vie il y avait deux choses importantes : l’enseignement et le logement. Comme j’ai fait ma carrière dans l’enseignement je consacre mon engagement à la question du logement et, bien sûr, du mal-logement”.
  • “Avec ma compagne nous voulions œuvrer pour le logement social. A la suite d’un décès familial nous avons décidé d’acheter un appartement pour le mettre à disposition d’une famille dans le parc du logement social”.
  • “Je voulais m’engager et faire du bénévolat dans le domaine social. J’ai également acheté un appartement. La question de la mixité sociale est une motivation importante pour moi : le fait que ce logement destiné aux plus démunis soit dans une commune ayant peu de logement social et permette une meilleure intégration de la famille”.

 

Comment avez-vous connu Un Toit Pour Tous et pourquoi l’avoir choisi ?

  • “Par les relations professionnelles de mon fils qui appréciait l’action de l’association et me l’a recommandée”.
  • “Nous avons eu besoin d’une structure pour nous aider à gérer la location de notre appartement ; Territoires AIVS nous a séduits car elle faisait partie d’une association à caractère laïque”.
  • “C’est l’agence immobilière qui m’a fait entrer dans l’association récemment et j’ai commencé par participer un peu au groupe des permanences Dalo”.

 

Vous constituez tous les 3 le groupe de bénévoles copropriétés qui assure la relation entre Un Toit Pour Tous, propriétaire de logements, avec les copropriétés où sont situés ces logements (1). Qu’est-ce qui vous a conduit vers cet engagement ?

  • “J’ai une expérience des AG de copropriété car je suis au conseil syndical de celle où se trouve mon logement et je pouvais ainsi avoir une certaine efficacité et en faire profiter l’association”.
  • “Les dossiers techniques et les négociations ne me font pas peur car j’ai fait du syndicalisme dans ma vie professionnelle”.
  • “J’avais commencé à m’intéresser au groupe Dalo juste avant le confinement mais avec les contraintes sanitaires cela a été difficile. Par ailleurs je ne me suis pas senti compétent dans ce domaine très social, loin de mes activités professionnelles antérieures”.

 

Comment vous êtes-vous sentis accueillis à UTPT ?

  • “J’ai été accueillie par une salariée d’Un Toit Pour Tous avec laquelle j’ai eu un long moment d’échanges puis dans le groupe AG/copro où je me suis sentie bien à l’aise et bien accompagnée par Christian, un autre bénévole. Avant le confinement les bénévoles suivaient les AG de copropriétés auxquelles il était important d’assister. Avec la pandémie nous avons dû nous interrompre puis adopter le vote par correspondance qui, du coup, couvre l’ensemble des logements mais malheureusement nous ne rencontrons plus les autres propriétaires. Nous travaillons en étroite et très bonne relation avec Simon et Fatima salariés du service Patrimoine”.
  • “Au début je me suis occupé d’aide à la maitrise des énergies pour les locataires. J’ai été bien accueilli par la personne en charge de l’animation et président de l’association de l’époque qui était très attentif à l’accueil des bénévoles”.
  • “Je me suis senti, et me sent encore, bien à l’aise avec les bénévoles de mon groupe, les salariés avec lesquels nous travaillons, les personnes que je rencontre à l’occasion. J’éprouve cependant encore parfois des difficultés à me situer dans le fonctionnement de l’association et de ses composantes ».

 

Vous vous réunissez régulièrement toutes les semaines. Est-ce important pour vous ?

  • On ne peut pas faire les choses à moitié, il faut s’impliquer complètement. Notre travail fournit une aide importante et appréciée aux salariés. Nous rapportons même des documents à traiter à la maison !
  • L’intérêt c’est le travail en équipe. Au delà de ce qu’on apporte à l’association sur le plan technique c’est l’aspect collectif de notre façon de travailler qui nous motive. Nous constituons un groupe bien soudé.
  • Notre travail est intéressant et exigeant

 

Quelles améliorations pourraient être apportées ?

  • Nous souhaiterions que ce que nous signalons après les AG donne lieu à des échanges avec l’agence immobilière dans son ensemble et pas seulement avec le service Patrimoine.
  • D’une manière générale il faudrait trouver des moyens de mettre davantage en relation les bénévoles et les salariés d’UTPT pour que l’on se sente vraiment dans une maison commune…
  • … et bien définir le périmètre d’action du bénévole.
  1. Se reporter à l’article « La mutation du groupe de bénévoles AG/copro… » sur le site web d’UTPT pour plus de détails.

L’article Paroles de bénévoles est apparu en premier sur Un Toit Pour Tous.


21.03.2022

Permettre aux locataires de se maintenir durablement dans le logement grâce au dispositif IML

Anne-Laure Navarro

Venue du Congo, Rubis est arrivée en France en 2013 accompagnée de ses deux enfants. Elle a eu la gentillesse de nous recevoir chez elle afin de d’échanger autour de son parcours et son accompagnement au sein d’Un Toit Pour Tous.

Pourriez-vous revenir sur votre parcours et sur votre arrivée en France ? Comment cela s’est passé ?

Nous sommes arrivés tout d’abord à Lyon et nous avons essayé de trouver un logement mais il n’y avait plus de places. De 2013 à 2015, nous avons vécu de foyers d’hébergement en foyers de d’hébergement sans aucune solution stable pour ma famille : mes enfants ont changé plus de 5 fois d’école pendant cette période… On nous a donc orientés à Grenoble au Cada (Centre d’accueil pour demandeurs d’asile) le Cèdre.

À votre arrivée à Grenoble, quel hébergement vous a-t-on proposé ?

De 2016 à 2020, j’ai vécu avec mes deux enfants au sein d’un appartement mis à disposition via l’Adate dans le cadre d’un hébergement d’urgence. Les conditions de vie étaient difficiles car l’appartement était partagé avec une autre dame qui avait 5 enfants. C’était très bruyant et difficile au niveau de l’éducation des enfants : nous ne partagions pas la même façon de faire, notamment pour les horaires de coucher.

Comment avez-vous eu connaissance de l’association Un Toit Pour Tous ?

Ma référente sociale de secteur m’a orientée vers l’association. C’est Yamina qui m’accompagne depuis début 2020 au sein d’Un Toit Pour Tous. (1)

Vu mes précédentes expériences, je pensais que cela allait être très compliqué de trouver un logement avec seulement le RSA. Mais, l’association m’a trouvé rapidement un logement au Fontanil que j’ai refusé car il était trop éloigné pour mes enfants. Un Toit Pour Tous m’a proposé ensuite un deuxième appartement, cette fois à Grenoble, sur le cours Berriat où j’ai emménagé en juin 2020. L’appartement était très bien situé, en très bon état mais mes enfants grandissaient et, au bout d’une année, je voulais qu’ils puissent être désormais dans des chambres séparées car ma fille était devenue une jeune adolescente.

Yamina m’a informée qu’il était possible de faire une demande pour un appartement avec une chambre supplémentaire. Là aussi, c’est allé très vite et j’ai été très contente de voir qu’en seulement 3 mois j’ai pu accéder à un autre appartement qui correspondait à mes nouveaux besoins.

Comment vous sentez vous actuellement dans votre nouveau logement ?

Aujourd’hui, nous vivons dans un T4 d’environ 72m, dans le quartier de la Bajatière. Je ne connaissais pas le quartier mais les voisins sont gentils et l’appartement est proche des commerces et du tram A.

L’appartement était comme neuf, il n’y a eu aucuns travaux à faire à l’exception de la pose d’une cuisine américaine.

Comment avez-vous été accompagnée par l’association ?

Je fais un point avec Yamina de manière très régulière, elle vient chez moi environ une fois tous les 3 mois et, de mon côté, je viens environ 1 fois tous les deux mois à l’association.

Au départ, elle m’a aidée pour monter le dossier APL, pour l’ouverture des compteurs etc. Tout au long, elle m’accompagne pour bien gérer mon budget et m’informe sur les différentes charges à payer.

Elle a également mis en place un plan d’apurement (2) afin de régler une dette que j’avais contractée (à la suite d’un premier mois versé en décalage par la CAF).

Et puis, elle m’a surtout trouvé un appartement avec une chambre supplémentaire avec un loyer moins cher !

L’appartement est calme. Pour moi ce n’est que du positif !

Que pensez-vous de l’association ?

J’ai été très surprise de découvrir la qualité des 3 logements proposés par l’association. Au départ, j’avais peur que l’on me propose de loger dans des quartiers défavorisés, bruyants alors que ça a été tout le contraire !

Mes différentes demandes ont été prises en compte très rapidement, on peut dire que j’ai vraiment eu de la chance de connaitre l’association.

Je suis très contente de l’accompagnement avec Yamina, j’ai d’ailleurs demandé s’il était possible de prolonger l’accompagnement de 6 mois car il se termine bientôt.

Quelles sont vos perspectives pour la suite ?

Je suis actuellement sans emploi mais je suis dans l’attente d’une formation pour devenir puéricultrice auprès de jeunes enfants.

(1) Rubis est accompagnée par une travailleuse sociale de l’association Un Toit Pour Tous dans le cadre du dispositif IML. Elle bénéfice d’un accompagnement de 18 mois régulier et systématique qui permet de prévenir les éventuelles difficultés

(2)  Accord écrit entre le propriétaire et le locataire en vertu duquel les parties conviennent d’échelonner la dette selon un calendrier déterminé.


Qu’est-ce que l’IML ?

IML (Intermédiation locative) est un dispositif qui permet de sécuriser et simplifier la relation entre le locataire et le propriétaire grâce à l’intervention d’un tiers social (opérateur, organisme agréé ou association). À Un Toit Pour Tous, les ménages qui font une demande d’hébergement via ce dispositif sont accompagnés à la hauteur de leurs besoins et accèdent à un logement dans le parc privé (logements des propriétaires solidaires). L’accompagnement est centré sur la thématique du logement, s’il y a d’autres besoins identifiés (parentalité par exemple), le lien est réalisé avec la polyvalence du secteur pour co-accompagner le ménage ou encore pour qu’il soit orienté sur des accompagnements spécifiques (emploi ou santé notamment).

Intégré dans la politique du « Logement d’abord », l’IML propose un logement associé à un accompagnement sur une période déterminée (18 mois maximum) à une personne, à une famille dont le problème de maintien ou d’accès dans un logement peut provenir d’un cumul de difficultés financières et de difficultés d’insertion sociale.

L’accompagnement, qui démarre dès le 1er rendez-vous de présentation avec le ménage, vise à permettre un accès à un logement et/ou à bien y vivre durablement. Les champs d’intervention peuvent être nombreux mais ils concernent généralement :

  • Une présence et un soutien dans toutes les étapes préalables à l’entrée dans les lieux : visite du logement, instruction des dossiers de garantie/dépôt de garantie, prévision financière, recherche de mobilier…
  • L’aide à la réalisation de démarches administratives en lien avec le logement (APL, changement d’adresse, traiter les courriers reçus…)
  • L’accompagnement sur l’utilisation du logement (en lien avec les gestionnaires des logements) : ouverture des compteurs, informations sur la maitrise des énergies, l’intégration dans la copropriété, liens avec les autres services etc.
  • L’accompagnement budgétaire (planification du budget, conseils relatifs aux outils bancaires, moyens de paiement, mise en lien avec les différents services…)
  • La mise en lien et la coordination avec les services sociaux compétents.

L’objectif final est de permettre au ménage de se maintenir durablement dans le logement.


 

L’article Permettre aux locataires de se maintenir durablement dans le logement grâce au dispositif IML est apparu en premier sur Un Toit Pour Tous.