Associations iséroises


Terre de Liens

Publié le 20.04.2021 à 00:00

Depuis le 18 février 2021, la ferme maraîchère de Rochefort, à Neulise (42), est la 26ème ferme acquise en Rhône-Alpes par Terre de Liens. C'est 7 ans plus tôt que, face à une rare opportunité foncière (5ha équipés d'une borne d'irrigation), la Communauté de Communes du Pays entre Loire et Rhône (la CoPLER) avait pris contact avec Terre de Liens. Son projet : favoriser une activité de maraîchage bio pour approvisionner la restauration collective locale.

Pose du panneau Terre de Liens 1

Forte d'une inébranlable volonté politique, la CoPLER, accompagnée par l'Association des producteurs biologiques du Rhône et de la Loire (l'ARDAB), l'association Vivre Bio en Roannais, et la SAFER, achète le terrain, décide d'y faire construire un bâtiment agricole à l'aide de financements européens, et recherche en parallèle un·e candidat·e à l'installation. La commune de Neulise s'engage, elle, à prendre à sa charge le raccordement aux réseaux.

Fin 2016, les partenaires signent une convention qui lie la Région (gestionnaire des crédits européens), la communauté de communes et la Foncière Terre de Liens, qui s'engage à acheter le bien une fois le bâtiment opérationnel. La CoPLER s'engage également à faciliter la collecte en mettant à disposition ses outils de communication.

JPEG - 119.5 ko
Aude-Marie

Un an plus tard, le bâtiment est inauguré et la maraîchère Aude-Marie Moyne s'y installe, mais en raison du délai de versement des subventions, il faudra attendre encore trois ans pour concrétiser la rétrocession à Terre de Liens.

C'est chose faite à présent, et le groupe local s'est empressé d'aller poser en ce début de printemps le panneau Terre de Liens sur les murs de la ferme.

Visiter la page de la ferme


Publié le 13.04.2021 à 00:00

Depuis 2020, les bénévoles du groupe local Loire Pilat ont engagés une réflexion autour de l'arboriculture suite à un double constat. Alors que la demande des consommateurs en fruits locaux et bio n'a jamais été aussi importante et largement supérieure à l'offre, un grand nombre d'arboriculteurs de notre secteur (Côteaux du Jarez et Pélussinois) qui vont partir à la retraite ne trouvent pas de repreneurs.

Les pommiers


Nous sommes allés à leur rencontre pour essayer de comprendre leurs difficultés et avons cerné différents obstacles :

  • un accès à l'eau indispensable mais souvent difficile,
  • des aléas climatiques de plus en plus fréquents,
  • de moins en moins de porteurs de projets et donc de formations
  • une image dégradée du métier donnée par les arboriculteurs conventionnels…

Tous les ingrédients sont réunis pour que les repreneurs ne soient pas au rendez vous !

Une rencontre, en septembre 2020, avec 4 autres associations membres du réseau du Treuil engagées dans ce domaine n'a pu malheureusement que valider ce constat peu optimiste. A contrario, l'expérience de Terre de Liens Auvergne, porteuse de l'achat du verger-test des Cheires (63) et du Verger de l'Étoile à Saint Amand-Tallende (63) que nous avons visité nous conforte dans l'idée qu'il n'est pas question pour nous de baisser les bras !

Nous contactons alors L'ADEAR de la Loire pour partager notre bilan, nos interrogations ainsi que notre souhait d'avancer avec d'autres partenaires sur cette problématique. Les constats sont identiques. Sur les 80 à 100 porteurs de projet reçus annuellement aucun ne pense à l'arboriculture ou de façon très marginale en complément d'une activité principale telle que le maraîchage.

Il devient urgent de redonner une image positive au métier d'arboriculteur pour le rendre plus visible et casser le défaitisme ambiant. Il faut sans doute sortir de l'image dominante d'une arboriculture en monoculture pour aller vers une image de l'arboriculture comme composante d'une activité globale de type agroforesterie.

En mai prochain, nous ouvrons notre groupe de travail à d'autres partenaires : le lycée professionnel de Montravel, l'ARDAB, le technicien en charge de l'agriculture à Saint Étienne Métropole ainsi que celui de la Chambre d'Agriculture, le Parc Régional du Pilat et une ou deux plateformes de redistribution de produits locaux et bio. Au delà du partage des diagnostics, nous souhaitons que cette rencontre permette d'engager la co-construction d'une stratégie qui redynamise cette filière peu attractive qu'est actuellement l'arboriculture.


Publié le 07.04.2021 à 00:00

Profitant d'une dernière journée avant les restrictions de circulation, des bénévoles rhônalpin·e·s se sont mobilisé·e·s autour de leurs fermes.

À Neulise, ferme de Rochefort, les bénévoles ont posé le panneau Terre de Liens et rencontré le futur associé de la ferme.

Pose du panneau Terre de Liens 1

À Nandax, ferme des Herbes Folles, différents travaux ont été réalisés par les bénévoles :

  • pose du panneau Terre de Liens
  • plantation d'une haie variée le long d'une parcelle exposée au vent
  • curage / débroussaillage et remise en état d'un bief servant à l'alimentation en eau pour l'irrigation
    Journée Taille 2021 à Charpin 1

    À Saint-Pierre de Soucy Charpin, ferme Charpin, les travaux ont consisté à tailler vieux pommiers et y poser des nichoirs pour chouette et mésanges, réalisés par un bénévole du groupe local dans le cadre d'un partenariat avec la LPO. L'occasion de découvrir la ferme et son environnement qui sont métamorphosés : les ânes ont tondu les parcelles leur donnant l'aspect d'un parc ; salle de formation et sellerie dans les caves de l'habitation. Une bouteille de prune de Mr Charpin, testateur de la ferme, a été découverte, les bénévoles ont eu une pensée pour lui !

    Journée Taille 2021 à Charpin 2

    Dans la bonne humeur, ces petits travaux étaient aussi l'occasion de retrouvailles en « physique » qui manquent tellement dans le contexte sanitaire actuel.


Publié le 07.04.2021 à 00:00

Après 5 ans d'activité, les fermiers passent le relais suite à des soucis de santé. Pour permettre la continuité de ce projet, ils souhaitent permettre à d'autres de pouvoir s'installer sur cette ferme Terre de Liens en élevage ovin viande avec possibilité de créer d'autres ateliers.

Organisée par l'Addear du Rhône, cette rencontre a pour but de faire connaitre le projet de transmission. Il s'agit de laisser la possibilité à toutes et à tous de visiter une ferme à reprendre et de favoriser les échanges entre les candidat·e·s à l'installation et les cédant·e·s.

Cette visite sera l'occasion de :
- présenter la ferme et le contexte agricole du secteur ;
- prendre connaissance de la proposition de reprise ;
- comprendre ce que veut dire être "fermier Terre de Liens".

Un appel à candidatures est en cours et prendra fin le 15 mai prochain. La visite de la ferme est indispensable avant de répondre à l'appel à candidatures, qui vous sera remis lors de la visite ou sur demande à a.crequy@terredeliens.org.

Visite de la ferme le 7 avril 2021 de 10h à 15h. Inscription obligatoire auprès de l'Addear 69 (addear69.eta@gmail.com / 07 63 02 83 48).

Les Haies (69420)


Publié le 18.03.2021 à 00:00

Pain de Jérôme Boisson à la Mare Caillat

Alors que se mettent en place des projets alimentaires territoriaux (PAT) dans la Communauté de Communes de La Veyle, et dans la Communauté d'Agglomération de Bourg-en-Bresse (CA3B) soulignant l'importance des paysan.ne.s sur nos territoires et la demande croissante d'une production alimentaire de proximité, nous ne pouvons plus tolérer l'intimidation et la pression mise sur les porteur.se.s de projets agricoles ou les jeunes installé.e.s.

La terre agricole : un bien très convoité

En 2020, la moitié des nouvelles installations était celle de personnes non-issues du milieu agricole. Sans cette nouvelle relève, l'agriculture française n'aura pas les moyens humains de nous nourrir demain comme nous le souhaitons. L'alimentation bio et paysanne, produite et consommée localement, bonne pour notre santé et bonne pour notre planète, nécessite en effet des paysan.ne.s nombreu.x.ses Pour que ces jeunes installé.e.s puissent vivre dignement de leur métier avec une juste rémunération et des conditions de travail telles que souhaitables en 2021, il faut les aider à trouver des lieux d'implantation, du financement, de la formation, et surtout un véritable accueil local. Or, trop souvent, des élu.e.s locaux envisagent encore la terre agricole comme une réserve foncière facile et des promoteurs immobiliers privilégient de juteuses plus-values à l'encontre de l'intérêt général. Trop souvent, certain.e.s agriculteur.rice.s encore attaché.e.s à un modèle agricole productiviste voient d'un mauvais œil ces installations qui pourraient compromettre leur agrandissement et remettent en cause leur conception du métier. Les terres agricoles sont un bien très convoité. Il est temps d'être économe, de préserver leur destination agricole et d'en faciliter l'accès pour les nouveaux paysan.ne.s. Il en va de la sécurité alimentaire de nos territoires.

Garantir la sécurité alimentaire de notre territoire

Nous pensons que le cas de Jérôme Boisson (voir la vidéo ci-dessous), paysan-boulanger, n'est pas un cas isolé, et qu'il mérite toute notre attention et notre soutien. Nous pensons que la transition agricole ne pourra se faire qu'avec de nombreux paysan.ne.s sur les territoires. Dans un contexte de réduction accélérée du nombre de paysan.ne.s concomitante à l'agrandissement de la taille des fermes, il est urgent de soutenir un modèle agricole et alimentaire juste, équitable, engagé dans la lutte contre le réchauffement climatique et respectueux de l'environnement.

Soutien de la société civile

C'est pour cela qu'avec le soutien de l'AMAP du Mâconnais-Graines d'avenir (80 foyers AMAPiens) livrée par Jérôme Boisson, du Réseau des AMAP d'Auvergne-Rhône-Alpes et des 22 AMAP de l'Ain, de la Confédération Paysanne, de Solidarité Paysans Ain-Rhône, et de Terre de Liens, le comité de soutien Sauvons la ferme d'Orgemont souhaite dénoncer les pressions exercées sur Jérôme Boisson depuis des années. Nous soutenons Jérôme Boisson afin qu'il re(trouve) des terres agricoles et soutenons les propositions qu'il fera en ce sens ; nous le soutenons dans l'obtention du permis de construire de sa maison d'habitation familiale, qui lui permettra de stabiliser sa vie. L'accès à ces terres et la construction de sa maison sont des éléments nécessaires pour sécuriser son installation et celle de sa femme, et pour pérenniser son activité nourricière.

Logos du comité de soutien Sauvons la ferme d'Orgemont

Le témoignage de Jérôme Boisson

* Contact presse : sauvonslafermedorgemont@laposte.net
* Télécharger la version PDF de cette lettre
* Voir la page de la ferme La Mare Caillat


Publié le 25.02.2021 à 00:00

Dans l'optique de l'arrêt de l'activité de la fermière en place, Terre de Liens cherche un·e repreneur·euse pour la ferme de la Fournachère, propriété de Terre de Liens. Mise à disposition de 49ha avec bâtis agricoles et habitation pour un projet d'agriculture biologique.

JPEG - 6.8 Mo
Ferme de la Fournachère

Composition du bien : 49,70 ha regroupés, 2 bergeries (580m2 et 650m2), bâtiment de stockage (625m2), habitation (135m2).
+ Surface en location auprès de 5 autres propriétaires : 16 ha 13 a
Propriété : Foncière Terre de Liens.
Bail : Bail Rural Environnemental de 9 ans.
Occupation : le bien est occupé par Christelle Bonnefoux, éleveuse ovin avec un projet de transmission courant 2022.
Production agricole actuelle : 350 brebis viande en agriculture biologique.
Commercialisation actuelle : vente directe (50%) et vente en gros à la coopérative SICAREV (50%).
Potentiel agricole : Élevage de petits ruminants avec transformation, maraîchage, petits fruits, activité d'accueil.
Irrigation : deux retenues collinaires (4700m3 et 12 400m3) à remettre en état.
Raccordement : Une source privée alimente la ferme. L'habitation est raccordée au réseau.
Zonage urbanistique : zones A pour la partie bâtie et zone Ap pour les terrains.

Échéance des candidatures : 15 mai 2021
Entrée sur les terres : début 2022

Si vous êtes intéressé·e, merci de vous manifester dès à présent par mail aux adresses suivantes : a.crequy@terredeliens.org et addear69.eta@gmail.com.
Suite à quoi les dates des visites du site vous seront communiquées. Nous vous demanderons de vous inscrire à l'une d'entre elles (la participation à une visite étant fortement conseillée pour candidater). Nous vous orienterons également vers les partenaires compétents en fonction de votre projet, afin que vous soyez accompagné·e sur votre projet et dans l'élaboration de votre dossier.

+ d'info sur la ferme


Publié le 01.02.2021 à 00:00

Retour par Daniel More, bénévole TDLRA, sur la rencontre organisée par la Confédération Paysanne à la ferme du Perroux (Villeneuve de Marc - 38) le 18 janvier, qui a rassemblé une cinquantaine de personnes (éleveurs, représentants de la Confédération Paysanne, de la DDT, services vétérinaires, élus et citoyens).

Depuis quelques années, des cas de peste porcine africaine ont été constatés sur des sangliers en Europe et notamment, pour ce qui nous concerne, à la frontière belge et luxembourgeoise. Cette maladie semble très contagieuse et se transmet aux porcs domestiques.

Des mesures ont été édictées afin d'éviter la propagation de cette maladie, applicables au 1er janvier 2021. Or ces mesures, décidées sans concertation avec les éleveurs, semblent, pour la plupart, inadaptées voire inapplicables, autant pour des raisons techniques que financières, voire pour du simple bon sens, pour les élevages en plein air.

PNG - 635.8 ko

Une rencontre a donc été organisée à la ferme du Perroux, à Villeneuve-de-Marc (38), par la Confédération Paysanne, avec des éleveurs de porcs d'Auvergne et de Rhône-Alpes.
La matinée a été consacrée à des échanges entre les agriculteurs présents, suivi d'un repas (au menu bien sûr le fameux cochon de Mathieu), puis d'une présentation des mesures annoncées et des difficultés rencontrées par les éleveurs pour les mettre en œuvre. Deux représentants de l'état (Direction Départementale du Territoire) étaient présents. Après des échanges « animés », ces représentants ont demandé aux éleveurs de faire des propositions d'aménagement.

Cette journée a rassemblé une cinquantaine de personnes, éleveurs de toute la région, des représentants de la Confédération Paysanne, son porte-parole national, des représentants de
la DDT, de la DDSV (services vétérinaires), des élus, le maire de Villeneuve, la députée de la circonscription, un sénateur et des bénévoles de Terre Liens qui ont assuré la logistique du repas !

Il est important pour Terre de Liens de soutenir cette initiative car, à la lecture des mesures à prendre contre la propagation de cette maladie, il est clair qu'elles ont été élaborées pour les élevages « industriels » et seulement étendues à l'élevage en plein air sans tenir compte de ses particularités.
Or cela remet en cause le modèle agricole que nous soutenons, de proximité, à taille humaine, de qualité... et particulièrement les pratiques des fermiers de Terre de Liens qui élèvent des porcs.

Pour en savoir plus, cliquez ici


Publié le 26.11.2020 à 00:00

L'accès au foncier, un frein pour les projets d'installation... Et si la propriété était collective ?
Formation à destination des porteurs et porteuses de projet.
Depuis 15 ans, Terre de Liens explore, mobilise et invente de nouvelles formes d'accès collectif et solidaire au foncier.
Des formes d'acquisition collective peuvent permettre de limiter le poids du foncier dans un projet d'installation, de mobiliser des soutiens sur son territoire et de faciliter la transmission d'une ferme.
Venez les découvrir.

Cette formation vise à approcher les questions liées à la propriété collective. Elle doit permettre aux participant·e·s de comprendre les différents statuts, et d'animer un projet d'acquisition collective.

Les participant·e·s pourront ainsi :
- Découvrir des exemples de propriété collective et comprendre leurs enjeux spécifiques.
- Connaître les statuts adaptés au portage collectif et identifier leurs particularités.
- Comprendre la gestion économique d'une propriété collective pour se projeter en tant que propriétaire et pouvoir faire l'analyse d'une piste foncière.
- Savoir mobiliser et animer une dynamique de collecte.

Formation ouverte aux adhérents Terre de Liens Rhône-Alpes.
Lieu : Lyon
Horaires : 9h - 17h
Prix : adhésion obligatoire + 20 € de participation
Pour s'inscrire : https://frama.link/FormFoncierTDL
Renseignement : Aude Créquy / ra[at]terredeliens.org / 09 70 20 31 04

Lyon