Associations iséroises


Parlons-y-vélo
Parlons-Y Vélo ! est un collectif de citoyens usagers du vélo dans la métropole grenobloise. Nous avons la vision ambitieuse d’une métropole dont 95 % des déplacements de moins de 3 km seraient faits en modes actifs ou transports en commun.

 

Publié le 12.05.2022 à 08:51

Convergence Vélo Grenoble : des territoires unis pour le vélo

Carole

Ce samedi 14 mai, 8 cortèges partiront de toute la grande région urbaine grenobloise pour rejoindre le cœur de la métropole. Toutes et tous vélorutionneront ensemble à l’appel de nombreux collectifs. Le but : faire masse pour revendiquer des aménagements cyclables continus et sécurisés sur tout le territoire du SMMAG. Plus de mille usagers avaient participé à l’édition précédente en septembre 2021.

Qui est la convergence vélo ?

Alternatiba, Parlons-Y Vélo, l’ADTC – se déplacer autrement, Dévoiturons Grenoble, Vallée de la Gresse en Transition, Grésivaudan Nord Environnement, ATESS, Domène 2050, Chaîne de vélo Vizille… Tous les territoires de la région sont représentés et s’unissent avec un seul objectif : être visible en masse à vélo pour que les collectivités accompagnent son développement dans leurs politiques publiques au quotidien. Une vingtaine de bénévoles se sont mobilisés sur les 4 derniers mois et ce sont plus d’une cinquantaine de personnes qui assureront la sécurité des cortèges.

Préparation de la convergence vélo

Choisissez votre départ et embarquez pour une ambiance festive

Convergence Vélo 2022

Monestier-de-Clermont ou Le Touvet, Vizille ou Moirans… les choix de départ ne manquent pas et les cortèges peuvent être rejoints en route sur l’une des 42 étapes. Une carte interactive est disponible avec horaires et arrêts pour organiser au mieux son après-midi. Les cortèges se retrouveront place de Verdun à 16h pour une vélorution festive en direction de l’anneau de vitesse. Buvette et vélos-restos seront prêts à accueillir les participant·e·s après cette belle balade.

Vélorutionner pour que tou·te·s puissent pédaler

Le sentiment de sécurité et le confort d’usage sont les principaux leviers pour favoriser l’usage du vélo.

D’après le baromètre des villes cyclables 2021, les 3700 répondants du territoire métropolitain demandent avant tout des itinéraires rapides, directs, continus et sécurisés, et relèvent qu’il est difficile de rejoindre les autres communes à vélo. Sur notre territoire, le climat cyclable est encore globalement mauvais et très inégal d’une commune à l’autre. La convergence illustre l’envie citoyenne de pouvoir se déplacer partout à vélo, que son usage soit utilitaire, touristique, sportif, ou simplement récréatif.

Carte de climat cyclable pour les communes classées de Grenoble Alpes Métropole

Si la convergence vélo permet d’apporter de la sécurité par le nombre le temps d’un après-midi, le quotidien d’un usager parcourant ces mêmes tronçons peut se révéler compliqué. La carte du baromètre montre clairement que tous les grands axes de la métropole et les intersections associées sont des lieux difficiles pour la pratique cyclable.

Les carrefours dangereux et les nombreuses discontinuités cyclables requièrent une politique cyclable concrète du SMMAG et des collectivités de l’aire grenobloise, tant pour éviter les accidents que pour permettre aux pratiquants moins aguerris de rouler à vélo : débutant·e·s, enfants, personnes âgées…

Le PDU 2030 prévoit de résorber progressivement les discontinuités par la reprise ou la création de passerelles ; mais à ce jour, rien n’a été réalisé sur ce sujet, bien que les besoins et leurs retombées soient déjà chiffrés sur le territoire.

Un coup de pédale pour les aménagements !

Les cyclistes sont déjà là en nombre, au quotidien. Les potentiels cyclistes attendent simplement des trajets confortables et sécurisés. Il ne reste qu’au SMMAG et aux collectivités du territoire de répondre à la demande des citoyens.


Publié le 10.05.2022 à 11:42

Faites place aux vélos !

Fabien

Communiqué de presse : 3ème édition de la Convergence Vélo Grenoble.

À l’initiative de Parlons-Y Vélo, Alternatiba Grenoble et l’ADTC – se déplacer autrement, et avec le soutien de nombreux collectifs locaux, une grande déambulation à vélo est organisée le samedi 14 mai : la 3e édition de la convergence vélo de la région grenobloise !

Cet événement est une invitation festive à expérimenter le vélo comme moyen de transport au quotidien. Huit cortèges sécurisés partiront de toute la région grenobloise et convergeront vers la place de Verdun à Grenoble, où ils arriveront vers 16h. Ces parcours conviviaux sont ouverts à toutes et à tous. On peut les rejoindre en famille, entre ami·e·s ou collègues, depuis leur départ ou à l’une des 42 étapes.

Convergence Vélo 2022

Le vélo est une solution de déplacement pragmatique, économique et efficace, notamment en milieu urbain et péri-urbain. Il permet à chacun d’entretenir sa condition physique, et sa pratique répond à la fois aux enjeux de santé publique et à ceux du dérèglement climatique.

La pratique se développe mais il reste beaucoup à faire dans la région grenobloise pour assurer la sécurité des cyclistes. Les carrefours dangereux et les nombreuses discontinuités cyclables requièrent une politique cyclable concrète des collectivités de l’aire grenobloise (SMMAG, Métro, Voironnais, Grésivaudan), tant pour éviter les accidents que pour permettre à des pratiquants moins aguerris (débutant·e·s, enfants, personnes âgées…) de rouler à vélo.

Nous invitons les habitant·e·s et les élu·e·s de toute l’agglomération grenobloise à nous rejoindre samedi 14 mai pour fêter le vélo, le faire découvrir à nos proches et ré-affirmer notre besoin d’infrastructures adaptées.


Publié le 10.02.2022 à 20:43

Grenoble, capitale du vélo 2021 !

Carole

Les résultats du baromètre des villes cyclables ont été dévoilés ce jeudi 10 février à Tours lors du Congrès 2022 de la FUB : Grenoble est officiellement sacrée capitale française du vélo du quotidien, devant Strasbourg (2e) et Rennes (3e), dans la catégorie des « grandes villes » (plus de 100 000 habitants).

Pour l’anecdote, les catégories ont changé en 2021. Grenoble était déjà première de sa catégorie en 2017 et 2019 (50 000 à 200 000 habitants), tandis que Strasbourg et Rennes étaient respectivement première et troisième de la catégorie des grandes villes (plus de 200 000 habitants). La concurrence était plus rude, et Grenoble confirme sa première place !

Avec 277 384 réponses en France, cette enquête est la plus grande étude sur le ressenti cycliste au monde.

Parmi les répondants au niveau national, 76,4% pratiquent le vélo au moins une fois par semaine dont 42,7% tous les jours ou presque. L’enquête est presque paritaire (46% F/ 54% H).

On retient deux enseignements majeurs de cette édition :

  • plus de la moitié des répondants ne se sentent pas en sécurité ;
  • trois quarts considèrent que le trafic motorisé est gênant dans leur pratique.

Grenoble, une première ville qui stagne

Première de sa catégorie depuis la première édition en 2017, Grenoble n’obtient toutefois qu’une note de 4,21 / 6, ce qui ne représente qu’une faible amélioration par rapport à 2019 où elle décrocha un 4,12 / 6.

Il reste de nombreuses pistes d’amélioration pour faciliter le quotidien des cyclistes, notamment :

  • des intersections qui restent dangereuses ;
  • le manque de prise en compte des cycles dans les périodes de travaux ;
  • la cohabitation parfois compliquée avec les motorisés (stationnements gênants, vitesses trop élevées…).

Un ressenti disparate sur le territoire métropolitain 

Cette édition voit le classement de 23 villes de la métropole contre 16 en 2019, avec une meilleure représentation de la population de l’aire grenobloise.

À l’exception de Meylan, plus on s’éloigne du cœur métropolitain et plus le ressenti cyclable est mauvais.

Sur tout le territoire, les usagers ont des attentes similaires :  un réseau cyclable complet et sans coupure, des pistes entretenues, des trajets vélos plus directs et enfin, plus de stationnement adaptés !

En attendant la prochaine édition 

Parlons-Y Vélo remercie chaleureusement tous les militants, associations et collectivités qui se sont mobilisés pour que nous ayons aujourd’hui un état des lieux représentatif sur la métropole. Nous invitons nos élus métropolitains à s’emparer de ces résultats et répondre aux besoins des usagers du vélo.

Pour la prochaine édition, l’ambition de Parlons-Y Vélo et de toutes les associations de développement du vélo urbain est simple : finir le réseau Chronovélo, assurer les continuités cyclables, et en faire bénéficier toute la métropole !


Publié le 21.01.2022 à 23:22

Baromètre des villes cyclables, 3e édition — Grenoble

Alric

  1. Participation
  2. Méthodologie
  3. Grenoble

Grenoble profite d’une participation exceptionnelle, de l’ordre de 2% de la population pour une commune dont la  part modale vélo pour les déplacements domicile-travail est de plus de 17%. À titre de comparaison, la participation est de 0.9% à Lyon, 0.8% à Besançon, 1.1% à Nantes, et 0.75% à Strasbourg — seule ville dont la part modale vélo est comparable à celle de Grenoble.

À ce jour, c’est de loin l’enquête la plus fournie sur la cyclabilité dans le bassin Grenoblois.

Très forte demande au Nord

priorités et progrès ressentis sur le centre de Grenoble

Le nord de Grenoble apparaît sur la carte comme le point de convergence de beaucoup de trajets vélo, tant des Grenoblois que des banlieusards. Sans surprise, deux types de trajets vélo sont mis en évidence au nord des boulevards Foch et Vallier :

  • des déplacements liés à l’hyper-centre historique, où se concentrent un très grand nombre d’habitants, d’emplois, d’activités ;
  • des flux de transit important, notamment sur l’axe Est-Ouest.

Succès des Chronovélo et Tempovélo

Sur cet axe Est-Ouest, la Chronovélo 1 est plébiscitée : Berriat, Lafontaine, Jean Pain, cet aménagement est très apprécié ; à contrario, la partie du cours Berriat à l’Ouest du cours Jean-Jaurès, pas encore concerné par la Chronovélo, est signalé comme dangereux par de nombreux cyclistes.

Toujours sur cet axe, les quais de la rive droite sont toujours appréciés mais ne suffisent pas, les quais de la rive gauche étant l’objet d’une forte demande qui était déjà signalée par l’enquête de 2019. La Tempovélo qui a été mise en place en juin 2020 et supprimée sans concertation dès septembre 2020 répondait donc à une demande confirmée des cyclistes.

La Tempovélo du boulevard Clémenceau, entre Gustave Rivet et Flandrin-Valmy, est également très appréciée. Elle est désormais pérennisée.

Le long de l’Estacade, entre la gare et le cours Jean Jaurès la Chronovélo 2 est appréciée mais suscite moins d’enthousiasme que la Chronovélo 1. On imagine volontiers que beaucoup d’utilisateurs sont gênés par sa faible largeur par endroits, son croisement de la rue Nicolas Chorier et les automobilistes garés sur la piste les jours de marché. Certains utilisateurs en témoignent dans les commentaires :

La largeur des bandes cyclables est une notion pas du tout abordée dans ce questionnaire et pourtant centrale : si le nombre d’usagers augmente, la largeur des bandes deviendra insuffisante. C’est à mon sens déjà le cas sur certains tronçons de bande cyclable à double sens (où doubler peut vite devenir périlleux).

p.26

Verbalisez les automobilistes à l’arrêt ou stationnant sur les pistes cyclables et notamment les jours de marché sur le secteur estacade : la piste est impraticable pour les vélos (ET le trottoir pour les piétons).

p.42

Des demandes en attente

Le cours Gambetta et la rue Nicolas Chorier restent signalés comme dangereux par l’enquête 2021, et il n’y a pas de trajet sécurisé à proximité. Des aménagements seraient plus que bienvenus.

Plusieurs intersections à fort flux de circulation auto continuent de poser problème aux cyclistes. C’est notamment le cas de la Porte de France, de Jean Pain / Lyautey (Chavant), de Berriat / Sémard, et des intersections avec les boulevards Foch et Vallier.

Enfin, on notera une demande importante de stationnements vélo dans l’hyper-centre et à proximité de la gare — ce qui ne surprendra aucun habitué du centre-ville, où il est parfois bien difficile de trouver un arceau libre !

Bonne participation au Sud

priorités et progrès ressentis au Sud des grands boulevards

Bien que moindre que dans la partie nord, la participation au Sud des grands boulevards reste très bonne, au niveau de celle observée sur la presqu’ile scientifique et dans la  première couronne : Fontaine, Saint-Martin-d’Hères, Sassenage, Seyssinet-Pariset…

Les intersections à fort flux, toujours problématiques

C’est un enseignement majeur de cette cartographie : les carrefours, même ceux récemment aménagés (y compris sur les tronçons de Chronovélo livrées entre 2019 et 2021), sont identifiés comme des priorités de manière particulièrement éloquente — plus encore qu’au Nord des grands boulevards.

La nature des voiries, plus larges qu’au Nord avec un dimensionnement très routier, favorise la vitesse des motorisés et rend les carrefours particulièrement accidentogènes. L’ensemble de ceux-ci ressortent en rouge, démontrant une attente importante d’aménagements réellement sécurisés.

C’est notamment le cas du carrefour Vallier-Foch-Libération, où, malgré les alertes répétées des associations cyclistes, aucun aménagement n’a été fait… et où un chauffeur de poids-lourd a fauché mortellement une cycliste en mars 2021. Et rien n’a été fait depuis.

Des améliorations soulignées

On observe une corrélation entre les zones avec beaucoup de points verts et les aménagements cyclables réalisés récemment (réseau Chronovélo achevé et Tempovélo pérennisées).

C’est notamment le cas de la Chronovélo 3 sur la rue Général Mangin entre le boulevard Foch et le Rondeau, et, dans une moindre mesure, des Tempovélos sur les avenues Jean Perrot et Marcelin Berthelot.

D’autres aménagements plus anciens sont également salués même si ils n’ont pas bénéficié de reprise récente, comme la piste des JO, traduisant une appétence des cyclistes pour ces aménagements plus qu’une évolution positive de ces derniers.

On constate donc de réels efforts d’aménagements cyclables dans cette partie de Grenoble. Toutefois, l’attente reste forte sur la sécurisation des croisements entre les pistes récemment aménagées et les rues qui ne l’ont pas été : quelle que soit la qualité des aménagements réalisés, la pratique du vélo urbain ne progressera pas si la sécurité n’est pas assurée aux croisements.

Grenoble, toujours première ?

En 2017 et 2019, Grenoble était classée 1ère ville cyclable de sa catégorie (villes entre 100 000 et 200 000 habitants), selon une note basée sur 4 critères :

  • la sécurité
  • le confort
  • l’effort de la ville
  • les services et stationnements

Nous saurons le 10 février, avec la publication des résultats par la FUB, si Grenoble conserve sa couronne.


Publié le 18.01.2022 à 22:44

Baromètre des villes cyclables, 3e édition — méthodologie

Carole

  1. Participation
  2. Méthodologie
  3. Grenoble

L’enquête du baromètre des villes cyclables est associée à une récolte d’avis concernant les lieux où les conditions de pratique sont à améliorer. En 2019 cette carte consistait en points noirs et tronçons à aménager ; en 2021, on a demandé aux usagers de pointer en plus les lieux où les conditions se sont améliorées et les endroits où du stationnement vélo est nécessaire. Cette carte a été dévoilée le 10 janvier, dans l’attente des résultats complets du baromètre le 10 février.

baromètre des villes cyclables 2021 — Grenoble centre

La carte de 2021 se présente en trois nuages de points : le rouge (à améliorer), le vert (amélioration perçue) et le bleu (désir de stationnement). Grâce au grand nombre d’avis fournis, les intersections et les axes peu sécurisés pour la pratique cyclable sont clairement mis en évidence et les nouvelles pistes et bandes cyclables apparues ces dernières années sont reconnues comme des améliorations.

À propos de la représentativité des données

L’augmentation progressive de la participation au cours des éditions successives du baromètre montre que la pratique du vélo n’est pas un simple engouement lié a une campagne municipale, mais bien une tendance de fond.Avec un taux de participation de l’ordre de 1% de la population pour des communes dont la part modale vélo parmi les actifs est comprise  entre 1% (Vif, Vizille) et 17% (Grenoble) des habitants, on a ici une très bonne représentation du ressenti des cyclistes de toute l’agglomération. À ce jour, c’est de loin l’enquête la plus fournie sur la cyclabilité dans le bassin Grenoblois.

Que peut-on dire de ces informations ?

Les usagers donnent leur avis généralement sur des endroits qu’ils pratiquent et qu’ils souhaiteraient voir améliorer. Les lieux problématiques pour de nombreux trajets sont clairement mis en évidence par le grand nombre de points. Dans la globalité, tous les grands axes de la métropole et leurs intersections ressortent en rouge sur la carte lorsqu’ils ne sont pas assortis d’un aménagement de qualité.

Pour faire simple :

  • les points verts mettent en évidence les aménagements qui fonctionnent, par exemple les Tempovelos et les Chronovélos — si des voies de qualité apparaissent, elles sont empruntées et saluées ;
  • les points rouges montrent les intersections et tronçons difficiles sur les trajets effectués aujourd’hui — qu’il faudrait adresser soit en y réalisant des aménagements cyclables, soit en proposant un itinéraire cyclable tout proche.

Certains tronçons fortement empruntés par les cyclistes ressortent assez peu, parce qu’ils ne sont ni vraiment difficiles, ni vraiment agréables. Les cyclistes y sont en sécurité sans pour autant que l’aménagement soit au standard le plus récent. C’est le cas du pont du Drac entre Fontaine et Grenoble par exemple.

On remarque aussi que les besoins exprimés en stationnement sont principalement sur les zones d’activité commerciale ou de transit (gares, centres de villages, centre commercial de la Fauconnière à Seyssinet, espace Comboire, centre-ville grenoblois) : au-delà de pouvoir circuler à vélo, il est nécessaire de pouvoir l’attacher en sécurité une fois à destination, qu’on aille travailler ou réaliser des achats.

De réelles attentes d’améliorations

Le développement de la pratique cyclable passe par l’aménagement d’itinéraires continus et sécurisés. Les cartes produites par le baromètre permettent d’objectiver les lieux les plus problématiques a aménager ou contourner mais aussi d’évaluer les améliorations aux deux ans.

Cet outil est là autant pour aider les associations locales et leurs militants à étayer leurs revendications, que pour aider les décideurs et les bureaux d’étude à mieux saisir les enjeux locaux des déplacements à vélo. L’avis des usagers est là, sous vos yeux, n’hésitez pas à vous en emparer !


Publié le 09.01.2022 à 15:52

Baromètre des villes cyclables, 3e édition

Carole

Une enquête qui prend de l’ampleur sur la Métropole grenobloise !

  1. Participation
  2. Méthodologie
  3. Grenoble

Lancée en 2017 par la FUB (Fédération des Usagers de la Bicyclette), l’enquête du baromètre des villes cyclables permet d’attribuer une note de « cyclabilité » selon le ressenti des usagers. Reproduite tous les deux ans, cette dernière a positionné Grenoble comme première ville cyclable de France dans sa catégorie (100 k à 200 k habitants) en 2017 et en 2019.

Cette édition marque l’entrée au palmarès de 7 nouvelles communes sur le territoire de Grenoble Alpes Métropole,  et dévoile un attrait massif pour la pratique du vélo dans les communes périurbaines et rurales. Les taux de participation élevés assurent d’ores et déjà des résultats représentatifs, qui seront dévoilés courant février 2022.

Échirolles, Fontaine, Grenoble, Meylan et Saint-Égrève obtiendront leur troisième note cette année, ce qui permettra peut-être de discerner des évolutions liées au précédent mandat métropolitain.

Une enquête qui trouve l’intérêt du public 

En 2021 ce sont près de 5300 avis qui ont été récoltés sur le territoire de Grenoble Alpes Métropole, ce qui représente une augmentation de 50% depuis la première édition en 2017. Pour qu’une ville obtienne une note et figure au palmarès, il faut atteindre 50 avis de cyclistes pratiquants. Plus ambitieuses, les associations et les militants du territoire grenoblois ont œuvré pour que la représentation des avis atteigne autant que possible les 1% de la population.

Communenombre de réponses% populationévolution 2021/2019Champagnier564,6Claix730,9+20%Corenc541,3Domène921,4Échirolles960,3+10%Eybens840,8+11%Fontaine2451,1+70%Gières861,2+4%Grenoble31562,0-8%Jarrie782,1+28%Meylan1460,8-2%Pont-de-Claix760,7St-Égrève1160,7-2%St-Martin-d’Hères2010,5+6%St-Martin-le-Vinoux611,1+5%Sassenage1381,2+103%Seyssinet-Pariset840,7+24%Seyssins751,0+21%La Tronche691,0-18%Varces710,9Vaulnaveys-le-Haut631,6Vif861,0+48%Vizille650,9participation 2021

Grenoble : participation toujours élevée

Le nombre de réponses à Grenoble est le même que durant l’année 2019 (environ 3 200 réponses). Cela représente près de 2% de la population municipale, ce qui constitue l’un des ratios les plus élevés pour les grandes villes françaises. À titre de comparaison, le taux de participation est de 0.9% à Lyon, 0.79% à Besançon et 1.1% à Nantes. Strasbourg, dont la part modale vélo est comparable à celle de Grenoble, atteint 0.75% de participation.

Un engouement qui gagne toute la métropole

5 villes en 2017, 16 en 2019 et 23 pour l’édition 2021 ! Avec près de la moitié des communes de la Métropole notées, le baromètre des villes cyclables devient un indicateur pour l’évaluation de la mise en œuvre du plan vélo métropolitain (orientation 7 du PDU) — et témoigne de l’intérêt grandissant pour le vélo urbain hors du centre grenoblois.

La grande surprise de cette édition est dans l’engouement des petites communes, notamment le sud de la métropole qui est fortement représenté avec le classement de Champagnier, Claix, Le Pont de Claix, Jarrie, Varces Allières, Vaulnaveys le Haut, Vif et Vizille avec des taux généralement supérieurs à 1% de la population. En 2019, Claix, Jarrie et Vif figuraient au classement ce qui permettra d’évaluer si les cyclistes du Sud Grenoblois apprécient leurs nouveaux aménagements (voie verte  Comboire – Pont de Claix, Chronovélo, rond-point de Champagnier…)  

Bravo aux militants et aux participants !

Félicitations à tous ceux qui se sont mobilisés sur le terrain et sur les réseau pour diffuser l’enquête. Au-delà de la Métropole, tout le territoire du SMMAG a été couvert par l’enquête, 5 communes du Voironnais et 5 du Grésivaudan s’ajoutant aux 23 de la Métropole.Le classement sera dévoilé au congrès de la FUB à Tours le 10 février. La carte des points noirs sera elle disponible ce début janvier, histoire d’inspirer notre début d’année.


Publié le 20.10.2021 à 16:42

Traversée Grenoble-Fontaine : l’arlésienne

Fabien

Le 8 septembre 2021, la Ville de Grenoble a pris un arrêté interdisant la circulation dans le sens Grenoble-Fontaine sur le pont Esclangon. L’objectif de la ville de Grenoble étant de faciliter la traversée du Drac pour les mobilités actives (piétons, vélo et PMR) dans un contexte où le pont du Vercors, sans leur être interdit, est fortement anxiogène sans passage sécurisé.

La voie Grenoble-Fontaine du Pont Esclangon étant fermée depuis quelques mois dans le cadre des travaux de l’A480, ceci n’a pas eu de conséquences sur la circulation car les automobilistes s’étaient déjà habitués. Néanmoins, cela a provoqué des échanges tendus entre les élus de Fontaine et Grenoble, tous bords confondus, essentiellement par voie de presse.

Parlons-Y-Vélo a jusque là gardé ses distances avec la polémique car nous préférons faire un travail de fond et monter un dossier complet et sourcé sur le sujet de la ChronoVélo entre Fontaine et Grenoble, plusieurs de nos membres étant des périurbains traversant tous les jours le Drac. Cependant nous ne pouvons pas rester sans réaction face à cette phrase de Franck Longo, maire de Fontaine :

Moi je le fais tous les jours [le trajet vers Grenoble, ndlr] et je n’emprunte pas le pont Esclangon — qui n’est pas du tout adapté aux vélos — ou le pont Vercors mais bien celui du tram car c’est le plus court chemin. Et sur la forme, je me fâche face au mépris affiché.

le Dauphiné Libéré, 19/10/2021

Ainsi, il appelle à manifester pour la réouverture du Pont Esclangon aux motorisés sur la voie Grenoble-Fontaine, ce mercredi 20 octobre.

Le plus court chemin, mais pour qui ? 

Si, pour Franck Longo, le plus court chemin consiste à traverser par le Pont du Drac, ce n’est pas nécessairement le cas pour d’autres usagers du vélo : par exemple, pour aller en direction du Polygone Scientifique depuis les digues du Drac ou depuis la TempoVélo actuelle, le plus court chemin passe clairement par le pont Esclangon ou le pont du Vercors.

Par ailleurs, parler de « plus court chemin » n’a que peu de sens. Certes, on tente parfois de minimiser la distance parcourue ainsi que les montées/descentes lorsqu’on pratique le vélo du quotidien, mais pas seulement ! Confort de roulement, largeur, partage ou non avec les voitures, visibilité et présence d’obstacles, sont autant de paramètres à prendre en compte pour des trajets à vélo sans stress ni prise de tête.

Imposer « son » plus court chemin relève d’un biais égocentré et d’une incapacité à envisager une solution préférable pour le plus grand nombre — ce qui, de notre point de vue, est surprenant de la part d’un élu local.

Le Pont du Drac, adapté à la pratique cyclable actuelle ?

Le pont du Drac  est une infrastructure d’un temps révolu — et de fait, le PDU 2030 prévoit sa reprise d’ici 2023 pour l’amélioration des mobilités actives.

Les voies cyclables unidirectionnelles sont actuellement très étroites, contraintes en hauteur et en largeur par la structure du pont et l’infrastructure tramway : certains modèles de vélos cargos et de remorques y circulent difficilement, et le dépassement est pratiquement impossible. Leur revêtement est bosselé, ce qui rend le trajet délicat (en particulier en période hivernale).  Les pentes côté Grenoble forcent beaucoup de personnes en moindre forme ou chargées à descendre de vélo lors du retour sur Fontaine. Et en plus de tout cela, les entrées / sorties des voies sont parsemées de potelets et de poteaux en tout genre qui font de cette traversée un vrai défi d’habileté.

Nous avions estimé avant l’été 2021 qu’au moins 1000 passages étaient réalisés chaque jour sur le pont du Drac. Nous n’avons pas de comptage officiel à disposition de la part des élus ; mais nul ne contestera que les goulots d’étranglement, d’un côté comme de l’autre, ne facilitent pas la tâche à tous les cyclistes souhaitant circuler entre Grenoble et Fontaine en empruntant ce pont.      

Le Pont Esclangon : une solution temporaire ?

Concernant la fermeture au trafic motorisé d’une voie de circulation sur le Pont Esclangon, l’argument principal de la ville de Grenoble est la sécurisation de la traversée pour les piétons et les cycles en l’absence des aménagements finaux sur le pont du Vercors (prévus par le PDU 2030 d’ici 2023, et programmés dans le cadre des travaux de l’A480).

Instaurer une traversée « mobilités actives » plus sécurisée pendant les travaux sur le pont du Vercors serait rocambolesque, alors qu’une voie du Pont Esclangon est fermée depuis de nombreux mois et que le trafic s’est stabilisé avec cette « contrainte ».  La traversée par le pont Esclangon permet également de compter sur la continuité directe entre la TempoVélo à Fontaine et l’arrivée sur un carrefour à Grenoble, dont chaque feu est équipé d’un doublon feu vélo en amont des feux voitures qui permet aux cyclistes de trouver un sas cyclable avant de pouvoir franchir l’intersection en toute sécurité.

Rendre public les études et les données : une priorité

Compte tenu des échanges virulents entre nos élus, nous souhaiterions que les débats soient dépassionnés et s’appuient sur des éléments factuels. 

Un itinéraire Grenoble-Fontaine, sécurisé et de qualité, est sollicité et nécessaire pour accompagner le développement de la pratique du vélo par les métropolitains de ce secteur. Parlons-Y-Vélo rejoint pleinement l’ADTC - Se déplacer autrement dans son communiqué de presse.

Cela fait des années que le sujet de la Chronovélo fait l’objet d’un passage de balle entre la ville de Fontaine, la ville de Grenoble et la Métropole. Dans les faits, Franck Longo s’est engagé à travers le Pacte pour la Transition pour le soutien du développement des mobilités actives. Dans le contexte actuel d’urgence climatique et de mise en place de la ZFE, son appel à « faire du bruit » pour la réouverture du Pont Esclangon aux motorisés dans le sens Grenoble-Fontaine n’est ni plus ni moins qu’un appel à l’usage inconsidéré et systématique de la voiture.

Nous en venons presque à regretter Jean-Paul Trovero qui, au moins, avait un accent sympathique quand il nous la mettait à l’envers ! 🙁


Publié le 11.04.2021 à 17:50

Fontaine : dégradation annoncée de la TempoVélo

Fabien

Inaugurée début juin 2020, la Tempovélo va de la mairie de Fontaine jusqu’à l’extrémité sud du quai du Drac (rue de Chamrousse) via la rue de la Liberté, permettant aux habitants de rejoindre sereinement le réseau cyclable de Grenoble et alentours via le pont Esclangon et le pont du Drac. C’est un aménagement bidirectionnel de 3m de large qui a été pris en supprimant un sens de circulation automobile, à un endroit où il n’y avait aucun aménagement cyclable.

itinéraire Tempovélo à Fontaine (orange) et tracé envisagé pour la Chronovélo (pointillés jaunes)

Jeudi 8 avril s’est tenue une réunion d’information pendant laquelle la mairie de Fontaine a annoncé que la circulation motorisée sera rétablie à double sens d’ici l’été, ce qui est un vrai frein au développement de l’usage du vélo à Fontaine.

Au cours de la dernière année, nous avons interpellé les candidats fontainois lors des municipales, interrogé nos élus à chaque disparition de tronçon de la Tempovélo, et récolté différents sons de cloches sur la liaison structurante Fontaine-Grenoble. Il est temps de faire le point.

Un itinéraire cyclable fréquenté

Parlons-Y Vélo mène des séances de comptages pour mieux comprendre la dynamique de cette zone et pouvoir proposer des solutions en accord avec les flux et les usages observés. Nous tenons notre méthode à disposition.

Lors de la réunion publique du 18 novembre 2020, la Métro nous avait annoncé un flux de 1000 vélos par jour sur le quai du Drac, tout en reconnaissant que ce chiffre était vraisemblablement sous-estimé. En effet, fin mars 2021 nous avons relevé un flux moyen de 250 cyclistes et 160 voitures par heure entre 8h et 9h du matin sur ce quai — ce qui indique une fréquentation plutôt entre 1200 et 1500 vélos par jour.

campagne de comptage à Fontaine

Lors du point d’information du 8 avril 2021, personne à la Métro ou parmi les élus n’a été en mesure de nous donner une estimation de flux sur le quai du Drac, que ce soit pour les véhicules motorisés, les vélos ou les piétons. Nous regrettons que des décisions remettant en cause un itinéraire cyclable aussi fréquenté puisse se faire sans étude chiffrée des flux.

Dégradation annoncée

D’après Luc Forestier (adjoint aux mobilités), la Métro demande le rétablissement de la circulation automobile en double sens sur un tronçon de 240m entre le pont Esclangon et la rue de Chamrousse.

Sur ce tronçon, le plan annoncé par la mairie prévoit la transformation de la Tempovélo en une bande cyclable unidirectionnelle dans le sens sud-nord d’1m50 de large (bordure franchissable incluse) et la suppression de 5 places de stationnement dans le sens nord-sud pour permettre le retour du double-sens motorisé. Cet aménagement est présenté comme temporaire, et un budget de 50 k€ lui est affecté.

Nous sommes particulièrement inquiets pour les utilisateurs de la Tempovélo dans l’axe nord-sud qui se retrouveraient jetés au milieu du trafic auto au niveau du pont Esclangon.

Laurent Thoviste, adjoint à l’urbanisme et cycliste expérimenté, a suggéré que ces utilisateurs pourraient utiliser la piste unidirectionnelle à contre-sens — ce qui est trop dangereux pour beaucoup de cyclistes, et risque d’aboutir à une situation où les cyclistes les moins confiants rouleraient sur le trottoir. À minima, cela acte l’inadéquation de l’aménagement au besoin !

Laurent Thoviste ne considère pas que cet aménagement soit une dégradation des conditions de sécurité des cyclistes, mais a concédé que c’est « un peu moins bien ».

Nous demandons à la mairie et la Métro d’admettre que ce plan est une dégradation significative des conditions de circulation sur la Tempovélo.

Un tel itinéraire ne doit pas être dimensionné pour les cyclistes expérimentés et sportifs, mais pour les plus vulnérables — notamment les cyclistes néophytes ou qui transportent des enfants en bas âge. Nous comprenons que c’est un plan temporaire ; mais la solution définitive ne doit pas être conçue sur ces bases-là, qui sont très insuffisantes.

Les engagements de campagne 2020

Notre chance à Fontaine est que les élus concernés par le dossier se sont déjà clairement et publiquement engagés pour la solution vélo.

Laurent Thoviste s’est engagé pour 10 de nos 12 propositions, notamment :

  • une Chronovélo de 4m de large en site propre non partagé avec les piétons ;
  • repenser le plan de circulation pour supprimer le trafic de transit dans les quartiers résidentiels ;
  • revoir les traversées par la circulation automobile de la ligne de tram A entre le pont du Drac et la Mairie pour éviter les trafics de transit malins entre les ponts de Catane et du Vercors ;
  • mise en sens unique des axes non-structurants.

Le maire Franck Longo s’est engagé dans le cadre du pacte pour la transition écologique à apaiser la circulation dans les quartiers résidentiels avec la réalisation de plans de circulation en marguerite, et a pris le plus haut niveau d’engagement pour donner la priorité aux mobilités actives.

Nos propositions

Nous ne comprenons pas l’intérêt de rétablir la circulation motorisée à double-sens sur le quai du Drac au détriment des cyclistes. Nos comptages montrent que cet itinéraire est déjà plus utilisé par les cyclistes que par les voitures, et donc que la Tempovélo actuelle fonctionne très bien !

Une raison invoquée est le report de trafic de transit vers Jaurès et Péri, mais il ne nous semble pas très significatif (deux de nos membres y habitent). La Métro n’a pas fourni de chiffres pour étayer ce motif, et à notre connaissance, aucune étude de flux n’a été effectuée.

Si la question du trafic de transit est si pressante, une solution, envisagée par Laurent Thoviste au point public du 8 avril, serait de supprimer des places de stationnement sur le Quai du Drac pour maintenir un (petit) double-sens motorisé et une (petite) bidirectionnelle cyclable. Nous craignons que l’espace soit contraint, mais si c’est réalisable, l’essentiel serait préservé pour les cyclistes.

L’autre raison invoquée est de faciliter l’accès en voiture aux résidences proches du quai du Drac. Nous avons du mal à comprendre pourquoi cela justifierait de dégrader la sécurité des cyclistes sur cette portion-là, mais un compromis simple serait d’en faire une voie sans issue sauf piétons et vélos : seule la jonction avec la rue de Chamrousse serait coupée aux voitures, le trafic motorisé serait limité aux seuls riverains, et la cohabitation avec les cyclistes serait plus sereine.

Cette option de voie sans issue sauf piéton et vélo a déjà été testée pendant les travaux de VRD effectués à l’automne 2020, sans que l’on puisse observer de problèmes particuliers. Et cette option serait conforme à l’engagement de campagne du maire d’apaiser le trafic motorisé de transit en ayant recours à un plan de circulation dit « en marguerite ».

Enfin, et quelle que soit la solution retenue, nous demandons à la mairie et la Métro d’admettre que ce plan est une dégradation significative des conditions de circulation sur la Tempovélo et que l’aménagement définitif devra être basé sur des exigences de sécurité bien plus ambitieuses.


Publié le 13.10.2020 à 15:17

À Fontaine, un axe cyclable Est-Ouest pour relier Grenoble est indispensable !

Fabien

Les travaux en cours sur le Quai du Drac à Fontaine ont provoqué l’interruption soudaine de la TempoVélo, suscitant de vives réactions parmi les usagers du vélo.

La TempoVélo est certes un aménagement provisoire, décidé dans une période de crise, mais elle fait suite à une demande de long terme et des études préliminaires sur les itinéraires possibles de la future ChronoVélo. L’été et la rentrée ont permis à de nombreux cyclistes de s’approprier cet aménagement confortable — que ce soit pour aller à l’école ou au travail, au marché ou chez des amis, les cyclistes fontainois craignent de voir disparaître cette piste d’une grande qualité.

Supprimer cette TempoVélo sans proposer immédiatement un nouvel axe apaisé serait un pas en arrière dans l’accompagnement de la pratique cyclable sur Fontaine, en obligeant les cyclistes les plus expérimentés à retourner dans le trafic automobile tout en invitant les plus vulnérables à renoncer à l’usage du vélo.

10 % des Fontainois font leurs trajets domicile-travail à vélo (source : INSEE 2015-2020), et l’usage du vélo continue à s’amplifier — sur la métropole grenobloise en général et sur Fontaine en particulier.

Au baromètre des ville des cyclables 2019, alors que Grenoble a décroché la première place de sa catégorie grâce à un réseau cyclable étendu et de qualité, Fontaine a obtenu une mauvaise note, reflétant la lassitude des répondants devant le manque de volonté politique pour accompagner ce mode de déplacement en forte croissance.

La mairie n’a fait aucun investissement les 20 dernières années, et bloque les projets sur les itinéraires de bon sens qui permettraient de rejoindre Grenoble.

baromètre des villes cyclables 2019

Ne revenons pas en arrière sur cet aménagement tant attendu : améliorons son fonctionnement en assurant la continuité avec le reste du réseau. Faisons de Fontaine une source d’inspiration en matière de déploiement pragmatique et rénovation de ses aménagements cyclables.

Samedi 17 octobre, venez pédaler pour le maintien de la TempoVélo !

Départ Quai du Drac / rue de la Liberté à 10h30, arrivée à la Mairie de Fontaine à 11h00.


Publié le 13.03.2020 à 20:45

« Parlons Vélo ! Municipales 2020 » : Saint-Égrève

Carole

Pour que le prochain mandat soit celui du vote vélo, le collectif Parlons-Y Vélo s’est emparé localement de la campagne « Parlons Vélo ! Municipales 2020 » de la FUB.

Méthode

Le collectif Parlons-Y Vélo a proposé aux candidats à Saint-Égrève de s’engager sur 15 propositions selon les axes suivants :

  • concertation avec les usagers ;
  • continuité et sécurisation des itinéraires cyclables ;
  • culture vélo ;
  • stationnements vélo pour la multi-modalité et les commerces ;
  • exemplarité et accompagnement au changement.

Voici notre synthèse, sur : 

  • les points forts et les points faibles des programmes ;
  • le sommaire des engagements ;
  • notre estimation « vélo’score ».

Analyse des programmes

D’une façon générale, les trois candidats :

  • porteront des projets de cheminements piétons cycles dans Saint-Égrève ;
  • ont le souci de perméabiliser des quartiers à la circulation à vélo.

Engagements « Parlons Vélo »

Sur les 3 candidats, deux nous ont répondu formellement via la plateforme de la FUB : Benjamin Coiffard et Emmanuel Roux. Laurent Amadieu a choisi de ne pas répondre en ligne, mais il nous a indiqué que la liste « Ensemble pour Demain » soutenait globalement nos propositions à l’exception d’une.

Benjamin Coiffard Proximité Saint-Égrèvehttps://municipales2020.parlons-velo.fr/s/703

Benjamin Coiffard a comme colistier un vélotaffeur aguerri, membre de notre collectif. Son programme inclut la mise à disposition de vélo cargos pour les habitants (notre coup de cœur) et la perméabilisation de Saint-Égrève pour les piétons et les cycles par des cheminements sécurisés (dont une passerelle sur la Vence). Il s’est engagé pour toutes nos propositions dont l’apaisement de la rue Saint-Robert, l’exemplarité et  la verbalisation du stationnement illégal sur les aménagements cyclistes.

Emmanuel Roux Saint-Égrève Avec Voushttps://municipales2020.parlons-velo.fr/s/749

Le programme d’Emmanuel Roux considère le vélo et la marche comme un volet plutôt global que spécifique. L’emphase est portée sur les cheminements piétons cycles, des plans de quartier et la sécurisation des trajets pour aller à l’école. L’aide à l’achat pour les VAE est intéressante, mais nous comprenons mal sa pertinence pour les scooters ou véhicules électriques.

Laurent Amadieu Ensemble pour demain

Laurent Amadieu réalise la promotion du vélo à Saint-Égrève depuis de nombreuses années maintenant. Son programme détaille une vision d’ensemble mêlant aménagements, stationnement et incitations au changement. Pour plusieurs raisons, dont la sollicitation tardive, son équipe n’a pas pu se concerter sur notre questionnaire. Il nous a cependant répondu :

Après une lecture attentive du questionnaire, nous sommes favorables à la grande majorité des actions à l’exception du point 7 [..] nous voulons rendre plus attractif la rue St-Robert, mais que pour cela, nous devons dès le départ, associer les commerçants.

Sur le plan du vélo et des alternatives à l’auto-solisme, c’est une valeur sûre.

Candidats pro-vélo ?

Avec toutes les informations que nous avons pu récolter, voici notre évaluation  cyclable des candidats à Saint-Égrève :