Associations iséroises


 CGT ST Microelectronics - Syndicat des Ingé – Opé – Tech – Admin – Cadres
Permanence ts les Lundi 12:00-16:00 – Tél. 04 76 92 64 56

 

Publié le 25.10.2021 à 19:53

Courrier envoyé ce jour à la DRH ST France :

Bonjour,

Lors du dernier comité européen tenu le 17 septembre en visio-conférence la nouvelle DRH monde a annoncé que l’entreprise, après avoir pris le temps d’une réflexion approfondie, ouvrirait en octobre des négociations sur le télétravail dans les pays européens.

Or nous sommes le 25 octobre 2021 et nous n’avons aucune proposition de dates pour négocier le télétravail à ST France.

Ce sujet est majeur pour les salariés et nous souhaitons l’ouverture d’une négociation sur cette thématique sans délai conformément à vos engagements.

Cordialement

La CGT France

 


Publié le 20.10.2021 à 16:32

Mardi 19 octobre 2021, la direction a adressé un communiqué aux salarié-e-s, leur indiquant que l’outil d’échange entre les salariés du site et la direction, Dialog@Crolles, faisait peau neuve…

Le lendemain, des salarié-e-s se sont alors rendus sur le nouveau support et ont découvert un post relevant de la RH qui ne pouvait laisser indifférent. En effet, à la question « …Que met en place ST (hormis les job datings) pour inciter des forces vives à rejoindre notre société ? », la direction avait répondu : « Nous prévoyons d’offrir aux nouveaux embauchés (et uniquement à eux) des actions gratuites, à raison de 100 par an… ».

Naturellement, cette différence de traitement entre anciens salarié-e-s et nouveaux embauché-e-s a généré une colère légitime et des salarié-e-s ont alors demandé des explications à leur manager.

Quelle a été la réponse de la direction de ST Crolles ?

DES ACTIONS GRATUITES POUR TOU-TE-S LES SALARIE-E-S ST, QUELLE QUE SOIT LEUR ANCIENNETÉ ? ET BIEN NON !

LA DIRECTION A MODIFIE SA RÉPONSE DANS L’OUTIL DIALOG@CROLLES EN RETIRANT LA PARTIE QUI FÂCHE !

La direction de ST Crolles, manipule donc les informations et de fait les salarié-e-s. Ceci n’est pas de nature à avoir confiance en la parole de la direction de ST Crolles, quel que soit le sujet.

Par ailleurs, ceci démontre une fois de plus que la politique de rémunération de ST est complètement inégalitaire.

La CGT demande une transparence totale sur la distribution des actions gratuites et demande également l’augmentation des salaires au vu de l’inflation des dernières semaines.

STOP AU MÉPRIS DE LA DIRECTION !

POUR OBTENIR SATISFACTION DES REVENDICATIONS : SE MOBILISER !

POUR S’ORGANISER COLLECTIVEMENT : SE SYNDIQUER A LA CGT !

POUR DÉFENDRE LES DROITS DES SALARIE-E-S FACE A LA DIRECTION : VOTER CGT !

 


Publié le 20.10.2021 à 13:00

Dans un contexte d’une accélération de l’usage des technologies numériques, un certain nombre de secteurs se retrouve en pénurie de composants.

Le caractère stratégique de la filière microélectronique est de plus en plus évoqué par les politiques, en France comme en Europe.

Quelle doit être la place de STMicroelectronics dans ce contexte ? Les choix de nos dirigeants de STMicroelectronics sont-ils à la hauteur des enjeux ?

N’ayant pas véritablement de discussions sur le sujet avec les dirigeants de STMicroelectronics et considérant qu’il s’agit de l’avenir des salariés de nos entreprises, la CGT ST France et la CGT Soitec ont décidé d’interpeller l’Etat Français, actionnaire avec l’Etat Italien de STMicroelectronics et octroyant d’importantes aides financières publiques.

Lire le courrier adressé au Ministre de l’Economie


Publié le 11.10.2021 à 14:43

ELECTIONS PROFESSIONNELLES DU 19 NOVEMBRE AU 26 NOVEMBRE

Du 19 au 26 Novembre 2021, vous allez élire vos représentants du personnel. Il y a 3 ans, vous aviez exprimé votre confiance envers la CGT ST Crolles, en nous plaçant  2ème organisation syndicale du site et 1er syndicat en nombre d’élu-e-s  grâce à notre représentation dans toutes les catégories du personnel !

Durant 3 ans, les représentants CGT ont respecté cette confiance et ont été actifs, combatifs sur tous les fronts !

Voici une 1ère partie récapitulative de nos actions et avancées pour les salarié-e-s.

  • Prime Macron : .La CGT ST Crolles fut à l’initiative de rassemblements et d’actions médiatiques pour corriger le fait que ST ne donne cette prime.
  • Grève 0% d’augmentation! la CGT ST Crolles a organisé des assemblées générales. Afin d’être le plus efficace,  la CGT initie et anime l’intersyndicale CGT, CFDT et CAD. La CGT organise  une caisse solidaire  de grève, et nous distribuons plus de 17 500 euros aux salarié-e-s grévistes ! Une refonte du montant et critères des primes industrielles est signée par l’intersyndicale.
  • NAO2021 : Nous réalisons une campagne contre les croissantes inégalités à ST, avec le captage des richesses produites par une minorité ! Nous dénonçons les optimisations fiscales ! Nous relançons  l’intersyndicale, mais la CFDT refuse de s’y joindre ! La mobilisation de novembre permet d’obtenir  un plancher de 1.2% pour les ATAM (opérateurs-trices, technicien-enns, administrartifs).
  • Intéressement 2021-2023 La CGT signe l’accord : Dans la suite des NAO2021 nous continuons notre campagne sur les inégalités. Nous démontrons aux salarié-e-s des bienfaits et avantages d’un intéressement égalitaire (+ de 3000e c’est largement possible) ! Malgré les réticences de la CFE-CGC, CFDT et direction sur ce projet, nous arrivons à faire avancer la réduction des inégalités et nous validons donc la nouvelle mouture de l’intéressement !  C’est une avancée pour les bas salaires notamment.
  • Lutte contre la précarité : La CGT ST Crolles s’est organisée pour accompagner les intérimaires dans leur quotidien en créant un réseau avec les CGT Intérims !

    Nous avons dénoncé et démontré l’utilisation abusive des contrats précaires en production ! Ensuite nous avons  lancé des procédures auprès de l’inspection du travail. Malgré des blocages de la direction et d’autres syndicats (malheureusement) nos actions ont permis la titularisation et embauche de 184 opérateurs-trices, et  59 technicien-ennes

La CGT ST Crolles en dehors du site c’est aussi :

Sécurité sociale (retraite, chômage) : La CGT ST Crolles comme toute la CGT s’est fortement mobilisée contre le projet de réforme des retraites qui allait détruire notre système solidaire de pensions. Cette lutte a débouché sur une suspension du projet ! La CGT a créé la sécurité sociale, elle la défend ! La CGT se mobilise  également contre la réforme de l’assurance chômage et saisie le conseil d’état

Convention collective : Dans notre branche, alors  que notre convention collective est en cours de négociation, avec de très certaines pertes de conquis sociaux. Seule la CGT vous informe et se mobilise pour défendre notre convention collective. Les autres syndicats représentatifs ont choisi d’accompagner les patrons de la métallurgie dans la destruction de nos garanties collectives !

Sur notre territoire : Nous avons soutenu et participé avec les salarié-e-s en lutte chez les Sirops Teisseire, Carrefour Market, Styker ( ex Tornier) , Soitec, Hopital sud, A Raymond, La poste de Brignoud…

      LA SOLIDARITE A LA CGT CE N’EST PAS QU’UN MOT, C’EST DES ACTES !

La CGT défend et agit pour une mutuelle santé solidaire et familiale :

La mutuelle ST  est un acquis social majeur à ST !

  • Nous avons amélioré celle-ci en ajoutant des remboursements de nouvelles prestations !
  • Nous avons également lutté contre la volonté de la direction accompagnée de la CFE-CGC et CFDT dans leur projet d’individualiser les prestations ! Nous avons mené campagne et une enquête ST France a confirmé VOTRE souhait de garder une mutuelle santé solidaire et familiale!

La CGT restera vigilante et défendra notre mutuelle !

Ecologie : La CGT en action pour une industrie moins polluante

Notre industrie est polluante, l’avenir industriel de notre site passera par un investissement écologique intense. Or ce cout, notre direction ne l’assumera que si elle y est contrainte. La CGT sera là !

C’est pourquoi à la CGT on pense que le syndicalisme ça n’est pas que la distribution de chèques cadeau mais aussi porter des sujets cruciaux, notamment l’écologie.

 

Une lutte CGT concrète sur le terrain pour l’écologie !

Début 2020, grâce à des salarié.e.s qui ont choisi de nous faire confiance en révélant les faits, la CGT alerte et dénonce publiquement le fait que notre direction rejette délibérément des gaz PFC à fort effet de serre, plutôt que de faire les travaux nécessaires pour les éliminer. En réaction la direction a réalisé les travaux.

Concrètement ce sont des dizaines de milliers de tonnes en équivalent CO2 qui n’ont pas été rejetées !

En dehors de l’entreprise, la CGT en pointe sur l’écologie

  • La CGT ST Crolles et la CGT dans son ensemble s’est mobilisée pour une véritable transition écologique. Nous avons participé aux marches climat à Grenoble et nous vous avons appelé à les rejoindre.
  • Après le premier confinement notre confédération a également engagé un important travail avec des ONG ! Le collectif « Plus jamais ça » a développé des propositions pour une transition juste.
  • Notre syndicat travaille aussi avec le reste de la CGT de l’Isère pour le développement et la gratuité des transports en commun. En particulier, nous militons pour une meilleure desserte de notre usine depuis le péri-urbain (ligne express sud Grenoble, transport câble gare Brignoud vers zone Crolles Bernin par ex)

 


Publié le 13.09.2021 à 12:40

Pour info, 

 

La CGT ST Crolles relance une nouvelle fois la direction sur la situation des séniors postés sans accord d’accompagnement de fin de carrière ! :

 

Messieurs et madame de la direction

 

Comme nous vous le signalons depuis plus d’un an, des personnes actuellement en horaire posté se retrouvent aujourd’hui en souffrance physique et psychologique suite à la non-reconduction de l’accord séniors postés.

 

Pour rappel, suite à la non-signature de la dernière proposition d’accord, vous refusez tout dialogue sur ce sujet.

Vous refusez toute ouverture de négociations ou voir même de solutions intermédiaires, et ce malgré vos engagements oraux lors des grèves de novembre 2020 ainsi que notre rencontre bilatérale du mois de Janvier 2021.  

 

Vous ignorez nos demandes, ainsi que celles des autres syndicats, ainsi que la souffrance des salarié-e-s.

Votre seule timide initiative à ce jour est la création d’un groupe de travail qui ne s’est vu qu’une fois.

Aussi celui-ci ne peut remplacer les discussions et négociations en bonne et due forme entre la direction et les organisations syndicales.

 

Également, nous avons pris connaissance de règles disparates pour l’accompagnement de ces personnes en souffrances.

Plus étonnant même, nous avons connaissance de règles managériales, donc non médicales qui viennent interférer l’accompagnement médical de ces personnes. Ceci n’est pas acceptable.

 

Les souffrances et impacts sur la santé physique et mental des salarié-e-s séniors du site ne peuvent rester sans réponse de votre part.

Nos demandes d’ouverture de négociations sur ce sujet non plus !

Nous attirons une nouvelle fois votre attention sur le fait que ce personnel est exposé a de réelles possibilités d’accidents de travail (trajets ou au poste) !

 

Pour rappel, nous parlons de personnes qui pour la plupart ont œuvré tout au long de leur carrière pour la réussite de l’entreprise, et d’autres qui ont travaillé de nombreuses années.

Ils méritent donc d’avoir une fin de carrière digne qui répondent aux difficultés de nos postes de travail postés en salle blanche, de plus de considération de votre part et surtout d’aucune ingérence de la part du management sur le suivi médical de ces personnes.

 

Syndicalement la CGT ST Crolles


Publié le 31.08.2021 à 18:32


Publié le 04.08.2021 à 13:05

Loi faisant suite à l’allocution de Macron le 12 juillet 2021.

La CGT se positionne contre la loi sanitaire et les régressions sociales présentes dans la loi comme celles annoncées par Macron : la réforme de l’assurance chômage et la réforme des retraites.

Atteintes aux libertés et aux conquêtes sociales, c’est que s’acharne à mettre en oeuvre le Président, autoproclamé Dieu Jupiter, depuis le début de son quinquennat.

Loin d’être un Président rassembleur et protecteur, il divise et crée des tensions entre les citoyens. Pour chaque loi, la méthode reste la même :

  • Les ordonnances travail en 2017 ont opposé CDI et contrats précaires.
  • La loi de transformation de la fonction publique en 2018 a opposé fonctionnaires et salariés du privé.
  • La réforme des retraites en 2019, qui n’a pas pu passé grâce aux grèves et manifestations organisées par la CGT, a apposé les salariés des régimes spéciaux et du régime général.
  • La loi confortant les principes républicains (« loi séparatisme ») en 2020 a apposé les musulmans aux non-musulmans.
  • Et aujourd’hui en juillet 2021, la loi relative à la gestion de la crise sanitaire oppose les soignants et la population ainsi que les anti-vaccins et pro-vaccins…

Diviser pour mieux régner telle est donc la méthode ! Régner par mégalomanie certainement mais principalement pour servir le Capital (Le Grand Patronat), dont il est le pion.

Presque chacune des lois est une attaque : des droits des travailleurs et travailleuses pour mieux les soumettre au bon vouloir de leurs employeurs sous peine de sanctions, de licenciement ;  de la sécurité sociale et du système de santé en voulant imposer plus de privatisation ; de nos libertés glissant ainsi vers un régime de plus en plus autoritaire !

La loi relative à la gestion de la crise sanitaire n’échappe pas à la règle…

Comment justifier qu’un passe sanitaire permette :

  • de discriminer à l’embauche, de suspendre le salaire ou de licencier des salarié·e·s, en CDD ou précaires, parce qu’ils·elles ne sont pas vacciné·e·s ?
  •  
  • de refuser des patient·e·s dans les hôpitaux pour la même raison ?
  •  
  • d’instaurer un contrôle et une surveillance généralisés sur la population et de diviser la population entre vacciné·e·s et non vacciné·e·s ?

La CGT exige :

  • le retrait de la loi relative à la gestion de la crise sanitaire du 25 juillet et de l’état d’urgence sanitaire ;
  •  
  • des moyens financiers et humains bien plus importants dans les hôpitaux publics et les Ehpad, un débat et une information d’ampleur, des possibilités de se faire vacciner sur le temps de travail, une couverture bien plus importante des centres de vaccination et les embauches nécessaires pour permettre des conditions de travail respectueuses des exigences sanitaires ;
  •  
  • la levée des brevets au sein de l’Organisation mondiale du commerce pour la solidarité internationale et la santé publique ;
  •  
  • l’abandon des lois et projets sur l’assurance chômage et les retraites.

 

Lire la contribution extérieure de la CGT, de l’Union Syndicale Solidaires, de la FSU et du Syndicat des Avocats de France (SAF) sur la loi relative à la gestion de la crise sanitaire du 25 juillet 2021 auprès du Conseil Constitutionnel

 

Lire les communiqués de presse de la CGT en lien avec les suites de l’allocution de Macron du 12 juillet 2021 :

 


Publié le 03.08.2021 à 10:10

La direction a convoqué les syndicats à une « concertation » sur le télétravail, alors qu’ils réclamaient l’ouverture d’une négociation, déjà promise l’année dernière.

La direction a déclaré vouloir s’aligner « culturellement » avec le « Corporate » international et avoir besoin de plus de temps pour analyser notre façon de télétravailler.

Pour elle, la crise continuant, il n’y a pas lieu de de se précipiter car « tout le monde peut faire autant de télétravail qu’il veut ». La discussion aura lieu post Covid a minima.

Quels sont les intérêts de la direction à gagner ainsi du temps ?

Economiser de possibles compensations financières pour les salarié-e-s, impossibles à obtenir avec l’accord actuel ?

Modifier les organisations de travail ? La direction a affirmé qu’un nouvel accord ne se fera pas sans contrepartie et notamment sur les locaux et l’aménagement des bureaux.

– Permettre à la direction d’expérimenter ses propres organisations sans consultation des représentants du personnel ?

Autres… ?

LES PROPOSITIONS DE LA CGT

1/ Conditions d’accès : nous considérons que le télétravail doit devenir un droit. Pour cela nous proposons qu’un jour par semaine serait obtenu de droit (sauf impossibilité réelle) et qu’un jour soit soumis à l’approbation du manager. Comme aujourd’hui ces jours seraient utilisés sur un trimestre.

Nous souhaiterions aussi garantir que cette possibilité reste sur la base du volontariat, le maintien de l’avenant au contrat de travail et la nécessité d’une certaine ancienneté (1 an ?) Les conditions devraient être les mêmes pour tou-te-s.

2/ Santé et Sécurité : si le télétravail peut permettre de réduire le stress dû à l’organisation journalière, le temps de trajet, il rend encore plus difficile la séparation entre vie personnelle et vie professionnelle, induit souvent une baisse de l’activité physique, accentue les violences intra-familiales, etc…

-> La CGT revendique la mise place d’un suivi médical régulier.

3/ Temps de travail et droit à la déconnexion :  nous souhaitons que les horaires de travail soient clairement établis dans l’avenant mais aussi la mise en place de réels moyens de déconnexion : blocage des e-mails, du réseau (sauf autorisation spécifique ou auto-déclaration ?) le soir et le week-end.

ST doit aussi s’engager sur la non-utilisation des nouveaux outils (notamment de la suite Office365) à des fins de surveillance.

4/ Importance de l’organisation : La CGT revendique l’intérêt pour les travailleurs de définir eux-mêmes leur organisation de travail : temps de travail collectifs, organisation des locaux, besoins en matériels, etc…

5/ Aspect matériels : nous considérons qu’un salarié en télétravail a les mêmes droits que le salarié présent dans les locaux. L’employeur doit donc fournir le matériel nécessaire à la réalisation du travail (2ème écran, dock station, chaise de bureau, casque audio). La mauvaise santé du salarié étant aussi préjudiciable à l’entreprise, nous considérons que des éléments mobiliers doivent être fournis au salarié pour garantir sa bonne posture.

Par ailleurs, nous considérons qu’un forfait quotidien permettrait de couvrir les frais professionnels engendré par le télétravail (chauffage, connexion internet, électricité, eau, repas…)

6/ Les conditions de travail sur site : beaucoup de salarié-e-s préfèrent le télétravail pour des besoins de calme. Nous revendiquons aussi une prise en compte de ces problématiques afin d’améliorer le travail en collectif sur site : moins d’open-spaces, plus de salles de réunions, d’endroit conviviaux.

Si des débats demeurent autour des bureaux partagés (flex-office), nous portons une grande attention au risque de déshumanisation et l’absence de repères sociaux que pourraient engendrer ces dispositifs.

7/ Communication et droit syndicaux : il est évident que cet aspect demeure pour nous l’une des faiblesses du télétravail, tant il nous ait plus difficile d’informer et d’alerter les salarié-e-s, de construire des revendications communes et de mobiliser la population en télétravail.

Il nous parait donc important de réclamer la mise en place de moyens numériques pour les élu-e-s, les instances, et les représentants syndicaux afin de pouvoir contacter tou-te-s les salarié-e-s.

LES PROPOSITIONS DE LA DIRECTION

Une belle page blanche….


Publié le 27.07.2021 à 15:51

La CGT se bat contre l’usage abusif et illégal des contrats précaires…

En 2017, faisant le constat que la direction de ST Crolles usait de contrats précaires (CDD et intérimaires) de manière structurelle et non pas conjoncturelle comme la loi le prévoit (remplacement ou accroissement temporaire d’activité), la CGT ST Crolles décida de dénoncer cette situation abusive et illégale.

Lire le tract CGT ST Crolles datant de 2017 et s’adressant aux salarié-e-s en contrat précaire.

Depuis, la CGT n’a pas cessé de mener campagne dans les instances représentatives du personnel, dans nos communications syndicales, dans les équipes postées afin que les salarié-e-s en contrat précaire soient titularisés.

Le dialogue social avec la direction de ST ne suffisant pas, car restant sourde à la situation, la CGT a dû employer, depuis quelques mois, des moyens supplémentaires dont elle dispose en tant qu’organisation syndicale : aide juridique, inspection du travail. Notre campagne a alors commencé à porter ses fruits avec des titularisations plus nombreuses qu’à l’accoutumée.

Lire le courrier de l’inspection du travail du 4 juin 2021 adressé à la direction du ST suite au signalement de la CGT.

La CGT reste tout de même vigilante et entend poursuivre sa campagne car si titularisations il y a, le compte n’y est pas !

En effet, fin juin 2021 (sans tenir compte des contrats « vacances ») :

  • le nombre total de contrats précaires à CR200 est égal à 182 lorsque le nombre de CDI par équipe postée est compris entre 143 et 164.
  • le nombre total de contrats précaire à CR300 est égal à 156 lorsque le nombre de CDI par équipe postée est compris entre 171 et 182.

Par ailleurs, le taux de précarité en 2021 est affiché respectivement de 22,16% et de 17,42% pour CR200 et CR300, mais celui-ci est basé sur la totalité des opérateurs et techniciens.

Or, lors de son enquête de terrain, en particulier à CR200, la CGT a fait le constat que le taux de précarité est particulièrement élevé parmi la population opérateurs, dépassant largement les 50% dans certaines zones ! 

Aussi, les élu-e-s CGT du CSE tentent, depuis mai 2021, d’avoir plus d’informations et explications de la part de la direction via une réclamation (inscrite dans le code du travail). Mais, la direction fait obstruction à l’une des missions des élu-e-s, refusant de porter les questions de la CGT à l’ordre du jour du CSE.

Après plusieurs demandes, la CGT a de nouveau sollicité l’inspection du travail qui a rappelé à l’ordre la direction de ST.

Lire le courrier de l’inspection du travail du 20 juillet 2021 adressé à la direction du ST suite au nom respect des missions des élu-e-s CGT du CSE.

Pourquoi la direction de ST refuse-t-elle de porter la réclamation des élu-e-s CGT à l’ordre du jour du CSE ? Aurait-elle une situation abusive et illégale à cacher ?

Dans tous les cas, la CGT va continuer d’œuvrer à la titularisation des salarié-e-s en contrat précaire, souvent des jeunes dont le taux de chômage était de 20,9% au premier trimestre 2021. 


Publié le 20.07.2021 à 17:37

La CGT ne signera pas un tel accord ! Mais que vont faire la CFDT et la CFE-CGC ?

Mercredi 21 juillet aura lieu au niveau ST France une relecture du projet d’accord relatif aux principes encadrant les politiques salariales.

Les négociations ont eu lieu en fin d’année 2020 mais en plein mouvement social notamment à Crolles et Grenoble contre le 0% d’augmentation, il aurait été mal venu que des syndicats signent un accord qui acte la possibilité d’être augmenté une fois tous les trois ans seulement pour les ingénieurs et cadres.

Plusieurs mois plus tard, la direction ressort son texte, mais n’est-il toujours pas inacceptable de valider ce recul social ?

« Garantie triennale » : sous ce terme apparemment positif de « garantie », cela veut dire que ST garantie une augmentation tous les trois ans seulement et pas chaque année aux ingénieurs et cadres. Et ST voudrait que des organisations syndicales valident son orientation en termes de politique salariale.

Lorsque ST a commencé à déployer le variable à tous les ingénieurs et cadres, la CGT avait alerté que c’était pour ne plus augmenter les salaires. Et bien nous y voilà !

Rappelons que contrairement aux primes, le salaire conditionne tout un tas d’éléments de rémunération et de droits. Or la stagnation du salaire aura forcément des incidences à moyen et long terme.

La CGT ne signera pas un tel accord, ni en 2020, ni en 2021….

Nous sommes trois organisations syndicales représentatives au niveau de ST France ayant la capacité de valider ou pas un accord d’entreprise.

Pour valider un accord, il est suffisant que deux organisations syndicales signent.

Quelle seront les positions de la CFDT et de la CFE-CGC ?

 

Extrait du projet d’accord :

 

Garantie triennale

Une garantie d’évolution du salaire de base au moins une fois tous les 3 ans est mise en place. Cette garantie s’applique :

  • aux salariés Ingénieurs et Cadres éligibles,
  • éligibles sur une période de 3 ans continus,
  • après analyse de la situation individuelle et à l’exception de ceux placés sous plan de retour à la performance.

Ainsi la situation individuelle du salarié éligible à la garantie triennale et n’ayant pas eu d’augmentation devra être analysée par le manager, et pourra, sauf exception liée notamment à son positionnement salarial, donner lieu à l’attribution d’une augmentation individuelle.