Associations iséroises


 Pour les Chambaran Sans Center-Parcs

Publié le 30.07.2020 à 09:34

Me Eric POSAK, avocat au barreau de Grenoble, a défendu l'association POUR LES CHAMBARANS SANS CENTER PARCS depuis 2013. Il a suivi tous les rebondissements judiciaires de ce dossier devant le tribunal administratif de Grenoble et la cour administrative d'appel de Lyon jusqu'à l'annonce officielle de l'abandon du projet de Centers Parcs à Roybon (Isère) le 08 juillet dernier par le président du groupe Pierre et Vacances.

Pourquoi cet abandon du projet par Pierre et Vacances ?
C'est tout d'abord une victoire du droit, plus précisément du droit de l'environnement. Le projet échoue, comme d'autres projets similaires avant lui, parce qu'il impacte une ressource essentielle, l'eau. Implanter un complexe immobilier de près de 6000 résidents permanents au beau milieu d'une zone humide forestière était une erreur manifeste. Situé en tête de bassin versant, sur un espace qui contribue à la recharge d'un aquifère précieux pour l'alimentation en eau potable de toute une population en aval en Isère et en Drôme était une autre atteinte irréparable. Compenser l'impact du projet sur le site, dans le même sous-bassin ou celui adjacent comme l'exige le SDAGE* Rhône-Méditerranée était donc impossible tant en fonctionnalité qu'en surface. Enfin, ce complexe immobilier de tourisme nécessitait la construction d'un réseau d'assainissement de 26 km et plusieurs postes de refoulement d'un cout de plus de 12 millions d'euros entièrement à la charge de la collectivité pour relier ce village au centre de traitement des eaux usées de Saint Marcellin et passant à proximité de zones Natura 2000 très vulnérables à la pollution des eaux.

Mais, le groupe Center Parcs justifie son retrait par la caducité de l'autorisation de défrichement et l'occupation du terrain par la ZAD l'empêchant de faire une nouvelle étude « 4 saisons » ?
L'autorisation de défrichement a été délivrée le 12 juillet 2010. Le promoteur avait déjà obtenu plusieurs prorogations, la dernière jusqu'au 12 juillet 2020. En fait, en sollicitant l'autorisation de défrichement bien avant d'avoir obtenu toutes les autorisations environnementales, le groupe Center Parcs s'est trouvé effectivement pris de court.
Mais c'est une présentation très incomplète de la situation qui est devenue inextricable pour le promoteur. Déjà, depuis un arrêt de la cour administrative d'appel de Lyon du 16 décembre 2016, le projet ne dispose plus d'aucune autorisation d'assainissement. Il fallait donc déjà que la nouvelle collectivité compétente redépose un dossier et obtienne une nouvelle autorisation.
Ensuite, le tribunal administratif de Grenoble par un jugement du 16 juillet 2015 puis la cour administrative d'appel de Lyon par un arrêt confirmatif du 16 décembre 2016 ont annulé l'autorisation « Loi sur l'eau ». Le Conseil d'Etat a certes annulé cet arrêt le 21 novembre 2018 mais sans pour autant fermer le débat. Outre la question de la compatibilité du projet avec les autres orientations du SDAGE
RM, le problème de la compensation des zones humides impactées reste entier. La cour administrative d'appel de renvoi a d'ailleurs ordonné une expertise. La procédure contentieuse n'est donc pas terminée.

A la suite de l'arrêt du Conseil d'Etat du 21 novembre 2018, Center Parcs ne pouvait il pas espérer renverser la situation ?
Le promoteur a en effet tout essayé jusqu'à cette dernière demande de QPC qui visait à éviter d'appliquer les critères alternatifs d'identification d'une zone humide à l'instance en cours. Le promoteur prétendait qu'en appliquant un critère cumulatif de ces critères, il n'aurait plus que 6,3 ha environ à compenser au lieu de 76 ha ! C'est éminemment contestable. Le Conseil d'Etat a rejeté cette QPC par un arrêt du 17 juin 2020. Mais en outre, plus le temps passe, et plus il apparait que le site du projet est totalement inadapté aux enjeux. L'association POUR LES CHAMBARANS SANS CENTER PARCS l'a compris dès le départ. Le SDAGE RM 2016-2021 a ainsi confirmé et précisé les orientations précédentes. Il ajoute que le projet doit être compatible avec les enjeux du changement climatique. Or, précisément, le site d'implantation se trouve depuis plusieurs années successives dans un secteur particulièrement touché par des arrêtés préfectoraux de sécheresse des eaux superficielles et souterraines.

Est-ce que c'est la loi du 24 juillet 2019 précisant les critères de caractérisation des zones humides qui a fait échouer le projet ?
Non, certainement pas. Cette nouvelle loi est applicable aux instances en cours en matière de plein contentieux. C'est la règle. Cette loi n'a fait que confirmer l'interprétation donnée par la réglementation et la jurisprudence antérieures. C'est vrai que l'arrêt du Conseil d'Etat du 22 février 2017 a jeté un trouble temporaire et regrettable en raison de la rédaction maladroite de la loi antérieure. Mais, tout le projet du Center Parcs avait été présenté en appliquant le critère alternatif d'identification des zones humides. La loi nouvelle ne changeait donc rien au dossier.

Que pensez-vous de la décision de retrait du groupe Center Parcs ?
C'est une décision logique mais malheureusement tardive. Dès l'examen des premières demandes d'autorisation en matière d'urbanisme en 2010, déposées plus de trois ans avant le dossier d'autorisation « loi sur l'eau », l'autorité environnementale avait averti le promoteur des enjeux importants liés à l'eau et la biodiversité en posant des questions qui n'ont pas trouvé de réponse. L'avis défavorable de la commission d'enquête publique, très fouillé et motivé, a démontré les faiblesses rédhibitoires du projet. Il aurait dû en marquer l'arrêt. Mais au lieu de cela, quelques semaines après et quelques rapides modifications réalisées par le promoteur et le passage en CODERST, le Préfet s'est empressé de délivrer l'arrêté d'autorisation !

Eric Posak Avocat

* SDAGE : Schéma Directeur d'Aménagement et de Gestion des Eaux.


Publié le 30.07.2020 à 09:30

Notre association connaît non seulement des frais de fonctionnement mais également des frais d'avocat.
Malgré l'annonce récente de l'abandon du projet, nous restons en procédure sur certains dossiers. Notamment avec le dépôt fin février 2020 d'un recours contre le SAGE Molasse Miocène du Bas Dauphiné et Plaine de Valence, aux côtés de la FNE AUra (ex FRAPNA Rhône Alpes) au sein duquel l'enjeu des plateaux Chambaran Thivolet est crucial au regard de l'alimentation en eau potable de toute la région.

Même si certains membres s'investissent fortement, nous avons besoin de votre aide financière pour compléter leur participation.

Pour participer, il faut :
- s'inscrire
- et régler son adhésion

L'inscription :

- [Imprimez la fiche d'adhésion en PDF jointe-]
- Remplissez-la et faites-nous la parvenir à l'adresse suivante :

Pour les Chambaran sans Center Parcs
1910 Route de la Verne
38940 ROYBON

L'adhésion :

L'adhésion est de 10€, somme à laquelle vous pouvez ajouter un don d'un montant libre ( 10, 20, 50, 100, 150, ... € ).

Vous pouvez régler votre adhésion de 4 manières différentes :

  • par chèque : libellé(s) à l'ordre de "Pour les Chambaran sans Center parcs", joignez le à votre fiche d'inscription
  • en espèces : remises à un membre du bureau qui vous fournira alors un reçu
  • par virement unique ou automatique mensuellement ( 5 euros par mois par exemple) en utilisant les coordonnées bancaires suivantes :

Titulaire du compte :

POUR LES CHAMBARAN SANS CENTER PARCS

Code BIC :

PSSTFRPPGRE

RIB :

ETABLISSEMENT GUICHET N° COMPTE CLE RIB
20041 01017 0899584S028 20

Références IBAN :

FR88 2004 1010 1708 9958 4S02 820

Publié le 11.07.2020 à 14:51

EN BREF – L'État rechigne toujours à communiquer l'intégralité de ses échanges avec Pierre & Vacances sur le dossier du Center parcs de Roybon en Isère. Sommé par le tribunal administratif de Paris de transmettre ses courriers et courriels, il se pourvoit en cassation. Ravivant l'hypothèse de potentielles collusions entre les plus hautes sphères dirigeantes et l'auto-proclamé numéro un des résidences de loisirs.

La suite ici.


Publié le 10.07.2020 à 22:39

*« D'abord ils vous ignorent, puis ils se moquent de vous, ensuite ils
vous combattent, et à la fin vous gagnez ** ** »
** ** (Gandhi)

La presse a fait un large écho à l'annonce par G Brémond, le Pdg de
P&V, de l'abandon de son projet d'implantation d'un Center-Parcs dans
les Chambaran. Il s'en est expliqué notamment dans une interview
publiée par « Les Echos », le 8 juillet dernier.
C'est bien sûr une victoire pour nos adhérents et sympathisants, qui
nous conforte dans la stratégie menée pendant plus de 10 ans face à un
groupe qui a fait de l'immobilier de loisirs son cheval de bataille, et
qui renonce à un projet à 390 M€, après avoir épuisé tous les
recours possibles, et tenté de discréditer notre association et
l'ensemble des opposants au projet.
Dans ses déclarations à la presse, Monsieur Brémond, après avoir
rappelé son « engagement en faveur d'un tourisme responsable et durable
», invoque pêle-mêle des « changements de réglementation, les (trop)
nombreuses autorisations administratives concernant le défrichement, le
permis de construire, la préservation des espèces, la lenteur de la
justice, les zadistes… ». Pour ce qui est de la lenteur de la justice,
Monsieur Brémond oublie tout simplement qu'il a déposé tardivement le
dossier central « loi sur l'eau » en 2014, au moment où la commission
d'enquête émettait un avis défavorable sur l'ensemble du projet. Il
passe également sous silence les nombreux recours que ses avocats ont
initiés aux fins de minimiser les surfaces de zones humides menacées
directement par le projet, jusqu'à solliciter en dernier lieu
l'arbitrage du conseil d'Etat qui l'a désavoué. L'abandon du
projet de Roybon est donc avant tout dicté par des considérations
pratiques, à savoir une situation juridique et une impasse économique
intenables plus longtemps par le groupe.

C'est aussi un démenti cinglant et une leçon de modestie imposés aux
élus de tout bord qui ont, au départ, « vendu » le projet à la
population locale en lui faisant miroiter des retombées économiques
conséquentes, tout en se gardant bien d'en mentionner le coût
environnemental exorbitant. Les subventions et les contrats de prise en
charge des coûts « indirects » signés à la va vite par les
collectivités régionales n'auront pas suffi pour neutraliser
l'opposition à un saccage programmé.

Pour autant, le terrain appartient toujours à P&V, ce qui doit nous amener
à rester vigilants sur les intentions de son propriétaire. PCSCP restera
donc mobilisé tant que les quelque 200 Ha du projet n'auront pas été
sécurisés (et remis en état suite au défrichement) au regard de la loi
sur l'eau. Il en ira de même en cas de menace environnementale sur les
Chambaran en général, et le bois des Avenières en particulier, qui,
encore une fois, constituent une zone stratégique pour l'eau et la
biodiversité.
L'interview de Gérard Brémond le jeudi 9 juillet sur France-Inter au
journal de 13 :00 est un concentré de contre-vérités et de mensonges sur
les raisons réelles de son abandon du projet. Il n'hésite pas, en
effet, à accuser de tous les maux les zadistes, et s'embrouille dans le
dossier juridique en confondant permis de construire et « loi sur l'eau
» ! Il désarçonne ensuite le journaliste qui l'interroge sur les
conséquences de cette mauvaise nouvelle pour P&V, en répondant qu'au
contraire le groupe développe partout en France et en Europe des projets
dans la plus parfaite harmonie avec les collectivités et les populations
locales ! Entretemps, il a pu replacer ce gros mensonge plusieurs fois
dénoncé par PCSCP concernant le chômage dans le canton de Roybon, qui
n'est, selon l'INSEE pas supérieur à la moyenne enregistrée sur
l'ensemble du territoire national.
On n'en est plus à un mensonge près. Mais il ne suffit pas de verdir
ses déclarations pour accéder au statut d'écologiste et de défenseur
de l'environnement.
PCSCP