Médias
 GÉNÉRALISTES
Basta  ·  Blast ·  Capital ·  France 24 ·  FTVI ·  L'Humanité ·  La Croix ·  LCP ·  Le Monde ·  La Tribune·  Le Figaro ·  The Conversation ·  Mediapart ·  L'Autre Quotidien ·  Le Media
 MÉDIAS D'OPINION
AOC ·  Acta ·  Acrimed ·  L'Autre France-Presse ·  Issues ·  Les Jours ·  Le Monde Moderne ·  Médias Libres  · Marianne ·  QG ·  Rapports de force ·  Reflets ·  Rézo ·  StreetPress ·  LVSL
 OBSERVATOIRES 
Conspis ·  Inégalités ·  Information ·  Internet ·  Médias ·  Multinationales ·  Culture ·  Présidentielle 2022 ·  Routes de la Soie · Fact-checking:  AFP ·  VRAI ou FAKE ?
+
Observatoire stratégique de l'information Analyse l’impact de l’information sur la situation politique et sociale des pays, ainsi que sur les relations internationales.

Accès libre

25.03.2021 à 12:39

[ÉTUDE] – Dans la tête de Sputnik

Damien Liccia
Sputnik France, l’un des deux médias russes actifs dans l’écosystème informationnel francophone, est régulièrement accusé de chercher à influencer l’opinion publique française et celle de nombreux pays africains où le français est une langue couramment parlée par la population. Afin d’évaluer son influence et décrypter les stratégies qu’il met en oeuvre, il n’est pas seulement nécessaire de connaître les objectifs poursuivis par la diplomatie russe, mais aussi d’établir la grille d’analyse la plus fine possible de son contenu, en étudiant les métadonnées. C’est l’objet de cette étude, menée dans le cadre des travaux d’OSI, qui a passé au crible plus de 170 000 articles publiés par Sputnik entre 2014 et 2020.

Cliquez ici pour télécharger la version PDF l’étude.

Introduction

Pourquoi s’intéresser aux médias russes

L’activité éditoriale des médias russes que sont RT et Sputnik constitue depuis plusieurs années un sujet d’intérêt majeur pour tous ceux qui sont amenés à s’intéresser aux questions de cadrage et de manipulation de l’information. Ce champ de recherche a vu son intérêt redoubler du fait d’une politisation et d’une mise à l’agenda manifestes de la part de l’exécutif français qui, à la suite des élections américaines de 2016 et du référendum sur le Brexit tenu quelques mois auparavant, s’est montré particulièrement sensible à la question de l’ingérence russe dans la vie politique hexagonale, après un scrutin au printemps 2017 marqué par de nombreux cas d’opérations d’influence et autres cyberattaques, ayant notamment ciblé La République en Marche (LREM). 

Le 29 mai 2017, dans le cadre de la visite en France de Vladimir Poutine, Emmanuel Macron, à l’occasion de la conférence de presse commune rassemblant les deux chefs d’État au château de Versailles est ainsi revenu sur l’action de Sputnik et de Russia Today (RT) dans le cadre de la campagne électorale française qui venait à peine de se clore. Pour le Président français, ces deux médias russes, proches du Kremlin, se sont comportés ni plus ni moins que comme des “agents d’influence”, et aucunement comme comme des “organes de presse”. Les accusations vont même plus loin, puisque Sputnik et RT sont accusés d’avoir répandu de la “propagande mensongère” et des “contre-vérités infamantes”.

“En vérité, Russia Today et Sputnik ne se sont pas comportés comme des organes de presse et des journalistes, mais comme des organes d’influence, de propagande et de propagande mensongère, ni plus ni moins. Quand des organes de presse répandent des contre-vérités infamantes, ce ne sont plus des journalistes, ce sont des organes d’influence”.1

Éléanor Douet au micro de RTL

Un an et demi plus tard, le 31 décembre 2018, après une séquence marquée par l’émergence sur le devant de la scène médiatique et politique du mouvement des “Gilets jaunes”, Emmanuel Macron, dans son adresse aux Français à l’occasion des vœux pour l’année 2019 exprime, en premier lieu, un vœu de vérité.2

“Le vœu de vérité, c’est aussi celui qui doit nous conduire, afin de demeurer une démocratie robuste, à mieux nous protéger des fausses informations, des manipulations et des intoxications” et le Président de la République, un peu plus loin, de souligner que “partout en Europe montent les partis extrémistes tandis que les interventions de puissances étrangères étatiques et privées se multiplient”. 

Quelques semaines après ces voeux, faisant le bilan du mouvement des gilets jaunes, Emmanuel Macron constatait encore que “les gens qui sont surinvestis sur les réseaux sont les deux extrêmes”, notant que “ce sont des gens qui achètent des comptes, qui trollent”, et pointait à travers eux la responsabilité de “Russia Today, Sputnik, etc.”3.

Le supposé basculement dans l’ère des “fake news”, de la post-vérité et dans la manipulation à grande échelle, notamment via les réseaux sociaux, a été concomitant d’une emphase mise, de manière récurrente, sur les menées informationnelles russes dans les écosystèmes informationnels occidentaux, et tout particulièrement lors des phases critiques des processus électoraux. Au point que, et au risque de forcer le trait à outrance, on pourrait en venir à se demander si dans cette bascule, dont tant l’effectivité que la pertinence demeurent naturellement sujettes à caution, Sputnik et RT n’en sont pas venus à se glisser dans le rôle d’agents provocateurs particulièrement efficaces. Après tout, il n’est qu’à regarder la médiatisation de la supposée ingérence informationnelle de la Russie dans le processus référendaire catalan de l’automne 2017 pour constater que bien souvent, par un schéma synecdotique tendant à prendre la partie pour le tout, les menées informationnelles ainsi décrites, loin d’être le fait de réseaux complexes de bots animés par des IA surpuissantes, sont avant tout réductibles à des traitements de l’information cadrés, biaisés et anormaux de la part des deux médias couramment incriminés. Quoi qu’il en soit, dans ce schéma de basculement qui s’est ouvert depuis la brèche de 2016, Sputnik et RT en sont venus à cristalliser nombre de craintes, dont il convient de discerner ce qui ressort, effectivement, de craintes fondées des constructions chimériques d’artefacts de type “tigres de papier” qui égarent les appréhensions des décideurs des démocraties libérales.

Un média emblématique de la nouvelle diplomatie publique russe

Né en novembre 2014 à la suite de la fusion de la radio La Voix de la Russie et de l’agence de presse RIA Novosti pour former l’agence fédérale d’information Rossija Segodnja, dont il constitue la principale branche4, Sputnik est devenu en l’espace de quelques années l’un des symboles les plus emblématiques de la nouvelle diplomatie publique russe. Disposant de plus d’une trentaine de déclinaisons linguistiques, Sputnik a lancé dès 2014 sa version en français, dont le rayonnement ne se limite pas, loin s’en faut, au seul périmètre hexagonal et francophone. La déclinaison francophone de Sputnik s’adresse également à l’ensemble des pays africains de langue français, et ce notamment à travers ses comptes sur les réseaux sociaux.

Classement des pages Facebook les plus influ- entes, en termes de nombres d’abonnés, sur le réseau social Facebook
Table 1: Classement des pages Facebook les plus influentes, en termes de nombres d’abonnés, sur le réseau social Facebook

L’influence prêtée à Sputnik dans le débat public par de nombreux observateurs et notamment par les plus hauts responsables de l’État français est devenue un sujet brûlant dans le débat public hexagonal, qui se confond parfois avec la lutte contre le complotisme5, et une pomme de discorde entre Paris et Moscou6 . Le fait est d’autant plus notable que de nombreux autres médias étrangers en français, pour certains propriétés d’États autoritaires ou de “démocraties illibérales” , cherchent aussi à influencer ou à convaincre la population française sans devenir pour autant un sujet de controverse dans le débat public7.

L’explication de ce traitement différencié réside en partie dans la nature et l’intensité de la confrontation symbolique entre l’Est et l’Ouest et dans l’écho qu’elle trouve en France (entre un camp conservateur et/ou eurosceptique, qui coïncide en partie avec les deux extrêmes, et un camp libéral et atlantiste8), auquel répondent des enjeux géopolitiques majeurs, opposant la Russie et la France et ses alliés (en Europe de l’Est, en Afrique subsaharienne ou encore au Proche-Orient). Celle-ci se trouve par ailleurs renforcée par la dimension mondiale du phénomène qui permet des comparaisons internationales. L’attention dont font l’objet les médias russes procède par ailleurs d’une réactivation des craintes de la guerre froide liées à une supposée “stupéfiante efficacité de la propagande russe”9. Ces différentes explications ont en commun d’expliciter le contexte de réception des contenus de Sputnik. A l’exception de la dernière, qui se limite à éclairer le sous-jacent psychologique des réactions suscitées par le média russe, celles-ci peuvent se permettre de faire l’impasse d’une analyse du contenu publié par ce média dans sa globalité, en se focalisant uniquement sur quelques exemples de choix. Si cette approche, qui emprunte au travers dit du cherry picking, a le mérite de la simplicité au regard de l’immensité de la tâche que représente l’analyse de corpus d’articles conséquents, cette démarche peut susciter des angles morts dans l’analyse, dont peuvent découler des biais de perception préjudiciables à la bonne compréhension de ce que publie réellement Sputnik. Si la valorisation de la Russie selon une logique de nation branding, tout comme la publication de contenus relevant d’un “soft power agressif” transparaissent évidemment à travers la ligne éditoriale de Sputnik, celles-ci ne sauraient à elles-seules épuiser la complexité d’un tel objet médiatique. Elles répondent du moins à une fonction de “propagande classique”, consistant à offrir “une vitrine authentique de son système sur lequel les malheureux étrangers soumis à la censure seraient mal informés”, et à une “fonction dénonciation” en “favorisant l’opposition idéologique dans une zone sous influence adverse” – selon une typologie des fonctions remplies par les médias d’Etat développée par François-Bernard Huyghe.10

Une ligne éditoriale polyphonique La ligne éditoriale peut-être définie comme le produit de toutes les décisions prises au sein d’une rédaction (tant par la hiérarchie que par les journalistes qui la composent) pour se conformer à une série de principes idéaux, auxquels l’ensemble des contenus publiés par le média devraient pour partie ou en totalité se conformer (en termes de tonalité, de thématique ou encore de parti pris).

En ce qui concerne Sputnik, c’est le caractère foisonnant de sa production qui ressort d’une analyse qualitative. Baptiste Campion, chercheur à l’Université catholique de Louvain, insiste dans un article publié dans la Revue Nouvelle en 2017 sur “le patchwork confusionniste et relativiste non hiérarchisé” qui la caractérise. Il note de la part du média une tendance consistant “à multiplier les versions sur un évènement donné, quitte à se contredire allègrement d’un article à l’autre” concernant par exemple le vol MH17, abattu au-dessus de l’Ukraine par un missile sol-air, dont l’Australie et les Pays-Bas notamment imputent la responsabilité à la Russie11. “On pourrait penser que ces publications multiples et contradictoires se limitent aux questions à enjeu géopolitique, afin de « noyer le poisson ». Il faut constater que cette façon de faire est loin d’être limitée à cela : tous les sujets, de l’alimentation aux civilisations antiques en passant par l’astrophysique ou les faits divers sont traités de la même manière”12. Dans les travaux consacrés à Sputnik, cette foisonnance apparaît poursuivre a minima trois objectifs stratégiques :

  1. Le premier, d’ordre idéologique, consiste à profiter de la crise de confiance des opinions publiques occidentales à l’égard des autorités publiques et des grands médias pour gagner de nouvelles audiences, et de participer à l’entretenir par une posture radicalement relativiste à l’égard des “vérités officielles”. “Toutes les nouvelles qui se succèdent sont présentées comme des hypothèses égales dans un monde incertain caractérisé par le mensonge généralisé des élites et des médias (occidentaux)”, souligne Baptiste Campion. Cet axe s’inscrit à la fois dans une fonction de dénonciation en “donnant une voix à ceux qui critiquent le pouvoir”, mais aussi dans une “fonction contraste” visant à offrir à “un public soumis à une sorte d’unanimité de ses médias nationaux, l’occasion de découvrir d’autres contenus pour l’attirer et marquer sa différence”13.
  2. Le deuxième est d’ordre technique. La publication d’articles diversifiés sur des sujets populaires ou adoptant des thèmes insolites vise à générer le maximum de clics, y compris sur des contenus non-stratégiques, afin de gagner en visibilité de manière globale. Dans un chapitre consacré à la “Russie :”l’espace informationnel” comme terrain de conflictualité” au sein de l’ouvrage collectif Les guerres de l’information à l’ère numérique (PUF), Maxime Audinet et Céline Marangé soulignent que “les stratégies de référencement agressives pratiquées par [Sputnik et RT], notamment par un recours décomplexé au clickbait, leur donnent une visibilité accrue sur les principaux moteurs de recherche”. Cette stratégie est amplifiée par ailleurs par le relais de ses contenus par un “écosystème complexe de plusieurs dizaines de comptes [. . . ] où ils servent de ressources à de nombreux acteurs engagés dans la réinformation de l’opinion”. Celle-ci porte ses fruits puisque les deux chercheurs notent que les différents sites de Sputnik et RT sont “particulièrement compétitifs dans le trafic internet mondial” par rapport aux sites d’autres médias publics comme Al Jazeera, Deutsche Welle, RFI ou encore CGTN. Sur Facebook, ces articles postés avec des commentaires comprenant des call to action visent à améliorer la performance globale du média grâce à l’algorithme du réseau social, qui met en avant les contenus engageants dans les timelines des utilisateurs abonnés à la page de Sputnik.14
  3. Le troisième objectif ressortant des travaux consacrés à Sputnik, enfin, est le “brouillage” de sa véritable ligne éditoriale. L’enjeu serait ainsi de diluer la part des articles stratégiques pour crédibiliser l’idée que le média serait relativement objectif et semer le doute sur son agenda.

Derrière les écrans de fumée

Selon cette dernière logique, deux lignes éditoriales coexisteraient au sein du média :

  1. La première, destinée à donner le change aux lecteurs, au robot Google et à l’algorithme de Facebook, serait constituée de contenus sur des thèmes très diversifiés (faits divers, reprise de dépêches, actus insolites), parfois sans lien direct avec leur mission initiale de promotion de la Russie, parfois même contradictoires au regard de ce que devrait être sa ligne éditoriale. Leur dénominateur commun, au-delà du soft power, serait le relativisme et la remise en cause permanente des vérités officielles. Ce positionnement serait autant un facteur différenciant dans un paysage médiatique occupé par de nombreux titres de presse qu’un moyen de toucher des audiences actives sur les réseaux sociaux et politiquement contestataires (notamment situées à l’extrême-droite ou proche du mouvement des Gilets jaunes), qu’il s’agirait de convertir en soutiens à des moments clefs. Chacun de ces contenus se caractériserait par une faible intensité stratégique, que reflèterait leur faible qualité journalistique. Françoise Daucé, directrice d’études à l’EHESS et spécialiste de la Russie, notait en juillet 2017 dans La Revue des Médias, que “les contenus proposés par [les versions françaises de RT et Sputnik] sont relativement pauvres et relèvent d’un journalisme que l’on pourrait qualifier de « basse intensité »”. A l’appui de ce constat, elle soulignait dans le même article que “le site Sputnik publie des articles courts, qui ne sont jamais signés, à l’exception des tribunes d’opinion. Il effectue un travail de synthèse de dépêches d’agence, de contenus issus des réseaux sociaux, de photos”15. Ce constat, qui remonte à il y a près de quatre ans, peut être le signe d’une rédaction dotée de faibles moyens, et pourrait être nuancé par une comparaison avec sa production éditoriale présente. De nombreux articles récents apparaissent en effet aujourd’hui signés par des journalistes spécialisés sur des thématiques précises (Afrique, Russie, Economie, Défense, Enquête. . . ). Quant au bâtonnage de dépêches ou de communiqués, celui-ci est aujourd’hui largement répandu dans la plupart des rédactions de médias web d’actualité pour remonter dans les moteurs de recherche et sur les réseaux sociaux et ne saurait être considéré comme le propre de ce média. Par ailleurs, ces contenus font preuve d’efficacité, puisqu’ils traduisent de la part de ses concepteurs une bonne compréhension du lectorat en langue française et de ses habitudes en matière de consommation de contenus, ce qui constitue un facteur clef de succès pour un média tel que celui-ci.
  2. La deuxième ligne éditoriale, celle qui servirait ouvertement la propagande russe, serait “brouillée” derrière cet écran de fumée. “Autour des « informations insolites » s’ajoutent des articles sur des sujets bien plus sérieux, qui nous permettent de cerner la ligne éditoriale du média”, souligne Colin Gérard dans un article publié en 2017 sur Diploweb16. “Censés présenter un point de vue « multipolaire », ces articles ne sont en réalité qu’une reprise des narratifs développés par le pouvoir russe” explique-t-il17. Ces contenus tiendraient ainsi à la fois d’une promotion de la Russie (soft power positif), plus ou moins subtile, et/ou d’un appui aux intérêts de la diplomatie russe, en “s’inspirant des principes et des méthodes de la subversion soviétique”18 et en recourant parfois à des fausses informations19.

Cette analyse, pour pertinente qu’elle soit pour comprendre le fonctionnement théorique du média, revient cependant à plaquer une grille de lecture exogène sur le contenu produit par Sputnik, qui s’éclairerait uniquement en fonction du contexte et de notre compréhension (nécessairement limitée, en tant qu’observateurs) des intérêts géopolitiques de la Russie. Cette grille de lecture se prête également mal à l’appréhension des variations dans la ligne éditoriale du média, via l’identification notamment de ruptures depuis sa création – en réduisant l’analyse à une succession de focus à l’occasion de “moments stratégiques”, dont les clefs de lecture sont fournies par ailleurs par une compréhension du contexte et répondent à ces deux variables : contenu d’influence ou contenu de “crédibilisation”.

Cette approche suscite un angle mort : tout ce dont nous n’avons pas connaissance sur la base de ces informations, ou qui ne correspond pas à ce que nous croyons savoir de l’idéologie diffusée par Sputnik et par la Russie de manière générale, risque d’être assimilé abusivement à des contenus anecdotiques, et de passer au travers du filtre de l’analyse. En dehors de “moments clefs”, dans lesquels l’intention poursuivie par les initiateurs du média est de nous convaincre de certaines choses, en assénant de manière répétée et cadrée un narratif donné, Sputnik continue quand même de nous parler, sur un autre registre et de sujets multiples. Il n’est pas établi qu’il ne cherche pas à dire quelque chose à certains publics très précis, dans des séquences temporelles où l’intensité stratégique apparaît pourtant moindre, y compris à travers les caractéristiques du contenu publié.

Partir du contenu ne permet pas de recomposer avec certitude la réflexion stratégique qui en est à l’origine, aussi une analyse de ce type ne peut s’abstraire ou s’autonomiser complètement d’une compréhension du contexte de leur publication. Elle permet néanmoins de collecter des indices (récurrence, volumétrie ou encore sémantique), échappant à une analyse qualitative ou à toute connaissance a priori du sujet, et permettent de formuler des hypothèses sur les intentions ayant guidé la production de ces contenus.

A travers l’analyse des articles publiés sur le média, l’enjeu est donc de comprendre et de décoder sa ligne éditoriale. Une telle appréciation ne saurait se limiter à un jugement monolithique, mais doit adopter une grille de lecture dynamique dans le temps tant du point de vue volumétrique, que du point de vue sémantique.

Approche et méthodologie

Contrairement aux travaux déjà réalisés sur les médias russes, et notamment ceux cités dans notre propos liminaire, qui se caractérisent pour l’essentiel par une nette prégnance des enjeux géopolitiques et géographiques, notre intérêt pour ces enjeux est davantage lié à des réflexions portant sur l’évolution de la structuration de l’espace public et de la dissémination d’informations dans la couche sémantique du cyberespace.

Il s’agit, en quelque sorte, de prendre au sérieux l’entreprise d’influence poursuivie par Sputnik en déplaçant la question du “pourquoi” vers celle du “comment” : de se demander non pas à quels principes répond Sputnik ou dans quel cadre de réflexion s’inscrit son action, mais de s’intéresser à la manière dont ce média entend parvenir à ses fins dans l’espace francophone. Pour ce faire, nous avons choisi d’analyser le contenu publié par Sputnik France depuis sa création, à travers l’analyse de ses données et métadonnées pour tenter de comprendre ce que Sputnik cherche à nous dire et surtout de quoi il cherche à nous convaincre.

Réalisée par des non-russophones, cette étude entend se focaliser exclusivement sur la version francophone de Sputnik et sur ses comptes sociaux dans la même langue, pour l’essentiel sa page Facebook. Elle n’entend pas revenir sur l’historique de ce média ou sur les sources russes relatives à la guerre informationnelle, sur lesquelles de nombreuses études ont déjà été réalisées par des chercheurs en géopolitique et en sciences de l’information et de la communication parlant russe et ayant de ce fait accès aux sources originales. Ces travaux sont précieux pour appréhender les contours de cet objet médiatique singulier, et nous nous sommes largement appuyés sur leurs apports.

Notre étude est le fruit d’un travail étalé sur deux deux ans allant de la mise en place d’un protocole particulier de récupération de données, jusqu’à son exploitation. Le cœur de l’étude est articulée autour de l’exploitation d’un corpus de 176 904 articles émis par Sputnik France entre le 1er janvier 2014 et le 31 décembre 2020, dont la répartition éditoriale annuelle se répartit comme suit :

Synthèse annuelle de l’activité éditoriale de Sputnik France
Table 2: Synthèse annuelle de l’activité éditoriale de Sputnik France

Source: données extraites du site internet de Sputnik France Naturellement, et bien que notre protocole vise à être le plus exhaustif possible, en termes de collectes de données, un tel corpus, bien que massif, ne saurait prétendre à une quelconque forme d’exhaustivité. De manière générale, dans le champ des humanités numériques l’exhaustivité est au mieux un mirage, au pire un écueil inhibant desquels il convient de se détourner, sous peine de ne jamais être en possession du corpus idéal.

La synthèse de l’activité éditoriale de Sputnik20 présentée dans le tableau ci-dessus donne à penser que notre récupération est relativement exhaustive sur la période étudiée, à savoir entre 2014 et 2020. Cet ordre de grandeur est, au demeurant, confirmé par les différents focus volumétriques que nous avons, en parallèle, effectués sur le média via des services spécialisés, à l’image notamment de la solution SaaS Buzzsumo21. Caractéristiques techniques Pour mener à bien la phase de récupération de données, nous avons codé un scraper dédié, à même d’itérer sur la requête suivante :

https://fr.sputniknews.com/search/?query=+

En effet, la création d’une requête vide sur le site de Sputnik permet d’accéder directement à l’ensemble des articles publiés et qui sont classés de manière antichronologique. Une telle approche n’est pas forcément toujours réplicable, puisque nombre de sites ne renvoient aucune information lorsqu’une requête vide est passée, nécessitant dès lors la création de requêtes davantage sophistiquées, allant de l’utilisation de stop words, ou mots vides, jusqu’à la création de dictionnaires dédiés.

https://francais.rt.com/recherche?q=+

À titre de comparaison, et pour prendre un exemple proche de notre objet d’étude, sur le site de RT France, cette même requête ne renvoie aucun résultat. Afin de récupérer l’ensemble des articles publiés par RT, il faudrait donc recourir à une approche plus développée, fondée notamment sur l’analyse des patterns qui se répètent dans les articles du site, à l’image, par exemple, de la formule “lire aussi” située à la fin des articles du site.

D’un autre côté, l’agencement de l’information sur le site de Sputnik ne facilite pas forcément le scraping de données. En effet, contrairement à RT France où le contenu est accessible via du long scrolling, sur Sputnik il faut cliquer sur un bouton du type “Plus d’info” pour obtenir 20 articles supplémentaires.

En l’absence d’API, comme c’est le cas sur la plupart des médias aujourd’hui, nous avons donc eu recours à du scraping de données en utilisant les packages RSelenium et rvest. Selenium est un outil d’automatisation qui permet de piloter un navigateur web, comme Firefox ou Chrome par exemple, via du code. Selenium est notamment nécessaire si l’on souhaite scraper un site internet qui nécessite de cliquer sur des boutons sans que cela ne redirige vers une autre page.

Selenium va donc permettre de reproduire une activité humaine sur un site internet et ainsi de faciliter la récupération du code source des pages consultées. Pour sa part, un package comme rvest permet de récupérer des éléments spécifiques du code source (titres, paragraphes, chapô, dates ou encore des liens hypertextes) sur la base d’une récupération ciblées au niveau des balises html ou des xpath.

Enjeux légaux

Outre les enjeux et caractéristiques techniques de cette étude, il convient également d’aborder la dimension juridique et légale d’une telle entreprise. Si le scraping n’a rien d’illégal, des outils comme Selenium étant d’ailleurs originellement créés pour faire du testing poussé de site internet, afin, pour les développeurs, de simuler à la chaîne le comportement d’utilisateurs et ainsi mettre au jour d’hypothétiques failles, l’utilisation que nous faisons de Selenium, couplé à rvest, revêt une autre finalité.

Si l’on considère le scraping comme une forme de copie d’un site internet, dès lors que l’on automatise la récupération à la chaîne de codes sources notre démarche est potentiellement contraire aux mentions légales du site de Sputnik que nous reproduisons ci-dessous :

L’ensemble des éléments figurant sur le Site (textes, graphismes, photographies, images, plans, noms, logos, marques, créations et œuvres protégeables diverses, bases de données, déposés ou non, etc.) ainsi que le Site lui-même, sont protégés par les dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle et, hors de France, de la protection du droit d’auteur dans tous les états signataires de la Convention de Berne.

Tous les éléments visuels, qu’ils soient ou non déposés à titre de marque ou à un autre titre, qu’il soient ou non accompagnés des sigles ™, ®, ou ©, de même que la présentation et le contenu de tous les articles, revues de presse, et plus généralement toute informations figurant sur le Site, est la propriété exclusive de Rossiya Segodnya ou de tiers avec lesquels cette dernière a conclu des accords en permettant la diffusion. 

L’utilisateur du Site ne dispose pas du droit de les reproduire ou de les diffuser, par quelque moyen que ce soit, hors le consentement préalable exprès de Rossiya Segodnya. Il est interdit d’utiliser, reproduire (si ce n’est pour les besoins de la consultation du Site sur écran), représenter, modifier, adapter, traduire, copier ou distribuer, tout ou partie du Site, quel qu’en soit le support, sans l’autorisation expresse et préalable de Rossiya Segodnya.

Toute utilisation non expressément autorisée peut engager la responsabilité civile et/ou pénale de son auteur. Rossiya Segodnya se réserve le droit d’engager des poursuites judiciaires à l’encontre de toute personne qui n’aurait pas respecté cette interdiction. 

Toute demande concernant l’utilisation des éléments contenus dans le site doit être adressée à feedback.f r@sputniknews.com 

Le terme ” Sputnik ” est une marque française déposée et dument enregistrée.

Cependant, les données que nous avons récupérées sont mises en base et n’ont pour seule finalité que des enjeux de recherche en sciences de l’information et de la communication (SIC). Elles n’ont aucunement vocation à être publiées telles quelles, bien qu’il puisse être, dans l’absolu, intéressant de proposer de tels corpus afin que d’autres acteurs du monde de la recherche puissent reproduire, et ainsi valider ou contredire, les éléments présentés dans cet article.

Sputnik sur les réseaux sociaux

Les ressorts statistiques de la dynamique de Sputnik sur Facebook

Sur l’ensemble du réseau Sputnik, la page Facebook française occupe la troisième position en termes de nombre d’abonnés. Ce positionnement dans le classement global de la déclinaison française de Sputnik est, à lui seul, source de nombreuses hypothèses. Si, naturellement les demi-million d’abonnés que compte la France dépasse très certainement les seules limites de la France, et doit nécessairement capter des pans entiers de groupes d’utilisateurs francophones, force est de constater que l’intitulé de la page est moins axé sur le déterminant linguistique que géographique. Après tout, Sputnik dispose bien de déclinaison par périmètre linguistique, après Sputnik Arabic et Sputnik Mundo. Dès lors, il s’avère intéressant d’essayer de déterminer comment s’est construite une telle audience dans le temps et, surtout, quels sont les ressorts, pour l’essentiel éditoriaux, qui ont contribué à ce succès.

Évolution du nombre de membres sur la page Sputnik France

Comme l’indique le graphique ci-dessus, réalisé à partir des données accessibles via CrowdTangle22, un service de Facebook, Sputnik a multiplié son audience sur Facebook par plus de deux entre 2016 et 2020. Si la dimension exclusivement organique de cette acquisition d’abonnés peut être questionnées, que ce soit via le recours hypothétique à des campagnes de paid ou bien par l’utilisation de pratiques plus dark d’acquisitions d’abonnés, il n’en demeure pas moins que ces performances tendent à illustrer la force de frappe croissante de Sputnik.

Évolution annuelle du nombre d’abonnés sur la page Facebook de Sputnik
Table 3: Évolution annuelle du nombre d’abonnés sur la page Facebook de Sputnik

Si le taux d’évolution annuelle du nombre d’abonnés sur la page est sensiblement constant entre 2018 et 2019, une surperformance notable est observable en 2020, ce qui donne à penser que pour Sputnik, le contexte global induit par la crise sanitaire a constitué un terreau favorable au développement de l’audience du média sur Facebook.

Afin d’avoir une vision plus fine des différentes séquences d’acquisition, nous avons, dans le graphique ci-dessous, représenté l’évolution mensuelle du nombre d’abonnés sur la page, en ajoutant, lorsque des ruptures notables apparaissent, les données d’évolution.

Dynamiques d'acquisition d'abonnés par Sputnik sur Facebook

En 2017, nous constatons notamment que Sputnik connaît une accélération importante de son nombre de nouveaux abonnés dans la période qui correspond à la tenue en France de l’élection présidentielle :

  • Entre février et mai 2017, le média connaît ainsi une augmentation de 8% de son audience ;
  • Entre mars et avril, période durant laquelle le campagne a battu son plein, ce taux d’évolution est de 4%.

En 2018, Sputnik profite également de la cristallisation du mouvement des “Gilets jaunes” avec une évolution de 6%, entre octobre et décembre, de la communauté Facebook du média.

Si l’année 2019 ne fait pas apparaître de phases d’accélération saillantes, ce qui se retrouve dans le taux d’évolution annuel le plus bas sur la période étudiée à 16.70% par rapport à l’année précédente, la situation est tout autre en 2020. Le média connaît une première rupture de tendance entre février et mars, qui correspond à la bascule de la situation épidémique et sanitaire dans le pays, avec une hausse de 5% de la communauté Facebook sur la période. Entre septembre et décembre 2020, période marquée par le reconfinement du pays, l’émergence de la thématique vaccinale et l’existence de controverses protéiformes relatives notamment à la gestion par l’exécutif de la crise, Sputnik voit son audience connaître une progression de 8%.

Nombre de publications émises par mois sur la page Facebook de Sputnik

En s’intéressant de plus près au comportement d’une série de variables dans le temps, et notamment de leur comportement par rapport à une moyenne de référence, il semble apparaître que le seul critère de l’activité éditoriale de Sputnik sur le réseau social, ne saurait expliquer les ruptures de tendance observées dans l’acquisition d’audience.

En d’autres termes, et comme nous pouvons le constater avec le graphique ci-dessus, les phases d’activités de Sputnik sur Facebook supérieures à une moyenne annuelle de référence, ne correspondent que de manière imparfaite aux dynamiques observées supra concernant l’évolution du nombre de membres sur la page.

Si, en 2017, nous constatons que Sputnik a, bel et bien, connu une rupture manifeste de son activité éditoriale sur le réseau social, entre février et mars, renforcée par la suite en avril, cela n’est pas toujours le cas sur les autres phases saillantes préalablement mises au jour.

A contrario, à l’hiver 2018, période où, comme nous avons pu le voir, Sputnik est pourtant parvenu à réaliser de solides performances en termes de nouveaux abonnés, il serait faux de dire que le média a profité de la crise des Gilets jaunes pour publier beaucoup plus sur sa page Facebook. Au contraire, les mois de novembre et de décembre de cette année se caractérisent par une activité éditoriale inférieure à la moyenne.

Cette absence de corrélation, ou a minima l’existence d’une corrélation erratique et imparfaite, entre l’acquisition d’abonnés sur la page et l’activité éditoriale, invite à tester d’autres variables explicatives.

Nombre de commentaires suscités par mois sur la page Facebook de Sputnik

À cet égard, l’analyse des commentaires suscités par les publications organiques émises par Sputnik tend à mettre au jour un parallélisme manifeste avec les dynamiques observées en termes d’acquisition d’abonnés. Par rapport à février 2017, le mois d’avril se caractérise par une augmentation de 180% du nombre de commentaires suscités ce qui, indéniablement, donne à penser que les publications de Sputnik relatives à la campagne présidentielle française ont donné lieu à des réactions nourries de la part des utilisateurs du réseau social.

Même constat en 2018 où, émergence du mouvement des Gilets jaunes oblige, le nombre de commentaires suscités explose littéralement avec une hausse de 233% entre novembre et octobre. Un schéma similaire, d’une amplitude cependant inférieure, peut être observé entre juin et juillet 2019, avec pour ce dernier mois une augmentation de 57% des commentaires suscités. En cause notamment, une médiatisation accrue de la part de Sputnik de l’activisme des “Gilets jaunes” au début de l’été, avec notamment les actions entreprises le 14 juillet.

L’année 2020 renforce également ce constat, avec des hausses significatives du nombre de commentaires suscités qui correspondent aux phases de montée en puissance de la pandémie de Covid-19 et de cristallisation du débat public sur ce sujet en France et dans le monde. Le mois de mars se caractérise ainsi par une augmentation de 90% du nombre de commentaires postés sous les publications de la page, tandis qu’entre août et octobre de la même année, le nombre de commentaires suscités est en hausse de 89%.

De quoi donner à penser que, si l’activité éditoriale brute ne constitue pas un facteur explicatif suffisant pour rendre compte de l’évolution de la communauté Facebook de Sputnik, le paramètre relatif au nombre de commentaires suscités, quant à lui, revêt une significativité accrue qu’il convient de tester plus en avant.

Nombre d'interactions suscitées par mois sur la page Facebook de Sputnik

De manière non surprenante, du fait de l’overlap existant, en partie, entre ces deux paramètres, l’évolution du nombre d’interactions sur la page Facebook, présentée dans le graphique ci-dessus, tend également à mettre au jour l’existence d’un paramètre explicatif de l’évolution de la communauté de Sputnik.

Ces différentes constations réalisées, nous pouvons dès lors étudier plus en avant les liens unissant ces différentes variables avec l’évolution de la page.

Pour ce faire, nous avons créé un tableau résumant, mois par mois, les taux d’évolution par rapport à m-1 des paramètre suivants :

  • Nombre de membres ;
  • Nombre d’interactions ;
  • Nombre de posts émis ;
  • Nombre de photos émises ;
  • Nombre de vidéos émises ;
  • Nombre de commentaires suscités.

Une fois ces différentes données obtenues, toujours dans notre phase de prétraitement, nous avons décidé de les normaliser afin de réduire la complexité des modèles testés. La normalisation est un procédé nécessaire dans ce type de travaux afin de redimensionner les variables explicatives numériques, ici nos différents taux d’évolution, et surtout de permettre de comparer ces dernières sur la base d’une échelle commune. Sans cette opération, les disparités qui prévaudraient rendraient la modélisation au mieux inefficiente, au pire complètement erronée.

Ce travail de prétraitement finalisé, nous avons réalisé six régressions linéaires du type :

  • “Évolution du nombre d’abonnés” ~ “évolution du nombre d’interactions” ;
  • “Évolution du nombre d’abonnés” ~ “évolution du nombre de commentaires suscités” ;
  • “Évolution du nombre d’abonnés” ~ “évolution du nombre de posts émis” ;
  • “Évolution du nombre d’abonnés” ~ “évolution du nombre de photos émises” ;
  • “Évolution du nombre d’abonnés” ~ “évolution du nombre de vidéos émises”
Analyse des corrélations potentielles unissant une série de variables avec l'évolution du nombre de membres sur la page Facebook de Sputnik

Le résultat de cet exercice de modélisation est restitué ci-dessus, avec six graphiques présentant les droites de régression linéaire pour les différents tests réalisés. Il apparaît assez nettement que le nombre de photos, le nombre de liens ainsi que le nombre de posts émis n’ont aucun impact sur l’évolution mensuelle du nombre d’abonnés.

À contrario, l’existence d’un lien entre le nombre d’interactions suscitées, le nombre de vidéos émises et le nombre de commentaires suscités et l’évolution du nombre d’abonnés tend à être souligné.

Ces enseignements sont importants car cela conduit, en partie, à écarter l’explication d’un gonflage artificiel de la communauté soit via l’achat de faux abonnés, soit en ciblant délibérément via des campagnes de sponsoring des utilisateurs au clic réputé être prétendument plus facile (par exemple des audiences y compris non francophones dans certains pays asiatiques ou africains).

Paramètres ayant un impact sur l’évolution mensuelle du nombre d’abonnés sur la page Facebook
Table 4: Paramètres ayant un impact sur l’évolution mensuelle du nombre d’abonnés sur la page Facebook

Ce constat est renforcé par l’analyse des résultats du modèle linéaire, qui mettent en avant la significativité des paramètres interactions et vidéos publiées. De quoi, à nouveau, renforcer l’idée que les phases d’évolutions saillantes de la communauté Facebook de Sputnik sont liées à des actions purement organiques. En l’espèce, les différents chiffres issus des modélisations réalisées jusque-là permettent d’esquisser un schéma abstrait d’acquisition d’audience sur Sputnik : des vidéos cadrées et anglées sont réalisées par Sputnik, sur une fréquence relativement soutenue. Ces dernières suscitent des commentaires et des interactions ; c’est d’ailleurs le propre de ce format, considéré comme étant l’un des plus engageants en community management. Ces engagements, nombreux, permettent par la suite d’augmenter organiquement la visibilité des publications grâce aux caractéristiques de l’algorithme de Facebook. Ces réactions en chaîne permettent de toucher de nouvelles audiences qui, intéressées par le format vidéo proposé par Sputnik, choisissent de s’abonner à la page.

À noter, pour revenir sur notre travail de modélisation, que si le modèle linéaire tend finalement à accorder une importante et une significativité moindre à la variable du nombre de commentaires, une analyse par corrélogramme permet de quelque peu nuancer ce constat, et de garder cette dernière au rang des critères explicatifs, bien que ces derniers ne sauraient prétendre être les seuls, de l’évolution du nombre d’abonnés sur la page.

SPUTNIK SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

En effet, une analyse par corrélogramme permet d’évaluer et de tester plus en avant la significativité des variables et des corrélations. Il en ressort que l’évolution du nombre de membres est impactée significativement par l’évolution du nombre d’interactions suscitées, du nombre de vidéos publiées ainsi que du nombre de commentaires reçus.

En utilisant une fonction permettant de tester plus en avant la significativité de l’influence de chaque paramètre il ressort notamment que :

Évolution membres ~ InteractionsÉvolution membres ~ CommentairesÉvolution membres ~ VidéosÉvolution membres ~ PostsÉvolution membres ~ Photos
0.00000980.00016270.01481050.10438880.8362185
Source: sur la base d’une analyse par corrélogramme

Ces différents éléments qui, à dessein laissent de côté les thématiques et autres ressorts narratifs constitutifs des publications Facebook de Sputnik, permettent d’appréhender les mécanismes qui régissent la dynamique de la page de Sputnik. Ils permettent d’évacuer certaines hypothèses, notamment celles qui rendraient raison des centaines de milliers d’abonnés par des pratiques majoritairement darks (paid ou achat de likes), pour au contraire souligner la vie organique dense de la page. Cette insertion organique est, à n’en pas douter, un enseignement lourd de conséquence.

Ces résultats en termes de performances communautaires s’expliquent également, selon nous, par une professionnalisation accrue, au fil du temps, des techniques et stratégies d’animation de communautés de la part du média.

Une animation professionnelle de la page Facebook de Sputnik

Activité éditoriale hebdomadaire de Sputnik sur Facebook et sur le site

Comme nous pouvons le constater avec les deux graphiques ci-dessus, le premier restituant la volumétrie du nombre de publications hebdomadaires sur la page Facebook de Sputnik et le second s’intéressant, quant à lui, à l’activité éditoriale sur le site internet de Sputnik, l’alignement entre les deux espaces n’est intervenu que de manière graduelle et progressive.

Comparaison entre l'activité éditoriale hebdomadaire sur le site internet et la page Facebook de Sputnik

En juxtaposant les deux courbes, après avoir normalisé les données d’activité éditoriale, il ressort ainsi qu’entre 2017 et début 2019, les deux espaces ne fonctionnent pas de manière harmonieuse. Tous les articles publiés par Sputnik ne sont pas poussés sur Facebook.

À contrario, depuis 2019, nous observons un véritable alignement en termes d’activité éditoriale. Cette convergence, proche d’une forme de juxtaposition parfaite, peut être appréhendée comme la transcription statistique tout à la fois d’une montée en puissance sur Facebook de la part de Sputnik, et par ricochet d’une professionnalisation accrue de l’utilisation du réseau social.

Croisement entre l'activité sur le site internet et la page Facebook

Comme l’indique le graphique ci-dessus, au fil du temps, et de manière quasiment linéaire, nous assistons à une utilisation de la page Facebook de la part des équipes de Sputnik de plus en plus systématique. Si en 2016, prévalait encore, comme nous l’avons vu, une forme quelque peu erratique de relais sur la page Facebook, de sorte que tous les articles mis en ligne par le média n’étaient pas nécessairement systématiquement publiés sur Facebook, la situation évolue, année après année, en faveur d’un alignement quasi parfait. En témoigne les clusters pouvant être relevés en 2019 et, surtout, en 2020, qui plaident donc en faveur d’une professionnalisation accrue de l’utilisation des réseaux sociaux. Ce graphique constitue donc l’un des exemples les plus probants du mouvement conjoint de professionnalisation et de rationalisation des assets stratégiques de Sputnik.

En pure hypothèse, il est possible d’envisager que cet alignement croissant au fil du temps s’explique par le recrutement de profils dédiés, de type community manager, pour assurer le meilleur continuum entre l’émission d’articles et leur relais sur la page Facebook du média.

Sputnik, aux sources du média

Analyse de l’activité éditoriale au fil du temps

Sur la base des différents enseignements issus de l’analyse de la page Facebook de Sputnik, il s’avère nécessaire de remonter directement à la source des publications émises, et donc de s’intéresser à l’activité éditoriale du site internet lui-même.

Activité éditoriale de Sputnik depuis le 1er janvier 2014

L’analyse du graphique ci-dessus souligne qu’à l’exception de certaines phases de rupture de tendance nettes, notamment au second semestre 2015, ainsi qu’au début de l’année 2019, l’activité éditoriale sur le site de Sputnik est relativement stable. Si en moyenne, et sur la période étudiée, 483 articles sont publiés de manière hebdomadaire, nous ne relevons pas de grands écarts par rapport à cette moyenne à l’exception d’avril 2017.

plot of chunk sputnik_source_calendar

Dans un souci d’identification plus poussée des journées saillantes de Sputnik, tout particulièrement en termes d’activité éditoriale, nous pouvons réaliser un graphique à la lisière entre le format de type calendrier et la heat map, ou carte de chaleur.

Afin de faire ressortir ces différentes séquences quotidiennes, nous avons calculé, pour chaque année, la moyenne quotidienne des articles mis en ligne sur le site du média. Sur la base des moyennes ainsi obtenues, nous avons représenté avec une colorimétrie allant du gris au rouge les journées où l’activité éditoriale de Sputnik est supérieure (ou égale) à 25% par rapport à la moyenne annuelle.

Ce chiffre de 25% a été arrêté à la suite d’une série de tests itératifs ayant permis d’appréhender les ruptures de tendances éditoriales les plus évocatrices. S’il relève quelque peu de l’arbitraire, nous aurions très bien pu choisir de mettre le curseur plus bas, ou plus haut, il constitue malgré tout un niveau intéressant pour mesurer les ruptures de production de contenus par rapport au rythme moyen habituel sur le média.

201520162017201820192020
13 janvier22 mars18 janvier20 juillet11 janvier13 février
14 janvier2 juin17 avril22 août1er mars14 février
15 janvier14 juin23 avril29 août19 septembre15 mai
20 janvier19 juillet24 avril4 septembre11 octobre22 mai
21 janvier20 juillet25 avril6 septembre14 octobre28 mai
22 janvier18 août26 avril24 septembre17 octobre10 juin
23 janvier21 octobre2 mai25 septembre29 octobre30 juin
26 janvier24 octobre7 mai27 septembre30 octobre2 juillet
27 janvier25 octobre2 novembre28 septembre31 octobre1er septembre
28 janvier9 novembre3 novembre2 octobre18 novembre10 septembre
Table 6 : 10 principales journées de l’année avec le plus grand nombre de publications de la part de Sputnik entre 2015 et 2020

Focus sur les principales journées d’activité de Sputnik

Sur la base de cette mise au jour des principales dates, il est possible d’extraire pour chaque année les 10 principales journées. À des fins de lisibilité, nous avons listé ces dernières dans le tableau ci-dessus. Cependant, tirer parti de ces différentes dates n’est pas une tâche aisée, dans la mesure où cela impliquerait de réaliser cinquante focus dédiés, et par-là même de traiter exactement 5.603 articles. Une telle démarche nécessiterait une étude centrée uniquement sur l’analyse qualitative de ces différentes dates et qui se concentrerait sur l’analyse et la restitution de ces différentes moments clés.

À la logique qualitative, nécessairement plus fine et précise, nous avons dès lors choisi de substituer une approche de type probabiliste. À cet effet, nous avons utilisé une méthode d’analyse sémantique, basée sur le package R tidylo notamment développé par Julia Silge, dont les travaux portant sur l’analyse textuelle et la modélisation ont inspiré nombre des analyses de cette étude2324 qui permet, pour le présenter de manière très succincte, d’identifier pour chaque point d’entrée les items, ici sémantiques, qui lui sont le plus associés. Pour présenter de manière schématique le procédé, les fonctions de ce package et notamment bind_log_odds(), permettent sur la base des corpus textuels A et B de mettre au jour les items qui ont davantage de probabilité d’être utilisés dans l’un ou l’autre des corpus. Cette mesure statistique et probabiliste de type weighted log odds est assez proche de la méthode de pondération par term frequency-inverse document frequency, très utilisée également pour faire ressortir les caractéristiques propres à un document, par rapport à l’ensemble de documents agrégés composant le corpus d’étude donné.

Contrairement à l’exemple volontairement simpliste présenté ci-dessus, nous avons donc appliqué ce procédé sur un corpus avec 50 entrées distinctes, avec pour chacune en moyenne 93 titres d’articles de Sputnik. Si les risques en termes de réduction de la pertinence des résultats sont nécessairement à prendre en compte dès lors que l’on change ainsi d’échelle, les résultats obtenus s’avèrent être dans l’ensemble probants.

Quoi qu’il en soit, cette approche permet, en un laps de temps resserré, soit en quelques minutes contre plusieurs heures, voire journées, nécessaires pour exploiter un corpus de plusieurs milliers d’articles, d’identifier les items qui permettent très vite d’associer une date à un évènement marquant.

Analyse des mots les plus probables utilisés par Sputnik sur les journées identifiées

Les différents panneaux du graphique ci-dessus représentent les items dont on peut estimer qu’ils ont le plus de probabilité d’être associés aux journées avec des pics d’activité éditoriale de la part de Sputnik. Cela nous permet donc d’avoir un aperçu des ressorts éditoriaux du média et, par ricochet, des thématiques qui, au niveau de la rédaction, de manière consciente ou inconsciente, peuvent donner lieu à des accélérations significatives du flux de contenus produit par Sputnik.

Des choix dans la titraille loin d’être anodins

Pour prendre quelques exemples issus de ces différents différents panneaux, nous pouvons notamment constater que Sputnik a réalisé une couverture relativement conséquente des attentats ayant frappé la Belgique en 2016. Les attentats de Bruxelles, en date du 22 mars 2016, ont ainsi donné lieu à 46 articles sur le site de Sputnik. Certains des titres choisis par Sputnik s’avèrent particulièrement révélateurs de la manière dont le média angle et titre généralement ce type contenus, tranchant, en la matière, très nettement avec la manière dont les médias traditionnels hexagonaux relateraient et traiteraient d’affaire de ce type. :

Nous retrouvons plusieurs des grilles de lecture prêtées à Sputnik : *

  • Remise en perspective internationale ;
  • Problématique des migrants ;
  • Caractère spectaculaire (chaos, larmes…) ;
  • Remise en cause des démocraties occidentales ;
  • Mise en avant de personnalités autoritaires (Erdogan)

Comme l’indique la capture d’écran ci-dessus, la manière dont Sputnik titre sur les prédictions de Recep Tayyip Erdogan est similaire au traitement réalisé par la rédaction de RT France de cette information. Bien qu’un autre média est également titré sur le même schéma, ce choix éditorial apparaît comme particulier aux deux médias russes, comme le permettent de le constater les résultats renvoyés sur la requête “erdogan (prédisait|prédit) bruxelles”.

Sputnik en (partie) de campagne

Plusieurs journées d’avril 2017 reviennent également dans nos différents graphiques, et cette récurrence s’explique par le traitement de l’élection présidentielle réalisé par Sputnik. Sputnik, et nous aurons l’occasion de revenir sur ce sujet plus en avant dans la suite de notre développement, a en effet couvert de manière très poussée, en termes de nombre d’articles produits, l’élection présidentielle française. Une couverture qui, comme nous le rappelions dès le propos liminaire de notre étude, est à l’origine de nombre de questionnements de suspicions quant aux ressorts de cette activité éditoriale soutenue.

La récurrence du mois d’avril 2017, invite naturellement à s’intéresser à la manière dont la rédaction a traité cette séquence. Pour ce faire, et dans le même esprit que notre focus sur les principales dates saillantes, nous avons cherché à évaluer de quelle manière l’utilisation des mots, tout à la fois dans les titres et le corps de l’article, pour les contenus propres à chaque candidat, et donc ne mentionnant aucun des autres, permet de donner une indication sur la ligne éditoriale du média.

En d’autres termes, il s’agit d’essayer de déterminer si Sputnik a pris parti pour un candidat à un moment donné, ou si au contraire une forme de neutralité a prévalu. Si des ébauches de réponses viennent nécessairement à l’esprit dès lors qu’une telle hypothèse est posée, il nous est apparu intéressant, dans la lignée de nos approches heuristiques habituelles, de faire reposer la réponse à ce questionnement sur des modèles statistiques, davantage que sur des analyses qualitatives, nécessairement biaisées.

Dans le même esprit que pour l’analyse par date réalisée supra, ce cadre analytique fondé sur une démarche de type probabiliste, sans intervention de l’opérateur, hormis dans le paramétrage du script, permet, via la mise au jour d’items ayant plus de chances d’avoir été utilisés pour relater l’actualité d’un candidat plutôt qu’un autre, est l’un des plus à même de restituer de potentiels parti pris de la part des rédacteurs et journalistes du média.

Pour mener à bien cette analyse, nous avons choisi de concentrer notre attention sur les quatre candidats arrivés en tête au premier tour, à savoir Emmanuel Macron, Marine Le Pen, François Fillon et Jean-Luc Mélenchon.

Analyse des mots les plus probables utilisés par Sputnik pour qualifier les principaux candidats à la présidentielle dans les titres des articles

Sur la base du graphique ci-dessus, on constate notamment que Sputnik a traité à plusieurs reprises les rumeurs, dont certaines se sont avérées être de véritables fake news, entourant le candidat Emmanuel Macron. Ce traitement se caractérise par une absence totale de distanciation, une complaisance certaine avec les éléments de nature à porter atteinte à la dynamique du candidat de LREM et un parti pris manifeste, positionnant Sputnik, dans ce cas spécifique, à la lisière entre un pseudo média d’investigation et un média de type presse à scandales.

Sur la période, Sputnik a ainsi publié trois articles portant sur le patrimoine du candidat de La République en Marche (LREM) :

  • “Patrimoine non déclaré de Macron: pourquoi les médias et la justice sont-ils muets ?” (lien vers l’article) ;
  • “Le patrimoine non-déclaré de Macron ne sera pas dévoilé en raison… de la transparence” (lien vers l’article) ;
  • “Déclaration de patrimoine: Macron dans le collimateur d’Anticor” (lien vers l’article)

Une thématique source de maints fantasmes tout au long des semaines ayant précédé l’élection présidentielle, et au sujet de laquelle Emmanuel Macron a dû, à plusieurs reprises, et en diverses circonstances, s’exprimer et se justifier. Si les questionnements relatifs aux patrimoines des candidats aux élections, et notamment aux élections présidentielles, est une sorte de marronnier électoral, auquel s’adonne tout aussi bien les journalistes que les candidats eux-mêmes, le traitement réalisé de ce sujet par Sputnik s’inscrit davantage dans une volonté, envers et contre tous, de mettre la question du patrimoine d’Emmanuel Macron sur le devant de la scène. Il s’agit moins ici d’une volonté de faire éclater sur la place publique une quelconque vérité, découlant d’une enquête au long cours, basée sur une méthodologie solide, que de tenter, coûte que coûte, de peser sur le cours des évènements et d’influencer le lectorat.

Sputnik s’intéresse également, à trois reprises à nouveau, à une soirée ayant eu lieu en janvier 2016 et au cours de laquelle Emmanuel Macron aurait rencontré plusieurs acteurs économiques à Las Vegas. L’épisode, bien que d’une portée moindre par rapport à la problématique du patrimoine, a fait figure d’axes d’attaque récurrent et éculés au printemps 2017 pour déstabiliser Emmanuel Macron :

Le traitement de la campagne d’Emmanuel Macron, très nettement à charge de la part de Sputnik, concerne également les enjeux ayant traits aux relations internationales et à la géopolitique. Le 28 avril, durant l’entre-deux-tours, Sputnik publie par exemple deux articles critiques dénonçant les déclarations d’Emmanuel Macron relatives à la Pologne :

Dans son traitement des derniers jours de la campagne du candidat LREM, Sputnik revient notamment sur le déplacement sensible d’Emmanuel Macron à Amiens, dans le cadre de sa visite de l’usine Whirlpool. Le choix du titre de l’article fait par la rédaction de Sputnik témoigne d’une volonté manifeste de mettre l’emphase sur ce moment saillant de la campagne. Ici, la plume qui signe l’article est moins celle d’un journaliste, que d’un militant qui semble se réjouir des déboires rencontrés par Emmanuel Macron dans sa ville natale :

Capture Google Macron hué à Amiens

Comme l’indique la capture d’écran ci-dessus, Sputnik et RT France ont chacun choisi d’utiliser le verbe “huer” dans les titres de leurs articles consacrés à cet évènement. En termes de visibilité, les médias russes préemptent fortement la requête avec leur deux articles référencés, ainsi qu’une vidéo YouTube (18 928 vues) qui occupe la première place dans le classement.

À rebours de cette volonté permanente d’attaquer et de dénigrer la candidature d’Emmanuel Macron, Marine Le Pen bénéficie, quant à elle, d’un soutien tacite de la part de Sputnik, comme l’indiquent les quelques exemples de titres ci-dessous :

Sur la campagne présidentielle :

Sur l’Union européenne :

Sur la Russie :

  • “Marine Le Pen : «Mener une guerre froide contre la Russie est dangereux pour l’Europe»” (lien vers l’article)
  • “Poutine et Trump, «des méchants» à ne pas fréquenter? Marine Le Pen s’en moque” (lien vers l’article)

À noter que le traitement fait par Sputnik de la candidature de Jean-Luc Mélenchon est également relativement favorable au candidat de La France Insoumise (LFI). Sputnik met notamment en avant les prises de position sensiblement anti-américaines de Mélenchon sur les frappes de l’armée américaine contre une base aérienne du régime syrien :

Une emphase qui est donc mise sur les prises de position du candidat insoumis sur les enjeux du moment en termes de relations internationales, qui, et au risque de nécessairement quelque peu caricaturer, rebouclent tout en partie avec les enjeux stratégiques de la Russie. De quoi contribuer pour Jean-Luc Mélenchon à l’obtention d’articles sur Sputnik au pire neutres, au mieux nettement positifs.

Analyse des mots les plus probables utilisés par Sputnik pour qualifier les principaux candidats à la présidentielle dans le corps des articles

En reproduisant cette analyse directement sur le corps des articles eux-mêmes de nouveaux enseignements peuvent être relevés, notamment concernant le candidat Emmanuel Macron.

Sputnik a toute une série d’articles sur les attaques informationnelles et cyber dont le candidat et son parti ont été victimes, et ce tout particulièrement, dans les derniers jours de la campagne. Pour rappel, LREM avait été victime d’une cyberattaque, ayant consisté à la divulgation de plusieurs fichiers confidentiels du parti politique, composés notamment de mails, n’avait pas manqué d’être comparée aux actions entreprises quelques mois auparavant aux États-Unis avec notamment le piratage du DNC. Dans son livre *What Happened*, publié en septembre 2017, Hillary Clinton qui revient sur les ressorts de sa défaite en novembre 2016, et aborde à plusieurs reprises le rôle d’officines étrangères dans le processus électoral, évoque l’épisode du piratage de LREM. Tout en soulignant que cette “cyber-attaque de grande ampleur juste avant l’élection présidentielle [lui rappelle] furieusement l’opération menée contre [elle]”, Hillary Clinton rappelle que “lorsque des e-mails volés à Macron sont apparus en ligne, les médias français se sont refusés à l’espèce de couverture sensationnaliste à laquelle nous avons assisté chez nous, en partie grâce à la législation française, qui prémunit contre ce genre de dérives à l’approche d’une élection”. Et Hillary Clinton d’ajouter qu’à l’occasion de cette élection les électeurs français ont “fermement rejeté Le Pen, la candidate d’extrême droite pro-Moscou”.25

En l’état Sputnik ne s’est pas livré à une opération de hack & leak, qui aurait pu contribuer à faire du média russe un vecteur pivot dans la dissémination des éléments piratés de LREM. D’autres opérateurs, pour l’essentiel sur les réseaux sociaux, et notamment sur Twitter, se sont livrés à cette opération de mise sur la place publique et de blanchiment des informations et autres données personnelles ainsi dérobées.

Article Sputnik sur Macron

Pour sa part, Sputnik a essentiellement cherché à créer de la confusion sur les auteurs supposés de ces actions offensives, à l’image de l’article ci-dessus. Le titre est à cet égard un concentré d’ironie, comme en témoigne l’utilisation des guillemets pour caractériser les “hackers russes”. Si ce choix typographique de ponctuation peut sembler, de prime abord quelque peu anecdotique, il n’en est rien. Du côté de la rédaction de Sputnik, on peut considérer que cette expression de “hackers russes” est devenu une sorte de meme, si ce n’est de *private joke*, visant à parer, et le cas échéant à dévier, les soupçons récurrents qui pèsent contre les officines gravitant dans l’orbite du Kremlin depuis plusieurs années.

Évolution du nombre de mentions annuelles de l'expresion hackers russes de la part de Sputnik

Ce constat se base sur la récurrence de l’expression dans les articles de Sputnik, avec sur la période couverte dans le cadre de cette étude 206 articles relevés qui, soit dans le titre, soit dans le corps de l’article, mentionnent lesdits hackers.

Comme l’indique le graphique ci-dessous, l’année 2017 est celle au cours de laquelle cette expression a été le plus utilisée, avant de progressivement refluer.

Évolution du nombre de mentions mensuelles de l'expresion hackers russes de la part de Sputnik

En nous intéressant à l’utilisation mensuelle de l’expression, nous constatons que le premier semestre de l’année concentre les mentions, avec des pics en janvier, mars et mai 2017.

Analyse des mots les plus probables utilisés dans les articles de Sputnik utilisant l'expression hackers russes

Comme l’indique le graphique ci-dessous, qui reprend la même méthodologie d’analyse que dans les développements précédents, l’expression “hackers russes” telle qu’employée par les rédacteurs de Sputnik s’avère être protéiforme. Elle est majoritairement utilisée dans des articles relatifs aux conséquences politiques et judiciaires de l’élection américaine de 2016, pour discréditer les enseignements, issus des enquêtes et autres commissions en cours, concernant les agissements d’opérateurs supposément proches du Kremlin à l’automne 2016. Elle est également utilisée pour dénoncer les discours tendant à faire du Kremlin un acteur de l’ombre derrière le référendum catalan de l’automne 201726.

Article Sputnik sur Fallout

L’expression étant protéiforme, elle sert également à railler les erreurs de communication de l’“adversaire”, à l’image de l’article ci-dessus publié début janvier 2017, et qui ironisait de manière assez sévère sur le fait que la chaîne d’information en continu CNN ait utilisé des captures d’écran issus du jeu vidéo populaire Fallout 4 pour décrire les supposées actions entreprises de la part des hackers russes.

Généralement, à l’image de la capture d’écran ci-dessus, les articles traitant des “hackers russes” sont signés par un journaliste au nom pour le moins de cocasse : “La Main du Kremlin”.