Accès libre E-centre d’étude et de veille francophone basé en Ile de France

▸ les 10 dernières parutions

04.10.2022 à 12:30

La Chine et le Monde #42

observatoirenrs

Retrouvez notre notre veille : « La Chine et le Monde #42 ». Une veille économique mensuelle, au grès de l’actualité des routes de la soie et des

L’article La Chine et le Monde #42 est apparu en premier sur Observatoire Français des Nouvelles Routes de la Soie.

Texte intégral (725 mots)

Retrouvez notre notre veille : « La Chine et le Monde #42 ». Une veille économique mensuelle, au grès de l’actualité des routes de la soie et des entreprises chinoises.

Retrouvez cette semaine – La Chine et le Monde #42 – Une veille classique sur l’actualité récente des entreprises chinoises au contact d’acteurs étrangers. Aussi bien au plan national qu’international.

Rédaction dirigée par Clara HERB et Adrien MUGNIER

Au sommaire cette semaine :

  • Le groupe chinois @SF Supply Chain collabore avec @Michelin pour lui proposer des solutions de chaînes d’approvisionnement intégrées et innovantes #France
  • Le réassureur espagnol @Mapfre Re va ouvrir une filiale à #Pékin d’ici un an #Espagne
  • La société pharmaceutique chinoise @Huadong Medicine Co. a acquis 35% des parts du groupe allemand @Heidelberg Pharma #Allemagne
  • Le constructeur automobile chinois @SAIC-GM-Wuling a lancé sa production de véhicules électriques Wuling Air EV en #Indonésie
  • Le fabricant automobile chinois @BYD va pouvoir vendre ses véhicules à énergie nouvelle en #Thaïlande
  • Le huitième pont de l’amitié Bangladesh-Chine vient d’ouvrir dans le sud du #Bangladesh
  • Deux trains chinois de transit rapide autonomes viennent de partir vers les #Emirats arabes unis
  • Début de la mise en utilisation d’un carrefour arc-en-ciel construit par la #Chine au #Botswana
  • Inauguration en #Egypte d’un programme pilote d’enseignement de la langue chinoise dans les collèges égyptiens
  • Augmentation des capacités de production de lithium du projet Zulu au #Zimbabwe dès mars 2023
  • Formation au Centre d’innovation et d’excellence maritime à #Djibouti dans le cadre du Programme d’entreprenariat et d’innovation pour la jeunesse africaine
  • Nouvelle route maritime reliant le port de #Yangpu dans le #Hainan à l’#Afrique
  • Les avocats du #Kenya sont maintenant vendus dans les supermarchés chinois
  • Premier train de conteneurs de la #Chine vers la #Russie pour @FESCO
  • @BYD va vendre des véhicules à énergie nouvelles en Israël
  • Le #Maroc et les Nouvelles routes de la soie, une adhésion fructueuse

Voici la Chine et le Monde #42 épisode, à retrouver ici :

L’article La Chine et le Monde #42 est apparu en premier sur Observatoire Français des Nouvelles Routes de la Soie.

17.09.2022 à 18:51

Le chinois BYD va vendre des véhicules à énergies nouvelles en Israël

observatoirenrs

Le premier constructeur chinois de véhicules électriques BYD devrait vendre des voitures à énergies nouvelles en Israël, en partenariat avec le concessionnaire automobile israélien Shlomo

L’article Le chinois BYD va vendre des véhicules à énergies nouvelles en Israël est apparu en premier sur Observatoire Français des Nouvelles Routes de la Soie.

Lire plus (397 mots)

Le premier constructeur chinois de véhicules électriques BYD devrait vendre des voitures à énergies nouvelles en Israël, en partenariat avec le concessionnaire automobile israélien Shlomo Motors, ont annoncé séparément les deux sociétés.

La première cargaison de berlines BYD devrait arriver au port d’Eilat, dans le sud d’Israël, au troisième trimestre de 2022, a indiqué BYD dans un communiqué.

Shlomo ouvrira quatre nouvelles salles d’exposition pour que les consommateurs puissent découvrir les derniers modèles de BYD, selon un communiqué de Shlomo. BYD et Shlomo partagent un partenariat de plus de dix ans, établi dans le cadre de l’activité de bus électriques de BYD.

BYD, abréviation de « Build Your Dreams » (construisez vos rêves), a été fondée en 1995 et son siège social se trouve à Shenzhen, avec une technologie de base développée pour se concentrer sur des batteries à lame sûres.

En outre, l’e-Platform 3.0 de BYD fournit un écosystème d’applications basé sur le cloud et augmente l’efficacité thermique des batteries pour permettre des autonomies supérieures à 1 000 km.

En juin 2020, l’inauguration dans Jérusalem des bus électriques BYD avait été remarqué.

L’article Le chinois BYD va vendre des véhicules à énergies nouvelles en Israël est apparu en premier sur Observatoire Français des Nouvelles Routes de la Soie.

12.09.2022 à 11:25

Le Maroc et les nouvelles routes de la soie, une adhésion fructueuse

observatoirenrs

En 1958, le Maroc a été parmi les premiers Etats à avoir reconnaître la République Populaire de la Chine. Cependant, les relations sino-marocaines se sont

L’article Le Maroc et les nouvelles routes de la soie, une adhésion fructueuse est apparu en premier sur Observatoire Français des Nouvelles Routes de la Soie.

Texte intégral (2392 mots)

En 1958, le Maroc a été parmi les premiers Etats à avoir reconnaître la République Populaire de la Chine. Cependant, les relations sino-marocaines se sont peu développées et les échanges commerciaux étaient marginaux jusqu’à un présent récent où Pékin a commencé à s’étendre en Afrique, et ce au début des années 2000.

C’était alors à la surprise de tout le monde que le Maroc a signé le premier mémorandum d’entente dans la région avec la Chine en 2016 en vue d’une concrétisation des nouvelles routes de la soie sur le territoire du royaume.

Toutefois, le Maroc ne se présente pas comme un simple partenaire mais comme « un prolongement de la route de la soie maritime, non seulement vers l’Europe atlantique, mais également et surtout vers les pays d’Afrique de l’Ouest, avec lesquels le Maroc entretient des relations multidimensionnels »[1].

Etat bi-océanique, il est à l’intersection de la mer Méditerranée et l’océan Atlantique. Sa géographie a été qualifiée de stratégique notamment grâce à son contrôle des voies maritimes les plus importantes ; le détroit de Gibraltar où transitent 100.000 navires annuellement. Ce détroit rappelle la proximité stratégique entre le royaume chérifien et la péninsule ibérique ; seulement 13km séparent les côtes marocaines des côtes européennes. En outre, sa profondeur Ouest-africaine lui confère un atout stratégique ; le Maroc se positionne ainsi en un hub incontournable entre l’Europe et l’Afrique de l’Ouest.

Misant sur ses atouts de puissances maritime et continentale, le Maroc semble répondre aux prédispositions nécessaires pour adhérer à la BRI. Ces facteurs peuvent être résumés ainsi ; une géographie ou un positionnement plus au moins favorable, une convergence entre la politique économique nationale et les objectifs de l’initiative et une vision stratégique claire à l’égard de l’Afrique et de l’Europe s’appuyant sur de véritable infrastructures et un degré de connectivité. Dans ce cadre, le royaume chérifien détient l’Indice de connectivité des transports maritimes le plus haut dans la région maghrébine avoisinant 70 sur 100. Il n’est donc pas surprenant de voir le Maroc être parmi les premiers à intégrer la BRI, un projet centré sur la connectivité.

En ce qui concerne les infrastructures, le complexe portuaire Tanger Med constitue une pièce maîtresse dans l’intégration du royaume au sein de la BRI. Il est devenu aujourd’hui le premier port à conteneurs en Afrique et en Méditerranée avec une capacité qui dépasse 9 millions EVP. Il est également classé le 24ème port sur 500 ports à conteneurs au monde et est connecté à plus de 180 ports et 70 pays africains, européens et américains. La Chine, qui a acheté 49% de Terminal Link[2], filiale spécialisée dans les terminaux portuaires, possède un accès à 3 terminaux méditerranéens dont Eurogate à Tanger Med où elle peut acheminer ses produits vers l’Europe, l’Afrique de l’Ouest et l’Amérique Latine.  Ainsi, « une quatrième route de la soie se dessine progressivement dans le prolongement de la péninsule ibérique vers l’Afrique atlantique puis le golfe de Guinée […] le corridor mauritanien, qui commence au Sud du Maroc, est un segment critique de cette quatrième route de la soie […] la plus grande gare routière d’Afrique à Laayoune, […], mettra les marchés d’Abidjan et de Lagos à la portée des conteneurs de Tanger Med ».[3]

En vrai, la construction de « Mohamed VI Tanger Tech City », près du port Tanger Med, sert à « profiter de la position commerciale stratégique du Maroc entre l’Europe et l’Afrique et à la développer »[4]. Ce projet sera développé sur 2000 hectares et arbitra plus de 200 entreprises chinoises opérant dans le secteur de l’automobile, l’aéronautique, le textile etc. visant la création de 100.000 emplois. Les filiales, notamment dans le secteur de l’automobile, installées sur la zone industrialo-logistique du port Tanger visent à se positionner au sein du marché régional et international de l’automobile. Nous notons ainsi l’existence de l’usine chinoise BYD, la Citic Dicastal, Chongqing Regal Automotive Parts et Nanjing Xiezhong Auto-Airconditionner. Ces filiales sont les premières en Afrique.

Cependant, l’implantation de l’industrie automobile chinoise au Maroc vise à profiter du positionnement de ce dernier au sein de la même industrie : l’agence Fitch Rating Automotive estime que ce secteur désormais stratégique de la politique industrielle marocaine enregistra une croissance annuelle[5] de 17.5% de 2020 à 2025, ce qui placera le Maroc en tant que leader et 1er hub de construction automobile sur le continent.

Pour expliquer l’installation des entreprises chinoises au Maroc, il sera approprié aussi de prendre en compte la destination finale des véhicules produits sur le sol du royaume. En effet, le marché automobile africain ne représente qu’environ 1.8% du marché mondial. Quoiqu’il est considéré par certains comme l’un des marchés les plus prometteurs, les chiffres justifient très peu, voire nullement, une stratégie d’investissement. « Ce n’est pas l’importance escomptée du marché marocain, voire africain, qui pourrait seul justifier l’intérêt des entreprises chinoises pour le Maroc »[6]. A l’opposé, l’UE représente 27.8% du marché mondial[7] de l’automobile et 80% des exportations d’automobiles marocaines[8] notamment depuis le port Tanger Med. L’intérêt d’installer la ville « Tanger Tech » se fait comprendre alors par la position géostratégique du port près de l’Europe, marché convoité par Pékin.

Ces infrastructures développées à l’égard du continent africain viennent appuyer toute une politique continentale marocaine claire. En effet, depuis le lancement de sa politique « Look South » en 2010, le Maroc s’est tourné vers un développement des coopérations économiques avec les pays d’Afrique sub-saharienne. Cette politique s’est consolidée par des résultats manifestes : entre 2015 et 2016, le Maroc a dominé l’investissement inter-africain et s’est positionné à la tête des investissements au Mali, Côte d’Ivoire, Burkina Faso et en Ethiopie.

Il est à retenir que la majorité des investissements marocains se concentrent dans le secteur banquier et des télécommunications. L’édification de Casablanca Finance City a encore permis aux trois premières banques marocaines de s’implanter dans 25 pays africains, pour devenir ainsi un hub financier et économique régional et regagner une influence à l’échelle continentale longtemps perdue à cause du retrait du royaume de l’UA (Union Africaine). Continuant le développement de ses partenariats internationaux, Casablanca Finance City signe des accords de coopération avec les banques chinoises. Ces accords viennent après la réintégration du Maroc à l’UA en 2017. Cette politique marocaine de dynamisation des relations Sud-Sud n’a seulement pas aboutie à une coopération avec les centres financiers chinois, mais aussi à l’ouverture du bureau de la Banque de Chine à Casablanca Finance City. Ces coopérations révèlent, du côté chinois, un intérêt pour le marché africain et une ambition de devenir, depuis les plateformes chinoises au Maroc, un acteur financier important au sein du continent en s’appuyant sur le réseau bancaire marocain en Afrique.

De surcroit, le Maroc se positionne en contact direct avec « la Route de la Soie Verte ». Se voulant leader dans ce domaine désormais stratégique, le Maroc compte devenir un Etat exportateur des énergies renouvelables. Cette ambition découle de son environnement régional ; la neutralité carbone poursuivit par l’Europe à l’horizon de 2050, et la déficience en électricité des pays africains représentent une véritable opportunité. Cette initiative a été saluée par la Chine et s’est traduite par plusieurs accords. Le projet phare dans ce domaine demeure celui du complexe solaire Noor à Ouarzazate : projet à quatre phases, la Chine a remporté la construction de Noor II et III. Qualifié comme la plus grande centrale de Concentrated Solar Power, elle dispose de la plus haute tour solaire au monde et représentera 18% de la production nationale. La réalisation de ce projet souligne la volonté du Maroc de s’ériger en un Etat émergent dans sa région et la compatibilité entre les objectifs de sa politique nationale et ceux de l’initiative chinoise. Elle souligne, également, l’engagement de la Chine pour les questions environnementales et en faveur de la croissance verte. Il est, aujourd’hui, fort plausible que la « Route Verte » gagne en importance pour répondre aux exigences du XXI siècle, où l’environnement et le climat sont des domaines stratégiques.

Actuellement, le partenariat sino-marocain s’est renforcé suite à la signature de la convention du plan de la mise en œuvre conjointe de la Ceinture et de la Route en Janvier 2022. Elle a pour objectif de favoriser l’accès aux financements chinois pour réaliser de grands projets au Maroc et de faciliter les échanges commerciaux, la création de joint-ventures dans les secteurs industriel et énergétique, la recherche et la coopération technologique. Aux termes de cet accord, Pékin s’engage à encourager les entreprises chinoises à investir au Maroc. La convention prévoit également une coopération tripartite avec l’Afrique, en particulier dans le développement durable.


Donia Jemli, Cheffe de pôle Afrique du Nord, diplômée de l’université européenne de Tunis. Elle se spécialise dans les relations internationales, diplomatiques et stratégiques.


[1] Département de la Communication, Signature d’un mémorandum d’entente entre le Maroc et la Chine sur l’initiative « la Ceinture et la Route ». Ministère de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication. 2017.

[2] Paul Molga, CMA CGM cède 49% de sa filiale Terminal Link. Le Figaro.2013.

[3] Othman El Ferdaous, Le Maghreb assiste impuissant au déclin économique de l’Europe.Le Monde. 2016.

[4] Jules Crétois, Le Maroc, nouveau point d’entrée de la route de la Soie chinoise en Afrique. Jeune Afrique. 2017.

[5] Service des Délégués Commerciaux, Profil et opportunité de la chaîne de valeur automobile marocaine. Gouvernement du Canada. 2020.

[6] Thierry Pairault, La Chine dans la mondialisation : l’insertion de la filière automobile chinoise en Algérie et au Maroc. Revue Internationale des Economistes de Langue Française.2017. p. 141.

[7] Ibid.

[8] Amine Kadiri, Le Maroc : un hub mondial de l’industrie automobile.Le 360. 2021.

L’article Le Maroc et les nouvelles routes de la soie, une adhésion fructueuse est apparu en premier sur Observatoire Français des Nouvelles Routes de la Soie.

09.09.2022 à 10:18

Premier train de conteneurs de la Chine vers la Russie pour FESCO

observatoirenrs

Le groupe de transport russe Fesco a envoyé le premier train de conteneurs de Chine à Oufa via le Kazakhstan. Cela a été rapporté dans

L’article Premier train de conteneurs de la Chine vers la Russie pour FESCO est apparu en premier sur Observatoire Français des Nouvelles Routes de la Soie.

Lire plus (358 mots)

Le groupe de transport russe Fesco a envoyé le premier train de conteneurs de Chine à Oufa via le Kazakhstan. Cela a été rapporté dans le service de presse de la société. Fesco est le plus grand opérateur de transport intermodal en Russie.

« Le groupe de transport Fesco, dans le cadre du développement du service Fesco Kazakhstan Shuttle, a envoyé le premier train de conteneurs de Chine à Ufa via le territoire du Kazakhstan« , indique le communiqué.

On note que le train de 50 conteneurs Fesco de 40 pieds avec chariots élévateurs à l’intérieur a quitté la gare chinoise de Wuyishan dans le Fujian. Au poste-frontière de Dostyk au Kazakhstan, les conteneurs ont été rechargés sur le matériel roulant de calibre 1520. Le train est arrivé à la gare de Tchernikovka à Oufa le 10 août.

La société a souligné que la nouvelle route sera expédiée une fois par mois. Le temps de transit sur le chemin de la capitale de la Bachkirie est de 14 jours.

Le développement du trafic d’importation et de transit à travers le Kazakhstan est l’un des domaines prioritaires pour le développement de Fesco, indique le communiqué. En décembre 2021, le groupe a lancé le premier train régulier de Chine via le Kazakhstan jusqu’au terminal et centre logistique de Bely Rast dans la région de Moscou, et début juin 2022 a envoyé le premier train de Chine à Kaliningrad via le Kazakhstan.

Fesco Transport Group est l’une des plus grandes entreprises privées de transport et de logistique en Russie avec des actifs dans le domaine des activités portuaires, ferroviaires et de logistique intégrée.

L’article Premier train de conteneurs de la Chine vers la Russie pour FESCO est apparu en premier sur Observatoire Français des Nouvelles Routes de la Soie.

30.08.2022 à 16:49

La Chine et le Monde #41

observatoirenrs

Retrouvez notre notre veille : « La Chine et le Monde #41 ». Une veille économique mensuelle, au grès de l’actualité des routes de la soie et des

L’article La Chine et le Monde #41 est apparu en premier sur Observatoire Français des Nouvelles Routes de la Soie.

Lire plus (410 mots)

Retrouvez notre notre veille : « La Chine et le Monde #41 ». Une veille économique mensuelle, au grès de l’actualité des routes de la soie et des entreprises chinoises.

Retrouvez cette semaine – La Chine et le Monde #41 – Une veille classique sur l’actualité récente des entreprises chinoises au contact d’acteurs étrangers. Aussi bien au plan national qu’international.

Voici la Chine et le Monde #41 épisode, à retrouver ici :

L’article La Chine et le Monde #41 est apparu en premier sur Observatoire Français des Nouvelles Routes de la Soie.

24.06.2022 à 15:49

Au Rwanda, la Chine aux commandes de la centrale hydroélectrique Nyabarongo II

observatoirenrs

Le gouvernement rwandais a lancé la construction de la centrale hydroélectrique Nyabarongo II de 43,5 MW, devant stimuler les efforts du pays pour assurer l’accès

L’article Au Rwanda, la Chine aux commandes de la centrale hydroélectrique Nyabarongo II est apparu en premier sur Observatoire Français des Nouvelles Routes de la Soie.

Texte intégral (2146 mots)

Le gouvernement rwandais a lancé la construction de la centrale hydroélectrique Nyabarongo II de 43,5 MW, devant stimuler les efforts du pays pour assurer l’accès universel à l’électricité d’ici 2024.

La centrale hydroélectrique Nyabarongo II, soutenue par la Chine, est un projet de développement polyvalent situé sur le cours principal de la rivière Nyabarongo, à la jonction des provinces du Nord et du Sud du Rwanda.

La centrale, qui sera construite par la société chinoise Sinohydro, comprendra trois unités de 14,5 MW qui seront connectées au réseau national. Le projet est financé par un prêt concessionnel de la banque chinoise Export-Import Bank of China.

« Outre l’augmentation de la capacité de production d’électricité, nous comptons sur ce projet pour réduire le coût des affaires et améliorer la qualité de vie de la population grâce à un accès accru à une énergie fiable et abordable« , a déclaré Felix Gakuba, directeur général de la société rwandaise Energy Development Corporation Limited, une filiale du groupe Rwanda Energy, lors de la cérémonie d’inauguration des travaux samedi.

Il a salué les bonnes relations entre le Rwanda et la Chine, qui ont permis le financement du projet.

Ce projet devrait ajouter de l’énergie au réseau national et stimuler les efforts du gouvernement pour atteindre l’accès universel à l’électricité et contribuer à la réduction des tarifs de l’électricité, selon M. Gakuba. Il aura un impact direct sur les moyens de subsistance des Rwandais grâce à la création d’emplois et à l’augmentation des activités économiques dans les trois districts de Gakenke, Rulindo et Kamonyi, a-t-il ajouté.

Plus de 1.000 résidents locaux seront employés, selon Li Jianguo, le directeur du projet. La date d’achèvement de ce projet a été fixée à 2027 après 56 mois, mais M. Gakuba a exhorté les entrepreneurs et les autres parties prenantes à s’efforcer de terminer le projet avant la date d’achèvement fixée.

Wang Jiaxin, chargé d’affaires par intérim de l’ambassade de Chine au Rwanda, a décrit le lancement du projet comme une étape importante. Il a souligné qu’il s’agissait du plus grand projet soutenu par le gouvernement chinois et financé par une institution financière chinoise pour être construit au Rwanda.

« Les entrepreneurs chinois travailleront aux côtés d’ingénieurs et de techniciens rwandais et, dans le processus, davantage d’ingénieurs et de techniciens rwandais seront formés par leurs homologues chinois« , a déclaré M. Wang. « Une fois achevé, le projet permettra à davantage de Rwandais d’avoir l’électricité, d’aider les enfants à étudier grâce à Internet« , a-t-il ajouté. « Il s’inscrit dans la stratégie de développement du Rwanda« .

M. Wang a également évoqué plusieurs autres projets soutenus par la Chine au Rwanda, tels que l’école polytechnique de Musanze et l’hôpital de Masaka.

Il a exhorté les entrepreneurs chinois à coopérer avec leurs homologues rwandais pour assurer la réussite du projet de la centrale hydroélectrique Nyabarongo II.

Dancille Nyirarugero, gouverneure de la province du Nord du Rwanda, a salué la Chine pour sa coopération avec son pays et la mise en œuvre du projet en plusieurs phases.

Elle a déclaré que le projet jouerait un rôle important dans la fourniture d’électricité et d’eau potable, ainsi que dans la lutte contre l’érosion des sols. Soulignant le rôle de l’électricité dans la réduction de la pauvreté, Mme Nyirarugero a exhorté les habitants à s’approprier le projet pour garantir sa mise en œuvre efficace, notamment en protégeant les équipements de travail.

Jean-Marie Nizeyimana, maire du district de Gakenke, a promis son soutien pour protéger le site et les équipements du projet.

La direction du district veillera à la durabilité de toutes les activités du site du projet, a-t-il déclaré, appelant les résidents à assurer le contrôle de l’érosion sur les collines autour du site du projet.

Li Jianguo, le directeur du projet, a déclaré que le projet hydroélectrique Nyabarongo II aiderait le Rwanda à atteindre les objectifs de la COP26 des Nations Unies en matière de changement climatique d’ici 2050, à élever le niveau de contrôle des inondations en aval du site du barrage, à créer 20.000 hectares de terres agricoles en aval et à augmenter les activités de pêche et de tourisme dans la région.

L’article Au Rwanda, la Chine aux commandes de la centrale hydroélectrique Nyabarongo II est apparu en premier sur Observatoire Français des Nouvelles Routes de la Soie.

6 / 10

Médias

Open Source Intelligence
OpenFacto Bellingcat

GÉNÉRALISTES
Basta L'Autre Quotidien Alternatives-Economiques Blast La Croix Le Figaro Le Monde France 24 FTVI HuffingtonPost L'Humanité LCP Mediapart La Tribune Le Media Slate Korii

INTERNATIONAL
Orient XXI CADTM Courrier d'Europe Centrale Courrier International Eurojournalist Equaltimes Info Asie Inkyfada Jeune Afrique Rojava I.C NYT Toute l'Europe

MÉDIAS D'OPINION
L'Autre France-Presse Acta AOC Issues Les Jours Journal Minimal Le Monde Moderne LVSL Marianne Quartier Général Rapports de force Reflets Rézo StreetPress

OBSERVATOIRES
I.R.I.S Internet actu Armements Acrimed Catastrophes naturelles Conspis Conditions de travail Culture Extrême-droite Inégalités Information Médias Multinationales Sondages L'Obs-« 2049 » Routes de la Soie Vrai ou Fake ?

Revues

 GÉNÉRALISTES
Ballast Charlie-Hebdo Fakir La Voie du Jaguar Lava Le Diplo Lundi Matin Multitudes La revue des médias Smolny Socialter The Conversation Usbek & Rica UPMagazine Le Zéphyr

 CULTURE / IDÉES
Terrestres Contretemps A Contretemps Alter-éditions CQFD Le Comptoir Frustration L'Intimiste Jef Klak Lignes de Crêtes NonFiction Période Philo Mag Lettre PhiloMag Vie des Idées

 INTERNATIONAL
Alencontre Alterinfos CETRI ESSF Inprecor Guitinews Kedistan Quatrième Internationale Viewpoint Magazine

 PODCASTS 
Arrêt sur Images LSD Thinkerview

 WTF 
Ulyces Brut

Page de démarrage