Revues

 GÉNÉRALISTES
Ballast Charlie-Hebdo Fakir La Voie du Jaguar Lava Le Diplo Lundi Matin Multitudes La revue des médias Smolny Socialter  The Conversation Usbek & Rica UP'Magazine Le Zéphyr

 CULTURE / IDÉES
  Contretemps A Contretemps Alter-éditions CQFD Le Comptoir Frustration L'Intimiste Jef Klak Lignes de Crêtes NonFiction Période Philo Mag Lettre PhiloMag
Terrestres Vie des Idées

 INTERNATIONAL
Alencontre Alterinfos CETRI ESSF Inprecor Guitinews Kedistan Quatrième Internationale Viewpoint Magazine

 PODCASTS  
Arrêt sur Images LSD Thinkerview

 WTF 
Ulyces Brut

Accès libre Hymnes européens Site institutionnel de référence sur les questions européennes

Oups! : erreur n° 32759

▸ les 12 dernières parutions

16.05.2022 à 13:12

Quels sont les pays européens membres de l’Otan ?

Redaction

Créée en 1949 pour faire face à l’Union soviétique, l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (Otan) s’est élargie après la fin de la Guerre froide. Elle compte aujourd’hui 30 Etats membres. 21 États de l’Union européenne en sont membres : Allemagne Belgique Bulgarie Croatie Danemark Espagne Estonie France Grèce Hongrie Italie Lettonie Lituanie Luxembourg Pays-Bas […]

L’article Quels sont les pays européens membres de l’Otan ? est apparu en premier sur Touteleurope.eu.

Lire plus (315 mots)

Créée en 1949 pour faire face à l’Union soviétique, l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (Otan) s’est élargie après la fin de la Guerre froide. Elle compte aujourd’hui 30 Etats membres.

21 États de l’Union européenne en sont membres :

  • Allemagne
  • Belgique
  • Bulgarie
  • Croatie
  • Danemark
  • Espagne
  • Estonie
  • France
  • Grèce
  • Hongrie
  • Italie
  • Lettonie
  • Lituanie
  • Luxembourg
  • Pays-Bas
  • Pologne
  • Portugal
  • République tchèque
  • Roumanie
  • Slovaquie
  • Slovénie

S’y ajoutent 7 autres pays situés en Europe :

  • Albanie
  • Islande
  • Macédoine du Nord
  • Monténégro
  • Norvège
  • Royaume-Uni
  • Turquie

Enfin, les deux pays restants sont situés sur le continent américain

  • États-Unis
  • Canada

L’article Quels sont les pays européens membres de l’Otan ? est apparu en premier sur Touteleurope.eu.

16.05.2022 à 11:49

La Finlande et la Suède veulent sortir de leur neutralité et rejoindre l’Otan

Lucas

“Les gouvernements suédois et finlandais, qui veulent entrer de concert dans l’Otan, ont affiché une coordination presque parfaite”, décrit Le Figaro. En effet, “la Finlande a présenté, dimanche 15 mai, sa candidature à l’Organisation” et “dans la foulée, le parti au pouvoir en Suède a émis le [même] souhait”, relate Le Monde.   Pour ces […]

L’article La Finlande et la Suède veulent sortir de leur neutralité et rejoindre l’Otan est apparu en premier sur Touteleurope.eu.

Texte intégral (2068 mots)
Les Premières ministres suédoise (Magdalena Andersson) et finlandaise (Sanna Marin) affichent une certaine unité depuis le début de la guerre en Ukraine - Crédits : Finnish Government / Flickr CC BY 2.0
Les Premières ministres suédoise (Magdalena Andersson) et finlandaise (Sanna Marin) affichent une certaine unité depuis le début de la guerre en Ukraine, ici en mars dernier - Crédits : Finnish Government / Flickr CC BY 2.0

Les gouvernements suédois et finlandais, qui veulent entrer de concert dans l’Otan, ont affiché une coordination presque parfaite”, décrit Le Figaro. En effet, “la Finlande a présenté, dimanche 15 mai, sa candidature à l’Organisation” et “dans la foulée, le parti au pouvoir en Suède a émis le [même] souhait”, relate Le Monde.  

Pour ces deux Etats membres de l’Union européenne, qui partagent une grande proximité géographique avec la Russie, “c’est un bouleversement stratégique majeur, qui les éloigne de leur neutralité longtemps affichée”, et un “changement décidé malgré lui par Vladimir Poutine”, note Ouest-France.

Une nouvelle ère s’ouvre

C’est un jour historique. Une nouvelle ère s’ouvre”, a affirmé le président finlandais Sauli Niinistö ce dimanche 15 mai, aux côtés de la Première ministre Sanna Marin [BFM TV]. Ainsi, “après des décennies de non-alignement militaire”, Helsinki affiche sa volonté de rejoindre l’Alliance atlantique ; de même pour Stockholm, pourtant “adepte d’une politique de neutralité vieille de deux siècles”, souligne France info.

Pour le journal Les Echos, ces décisions marquent “la fin d’une politique scandinave”. Pour rappel, “à la fin des années 1940, l’Union soviétique n’avait ni envahi ni satellisé la Finlande, mais avait obtenu en contrepartie […] que ce pays soit strictement neutre”, expliquait jeudi dernier François Heisbourg, expert en géopolitique [Ouest-France]. La Suède, quant à elle, “va rompre avec […] une politique théorisée par la très grande majorité de ses leaders politiques” [Les Echos].

Politico rappelle également que, pas plus tard que début mars, “la Première ministre suédoise [Magdalena] Andersson déclarait que l’adhésion à l’Alliance déstabiliserait la sécurité régionale”. Au mois de janvier, son homologue finlandaise Sanna Marin disait “qu’elle ne s’attendait pas à ce que [son pays] adhère à l’Alliance au cours de son mandat” [Politico].

Les implications de ces candidatures

L’Alliance atlantique s’apprête “à accueillir deux recrues de choix” puisqu’elles contribueront “à la défense des frontières septentrionales de l’Otan dans une zone stratégique - l’Arctique et la Baltique - et avec des forces armées en plein renouveau”, note Le Figaro. De plus, il s’agira pour l’organisation militaire du “premier élargissement à des pays qui n’appartenaient pas au Pacte de Varsovie depuis l’intégration de l’Espagne en 1982″, précisent Les Echos.

En outre, comme pour tous les Etats membres, Finlandais et Suédois “souhaitent bénéficier de l’article 5 du traité de l’Otan, pierre angulaire de l’Alliance qui stipule qu’une attaque contre l’un des signataires est une attaque contre tous” [Ouest-France]. D’ailleurs, “durant la période transitoire entre la candidature et l’adhésion, qui dure plusieurs mois, l’Otan s’est dite prête à renforcer les ‘garanties de sécurité’ [des deux pays], notamment en renforçant la présence otanienne”, nous apprend Le Monde.

Alors que le Kremlin a justifié son invasion de l’Ukraine par le risque d’extension de l’Otan à ses portes, une adhésion [d’Helsinki] rallonge de quelque 1 300 kilomètres la frontière entre la Russie et l’Alliance”, ajoute le quotidien. Le président Vladimir Poutine a signifié à son homologue finlandais qu’un renoncement à son non-alignement “serait une erreur, puisqu’il n’y a aucune menace à la sécurité de la Finlande”, rapportent Les Echos. Dans la nuit de vendredi à samedi, Moscou a cessé “ses exportations d’électricité vers la Finlande” et “menacé de prendre des mesures ‘technico-militaires’ en représailles” [Les Echos].

La procédure d’adhésion à l’Otan

Helsinki et Stockholm vont “désormais devoir se plier à un examen contraignant” [BFM TV]. “Une fois la décision prise par un pays tiers d’adhérer, les membres de l’Otan doivent accepter à l’unanimité de l’inviter à les rejoindre”, détaille la chaîne. A ce sujet, le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg “s’est dit ‘confiant’ dans la possibilité pour les pays membres de l’Alliance de trouver un compromis avec la Turquie, dont le président Erdoğan avait subitement affiché son hostilité à une adhésion suédo-finlandaise” [Le Monde]. Le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken s’est lui aussi montré “confiant dans un consensus” prochain entre les 30 pays membres de l’Otan [Les Echos].

Pour y adhérer,“le pays candidat doit respecter les valeurs énoncées dans le traité de l’Atlantique nord” : “un système politique démocratique fonctionnel”, “s’engager à régler les conflits de manière pacifique”, “être capable et désireux d’apporter une contribution militaire aux opérations de l’Otan”, liste France info. Ensuite, les deux Etats devront adresser “une lettre d’intention” au secrétaire général de l’Alliance et ratifier le “protocole d’adhésion par chacun des Etats membres de l’Otan” [BFM TV]. “Le processus a pris [seulement] une année pour le 30e membre, la Macédoine du Nord”, en 2020 [BFM TV].

Les autres sujets du jour

Economie

Elargissement

Energie

Guerre en Ukraine

L’article La Finlande et la Suède veulent sortir de leur neutralité et rejoindre l’Otan est apparu en premier sur Touteleurope.eu.

13.05.2022 à 17:02

Conférence sur l’avenir de l’Europe : les Régions donnent la parole à la jeunesse

Valentin

C’est dans ce contexte que les trois organisations ont convié 200 jeunes lycéens, apprentis et/ou membres des Parlements régionaux de la jeunesse à Strasbourg à l’occasion de la Fête de l’Europe. Après un passage au Parlement européen pour assister à la conclusion des travaux de la Conférence sur l’avenir de l’Europe, en présence notamment d’Emmanuel […]

L’article Conférence sur l’avenir de l’Europe : les Régions donnent la parole à la jeunesse est apparu en premier sur Touteleurope.eu.

Texte intégral (1835 mots)
Jean Rottner, président de la Région Grand Est, Apóstolos Tzitzikóstas, président du Comité européen des régions et Anne Sander, eurodéputée (PPE) ont pris part à un dialogue avec près de 200 jeune
Jean Rottner, président de la Région Grand Est, Apóstolos Tzitzikóstas, président du Comité européen des régions, et Anne Sander, eurodéputée (PPE), ont pris part à un dialogue avec près de 200 jeunes - Crédits : Toute l’Europe

C’est dans ce contexte que les trois organisations ont convié 200 jeunes lycéens, apprentis et/ou membres des Parlements régionaux de la jeunesse à Strasbourg à l’occasion de la Fête de l’Europe. Après un passage au Parlement européen pour assister à la conclusion des travaux de la Conférence sur l’avenir de l’Europe, en présence notamment d’Emmanuel Macron, ces derniers se sont rendus en fin de journée dans un autre hémicycle, celui du Conseil régional du Grand Est. Au programme : un dialogue sur la participation des jeunes à la vie publique et au débat démocratique aux échelles locale, régionale, nationale et européenne.

“L’engagement doit commencer au niveau local”

Cinq jeunes Européens se sont ainsi exprimés devant le panel de décideurs politiques. Au cœur des discussions, une question : comment renforcer la participation des jeunes à la vie publique et aux processus décisionnels ? Céline Geissmann, élue de la ville de Strasbourg et vice-présidente du Mouvement européen Alsace, résume à sa manière la position de certains : “c’est bien d’écouter les jeunes, mais il faut aussi agir”.

Un message partagé par Jean Rottner, président de la Région Grand Est. “Ce que nous avons à cœur de proposer aux jeunes, c’est un véritable débat, autour de la vie démocratique et de l’avenir de l’Europe”, explique-t-il. Sa Région possède d’ailleurs un Conseil régional des jeunes composé de 72 citoyens du Grand Est, âgés de 15 à 29 ans. Zélie Vercollier est l’une de ses représentantes depuis le mois de mars et estime être écouté par l’exécutif régional. “L’engagement doit commencer au niveau local”, poursuit-elle. Age légal du droit de vote, climat, numérique : les sujets s’enchaînent et démontrent la volonté de la jeune génération de se faire entendre sur bon nombre d’entre eux.

Le Comité européen des régions et son président Apóstolos Tzitzikóstas souhaitent promouvoir ces initiatives. “Nous travaillons chaque jour pour rapprocher l’Europe des citoyens, surtout des nouvelles générations, et pour renforcer leur confiance en montrant la valeur ajoutée de l’Europe sur le terrain”, a souligné le gouverneur de Macédoine centrale. Avec le European Youth Forum, une plateforme regroupant les associations de jeunes en Europe, l’institution s’est lancée dans la création d’une Charte européenne de la jeunesse et de la démocratie. Une initiative démarrée en mars 2022 à l’occasion du sommet des régions et des villes à Marseille et qui devrait se conclure à la fin de l’année. L’objectif de ce texte est de faire en sorte que la voix des jeunes soit entendue dans l’Union européenne.

Strasbourg et la jeunesse européenne

Pour l’eurodéputée Anne Sander, également présente ce soir-là, “Strasbourg est l’endroit où s’exprime la voix des citoyens européens”, y compris des plus jeunes.

Tous les deux ans, c’est dans la capitale alsacienne que se tient le European Youth Event (EYE), un événement organisé dans le Parlement européen et qui rassemble des milliers de jeunes venus de toute l’UE et du reste du monde. Pendant ces journées, les participants prennent part à de nombreuses activités avec des experts, militants, influenceurs ou décideurs politiques. Un rapport est présenté aux députés européens à l’issue de l’exercice.

La jeunesse ukrainienne à l’honneur

Difficile d’évoquer la jeunesse européenne sans avoir à l’esprit celle d’Ukraine, dont l’avenir s’est brusquement assombri depuis le 24 février et le début de l’invasion russe.

Conscients de cette situation, les organisateurs de l’événement ont souhaité faire une place de choix à ce pays, victime de la barbarie. Après une minute de silence suivie de l’hymne ukrainien, la parole a été donnée à Oleksandr Reshetkov, secrétaire général du European Democracy Youth Network et ressortissant d’Ukraine. “Nous ne savons pas quoi faire, nous ne pouvons pas prendre les armes. Tous nos plans pour l’avenir se sont effondrés”, a débuté le jeune homme, avec une certaine gravité dans la voix. Avant d’affirmer que la jeunesse de son pays était déjà tournée vers l’Europe, profitant notamment de programmes de l’UE comme Erasmus+. “L’éducation est la clé pour résoudre de nombreux problèmes, contre la propagande notamment”, a-t-il souligné.

Plus tôt dans la journée, c’est Apóstolos Tzitzikóstas qui s’est exprimé pour rendre hommage au peuple ukrainien. Début avril, il s’était rendu avec plusieurs élus locaux à la frontière entre la Pologne et l’Ukraine. “Nous avons vu l’incroyable soutien des villes et régions de l’UE aux millions de personnes forcées de fuir leurs maisons”, a-t-il ajouté. Bientôt l’heure sera à la reconstruction de l’Ukraine pour l’UE, afin de redonner aux jeunes Ukrainiens confiance en l’avenir.

La culture pour parler d’Europe : l’exemple de la série “Parlement”

Plus tôt dans l’après-midi, c’est sur une terrasse du Parlement européen que les 200 jeunes ont été conviés pour rencontrer la présidente du Parlement Roberta Metsola ou le secrétaire d’Etat aux Affaires européennes Clément Beaune.

Tous étaient présents aux côtés du casting de la série “Parlement” dont la deuxième saison a été mise en ligne ce lundi 9 mai sur la plateforme de France TV. Les échanges ont notamment mis en lumière le rôle particulier de la culture dans l’apprentissage du fonctionnement de l’Union européenne.

Crédits : Mathieu Cugnot / Parlement européen

L’article Conférence sur l’avenir de l’Europe : les Régions donnent la parole à la jeunesse est apparu en premier sur Touteleurope.eu.

Médias

GÉNÉRALISTES
Basta L'Autre Quotidien Blast Capital La Croix Le Figaro Le Monde France 24 FTVI Huffington Post L'Humanité LCP Mediapart La Tribune Le Media Slate Korii

INTERNATIONAL
Bellingcat CADTM Courrier d'Europe Centrale Courrier International Eurojournalist Equaltimes Info Asie Inkyfada Jeune Afrique Orient XXI Rojava I.C NYT Toute l'Europe

MÉDIAS D'OPINION
L'Autre France-Presse Acta AOC Issues Les Jours Le Monde Moderne LVSL Médias Libres Marianne Quartier Général Rapports de force Reflets Rézo StreetPress

OBSERVATOIRES
Acrimed Internet actu Catastrophes naturelles Conspis Culture Extrême-droite Inégalités Information Médias Multinationales Sondages Présidentielle Routes de la Soie Vrai ou Fake ?

---