Médias
 GÉNÉRALISTES
Basta ·  Blast ·  Capital ·  France 24 ·  FTVI ·  L'Humanité ·  La Croix ·  LCP ·  Le Monde ·  La Tribune·  Le Figaro ·  The Conversation  ·  Mediapart ·  L'Autre Quotidien ·  Le Media
 MÉDIAS D'OPINION
AOC ·  Acta ·  Acrimed ·  L'Autre France-Presse ·  Issues ·  Les Jours ·  Le Monde Moderne ·  Médias Libres  · Marianne ·  QG ·  Rapports de force ·  Reflets ·  Rézo ·  StreetPress ·  LVSL
 OBSERVATOIRES 
Conspis ·  Inégalités ·  Information ·  Internet ·  Médias ·  Multinationales ·  Culture ·  Présidentielle 2022 ·  Routes de la Soie ·  Fact-checking AFP
+
Conspiracy Watch | L'Observatoire du conspirationnisme

16.05.2021 à 15:00

Conspiracy News #20.2021

La Rédaction

L’actu de la semaine décryptée par Conspiracy Watch (semaine du 10/05/2021 au 16/05/2021).

L’article Conspiracy News #20.2021 est apparu en premier sur Conspiracy Watch | L'Observatoire du conspirationnisme.

Texte intégral 3329 mots

L’actu de la semaine décryptée par Conspiracy Watch (semaine du 10/05/2021 au 16/05/2021).

CRIIGEN. Le Criigen (« Comité de recherche et d’information indépendantes sur le génie génétique ») a donné son accord pour parasiter au moyen de contenus hostiles à la vaccination le site ViteMaDose, une plateforme créée par le jeune ingénieur Guillaume Rozier (source : Le HuffPost, 11 mai 2021). En septembre 2020, cette association anti-OGM a publié une « Note d’expertise grand public sur les vaccins ayant recours aux technologies OGM » alertant sur les possibles dangers des vaccins à ARN messager (ARNm) contre le Covid-19 tels que ceux développés par Pfizer-BioNTech et Moderna ; un document de 14 pages dont les principales assertions ont été réfutées par le Pr Alain Fischer (source : L’Express, 6 janvier 2021).

ARMES CHIMIQUES. Pour semer le doute sur la responsabilité de Bachar el-Assad dans les attaques chimiques commises en Syrie et décrédibiliser le travail de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), le gouvernement russe s’appuie sur d’anciens diplomates qui ont dénoncé la politique américaine en Irak avant de basculer dans le conspirationnisme. Pour Conspiracy Watch, Élie Guckert analyse l’action de ces diplomates rebelles au service de la propagande du Kremlin (source : Conspiracy Watch, 11 mai 2021).

DÉSTABILISATION. À la suite d’une conférence organisée le 29 avril par l’association de l’École de guerre économique (AEGE) sur le thème de la « Fabrication de la désinformation complotiste comme arme de déstabilisation », Rudy Reichstadt, directeur de Conspiracy Watch, a répondu aux questions du Club Influence de l’AEGE. Il y revient sur la manière dont naît et se développe une théorie du complot, mais également sur les enjeux de la lutte contre le complotisme. Selon lui, « nous ne commençons qu’à peine à prendre l’entière mesure du défi que représente l’influence de l’imaginaire complotiste en matière d’ordre public et de sûreté du territoire » (source : Portail de l’IE, 14 mai 2021).

SOFT POWER. Dans Les Guerres de l’information à l’ère numérique (PUF), ouvrage dirigé avec Maud Quessard paru au début de l’année 2021, Céline Marangé, spécialiste de la politique étrangère américaine, insiste sur l’évolution de la diffusion de l’information, avec la révolution numérique, devenue fragmentée et horizontale. Une horizontalité qui facilité la diffusion et la multiplication des théories du complot. L’exemple de la Russie témoigne ainsi de la place de la désinformation dans les rapports de force et d’une redéfinition du soft power. À lire, l’entretien passionnant avec l’auteure publié par Non Fiction.

COMPLORAMA. Francis Lalanne, Jean-Marie Bigard, Kim Glow… À la télévision ou sur les réseaux sociaux, certaines personnalités relaient auprès d’une large audience des idées complotistes, phénomène accéléré par la crise du Covid-19. « Les “people” et le complotisme », c’est le 8e épisode de « Complorama », le podcast de France Info animé par Marina Cabiten, accompagnée de Rudy Reichstadt et de Tristan Mendès France. Un podcast à retrouver sur le site de franceinfo, l’application Radio France et plusieurs autres plateformes comme Apple podcastsPodcast AddictSpotify ou Deezer.

À ajouter à cette liste de personnalités relayant des contenus complotistes la chanteuse de Desireless, Claudie Fritsh (source : Tristan Mendès France/Twitter, 15 mai 2021).

Plus particulièrement, au sujet de la dérive complotiste de Francis Lalanne, on lira le thread du journaliste William Audureau consacré à un visuel retweeté par le chanteur, faisant d’Adolf Hitler une simple marionnette des puissants.

D’ANTI À PRO-MASQUES. Le média américain Vice rapporte les effets inattendus d’une nouvelle théorie du complot sur les vaccins anti-Covid-19, relayée dans les sphères complotistes. Persuadés que les personnes vaccinées émettent des particules nocives, les tenants de cette thèse s’interrogent sur l’adoption de gestes de protection. Certains professent ainsi le port du masque, tandis que d’autres estiment que la seule protection qui vaille consiste à garder ses distances vis-à-vis des vaccinés… (source : heidi.news, 12 mai 2021).

PRÉSIDENTIELLE. Alors que l’élection présidentielle en France de 2022 se profile, la question du vote électronique revient au cœur des débats. Une vidéo, datant de 2017 mais partagée plus de 5 000 fois sur Facebook depuis le 17 avril, prétend dénoncer une « fraude électronique » lors du dernier scrutin présidentiel en France, assurant que les voix de machines à voter auraient été « consolidées aux États-Unis » pour permettre l’élection d’Emmanuel Macron. Mais les résultats des machines à voter utilisées par 1,3 million d’électeurs en 2017 n’ont jamais quitté le pays et les rapports rendus par différents observateurs sur le déroulement de l’élection ne font pas mention de telles fraudes (source : AFP Factuel, 10 mai 2021).

FRANC-MAÇONNERIE. Le projet d’attentat d’un groupuscule néonazi arrêté le 4 mai dernier et soupçonné d’avoir voulu notamment s’attaquer à une loge maçonnique est venu rappeler la place capitale occupée par la franc-maçonnerie dans l’imaginaire complotiste. La chronique hebdomadaire de Tristan Mendès France sur France Inter, le 14 mai 2021, était consacrée à cette question : « Aujourd’hui, on peut dire que le complotisme antimaçonnique est un des thermomètres de l’état de nos sociétés. Plus les [francs-maçons] sont attaqués, plus la société va mal » (source : France Inter, 14 mai 2021).

ÉLUS COMPLOTISTES. Anti-masques, antivaxx, anti-confinement, « plandémie », « Great Reset »… Plusieurs élus, très à droite, mais pas seulement, ont fait de la défiance envers les autorités un véritable business. Quitte à mépriser les faits, la science et à alimenter les pires théories conspirationnistes. Le journal L’Humanité s’est interrogé sur les débouchés politiques possibles pour ces nouvelles figures du complotisme (source : L’Humanité Dimanche, 15 mai 2021).

ISRAËL/PALESTINE. L’interdiction réclamée par le ministre de l’Intérieur de manifestations pro-palestiniennes à Paris, samedi, confirmée la veille par la justice administrative en raison des troubles à l’ordre public qui avaient pu être constatés en 2014 lors de manifestations du même genre, a suscité plusieurs commentaires outrés. Pour Jean-Luc Mélenchon, « c’est évidemment dans le seul but de provoquer des incidents et [de] pouvoir stigmatiser cette cause » que cette interdiction aurait été décidée. En juillet 2014, dans un contexte similaire, le chef de file des Insoumis avait perçu une « manipulation » dans la décision d’interdire une manifestation pro-palestinienne prévue à Paris. Selon lui, le président de la République et le Premier ministre d’alors, respectivement François Hollande et Manuel Valls, « souhait[ai]ent les incidents »… Samedi 15 mai 2021, malgré l’interdiction, environ 22 000 personnes se sont rassemblées en France. Des manifestants ont scandé « À mort Israël ! », un slogan analogue à celui tagué sur la façade de l’Institut d’études politiques de Paris le 12 avril dernier.

Le directeur du Centre islamique de Genève, Hani Ramadan, et le blogueur Fatih Karakaya, collaborateur de l’agence de presse Anadolu et administrateur du site Medyaturk, estiment quant à eux que l’interdiction de la manifestation pro-palestinienne à Paris est la preuve que la France est tenue en otage par le « sionisme » (source : Conspiracy Watch/Twitter, 15 mai 2021).

BOB MARLEY. Le 40e anniversaire de la mort du chanteur Bob Marley offre l’occasion de rappeler une théorie du complot lancée en novembre 2017 par un site de désinformation. Un article qui associait les termes « sur son lit de mort », « CIA » et « Bob Marley » pouvait-il vraiment être pris au sérieux ? La question aurait dû se poser pour les milliers d’internautes qui, de la Pologne aux États-Unis en passant par le Brésil, ont partagé un article affirmant que l’icône du mouvement rasta aurait été victime d’un complot ourdi par la CIA (source : Le Monde, 4 décembre 2017).

DÉSOCIALISATION. Le HuffPost américain a rencontré neuf enfants d’adeptes du mouvement complotiste radical QAnon, âgés de 19 à 46 ans, dans sept États américains. Certains d’entre eux tentent désespérément de déradicaliser leurs parents. Ce processus éprouvant est très souvent frustrant, déchirant et vain. D’autres estiment que leurs parents ont déjà dépassé le point de non-retour et ont renoncé à les aider. Quelques-uns ont pris la douloureuse décision de couper totalement les ponts avec eux. Tous partagent leur histoire pour soutenir les nombreuses autres personnes confrontées au même drame en coulisses. La fille d’une femme ayant rejoint le mouvement complotiste rapporte ainsi que sa mère a cessé de prendre soin d’elle et ne voit que très rarement ses petits-enfants : « elle a pris du poids et passe presque toutes ses journées rivée sur son téléphone, à regarder des vidéos de QAnon et à vivre dans la crainte constante de la prochaine atrocité commise par l’État profond » (source : Huffington Post, 13 mai 2021).

CHEMTRAILS. Jean-Jacques Crèvecoeur, figure de la mouvance antivaxx, a qualifié d’« hypothèse plausible », dans une vidéo repérée par le journalistre Raphaël Grably, l’idée selon laquelle la seconde vague d’infection au Covid-19 en France « a peut-être été provoquée par les épendages de chemtrails » et les « nanoparticules » « déclenchées par exemple par la 5G », reprenant là une vieille théorie du complot qui prétend que les traces blanches de condensation laissées par les avions dans le ciel seraient en fait un épendage de produits chimiques (source : Raphaël Grably/Twitter, 15 mai 2021).

LFI – EELV – GÉNÉRATIONS.S. Relayant un thread du compte Twitter « 2emeDB73 », L’Écho républicain rapporte qu’Abdelaziz Hafidi, membre de Génération.s, le parti de Benoît Hamon, et colisiter du groupe « Un nouveau souffle écologiste et solidaire », qui réunit également La France Insoumis et EELV pour les élections régionales en Centre-Val de Loire, a été retiré de la liste et suspendu par Génération.s pour ses prises de position sur les réseaux sociaux. Il y affichait ses sympathies pour la mouvance islamiste et y publiait des contenus à caractère complotiste et aux relents antisémites (source : L’Écho républicain, 15 mai 2021).

CÉVENNES. Valentin Marcone, le suspect du double homicide de Plantiers (Gard) mis en examen ce dimanche, dispose de comptes Twitter, Facebook et YouTube. Notre rédaction a pu constater qu’il y tient des propos teintés de complotisme sur la pandémie, les laboratoires pharmaceutiques, les vaccins à ARNm, le gouvernement ou encore Emmanuel Macron… Toutefois, on n’y trouve aucun lien vers des sites complotistes, aucun véritable argumentaire complotiste structuré ni aucune référence aux thèmes complotistes les plus populaires.

L’article Conspiracy News #20.2021 est apparu en premier sur Conspiracy Watch | L'Observatoire du conspirationnisme.


15.05.2021 à 11:31

[PODCAST] De Francis Lalanne à Kim Glow : ces “people” séduits par les théories du complot

La Rédaction

A la télévision ou sur les réseaux sociaux, certaines personnalités relaient auprès d'une large audience des idées complotistes, phénomène accéléré par la crise du Covid.

L’article [PODCAST] De Francis Lalanne à Kim Glow : ces “people” séduits par les théories du complot est apparu en premier sur Conspiracy Watch | L'Observatoire du conspirationnisme.

Texte intégral 653 mots

A la télévision ou sur les réseaux sociaux, certaines personnalités relaient auprès d’une large audience des idées complotistes, phénomène accéléré par la crise du Covid.

Quel est le point commun entre Jean-Marie Bigard, Kim Glow, Mathieu Kassovitz ou encore… Gérard Depardieu ? Ce n’est pas un projet de superproduction, mais un penchant pour la conspiration, qui s’affiche sur nos « petits » écrans de smartphone.

Parmi les personnalités qui partagent publiquement leurs sympathies complotistes, il y a Francis Lalanne, chanteur, militant, très mobilisé en ce moment contre le vaccin et le masque face au Covid.

Ces noms connus du grand public offrent-ils une visibilité, voire une crédibilité supplémentaire au complotisme ? Impossible de ne pas parler, dans ce 8e épisode de Complorama, du cas de Dieudonné.

Le complotisme est-il “hype” ?

Il y a aussi l’influenceuse et star de la télé-réalité Kim Glow, suivie par plus d’un million de personnes sur Instagram, qui a une « story » permanente en une de son profil nommée « La vérité » pour partager des théories complotistes. Elle propulse donc ces théories au sein de sa communauté, pas forcément complotiste. C’est inquiétant, selon Tristan Mendès France, car « la plupart de ses followers sont jeunes et exposés à des contenus extrêmement toxiques alors qu’ils ne sont parfois pas encore formés idéologiquement. » Aujourd’hui, il y a une mode à pousser des discours complotistes car ils génèrent de fortes audiences.

Il y a également l’incontournable Dieudonné, une personnalité désormais difficilement associable au monde du spectacle tant elle est liée au complotisme. Dès le début des années 2000, Dieudonné a opéré un virage politique à l’extrême droite. « En moins de dix ans, il est passé de l’opposition au Front national, à quasiment son adhésion. En 2008, Jean-Marie le Pen devient le parrain de sa fille, il fait monter sur scène le négationniste Robert Faurisson et compagnonne avec Alain Soral, membre du comité central du FN », explique Rudy Reichstadt.

Les « people » et le complotisme, c’est le 8e épisode de « Complorama », avec Marina Cabiten (France Info), Rudy Reichstadt, directeur de Conspiracy Watch, et Tristan Mendès France, maître de conférence et membre de l’Observatoire du conspirationnisme, spécialiste des cultures numériques. Un podcast à retrouver sur le site de franceinfo, l’application Radio France et plusieurs autres plateformes comme Apple podcastsPodcast AddictSpotify, ou Deezer.

L’article [PODCAST] De Francis Lalanne à Kim Glow : ces “people” séduits par les théories du complot est apparu en premier sur Conspiracy Watch | L'Observatoire du conspirationnisme.


11.05.2021 à 19:05

Ces diplomates rebelles au service de la propagande du Kremlin

Élie Guckert

Pour semer le doute sur la responsabilité d’Assad dans les attaques chimiques commises en Syrie et décrédibiliser le travail de l’OIAC, la propagande russe s’appuie sur d’anciens diplomates qui ont dénoncé la politique américaine en Irak avant de basculer dans le conspirationnisme.

L’article Ces diplomates rebelles au service de la propagande du Kremlin est apparu en premier sur Conspiracy Watch | L'Observatoire du conspirationnisme.

Texte intégral 2300 mots

Pour semer le doute sur la responsabilité d’Assad dans les attaques chimiques commises en Syrie et décrédibiliser le travail de l’OIAC, la propagande russe s’appuie sur d’anciens diplomates qui ont dénoncé la politique américaine en Irak avant de basculer dans le conspirationnisme.

De gauche à droite : José Bustani, Denis Halliday, Hans-Christof von Sponeck et Lawrence Wilkerson.

Ils sont quatre et partagent deux points communs. Tous, à des degrés divers, ont été à des postes à hautes responsabilités au moment de la seconde guerre du Golfe (2003) et se sont publiquement opposés à la politique américaine en Irak. Tous ont depuis été recyclés par la propagande du Kremlin.

Le dossier des attaques chimiques en Syrie a toujours fait l’objet de multiples campagnes de désinformation orchestrées par la Russie, alliée de Bachar el-Assad. Mais après l’attaque de Douma en avril 2018, la machine de Poutine est montée en puissance pour faire dérailler le travail de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), dont la Syrie vient d’être exclue.

Dans cette pièce de théâtre, José Bustani, Denis Halliday, Hans-Christof von Sponeck et Lawrence Wilkerson jouent le rôle de très respectables lanceurs d’alerte que l’on chercherait à faire taire.

Francs-tireurs de la guerre d’Irak

Retour en arrière, à la fin des années 90. L’Irak est sous le coup d’un lourd embargo international imposé suite à l’invasion du Koweït par Saddam Hussein. L’Irlandais Denis Halliday, qui a déjà derrière lui plus de trente ans de carrière aux Nations Unies, est nommé en 1997 coordinateur humanitaire de l’ONU en Irak. Il démissionne avec fracas un an plus tard, dénonçant les effets néfastes de l’embargo sur la population irakienne, et accuse publiquement le Conseil de sécurité de « génocide ». L’allemand Hans-Christof von Sponeck, lui aussi diplomate chevronné, prend le relais avant de démissionner pour les mêmes raisons en février 2000.

Quelques mois plus tard, c’est le choc du 11 septembre 2001. L’ex colonel américain Lawrence Wilkerson est alors le chef de cabinet du secrétaire d’État Colin Powell, pour qui il est chargé d’examiner le dossier de la CIA qui servira à préparer le fameux discours à la fiole devant le Conseil de sécurité des Nations Unies en février 2003 puis l’invasion irakienne le mois suivant. Depuis, il affirme avoir été dupé et condamne l’invasion irakienne, mais nie aussi la réalité de l’internement massif des Ouïghours au Xinjiang.

À cette époque, le tout premier directeur général de la jeune Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), fondée en 1997, est le Brésilien José Bustani. Les États-Unis, sous l’impulsion de John Bolton, alors sous-secrétaire d’État chargé des questions de désarmement, veulent le pousser à la démission. Bustani négociait alors avec le régime de Saddam Hussein pour qu’il rejoigne la Convention pour l’interdiction des armes chimiques et pour lancer des inspections en Irak. De quoi, selon lui, mettre en péril les plans de l’administration Bush.

Bustani sera effectivement démis de ses fonctions par un vote de l’OIAC en 2002 dans des circonstances très controversées. En 2003, le Tribunal administratif de l’Organisation internationale du travail reconnaîtra que l’éviction de Bustani était illégale et causée par des « ingérences politiques ».

Les ennemis de mes ennemis sont mes amis

Des figures de la politique internationale et américaine qui dénoncent les mensonges, les pressions et les intentions belliqueuses de Washington : du pain béni pour la Russie de Vladimir Poutine. Wilkerson, Sponeck et Bustani sont sans surprises devenus des invités de marque pour la chaîne de propagande russe RT où ils dénoncent la duplicité de la politique américaine au Moyen-Orient, quitte à valider le narratif du Kremlin. Bustani en particulier permet aux propagandistes russes de discréditer l’OIAC, institution qu’il a lui-même servi et qu’il s’évertue désormais à dynamiter.

On les retrouve également avec Denis Halliday parmi les signataires du « Statement of Concern » au sujet de l’enquête sur l’attaque chimique de Douma publié en mars dernier par la Courage Foundation, un satellite de Wikileaks qui a joué avec le Working group on Syria propaganda and media un rôle crucial dans la campagne de désinformation contre l’OIAC à partir de 2019, comme Conspiracy Watch l’avait raconté ici.

De haut en bas : Hans-Christof von Sponeck, Lawrence Wilkerson et José Bustani.

Mais ces transfuges ne se contentent pas tous de signer des lettres ouvertes. En avril dernier, Sponeck et Wilkerson ont participé à l’une de ces nombreuses conférences informelles organisée par la Russie à l’ONU et au cours desquelles ont déjà été invités à s’exprimer des conspirationnistes pro-Assad comme Eva Bartlett, Vanessa Beeley, Theodore Postol, ou encore Ian Henderson, le « lanceur d’alerte » de l’OIAC qui a fourni les documents à l’origine de la campagne de désinformation lancée contre l’enquête sur l’attaque chimique de Douma.

Le but de cette conférence d’avril 2021 était de dénoncer la « désinformation » sur les attaques chimiques en Syrie… du point de vue du Kremlin. Sponeck et Wilkerson s’y sont exprimés aux côtés d’Aaron Maté – chroniqueur du site conspirationniste américain The Grayzone, qui joue lui aussi un rôle crucial dans la campagne contre l’OIAC depuis 2019. À les entendre, l’enquête de l’OIAC ne serait qu’une farce destinée à fabriquer des preuves sur les armes chimiques pour justifier une intervention occidentale en Syrie, comme l’avaient fait les Américains pour l’Irak en 2003. Sauf que les preuves qui manquaient il y a vingt ans s’accumulent.

En octobre 2020, José Bustani avait déjà servi de courroie de transmission de la Russie à l’ONU. Le Conseil de sécurité débat alors des derniers développements concernant le dossier des armes chimiques en Syrie, l’OIAC venant de publier un rapport affirmant avoir découvert dans un centre de production syrien des produits chimiques qui auraient du être démantelés. Pour défendre son allié, la représentation russe impose le témoignage de Bustani, qui reprend les accusations fausses de WikiLeaks et d’Henderson sur l’enquête de Douma. Le Conseil refuse son intervention à la majorité. Mais qu’à cela ne tienne, l’histoire est encore plus belle : pour RT et The Grayzone, l’ancien directeur de l’OIAC a donc été « censuré ».

Un réseau coordonné avec la diplomatie russe

Et pourtant, si c’étaient eux qui complotaient avec des services de renseignements ? Le mois dernier, Paul McKeigue, professeur à l’Université d’Édimbourg et membre du Working group on Syria propaganda and media (WGSPM), a été pris la main dans le sac en train d’échanger des infos cruciales avec un dénommé « Ivan », qu’il prenait pour un espion russe.

McKeigue l’encourageait à enquêter sur des journalistes occidentaux, ainsi que sur des témoins d’attaques chimiques en Syrie, et demandait son aide pour mettre à genoux la Commission for International Justice and Accountability (CIJA), une organisation privée indépendante qui a accumulé des tonnes de documents prouvant les crimes du régime syrien et qui a contribué à l’ouverture des premières plaintes en Europe.

Pire encore, McKeigue lâche à « Ivan » que des membres du WGSPM sont en contact réguliers avec pas moins de quatre diplomates russes, à Genève, La Haye, New York et Londres, allant jusqu’à admettre que les campagnes médiatiques de son groupe étaient coordonnées avec ces derniers. Pour ne rien gâcher, le professeur britannique admet également que la création récente du Berlin Group 21 n’est qu’une façade du WGSPM pour lui permettre d’échapper aux critiques et de pousser ses campagnes en Allemagne.

Dès sa création en mars dernier, le Berlin Group 21 avait en effet relayé le « Statement of Concern » de la Courage Foundation, signé donc par nos quatre rebelles, ainsi que par Roger Waters, Tulsi Gabbard, Ray McGovern, Noam Chomsky, John Pilger ou encore Theodore Postol, Le Berlin Group 21 a été co-fondé par le conspirationniste Richard Falk… avec nul autre qu’Hans-Christof von Sponeck et José Bustani.

Nul doute que cet aréopage sera encore mobilisé très prochainement. Ces derniers mois, l’Identification and Investigation Team de l’OIAC a désigné Assad comme responsable de deux nouvelles attaques chimiques, celle de Latamneh en mars 2017 et de Saraqib en février 2018. L’organisation doit également désigner un coupable pour l’attaque de Douma, où tous les éléments pointent une fois encore vers Damas.

 

Voir aussi :

Affaire Skripal : Craig Murray s’enfonce un peu plus dans la théorie du complot

Sur RT France, Jacques Baud coche toutes les cases du conspirationnisme géopolitique

L’article Ces diplomates rebelles au service de la propagande du Kremlin est apparu en premier sur Conspiracy Watch | L'Observatoire du conspirationnisme.


09.05.2021 à 13:06

Conspiracy News #19.2021

La Rédaction

L’actu de la semaine décryptée par Conspiracy Watch (semaine du 03/05/2021 au 09/05/2021).

L’article Conspiracy News #19.2021 est apparu en premier sur Conspiracy Watch | L'Observatoire du conspirationnisme.

Texte intégral 2139 mots

L’actu de la semaine décryptée par Conspiracy Watch (semaine du 03/05/2021 au 09/05/2021).

NAPOLÉON. Napoléon a-t-il été empoisonné à l’arsenic ? Son corps a-t-il été subtilisé par les Anglais ? Nicolas Bernard fait le point sur les multiples légendes qui entourent la mort, il y a deux cents ans, du Corse le plus célèbre de l’histoire sur une petite île aux confins de l’Atlantique. Les rumeurs sur son compte naissent de son vivant, explique notamment l’auteur : « un personnage aussi grandiose a-t-il vraiment fini ses jours sur une île aussi petite ? Depuis sa déportation vers Sainte-Hélène en 1815, maints imposteurs ont usurpé son identité en France métropolitaine ; comme pour Adolf Hitler, des rumeurs quant à une éventuelle survie circuleront plusieurs années après sa mort » (source : Conspiracy Watch, 4 mai 2021).

À lire ou relire, sur le site PHDN (Pratiques de l’Histoire et Dévoiements négationniste), le célèbre texte parodique de Jean-Baptiste Pérès (1752-1840), « Comme quoi Napoléon n’a jamais existé », qui peut être lu comme un pastiche illustrant les méthodes des négationnistes. Une lecture à compléter par celle d’un court pamphlet intitulé Doutes historiques sur l’existence de Napoléon Bonaparte dans lequel toute l’épopée napoléonienne est passée au crible de l’irrévérence et de la satire.

TERRE PLATE. « La plupart des gens qui adhèrent à l’idée de Terre plate sont arrivés à la Terre plate via des vidéos YouTube », explique Sebastian Dieguez, chercheur en neurosciences à l’université de Fribourg. Si cette théorie remonte à la fin du XIXe siècle, elle connaît un regain d’intérêt depuis quelques années, dans un contexte de montée des populismes : « Je pense que ce n’est pas vraiment une conviction sincère, c’est plutôt une manière de s’approprier une méthode de dissidence ». L’universitaire y voit aussi la volonté d’un accès plus direct à la connaissance : « ça explique pourquoi souvent ces gens vont faire des expériences dans un amateurisme à peu près complet » (source : Kombini News/Twitter, 5 mai 2021).

ANTIVAX. Gisèle Beaudoin, une chanteuse country de 70 ans opposée à la vaccination contre le Covid-19, est décédée le 1er mai à cause d’une forme grave du virus. Avant de mourir, elle est revenue sur sa position en écrivant sur sa page Facebook : « Je vous mets en garde contre ce virus. Je n’aurais jamais pensé être si malade » (source : Le Dauphiné, 4 mai 2021).

Contrairement à ses annonces d’une chasse aux comptes anti-vaccination, Facebook laisse en activité des comptes dont les contenus de désinformation font des millions de vues. D’après le Center for Countering Digital Hate, 10 des 12 principaux comptes antivax sur le média social continuent d’être actifs. Ils sont 9 sur 12 sur Instagram, réseau social appartenant à Facebook (source : Vice, 28 avril 2021).

Il est à noter que l’adhésion à la vaccination progresse en France. D’après les chiffres du cabinet Kekst CNC, elle est passée de 40% des Français en décembre dernier à 59%. Le cabinet Opinion Act a cherché à identifier les mécanismes d’adhésion et de rejet de la vaccination dans notre pays, en étudiant les discussions publiques relatives aux quatre vaccins les plus mentionnés sur la période du 1er décembre au 28 février 2021 (source : Opinion Act, 6 mai 2021).

MICHAEL YEADON. Une vidéo abondamment relayée sur les réseaux sociaux soutient que 0,8% des personnes vaccinées contre le Covid-19 décèdent quinze jours après leur première injection, assurant se fonder sur les déclarations d’un ancien cadre de Pfizer, Michael Yeadon. Figure de la complosphère francophone, celui-ci a toutefois assuré à l’AFP qu’il n’avait jamais formulé une telle mise en garde. Si l’on se fiait à ce pourcentage, plus de 100.000 personnes seraient déjà mortes en France après avoir été vaccinées ; un chiffre colossal en décalage complet avec les données officielles et jugé « surréaliste » par un virologue interrogé par l’AFP (source : AFP, 6 mai 2021).

ALZHEIMER. Des publications très partagées sur internet, en français et en anglais, affirment que les vaccins anti-Covid à ARN messager peuvent provoquer des maladies neurodégénératives comme Alzheimer. Mais « l’étude » citée à l’appui de cette hypothèse a été rédigée par un militant anti-vaccin notoire et n’est pas fondée scientifiquement, comme l’expliquent plusieurs experts (source : AFP, 7 mai 2021).

HOLD-UP. Quelle fut l’ampleur réelle du documentaire complotiste Hold-Up ? Le chercheur en sciences politiques Antoine Bristielle et l’agence Kap Code ont réalisé une analyse de social media listening sur Twitter, en récoltant de septembre 2020 au 15 janvier 2021 tous les tweets mentionnant le mot-clé « Hold-Up ». Cette analyse des réseaux de propagation permet de visualiser la construction et l’évolution des interactions entre internautes s’exprimant sur ce sujet, leurs avis, ainsi que leur proximité/relations et influence dans le réseau social (source : Fondation Jean-Jaurès, 5 mai 2021).

INDE. Au cours des dernières semaines, alors que le nombre de morts dans le pays a dépassé les 200 000 personnes, beaucoup se sont tournés vers les réseaux sociaux pour demander de l’aide et obtenir des informations sur les lits de soins intensifs et les fournitures vitales en oxygène. D’autres ont donné de leur temps, consacrant de longues heures à diffuser des informations fiables pour aider les patients et leurs proches désespérés. La désinformation quant à elle a battu son plein. Rajneil Kamath, du service indien de vérification des faits NewsChecker, affirme que la charge de travail de l’organisation a doublé au cours du mois dernier et qu’elle reçoit des dizaines de fausses déclarations à traiter chaque jour (source : codastory.com, 3 mai 2021).

RUSSIE. L’ONG International Strategic Action Network for Security publie un article dans lequel est décrite la manière dont le gouvernement russe utilise la messagerie Telegram – 500 millions d’utilisateurs mensuels – pour influer sur la situation politique en Ukraine et en Biélorussie. Telegram permet de diffuser à grande vitesse, anonymement et à une large audience des narratifs pro-Kremlin, en lien avec les pouvoirs en place. Certains canaux sont directement animés par le Kremlin et comptabilisent plusieurs centaines de milliers d’abonnés (source : iSans, 28 avril 2021).

RADICALISATION. Ali Hassan Rajput, l’homme qui avait poignardé à mort un enseignant du pôle universitaire Léonard de Vincy, à la Défense, en décembre 2018, ne sera pas jugé. La chambre de l’instruction a tranché le 4 mai : elle le considère comme pénalement irresponsable de son acte (source : Le Parisien, 4 mai 2021). À l’époque, Conspiracy Watch avait été le seul média à enquêter sur le profil de l’assassin dont le radicalisme religieux allait de pair avec un antisémitisme et un complotisme effrénés (source : Conspiracy Watch, 8 décembre 2018).

QANON. Né aux États-Unis fin 2016, le mouvement extrémiste et complotiste QAnon gagne du terrain en Europe et notamment en France. Dans une vidéo publiée sur une chaîne française pro-QAnon intitulée « Les DéQodeurs », des personnes répondent à des questions d’internautes et débattent d’un visuel qui compare la situation des juifs dans les années 40 à ceux qui refusent de porter le masque en 2020. « Malheureusement, les individus qui ne souhaitent pas porter le masque sont marginalisés de la société, comme les juifs autrefois », explique Leonard Sojli, l’une des principales figures du mouvement dans l’Hexagone. Dans son émission hebdomadaire sur LCI, Thomas Huchon revient sur cette mouvance qui pourrait bien peser sur la campagne présidentielle de 2022 (source : LCI, 7 mai 202).

« CITOYENS SOUVERAINS. » Dans sa chronique hebdomadaire sur France Inter, Tristan Mendès France s’est penché sur une mouvance complotiste venue des États-Unis – présente en France –, connue sous l’appellation de « Citoyens Souverains ». L’objectif partagé par les différents groupes qui s’en revendiquent ? Remettre en cause l’autorité de l’État et tout ce qu’il représente, explique notre collaborateur qui précise que le FBI a fini par considérer ses membres comme un « potentiel danger terroriste » (source : France Inter, 7 mai 2021).

NÉONAZIS. Six membres d’un groupuscule néonazi ont été interpellés le 4 mai alors qu’ils préparaient un attentat contre une loge maçonnique. Les interpellations ont eu lieu dans le Bas-Rhin et dans les environs de Sochaux (Doubs). Des armes, notamment des couteaux, et des munitions ont été découvertes ainsi que de l’argent. Baptisé « Honneur et Nation », le groupuscule préparait un attentat terroriste intitulé  « projet Alsace » contre une loge maçonnique en Moselle mais également contre des lieux communautaires et contre le ministre de la Santé, Olivier Véran. Les membres du groupe, qui faisaient preuve dans leurs échanges d’un antisémitisme et d’un complotisme débridés, avaient fait des recherches sur les explosifs et effectué des repérages. Ce groupe aurait enfin déjà été sollicité par le complotiste Rémy Daillet-Wiedemann, impliqué dans le rapt de la petite Mia (sources : BFM TV, 7 mai 2021 ; lejdd.fr, 8 mai 2021).

LECTURE. Enseignant-chercheur en psychologie sociale et en statistique à l’Université de Fribourg (Suisse), Pascal Wagner-Egger vient de publier Le bruit de la conspiration (PUG). À la lumière des études scientifiques en psychologie menées sur le sujet, l’ouvrage propose d’explorer les raisons qui font que nous pouvons tous être attirés par ce genre de récit, et de comprendre pourquoi certains y croient plus que d’autres. L’auteur interroge la rationalité de ces théories et s’attache à identifier les faiblesses du raisonnement complotiste, donnant au lecteur les clés intellectuelles pour le contrer. Conspiracy Watch publie les bonnes feuilles de ce livre qui constitue, d’après son préfacier, Gérald Bronner, un « apport salutaire dans le contexte actuel » (source : Conspiracy Watch, 5 mai 2021).

L’article Conspiracy News #19.2021 est apparu en premier sur Conspiracy Watch | L'Observatoire du conspirationnisme.


4 / 10

10