LePartisan.info À propos Podcasts Fil web Écologie Blogs Revues Médias
Retrouvez toute l'actualité internationale en continu - France 24
Souscrire à ce flux
Chaîne de service public - Actualité internationale.

Accès libre

▸ les 15 dernières parutions

18.07.2024 à 12:05

Voitures neuves: la part des électriques a reculé en Europe au premier semestre

FRANCE24

La proportion de modèles électriques dans les ventes de voitures neuves a diminué en Europe au cours des six premiers mois de 2024, marquant un coup d'arrêt à l'envolée récente de ces motorisations, selon les chiffres publiés jeudi par les constructeurs. Après trois ans de croissance effrénée, les modèles à batterie n'ont connu qu'une légère hausse (+1,3%) au premier semestre de l'année, par rapport à la même période en 2023, et ont représenté 12,5% des ventes, contre 12,9% début 2023. La suppression des aides à l'achat pour les voitures électriques (VE) fin 2023 en Allemagne, premier marché du continent, a porté un coup d'arrêt à la progression de cette motorisation, qui doit pourtant s'imposer d'ici 2035 selon les plans de la Commission européenne. La marque américaine Tesla, leader du marché électrique avec sa Model Y, voit ses ventes européennes reculer de 9,1% au premier semestre. Les ventes d'électriques ont cependant continué à progresser dans certains pays majeurs de l'UE, comme la France, notamment grâce au dispositif de "leasing social", mais aussi l'Italie avec de nouveaux bonus à l'achat, ou la Belgique grâce à des avantages fiscaux pour les sociétés. "L'Allemagne est l'homme malade de l'Europe en ce qui concerne les voitures électriques", analyse Lucien Mathieu du groupe de réflexion Transport & Environment, dans un communiqué. "Pendant ce temps, les marchés qui disposent d'incitations fortes et fiables pour encourager l'adoption des VE récoltent les fruits de leurs efforts. Grâce à un cadre réglementaire favorable et au leasing social, la France progresse et dépasse maintenant largement l'Allemagne en part de marché pour l'électrique", explique M. Mathieu. Plutôt que de choisir des voitures électriques, où l'offre de modèles économiques reste limitée, les acheteurs se sont davantage tournés vers les modèles hybrides (+22,3% au premier semestre), qui représentent désormais 29,2% du marché. Toutes motorisations confondues, le marché européen a connu un léger rebond au premier semestre, à 5,7 millions de véhicules (+4,5%), mais les ventes restent loin de leur niveau d'avant-Covid. Les ventes de modèles à essence et diesel ont poursuivi leur chute dans la plupart des pays européens mais rebondi en Allemagne et en Italie. Ces deux motorisations représentent respectivement 35,3% et 12,9% du marché européen. Normes CO2 La stagnation des modèles électriques est un défi pour les constructeurs, qui doivent se conformer début 2025 à des normes d'émissions de CO2 plus sévères, sous peine de lourdes amendes. "On est cette année sur un plateau", a expliqué le directeur de la marque Renault, Fabrice Cambolive, jeudi matin. "Mais l'ensemble des constructeurs a investi fortement pour dynamiser le marché électrique. On attend une progression du marché, notamment sur le segment B (compactes) dès la fin de cette année, avec une offre fournie". Renault compte notamment prendre sa part de ce rebond électrique au deuxième semestre avec les lancements du Scenic et de la R5 électriques. "L'enjeu n'est plus tant de fabriquer que de vendre. On est dans une période critique où on a le résultat des investissements faits ces dernières années" dans les gammes hybrides et électriques, souligne Marc Mortureux, de la Plateforme automobile, qui représente les constructeurs et équipementiers français. Il faut cependant "que les pays aient des politiques cohérentes pour tenir les objectifs ambitieux fixés au niveau européen", souligne M. Mortureux. "S'il n'y a que la France qui tire, ça ne va pas marcher". Dans ce climat incertain, le pionnier des hybrides Toyota tire son épingle du jeu au premier semestre (+20,7%), notamment avec ses Yaris assemblées en France, et sa part de marché atteint 7,8%, à égalité avec le groupe Hyundai-Kia. Le leader du marché Volkswagen progresse de 4,1%, notamment grâce à ses marques Skoda et Cupra. Le numéro 2 Stellantis (+0,5%) voit sa part de marché reculer à 18%, avec une baisse des ventes chez Peugeot notamment. Le groupe Renault est en légère hausse (+2%), grâce à ses marques Dacia et Alpine.

18.07.2024 à 11:57

Le Japon et les îles du Pacifique durcissent le ton face à la Chine, sans la nommer

FRANCE24

Tokyo et les représentants des 18 membres du Forum des îles du Pacifique (FIP), dont la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie française, ont exprimé "leur ferme opposition à toute tentative unilatérale de modifier le statu quo par la menace ou l'usage de la force ou de la coercition, où que ce soit dans le monde". La formulation reprise dans ce communiqué après trois jours de réunion dans la capitale nippone est celle régulièrement utilisée par les Etats-Unis et leurs alliés pour faire référence à l'influence et à la capacité militaire croissantes de la Chine en Asie-Pacifique. Si Pékin n'est pas explicitement nommée, les termes utilisés dans cette déclaration à l'issue de ce 10e sommet triennal des dirigeants des îles du Pacifique (PALM) sont cependant plus forts que lors du précédent rassemblement organisé de manière virtuelle en 2021. "Les dirigeants se sont engagés à garantir une région Asie-Pacifique stable et prospère, ont noté avec inquiétude le renforcement militaire rapide qui n'est pas propice à cet objectif", indique le communiqué. Les représentants ont "appelé à un engagement proactif, responsable et transparent pour maintenir la paix et la sécurité régionales", ajoute le document. "Défis complexes" Avec le soutien des Etats-Unis, le Japon a renforcé sa coopération en matière de défense dans l'espace Asie-Pacifique très disputé, où la Chine offre également son soutien en matière d'infrastructures et de sécurité. Les navires transportant des importations énergétiques vitales pour le Japon passent par les voies navigables entourant les membres du Forum, qui sont également d'importantes zones de pêche pour Tokyo. "L'environnement qui nous entoure a beaucoup changé depuis le premier sommet PALM et nous sommes confrontés à des défis complexes", a relevé le Premier ministre japonais Fumio Kishida devant la presse. La Chine a notamment signé un pacte de sécurité, un temps tenu secret, avec les îles Salomon en 2022. Et en janvier, Nauru, membre du FIP, a rompu ses liens avec Taïwan en faveur de la Chine. Il ne reste depuis plus que 12 Etats dans le monde qui reconnaissent Taipei sur le plan diplomatique, dont les Palaos, un autre membre du Forum. Le président des Palaos a déclaré cette semaine au média japonais Nikkei Asia que la pression exercée par la Chine, qu'il a rendue responsable d'une importante cyberattaque récente, avait atteint un "nouveau niveau". "Menace existentielle" du changement climatique La déclaration commune de jeudi appelle à un "ordre maritime libre, ouvert et durable fondé sur l'État de droit". "Les partenaires du PALM vont (...) renforcer les échanges en matière de défense par le biais d'escales dans le Pacifique pour des avions et des navires des Forces japonaises d'autodéfense", indique aussi le document. "Nous pouvons considérer ce langage plus ferme comme une victoire pour Tokyo, qui aura fait pression en ce sens", a estimé Ian Hall, professeur de relations internationales à l'université australienne Griffith. "Mais je pense qu'il faut aussi dire que la plupart des Etats insulaires du Pacifique, voire tous, considèrent le changement climatique comme un défi bien plus important que la puissance militaire rapidement grandissante de la Chine", a-t-il déclaré à l'AFP. Les dirigeants ont ainsi reconnu que le changement climatique constituait "la plus grande menace existentielle" pour la sécurité et les moyens de subsistance dans le Pacifique. Le Japon espérait profiter du sommet pour apaiser les craintes suscitées par son rejet des eaux traitées de la centrale nucléaire de Fukushima, ravagée par un tsunami en 2011. Les membres du Forum avaient exprimé dans une déclaration commune en novembre leurs "vives inquiétudes" à ce sujet. "J'ai expliqué que nous allions renforcer le sentiment de sécurité parmi les nations insulaires du Pacifique tout en coopérant étroitement avec l'AIEA (l'Agence internationale de l'énergie atomique, NDLR) et en continuant à partager des informations", a déclaré M. Kishida jeudi.

18.07.2024 à 11:49

En Europe, la part des modèles électriques dans les voitures neuves recule

FRANCE 24

Si les ventes de voitures neuves ont progressé de 4,3 % en juin dans l'Union européenne, les immatriculations de véhicules équipés d'une batterie électrique affichent quant à elles un recul, selon les chiffres publiés jeudi par les constructeurs.
3 / 15
  GÉNÉRALISTES
Basta
Blast
L'Autre Quotidien
Alternatives Eco.
La Croix
Euronews
Le Figaro
France 24
FTVI
HuffPost
L'Humanité
LCP / Public Senat
Le Media
Le Monde
Libération
Mediapart
La Tribune
 
  EUROPE
Courrier Europe Centle
Euractiv
Toute l'Europe
 
  INTERNATIONAL
Equaltimes
CADTM
Courrier International
Global Voices
Info Asie
Inkyfada
I.R.I.S
Jeune Afrique
Kurdistan au féminin
N-Y Times
Orient XXI
Of AFP
Rojava I.C
 
  OSINT / INVESTIGATION
OFF Investigation
OpenFacto°
Bellingcat
Disclose
G.I.J.N
 
  MÉDIAS D'OPINION
AOC
Au Poste
Cause Commune
CrimethInc.
Issues
Les Jours
Le Monde Moderne
LVSL
Marianne
Médias Libres
Quartier Général
Rapports de force
Reflets
Rézo
StreetPress
 
  OBSERVATOIRES
Armements
Acrimed
Catastrophes naturelles
Conspis
Culture
Extrême-droite
Human Rights
Inégalités
Information
Internet actu ✝
Justice fiscale
Liberté de création
Multinationales
Situationnisme
Sondages
Street-Médics
Routes de la Soie
Vrai ou Fake ?
🌓