Médias
GÉNÉRALISTES
Basta Blast Capital France 24 FTVI L'Humanité La Croix LCP Le Monde La Tribune Le Figaro Mediapart L'Autre Quotidien Le Media Slate Korii Vrai ou Fake ?
INTERNATIONAL
CADTM Courrier d'Europe Centrale Eurojournalist Equaltimes Info Asie Inkyfada Jeune Afrique Le Grand Continent Orient XXI Rojava I.C N-Y Times fr Toute l'Europe
MÉDIAS D'OPINION
L'Autre France-Presse Acta AOC Issues Les Jours Le Monde Moderne LVSL Médias Libres Marianne Quartier Général Rapports de force Reflets Rézo StreetPress
OBSERVATOIRES
Acrimed Internet actu Catastrophes naturelles Conspis Culture Extrême-droite Inégalités Information Médias Multinationales Présidentielle Routes de la Soie
+
Accès libre Publication de la Fondation Internet Nouvelle Génération, « le think tank qui porte la voix d’un numérique ouvert, humain, et durable »

▸ les 25 dernières parutions

30.11.2021 à 06:00

L’apprentissage automatique peut-il changer notre compréhension du monde ?

Hubert Guillaud
Le journaliste philosophe David Weinberger (@dweinberger, blog) étudie depuis longtemps les effets d’internet sur la connaissance. Il est actuellement écrivain en résidence (« à temps partiel et temporaire ») chez Google (et il tient un autre blog sur le sujet de l’apprentissage automatisé, lié à sa résidence). Pour le magazine Aeon (@aeonmag), (...)

Texte intégral 3666 mots

Couverture du livre de David Weinberger, Everyday ChaosLe journaliste philosophe David Weinberger (@dweinberger, blog) étudie depuis longtemps les effets d’internet sur la connaissance. Il est actuellement écrivain en résidence (« à temps partiel et temporaire ») chez Google (et il tient un autre blog sur le sujet de l’apprentissage automatisé, lié à sa résidence). Pour le magazine Aeon (@aeonmag), il tente d’expliquer l’impact que le Machine Learning risque d’avoir sur la connaissance et sur notre rapport au monde. Son dernier livre, Everyday Chaos : Technology, Complexity, and How We’re Thriving in a New World of Possibility (Le chaos quotidien : technologie, complexité et comment nous nous épanouissons dans un nouveau monde de possibilité, non traduit, Harvard Business Review Press, 2019), est également consacré à ce sujet.

« Dans ses bons jours, le monde ressemble à un chemin de fer bien géré : les choses se passent selon des principes, des lois, des règles et des généralisations que nous, humains, comprenons et pouvons appliquer à des cas particuliers. Nous pardonnons les retards occasionnels des trains, car ils sont les exceptions qui confirment la règle. Mais à d’autres moments, nous faisons l’expérience d’un monde qui ressemble à un carambolage sur une autoroute. Les mêmes lois s’y appliquent, mais il y a tellement de facteurs à prendre en compte qu’on ne peut prédire le prochain carambolage et que nous ne pouvons pas expliquer les « détails » de celui-ci – détails qui pourraient permettre pourtant à une voiture de s’en sortir avec une aile tordue, alors qu’une autre exploserait en boule de feu. »

Nous vivons dans un monde dans lequel les interdépendances entre d’innombrables particularités dépassent le pouvoir d’explications des règles qui les déterminent. D’un côté, on maudit un résultat, de l’autre, il nous émerveille.

L’apprentissage automatique pourrait révéler que le monde quotidien est plus accidentel que régi par des règles. « Si tel est le cas, c’est parce que l’apprentissage automatique tire son pouvoir épistémologique de son absence de généralisations que nous, les humains, pouvons comprendre ou appliquer ».

« L’opacité des systèmes d’apprentissage automatique soulève de sérieuses inquiétudes quant à leur fiabilité et leur tendance à la partialité. Mais le constat brut qu’ils fonctionnent pourrait nous amener à une nouvelle compréhension et expérience de ce qu’est le monde et de notre rôle dans celui-ci. »

Et le philosophe de rappeler, avec beaucoup de clarté et de pédagogie, que l’apprentissage automatique fonctionne d’une manière radicalement différente de la programmation traditionnelle. « Les programmes traditionnels sont en effet l’apothéose de la compréhension du monde et de l’expérience », puisqu’ils reposent sur des règles, à l’image de notre compréhension d’un chemin de fer bien géré. Dans un programme traditionnel qui reconnaît des chiffres écrits à la main, le programmeur doit indiquer à l’ordinateur que 1 s’écrit comme une ligne droite verticale, 8 avec deux cercles l’un sur l’autre… Cela peut fonctionner correctement, mais le programme risque de mal reconnaître un pourcentage élevé de chiffres écrits par des mains malhabiles dans un monde imparfait. Les modèles d’apprentissage automatiques sont au contraire des programmes écrits par des programmes qui apprennent à partir d’exemples. Pour créer un modèle d’apprentissage automatique capable de reconnaître des chiffres écrits à la main, les développeurs ne disent rien à la machine des formes de ces chiffres. Ils lui donnent des milliers d’exemples de chiffres manuscrits, chacun étiqueté correctement du nombre qu’ils représentent. Le système découvre alors des relations statistiques entre les pixels qui composent les images partageant une même étiquette. Une série de pixels en ligne plus ou moins verticale ajoute un poids statistique à l’image en tant que 1, et diminue la probabilité qu’il s’agisse d’un 3.

« Dans les applications réelles d’apprentissage automatique, le nombre de réponses possibles peut dépasser de loin les 10 chiffres, la quantité de données à prendre en compte est vraiment énorme et les corrélations entre les points de données sont si complexes que nous, les humains, sommes souvent incapables de les comprendre. Par exemple, le métabolisme humain est un ensemble incroyablement complexe d’interactions et d’effets interdépendants. Imaginez donc que l’on crée un système d’apprentissage automatique capable de prédire comment le système du corps humain va réagir à des causes complexes. » Ce modèle devient alors l’endroit où médecins, chercheurs, profanes et hypocondriaques se rendent pour poser des questions et jouer à « Et si ? ». Le modèle devient alors la source la plus importante de connaissances sur le corps humain, même si nous ne pouvons pas comprendre comment il produit ses résultats.

Le risque d’un monde inexplicable

Deux histoires sont alors possibles. La première affirme que l’inexplicabilité est un inconvénient avec lequel nous devons apprendre à vivre afin d’obtenir et vivre avec les résultats utiles et probabilistes que l’apprentissage automatique génère. La seconde affirme que l’inexplicabilité n’est pas un inconvénient, mais une vérité ! Les outils d’apprentissage automatique fonctionnent parce qu’ils sont meilleurs que nous pour lire un monde trop complexe pour nous. Le succès de cette technologie nous apprend que le monde est la véritable boîte noire.

L’apprentissage automatique se déploie partout. Il est certes imparfait – notamment du fait qu’il peut amplifier les préjugés de nos sociétés -, mais nous continuons à l’utiliser quand même du fait des résultats qu’il génère. Le fait que l’apprentissage automatique réalise des exploits sans appliquer de règles est surprenant, voire gênant, pour nous, humains, tant nous avons une préférence pour les règles plutôt que pour les détails. Programmer un système pour jouer au jeu de Go sans qu’on lui indique les règles du jeu, mais en lui donnant des centaines de millions de mouvements à analyser semble assez contre-intuitif. Reste que l’apprentissage automatique est devenu bien meilleur que nous pour jouer au Go. Le processus de l’apprentissage automatique ne part pas de généralisations et ne produit pas de généralisations et ne sait pas produire d’interprétation généralisante. Il ne sait que traiter un cas par rapport à des millions d’autres, en généralisant à partir de millions de données. Ainsi, si un identificateur d’écriture n’a pas généralisé ce qu’il a appris des échantillons qui lui ont été donnés, il échouera lamentablement à catégoriser les caractères qu’il n’a jamais vus auparavant. Son incapacité à généraliser en fait un modèle inutile. Mais sa capacité à généraliser dépend toujours d’exemples spécifiques.

Les généralisations que produisent les modèles d’apprentissage automatique sont très différentes des généralisations que nous utilisons, nous humains, pour expliquer des particularités. « Nous aimons les généralisations traditionnelles, parce que (1) nous pouvons les comprendre ; (2) elles permettent des conclusions déductives ; et (3) nous pouvons les appliquer à des cas particuliers. Or, les généralisations produites par l’apprentissage automatique (1) ne sont pas toujours compréhensibles ; (2) sont statistiques, probabilistes et principalement inductives ; et (3) littéralement et pratiquement, nous ne pouvons généralement pas appliquer les généralisations qu’il produit, sauf en exécutant le modèle d’apprentissage automatique. De plus, les généralisations d’un modèle de machine learning peuvent être étrangement particulières : un motif de veines dans un scanner rétinien peut annoncer un début d’arthrite, mais seulement s’il y a 50 autres facteurs avec des valeurs spécifiques dans le dossier médical global et ces 50 facteurs peuvent varier en fonction de leur interrelation. C’est comme si vous vous demandiez comment votre voiture a évité de graves dommages lors de cette collision entre plusieurs voitures : la voiture a dû surmonter tellement de « si », de « et » et de « ou » que l’événement ne se réduit pas à une règle compréhensible que vous pourriez exprimer ou appliquer proprement à une autre situation. Ou encore, c’est comme les indices d’un meurtre mystérieux qui ne désignent le tueur que lorsqu’ils sont pris ensemble, d’une manière qui ne peut être généralisée et appliquée à d’autres affaires de meurtre. »

« Notre rencontre avec les modélisations basées sur l’apprentissage automatique ne nie pas l’existence de généralisations, de lois ou de principes. Elle nie qu’elles soient suffisantes pour comprendre ce qu’il se passe dans un univers aussi complexe que le nôtre. Les particularités contingentes, chacune affectant toutes les autres, écrasent le pouvoir explicatif des règles et le feraient même si nous connaissions toutes les règles. »

Jusqu’à présent, les lois de la science ont répondu à nos besoins. Ce que nous connaissons des lois de la gravité nous permet de procéder aux calculs nécessaires. Nous n’avons pas besoin d’une connaissance exhaustive et impossible de l’univers pour cela. Les lois et règles de la physique nous permettent de simplifier suffisamment le monde pour le comprendre, le prévoir, voire le contrôler, sans avoir besoin de nous intéresser au chaos des particularités et de leurs relations entre elles. Avec l’apprentissage automatique, nous disposons désormais d’une technologie de prédiction et de contrôle qui découle directement des innombrables interactions chaotiques simultanées de la totalité. Cette technologie a pourtant un écueil : si elle nous donne une maîtrise accrue, elle ne nous apporte pas la compréhension. Mieux, son succès même attire l’attention justement sur ce qui échappe à notre compréhension.

Pour David Weinberger, « l’apprentissage automatique pourrait briser l’engouement de l’Occident pour la certitude comme signe de la connaissance ». Comme les résultats de l’apprentissage automatique sont probabilistes, la certitude totale des résultats est bien souvent une cause de scepticisme à l’égard d’un modèle. Par nature, les résultats probabilistes de l’apprentissage automatique comportent un certain degré d’inexactitude. Nous avons désormais des systèmes puissants capables de tirer des conclusions d’innombrables détails interconnectés, même si leurs modalités nous restent impénétrables. À terme, le plus réel ne sera peut-être plus le plus immuable, le plus général, le plus connaissable… Le réel ne sera plus alors l’événement le plus simple, mais bien sa complexité même.

L'article de Weinberger sur Aeon

Le fossé de la compréhension

En 2019, à la sortie du livre, Weinberger développait la même idée sur son blog sur Medium. Pour lui, l’apprentissage automatique élargit le fossé entre la connaissance et sa compréhension. Longtemps nous avons pensé qui si nous travaillions assez durement, si nous pensions assez clairement, l’univers nous livrera ses secrets, car il est connaissable… « Mais avec l’apprentissage automatique, nous commençons à accepter que la véritable complexité du monde nous dépasse et dépasse de loin les lois et les modèles que nous concevons pour l’expliquer » Or, rappelle-t-il, nous nous considérons comme des créatures créées par Dieu et dotées de la capacité à recevoir la révélation de la vérité. Depuis la Grèce antique, nous nous définissons comme les animaux rationnels capables de voir la logique et l’ordre sous l’apparent chaos du monde. L’apprentissage automatique nous invite à remiser cette idée fondamentale. Nous ne sommes peut-être pas aussi bien adaptés à la rationalité de notre univers que nous le pensions. « L’évolution nous a donné des esprits réglés pour la survie et seulement accessoirement pour la vérité. » Pour Weinberger, nous sommes confrontés à une désillusion, à une compréhension nouvelle de nos limites, mais désormais dotés d’un pouvoir pour les dépasser. « Plutôt que de devoir toujours ramener notre monde à une taille que nous pouvons prévoir, contrôler et avec laquelle nous nous sentons à l’aise, nous commençons à élaborer des stratégies qui tiennent compte de la complexité de notre monde. »

Weinberger évoque ainsi l’utilisation des tests A/B (voir également ce que nous disions du potentiel et des limites de l’A/B testing). Il rappelle que lors de la première campagne présidentielle d’Obama, ses équipes n’ont cessé d’utiliser ces techniques pour améliorer l’engagement des visiteurs de son site web. Ses équipes ne savaient pas pourquoi certaines améliorations fonctionnaient, mais elles n’en avaient pas besoin. Il suffisait de le mesurer et de le constater. En fait, nombre de résultats de tests A/B ne s’expliquent pas, notamment quand ils montrent qu’un fond vert a plus d’effet qu’un fond bleu. Nous n’avons pas toujours le cadre mental qui explique pourquoi une version d’une publicité fonctionne mieux qu’une autre par exemple. Il est probable que les explications soient liées à des contextes précis, à des préférences multiples, fugaces et très spécifiques. « Les raisons peuvent être aussi variées que le monde lui-même ». « Pensez au lancer d’un ballon de plage. Vous vous attendez à ce que le ballon fasse un arc de cercle en se déplaçant dans la direction générale dans laquelle vous l’avez lancé, car notre modèle mental – l’ensemble des règles qui régissent la façon dont nous pensons que les choses interagissent – tient compte de la gravité et de l’élan. Si la balle va dans une autre direction, on ne rejette pas le modèle. Vous supposez plutôt que vous avez manqué un élément de la situation ; peut-être y avait-il un coup de vent, ou que votre main a glissé ».

« C’est précisément ce que nous ne faisons pas pour les tests A/B. Nous n’avons pas besoin de savoir pourquoi. » Nous n’avons pas besoin de savoir pourquoi une photo en noir et blanc, un fond vert plutôt que bleu ou une étiquette « En savoir plus » ont augmenté les dons à une campagne particulière. Nous n’avons pas même à savoir si les leçons que nous avons tirées de la publicité d’un démocrate s’avèrent ne pas fonctionner pour son adversaire républicain – et il est fort possible que ce ne soit pas le cas – ce n’est pas grave non plus, car il est assez peu coûteux d’effectuer d’innombrables tests A/B.

« Le test A/B n’est qu’un exemple de technique qui nous montre discrètement que les principes, les lois et les généralisations ne sont pas aussi importants que nous le pensions. » Au final, la complexité démontre une forme d’efficacité.

L’apprentissage automatique et le test A/B ont trois choses en commun : elles sont énormes, elles sont connectées, elles sont complexes. Leur échelle – leur immensité – leur permet d’atteindre un niveau de détail inégalé. L’un comme l’autre – contrairement à nous – se nourrissent de détails et d’unicité. La connectivité est également essentielle, notamment parce qu’elle est à l’origine même de leur complexité. « Les connexions entre les très nombreux éléments peuvent parfois conduire à des chaînes d’événements qui se terminent très loin de leur point de départ. D’infimes différences peuvent faire prendre à ces systèmes des virages inattendus. »

« Mais, nous n’utilisons pas ces technologies parce qu’elles sont énormes, connectées et complexes. Nous les utilisons parce qu’elles fonctionnent. »

L’efficacité des systèmes : une appréciation contextuelle

Cette efficacité intrinsèque cependant semble une limite que ces deux tribunes n’interrogent pas. Une efficacité pour quoi et pour qui ? Nous avons pour notre part souvent pointé les limites tautologiques de l’efficacité (par exemple, dans « Qu’est-ce que l’informatique optimise ? »).

Pointons donc vers une derrière tribune de David Weinberger qui revient sur les erreurs de l’apprentissage automatique. Cette efficacité des systèmes, c’est nous qui devons la régler, la borner, souligne-t-il.

De nombreux systèmes d’apprentissage automatique sont des classificateurs. Ils trient et classent des objets en fonction de leurs résultats. « Cette photo doit-elle être placée dans le panier des photos de plage ou non ? Cette tache sombre sur un scanner médical doit-elle être classée comme une excroissance cancéreuse ou autre chose ? » Les machines prennent des décisions sur la base de l’examen de milliers voire de millions d’exemples qui ont déjà été classés de manières fiables, entraînés. Reste que tous les systèmes font des erreurs de classements. « Un classificateur d’images pourrait penser que la photo d’un désert est une photo de plage. »

Les classificateurs font deux grands types d’erreurs. « Un classificateur d’images conçu simplement pour identifier les photos de plages peut, par exemple, placer une image du Sahara dans la catégorie « Plage » ou placer une image de plage dans la catégorie « Pas une plage ». » Les premières sont des « fausses alarmes » (les spécialistes parlent de faux positifs) et les secondes sont des « cibles manquées » (les spécialistes parlent de faux négatifs). Les taux de fausses alarmes et de cibles manquées sont importants. Dans le cas d’un scanner corporel au contrôle de sécurité d’un aéroport, celui-ci déclenche souvent des alarmes de sécurité alors que les personnes ne sont pas une menace pour la sécurité. Il ne s’agit pas nécessairement de mauvais réglages : les scanners sont réglés de manière à générer assez fréquemment de fausses alarmes. Ils sont réglés pour privilégier les fausses alarmes plutôt que les cibles manquées. L’exemple montre que fausses alarmes et cibles manquées sont interreliées et que les choix que l’on fait peser à un système dépendent des objectifs qu’on en attend, du contexte de son déploiement.

En ce sens, l’efficacité dépend donc du contexte et des réglages auxquels on procède. Fausses alarmes et cibles manquées peuvent être coûteuses, à la fois pour celui qui opère le système, comme pour ceux qui sont opérés par le système. Ces ajustements entre fausses alarmes et cibles manquées amènent à un autre niveau d’erreur, explique Weinberger : le niveau de confiance du système. Le choix de ces ajustements, la machine, elle ne peut pas vraiment y répondre. Ce sont donc les concepteurs qui décident de ce qu’ils attendent du système, des compromis à faire pour obtenir un résultat plus ou moins fiable, efficace. C’est ici que les discussions et les conversations difficiles ont lieu. « L’une des conséquences les plus utiles de l’apprentissage automatique au niveau social n’est peut-être pas seulement qu’il nous oblige, nous les humains, à réfléchir sérieusement et à voix haute à ces questions, mais que les conversations requises reconnaissent implicitement que nous ne pourrons jamais échapper entièrement à l’erreur. Au mieux, nous pouvons décider comment nous tromper de manière à atteindre nos objectifs et à traiter tout le monde aussi équitablement que possible. » Au mieux !

Pour le dire simplement, malgré ses qualités, ses performances, l’apprentissage automatique ne nous enlève pas, nous humains, du dilemme qu’il construit. Nous avons encore accès aux paramètres. C’est à nous de les fixer, c’est-à-dire de les préciser, de les réparer, de les borner ! Et donc de dire où ces systèmes peuvent être utiles et où ils ne devraient pas régir le monde.

Hubert Guillaud


25.11.2021 à 06:00

Scoring partout… justice nulle part

Hubert Guillaud
« Si vous n’avez pas accès à votre score ou si vous ne savez pas qu’un score est calculé, quelle possibilité d’action vous reste-t-il ? » Aucune, explique une excellente vidéo du Data Justice Lab (@DataJusticeLab) – et on pourrait d’ailleurs ajouter, que savoir qu’on est calculé ou comment ne vous donne pas (...)

Texte intégral 4619 mots

« Si vous n’avez pas accès à votre score ou si vous ne savez pas qu’un score est calculé, quelle possibilité d’action vous reste-t-il ? » Aucune, explique une excellente vidéo du Data Justice Lab (@DataJusticeLab) – et on pourrait d’ailleurs ajouter, que savoir qu’on est calculé ou comment ne vous donne pas pour autant de possibilité d’actions, hélas !

Le problème de la multiplication des « scores de données » comme outils de gouvernance des administrés, explique le laboratoire de recherche de l’Ecole de journalisme de l’université de Cardiff, c’est que les citoyens ont très peu d’informations sur le déploiement de ces systèmes de scoring : ce qui empêche, pour le moment, tout débat public sur leur utilité et leurs biais. L’autre problème, bien sûr, de ces nouvelles modalités de gouvernance des usagers par les services publics (mais également par des systèmes privés), interroge les indicateurs produits (voir notamment notre article « Peut-on limiter l’extension de la « société de la notation » ?) Qu’est-ce qu’on mesure depuis ces scores ? Quelles caractéristiques sont utilisées pour déterminer des comportements ou des risques ? Et comment ces scores déterminent-ils l’affectation de ressources relative aux risques calculés ? Le problème, bien sûr, c’est que ces scores prennent bien plus en compte des facteurs individuels que structurels : ils reposent par exemple sur des défaillances de paiements plus que sur la montée des emplois précaires ou la réduction des prestations sociales, ils prennent plus facilement en compte l’absentéisme des élèves que les problèmes de désorganisation à l’école…

Ces systèmes portent toujours plus d’attention sur les individus que sur les causes structurelles des problèmes sociaux, dénonce avec justesse le Data Justice Lab. Le risque, bien sûr, c’est de produire une modification profonde des relations des organismes publics avec les citoyens ou des entreprises avec leurs employés en accusant toujours les comportements individuels plutôt que les défaillances structurelles ou organisationnelles !

Scores de données : la responsabilité individuelle plutôt que les défaillances structurelles

Couverture du livre Femmes InvisiblesDans un rapport (.pdf) (qui date de décembre 2018) coordonné par Lina Dencik (@LinaDencik), Arne Hintz (@arne_hz), Joanna Redden et Harry Warne, le Data Justice Lab s’est intéressé en profondeur à l’avènement de ces « scores de données » dans les services publics du Royaume-Uni. Le rapport livre plusieurs études de cas (qui portent sur des systèmes liés à la fraude sociale, à la santé, à la protection de l’enfance, aux services sociaux comme à la police), mais souligne surtout la grande carence d’informations sur les déploiements de ces systèmes, que ce soit sur les objectifs des systèmes, les données utilisées, tout comme sur les résultats produits.

Le Data Justice Lab alerte également sur l’étendue de la collecte et du partage de données opérés par ces projets, leur manque criant de transparence, le fait qu’ils soient souvent produits sans consentement des publics cibles, sans garde-fous éthiques, sans garanties ni modalités de contestation, sans association des usagers… et surtout bien sûr, le fait qu’étiqueter quelqu’un à risque consiste essentiellement à cibler et stigmatiser les plus fragiles.

L’analyse de données automatisée est promue dans un contexte économique de baisse budgétaire, de maîtrise des finances publiques et d’amélioration des services publics. Mais, l’introduction de l’analyse de données dans les services publics conduit surtout à réduire les soins, les prestations sociales et les droits, sans que les personnes concernées n’aient la possibilité de comprendre ou contester ces mesures, comme l’ont montré les travaux de Virginia Eubanks. Ces analyses de données reposent sur des pratiques de catégorisation, de segmentation, d’évaluation et de classement des populations en fonction de divers critères dans le but d’allouer les services en conséquence de ces critères et d’identifier des risques ou comportements spécifiques. Le scoring, c’est-à-dire le résultat d’analyse de ces critères, produit des indicateurs qui permettent de rendre les catégorisations effectives. Le scoring est utilisé depuis longtemps dans le secteur financier et le crédit où on utilise non seulement des données « socialement orientées » mais également, de plus en plus, des données comportementales (usages des téléphones mobiles par exemple) ou sociales (analyse des réseaux relationnels par exemple). Ces scores se sont ensuite répandus dans les services publics, notamment dans le secteur éducatif aux États-Unis, dans la mesure de risques juridiques, les outils de contrôle aux frontières, dans la santé et les politiques sociales liées à l’enfance et la famille. Au Royaume-Uni, l’analyse et l’utilisation des scores sont, pour l’instant encore, peu documentées. La Commission de la science et de la technologie de la Chambre des communes dans un rapport (.pdf) recommande au gouvernement de produire, maintenir et publier une liste des algorithmes utilisés par les autorités, notamment là où leur impact social est majeur. Dans les faits, il semble que nous soyons encore assez loin.

Dans leur étude, le Data Justice Lab revient sur plusieurs outils déployés en Grande-Bretagne. À défaut de les observer tous, intéressons-nous à l’un d’entre eux.

À Bristol, le centre d’analyse intégré vise à permettre aux services municipaux de traiter les familles dans leur ensemble, plutôt que chaque service indépendamment. Le programme Troubled Families, lancé en 2011, vise à aider les familles en proie à d’innombrables difficultés… Pour cela, le centre a construit une base de données (Think Family) avec des informations provenant de 35 ensembles de données concernant 54 000 familles. Le but : offrir une compréhension « holistique » des familles confrontées aux problèmes sociaux.

Depuis la création de cet outil d’agrégation de données, la ville a déployé des outils de modélisation prédictive… Parmi les données collectées, il y a des informations de police, des informations scolaires (sur les absences et les exclusions notamment), des informations provenant de l’assistance sociale, de santé… Le centre d’analyse achète également des données de partenaires privés (sur les évolutions socio-démographiques des quartiers notamment). Le centre produit un score de risque pour chaque jeune de sa base de données, basé sur des données d’entraînements provenant de seulement 31 victimes confirmées des années précédentes.

Le rapport souligne que le modèle repose essentiellement sur des données négatives (fréquentation scolaire, violence domestique…) excluant des données contextuelles (par exemple, le fait qu’un enfant soit actif dans des associations, même si sa fréquentation scolaire est plus problématique). Quelque 450 travailleurs sociaux ont accès au système. Il pointe également que les résultats de ce modèle ne dispensent pas de l’avis de professionnels, mais visent surtout à permettre de comprendre les difficultés à venir pour favoriser des interventions en amont.

Le système n’est pourtant pas si optimal qu’il le promet. Par exemple, l’équipe du centre n’a pas la possibilité de corriger les données qui proviennent d’autres services, même quand elles posent problèmes. L’autre enjeu est que le système influe sur les pratiques de travail des travailleurs sociaux, notamment sur le rapport aux enfants que les scores produisent en créant des risques de mauvaise interprétation… Le vrai problème, c’est bien souvent la sur-réaction aux données, comme l’expliquait Ben Green. L’autre difficulté, c’est que le système génère ses propres boucles de rétroactions. Par exemple, un travailleur social peut avoir tendance à prévenir la police du risque élevé affecté à un enfant, mais dans le modèle lui-même, le contact avec la police est lui-même un facteur qui élève le risque ! Exemple typique de boucles de rétroactions où les scores s’alimentent les uns les autres, au risque de produire des indices encore plus problématiques qu’ils ne sont ! Enfin, rappellent les auteurs du rapport, un système de ce type oublie le travail préventif et proactif, pour favoriser des réactions à des seuils et niveaux de risques. Il concentre le travail sur certains cas, au détriment des autres. Dans un contexte d’austérité et de ressources limitées, le risque est de ne travailler qu’à partir de certains scores, qu’à certains niveaux de vulnérabilité, que depuis des alertes… Enfin, bien sûr, si le système peut identifier des besoins, reste à savoir si les structures d’aides à l’enfance peuvent y répondre ! Le risque, bien sûr, c’est qu’à mesure qu’elles perdent en moyens, les seuils d’alertes s’élèvent… Enfin, comme le pointait une étude que nous avions relayée sur les systèmes d’identification automatisés des enfants à risques par les services à l’enfance britanniques, aucun de ces systèmes de prédiction des risques ne donne de résultats probants.

Le rapport consacre également plusieurs pages au rôle que jouent des ensembles de données privées dans ces projets à destination de services publics. Il détaille notamment le cas d’Experian, une agence d’évaluation du crédit à la consommation qui dispose d’un outil de segmentation géodémographique – moteur de la personnalisation publicitaire, comme l’expliquait Tim Wu dans son livre, Les marchands d’attention – lui permettant de trier la population en segments. Mais c’est également le cas d’entreprises comme Xantura, Callcredit et Capita qui fournissent des services de profilage, de vérification d’identité ou d’évaluation des risques. Né dans les années 60, le développement des techniques de géodémographie a été financé par le ministère américain du Logement pour parvenir à mieux cibler les subventions au logement, avant d’être étendu à des usages plus commerciaux. Dans les années 80, ces travaux ont été adaptés au Royaume-Uni par Richard Webber afin de produire une classification des quartiers (Webber a fondé la division micromarketing d’Experian). Pour ses promoteurs, la géodémographie consiste à dire que l’endroit où l’on vit compte pour comprendre les valeurs, choix et comportements des consommateurs. Elle utilise de nombreuses données pour placer chaque citoyen dans une catégorie en fonction du quartier où il vit. Dans le secteur public, les autorités publiques, et surtout locales, intègrent de plus en plus souvent des données géodémographiques pour affiner les leurs. Mosaic, le produit de classement géodémographique d’Experian, classe les individus en 15 grands groupes et 66 types. Reste que si les services utilisent, les chercheurs soulignent qu’on ne sait pas grand-chose des données mobilisées par ces entreprises, ni les méthodes d’analyses qu’elles y appliquent. Experian estime détenir des informations sur 49 millions des 63 millions d’adultes du Royaume-Uni… et sait produire des taux de correspondance à 50 % avec Facebook et 35 % pour Twitter.

Vers des systèmes sans évaluation qui transforment les problèmes sociaux en problèmes individuels

La dernière partie du rapport donne la parole à différents groupes de la société civile que les auteurs ont rencontré, des associations britanniques qui travaillent dans le domaine des droits numériques, des droits sociaux, de l’éducation en les interrogeant sur leur compréhension de ces systèmes (comme Defend Council Housing, Disabled People Against Cuts, Netpol, Big Brother Watch, Open Rights Group, Involve, Liberty,British Association of Social Workers). Pour l’essentiel, celles-ci se montrent inquiètes de ces évolutions, à la fois en ce qui concerne l’étendue de la collecte, du partage, le risque de partialité et de discrimination, la possibilité de ciblage, de stigmatisation, de stéréotypie de groupes, le manque de transparence, de consentement, d’information… L’inquiétude porte notamment sur une forme de « maximisation des données » qui consiste à collecter toujours plus de données et à accroître leur partage sans grandes limites, quel que soit le caractère sensible des données. Or, nombreux rappellent que la minimisation des données est essentielle pour répondre à cette tendance. Les personnes calculées et les associations s’inquiètent de cette fluidification des données : les communautés de migrants par exemple s’inquiètent de voir leurs statuts d’immigration divulgués quand ils se rendent à l’hôpital et que celui-ci puisse être utilisé pour les exclure des soins ou les dénoncer aux services sociaux ou de police… et ont donc tendance à renoncer à se rendre dans certains services publics. Autres constats que dressent les associations, celle de la transformation du travail, notamment des travailleurs sociaux, qui passent de plus en plus de temps à collecter et renseigner les données. Les systèmes transforment la façon dont les problèmes et les solutions sont définis. Or, bien souvent, les systèmes mis en place pensent que les données sont la solution, plutôt que de s’interroger sur pourquoi et comment elles peuvent y contribuer. Beaucoup d’acteurs sont préoccupés par cette collecte extensive et plus encore par la situation de monopole qu’elle crée, renforçant la nature asymétrique du pouvoir entre les autorités et les administrés. Bien sûr, les acteurs de la société civile sont très inquiets des effets de stigmatisation, de ciblage, de stéréotypie et de discrimination que renforcent ces outils. « Les personnes bénéficiant de l’aide sociale ont toujours été particulièrement visées (par le contrôle social) et cela semble s’aggraver », estime Big Brother Watch. De quel droit étiquetons-nous quelqu’un à risque uniquement parce qu’il appartient à une famille pauvre ?, s’inquiète l’Open Rights Group. Sans compter que l’étiquetage a tendance à être durable si ce n’est permanent. Tous s’inquiètent du manque de transparence des systèmes, des critères, des calculs. Quant au consentement, il est bien souvent arraché sans que les familles n’en saisissent les implications ou ne puissent en fait s’y opposer. Tous les groupes de la société civile souhaitent une meilleure réglementation, mais peinent à en formuler les règles qui seraient nécessaires. Pour tous pourtant, ces systèmes sont politiques. L’exploitation des données est profondément liée à l’austérité. Le but n’est pas de les utiliser au service des gens, mais bien de construire une approche très technologique de la politique dans une forme d’hypersurveillance des plus en difficultés.

Dans leurs conclusions, les chercheurs soulignent la difficulté à évaluer les différents systèmes mis en place, du fait qu’aucune procédure standard n’est mise en œuvre et que leurs usages mêmes peuvent être très différents d’un acteur l’autre. Certains s’en servent pour maximiser l’information, d’autres pour calculer de nouvelles informations. Reste que tous ces systèmes se mettent en place dans des contextes d’austérité, c’est-à-dire visent à utiliser les données pour mieux définir les ressources, mais sans que ces enjeux d’affectation des ressources ne soient posés en regard du déploiement de ces systèmes de calcul. Nous entrons dans des services « riches en données, mais pauvres en ressources », comme s’en inquiétait Dan McQuillan pour Open Democracy. Si ces systèmes laissent souvent à ceux qui y accèdent des modalités d’appréciation, la limitation des ressources et la déqualification des personnels font que ces résultats limitent considérablement leur appréciation. Pour les calculés en tout cas, la manière (et les raisons) de mise en œuvre de ces systèmes reste insaisissable. Le manque de transparence demeure un problème majeur. Quand, il y a quelques modalités d’organisation de la transparence, celles-ci sont insuffisantes pour remédier à l’asymétrie de pouvoir entre les institutions et les citoyens… En tout cas, elle ne conduit pas à des possibilités de recours efficaces.

Pour les chercheurs, il est plus que nécessaire d’ouvrir ces systèmes à des audits citoyens et à des formes de participation du public. À nouveau, nombre de ces systèmes visent d’une manière disproportionnée une partie particulière de la population : ceux qui font appel aux services sociaux. Pour les chercheurs, il est nécessaire de mieux équilibrer l’utilisation des données et notamment mieux comprendre les situations où elles ne sont pas nécessaires et quand elles risquent de produire des utilisations qui vont au-delà de leurs objectifs, même ceux qui semblent vertueux, comme une vision plus intégrée des bénéficiaires. Enfin, il y a une hypothèse sous-jacente aux développements de ces systèmes : celle que l’information conduit à agir, mais sans que les actions produites par les scores soient elles-mêmes définies ! Produisent-elles des mesures plus préventives ou plus punitives ? Comment ces actions sont-elles évaluées et décidées ? Quels effets produit l’étiquetage des populations ? Et plus encore, quels effets produisent ces étiquetages de risque dans des chaînes de systèmes ?… Il est aussi nécessaire d’observer le réductionnisme que ces données produisent au détriment de la connaissance sociale et réelle des personnes, permettant à des opérateurs d’agir sans qu’ils aient la connaissance des contextes particuliers des personnes cibles. Enfin, bien sûr, ces systèmes privilégient des calculs et des réponses individuelles sans que soit interrogée la démission des réponses collectives ou structurelles que ces réponses atomisées induisent. Par exemple, nous courons le risque de mesurer l’impact des absences scolaires, mais pas les lacunes d’un accompagnement scolaire défaillant, car non financé. Ces systèmes renforcent finalement les corrélations sur les causalités et transforment les problèmes sociaux en problèmes toujours plus individuels. Les individus ne sont plus vus comme des participants à la société, mais uniquement comme des risques. Pire, bien souvent ces systèmes disqualifient les professionnels qui sont en première ligne avec ces publics… comme si finalement les données pouvaient remplacer leurs évaluations, leurs expériences, leurs compréhensions des contextes réels des familles.

Couverture du rapport sur l'Electronic Visit VerificationIllustrons ces constats d’un autre exemple pour nous aider à comprendre. De l’autre côté de l’Atlantique, le toujours excellent Data & Society (@datasociety) vient lui de publier un rapport sur la surveillance des personnels de soins à domicile. En effet, l’État fédéral a lancé une application mobile de vérification électronique des visites (EVV) permettant de surveiller à la fois les personnels de soins et ceux qui bénéficient de leurs aides, bien souvent deux populations l’une comme l’autre marginalisées. Pour la chercheuse Alexandra Mateescu (@cariatidaa), ces systèmes de contrôle, très intrusifs, privilégient des formes de normalisation et d’efficacité au détriment des expériences vécues et des réalités de terrain. Ces applications enregistrent les heures et les déplacements des personnels de soin à domicile. L’application de suivi a rendu le travail des travailleurs du soin plus difficile et a tendu les relations entre les travailleurs et les bénéficiaires, par exemple en informant les aidants que les fonds des bénéficiaires étaient insuffisants alors qu’ils ne l’étaient pas. Ces systèmes exigent des validations permanentes et contraignantes, plusieurs fois par jour. Déployés au prétexte de fraudes – sans que leurs niveaux ne soient jamais évalués -, ces systèmes de contrôle produisent des erreurs, au détriment de ceux qui prodiguent le soin comme de leurs patients, expliquaient Virginia Eubanks et Alexandra Mateescu cet été dans une tribune pour The Guardian. Dotée de fonctions de géolocalisation (pour vérifier que les travailleurs à domicile se rendent bien au domicile des bénéficiaires), l’application signale par exemple automatiquement le fait de s’éloigner du domicile des bénéficiaires, comme pour les emmener à un rendez-vous chez le médecin, et demande de le justifier. Au final, nombre de bénéficiaires ne souhaitent plus bouger de chez eux, de peur que ces signalements ne leur fassent perdre les prestations de soins à domicile dont ils bénéficient. Une surveillance qui risque de miner le droit à l’autonomie des personnes dépendantes, rappellent les chercheuses. Le système ne surveille finalement pas seulement le personnel qui dispense des soins, mais également ceux qui en bénéficient, explique une association qui mène campagne contre la généralisation du système. Le système a également produit des retards de paiement généralisés. Rappelons au passage que l’Arkansas, où ont eu lieu les premiers déploiements de ce système, avait déjà été épinglé pour des problèmes relatifs à des systèmes d’évaluation des besoins des personnes handicapées en 2016 (voir notre article « L’État automatisé au risque d’une crise de légitimité »). Pourtant, tous les systèmes de surveillance des personnels qui fournissent des soins à domicile ne sont pas conçus de la même manière. En Californie, le syndicat des travailleurs domestiques et l’organisation pour les droits des personnes handicapées ont collaboré pour produire un système qui ne recueille pas de données de déplacements ni n’enregistre les heures passées en temps réel. En Virginie, la géolocalisation est facultative et exempte les aidants familiaux du système. En étant conçus sans prendre en compte les besoins réels des personnes, en produisant du surcontrôle, ces systèmes produisent surtout du mépris envers les populations qu’ils sont censés adresser.

Couverture du rapport Little Tech WorkersLe risque, bien sûr, c’est que ces formes d’hypersurveillance se démultiplient. L’association Coworker (@teamcoworker) a récemment publié un rapport (.pdf) (et une base de données des plateformes et applications de surveillance au travail) qui revient sur l’explosion des outils d’analyse et de gestion des travailleurs. Des outils qui sapent et contournent les réglementations en matière de travail et qui ne sont pas transparents sur les données qu’ils collectent et la manière dont ils en tirent profit. Ce secteur des « Little Tech », comme les appelle CoWorker – mais qui relèvent bien plus du « bossware » – qui collecte des données sur les travailleurs, approfondit et accélère une forme d’ubérisation généralisée de l’emploi. Ce secteur met concrètement en œuvre l’infrastructure qui fait tourner l’économie, les lieux de travail et les marchés de l’emploi. Cette Little Tech qui outille notamment l’économie des petits boulots, produit des technologies d’amélioration de la productivité, en exploitant des données sensibles, sans rémunérer davantage les travailleurs, et bien souvent, en portant atteinte à leur sécurité, et sans prévenir des formes de discriminations. « L’industrie technologique n’est pas puissante à cause des produits qu’elle développe, mais parce qu’elle restructure fondamentalement les marchés du travail (…) par une surveillance sans contrôle ».

Hubert Guillaud

MAJ : Eve Zellickson (@zel_eve) pour Points, le magazine de Data & Society revient sur le vol des pourboires par les plateformes de l’économie des petits boulots. Amazon a été condamné à payer 61,7 millions de dollars pour vol de pourboire à ses chauffeurs ! Les chauffeurs ont fini par remarquer que les pourboires étaient à la baisse et s’en sont plaint. Amazon leur a répondu individuellement en soutenant qu’ils recevaient 100 % des pourboires, alors que l’entreprise les utilisait en partie pour améliorer le salaire de base que gère l’application. Zellickson note que les chauffeurs sont habitués à être en relation avec un support peu réactif face aux problèmes qu’ils rencontrent, hormis pour la livraison elle-même. Le problème de l’absence de communication réciproque et de processus clair de résolutions de conflits, dans ces applications, est au cœur de bien des problèmes, souligne la chercheuse. Signalons que ce problème ne touche pas qu’Amazon.


16.11.2021 à 06:00

Des enjeux de nos données de santé (2/2) : les données plutôt que le soin

Hubert Guillaud
Suite de notre tentative à saisir les transformations en cours du système de santé en regardant les enjeux que posent l’exploitation des données de santé. S’affranchir de notre consentement ? La confidentialité des données de santé est toujours critique, rappelions-nous. Le problème ou le risque, c’est que pour que les acteurs (...)

Texte intégral 5304 mots

Suite de notre tentative à saisir les transformations en cours du système de santé en regardant les enjeux que posent l’exploitation des données de santé.

S’affranchir de notre consentement ?

La confidentialité des données de santé est toujours critique, rappelions-nous. Le problème ou le risque, c’est que pour que les acteurs de la santé puissent mieux les utiliser, nous soyons demain confrontés à un « consentement présumé »… C’est-à-dire, comme c’est devenu la règle pour le don d’organe, que l’on passe d’une règle par défaut où il fallait consentir au don d’organe, à une règle par défaut où celui-ci est consenti : c’est notre refus qui doit être explicitement formulé. Ce « nudge » consiste à profiter de l’inertie de nos comportements comme de l’absence ou de la carence d’information. C’est d’ailleurs ce qui est annoncé pour le lancement de l’Espace de santé numérique qui sera ouvert à l’ensemble des Français au premier janvier 2022. Cet espace de stockage de documents médicaux entre patients et médecins sera créé systématiquement par défaut (si vous souhaitez le refuser, il faudra le signaler dans un temps relativement court). Le risque c’est que nous soyons doucement contraints à l’utiliser. Notre médecin sera certainement incité à y déposer des documents et sera peut-être intéressé à nous pousser à l’utiliser (comme les pharmaciens ont intérêt à ce que vous consentiez à partager les données qu’ils utilisent). Nous voilà obligés par les plus proches acteurs du soin à aller dans leur intérêt pour notre plus grand bien ! Bien sûr, d’autres acteurs y auront très certainement accès sous prétexte de recherche et d’amélioration des systèmes de soins. Certes, on nous le vend comme un espace sur lequel nous aurons la main, puisque nous pourrons choisir de partager ou non des données de santé avec d’autres acteurs, via des applications. Mais le risque est que nous y soyons surtout contraints sous couvert de commodité, poussés par des professionnels de santé qui eux aussi, par commodité, seront poussés à l’utiliser.

Page d'accueil de Mon Espace Santé : mais qui a vraiment la main ?

Boulard, Favier-Baron et Woillet dans leur livre fustigent avec raison ce « consentement présumé ». La mise en production de nos données de santé via des systèmes d’autorisation d’accès vise à inciter professionnels et usagers à l’alimenter. Nous voici en train de glisser dans une forme de « techno-régulation » sur laquelle notre possibilité d’action est réduite, c’est-à-dire dans un mode de prescription de comportements spécifiques par la technologie plus que par le droit. La feuille de route de la numérisation de la santé s’impose dans l’urgence, comme pour mieux court-circuiter tout débat public. Notre seule liberté semble désormais de consentir. « Le débat ne porte pas en amont sur la légitimité d’une plateformisation de la santé, mais se situe déjà sur l’impératif d’acceptation ». C’est oublier pourtant qu’« une relation de soin n’est pas un rapport de force », comme le rappelait avec beaucoup d’humanité le médecin Martin Winckler (@MartinWinckler, blog) dans son roman, Le Chœur des Femmes.

« Au final, l’État se déleste de ses prérogatives et négocie des accords en sous-traitant de plus en plus de missions à des acteurs privés », à l’image de Doctolib qui s’est retrouvé en charge de l’accès à la vaccination.

Vers une médecine de données… au détriment de la relation

À terme, à nouveau, le risque est que ces plateformes produisent une médecine sans médecins ni malades, qui ne cherchent que des sujets à risques, en ne produisant pour cela que des corrélations. Nous entrons dans une logique « excessivement statistique », mettent en garde les auteurs. Une logique qui risque de produire une marginalisation de la relation entre le patient et le médecin. Le traitement très industriel et très numérique que nous avons connu avec l’épidémie de Covid illustre parfaitement ce point. L’entendement du médecin comme du patient ont été mis au ban. Nous avons été sommés de nous éloigner de nos médecins par des systèmes de soins industriels, fait de SMS, de mail et de bases de données… pensés pour passer à l’échelle plus que pour nous rapprocher du soin.

Dans cette logique à faire parler nos données, « l’anonymat est inconcevable ». Si nous ne sommes plus que nos données, malgré les appels à l’anonymisation et à la pseudonymisation toujours faillibles, nul ne semble plus avoir le droit, dans ces espaces, de ne pas être identifié. Afin que nous soyons faussement en maîtrise (d’autorisation des accès à nos données) ou afin d’associer les données (via le NIR, le numéro de sécurité sociale), le risque d’identifications par-devers nous est fort.

Mais surtout, derrière le but de produire une médecine numérique, prédictive, personnelle, ciblée, individualisée… s’impose une négation de leur logique mutualiste, collectiviste et éminemment personnelle et relationnelle… Pourtant, comme le suggère le médecin Gérard Reach dans un rapport pour l’Académie nationale de médecine, la médecine n’est pas réductible à des arbres décisionnels, c’est d’abord et avant tout un rapport humain. Notre santé n’est pas une question de détection d’anomalies, mais au contraire de compréhension d’innombrables irrégularités. Et les auteurs de rappeler avec le philosophe Georges Canguilhem qu’on ne peut objectiver le passage entre Le normal et le pathologique

Avec les données, le risque d’une santé hypernormative

En médecine, nous sommes pourtant, certainement plus qu’ailleurs, dans le domaine des « hétérotaxies », c’est-à-dire un domaine de connaissance où nos innombrables différences ne font pas nécessairement pathologies, à l’image de ceux qui ont des organes mal placés sans nécessairement en avoir des conséquences fonctionnelles. La normativité et l’objectivité d’une médecine purement numérique tiennent certainement d’une quête vaine. Or, dans la production de données de santé fluides, du patient au régulateur, le risque est de produire des nomenclatures, des classifications dures, nécessaires à la standardisation et à l’interopérabilité des systèmes d’informations médicaux. Le risque, c’est de « surmédicaliser des pans entiers de la population au bénéfice des industries pharmaceutiques » et de limiter l’autonomie de diagnostic et de possibilité de médication des médecins ! Or, rappellent les auteurs, les conceptions américaines de la psychiatrie par exemple sont loin d’être homogènes et partagées chez nous. C’est un peu comme quand on évalue la cause d’un décès, elle est bien souvent multiple et ne peut se réduire à une seule case et cause. Or, par nature, la production de données, pour qu’elles s’agrègent et discutent les unes avec les autres, nécessite des normalisations. Le risque, c’est qu’elles s’imposent partout selon des codifications strictes, au détriment de l’appréciation clinique et locale. C’est là tout l’enjeu de gestion de données que politise InterHop notamment, en opposant des données de santé produites pour l’ensemble du secteur et des données de santé d’abord produites à l’échelle locale, pour répondre aux spécificités et enjeux de chaque service, plutôt qu’au pilotage du système de soin.

Comme le rappellent très bien Boulard, Favier-Baron et Woillet : « Plus on éloigne les données de leur lieu de collecte, plus on les décontextualise en prenant le risque de mal les interpréter. En retour, c’est l’application des algorithmes au soin qui devient moins précise. En effet, en éloignant géographiquement le lieu de collecte du lieu de traitement, on perd le bénéfice d’un aller-retour correctif entre les algorithmes et la pratique réelle des soins sur de vrais patients. » Un constat qui n’est pas sans rappeler les préceptes défendus par le Data Feminism ou le Design Justice qui nous invitent à revenir à des données relationnelles plutôt qu’à leur exploitation extractiviste.

Le livre de Boulard, Favier-Baron et Woillet a le mérite d’aller loin dans les conséquences que la transformation numérique fait peser sur la santé, qui n’est pas un changement de régime, mais bien un changement de nature auquel nous assistons !

Ils soulignent surtout l’idéologie qui la guide. Derrière la logique de l’ouverture et de l’interconnexion des données de santé sous couvert « d’innovationnite », se masque un solutionnisme de l’austérité et de la marchandisation. Et de conclure en rappelant la force des préconisations du collectif InterHop : garder la donnée, les solutions logicielles et terminologiques au plus près du lieu de soin pour mieux décorréler le soin de l’idéologie de la réduction des coûts. Le conseil citoyen de la surveillance biométrique de l’Ada Lovelace Institute, où des citoyens ont fait des préconisations en matière de surveillance des données physiologiques de santé, l’a dit dans ses recommandations : interdire purement et simplement l’autorisation de revente des informations biométriques à tout tiers, garantir la représentativité démocratique des solutions technologiques et surtout que le consentement présumé ne puisse pas remplacer le consentement éclairé.

Dans une note pour l’Institut Rousseau » (@InstitRousseau), Ophélie Coelho @OphelieCoelho), dresse le même constat : aujourd’hui, le consentement présumé est trop large. Qu’acceptons-nous vraiment ? Trop souvent, nos données peuvent être utilisées pour produire des analyses statistiques, du profilage, des produits de données, de la recherche… Pour elle, nous devrions amender le RGPD afin de ne plus rendre possible le traitement compatible avec les finalités initiales, tant la marge d’interprétation laissée aux plateformes est large – comme c’est le cas avec l’exemple d’IQVIA qui explique profiter de l’exception de recherche alors que son innovation est bien un produit commercial.

Pour Boulard, Favier-Baron et Woillet, plus radicaux encore, il est nécessaire d’exclure les acteurs pharmaceutiques et assurantiels des plateformes – et on pourrait d’ailleurs imaginer aller plus loin en excluant les données de santé des produits assurantiels, comme l’imagine (bien timidement encore) le Crédit Mutuel en annonçant renoncer au questionnaire médical lors de la souscription d’un crédit immobilier.

Dans la première de ses 12 mesures pour la présidentielle, l’économiste Gaël Giraud (@GaelGiraud_CNRS) propose une dotation en moyens de chaque hôpital en fonction de la population desservie ainsi que le conventionnement sélectif pour les médecins afin de les pousser à s’installer dans les zones les moins dotées, comme pour s’affranchir d’un pilotage par des données trop précises, afin de reprendre de la hauteur politique. Ces deux propositions ont une vertu manifeste : celle de piloter les données depuis des objectifs partagés, plutôt que de seulement piloter depuis les données. Pour le dire plus clairement, l’enjeu semble bien de fixer par exemple des seuils du nombre de lits d’hôpital par services et unités selon la population qu’ils couvrent, plutôt que de les piloter uniquement par la demande. Si nous ne définissons pas combien de lits nous devrions disposer, le risque est qu’ils soient toujours réduits à et par leur calcul. Sans objectifs, les traitements des données n’ont pas de sens !

Derrière la modernisation de notre santé, le risque est bien celui d’une étrange dépossession. Audrey Boulard, Engène Favier-Baron et Simon Woillet nous rappellent qu’on ne joue pas avec la santé et encore moins avec nos données de santé. À l’heure où celles-ci sont pourtant devenues le jeu du passe sanitaire lui-même, accessible à tous, qui permettent des accès différenciés des individus aux transports, aux lieux culturels ou sportifs… À l’heure où la consultation du statut de positivité au Covid par la police a été envisagée en juillet et par les directeurs d’établissements d’enseignement en novembre (dans les projets de loi relatifs au passe sanitaire, mais ces 2 dispositions ont été très légitimement écartées par le Conseil Constitutionnel), nous voyons tous très concrètement les dangers que les plus personnelles de nos informations soient accessibles partout et par tous. À l’heure où nos données de santé sont plus protégées que jamais, elles n’ont jamais été aussi accessibles. À croire que nous sommes plongés dans un paradoxe sans issue.

Toutes les données de santé n’ont pourtant pas la même… valeur !

Couverture du livre Ma santé, mes donnéesLa journaliste scientifique de Sciences et Avenir, Coralie Lemke (@coralielemke) vient de publier elle aussi un livre sur le sujet : Ma santé, mes données (Premier Parallèle). Plus accessible, bien plus clair et factuel que celui des trois précédents, il permet de comprendre d’autres aspects du complexe problème des données de santé. Notamment que le grand enjeu de l’accès aux données de santé n’est pas tant dans celles contenues dans notre montre connectée (qu’elle caractérise comme des données « d’hygiène de vie » ou de « bien être », peu prisées par la recherche, qui ne relèvent pas directement des données de santé, mais semblent perdues dans un entre-deux législatif, comme le pointait notre dossier sur les applications de santé) ou dans les prescriptions médicales épisodiques et ponctuelles (comme quand on va consulter pour un rhume ou pour une gastro…), mais se concentre surtout dans les données liées à des maladies chroniques, au long cours… Ce sont ces « données de vie réelle » qui ont surtout de la valeur. Elles comprennent notamment les données d’essais cliniques randomisés (permettant par exemple de tester un médicament) et surtout, les soins donnés à des patients et leurs réactions dans la durée, permettant de suivre les évolutions médicales cliniques et les effets des médicaments et traitements sur le temps long. Ce n’est donc pas étonnant si c’est autour de ce type de données que se concentrent nombre de plateformes d’analyses de données, à l’image de la plateforme Darwin de Sanofi, qui contient les informations de 300 millions de patients, ou celle du laboratoire Roche produite avec Unicancer, la Fédération nationale des centres de lutte contre le cancer, pour mettre à dispositions des données oncologiques longitudinales, ou encore entre Sanofi et l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris. Pour l’instant, bien souvent, ces entrepôts de données hospitalières sont difficiles à faire parler, notamment parce que les formats dans lesquels les données sont produites sont très loin d’être uniformes et interopérables. Plus que des données – c’est-à-dire des champs dans des tableurs – d’ailleurs, on devrait surtout parler d’informations, puisque les dossiers médicaux tiennent bien plus de fiches et documents, images et documents en PDF, dont il faut parvenir à extraire et faire parler les données avant tout.

L’un des intérêts de ces données de vie réelle explique clairement Lemke, consiste à pouvoir remplacer les groupes témoins dans les essais cliniques randomisés, c’est-à-dire ceux qui reçoivent un placebo, par des données sur des populations existantes. L’enjeu, là encore, vise à réduire les coûts réels comme moraux des essais pharmacologiques. À nouveau, l’agrégation de données de santé vise surtout à rendre la santé moins chère à produire ! L’industrialisation numérique vise partout et toujours, avant tout, à produire de nouvelles économies d’échelle et des gains de productivité.

Lemke donne d’autres exemples parlant. Notamment des partenariats entre les communautés de patients (à l’image de PatientsLikeMe, la plateforme qui regroupe quelques 800 000 patients discutant autour de plus de 2900 maladies) qui à leur tour signent des partenariats avec des laboratoires pour leur permettre d’accéder aux données relatives à certaines maladies, par exemple avec Novartis sur les personnes ayant été transplantées ou celles souffrant de sclérose en plaques, avec AstraZeneca autour des maladies respiratoires ou le cancer… En France, son homologue, Carenity (qui regroupe 500 000 malades) vend également des données ou leur accès à des membres de sa communauté pour des enquêtes. Mais c’est également le cas des plateformes de génétique personnelle comme 23andMe, Nebula Genomics ou MyHeritage, des entreprises américaines qui proposent des tests génétiques personnels et qui revendent les profils génétiques de leurs clients individuels à des laboratoires, sans que les individus soient au courant.

Page d'accueil de la plateforme de partage de données Carenity

Si les données des capteurs de santé comme Fitbit n’intéressent pas les acteurs de la recherche médicale, elles intéressent les acteurs de l’assurance. Mais l’enjeu des Gafams n’est pas tant de mieux monétiser ce type de données que de montrer aux acteurs de la santé qu’ils disposent des outils permettant de traiter les données et de les faire parler. C’est le cas par exemple d’une récente étude sur la capacité des algorithmes de Google à analyser des images médicales pour détecter le cancer du sein… L’algorithme se révélerait plus fiable qu’un diagnostic établi par un seul médecin (mais moins que deux médecins). Reste, que là encore, ces résultats sont cependant à prendre avec beaucoup de recul, comme l’ont montré les limites de Watson pour lutter contre le cancer. Quant à l’utilisation de systèmes d’IA pour prédire les pathologies à venir des patients depuis leurs données, on peut ici rester plus circonspect encore. Certes, les gens déjà malades ont tendance à le devenir plus à mesure qu’ils le sont et à développer des maladies chroniques voire multifactorielles… mais ces constats tiennent surtout d’une tautologie.

Enfin, comme les données de bien-être, il y a bien sûr le fait que toutes les données peuvent être analysées sous l’angle de la santé, à l’image de FB qui tente d’utiliser nos données pour détecter la dépression ou le risque de suicide… Mais ici, l’enjeu est bien moins médical que commercial. « Si Facebook s’intéresse à vos posts déprimés, c’est qu’ils sont monétisables » et qu’il est finalement plus facile de vous vendre une publicité pour un objet qui vous assure un peu de réconfort : votre fragilité augmente la probabilité d’achat. Les pseudo tests-comportementaux en ligne qui permettent de revendre des pseudo-données d’analyses de votre état psychique (voir notre article « Peut-on rendre le ciblage psychologique productif ? ») à des régies publicitaires pour qu’elles placent des produits adaptés, posent des questions sur cette forme de no man’s land légal, à l’image de la plainte de l’ONG Privacy International (@privacyint) à la Cnil à l’encontre des tests psychologiques réalisés par Doctissimo.

Le point faible persistant de la sécurité des données

Dans ces grandes manœuvres autour de nos données de santé, le point faible très souvent mis en avant reste la sécurisation des données. Des rançongiciels qui attaquent les systèmes informatiques des hôpitaux, aux innombrables fuites et failles des données de santé qui se retrouvent sur le dark web… en passant par des formes d’anonymisation défaillantes, car difficiles à réaliser par nature, la sécurisation des échanges de données de nombres de plateformes est souvent prise en défaut.

Or, dans le domaine de la santé, la cybercriminalité de santé se porte bien, comme l’a rappelé en 2017 le virus WannaCry qui a notamment infecté de nombreux hôpitaux britanniques du National Health Service ou, en 2021, en France, le piratage de 491 000 dossiers de santé provenant d’ordinateurs de laboratoires de biologie médicale. Les cyberattaques sont en hausse, rappelle Lemke. « De 54 attaques rapportées en 2019, la France est passée à 192 en 2020, soit une hausse de 255 % », explique l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI). La part des budgets informatiques correspond à 2 % du budget de fonctionnement d’un hôpital. Et celle dédiée à la sécurité est encore moindre. Pour l’ANSSI, il faudrait consacrer entre 4 et 10 % de ces budgets à la sécurité, rappelle Lemke. Nous en sommes loin !

Partout, nos données de santé sont la cible d’une prédation sans précédent, rappelle Lemke, notamment de la part des entreprises du numérique qui promettent des miracles de traitement. Le projet Nightingale de Google a permis de récolter les données de santé de 2600 établissements de soins du réseau de santé catholique américain Ascension, sans recueillir le consentement des patients. Même constat dans le partenariat entre Google et la fédération hospitalo-universitaire américaine Mayo Clinic, ou encore bien sûr l’accord entre le National Health Service britannique et Palantir… Systèmes de soins et apomédiaires, quand ils ne sont pas soumis à des contraintes fortes, comme le RGPD, n’ont aucun scrupule à l’extractivisme de nos données les plus intimes.

Autre problème quant à la sécurité de ces plateformes : leur hypercroissance les conduit à traiter avec beaucoup de légèreté les questions de sécurisation des données de santé auxquelles elles ont accès. L’anonymisation et la pseudonymisation – qui tiennent pourtant d’obligations légales – ne sont toujours optimales. Le chiffrement des données (lui aussi obligatoire), la correction des failles de sécurité… non plus, comme le montrait l’enquête d’Olivier Tesquet sur Doctolib ou celle autour du manque de sécurité des cookies de Doctolib qui permettait à Facebook de recevoir les mots clefs que les utilisateurs de Doctolib en Allemagne tapaient dans le moteur de recherche du site ! La question de la sécurisation des données de bout en bout est encore bien souvent un vaste chantier, traité encore avec trop de légèreté !

Quelles limites à la fluidification sans fin des données de santé ?

En lisant ces deux ouvrages, on peut se poser une question légitime. Faut-il fluidifier les données de santé ? Et si on répond oui à cette question, lesquelles et jusqu’où ?

Le mouvement pour l’ouverture des données, qui se présente toujours sous un couvert vertueux (l’ouverture va produire – « naturellement » – plus de connaissance, plus de démocratie…) n’est pas contrebalancé de principes qui orientent, contraignent ou limitent son action. En vérité, l’ouverture des données produit surtout des indicateurs, facilite l’élargissement des accès aux données (sans poser de questions à leurs limites) et les mesures produites renforcent une logique d’indicateurs comptables et austéritaires. Devons-nous construire un monde où toutes les données sont reliées, qui produit partout des indicateurs homogènes, distribués et concentrés à la fois ? Faut-il construire par exemple un tableau de bord de l’occupation des lits d’hôpital permettant de connaître, en temps réel, le taux d’occupation de tel service de tel hôpital et en même temps, les taux d’occupation départementaux, régionaux et nationaux ? Sans déterminer par exemple de plancher au nombre de lits par habitant (comme nous y invitait Gaël Giraud) : le pilotage par l’occupation des lits menace surtout de produire des réductions drastiques, sans fin, sans limites ! A l’image de la baisse du nombre de lits d’hospitalisation que nous avons connue depuis 20 ans.

Ce dossier et ce sujet sont compliqués. Pas étonnant que les utilisateurs n’y comprennent pas grand-chose. Bien sûr, tout à chacun peut plutôt être disposé à ce que ses données de santé servent la recherche et le progrès médical, voire même le bien mal défini « intérêt public ». Mais doit-on pour autant créer une superstructure des données de santé la plus fluide possible ? Et quid de ses autres finalités qui ne tiennent pas de la recherche, mais bien d’un contrôle et d’une marchandisation de la santé ?

Comme le souligne enfin Coralie Lemke en conclusion de son livre : si le RGPD est très protecteur en matière de données de santé, il repose entièrement sur notre consentement individuel. Nous sommes bien seuls en matière de données de santé face à la « myriade de petites lignes de jargon juridique dont sont composées les conditions générales d’utilisation à valider ». Le contrôle au citoyen le laisse finalement bien démuni et lui confie une responsabilité écrasante face à des acteurs dont les intentions le dépassent.

Reste que dans tous ces dispositifs qui se mettent en place, on constate surtout l’absence des utilisateurs, de structures pour les représenter et pour défendre leurs perspectives. Où sont les associations de patients, de consommateurs ou de défense des droits dans les nouvelles chaînes des données de santé ?

Mais surtout où sont les limites à cette « rafle des données » (ou data grab, comme le dénonce l’opposition, depuis l’été, au plan de partage des données des médecins généralistes britanniques initiés par le NHS) ? Pourquoi s’organise-t-elle depuis des données les plus agrégées possible, les plus complètes possible, les plus continues possible, les plus temps réel possible ? Cette question est toujours balayée d’un revers de la main, alors qu’elle devrait être au cœur de nos réflexions pour mieux balancer santé et respect des patients. L’espace de dialogue avec la population en tout cas, pour l’instant, est inexistant. Or, quand nous sommes au menu, c’est bien souvent que nous ne sommes pas à la table des négociations. Dans les systèmes d’échanges de données de santé, tout se fait pour nous, mais sans nous ! Comme nous y invitait les Ateliers pour la refondation du service public hospitalier, lancés en juillet 2020 à l’initiative de plusieurs collectifs des soignants et patients, ce sont bien ceux là mêmes à qui sont prodigués les soins et ceux-là mêmes qui prodiguent les soins qu’on ne voit pas dans cette mise au pas de la santé par les données. C’est certainement l’aspect le moins rassurant de cette industrialisation et de cette transformation qui s’opère.

Enfin, ultime risque et non des moindres… Celui que cette fluidification du partage de nos données fasse modèle, qu’elle se généralise à d’autres types de données, comme celles de la justice, de l’éducation ou de l’emploi… Si la raison d’une amélioration de la recherche et des indicateurs pour l’intérêt public sera peut-être moins mobilisable, on voit bien que se profile, sous couvert d’optimisation et d’efficacité, une mise en production inédite de nos données par-devers nous.

Hubert Guillaud

Dossier, les enjeux de nos données de santé :

MAJ : Sur Blast, en vidéo, Audrey Boulard et Simon Woillet tentent d’éclairer les enjeux des données de santé.