Titre du flux RSS

Accès libre selon éditions Directeurs de publication Alexis Poulin et Antoine de Decker.

▸ les 10 dernières parutions

26.01.2023 à 16:13

Fabien Roussel, le communiste qui plaît à la droite

Le Monde Moderne

Un récent sondage annonce Fabien Roussel plus apprécié par les Français que Jean-Luc Mélenchon. Si le résultat peut étonner, tout s’explique en observant l’étude de plus prêt. Analyse. C’est devenu une habitude pour qui suit régulièrement le monde politique sur les réseaux sociaux : l’instant “auto-congratulation Roussel”. Autrement dit, les proches du député du Nord […]

L’article Fabien Roussel, le communiste qui plaît à la droite est apparu en premier sur Le Monde Moderne.

Texte intégral (1038 mots)

Un récent sondage annonce Fabien Roussel plus apprécié par les Français que Jean-Luc Mélenchon. Si le résultat peut étonner, tout s’explique en observant l’étude de plus prêt. Analyse.

C’est devenu une habitude pour qui suit régulièrement le monde politique sur les réseaux sociaux : l’instant “auto-congratulation Roussel”. Autrement dit, les proches du député du Nord et les comptes de soutien tenus par son équipe multiplient les tweets encensant leur champion. La raison ? Des sondages jugés positifs.

La dernière démonstration de joie prêterait presque à sourire : selon un sondage, le chef de fil du PCF serait préféré à Jean-Luc Mélenchon par les Français… Moins d’un an après l’élection présidentielle où une vingtaine de points séparait les deux hommes au premier tour.

Pour comprendre ce résultat, nous nous sommes penchés sur l’étude.

Roussel gagne surtout… à droite.

Le chiffre parle de lui-même : 74% des sympathisants de droite disent préférer Fabien Roussel à Jean-Luc Mélenchon.

Serait-ce le résultat de ses propos étranges sur “la valeur travail”, que le communiste avait maladroitement opposée à la France de l’assistanat en septembre dernier ? Ou celui de ses critiques répétées contre la NUPES, qui a tant gêné la droite depuis juin ? Ou est-ce parce que cette même droite craint la capacité de Jean-Luc Mélenchon et des Insoumis à prendre un jour le pouvoir dans le pays, le candidat se rapprochant chaque fois un peu plus du second tour de l’élection présidentielle ? Impossible à dire, mais il est probable que l’ensemble de ces éléments expliquent le score obtenu.

Le communiste plait aussi majoritairement aux sympathisants d’Emmanuel Macron (68%) et à ceux… du Rassemblement national et de Reconquête (63%).

Des scores qui se confirment aussi sociologiquement : Roussel réalise son plus gros score chez les retraités, qui massivement voté à droite en 2022… et qui le favorisent à 73%.

Intéressant également : les scores ont tendance à s’équilibrer, voire à s’inverser, lorsque l’on considère des marqueurs de gauche. C’est ainsi que Jean-Luc Mélenchon séduit davantage les jeunes (+9 points chez les 18-24 ans) ou les foyers les plus pauvres (+3 points).

Enfin, si le score total chez les sympathisants de gauche met les 2 hommes à égalité presque parfaite, une observation s’impose : Jean-Luc Mélenchon est largement plébiscité chez les sympathisants Insoumis (80%). En considérant les résultats de la dernière élection présidentielle, le nombre d’électeurs et la force mobilisatrice des Insoumis, on peut aisément penser que ce score représente bien plus de monde que les sympathisants PS (1,75% en avril dernier) ou EELV (4,63%), qui ont plutôt penché pour Roussel.

Vraiment pertinent ?

Ce type de sondages peut-il être considéré comme pertinent ?

En enfermant l’opposition sur deux hommes proches sur l’échiquier politique, mais en interrogeant l’intégralité des tendances électorales du pays, la méthodologie de l’enquête pose question. Sur quel critère un électeur de droite se base-t-il pour trancher entre deux hommes défendant deux programmes aussi proches ? Et surtout : quel est l’intérêt d’une telle enquête, si loin de la prochaine échéance électorale ?

Des interrogations qui se fondent également sur la réalité électorale du pays : 20 points séparaient Jean-Luc Mélenchon (22%) et Fabien Roussel (2%) au premier tour de l’élection présidentielle en avril dernier.

Bien sûr, la lecture de l’étude permet de comprendre que les gens qui préfèrent le communiste à l’Insoumis sont des gens… qui ne voteront pas pour lui. Car une fois dans l’isoloir, c’est bien le bulletin Macron, Le Pen, Zemmour ou Pécresse qu’ont glissé dans l’urne ceux qui plébiscitent Roussel dans cette étude.

Autrement dit : c’est en étant préféré par la droite, que Roussel se retrouve devant Mélenchon dans cette étude… mais pas par la gauche. Pas forcément de quoi se réjouir donc pour le candidat communiste, qui ne peut projeter ni percée électorale, ni victoire idéologique dans un tel résultat.

En considérant que l’accession au second tour de l’élection présidentielle ne se joue pas sur la mobilisation de l’intégralité des Français, mais bien de son propre camp politique, on comprend même que Fabien Roussel n’a pas progressé sur le sujet depuis avril dernier. Et pire encore : on peut craindre pour le communiste que sa responsabilité sur l’absence de la gauche au second tour (de nombreux Insoumis pointant du doigt que les voix récoltées par Roussel auraient suffit à placer Mélenchon devant Le Pen) n’installe un plafond de verre l’empêchant de rassembler la gauche dans les urnes. Un futur point à étudier dans les études d’opinion ?

Roussel : des sondages… et des nuages

Reste que, malgré les tweets enthousiastes des proches de Roussel grâce au titre de l’étude, tout n’est pas rose pour le candidat communiste, toujours poursuivi par une affaire d’emploi fictif à l’Assemblée nationale, et loin d’être assuré d’une victoire lors du prochain Congrès du PCF, dont un premier voter aura lieu à la fin du mois de janvier. En cas de défaite, Fabien Roussel perdrait les rennes de son parti politique. Une défaite que ne saurait lui éviter ses aficionados de droite… Un problème que Jean-Luc Mélenchon ne rencontre pas à la France insoumise, où l’ancien candidat à la présidentielle est toujours largement plébiscité (80%).

L’article Fabien Roussel, le communiste qui plaît à la droite est apparu en premier sur Le Monde Moderne.

20.01.2023 à 17:43

Mesdames, Messieurs les censeurs, bonsoir

Alexis Poulin

J’ai fait le choix d’être un journaliste indépendant il y a quelques années déjà et ce choix n’est pas anodin.

L’article Mesdames, Messieurs les censeurs, bonsoir est apparu en premier sur Le Monde Moderne.

Texte intégral (2185 mots)

La censure de RT France est un précédent qui devrait inquiéter tous les journalistes, car l’État, secondé par la commission européenne, se lance dorénavant dans une logique de labellisation des médias et de censure, qui n’a aucune limite. 

La chaîne d’information RT France n’est plus. Beaucoup s’en réjouissent. Comme s’il existait une bonne ou une mauvaise censure. Après des mois d’une lutte acharnée menée par la commission européenne pour censurer la chaîne, le trésor public français a finalement porté l’estocade, en obéissant servilement à une enième sanction européenne pour assurer la fin des opérations de RT en France.

Je suis fier d’avoir choisi d’y travailler pendant plusieurs années, même si cela hérisse le poil des chiens de garde de la bien-pensance. 

Les médias ayant pignon sur rue, légitimés par le camp autoproclamé du bien, ne font que relayer un discours fade, unique et stéréotypé. Le travail d’analyse, de confrontation des idées, de recul sur les évènements et de synthèse disparait dans l’indifférence généralisée. Il convient de rassurer, d’effrayer ou de relayer la propagande d’État en l’érigeant en ligne éditoriale car la liberté de la presse est une liberté conditionnelle.

Une grande partie du peuple ne s’y méprend pas, constatant bien que les théories dites complotistes deviennent révélations de vérité avec le temps. Mais là encore dans des niches trop peu visibles, trop peu suivies, trop peu lues, trop peu écoutées, trop peu relayées et bientôt traquées par un projet liberticide bien plus grand qu’une réforme des retraites ou la censure d’une chaîne de télé. 

J’ai pu m’exprimer sur RT comme je n’aurais jamais pu le faire ailleurs. Je n’ai jamais reçu d’ordre quelconque. L’argent du Kremlin n’a clairement pas fait de moi un millionnaire. Alors basta! Je n’ai à me défendre de rien. Ceux qui jugent, eux, le devraient. Se défendre de leur couardise, de leur suivisme, par peur, de ne plus être appelé, de ne plus être rémunéré, d’être définitivement ostracisé. Est-ce que la soupe était bonne à Boulogne ? Ni plus ni moins qu’ailleurs. Et aujourd’hui, ayant pris un risque que quasiment personne n’a accepté de prendre en France pour continuer à informer de manière impartiale, oui, je ne suis plus payé. Et pour autant, jamais ce choix, je ne regretterai. 

J’écris dans le train qui me ramène d’Auxerre, où j’ai joué hier mon spectacle documentaire « L’homme qui tua Mouammar Kadhafi », un spectacle évoquant déjà la corruption au coeur du pouvoir. J’ai pu y voir des gens curieux de la chose publique, informés, et conscients des limites de l’information, mais aussi deux jeunes libyens, qui nous ont parlé de leur pays après Kadhafi.

Depuis la fenêtre du TER, je vois défiler ces villages de la France périphérique, maisons individuelles en lotissements, cimetières, fermes biscornues, champs et jachères, hangars rouillés et vides. C’est ici que vivent les Français, loin des jeux de cour parisiens, où la danse de l’argent et du pouvoir rythme les jours et les nuits des ambitieux qui ne rêvent que de gloire et de puissance artificielle.

Hier, j’ai pu manifester contre la réforme des retraites dans les rues d’Auxerre, et il y avait du monde, tous âges confondus, pour se lever contre le projet de maltraitance institutionnelle porté par ce président si mal élu qu’est Emmanuel Macron.

Les Français ne sont pas dupes

Les Français ne sont pas dupes, ils sont conscients de la compromission de ce président de pacotille avec les lobbies de l’argent. L’affaire McKinsey n’est pas oubliée, malgré le travail acharné des médias aux ordres pour tout faire oublier par la distraction, là où les affaires consécutives auraient déjà dû faire tomber trois ou quatre gouvernements.

« Ça passe » comme le disait avec un étonnement touchant Edouard Philippe, autre grand maltraitant de la caste, mis en scène par les oligarques comme un probable successeur à l’enfant prodige de la commission Attali.

Les Français ne sont pas dupes, mais ils sont dépossédés. Ils sont conscients du simulacre démocratique, qui leur impose un lobbyiste pour un autre, tous les 5 ans. Ils sont conscients de leur perte de libertés et de choix, ils sont parfois résignés, empêtrés dans le combat quotidien pour eux et pour leurs proches, parfois en colère, mais sans solutions. Et parfois, un mot d’ordre permet de se retrouver, ensemble, pour montrer que la résignation n’est pas totale, que la dépolitisation des citoyens en marche, marque un arrêt, que la majorité silencieuse n’est pas celle qu’on croit.

Les médias sont redevenus un outil du pouvoir après une brève période de liberté d’expression et d’opinion. Les lois successives depuis Balladur ont permis aux oligarques de mettre la main sur la majeure partie du paysage médiatique national, dans une course à l’optimisation fiscale et à la fabrique du consentement inédite. 

Il y a toujours eu une presse de cour, mais jamais autant de courtisans. 

J’ai fait le choix d’être un journaliste indépendant il y a quelques années déjà et ce choix n’est pas anodin. Il suffit de voir comment l’élite autoproclamée, qui se réunit à Davos pour célébrer son génie, fuit les journalistes indépendants dans les rues du petit village suisse pour comprendre que ce qu’il reste du journalisme est là, dans ces quelques têtes brûlées qui ont choisi de poser les questions qui fâchent, de respecter la charte de Munich et de ne jamais prendre un communiqué de presse gouvernemental comme une information, mais bien comme un élément de propagande. 

Nous sommes trop peu nombreux à faire ce travail, pourtant simple et essentiel, de critique sociale. Chacun connaît les limites à ne pas franchir pour ne pas froisser sa rédaction, chacun connaît les sujets tabous qui disqualifient immédiatement le porteur d’une carte de presse en militant séditieux.

Ce choix de l’indépendance m’a amené à créer mon média, lemondemoderne.media, et à essayer de faire un travail d’éducation aux médias et de critique depuis 2017. Il m’a aussi amené sur de nombreux plateaux de télé et de radio, qui peu à peu m’ont fermé leurs portes pour excès de franchise. Ainsi, mon désir de continuer à parler avec sincérité m’a amené chez RT France, où j’ai pu, en toute indépendance éditoriale, faire mon travail de critique. 

J’ai pu alerter contre l’aberration du pass vaccinal, contre l’imposture Macron, président des ultra riches et manipulateur féroce, contre la violence institutionnelle et les mensonges du gouvernement. Dans un certain sentiment de solitude, j’ai pu donner à entendre une voix dissonante, une critique, un autre champ du débat.

Mais c’était sans compter sur l’acharnement élyséen contre RT France.

Dès son élection en 2017, à la suite des Macronleaks, qui révélaient déjà la proximité problématique d’Emmanuel Macron avec le cabinet de conseil américain McKinsey, le président de la République a décidé de faire la guerre à RT France, les accusant de propagande et leur refusant même l’accréditation aux rares conférences de presse du palais.

La guerre en Ukraine a été l’aubaine pour parachever la censure totale d’une voix dissidente et s’assurer, sous couvert de défense de la démocratie, un paysage médiatique obéissant et faible, tout entier concentré sur la survie mondaine et la critique de façade.

Cette censure est inacceptable. Plus encore, voir les propagandistes officiels appeler la censure de leurs voeux et se réjouir de la mise à mort d’une rédaction indépendante des flux d’argents français, est glaçant. C’est un précédent qui devrait inquiéter tous les journalistes, car l’État, secondé par la commission européenne, se lance dorénavant dans une logique de labellisation et de censure, qui n’a aucune limite. 

Une seule voix est désormais autorisée, balayant d’un revers de la main toute idée de démocratie, et bafouant par la même occasion la déclaration universelle des droits de l’homme et la soit-disant si précieuse charte des droits fondamentaux de l’UE dont voici l’article 11 :

Article 11 – Liberté d’expression et d’information 

  1. Toute personne a droit à la liberté d’expression. Ce droit comprend la liberté d’opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu’il puisse y avoir ingérence d’autorités publiques et sans considération de frontières.
  2. La liberté des médias et leur pluralisme sont respectés.

De quelles valeurs européennes parlent donc Emmanuel Macron ou Ursula Von der Leyen, quand ils se réjouissent de censurer les médias? Quel fondement de droit les autorise à contraindre des millions de citoyens à des politiques de santé publique basées, non sur le fait scientifique, mais sur le seul lobbying intensif des grands laboratoires déjà multicondamnés? 

Je suis sidéré par le silence gêné des journalistes, plus encore que par la joie malsaine de certains va-t-en-guerre, trop heureux de voir leur propagande triompher pour emmener l’Europe au désastre.

Soyons clairs, cette guerre doit cesser immédiatement, avec des négociations autour d’une table et non pas un simulacre comme l’ont été les accords de Minsk.

Non, les armes n’apporteront pas la paix, comme le dit avec cynisme le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stolenberg, mais les armes apporteront bien plus de morts, de mutilés et d’orphelins, pour que finalement, quelques milliardaires se mettent d’accord autour d’une grande table, dans un salon doré. Toutes les guerres sont les mêmes: des machines à produire du cash et de la chair sanguinolente.

Cette condamnation ne m’a pas empêché de travailler au sein d’une rédaction pluraliste où toutes les opinions étaient représentées et dont le professionnalisme des journalistes qui la composaient n’est pas à prouver. 

Que les Savonarole de bas étage rangent leurs accusations de « complotiste », de « traître » ou autres débilités visant à masquer trop mal leur indigence intellectuelle. Ces censeurs aux petits pieds ne sont que la représentation médiatique de la médiocratie ambiante, où la bêtise triomphante tient lieu de phare de la pensée unique, et où l’esprit critique est vilipendé par des validateurs de vérité officielle qui n’ont pour métier que de défendre la propagande gouvernementale, dans un souci de paix sociale, par le contrôle social.

Oui, nous vivons des heures sombres, pour nos libertés, pour notre liberté de parole et pour notre liberté de penser.

Mais ce n’est pas une raison pour abdiquer, certainement pas une raison pour baisser la tête, et accepter la censure par les médiocres et les vendus, non, c’est le moment où jamais d’être féroce, absolument féroce, et de ne plus laisser une once de terrain aux menteurs compulsifs qui prétendent gouverner des peuples qu’ils maltraitent au nom de l’intérêt des possédants.

Nous avons plus que jamais besoin de vous pour exister, de votre audience, de votre soutien.

L’information a un prix, celui de la liberté.

Alexis Poulin
20 janvier 2023

Nous avons besoin de vous pour soutenir Le Monde Moderne

L’article Mesdames, Messieurs les censeurs, bonsoir est apparu en premier sur Le Monde Moderne.

01.08.2022 à 15:58

Les Uber Files et la corruption académique

Marc Chesney

Comment les grandes banques ont créé un corps professoral ex-nihilo, tout au service des intérêts des marchés dérégulés. Prof. Marc Chesney (intiatlement paru dans le Temps, le 19/07/22) Récemment les Uber Files ont révélé que des professeurs de finance ou d’économie, connus dans leur pays respectif, la France et l’Allemagne, avaient écrit en 2016 des […]

L’article Les Uber Files et la corruption académique est apparu en premier sur Le Monde Moderne.

Texte intégral (1064 mots)

Comment les grandes banques ont créé un corps professoral ex-nihilo, tout au service des intérêts des marchés dérégulés.

Prof. Marc Chesney (intiatlement paru dans le Temps, le 19/07/22)

Récemment les Uber Files ont révélé que des professeurs de finance ou d’économie, connus dans leur pays respectif, la France et l’Allemagne, avaient écrit en 2016 des rapports commandés par Uber, pour vanter les mérites de cette société en termes de supposés désenclavement des banlieues ou d’augmentation de la productivité. Mettre en avant les salaires des chauffeurs, de 20 euros par heure, sans d’ailleurs tenir compte des frais d’assurance et d’essence, alors que ces auteurs auraient perçu 100.000 euros chacun pour ce travail de lobbying, ne manque pas de piquant… et de cynisme. Plus généralement, il s’agissait de promouvoir l’ubérisation de l’économie, c’est-à-dire en réalité une précarisation accélérée des conditions de travail.

Le monde universitaire en économie et finance, feutré par excellence, joue ainsi un rôle essentiel dans la défense d’intérêts bien particuliers. Recevoir des compléments de salaire de grandes institutions, ou espérer y avoir accès, y incite. La presse fournit ponctuellement quelques exemples. Selon Le Monde Diplomatique de mai 2011, avant la crise financière de 2008, un professeur réputé de la London Business School, aurait ainsi été grassement rémunéré pour apparaître comme auteur d’un rapport vantant les prouesses du secteur financier en Islande. On connaît la suite, les trois grandes banques du pays ont fait faillite en quelques jours en 2008.

L’arbre qui cache la forêt

Ces exemples médiatisés sont l’arbre qui cache la forêt. Ils mettent en lumière un phénomène de corruption au sein du monde académique. Pour mieux comprendre et situer ce phénomène, il convient de remonter le temps pour remarquer que les premiers départements à part entière de finance, ont été créés dans les années 1980, 1990.

Auparavant, les quelques professeurs actifs dans ces domaines faisaient partie de départements d’économie ou de gestion. C’était l’époque où le néo-libéralisme, avec ses vagues de dérégulations et de privatisations, a commencé à jouer un rôle dominant. Les professeurs ayant une formation classique en économie ou en gestion ne pouvaient pas vraiment répondre aux nouvelles questions que se posaient dorénavant les institutions financières. Il s’agissait ni plus ni moins que de changer leur business model. La tâche classique des banques, qui consiste à générer un profit sur la base de la différence entre taux prêteurs et emprunteurs, était et est toujours une activité lente, pour ne pas dire ennuyeuse pour les nouvelles générations de banquiers. Les vagues de dérégulations et de privatisations, d’une part, et de progrès informatique, d’autre part, ont permis à d’autres activités d’émerger, sources de profits larges et rapides. La gestion des fusions et acquisitions ainsi que le développement d’immenses salles de marché, où étaient traités actions, obligations, produits dérivés… ont donné le jour respectivement à la finance d’entreprise et à celle de marché. Dans ce dernier cas, une formation initiale en mathématiques, physique ou informatique, devenait souvent plus utile qu’un diplôme en économie.

La finance casino s’est ainsi développée rapidement. Les grandes banques ont acquis une dimension internationale et sont devenues systémiques. C’est-à-dire qu’elles prennent des risques démesurés et bénéficient d’une aide de l’État, en cas de pertes trop importantes, le tout bien sûr au nom du libéralisme. Il fallait donc créer de toute pièce un corps professoral, qui forme les futurs spécialistes de ces deux domaines.

Les coûts de ces formations, initialement maintes fois supportés par le secteur privé: notamment les business schools, ont souvent été socialisés, dans le sens où ils ont été pris en charge par le contribuable, dans le cadre de formations universitaires. C’est ainsi par exemple, que des budgets publics sont aujourd’hui utilisés pour former les futures embauches de fonds spéculatifs, dont l’objectif prioritaire est de permettre à des individus déjà extrêmement riches, de le devenir encore plus… Un minimum de décence voudrait que ces coûts soient assumés par ces structures privées.

Mercenaires en col blanc

En poussant à la création de ce corps professoral, les grandes banques avaient aussi pour objectif de se draper, si nécessaire, dans les habits de la science. Par exemple, pouvoir justifier « scientifiquement », c’est-à-dire en se basant sur des publications « scientifiques », les rémunérations grotesques des directions de ces institutions, malgré des performances parfois catastrophiques, leur est particulièrement utile. Vouloir et le cas échéant pouvoir disposer de mercenaires académiques, qui s’expriment publiquement en faveur de ces institutions, ou simplement de laquais serviles, qui préfèrent se taire, devenait stratégique face à ceux qui osent critiquer ces rémunérations grotesques et plus généralement les dérives de la finance casino.

Dans de nombreuses universités publiques, et particulièrement en Suisse, les professeurs de finance, disposent, grâce au contribuable, de bons salaires. Il serait donc logique qu’au lieu de centrer leurs activités d’enseignement et de recherche sur les besoins du secteur financier, ils cherchent à promouvoir le bien commun et les intérêts du plus grand nombre, en analysant ces dérives et en proposant des solutions.

Une analyse critique du pouvoir exorbitant atteint par ce secteur et de l’ubérisation de l’économie est à l’ordre du jour.

L’article Les Uber Files et la corruption académique est apparu en premier sur Le Monde Moderne.

3 / 10