Médias
GÉNÉRALISTES
Basta Blast Capital France 24 FTVI L'Humanité La Croix LCP Le Monde La Tribune Le Figaro Mediapart L'Autre Quotidien Le Media Slate Korii Vrai ou Fake ?
INTERNATIONAL
CADTM Courrier d'Europe Centrale Eurojournalist Equaltimes Info Asie Inkyfada Jeune Afrique Le Grand Continent Orient XXI Rojava I.C N-Y Times fr Toute l'Europe
MÉDIAS D'OPINION
L'Autre France-Presse Acta AOC Issues Les Jours Le Monde Moderne LVSL Médias Libres Marianne Quartier Général Rapports de force Reflets Rézo StreetPress
OBSERVATOIRES
Acrimed Internet actu Catastrophes naturelles Conspis Culture Extrême-droite Inégalités Information Médias Multinationales Présidentielle Routes de la Soie
+
Accès libre Chaîne de service public - Actualité internationale

▸ les 15 dernières parutions

04.12.2021 à 00:28

L'ordinateur du créateur de Wikipedia et le NFT de sa première page aux enchères

FRANCE24
Présenté au siège new-yorkais de Christie's, au Rockefeller Center, l'ordinateur est un iMAC couleur fraise, "son ordinateur personnel, qu'il utilisait pour le développement et la recherche au moment du lancement du site le 15 janvier 2001", écrit la société dans un communiqué. Le second lot est un NFT, un objet numérique certifié unique grâce à la technologie de la blockchain, "créé par Jimmy Wales et qui restitue ce à quoi ressemblait Wikipedia au moment où il l'a installé et où il a lancé sa première page, avec les mots +Hello world+", a expliqué à l'AFP Peter Klarnet, spécialiste des livres et manuscrits chez Christie's. La page, présentée sous format d'image JPEG, sera interactive et pourra être "éditée" par l'acheteur pour "recréer l'expérience de construire Wikipedia", puis "revenir à son état initial à l'aide d'une minuterie", écrit Christie's. Dans le communiqué, Jimmy Wales annonce qu'une partie de la vente financera son projet WT.Social, "un réseau social décentralisé, non commercial, sans publicité, ni suivi et collecte de données et sans désinformation", explique-t-il. Sur sa page d'accueil, WT.Social se présente comme le "réseau social non toxique". Les deux lots sont en vente en ligne jusqu'au 15 décembre, avec un prix de départ de 100 dollars chacun, mais Christie's espère les vendre "pour des centaines de milliers de dollars", a expliqué Peter Klarnet. Nouvelle coqueluche de certains collectionneurs ou de groupes d'investisseurs dans le digital, les NFT sont devenus des incontournables des maisons d'enchères et du marché de l'art, du programme à l'origine du web (5,4 millions de dollars début juillet 2021 chez Sotheby's), à l'oeuvre entièrement numérique de l'artiste américain Beeple (69,3 millions de dollars en mars chez Christie's, record pour un NFT). Vendredi, Christie's a par ailleurs également annoncé la mise en vente en ligne, jusqu'au 9 décembre, d'un gilet pare-balles porté par le rappeur Kanye West lors d'une des soirées de présentation de son dernier album, Donda, le 5 août 2021 à Atlanta. Un objet accompagné de sa réplique digitale protégée par un NFT, permettant à l'objet de "vivre à la fois dans le monde physique et dans le métavers", assure Christie's.

03.12.2021 à 23:58

Tennis: Australie ou pas ? "Vous saurez très bientôt", répond Djokovic

FRANCE24
Les organisateurs de l'Open d'Australie (17-30 janvier) ont officialisé l'obligation vaccinale et Djokovic, qui a publiquement pris positions contre les vaccins, refuse jusque-là de communiquer sur son statut vaccinal. Q: Avez-vous des regrets sur votre deuxième partie de saison ? R: "La saison se termine aujourd'hui (vendredi). Je ne regrette aucun tournoi que j'ai joué. J'ai fait de mon mieux comme toujours. Jouer en équipe nationale a une dimension particulière pour moi. Malheureusement, une victoire en simple, ça ne suffit pas. Je ne regrette jamais rien dans la vie. J'essaie de tirer des leçons en particulier des moments difficiles comme celui-là. Aussi douloureux soient-ils, ce sont généralement les plus grandes occasions pour devenir plus fort et grandir." Q: Comment avez-vous abordé ce double décisif ? R: "On savait depuis le début que ce match serait le plus difficile de la rencontre. On savait que si ça se jouait au double, on ne serait pas favori, parce qu'on jouait la meilleure paire du monde (Mektic et Pavic), des joueurs qui jouent ensemble tout le temps, qui se connaissent très bien, qui sont des spécialistes de double, qui ne se concentrent que sur ça. Pour gagner la Coupe Davis, on a besoin d'une équipe de double, sinon ce sera très difficile, c'est une loterie. C'est comme escalader le Mont Everest." Q: Quand allez-vous reprendre la compétition en 2022 ? R: "Je vais essayer d'utiliser les prochains jours pour récupérer, me reposer et oublier le tennis. Je suis vraiment fatigué de cette saison et de toute cette année. Je comprends que vous vouliez des réponses sur où et comment je vais commencer la saison, mais on verra ce que nous réserve le futur. Je ne peux pas vous donner une date, mais évidemment l'Open d'Australie arrive vite, alors vous saurez très bientôt." Propos recueillis en conférence de presse.

03.12.2021 à 23:50

Ski alpin: retour supersonique de Goggia en descente à Lake Louise

FRANCE24
Détentrice du petit globe de cristal de la discipline, après l'avoir une première fois remporté en 2018, la skieuse de 29 ans a relégué sa dauphine, l'Américaine Breezy Johnson, à 1 sec 47/100e. L'Autrichienne Mirjam Puchner a complété le podium à 1 min 54/100e et sa compatriote Ramona Siebenhofer a fini 4e, à 1 sec 96/100e, soit trois descendeuses seulement à moins de deux secondes de la gagnante. "Je savais que je pouvais aller plus vite à certains endroits, que je pouvais gagner, mais pas avec une telle avance. Il n'y a pas beaucoup de spots où vous pouvez faire la différence donc si vous attaquez la pente, c'est ce qui compte le plus", a commenté Goggia. Mikaela Shiffrin, plutôt spécialiste des épreuves techniques et qui mène la danse au général après avoir porté à 71 son record du nombre de victoires en Coupe du monde, le week-end passé à Killington, en s'adjugeant le slalom, a fini très loin, en 26e position (à 3 sec 60/100e de Goggia). L'Américaine faisait aussi son retour en descente, près de deux ans après les épreuves bulgares de Bansko (janvier 2020), sur une piste qui lui a bien réussi par le passé: trois podiums dont une victoire en décembre 2017. Mais cette fois, elle n'a pas été dans le coup, contrairement à Goggia qui en a asséné un gros sur la tête de ses rivales du jour. Doublé en vue Victorieuse pour la 9e fois en descente (la 12e fois en Coupe du monde), la skieuse de Bergame ne s'était jamais imposée dans l'Alberta. Ce triomphe a donc une saveur inédite, en plus de marquer un spectaculaire retour au sommet, elle dont l'élan fut brutalement stoppé fin janvier par une blessure au genou droit, survenue en redescendant la piste de Garmisch (Allemagne) et qui l'avait privée de "ses" Mondiaux à Cortina d'Ampezzo en fin de saison dernière. Skieuse au style spectaculaire, la championne olympique en titre avait remporté quatre courses et signé une 2e place en cinq départs en descente l'hiver dernier. Ce qui lui a suffi pour finir en tête du classement de la spécialité, tout en ratant les deux dernières épreuves. Désignée porte-drapeau de l'Italie pour la cérémonie d'ouverture des Jeux d'hiver de Pékin, où elle défendra son titre olympique en descente, elle apparaît largement en mesure de réussir le doublé samedi à Lake Louise. "Je vais analyser la vidéo. Je pense que je peux skier un peu mieux dans certaines parties du tracé", a-t-elle prévenu. Shiffrin tentera elle de faire meilleure figure que vendredi, elle qui n'avait pas participé à une épreuve de vitesse de la Coupe du monde depuis presque deux ans, bien qu'elle ait remporté le bronze en super-G aux Championnats du monde en février. Du côté des Françaises, Romane Miradoli a réussi un retour encourageant, un an après sa rupture d'un ligament croisé du genou gauche, en se classant 19e, à trois secondes de Goggia. Laura Gauche s'est classée 31e, Camille Cerutti 36e, Tiffany Gauthier 41e.

03.12.2021 à 23:18

Emmanuel Macron dans le Golfe : quels sont les enjeux diplomatiques ?

Pauline ROUQUETTE
Retour de Mohammed ben Salmane sur la scène internationale, crise au Liban, rôle du Qatar dans les négociations avec les Taliban... La visite d'Emmanuel Macron dans le Golfe, de vendredi à dimanche, doit être l'occasion d'évoquer le positionnement de la France sur le plan diplomatique et stratégique autour de plusieurs questions régionales.

03.12.2021 à 23:02

Omicron : la patronne du FMI envisage d'abaisser ses prévisions de croissance mondiale

FRANCE24
"Un nouveau variant qui pourrait se propager très rapidement peut ébranler la confiance et, en ce sens, nous assisterons probablement à des révisions à la baisse de nos projections d'octobre pour la croissance mondiale", a déclaré Kristalina Georgieva lors d'une conférence Reuters Next. En octobre, le FMI avait déjà révisé en baisse ses prévisions de croissance du produit intérieur brut mondial à 5,9% cette année contre 6% en juillet, en raison des problèmes de logistique et à cause d'une vaccination inégale. Pour 2022, le FMI tablait alors sur une croissance mondiale inchangée à 4,9%. Depuis octobre, le FMI a déjà laissé entendre que la croissance pourrait être moins soutenue que prévu alors que les goulets d'étranglement sur les chaînes d'approvisionnement ne sont pas résorbés, provoquant une poussée inflationniste dans le monde. "Avant même l'arrivée de ce nouveau variant, nous craignions que la reprise, bien qu'elle se poursuive, perde quelque peu de son élan", a ainsi reconnu vendredi Mme Georgieva. Elle a en outre souligné que la croissance des deux premières économies du monde, les États-Unis et la Chine, moteurs de la reprise mondiale, avait déjà été freinée par le variant Delta qui s'est répandu à la fin de l'été et l'automne. Le FMI publie généralement des révisions de ses prévisions d'octobre au mois de janvier. L'Omicron, une version à forte mutation du coronavirus, a été signalé pour la première fois en Afrique du Sud le 24 novembre et est désormais présent dans plusieurs dizaines de pays. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) n'a pour l'heure pas d'information sur un éventuel décès lié au nouveau variant Omicron, a indiqué un porte-parole de l'organisation à Genève. Mais par précaution, de nombreux pays ont d'ores et déjà mis en place de nouvelles restrictions aux voyages. Et avec une dégradation de la confiance des consommateurs attendue, de nombreux économistes s'attendent à ce que la reprise économique ralentisse. L'OCDE a, elle-même, exhorté cette semaine les États à accélérer le rythme dans la distribution des doses afin d'enrayer la pandémie. Selon les statistiques de l'ONU, environ 65% des habitants des pays les plus développés ont reçu au moins une dose d'un vaccin contre le Covid-19, contre seulement 7% dans les pays les moins développés. L'économiste en chef du FMI, Gita Gopinath le martèle depuis des mois: "la pandémie n'est terminée nulle part, tant qu'elle n'est pas achevée partout".

03.12.2021 à 22:36

Coupe Davis: la Croatie en finale, Djokovic en vacances sans le Saladier

FRANCE24
Le rideau tombé sur la saison 2021, il manquera donc trois grands trophées - la médaille d'or olympique, l'US Open (qui aurait été synonyme de Grand Chelem) et le Saladier d'argent - au Serbe qui a toutefois battu le record du nombre de semaines passées à la place de N.1 mondial (il entamera lundi sa 350e), celui de saisons terminées au sommet de la hiérarchie mondiale (7), celui du nombre de titres en Masters 1000 (37), et égalé le record de trophées du Grand Chelem (20 comme Roger Federer et Rafael Nadal). Sur le papier, la qualification pour la finale de la Coupe Davis devait se jouer dans le premier simple, si l'on prenait pour acquis que le N.1 mondial gagnerait son simple pour la Serbie et que la meilleure paire du monde Nikola Mektic et Mate Pavic, champions olympiques à Tokyo, titrés à Wimbledon et invaincus depuis le début de la compétition, remporterait le double pour la Croatie. Alors la pression était immense sur les épaules du Croate Borna Gojo (279e mondial) et du Serbe Dusan Lajovic (33e). Festival de fautes C'est le second qui a eu le plus de mal à entrer dans le match. Mais mené 3-4 et 0-40 sur le service adverse, Lajovic a gagné 17 des 18 points suivants et remporté la première manche. A partir de là cependant, dans un match constellé de fautes directes (44 pour Lajovic, 31 pour Gojo), le Croate a pris le dessus, faisant une nouvelle victime de choix dans ce tournoi après avoir battu l'Australien Alexei Popyrin (61e) en phase de poules et l'Italien Lorenzo Sonego (27e) en quarts. "Je sais que les gens regardent les classements et se disent que je n'ai aucune chance de gagner. Mais moi, je joue toujours pour gagner, quel que soit l'adversaire. Ca a été le cas contre l'Australie, l'Italie, et aujourd'hui. Je me mets toujours de la pression parce que je sais que je peux bien jouer. Et je suis heureux de l'avoir démontré aujourd'hui", a commenté Gojo. Charge donc à Djokovic d'abord de ramener son équipe à égalité, une formalité a priori face à Marin Cilic (ex-3e aujourd'hui 30e), pour tenter de remporter ensuite le double décisif, en créant un exploit avec son coéquipier Filip Krajinovic, préféré au dernier moment à Nikola Cacic qui avait joué les deux derniers doubles avec le N.1 mondial. Pavic/Mektic irrésistibles La première partie du contrat a été remplie avec une 18e victoire (6-4, 6-2) du Serbe face au Croate en 20 rencontres. Mais Cilic a opposé une très bonne résistance pour atteindre 4-4 et 40-0 sur son service dans le premer set. Le Serbe a alors aligné cinq points d'affilée (dont une double faute de Cilic sur la balle de break) pour obtenir de servir pour le set. Il a effectivement remporté cette première manche dans la foulée, mais non sans avoir sauvé quatre balles débreak. Après un long jeu, le N.1 mondial a fait le break dans la seconde manche pour mener 2-1. Puis il s'est irrémédiablement échappé pour remporter la rencontre et pousser la Croatie au double décisif. Et comme prévu, malgré une belle résistance de la paire serbe dans le premier set, les irrésistibles Pavic et Mektic se sont imposés 7-5, 6-1, propulsant la Croatie en finale pour la quatrième fois après 2005, 2016 et 2018. Par deux fois, en 2005 contre la Slovaquie et en 2018 contre la France, les Croates avaient décroché le Saladier d'argent. Cette année, ils tenteront de le faire face à la Russie de Daniil Medvedev ou l'Allemagne sans Alexander Zverev, qui s'affrontent samedi (13h00) dans la seconde demi-finale.

03.12.2021 à 22:36

Wall Street termine en baisse, lestée par prises de bénéfices et Fed

FRANCE24
Le Dow Jones a lâché 0,17% à 34.590,08 points, le Nasdaq, 1,92% à 15.085,47 points, et l'indice élargi S&P 500, 0,84% à 4.538,43 points. La séance s'était ouverte avec le rapport du département américain du Travail, qui a annoncé la création de 210.000 emplois aux États-Unis en novembre, alors que le marché en attendait quasiment le triple (525.000). Échaudé par ce mauvais chiffre, le marché s'est retourné après avoir ouvert en hausse. Mais ce sont rapidement d'autres facteurs qui ont pris le relais, pour pousser les indices loin dans le rouge, au point que la Nasdaq a frôlé les -3%. "Cela a vraiment peu de rapport avec le rapport sur l'emploi, et beaucoup à voir avec Omicron", a ainsi affirmé Karl Haeling, de la banque LBBW. Pour l'analyste, de nombreux opérateurs ont choisi de vendre avant le week-end. Si aucune donnée concernant la dangerosité d'Omicron ou l'efficacité des vaccins existants contre ce nouveau variant n'est attendue ces deux prochains jours, "il est probable qu'on entende parler de nouveaux cas un peu partout dans le monde", prévient-il, ce qui serait de nature à affecter le moral du marché. Ce mouvement est amplifié par la proximité de la fin de l'année, qui incite les investisseurs à vendre et prendre leurs bénéfices après une année qui reste de très haute tenue (+20,8% depuis le début de l'année pour le S&P 500), malgré les récents soubresauts. De l'avis général, le rapport sur l'emploi, même moins bon qu'attendu, n'est pas de nature à changer la trajectoire de la Fed, qui devrait accélérer la normalisation de sa politique monétaire. Cette perspective d'une possible hausse des taux l'an prochain fait pression sur les valeurs de forte croissance, en particulier dans le secteur technologique, a expliqué Patrick O'Hare, de Briefing.com. Ces sociétés séduisent, en effet, les investisseurs par leurs futurs flux de trésorerie, dont la valeur diminue avec le relèvement des taux d'intérêt. Parmi les entreprises visées vendredi, le fabriquant de microprocesseurs AMD (-4,43%), l'éditeur de logiciels Adobe (-8,24%) ou Uber (-5,95%). Le spécialiste des cartes graphiques Nvidia était aussi de la charrette (-4,46% à 306,93 dollars), plombé encore davantage par la nouvelle, tombée jeudi, que les autorités américaines allaient s'opposer à son acquisition du géant britannique des microprocesseurs Arm. Au-delà des valeurs de croissance, "les marchés sont un peu inquiets que la Fed n'aille trop loin et ne resserre trop vite" sa politique monétaire, selon Karl Haeling. Toujours en prévision du week-end, les investisseurs se sont reportés sur le marché obligataire, qui a vu le taux moyen des emprunts américains à dix ans se détendre violemment à 1,35%, contre 1,44% la veille. Au tableau, Didi Chuxing, a dérapé (-22,18% à 6,07 dollars) après l'annonce du prochain retrait de la cote de l'"Uber chinois" à Wall Street, moins de six mois après son introduction sur le New York Stock Exchange, sous la pression des autorités chinoises. Techniquement, après validation par un vote des actionnaires, les titres cotés à Wall Street, des ADS (American depository shares), vont être bientôt enregistrés à la Bourse de Hong Kong. Dans le sillage de Didi, un autre groupe chinois, Alibaba continuait à s'enfoncer (-8,23% à 111,96 dollars), au plus bas depuis quatre ans et demi, plombé par la rumeur d'une sortie de la cote du géant du commerce en ligne. Même tarif pour d'autres mastodontes chinois de l'e-commerce, JD.com (-7,71%) et Pinduoduo (-8,16%), également cotés à Wall Street. Le spécialiste des transactions numériques DocuSign s'est effondré de 42,22% après avoir annoncé des prévisions inférieures aux attentes pour son quatrième trimestre (de novembre à janvier). Le directeur général Dan Springer a reconnu, lors de la conférence téléphonique de présentation des résultats, que la croissance ralentissait plus rapidement que prévu après "le coup de pouce du Covid-19". Le fabriquant d'armes Smith & Wesson a aussi été la cible des investisseurs (-28,72% à 16,33 dollars) après avoir publié un chiffre d'affaires et un bénéfice trimestriels inférieurs aux attentes.

03.12.2021 à 22:22

Ski alpin: Goggia écrase la descente de Lake Louise, loin devant Shiffrin

FRANCE24
Confirmant qu'elle est la meilleure descendeuse du moment, championne olympique de la spécialité en 2018, Goggia a écrasé la concurrence, devançant l'Américaine Breezy Johnson, reléguée à 1 sec 47/100e. L'Autrichienne Mirjam Puchner a complété le podium à 1 min54/100e. Shiffrin, plutôt spécialiste des épreuves techniques, retrouvait la vitesse près de deux ans après les épreuves bulgares de Bansko (janvier 2020). Finissant à 3 sec 60/100e de la gagnante du jour, elle attendra pour une 72e victoire en Coupe du monde. Les skieuses ont rendez-vous samedi pour la 2e descente dans l'Alberta.

03.12.2021 à 22:02

GP d'Arabie saoudite de F1: Hamilton au rendez-vous des essais libres

FRANCE24
Le plus rapide des essais libres 1 dans l'après-midi en 1 min 29 sec 786/1000, le septuple champion du monde a abaissé son chrono à 1 min 29 sec 18/1000 lors de la deuxième séance de nuit, la seule représentative des conditions des qualifications et de la course. Hamilton a devancé son équipier finlandais Valtteri Bottas de 61/1000, le Français Pierre Gasly (AlphaTauri) de 81/1000 et le Néerlandais Max Verstappen (Red Bull), leader du championnat mais 4e seulement, de 195/1000. Les Alpine de l'Espagnol Fernando Alonso et du Français Esteban Ocon, la Ferrari de l'Espagnol Carlos Sainz Jr, l'AlphaTauri du Japonais Yuki Tsunoda, la Red Bull du Mexicain Sergio Pérez et la Ferrari du Monégasque Charles Leclerc complètent le Top 10 des EL2. Des résultats à pondérer car les pilotes Mercedes étaient chaussés de pneus medium, moins rapides sur un tour que les gommes tendres de leurs rivaux, et car le trafic a ralenti plus d'un pilote sur cette piste étroite. Convertir son avantage en qualifications samedi à 20h00 locales (18h00 françaises) puis en course dimanche à 20h30 (18h30) sera crucial pour Hamilton car Verstappen a une première chance de sacre ce week-end. Verstappen pour le titre Le Néerlandais peut remporter son premier titre dans la catégorie reine du sport automobile, au terme de la 21e et avant-dernière épreuve de la saison, s'il porte de 8 à 26 longueurs au moins son avance en tête du championnat. Cela signifie marquer 18 points de plus que le Britannique, a minima. Pour cela, il faudrait que le pilote de 24 ans termine 1er ou 2e dimanche (ce qui, sauf incident, est à sa portée) et que son rival de 36 ans trébuche (ce qui est moins probable). Au contraire, une victoire assortie du meilleur tour permettrait au pilote Mercedes d'égaliser au classement si Verstappen était 2e ou de prendre les devants s'il faisait moins bien. Or, sur le papier, le circuit de la Corniche de Jeddah est favorable aux Flèches d'argent. Ce tracé tout en longueur doit mettre en valeur leur vitesse de pointe. Vendredi soir, aucun des deux principaux protagonistes de la saison n'était pleinement satisfait. "Nous ne sommes pas rapides sur un tour comparés aux autres, estimait Hamilton. Mais notre rythme de course n'était pas mauvais, donc qui sait ? (...) Nous ne sommes pas dans une mauvaise posture mais il y a un peu de travail." "On a eu du mal à faire monter nos pneus en température (...) et on a fait quelques changements entre les deux séances d'essais qui n'ont pas fonctionné. Mais j'espère qu'on trouvera les bons réglages pour les +qualifs+", réagissait Verstappen. Leclerc dans le mur Avec, a priori, peu d'opportunités de dépassement en course, les positions sur la grille de départ pourraient être cruciales. Étonnamment, sur un circuit que les pilotes empruntent pour la première fois et qui, entre les hautes vitesses et les murs très proches, s'annonçait piégeux, peu se sont laissés prendre. Tous ont été sages en essais libres 1. En EL2, les pilotes Haas Mick Schumacher et Nikita Mazepin se sont fait une petite frayeur. Puis, à cinq minutes de la fin, Leclerc, en tête-à-queue à haute vitesse au virage 23, a heurté les barrières de sécurité. Bilan, une monoplace endommagée mais pas de changement de châssis ou de moteur en vue et un pilote indemne. En accueillant la F1, comme de plus en plus d'événements sportifs et culturels ces dernières années, l'Arabie saoudite poursuit sa campagne pour améliorer son image à l'international et diversifier son économie pétrolière. Ses détracteurs l'accusent de "sportwashing", c'est-à-dire d'utiliser ces grands rendez-vous pour faire oublier ses manquements aux droits humains.

03.12.2021 à 21:56

Antilles: la circulation globalement rétablie, encore quelques blocages

FRANCE24
Né du refus de l'obligation vaccinale contre le Covid-19 pour soignants et pompiers, le mouvement social, qui touche également Saint-Martin, s'est étendu à des revendications politiques et sociales, notamment contre la vie chère, occasionnant violences, pillages et incendies. Au point que Guadeloupe et Martinique ont été placées sous couvre-feu. En Guadeloupe, l'accalmie survient au lendemain de la rencontre entre le "collectif en lutte" et les élus locaux. Un accord de méthode, préalable aux négociations, doit être validé "sous peu" et envoyé aux élus, a appris l'AFP auprès de représentants syndicaux. Le collectif a insisté "sur la nécessaire présence d'une délégation interministérielle" à ces négociations. Le gouvernement a donné mandat au préfet "pour mener des négociations avec les maires" avec lesquels Sébastien Lecornu avait échangé lors de son court séjour sur l'île en début de semaine, a indiqué le ministère des Outre-mer. Une partie des élus locaux, notamment le président de région Ary Chalus et les élus parlementaires, avaient boycotté la visite du ministre. Sur l'île, seuls trois points de blocage persistaient vendredi après-midi, a indiqué une source de la gendarmerie à l'AFP. Il s'agit notamment de La Boucan-Sainte-Rose, où près de 20 barrages s'étendent sur sept kilomètres, de Morne-à-l'Eau et de Perrin, haut lieu de la contestation en raison de sa proximité avec le siège des sapeurs-pompiers d'où est parti le mouvement de contestation. Les routes débloquées se font "au prix de lourds dispositifs de présence des forces de l'ordre sur le terrain" pour empêcher la réinstallation dans la foulée, a-t-on appris de même source. En Martinique, le calme régnait vendredi sur les routes, libres de tout barrage à quelques exceptions. Un barrage a été installé temporairement sur la RN2 au quartier Fond Lahayé à Schoelcher mais il a été rapidement démonté par les gendarmes, a constaté l’AFP. Des blocages demeurent au niveau du port de commerce de Fort-de-France, à la pointe des Grives. L'intersyndicale, le syndicat des dockers et la direction du Grand Port Maritime ont trouvé un accord pour permettre la sortie de conteneurs de frais et matériel médical. "Mais la situation reste chaotique", selon Jean-Claude Florenty, le président du syndicat des transitaires de Martinique. Ce filtrage doit être reconduit samedi. Après l'assouplissement consenti jeudi, les transporteurs de marchandise ont repris le barrage devant le site de l'unique raffinerie de l'île au Lamentin. "Aucun camion citerne n'a pu être chargé ce vendredi", a confirmé à l'AFP la société anonyme de raffinerie des Antilles (Sara).

03.12.2021 à 21:52

Ski Alpin: Kilde signe son grand retour, Pinturault 6e comme la veille

FRANCE24
Sous un grand soleil, Kilde a devancé d'un souffle, de 3/100e précisément, le Suisse Marco Odermatt, qui avait remporté la veille le premier super-G sur la "Birds of Prey" et conforte à ce titre la tête au classement général après cinq des 37 courses au programme du calendrier. L'Américain Travis Ganong a complété le podium à 37/100e, son premier en super-G, devant le champion olympique autrichien Matthias Mayer relégué à 92/100e de Kilde. "C'est incroyable ! C'est aussi incroyable d'être ici à Beaver Creek avec les fans de retour, de franchir la ligne d'arrivée et d'entendre réellement les fans qui encouragent", a-t-il commenté à chaud. Mi-décembre 2020, il avait touché le fond après s'être rompu le ligament croisé du genou droit, pendant un entraînement de super-G en Autriche à Hinterreit. Il était alors deuxième du classement de la Coupe du monde, finalement remportée par le Français Alexis Pinturault. Le Norvégien de 29 ans, vainqueur du gros globe de cristal en 2020, n'a fait son retour à la compétition que le week-end passé à Lake Louise. Et jeudi à Beaver Creek il n'a pu finir le premier super-G au programme. Mais il a bel et bien rayonné pour sa troisième course, privant Odermatt, pourtant impérial la veille, d'un doublé dans le Colorado. La frayeur Jansrud "Ca a été une longue bataille, beaucoup de hauts et de bas. S'avancer aujourd'hui et gagner cette course est incroyable, je suis super heureux. Hier, j'étais juste un peu trop excité et j'ai tout simplement fini en dehors du parcours. Aujourd'hui, mon plan était juste de descendre d'un cran", a-t-il dit. Kilde, patientant un peu plus sereinement durant le passage de tous ses concurrents, une fois le danger Odermatt évacué, a aussi eu une grosse montée de stress, en assistant à l'impressionnante chute de son compatriote Kjetil Jansrud qui a finalement pu se relever et même descendre la piste sur ses skis, après avoir violemment percuté le filet de sécurité en sortie d'un virage. "C'est sûr que c'est une journée aigre-douce. Nous appartenons à la même équipe et Kjetil est l'un de mes plus proches amis. Voir ce terrible accident était vraiment, vraiment douloureux. Mais il est sur pied, même si je ne pense pas qu'il aille trop bien. Je croise juste les doigts pour que ce ne soit pas trop grave", a-t-il espéré. Kilde a dû aussi quelque peu trembler en voyant le début de course d'Alexis Pinturault, très bien parti puisqu'il était devant après les deux premiers secteurs. Mais le skieur de Courchevel n'a pu tenir ses promesses, perdant près d'une seconde sur la deuxième partie du tracé, pour finalement se classer 6e, comme jeudi. Juste derrière pointe Matthieu Bailet (7e à 1 sec 20), Nils Allegre finissant 11e (à 1 sec 59), Mathieu Fèvre 15e (à 1 sec 84) et Blaise Giezendanner 16e (à 1 sec 85) Les skieurs ont rendez-vous samedi pour la descente dans la station du Colorado.

03.12.2021 à 21:44

Journal La Provence: le pacte d'actionnaire avec le groupe Niel contesté en justice

FRANCE24
"Le liquidateur demande la suspension de l'agrément" de la société du groupe de Xavier Niel, actionnaire minoritaire de La Provence, lui permettant d'éventuellement bloquer un candidat au rachat des 89% détenus par le groupe Tapie, a indiqué à l'AFP Me Bernard Vatier, avocat du groupe GBT, confirmant une information révélée par le site d'investigation Marsactu.fr. L'audience en référé devant le tribunal de commerce de Marseille aura lieu le 21 décembre, selon un document officiel daté de vendredi et publié par Marsactu. "Il résulte de l'application des statuts (de La Provence) que toute cession devant recevoir l'accord de l'autre actionnaire, la cession de la majorité du capital (ndlr: détenue par le groupe GBT) est subordonnée à l'agrément de l'actionnaire minoritaire", explique le groupe GBT dans sa requête. Mardi, au moins deux offres de rachat des parts dans le journal de Bernard Tapie, décédé en octobre, ont été déposées auprès du tribunal de commerce de Bobigny: une de l'armateur CMA CGM, et l'autre de la holding de Xavier Niel. Pour le liquidateur du GBT, "il existe un conflit d'intérêts", puisqu'un candidat repreneur "disposerait de la faculté de se substituer à l'acquéreur déclaré par le juge commissaire". Le requérant ajoute que "le refus du conseil d'administration (...) qui s'oppose à l'agrément du candidat qui sera retenu par le juge-commissaire", constitue "un trouble manifestement illicite". Les sociétés de Bernard Tapie sont en liquidation judiciaire depuis 2020. Le liquidateur rappelle au tribunal que la cession de la participation du GBT dans la société La Provence (qui porte sur près de 90% du capital social) doit "prendre en compte tout à la fois le projet industriel du repreneur (...) et le prix de cession pour assurer l'apurement du passif de la société GBT". Fin octobre, la Cour de cassation a rejeté le pourvoi formé par les sociétés de Bernard Tapie contre un chiffrage à 438 millions d'euros de sa dette dans l'affaire de l'arbitrage censé soldé son litige avec le Crédit Lyonnais autour de la revente d'Adidas.

03.12.2021 à 21:30

Mondial de hand: les Françaises assurent l'essentiel contre l'Angola

FRANCE24
Devant une petite cinquantaine de spectateurs français massés dans les tribunes du Palais des sports de Granollers, au nord de Barcelone, les joueuses d'Olivier Krumbholz ont connu quelques approximations dans le jeu en première période, avec plusieurs pertes de balle. Après une grosse vingtaine de minutes de jeu (8-8), les Bleues ont commencé à se détacher au score, bien aidées par l'indiscipline de l'Angola, sanctionné coup sur coup de deux exclusions temporaires qui a permis aux Françaises de passer un 5-0 et prendre le large (13-8, 27e). Progressivement en seconde période, les Françaises ont assuré le succès face aux Angolaises, qui avaient quitté les Jeux de Tokyo dès la phase de groupe avec une victoire, un match nul et trois défaites. "Contre l'Angola, on savait que ce serait compliqué, surtout sur le premier match. On sait que c'est une équipe avec énormément de qualités physiques. Pour la confiance de l'équipe, c'était important de gagner", a souligné Pauletta Foppa, meilleure marqueuse des Françaises vendredi soir avec 4 buts, tout comme Lucie Granier, brillante pour son premier match sur une compétition majeure. Les Bleues ont pu compter sur leur gardienne Laura Glauser, qui a disputé la quasi totalité de la rencontre. En 55 minutes, elle a effectué 16 arrêts (46%), de quoi donner le sourire au sélectionneur Olivier Krumbholz, qui souhaite la relancer après une saison 2020/21 difficile. "Elle a été au top. Plus le temps avançait, meilleure elle était et plus elle s'amusait. Elle a été lucide dans le rapport de force", appréciait Krumhoblz. "Ça fait du bien. Je reviens un peu de loin. Les filles m'ont bien aidé. Le fait qu'il dise qu'il veut me relancer, c'est flatteur. Je veux être là pour le collectif", a expliqué Glauser. Si la défense française a répondu présente, l'attaque a été un peu plus en peine. "Les arrières ont été un peu maladroites. Ça joue dur, c'est un peu déstabilisant, on prend des coups. L'attaque placée a pêché, c'est là où il va falloir être bien meilleur, avec plus de lucidité, plus de tranchant", a estimé le sélectionneur, soulignant le 6 sur 13 au tir à la mi-temps. Les Françaises affronteront la Slovénie d'Ana Gros dimanche en fin d'après-midi (18h00), et termineront leur premier tour contre le Monténégro mardi (20h30). Le but sera de ne laisser aucun point en chemin afin d'aborder le tour principal dans les meilleures conditions, en vue du quart de finale.

03.12.2021 à 21:20

Le fabricant du logiciel Pegasus enquête sur le possible espionnage de diplomates américains

FRANCE24
Les personnes concernées ont été prévenues par Apple que leur téléphone était ciblé par ce logiciel qui permet d'accéder aux fichiers, d'écouter les conversations ou de suivre les déplacements, affirment ces informations. NSO Group a indiqué dans un message transmis à l'AFP avoir d'ores et déjà suspendu les clients potentiellement concernés "en raison de la gravité des accusations", sans toutefois les identifier. Le groupe assure n'avoir reçu "pour l'instant aucune information, numéro de téléphone ou indication que les logiciels de NSO aient été utilisés dans cette affaire". Mais il se dit prêt "à coopérer avec toute autorité gouvernementale compétente et à partager toutes les informations en sa possession". Un collectif de médias internationaux a révélé cet été que Pegasus avait permis d'espionner les numéros de journalistes, hommes politiques, militants ou chefs d'entreprise de différents pays, y compris le président français Emmanuel Macron. Mais les diplomates américains semblaient avoir été épargnés, notamment car Pegasus est, selon NSO, conçu pour ne pas pouvoir être utilisé sur des numéros commençant par +1, soit l'indicatif téléphonique des Etats-Unis. Selon le quotidien Washington Post et l'agence Reuters, Pegasus a bien été utilisé pour infiltrer les iPhone d'au moins neuf employés du département d'Etat basés en Ouganda ou travaillant principalement sur des problématiques liées à l'Afrique de l'Est. Washington avait ajouté NSO Group à sa liste des entreprises interdites début novembre. Le fabricant des iPhone, qui a récemment déposé aux Etats-Unis une plainte contre NSO Group demandant d'interdire définitivement les logiciels de la société israélienne sur ses appareils, n'a pas souhaité faire de commentaire vendredi. Il avait, peu après les révélations cet été, réparé une vulnérabilité informatique exploitée par Pegasus qui permettait d'espionner des personnes sans même que les utilisateurs n'aient à cliquer sur des liens ou messages piégés. Apple avait indiqué au moment du dépôt de sa plainte qu'il informerait le "petit nombre" d'utilisateurs qui pourraient avoir été ciblés par ce type d'attaques.

03.12.2021 à 20:52

Omicron, "preuve ultime" du danger des inégalités vaccinales, dénonce la Croix Rouge

FRANCE24
Dans un entretien à l'AFP à l'occasion d'une visite à Moscou, Francesco Rocca, président de la Fédération Internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR), s'est également inquiété de la politisation des questions migratoires et de la situation critique des civils afghans à l'approche de l'hiver. Interrogé sur l'approche globale à adopter quant à la vaccination, le directeur de l'un des plus grands réseaux humanitaires au monde a indiqué que des efforts devaient être déployés pour faire face à l'inégalité entre les populations dans ce domaine. "Les scientifiques ont mis en garde la communauté internationale à plusieurs reprises contre les risques de variants très nouveaux dans des endroits où le taux de vaccination est très faible", a déclaré Francesco Rocca. Selon les statistiques de l'ONU, environ 65% des habitants des pays les plus développés ont reçu au moins une dose d'un vaccin contre le Covid-19, contre seulement 7% dans les pays les moins développés. Les pays occidentaux ont été accusés de faire des stocks de vaccins et l'OMS les a exhortés à ne pas se précipiter pour faire des troisièmes doses alors que des millions de personnes dans le monde n'ont pas encore reçu la première. - Les migrants, une "arme" - "C'est une approche égoïste de la part de la communauté occidentale et une approche vraiment aveugle", a fustigé Francesco Rocca, ancien avocat italien et bénévole de longue date de la Croix Rouge, élu à la tête de la FICR en 2017. "C'est incroyable que nous ne réalisions toujours pas à quel point nous sommes interconnectés. C'est pourquoi je qualifie le variant Omicron de preuve ultime" des inégalités face à la vaccination, a-t-il poursuivi. L'Omicron, une version à forte mutation du coronavirus, a été signalé pour la première fois en Afrique du Sud le 24 novembre et est désormais présent dans plusieurs dizaines de pays. Ce variant a déclenché une nouvelle vague de restrictions aux voyages et remis en question la reprise économique mondiale. Il pourrait être à l'origine de plus de la moitié des cas de Covid-19 en Europe au cours des prochains mois. "Il est essentiel et vital d'identifier de nouvelles solutions, de trouver une fin à la pandémie, et le seul moyen est la vaccination, donc son accès pour tous et partout", a déclaré M. Rocca. Après un voyage le mois dernier au Bélarus, où des milliers de migrants tentant de pénétrer dans l'UE sont restés bloqués à la frontière polonaise, M. Rocca a expliqué être inquiet sur l'utilisation à des fins politiques de ces gens fuyant leur pays. "Bien sûr, ce n'est pas nouveau, mais désormais, il est sûrement plus évident qu'ils sont utilisés comme un outil politique, une arme", a déclaré M. Rocca. - "Tragédie" afghane - Selon M. Rocca, les gouvernements occidentaux devraient faire davantage "non seulement en termes d'accueil ou de non-accueil" des migrants, mais aussi pour s'attaquer aux raisons qui les poussent à quitter leur pays. "Ceux qui ont plus de pouvoir ont la responsabilité de résoudre les crises (...) et pas seulement en allouant quelques ressources de temps en temps sans stratégie politique", a-t-il dit. M. Rocca a rappelé que les ONG comme la Croix-Rouge sont très inquiètes d'une "potentielle tragédie humanitaire" en Afghanistan, avec l'hiver qui approche. "Nous parlons d'enfants, de personnes âgées. Ce n'est pas de la politique, il s'agit de la vie de millions de personnes", a-t-il déclaré. Les Nations unies ont averti qu'environ 22 millions d'Afghans seraient confrontés à des pénuries alimentaires au cours des mois hivernaux, le pays étant confronté à une crise économique aggravée par la prise du pouvoir des talibans en août. Si M. Rocca a reconnu qu'il n'appartenait pas à la Croix-Rouge de discuter du bien-fondé des sanctions contre les talibans, il a insisté sur le fait qu'elles ne devaient pas "punir les civils". "Nous avons affaire à des êtres humains, et l'absence de dialogue politique rend leur vie encore plus insupportable", a-t-il déclaré.