Médias
GÉNÉRALISTES
Basta Blast Capital France 24 FTVI L'Humanité La Croix LCP Le Monde La Tribune Le Figaro Mediapart L'Autre Quotidien Le Media Slate Korii
INTERNATIONAL
CADTM Courrier d'Europe Centrale Eurojournalist Equaltimes Info Asie Inkyfada Jeune Afrique Le Grand Continent Orient XXI Rojava I.C N-Y Times fr Toute l'Europe
MÉDIAS D'OPINION
AOC Acta Acrimed L'Autre France-Presse Issues Les Jours Le Monde Moderne Médias Libres Marianne Quartier Général Rapports de force Reflets Rézo StreetPress LVSL
OBSERVATOIRES
Internet actu Catastrophes naturelles Conspis Inégalités Information Médias Multinationales Culture Présidentielle 2022 Routes de la Soie Vrai ou Fake ?
+
Média d'enquête militant, partisan, autonome et internationaliste

27.10.2021 à 16:33

Profanation d’un cimetière et révision de l’histoire à Jérusalem

lemarteausansmaitre

Depuis deux semaines, la destruction du cimetière palestinien Al-Yusufiyah est en cours. Situé à l’Est de Jérusalem, séparé de la vieille ville par la porte Al-Asbat, le cimetière est l’enjeu d’une conquête pour La Direction de la nature et des parcs d’Israël et les groupes de colons venus prêter main forte. À coups de bulldozer, les autorités israéliennes vident le cimetière qui doit devenir l’une des étapes d’un parc à thème touristique et religieux intitulé « Les sentiers de la bible ». Tombes profanées, arbres arrachés, escalier Babal-Asbat, vestige de la vieille ville, démoli.

Rien n’arrête la vaste entreprise de réécriture de l’Histoire par les Israéliens.

Celle-ci ne cible pas que les Palestiniens, ni l’Histoire vieille de plusieurs siècles, puisque le cimetière accueille également le mémorial et les tombes des martyrs Jordaniens, et Irakiens, qui défendirent la ville de Jérusalem durant la guerre de 1967. Des tombes jordaniennes ont déjà été démolies en 2014.

Cela fait trois ans que les autorités israéliennes ont fermé la principale voie d’accès au cimetière sous prétexte de mener des fouilles. À terme il ne devrait plus rien en rester.

En réaction, des confrontations entre Palestiniens et la police d’occupation ont eu lieu. Canons à eau, matraques, grenades lacrymogènes et assourdissantes ont permis de disperser les manifestants, qui sont malgré tout revenus prier et manifester à plusieurs reprises. Un conteneur de la Direction de la nature et des parcs a été incendié.

Le cimetière d’Ay-Yusufiyah n’est pas un cas isolé. Que l’on repense au sort qui fut réservé récemment aux tombes, parfois vieilles du 12ème siècle, du cimetière Ma’minullah, à l’Ouest de Jérusalem occupée, sur lequel le Musée de la Tolérance, israélien, est en train d’être achevé.

Cette récente agression intervient sur fond d’occupations répétées de l’esplanade des Mosquées par les colons et de l’annonce de l’extension de la colonie de Migdalim, un millier de nouveaux logements, en Cisjordanie occupée. Même l’administration Biden a condamné cette nouvelle, ce qui bien sûr ne sera suivi d’aucun effet.

L’entreprise archéologique israélienne, unilatérale, n’est bien entendu qu’un prétexte afin de continuer la colonisation de Jérusalem, morceaux par morceaux, et de réécrire l’Histoire de la terre sainte en la vidant de la présence palestinienne et musulmane. Des organismes tels que la Direction de la nature et des parcs, tout comme l’Autorité des antiquités d’Israël, sont autant d’agents du révisionnisme israélien.

La destruction des cimetières fait partie d’un processus qui tend à absenter définitivement la présence palestinienne de son sol. Elle participe avec la colonisation, les outrages envers les lieux de cultes, les guerres ou l’enfermement que risque de subir un Palestinien sur deux au long de sa vie, du quadrillage total de la population palestinienne et de la destruction de son passé, de sa présence.


21.10.2021 à 13:31

M comme Mères solidaires – Geneviève Bernanos

lemarteausansmaitre
Feu ! Abécédaire des féminismes présents [Bonnes feuilles]

20.10.2021 à 11:31

Gênes : l’antifascisme ne doit pas subir de procès

lemarteausansmaitre

Genova Antifascista a publié cet appel sous la forme d’une lettre ouverte et invite les groupes politiques, syndicats, associations et individus à le signer, concernant le procès dans lequel une cinquantaine de camarades sont accusé.e.s pour l’organisation et la participation à la manifestation antifasciste du 23 mai 2019.

Le 23 mai 2019, la formation néofasciste CasaPound avait obtenu l’autorisation d’organiser le dernier rassemblement de sa campagne électorale pour les élections européennes sur une place centrale de la ville de Gênes.

La place accordée, devant la Piazza Corvetto, l’a été en dépit de diverses formes de pression et d’appels aux autorités locales pour qu’elles n’organisent pas une telle initiative. Des appels et des initiatives qui sont tombés dans l’oreille d’un sourd.

C’est une semaine particulière pour Gênes.

Le lundi matin, grâce à une mobilisation qui a conduit à la grève des travailleurs chargés du chargement et du déchargement au terminal du port et à un rassemblement de solidarité aux entrées, l’embarquement de matériel militaire qui aurait été utilisé dans la guerre au Yémen sur le navire saoudien Bahri Yanbu accosté aux quais génois a été empêché.

Ce sera la première de nombreuses initiatives d’action et de dénonciation dans la ville contre le trafic d’armes dans le port de Gênes.

Le mercredi, il y avait eu une mobilisation des enseignants à Gênes – comme dans le reste de l’Italie – contre les mesures prises à l’encontre de l’enseignante de Sicile qui avait osé critiquer le ministre de l’Intérieur de l’époque, Matteo Salvini, et le jeudi même où devait se tenir la kermesse électorale néofasciste, il y a eu une grève de 24 heures dans le port, proclamée par différents syndicats.

La tenue du meeting de CasaPound est perçue à juste titre comme une provocation par une partie non négligeable de la ville, d’autant plus en raison de la surdité des institutions municipales et de la militarisation massive qui, depuis le matin, construit une sorte de « cordon sanitaire » autour de la place donnée aux néo-fascistes.

Environ 300 agents de police ont été déployés pour défendre quelques dizaines de néo-fascistes qui avaient déjà été responsables de plusieurs attaques, dont une à l’arme blanche.

Il faut rappeler qu’au cours de ces semaines, sous différentes formes, la présence néo-fasciste et de la Ligue de Matteo Salvini dans plusieurs villes avait été durement contestée, comme dans le quartier de Casalbruciato à Rome, comme à Florence et à Bologne.

Un signe tangible d’opposition à un gouvernement dirigé par la Ligue et le Mouvement 5 étoiles et à leurs politiques.

Le 23 mai à 16h30, un rassemblement est lancéé sur la Piazza Corvetto, qui se remplit rapidement de personnes de tous âges, dont de nombreux jeunes, tandis qu’un grand nombre d’agents de police protègent la place donnée aux fascistes.

Les tentatives de forcer le cordon mis en place pour la défense de CasaPound, enfermé derrière de hautes cages métalliques, sont accueillies par un lancement continu de gaz lacrymogènes (le premier atteint la vitrine d’une célèbre pâtisserie, la brisant) et la fermeture presque hermétique des voies de fuite du rassemblement qui, pourtant, ne se démobilise pas et ne recule pas.

Le rassemblement, qui compte un nombre insignifiant de personnes, se déroule dans la précipitation, troublé par la fumée des gaz lacrymogènes dont le sens du vent se dirigera vers les fascistes, par les chants contre les néo-fascistes et les chansons partisanes.

Une fois le rassemblement terminé, les forces de l’ordre ont entrepris de dégager la place à coups de charges et de matraques et en lançant des gaz lacrymogènes à hauteur des yeux, ce qui a entraîné des passages à tabac répétés.

Une personne, qui s’est avérée être un journaliste, a été littéralement tabassé à terre, « sauvée » pour ainsi dire par un gendarme qui, le reconnaissant, s’est jeté sur lui pour le protéger des officiers qui le battaient.

Dans ce contexte, deux personnes ont été arrêtées. Après avoir appris la nouvelle, un important cortège s’est dirigé vers le commissariat de police pour exiger la libération immédiate des manifestants.

Pour les « faits de Piazza Corvetto », plus de cinquante camarades ont été inculpé.e.s et sont actuellement en procès (divisé en deux parties), dont une grande partie est accusée de crimes qui prévoient des dizaines d’années de prison pour chacun, s’ils sont condamnés avec la peine maximale.

Il s’agit de l’un des procès « politiques » avec le plus d’accusés et pour les crimes les plus graves de l’histoire judiciaire de Gênes depuis l’après-guerre.

Une tentative de punir collectivement ceux qui ont voulu répondre à la provocation néo-fasciste de ce jour-là, d’anéantir le corps des militants qui, ces dernières années, ont mené d’importantes batailles politiques et syndicales dans cette ville et figurent parmi les accusés, et un avertissement aux nouvelles générations qui veulent s’organiser efficacement contre la boucherie sociale et la dérive autoritaire, et le manque de perspectives dans ce pays.

Mais ce procès n’est qu’un segment d’une répression plus large qui s’est abattue sur les militants et les mouvements de Gênes avec des enquêtes, d’autres procès et des mesures de surveillance spéciales.

Il est nécessaire de faire preuve de solidarité avec les camarades jugé.e.s et de réclamer haut et fort l’acquittement des charges dont ils/elles sont accusé.e.s, ainsi que de promouvoir une amnistie politique et sociale générale pour ceux/celles qui, ces dernières années, n’ont pas courbé la tête et n’ont pas l’intention de le faire malgré la répression subie.

Si vous souhaitez signer l’appel, veuillez écrire à genovaantifascista@gmail.com.

Premiers signataires par ordre alphabétique :

Alessio Lega

Ascanio Celestini

Assalti Frontali

Banda Popolare dell’Emilia Rossa

BandaBardò

Bruno Morchio

Cambiare Rotta – Organizzazione Comunista Giovanile

Checchino Antonini (journaliste et rédacteur en chef du magazine L’Anticapitalista)

CSOA Terra Di Nessuno

Collettiva Edera

Collettivo Genova City Strike

Emanuela Abbatecola (professeure, Université de Gênes)

Emergency Genova

Erri De Luca

Federico Rahola (professeur, Université de Gênes)

Franco Turigliatto (secrétaire national de Sinistra Anticapitalista)

Gabriella Petti (professeur, Université de Gênes)

Gang

Giuliano Granato (porte-parole national de Potere al Popolo)

I Resistenti di Piazza Pittaluga

Lalli

La rédaction de Contropiano.org

La rédaction de Lotta Continua

Luca Bassanese

Luca Queirolo Palmas (professeur, Université de Gênes)

LSOA Buridda

Marco Rovelli

Mars On Pluto

Marta Collot (porte-parole national de Potere al Popolo)

Mauràs

Modena City Ramblers

Non Una Di Meno – Genova

Opposizione Studentesca d’Alternativa

Osservatorio Repressione

Paolo Bonfanti

Partito Comunista dei Lavoratori Genova

Partito della Rifondazione Comunista Genova

Potere al Popolo

Pierpaolo Leonardi (exécutif national de l’USB)

La Resistente Genova

Rete Dei Comunisti

SAP 404

Sinistra Anticapitalista

Sergio Morra (professeur, Université de Gênes)

Stefania Consigliere (chercheuse, Université de Gênes)

Unione Sindacale di Base (USB)