Médias
GÉNÉRALISTES
Basta Blast Capital France 24 FTVI L'Humanité La Croix LCP Le Monde La Tribune Le Figaro Mediapart L'Autre Quotidien Le Media Slate Korii Vrai ou Fake ?
INTERNATIONAL
CADTM Courrier d'Europe Centrale Eurojournalist Equaltimes Info Asie Inkyfada Jeune Afrique Le Grand Continent Orient XXI Rojava I.C N-Y Times fr Toute l'Europe
MÉDIAS D'OPINION
L'Autre France-Presse Acta AOC Issues Les Jours Le Monde Moderne LVSL Médias Libres Marianne Quartier Général Rapports de force Reflets Rézo StreetPress
OBSERVATOIRES
Acrimed Internet actu Catastrophes naturelles Conspis Culture Extrême-droite Inégalités Information Médias Multinationales Présidentielle Routes de la Soie
+
Accès libre Travail, Droits humains, Culture, Développement, Environnement, Politique, Économie, dans une perspective de justice sociale. Edition trilingue Eng-Esp-Fra

▸ les 20 dernières parutions

06.12.2021 à 05:00

Au Brésil, la justice du travail face à l'augmentation des cas de violations des droits

Jean-Mathieu Albertini

« C'était le chaos », explique Nilzete, infirmière à l'hôpital Souza Aguiar de Rio de Janeiro. Vingt-trois ans d'expérience ne l'avaient pas préparée à ça. « La situation était déjà dure avant, mais quand la pandémie a tout ravagé en 2020, c'est devenu impossible. On manquait de tout. Obtenir le moindre masque devenait une bataille... Tout le monde tombait malade, et ceux qui pouvaient encore travailler devaient choisir entre qui devait vivre ou mourir. » Traumatisée, épuisée et en colère, Nilzete se tourne vers (...)

- Actualité / , , , , , , , ,

Texte intégral 2383 mots

« C'était le chaos », explique Nilzete, infirmière à l'hôpital Souza Aguiar de Rio de Janeiro. Vingt-trois ans d'expérience ne l'avaient pas préparée à ça. « La situation était déjà dure avant, mais quand la pandémie a tout ravagé en 2020, c'est devenu impossible. On manquait de tout. Obtenir le moindre masque devenait une bataille... Tout le monde tombait malade, et ceux qui pouvaient encore travailler devaient choisir entre qui devait vivre ou mourir. » Traumatisée, épuisée et en colère, Nilzete se tourne vers le ministère public du travail (MPT) pour dénoncer en justice les conditions de travail du personnel soignant. En sous-effectif, surchargé de travail et sans matériel adéquat, impossible pour eux de faire leur métier dans des conditions de sécurité minimale.

Dans les huit hôpitaux municipaux de la ville, les mêmes pénuries, les mêmes drames et la même colère de soignants délaissés... « Avec les témoignages qu'on a reçus, on a directement lancé une action en justice, c'était trop grave et trop urgent », se souvient la procureure Isabela Miranda, chargée de l'affaire. « La justice du travail peut être terriblement longue, mais cette fois, tout a été très vite. Ça a été une grande victoire. » Elle regrette toutefois que certains problèmes n'aient pu être réglés. En juillet 2021, le MPT a lancé une nouvelle action contre la ville de Rio de Janeiro, assortie d'une amende de 6 millions de réaux (environ 1 million d'euros), pour non-respect d'une partie de l'accord signé en 2020, notamment en ce qui concerne le manque de personnel.

Sur le terrain, Nilzete reconnaît désormais que les équipements de protection ne manquent plus, mais se dit toujours révoltée par son quotidien au travail. « Le gros de la pandémie est derrière nous, mais pourtant, il n'est pas rare qu'on gère des patients dormant à même le sol... ». Un peu déçue, Nilzete s'apprête malgré tout à effectuer de nouvelles dénonciations auprès du MPT.

En plus d'un MPT national, 24 antennes locales sont réparties sur le territoire brésilien. C'est une branche du Ministère Public de l'Union, qui en compte quatre, dont le Ministère Public Fédéral. Les fonctionnaires de cette institution judiciaire veillent au respect des droits individuels et collectifs des travailleurs, garantis par la Constitution de 1988 et du Code du travail, avec notamment le pouvoir d'ouvrir et de mener des enquêtes judiciaires ou administratives sur tous les lieux de travail, y compris quand celui-ci est informel. En temps normal, chaque procureur du MPT est spécialisé sur un ou deux sujets. Isabela Miranda est chargée des cas de travail forcé et des fraudes. D'autres s'occupent par exemple du personnel portuaire et certains comme la procureure Fernanda Diniz, des questions de discrimination, mais aussi de la coercition électorale au sein des entreprises.

Le MPT est également présent, comme organe de conseil et de supervision auprès des gouvernements, des partenaires sociaux et de la société civile, jouant un rôle démocratique important dans la diffusion de l'information juridique, par exemple en menant des campagnes publiques de sensibilisation. « Nos attributions englobent tout ce qui a trait au monde du travail, par exemple les questions de sécurité, d'environnement de travail, de harcèlement... ». Des compétences beaucoup plus vastes que dans la plupart des pays, croit savoir la procureure.

Plus de 47.000 dénonciations liées à la crise sanitaire

Depuis la dernière élection présidentielle, le nombre d'affaires judiciaires avait déjà fortement augmenté, notamment auprès d'entrepreneurs soutenant Jair Bolsonaro. Des employés ont reçu des mails contenant des menaces voilées si le candidat n'était pas élu, ont été fortement incités à participer à des manifestations ou à porter des t-shirts à la gloire du président actuel. Avec la pandémie, l'organisation de travail au sein de l'institution a été bouleversée. « Sans ces modifications, ceux spécialisés sur les questions de santé et de sécurité au travail se seraient tués à la tâche », explique Isabela Miranda, alors que le nombre de cas d'abus augmentait dans tout le pays : équipements de sécurité non fournis, fraudes d'entrepreneurs au détriment des employés des aides du gouvernement, des ouvertures illégales de commerces non-essentiels malgré des mesures de confinement…

Au MPT de Rio de Janeiro, le nombre de dénonciations reçues a augmenté de presque 30 % et plus de 47.000 dénonciations liées à la crise sanitaire ont été recensés par le MPT dans tout le pays.

« On ne pouvait plus aller faire les inspections nous-mêmes, on a donc développé de nouvelles méthodes pour monter nos dossiers. »

Des travailleurs concernés ou des personnels essentiels toujours sur le terrain, envoient vidéos et photos servant de base de preuves. Parfois, le MPT se saisit lui-même d'un dossier, après une exposition médiatique, mais le plus souvent les dénonciations viennent des travailleurs ou de leurs représentants syndicaux. La médiatisation croissante des actions du MPT et le bouche-à-oreille permettent à de plus en plus de travailleurs de savoir à qui s'adresser.

Nilzete a entendu parler de l'institution par une collègue. « Je ne connaissais pas, mais ça valait le coup de tenter, j'étais à bout. Et puis, je suis proche de la retraite, je n'avais pas peur des représailles... » Dans ce cas-là, Nilzete peut être tranquille : l'accord entre la mairie et le MPT prévoit l'interdiction de s'attaquer aux dénonciateurs. Dans d'autres cas, Isabela Miranda promet être en mesure « d'assurer l'anonymat pour éviter toutes représailles... Mais il est parfois difficile de les amener à témoigner devant la justice. »

Généralement, les procureurs agissent comme médiateurs pour trouver une solution à l'amiable. Si les compromis ne sont pas respectés, les contrevenants peuvent être condamnés à payer une amende ou à verser des indemnisations. Mais dans 5 à 10 % des cas, il faut aller au procès, comme l'assure Viviann Mattos, également procureure au MPT-RJ. Ainsi, pendant la pandémie, elle s'est heurtée à la ténacité de la chaîne internationale de restaurants Fogo do chão. Dès le début de la crise, l'entreprise a licencié tous ses employés sans négociation collective, dans plusieurs villes brésiliennes. « Ils ont refusé de payer les droits des travailleurs et ont demandé à l'État de régler la note. Ils n'ont même pas engagé de dialogue avec leurs employés et n'ont pas cherché d'alternative. »

Cette fois, la justice est plus lente. Si en première instance, la chaîne de restaurants a perdu, le recours doit être encore jugé. En attendant, les anciens salariés n'ont toujours rien reçu. « La pandémie a été dramatiquement marquée par de nombreux licenciements collectifs », se désole Viviann Mattos.

Une institution menacée par ses détracteurs

La crise sanitaire a contribué à dégrader encore davantage les conditions de travail des Brésiliens déjà fragilisés par une grande réforme de la législation du travail en 2017, sous la présidence de Michel Temer. Ces changements ont globalement précarisé les conditions de travail des employés, compliquant ainsi les actions des procureurs du MPT, qui ont plus de mal à faire valoir les droits des travailleurs. Fin octobre 2021, après quatre ans de lutte judiciaire, la Tribunal Suprême Fédéral est revenue sur une partie de cette réforme qui limitait l'accès gratuit à la justice du travail.

Malgré cette victoire récente, Viviann Mattos regrette « qu'en ce moment, la protection des travailleurs est mal vue dans le pays, perçue comme inutile et chère ». Avec la grave crise économique et sociale qui touche le pays, les populations les plus fragiles se retrouvent à travailler dans des conditions de plus en plus difficiles, et où de nombreux droits ne sont plus respectés. « Le travail forcé a augmenté », dénonce Viviann. Il y a presque autant de cas enregistrés durant les six premiers mois de 2021, que durant toute l'année 2020. « Dans le cas du travail domestique, c'est dramatique. Comme certains manquent de travail, d'autres sont prêts à en profiter... »

La gestion de la crise sanitaire par Jair Bolsonaro a également compliqué la tâche des procureurs. Le président brésilien a été accusé, fin octobre, par une commission parlementaire d'avoir « délibérément exposé » les Brésiliens à une « contamination de masse ». La commission a demandé son inculpation pour, entre autres, « charlatanisme, prévarication et crimes contre l'humanité ». Des patrons d'entreprises ont été encouragés par le Président lui-même à ne pas respecter les règles (édictées par les gouverneurs locaux, notamment) ou se sont retrouvées perdus, confrontés à une avalanche de fausses informations. Depuis quelques mois, la situation revient peu à peu à la normale au sein du MPT, à mesure que la couverture vaccinale s'intensifie et que les restrictions sont levées.

Mais son action est encore perturbée par des déclarations de Jair Bolsonaro. Avant même son élection, il avait accusé le MPT « d'empêcher le pays d'aller de l'avant » à cause d'une supposée persécution à l'encontre des chefs d'entreprise.

« Venant de la plus haute autorité de l'État et de ses alliés, cela a des conséquences et alimente une agressivité déjà existante », soupire Viviann Mattos. « D'une manière générale, l'hostilité envers les institutions de contrôle a augmenté au Brésil. Le MPT ne fait pas exception, notamment via des attaques sur les réseaux sociaux. »

Lors des opérations de contrôle les plus tendues, comme lorsqu'il s'agit de travail esclave ou sur des terrains conflictuels, les procureurs peuvent disposer d'une escorte policière. Durant son dernier déplacement dans un quartier contrôlé par une milice armée, Viviann Mattos est arrivée avec pas moins de 35 policiers.

Au-delà des menaces physiques, le MPT tente de protéger ses membres des pressions internes, politiques ou économiques. « Après la catastrophe de Brumadinho, lorsque l'effondrement d'un barrage minier a fait des centaines de victimes (dont une bonne part d'employés), on a choisi de dépersonnaliser l'affaire, vu la puissance de Vale, la multinationale impliquée », précise Lydiane Machado, de l'ANPT (Association Nationale des Procureurs du Travail). « C'est alors l'institution qui se manifeste, et non plus un procureur spécifique. » Une technique utilisée également en cas de menaces de mort avérées, comme ce fut le cas à Recife (nord-est du pays), après l'action d'un procureur auprès d'une entreprise de vêtements.

Garantir l'indépendance de la justice

Reste que cette indépendance irrite certains. Depuis l'arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro, diverses tentatives de revenir sur leurs prérogatives ont été lancées. « On craint un changement dans la législation fédérale qui pourrait tout remettre en cause, on vit un peu avec une épée de Damoclès au-dessus de nos têtes », raconte Viviann Mattos.

Leur budget, garanti dans les textes, ne souffre d'aucune coupe, mais récemment la PEC5, une proposition de modification de la Constitution, a tourmenté les procureurs. « C'était une menace pour l'ensemble des Ministères publics », assure Lydiane Machado. Ils craignaient notamment une interférence politique avec la nomination d'un contrôleur en interne, chargé de sanctionner d'éventuels abus du MP. Si ce dernier était lié à des intérêts politiques, il pourrait mettre facilement un terme à certaines enquêtes sensibles.

« Il arrive régulièrement que des hommes politiques [souvent entrepreneurs par ailleurs, ndlr] soient accusés de travail esclave. La même accusation concerne les géants de la viande par exemple, très liés à un puissant groupe parlementaire du lobby de l'agro-industrie », détaille Lydiane Machado.

Beaucoup de détracteurs de la PEC5 reconnaissent que des abus ont été commis par certains procureurs, surtout par un groupe du ministère public fédéral lors de Lava Jato, cette immense opération anti-corruption qui a bouleversé la vie politique brésilienne. Selon eux, le contrôle sur le ministère public peut être effectivement repensé, mais il doit l'être de manière concertée, et non comme un moyen de mettre fin à une indépendance indispensable.

Finalement, la PEC5, trop polémique, n'a pas été votée. « Par contre elle n'est pas enterrée », souligne Isabela Miranda. « Il nous faut rester attentifs. La situation actuelle n'est pas de bon augure. »


Note : Ce reportage a pu être réalisé grâce au financement d'"Union to Union" — une initiative des syndicats suédois, LO, TCO, Saco.


03.12.2021 à 05:00

Cécifoot : La vision du jeu

[Cet article a été publié pour la première fois le 12 septembre 2017.]
« Pour moi, le football est synonyme de liberté maximale ». José Luis Giera, surnommé Pepelu, est un des buteurs de l'équipe d'Alicante et de la sélection espagnole de football pour aveugles (aussi appelé cécifoot). Il a perdu la vue lorsqu'il n'avait qu'un an et demi. « Je ne vois pas le terrain, mais je m'en construis une image mentale et grâce à mon sens de l'orientation en tant que personne aveugle ainsi que l'aide des guides, je suis (...)

- Reportages photos / , , , , , , ,

Texte intégral 2000 mots

[Cet article a été publié pour la première fois le 12 septembre 2017.]

« Pour moi, le football est synonyme de liberté maximale ». José Luis Giera, surnommé Pepelu, est un des buteurs de l'équipe d'Alicante et de la sélection espagnole de football pour aveugles (aussi appelé cécifoot). Il a perdu la vue lorsqu'il n'avait qu'un an et demi. « Je ne vois pas le terrain, mais je m'en construis une image mentale et grâce à mon sens de l'orientation en tant que personne aveugle ainsi que l'aide des guides, je suis capable de penser au tir que je veux faire et comment je veux jouer », explique-t-il.

« Lorsque j'écoute un match de football et que j'entends qu'un joueur a tiré sur le deuxième poteau, personne ne doit m'expliquer ce que c'est parce que c'est exactement ce que je fais tous les week-ends », déclare José López, aveugle de naissance. José, professeur de l'enseignement secondaire dans un institut public de Reus (dans la province de Tarragone, en Espagne), est l'un des joueurs les plus expérimentés de la Ligue. Joueur de l'équipe de Tarragone, il a été nommé meilleur buteur du championnat à sept reprises.

Non, ils ne voient pas le ballon ni le but, mais ils sont capables de marquer des buts aussi spectaculaires que ceux signés par les vedettes du football. Le niveau des joueurs de la Ligue nationale de football pour aveugles est tellement élevé que l'on en oublierait qu'ils sont aveugles.

Bien qu'ils aient remporté plusieurs médailles olympiques et sept championnats d'Europe et qu'ils aient par ailleurs décroché le titre de vice-champions du monde, leur jeu n'est pas rémunéré. Pour eux, le football n'est pas une activité lucrative et ils ne recherchent pas la reconnaissance.

Pour une personne non voyante, il est habituel de devoir dépendre d'un chien-guide ou d'une canne pour vivre une vie normale : « Le football me donne l'indépendance que je n'ai pas tout au long de la journée », déclare Adolfo Costa, capitaine de l'équipe de Madrid et joueur international pour l'Espagne. En effet, le football est le seul sport de contact en équipe qui permet une liberté d'action complète aux aveugles.

Ses oreilles sont ses yeux

Javi Muñoz, joueur du club Barcelona B1, se prépare dans les vestiaires avant de monter sur le terrain.

Photo: Alberto Barba Pardal

La première différence tangible lorsque l'on assiste à un match de football pour aveugles est le silence absolu qui règne autour du terrain. Afin que les joueurs puissent entendre le son du ballon (qui renferme un grelot), ainsi que les indications des guides, de leurs coéquipiers et même de leurs adversaires, il est interdit d'encourager ou d'élever la voix depuis les gradins.

Une partie de l'équipe du club Alicante B1, pendant la mi-temps d'un match.

Photo: Alberto Barba Pardal

À la question habituelle que soulève l'utilisation d'un masque, ils répondent qu'ils doivent non seulement en porter un, mais aussi des protège-tibias réglementaires que les arbitres inspectent avant chaque rencontre. Le but est qu'ils participent à égalité de conditions, car, bien que tous les joueurs de la catégorie B1 aient totalement perdu la vue, certains ont encore une vision résiduelle qui leur permet d'identifier les ombres ou les lumières.

Adolfo Costa, Fito, joueur du club Madrid B1, et José Luis Giera, Pepelu, joueur du club Alicante B1, se disputent le ballon.

Photo: Alberto Barba Pardal

« Si tu ne dis pas “voy”, c'est une faute », expliquent-ils. Les joueurs se heurtent fréquemment les uns aux autres. Pour éviter cela, le défenseur tentant d'arrêter le ballon doit le signaler en disant le mot « voy » en continu. Ainsi, l'attaquant localisé par le son du ballon est conscient de l'emplacement de son défenseur et ils peuvent éviter les collisions. Ne pas le dire constitue une faute et celui qui récidive écope d'un carton jaune.

Tir au but pendant le match lors d'un coup franc.

Photo: Alberto Barba Pardal

« C'est toujours difficile d'accepter que l'on te marque un but, mais à dire vrai, dans le football pour aveugles, après tant d'années, les gens continuent à s'en moquer. Ils te disent : “Si tu joues dans une équipe d'aveugles, ils ne te marquent jamais de buts alors, non ?” “En fait, j'en ai pris quatre hier”. Ils ne te croient pas ». Antonio César Leal, gardien de but et guide de l'équipe de Tarragone, avec plus de dix ans d'expérience, rajoute : « Avant de venir voir un match, les gens pensent que ce sont quatre aveugles qui courent derrière un ballon et puis c'est tout. Après, ils voient le haut niveau de jeu des joueurs, le raffinement de la tactique, l'intensité avec laquelle ils jouent et ils n'arrivent pas à s'expliquer comment ils sont capables de faire ce qu'ils font ».

Álvaro, joueur du club Alicante B1, défend un ballon contesté.

Photo: Alberto Barba Pardal

Les gardiens de but jouent un rôle essentiel : étant les seuls membres voyants de l'équipe, lorsqu'ils ne sont pas sur le terrain en train d'éviter de prendre un but, ils se chargent de guider l'attaque de leurs équipes respectives pour qu'elles marquent.

« Tu te places derrière le but de l'équipe adverse. Pour eux, ta voix est fondamentale pour garder la référence du but à tout moment. Chaque joueur est spécial et on lui donne des indications de manière différente. On essaie que la plupart des indications soient générales pour toute l'équipe, mais au moment où il faut concrétiser, chaque joueur a les siennes », explique Antonio César, qui reconnaît aimer autant jouer comme gardien de but que comme guide. Il reconnaît également l'importance vitale de ces deux rôles.

Antonio Martín Gaitán, Niño, dirige l'échauffement de son équipe, le club Tarragona B1.

Photo: Alberto Barba Pardal

Les guides donnent généralement le maximum d'informations possibles en peu de mots : le nombre de mètres restant pour arriver au but, le nombre de rivaux ou encore l'emplacement des coéquipiers.

Javi Muñoz, joueur du club Barcelona B1, est soigné après avoir reçu un coup dans le nez suite à un choc contre un joueur de l'équipe adverse.

Photo: Alberto Barba Pardal

Pedro Gutiérrez, gardien de but du club de Madrid et de la sélection espagnole, se souvient de son premier match avec le club : « Dès le premier jour, j'ai arrêté de jouer avec mes amis, avec l'équipe de l'université… Quand tu les vois pour la première, tu te dis : “C'est incroyable ce qu'ils font ! Et alors tu accroches” ». Pedro aborde aussi la tentation que l'on pourrait avoir d'essayer de les imiter : « Moi, je suis déjà habitué à les voir jouer et en les voyant, on a l'impression que c'est tellement facile. Tu pars du principe qu'ils la contrôlent, qu'ils l'écrasent, ils y vont à un, à deux, ils tirent avec le talon. Lorsque tu commences à le faire, tu es perdu… Il te suffit de mettre le masque, les lumières s'éteignent et tu ne sais plus quoi faire ».

Embrassade entre Vicente Aguilar, Chapi, joueur du club Madrid B1 et Alvaro, joueur du club Alicante B1, à la fin de la rencontre.

Photo: Alberto Barba Pardal

Les joueurs aveugles ont les pieds sur terre, et ce, malgré le fait que très peu de sportifs ont vécu et concouru comme eux, raison pour laquelle ils n'en parlent généralement pas ; ni du niveau qu'ils sont capables d'atteindre.

Pepelu, du club Alicante B1, sourit, couché sur l'herbe après le coup de sifflet final.

Photo: Alberto Barba Pardal

« Pour une personne voyante, cela peut sembler quelque peu spectaculaire, mais pour moi, prendre le ballon, dribler un ou deux adversaires et marquer est quelque chose que je fais de façon tout à fait naturelle, » déclare Antonio Martín, surnommé Niño (le Gamin), car il a commencé à jouer lorsqu'il était très jeune. Martín a été nommé meilleur joueur européen à maintes reprises et joue actuellement pour le club de Málaga.

Ses compagnons voyants sont souvent ses plus grands fans et lorsqu'on leur demande ce qui se passerait si ces as du ballon venait à retrouver la vue, Antonio César n'hésite pas une seconde : « Si l'on plaçait l'un des meilleurs joueurs de notre ligue, Niño par exemple, sur un terrain avec les stars du football voyant… Peut-être ne serait-il pas mon ami ; il roulerait en Ferrari », éclate-t-il de rire, en ajoutant que : « Il serait un buteur né, il décrocherait le prix du meilleur buteur d'Espagne (le “Pichichi”) tous les ans et dépasserait [Lionel] Messi ou Cristiano [Ronaldo]. Les meilleures équipes se l'arracheraient ».