Revues

 GÉNÉRALISTES
Ballast Charlie-Hebdo Fakir La Voie du Jaguar Lava Le Diplo Lundi Matin Multitudes La revue des médias Smolny Socialter  The Conversation Usbek & Rica UP'Magazine Le Zéphyr

 CULTURE / IDÉES
  Contretemps A Contretemps Alter-éditions CQFD Le Comptoir Frustration L'Intimiste Jef Klak Lignes de Crêtes NonFiction Période Philo Mag Lettre PhiloMag
Terrestres Vie des Idées

 INTERNATIONAL
Alencontre Alterinfos CETRI ESSF Inprecor Guitinews Kedistan Quatrième Internationale Viewpoint Magazine

 PODCASTS  
Arrêt sur Images LSD Thinkerview

 WTF 
Ulyces Brut

Journal en ligne gratuit paraissant chaque lundi matin.
▸ les 12 dernières parutions

16.05.2022 à 16:20

Colloque : Faut-il continuer la recherche scientifique ?

lundimatin

Grenoble, du 16 au 18 mai 2022

- 16 mai / , ,
Texte intégral (828 mots)

Pour célébrer les 50 ans de la célèbre conférence d'Alexandre Grothendieck intitulée « Allons-nous continuer la recherche scientifique ? » Voir ici), un colloque de 3 jours est organisé à Grenoble, qui tentera de repartir de l'intuition du mathématicien : comment tirer le frein d'urgence avant que toute la machine s'écrase dans le mur ? Nous en reproduisons ici la présentation et le programme.

Faut-il continuer la recherche scientifique ? La question peut paraître incongrue dans un monde où le recours à la science est systématique pour justifier les décisions politiques prises ou pour espérer trouver des solutions rapides et efficaces aux différents maux dont souffre notre société (dérèglement climatique, pollution, pandémies, cancers, perte de biodiversité…).

Pourtant après plus de 2 ans de guerre au SARS-CoV2 et à l'effort (de guerre) des scientifiques dans cette bataille, on ne peut que constater le haut niveau de méfiance des populations envers la science – le plus haut depuis Tchernobyl. Quant aux chercheurs eux-mêmes, sous leur vernis de chiffres, ils sont souvent perplexes et indécis : pendant que les scientifiques du GIEC révisent chaque année à la hausse leurs estimations climatiques, des équipes de phylogénéticiens envisagent sérieusement la fuite de laboratoire du SARS-CoV2. Sans parler des chercheurs qui constatent tous les jours comment leur quête désintéressée de connaissances se trouve transmuée en gadgets par le capitalisme triomphant et sa société d'hyper-consommation. Peut-il en être autrement ? L'incertitude sur ce qui nous arrive et va nous arriver dans les temps proches ne sont pas là pour rassurer la population, c'est le moins que le puise dire !

À quelque chose, malheur est bon. Le doute permet la remise en question de l'aura de prestige acquis par la « Science » : plus le vernis idyllique s'écaille, plus des personnalités du monde scientifique se rendent compte qu'au delà des promesses de miracles scientifiques (fin de la faim, mort de la mort…), ce qui se dessine dans les laboratoires est une science à deux faces, inséparables l'une de l'autre. Pollution et dépollution, création de nouvelles maladies et de nouveaux antidotes, propagation de nouvelles connaissances et concentration toujours plus forte des savoirs-pouvoirs aux mains des États, des armées et des grandes entreprises.

Puisqu'il est bon de douter de tout, la double ambition de ce colloque est donc de se demander :
• Quelles sont les conditions structurelles qui pèsent sur les chercheurs et limitent leur marge de manœuvre ? Exigence de rentabilité, hyperspécialisation, financement de la recherche qui privilégie certains sujets pouvant être marchandisés/rentabilisés à court terme ainsi que les laboratoires qui publient le plus, bureaucratisation qui leur impose de remplir de plus en plus de dossiers de demandes de financement – et sélectionne ainsi les recherches qui seront financées … Et comment les changer ?
• Plus largement : est ce que l'expansion illimitée de la connaissance scientifique est une chose souhaitable ? Tout ce qui peut être connu doit-il l'être ? Quelles sont les limites politiques et éthiques qu'une société peut se donner à elle-même ? Faut-il chercher à faire tout ce qui est envisageable ? Faut-il faire tout ce qui est possible ? Où et quand faut-il s'arrêter, et au nom de quoi ?

C'est pourquoi la question sur la pérennité ou l'arrêt de la recherche scientifique mérite d'être posée. Nous sommes d'ailleurs loin d'être les premiers à la formuler de manière aussi radicale. Déjà il y a cinquante ans, en 1972, le grand mathématicien Alexandre Grothendieck demandait lors d'une conférence au CERN « Allons-nous continuer la recherche scientifique ? ». Grothendieck y répondait de manière catégorique avec force argumentaires. Il précisa : « Donc vous me reprochez un nihilisme anti-science ? En fait, c'est vrai que dans la mesure où par science on entend l'activité scientifique telle qu'elle est exercée actuellement, je suis arrivé à la conclusion que, par beaucoup d'aspects, c'est une des principales forces négatives à l'œuvre dans la société actuelle. »

Programme

Vous pouvez télécharger le programme en cliquant ici. ou le visualiser directement ci-dessous.

Programme colloque &quot ;Faut-il continuer la recherche scientifique ?&quot ; by lundimatin on Scribd

16.05.2022 à 16:00

Allons-nous continuer la recherche scientifique ?

lundimatin

Alexandre Grothendieck
[Note de lecture]

- 16 mai / , , ,
Texte intégral (1201 mots)

Le 27 janvier 1972, mathématicien Alexandre Grothendieck prend la parole devant les chercheurs du CERN. Deux ans plus tôt, il a démissionné de l'Institut des hautes études scientifiques (IHES), fondé pour lui en 1958, en raison de financements militaires, et se consacre depuis, avec son mouvement Survivre et Vivre, à moraliser la recherche, à dénoncer le rôle de la science dans le développement technico-industriel qui menace la survie de l'espèce humaine, « la vie tout court sur la planète ».


Il avoue ne s'être, pendant longtemps, jamais interrogé sur l'impact social de ses propres recherches et de leurs applications pratiques. Elles lui procuraient du plaisir et « le consensus social » lui disait que c'était une activité noble et positive. Or en discutant avec nombre de ses collègues, il s'est aperçu qu'il s'agissait pour beaucoup d'une servitude et d'une contrainte, d'un impératif pour obtenir un emploi lorsqu'on est engagé dans cette voie : « La production scientifique, comme n'importe quel autre type de production dans la civilisation ambiante, est considérée comme un impératif en soi. » Il a également compris que ses relations avec ses élèves n'étaient ni spontanées ni égalitaires, mais véritablement hiérarchiques. « Un autre aspect de ce problème qui dépasse les limites de la communauté scientifique, de l'ensemble des scientifiques, c'est le fait que ces hautes voltiges de la pensée humaine se fond aux dépens de l'ensemble de la population qui est dépossédée de tout savoir. » Il explique qu'au départ il a interrompu son activité de recherche pure en se rendant compte qu'il y avait des problèmes urgents à résoudre concernant la crise de la survie : « les activités scientifiques que nous faisons ne servent à remplir directement aucun de nos besoins, aucun des besoins de nos proches, de gens que nous puissions connaître. Il y a aliénation parfaite entre nous-mêmes et notre travail. »

En échangeant avec ses confrères au sein de l'association Survivre et Vivre, il est arrivé à la conclusion que mettre les connaissances scientifiques au service de la recherche de solutions des problèmes qui se posent, était une illusion, compte tenu de l'imbrication des problèmes économiques, politiques, idéologiques et scientifiques. Un changement de civilisation est nécessaire. Celle-ci, occidentale ou industrielle, est condamnée à disparaître à court terme.

Après cette prise de parole, Alexandre Grothendieck échange longuement avec ses auditeurs en répondant à leurs questions. Il explique que face à la complexité des problèmes planétaires, « les méthodes des sciences expérimentales ne nous servent pratiquement à rien » : avec une seule planète Terre, impossible de répéter une expérience. Sans pouvoir le démontrer, il se dit convaincu de la nécessité de changements dans les relations humaines, comme le dépassement du désir de domination notamment. Il dénonce « la séparation stricte de nos facultés rationnelles et des autres modes de connaissances », ainsi que « l'attitude analytique » qui incite à la spécialisation en contraignant à « diviser chaque parcelle de la réalité, chaque problème en des composantes simples pour mieux les résoudre », la stratification des spécialités scientifiques d'après des critères objectifs de subordination des unes aux autres, la séparation dans la science entre connaissance et désirs et besoins.

Il cite en exemple le mouvement des Nouveaux Alchimistes qui sont en relation avec des millions d'Américains intéressés par l'agrobiologie, et qui développent des biotechniques avec des moyens rudimentaires, sans faire appel à « l'hyperstructure industrielle et technologique », et créent des écosystèmes artificiels très productif en nourriture, sans électricité ni engrais. Ce genre de recherches est impossible à l'intérieur des structures académiques existantes.

Il est persuadé que « les structures actuelles de la société vont s'écrouler, lorsque que les rouages ne marcheront plus, parce que les mécanismes de la société industrielle, par leur fonctionnement même, sont autodestructeurs ». La recherche scientifique ne cessera pas de façon autoritaire mais par un consensus général. Un accélérateur de particules, par exemple, implique un effort social considérable qui n'aurait jamais été admis si un large public avait été consulté.

« Nous avons été élevés dans une certaine culture ambiante, dans un certain système de références. Pour beaucoup d'entre nous, d'après les conditionnements reçus dès l'école primaire en fait, nous considérons que la société telle que nous la connaissons est l'aboutissement ultime de l'évolution, le nec plus ultra. » Pourtant des centaines et des milliers de civilisations avant la nôtre, sont nées, ont vécu, puis se sont éteintes.
« La recherche n'a pas d'odeur. » La science peut tout autant être bien que mal employée, quelques que soient les intentions des chercheurs.
Il juge le raisonnement scientifique « grossier » par rapport aux phénomènes de la vie, aux phénomènes naturels. En mathématique, chaque proposition est vraie ou fausse. Or cette dichotomie empêche d'appréhender la réalité dans laquelle des aspects en apparence contradictoires doivent être pris en ligne de compte.

Il refuse cependant de se poser en modèle et n'appelle pas chacun à abandonner son travail. Toutefois, « cette transformation ne se fera pas par la vertu magique d'adhérer à un certain parti ou, de temps en temps, de distribuer des tracts, ou encore d'adhérer à certains syndicats ou de déposer des bulletins de vote. » Il prévient aussi que « si l'on pense que les relations personnelles ne peuvent changer qu'après le changement des structures – cela signifie qu'on renvoie tout au grand jour J de la révolution –, la révolution ne viendra jamais ou la révolution qui viendra ne changera rien. C'est-à-dire qu'elle mettra une équipe dirigeante technocratique à la place d'une autre équipe technocratique et la société industrielle ira son chemin comme par-devant. »

La pensée d'Alexandre Grothendieck est plus que jamais d'actualité. Ce texte devrait absolument être lu, débattu, commenté partout et par tous, notamment dans les milieux militants et universitaires. Merci aux éditions du Sandre pour cette publication plus accessible que l'épais recueil paru il y a quelques semaines chez Gallimard.

Ernest London
Bibliothécaire-armurier chez Fahrenheit 451

16.05.2022 à 15:10

« Ils ont exigé des fauteuils »

lundimatin

Serge Quadruppani raconte le 14e jour du procès des suicides de France Télécom

- 16 mai / , , ,
Texte intégral (4190 mots)

Alors que s'ouvre le procès en appel de France Telecom, nous en profitons pour republier cet article de Serge Quadruppani qui racontait dans nos pages, en juin 2019, quelques péripéties de l'audience de première instance.

C'est le premier procès du management moderne. Du 6 mai au 12 juillet, France Telecom et ses dirigeants de la période 2005-2009 passent devant le juge pour le harcèlement moral de leur propres salariés. Sous couvert de modernisation de l'entreprise, Didier Lombard et son gang s'étaient jurés de faire partir « d'une façon ou d'une autre, par la fenêtre ou par la porte » 22 000 employés, soit un employé sur cinq, entre 2007 et 2009. Et cela sans les licencier, par la seule grâce de techniques de management aussi innovantes que meurtrières. La mise en place de la « nouvelle organisation » a entraîné des dizaines de suicides, des centaines de dépression et, en effet, plus de 22 000 départs. Tout au long du procès, le syndicat Solidaires, qui est à l'origine de la plainte contre les patrons, publie des compte-rendus d'audience réalisés, jour après jour, par divers intervenants. Voici celui du 14e jour du procès. Ce jour-là, c'est Serge Quadruppani qui avait été sollicité pour retourner au TGI de Paris.

Sur l'architecture du nouveau palais de justice de Paris, beaucoup a déjà été dit, ici et ailleurs. Disons qu'avec son apparence de hall d'aéroport, elle est l'une des dernières illustrations de cette tendance à tout calquer sur la pointe avancée de la sphère de la circulation du capital, le transport aérien (on sait que la SNCF cherche à transforme ses trains en avions low cost, avec un succès discutable). Ce qui distingue peut-être particulièrement les lieux, c'est cette insistance sur la lumière, une luminosité envahissante, dure, qui découpe le bord des choses et interdit les nuances de l'ombre. Un tel choix est à l'évidence en syntonie avec cet imaginaire de la transparence (publicité des débats et recherche de la vérité) qui est constitutif de l'Institution et que les vitres omniprésentes et les rambardes de verre rendent redondant. La Justice est là pour faire toute la lumière, on le sait, c'est du moins ce qu'elle prétend. Avec le procès de France Télécom, elle devrait donner à voir les méthodes de management qui ont entraîné un certain nombre de suicides. Mais précisément, qu'avons-nous vu ?

Dans la salle d'audience, les bancs réservés au public sont à une telle distance de l'écran où sont présentées les pièces principales du dossier, et la sono est si déficiente, qu'on a déjà bien du mal à voir et à entendre. Mais ce n'est pas là le principal obstacle à l'entrée de la lumière. Ce qui rend toute chose opaque, ce sont ces neuf personnes alignées à droite, cette première ligne qui s'appuie sur une troupe d'avocats en rang serré, soutenue sur son flanc droit par la cavalerie des assistantes studieuses paissant en permanence leurs ordinateurs. Sept hommes et deux femmes font face à de pugnaces avocats des parties civiles et doivent régulièrement venir se placer dans la ligne de mire d'une présidente qui, après avoir lu d'interminables pièces à conviction avec l'application d'une maîtresse d'école qui met le ton, va mener l'instruction à la barre sans trop les ménager. Mais il en faudrait davantage pour les ébranler. Ils en ont vu d'autres, ce sont des managers.

Il faut voir avec quelle vivacité, quand il se sent mis en cause, ou bien pour venir à l'aide d'un autre en difficulté, tel ou telle de ces personnages bondit sur ses pieds, presque toujours aussitôt appuyé par une avocate vouée au rôle de grenadier de l'avant qui se campe à son côté, en fière position, jambes écartées, une feuille comme une munition détonante à la main, parfois aussitôt suivie par une assistante venue lui murmurer quelque suggestion stratégique, de sorte que parfois, pour l'interrogatoire d'un seul prévenu, ce sont quatre personnes qui bourdonnent autour de la barre, au risque que l'un ou l'autre des costards-cravate-chemise bleu entre en collision avec un collègue qui vient de se relever. Pas de doute, des gens qu'habite un tel élan ne doutent pas.

Ne doutent toujours pas.

Il y aurait pourtant de quoi, quand on essaie d'imaginer ce que recouvrent des termes de leur novlangue tels que « objectifs de déflation du personnel », « départs incités », « sorties pilotées », « réduction du confort dans les postes non prioritaires ou stratégiques », « difficulté dans la mise en œuvre de la mobilité », « doper la fluidité interne », « cette décroissance nette des effectifs n'est pas suffisante pour poursuivre l'optimisation du personnel », « 25 cas d'employabilité réduite en cours de traitement ». Ou quand on entend M. Nouhaud, directeur général Martinique et Guyane raconter les pressions subies pour lui faire accepter un contrat de fin de carrière. Né de parents analphabètes, entré dans la vie active à 13 ans, après plusieurs métiers manuels, il a été recruté en 1974 sur concours des PTT, il a passé ensuite tous les concours internes. Il nous expose avec insistance les mérites « considérés comme exceptionnels » qui lui ont « valu d'être envoyé sur les postes les plus délicats », par exemple dans cet outre-mer où le directeur précédent a dû être remplacé pour cause de conflits sociaux. On sent que France Télécom, pour lui, c'est une supermaman et quand maman va le rejeter, c'est toute sa vie qui va basculer.

« Ce qui arrive ensuite », raconte-t-il, « dépasse l'entendement. C'est arrivé tellement vite qu'il y a eu un effet de sidération, le personnel était mort de peur. Avec ces trois nouveaux dirigeants à la tête de France Télécom, c'est un rouleau compresseur auquel on me demande de prêter allégeance. « Tout le monde nous regarde », me disait-on. Il fallait provoquer des départs forcés. Je refuse alors de mettre en place des techniques de harcèlement pilotées depuis Paris, qui reposent sur des techniques de culpabilisation, avec un coupable considéré comme contagieux, que tout le monde doit fuir. On nous dit que la situation est catastrophique et on nous en fait porter la responsabilité. Il s'agit d'aboutir à une infantilisation du personnel, à faire perdre l'estime de soi, à faire en sorte que la personne visée se sente déshonorée dans ses capacités professionnelles. « La récré est finie », nous annonce-t-on. Lors d'un rendez-vous dans un hôtel, une envoyée de la direction m'annonce : « on te détruira au même titre que ton épouse si tu refuses de partir ». Sa femme en effet, travaille chez Orange et quand Nouhaud est convoqué à Paris pour entretien, la veille elle reçoit un courriel annonçant sa rupture de contrat. Le même courriel, mystérieusement, est adressé au service de Nouhaud. L'entretien avec le directeur groupe des relations humaines, Olivier Barberot se fait dans les larmes. « Alors qu'on se tutoyait… » dit Nouhaud, qui se détourne la barre pour regarder vers Barberot assis juste derrière lui : « il me vouvoie ». Barberot hausse les épaules.

On présente à Nouhaud pour signature une demande de retour en métropole et il signe en rajoutant : « contraint et forcé par les pressions sur ma femme et moi » mais les prévenus affirment qu'il a rajouté cette mention ensuite – version bien affaiblie par le fait qu'ils sont incapables de fournir leur propre exemplaire de la demande. Un dirigeant, en pleurs lui aussi, lui dit : « je ne peux rien pour toi. On a fait un carton sur toi parce que c'était le seul moyen de te dégager. » En métropole, on lui confie une mission bidon pour le faire craquer, mission dont on le dispense quand il décide pour finir de signer un Contrat de Fin de Carrière. « Voilà », conclut Nouhaud, « comment se terminent 35 ans de travail à France Télécom ».

Sur les bancs de la défense, Me Maisonneuve (tiens, lui, je l'ai connu voilà 30 ans en défenseur d'indépendantistes corses) se lève pour l'interroger sur le cas d'un M. Doublet dont le témoignage tendrait à prouver que Nouhaud est victime d'une politique qu'il avait jusque-là appliquée. Il apparaît qu'en effet, Nouhaud aurait invité à dîner à la maison Doublet le samedi soir avec son épouse, en toute convivialité, pour l'inciter vivement à signer un contrat de fin de carrière et le malheureux s'est retrouvé ensuite mis dans des conditions pénibles, avec un climatiseur coupé et autres aménités, pour l'inciter à partir. Nouhaud n'est pas une victime immaculée, ce qui peut certes ébranler notre sympathie pour lui, ses tremblements, sa honte aujourd'hui à avouer qu'il a été cadre de France Télécom, et ses difficultés à toucher 150 000 euros qui lui étaient dus. Mais, cher maître, cela n'enlève rien à ce qu'il a subi.

Barberot se lève pour la énième fois. On sent, à son espèce de dandinement à la barre, qu'il est habité par son sujet. Ce ne sont pas des gens qui avaient démérité, assure-t-il, c'est la structure qui a changé. Mais alors si, comme lui et ses collègues ne cessent de le répéter, tout cela était normal, simple évolution dictée par les lois de l'économie, comment expliquer que ses collègues et lui mettent tant de passion et de volonté pédagogique pour expliquer à une présidente sceptique qu'ils n'étaient, aux très hauts postes qu'ils occupaient, jamais responsables de rien de précis dans tout ce qui est raconté ?

A la pause, un jeune et joli flic tient à venir exprimer sa sympathie aux parties civiles. « Vous vous rendez compte, ces gens-là (il parle des prévenus), ils ont exigé d'avoir des fauteuils (les prévenus ordinaires doivent se contenter de sièges rabattables) et on nous a pris les nôtres pour qu'ils puissent s'asseoir confortablement. De toutes manières, si la police était une boîte privée, nous aussi nous pourrions faire un procès du même genre. Il y a un suicide de policier tous les deux jours. » La ligne de front de la lutte des classes a parfois de ces zigzags.

L'ami Eric m'apprend que les syndicats ont écrit à la direction pour savoir si c'était l'entreprise qui payait la défense. On attend toujours la réponse. Condamnés, les prévenus devront sûrement payer de lourdes indemnités mais les sommes seront-elle prises dans leurs escarcelles ? Et de toute manière, même si c'est le cas, vu ce qu'ils ont pu accumuler en capitaux réels ou symboliques, il y a fort à parier qu'ils ne se retrouveront jamais sur la paille. En fait, me suggère-t-on, la principale vertu de ce procès est peut-être d'obliger ces gens à rester assis de 13h30 à 21h pendant un mois et demi, livrés à notre observation. Ce procès, finalement, c'est une sorte d'installation judiciaire, comme il y a des installations artistiques : bien plus que dans son objet apparent, son intérêt réside dans les réflexions qu'il suscite.

Ce que nous avons sous les yeux, en effet, c'est plus que des messieurs bedonnants (pour les retraités) ou qui ont su rester sveltes (pour les encore actifs), des montres de prix et des chaussures idem : c'est une forme de vie. En témoigne le fait que certains des mails les plus compromettants ont été émis à 22h48 et 22h59. Ces gens ne comptaient pas leurs heures, ils étaient corps et âmes dans leur fonction. Il faut aller au procès France-Télécom pour voir en face ce qui nous gouverne, l'habitus de son personnel et ses techniques de domination. La réaction des e-bataillons de la Macronie (on sait qu'elle dispose de quelques dizaines de personnes vouées à la surveillance et à l'influence sur internet, qui peuvent rameuter des troupes de bénévoles) à l'article duMonde qui avait osé parler, à propos des prévenus, de « premiers de cordée », montre que le journal officieux de tous les pouvoirs a effleuré un point « touchy », comme ils disent.

Face aux résistances, le manager recourt volontiers à deux techniques : l'individualisation-psychologisation, et le déni pur et simple. On a pu le vérifier avec les auditions de Mme Di Martino, qui mit en œuvre les « cellules de développement » créées par France Télécom, vite rebaptisées par le personnel « cellules de dégagement », et celle d'un psychologue clinicien, M. Guinchard, consultant en souffrance au travail spécialisé dans l'accompagnement des dirigeants, qui a participé à la création des « cellules d'écoute ». La première prétend que ses cellules de développement ne visaient pas à pousser les gens vers la sortie et quand on lui oppose les déclarations d'un de ses supérieurs qui reprend ses termes, elle objecte son « vécu ». Quand les parties civiles lui rappellent ses déclarations en interrogatoire ou des notes particulièrement explicites, elle ne se souvient plus. Quand des bouts de signifiants, assez glaçants, tombent du dossier : « créons une certaine instabilité des salariés, augmentons notre turn-over… », la rangée des premiers de cordée se mobilise, soutenue par la grenadière blonde en robe noire. Tout à coup, plus personne ne se souvient, et la chaîne hiérarchique éloigne dans l'infini les responsabilités : « c'est un compte-rendu personnel d'un collaborateur de collaborateur ». Quant à M. Guinchard, si fier de sa théorie de « la relation au travail », son blog « Ca va le boulot ? » contient quelques perles relevées par Me Topaloff : « la poule est concernée mais le cochon est impliqué », distinction qu'au nom de mon propre poulailler je ne peux que rejeter, mais surtout : « en 2009, à France Télécom, jamais les conditions de travail n'avaient été si confortables ». M. Guinchard était si heureux qu'on fasse appel à lui qu'il ne s'est pas attardé sur le fait que ces cellules qu'il créait, censées impliquer des médecins du travail (au risque de contrevenir au secret médical), étaient en contradiction avec le code du travail et il ne s'est pas davantage interrogé sur le motif pour lequel la DRH qui l'a recruté était « un peu inquiète » sur le climat de l'entreprise.

L'art du déni pratiqué sans cesse par les managers, nous l'avons sous les yeux à la tête de l'Etat quand Macron dit qu' « il ne faut pas parler de violence policière dans un Etat de droit ». Il est au fondement de leur pratique, en ce qu'elle repose sur la négation de tout réel qui ne soit pas préhensible en termes économiques. Pour rendre la honte encore plus honteuse en la livrant à la publicité, il était bon que les syndicats parviennent à porter sur le plan judiciaire la résistance au harcèlement patronal. Mais on ne doit pas oublier que si cette résistance a pris cette forme, c'est parce que la technique d'individualisation-psychologisation a fonctionné à plein, et qu'il n'y a pas eu de lutte collective d'ampleur en réaction aux attaques managériales. Ce qu'on appelle maintenant « souffrance au travail » était nommé autrefois « aggravation de l'exploitation ». C'était quand même plus clair, non ? Pour la masse des salariés, une belle et bonne grève à outrance aurait sûrement bien davantage « restitué une marge de manœuvre » pour reprendre les termes du psychologue-clinicien, que toutes les bonnes paroles des psychologues-techniciens.

Bonus


L'audience du 27 mai 2019 du procès France Télécom, vue par L'1consolable, auteur, compositeur et interprète de ses morceaux, rappe, sur de bons vieux breakbeats hip-hop teintés de jazz, de blues ou de soul, la violence d'une société qui la pratique au quotidien tout en la prêtant à ceux qui se retournent contre elle.

Le Blues des Telecom by L'1consolable

Couplet 1 :

Comme dit Nabila : « Non, mais allô ! »
Y'a-t-il quelqu'un au bout du fil, ou bien sont-ils tous tombés à l'eau ?
Où sont ceux qui se défilent, tous ceux qui détalent, au
fond en ont jeté d'autres par-dessus bord pour alléger l'bateau ?
Ces cons mégalos sont des salauds et ils ont des noms :
Didier Lombard, Louis-Pierre Wenes, Olivier Barberot !
Ces patrons pourraient avoir de la compassion, mais non :
on a pu voir lors de leur audition qu'ils n'en ont pas trop !
Les trois gros poissons de la boîte dont l'action
compte, marque son inféodation aux monde des transactions,
embarque son personnel et multiplie les exactions,
c'est le pacson que l'actionnariat vise, pas l'émancipation !
L'implication ? 60 suicides, 40 tentatives
en 3 ans, la liste s'accroissant de tant de gens captifs
des désirs cupides que chez d'autres le CAC 40 avive,
lesquels ne s'en lamentent pas, arrivent de manière apparente à vivre
avec les pertes massives que leur intendance active,
il semble que ce soit de santé, voire de vie, dont l'emploi prive !
Et ce bien que Lombard nie d'une façon faussement naïve
toute espèce de responsabilité – « Je n'y peux rien », lancera-t-il-,
gardons-nous de conclusions hâtives mais une lame dans le ventre à vif,
en pleine réunion, qu'Yonelle se plante ravive
nos soupçons, car leur souci comme le jugement arrive
ce n'est pas tant la vérité, qu'évidemment le tarif !

Refrain :

C'est le blues des Télécom,
Louis-Pierre Wenes sonne la fin de la récré comme
les actionnaires exigent de maximiser les sommes,
quand c'est la mort que les salariés désespérés se donnent !

Z'ont comme le blues chez France Télécom,
service public réduit à vendre des abonnements de téléphones,
et se trouve là tout le drame de ces femmes et ces hommes
qui ont payé cher le fait que leurs chefs et boss déraisonnent !

Couplet 2 :

Qui voit rouge quand France Télécom devient Orange, lesquels donc perdent au change ?
Lesquels prennent cher quand les actionnaires sont aux anges ?
Les fonctionnaires sont poussés vers la porte,
ils ont beau faire, faut que ça rapporte,
Leur calvaire ? Peu importe, les trois autres se rangent
dans le camp de la finance ; suivent les plans NEXT et ACT,
faut que les gens se taisent et partent, quant à ceux qui restent et jactent,
la pression, le stress les mate, ils se défenestrent et l'acte
final verra 60 d'entre eux tomber échec et mat !
Dès 2004 la sonette d'alarme est tirée,
le quotidien infernal pour ceux qui n'ont pas daigné se tirer,
le service public a expiré, beaucoup de salariés s'apprêtent à être virés,
la souffrance s'étend et le temps s'est étiré.
C'est l'Agent Orange, oui mais au bout du rouleau,
roulé dans la farine à cause de ce qui se déroule au boulot,
le Lean Management piétine leur taf et foule aux
pieds leurs droits, ils sont épiés, et s'ils ne marchent pas droit, sous l'eau !
C'est tout l'objectif : 22 000 suppressions de postes en le faisant,
le choc s'en ressent, le cost-killer te fuck, on le sent !
Versons donc le sang du personnel, les pressions pesant
lourd ça se tue tout-à-tour comme Stéphanie (32 ans) !
Pour l'ex n°2, surnommé « La Brute »
la réduction des effectifs n'est pas fictive, non, mais abrupte !
Que France Télécom « se modernise », soit dans le coup, c'est ça le but :
un infime nombre donne les coups, pour tout le reste c'est la chute !

Refrain :

C'est le blues des Télécom,
Louis-Pierre Wenes sonne la fin de la récré comme
les actionnaires exigent de maximiser les sommes,
quand c'est la mort que les salariés désespérés se donnent !

Z'ont comme le blues chez France Télécom,
service public réduit à vendre des abonnements de téléphones,
et se trouve là tout le drame de ces femmes et ces hommes
qui ont payé cher le fait que leurs chefs et boss déraisonnent !

Couplet 3 :

Pour Lombard, la crise n'est pas sociale mais médiatique,
à trop parler de suicides, des intéressés rappliquent,
pour lui et sa clique c'est l'explication tombée à pic !
Se suicider ? Des salariés aiment l'idée et l'appliquent !
C'est pratique l'effet Werther pour toutes les faire taire
quand quelques voix alertèrent sur l'effet de ces pratiques,
c'est magique le management, pourtant délétère,
serait tiré d'affaire pour ce qui est de ces décès tragiques !
Ce n'est pas le harcèlement, l'isolement,
ni le stress qui s'agrippe aux gens qu'ils décrètent ignorants, que la boîte a mis au ban,
faudrait pas qu'on le lie aux plans NEXT et ACT,
oui autant le dire si tout ça vire au grand carnage c'est que ces gens aimaient l'acte :
le suicide ? Rien de tel quand tout va bien,
c'est ce que Lombard laisse entendre en niant ce à quoi tout ça tient !
Que ce soit dû au travail ? Rien ne le prouvera, rien
ne pourra mettre en cause le rôle de l'entreprise, et surtout pas le sien,
ni le sens du taf qu'ils écorchaient, ni les mobilités forcées,
ni les hostilités lancées contre tous ceux qui s'efforçaient
de conserver le sens, or c'est le rythme qui s'est corsé,
ni les mutations du taf que le PDG d'alors sait :
les anciens techniciens devenus des vendeurs,
pour maximiser le revenu de l'entreprise et de ses détenteurs,
n'en sont jamais revenus, laissant leurs familles en pleurs,
la course aux profits a un prix dont on apprit l'ampleur !

Refrain :

C'est le blues des Télécom,
Louis-Pierre Wenes sonne la fin de la récré comme
les actionnaires exigent de maximiser les sommes,
quand c'est la mort que les salariés désespérés se donnent !

Z'ont comme le blues chez France Télécom,
service public réduit à vendre des abonnements de téléphones,
et se trouve là tout le drame de ces femmes et ces hommes
qui ont payé cher le fait que leurs chefs et boss déraisonnent !

Chœurs :

C'est le blues des Télécom !

Médias

GÉNÉRALISTES
Basta L'Autre Quotidien Blast Capital La Croix Le Figaro Le Monde France 24 FTVI Huffington Post L'Humanité LCP Mediapart La Tribune Le Media Slate Korii

INTERNATIONAL
Bellingcat CADTM Courrier d'Europe Centrale Courrier International Eurojournalist Equaltimes Info Asie Inkyfada Jeune Afrique Orient XXI Rojava I.C NYT Toute l'Europe

MÉDIAS D'OPINION
L'Autre France-Presse Acta AOC Issues Les Jours Le Monde Moderne LVSL Médias Libres Marianne Quartier Général Rapports de force Reflets Rézo StreetPress

OBSERVATOIRES
Acrimed Internet actu Catastrophes naturelles Conspis Culture Extrême-droite Inégalités Information Médias Multinationales Sondages Présidentielle Routes de la Soie Vrai ou Fake ?

---