Titre du flux RSS

Accès libre UNE • Politique • International • Environnement • Technologies • Culture

L’expertise universitaire, l’exigence journalistique

▸ les 50 dernières parutions

30.11.2022 à 17:35

Could the Netherlands crack the secret of language learning using this aproach?

Grégory Miras, Professeur des Universités en didactique des langues, Université de Lorraine

Audrey Rousse-Malpat, Assistant Professor of language learning at the program European Languages and Cultures, University of Groningen

Language-learning research in the Netherlands has determined that using a foreign language rather than just memorizing its grammar can transform how students progress.
Texte intégral (1346 mots)

file okebk

From the UK government’s latest post-Brexit language-learning reforms to France’s eternal debates over the supposed linguistic inadequacy of its youth, governments regularly scratch their heads over how to improve how languages are taught.

While the Netherlands discussed a major reform of curriculum and examinations as early as 1968, the current courses are seen by many as no longer preparing students well enough for the modern world. The baccalaureate exams do not test students’ actual skills and knowledge so much as their ability to strategically answer multiple-choice questions.

This is particularly true for modern languages, where the final exam – a reading-comprehension exercise – receives hundreds of complaints from students who find it either too difficult or too ambiguous.

In the Netherlands, French is compulsory for students from age 11 to 15, yet a declining number continue to study it beyond that age. In such a context, educators in the Netherlands are asking how other methods might better meet the needs of students. Supported by the language learning team at the University of Groningen, a usage-based approach to French has gained ground.

The Dutch and French

As in many European countries, Dutch students are frequently exposed to English, but that’s not the case with French. The language is spoken by 70 million people in France, Belgium, Switzerland, Luxembourg, and Monaco, Franco-Dutch firms do 40 million euros in business annually, and organisations such as the French Institute and CCI France Netherlands provide support, yet for students there are few situations outside the classroom that afford the opportunity to practise the language informally.

Researcher Marjolijn Voogel indicates the perceived importance of speaking French in the Netherlands is declining. Despite studying French for six years at school, the population’s overall level is no longer satisfactory, according to Wim Gombert, a researcher in applied linguistics.

These results are similar to those found in France, which also suffers from an environment with limited opportunities for regular use of second languages and teaching methods based mainly on grammar and translation. And this despite the fact that teachers are regularly encouraged to modernise their courses, organise trips and use digital technologies, as Lynne West and Marjolijn Verspoor note.

In response to this situation, one of the initiatives has been the development and implementation of several accelerative integrated methodology (AIM) methods. They’re found most often in primary and secondary schools (about 100) but also in secondary schools (about four schools) and finally at the University of Groningen.

Access to the language outside the classroom

AIM methods are inspired by research on dynamic usage theory, which considers languages to be a collection of words shaped first and foremost by socialisation. Language learning happens through repeated exposure via creative activities and real-life tasks, rather than grammar rules and vocabulary lists.

Stories (in primary and middle school), creative and non-fiction texts, or videos (in high school) and films (in university) are central to the approach. In addition, high school and university students use learning software such as Fluent U or SlimStampen.

Students take quizzes several times a week and the software remembers words that are not acquired. They’re then reintroduced into the following work sessions until they’re firmly embedded. The idea is that students locate vocabulary in context rather than simply memorise it.

In the classroom, the activities are varied and focus on listening and speaking. The aim is first to reduce the anxiety linked to speaking by de-dramatising what are typically seen as errors. Repetition is emphasised until responses are integrated and become automatic. The activities are mostly done in groups so that the learners develop a certain self-confidence. Individual language development happens throughout, and mutual aid is encouraged.

By focusing on the meaning of language and not its form, each learner can use their own linguistic repertoire and learn from the repertoire of others. At the same time, each learner can work individually on linguistic weaknesses.

The decentred role of the teacher

This method of working confirms that the language teacher is not the one who transmits or evaluates knowledge, nor a model. Instead, they provide resources, organise activities that encourage repetition and language automation, and create an environment conducive to practice. Collaboration is between learners, and ensures that the target language is used most of the time. The teacher is also the one who determines learners’ individual or collective needs and offers activities to meet them.

Teachers also play a key role in organising peer feedback, testing language skills and assessing the learners’ state of development – the strengths and the elements that each one needs to work on. The method moves away from counting students’ “errors”.

Webinar “Innovative language teaching methods”, with Audrey Rousse-Malpat.

To use this method, teachers need to be detached from the way they learned the language – and sometimes even from their personal beliefs. Their actions will be all the more relevant if they understand how language develops from a social and psycho-cognitive point of view, and consider how and when to intervene.

Several studies have shown the benefits of accelerative integrated methodology on learners’ listening, speaking, and writing skills. The method is underpinned by the idea that the language speaker is a social agent rather than a grammarian.

What is happening in the Netherlands shows the relevance of the research and education communities working together to experiment with and implement methods that are based on contemporary scientific knowledge about language and languages.

The Conversation

Audrey Rousse-Malpat has received funding from NWO (the national research organisation in the Netherlands). She works as a professor of language and language didactics at the University of Groningen and is a teacher trainer at Project Frans.

Grégory Miras ne travaille pas, ne conseille pas, ne possède pas de parts, ne reçoit pas de fonds d'une organisation qui pourrait tirer profit de cet article, et n'a déclaré aucune autre affiliation que son organisme de recherche.

30.11.2022 à 17:34

Combating violence against women: what Europe needs to do

Sara De Vido, Associate Professor of International Law, Università Ca'Foscari

If passed in its current form, the European Union’s new directive on combating violence against women and domestic violence will be world-leading.
Texte intégral (1143 mots)

shutterstock

Since the beginning of the Covid-19 pandemic, 45% of women worldwide have reported that they or a woman they know has experienced a form of violence, a 2021 UN Women report found. Around 70% said they thought that verbal or physical abuse by a partner has become more common, and 60% felt that sexual harassment in public spaces has worsened.

The situation is no less severe in Europe, where countering gender-based violence against women (GBVAW) has been a high priority for the European Commission president Ursula von der Leyen. With International Day for the Elimination of Violence against Women taking place on 25 November, it is important to take stock of EU legislation on fighting GBVAW and at what has – or has not – to be done to push member states to take real action to eradicate the phenomenon.

The Istanbul Convention

More than 11 years ago, the 46-state Council of Europe adopted the convention on preventing and combating violence against women, Known as the Istanbul Convention, it was ratified by 37 states, including 21 out of 27 members of the EU. States that aren’t part of the Council of Europe, including Israel, Tunisia and Kazakhstan, have also expressed their interest in pressing ahead with the ratification.

The convention is considered as the gold standard for combating gender-based violence against women because it imposes significant obligations. For example, states are required to:

  • criminalise the behaviours included in the convention

  • provide support to victims, including children that have witnessed violence

  • adopt measures of prevention to eradicate stereotypes on the role of women in the society

  • and collect data and ensure adequate funding to policies aimed at countering violence against women and domestic violence.

A monitoring system established by the convention, the Group of Experts on Action against Violence against Women and Domestic Violence (GREVIO), works to ensure its implementation. The European Court of Human Rights referred to the Istanbul Convention in several judgements, including a 2022 case against Italy.

In the case, the court ruled Italy failed to protect and assist a mother and her children during contact sessions with the children’s father, a drug addict and alcoholic, who was accused of ill-treatment and threatening behaviour. The children were particularly distressed by the prospect of meeting their father in an unprotected environment. Italy has been compelled to pay compensation to the mother and her children for moral damages.

How the EU could take it further

While the EU has signed the Istanbul Convention, it has yet to ratify it. To overcome the impasse, on 8 March 2022 the commission published a proposal for a directive of the European Parliament and the Council on combating violence against women and domestic violence. The bill is promising, both in its referrals to the Istanbul Convention and its attempt to surpass it, notably by combating the widespread phenomenon of cyber-violence against women. According to the current draft, member states will be required to make online stalking, harassment, inciting violence or hatred and non-consensual sharing of intimate or manipulated material criminal offences. At present, the Istanbul Convention does not address such behaviours.

The directive is currently being debated by both the EU Parliament and Council. The Parliament will publish a report in January and amendments will be then submitted. The vote in the plenary is expected in spring.

In the council, the risk is that prejudices regarding the convention – that are blocking some ratification processes and putting into question already achieved processes of ratification – might also slow down the legislative procedure in the EU or water down the original proposal. Concerns over the convention have been aired over the concept of gender, including by states such as Poland.

What has (or has not) to be done

A significant number of NGOs, members of parliament and academics are championing the EU directive, which would mark a step forward in the protection of women and girls from violence in Europe and would support a much-needed cultural change.

However, the directive’s success will depend on its getting a strong push, be among the general public or politicians. As it stands, the proposal can clearly be improved, especially regarding the provisions of the Istanbul Convention related to migration. According to Article 60, state parties must take the necessary measures to ensure that gender-based violence against women be recognised as a form of persecution for the recognition of refugee status.

Still, the bill remains a step in the right direction. For the first time, it sets up EU-wide definitions of criminal offences such as rape and female genital mutilation. It also recognises four forms of online violence against women, including gender and/or sex-based incitement to hatred and violence, while calling to protect victims of all forms of GBVAW.

We must talk about the scourge of gender-based violence against women every day of the year, not just on 25 November. More work is needed to prevent the spread of new forms of violence like the ones committed in the digital world and raise awareness on the domination and discrimination patterns underlying them.

“UNITE to end violence against women” is the theme of this year 16-day campaign promoted by the United Nations. And more than ever, being united is what really matters in adopting and then effectively implementing new legislation at European and national level.

The Conversation

Sara De Vido does not work for, consult, own shares in or receive funding from any company or organization that would benefit from this article, and has disclosed no relevant affiliations beyond their academic appointment.

30.11.2022 à 12:10

Are European welfare systems accessible to foreigners?

Jean-Michel Lafleur, Associate Director, Centre for Ethnic and Migration Studies / Coordinator of IMISCOE, Université de Liège

Daniela Vintila, Associate coordinator and senior network officer of IMISCOE (International Migration Research Network) , Université de Liège

Immigrants claiming benefits in their European host countries have lesser chances of securing residency permits and citizenship, research shows.
Texte intégral (1635 mots)

A railway station in Milan. Creative commons

Since the “refugee crisis” in 2015 precipitated the rise of the far right in Europe, debates on the impact of migration on welfare states have raged across the continent. It is hardly surprising, therefore, that EU- and non-EU migrants alike still struggle to access welfare benefits in their European countries of residence. This is despite the fact that immigrants are more exposed to vulnerability. In 2019, 45% of non-EU citizens and 26% of citizens of other EU member states were at risk of poverty or social exclusion, compared to 20% of national citizens, according to Eurostat.

As social scientists of the Centre for Ethnic and Migration Studies (CEDEM at the University of Liège, we were curious to see how immigrants’ access to benefits might vary between EU member states. Backed by the European Research Council, our project has spawned a database and three books that identify the conditions that immigrants – Europeans and non-Europeans alike – must meet to access benefits in areas such as healthcare, employment, old-age, family, and social assistance.

Throughout the project we were in touch with dozens of Senegalese, Tunisian and Romanian migrants and their relatives in different European cities, as well as with civil servants and NGOs involved in helping them secure benefits. Our research draws three big lessons.

Welfare policies in the EU are “transnationalising”

Looking at the welfare policies in 40 European and non-European countries, we found significant similarities in the way states deal with migrants. As a rule of thumb, the principle of habitual residence – whereby one has to officially live in the member state where s/he seeks welfare support – remains widely adopted. This means that individuals moving abroad are likely to lose access to the benefits in their home countries.

However, our research also found that this principle has undergone two significant changes. First, certain types of benefits continue to be accessible after individuals emigrate. In the area of pensions, for instance, all EU member states allow retirees to continue receiving their contributory pensions abroad if they decide to emigrate and only eight countries (Bulgaria, Czechia, Hungary, Italy, Latvia, Luxembourg, Poland, Spain) limit the number of destination states in which the pension can continue to be received.

Recent EU legislation on social security coordination and a batch of bilateral social security agreements between European and non-European states have accelerated this process. We found that Tunisia, for instance, has signed 13 bilateral social security agreements with European and North African states (Algeria, Austria, Belgium, Egypt, France, Germany, Italy, Libya, Luxembourg, Morocco, the Netherlands, Portugal and Spain) that aim to guarantee the equal treatment of their citizens in these destination countries’ welfare systems. For Tunisian immigrants working in Belgium or France, this means that periods of activity in the home country can be taken into consideration for the calculation of benefits paid by their country of residence. Similarly, immigrants can also —in cases of emergency mostly— have medical expenses incurred during short trips in their homeland covered by the social security system of their country of residence.

Second, European countries are developing innovative programmes – so-called diaspora policies – in which institutions such as consulates that are traditionally not in charge of social protection help nationals abroad deal with social risks. For example, Romanian and Spanish consulates tend to have social attachés that inform and assist citizens abroad in claiming social benefits in their country of residence and in their home country.

This is also the case for certain non-EU nations, whose consulates can serve as gateways for their citizens to receive the support of European welfare states. In our research, we observed the administrative process through which widows of Senegalese migrant workers can access a survivors’ pension from the Spanish welfare state. From these developments, we argue that European welfare states are undergoing – in different ways – a process of transnationalisation that is characterised by a series of adjustments of their social protection policies to adapt to both incoming and outgoing migration flows.

Weaponising welfare policies for migration control

A second lesson is that welfare policies are increasingly used to control migration, even in a context of intra-EU mobility where EU citizens are easily able to settle in other member states. For instance, it is not uncommon for European countries to deny nationality or residence permits extension for foreigners who are perceived to represent a “burden” on the welfare system. Our database shows that in the vast majority of member states, the take-up of social assistance by non-EU immigrants can negatively affect the renewal of their residence permits, their applications to citizenship or their right to reunite with their families.

In most European states, claiming benefits can diminish migrants’ chances of being able to settle down in their host country. Daniela Vintila, Jean-Michel Lafleur (2021). MiTSoPro Policy Survey on Migration, Transnationalism and Social Protection

Belgium was one of the countries where this practice has been observed. Over the past decade, the government has withdrawn the residence permits of 15,000 EU migrants on the grounds of representing a “burden” on public finances. In our fieldwork with EU citizens affected by such practices, we noted the gap between the perceptions of EU citizens who believe that their right to free movement is unconditional and the behaviour of welfare authorities who increasingly view immigrants as “undeserving” of support. Overall, these practices indicate the increasing intersection between migration and social policies in different parts of Europe.

No migrant is an island

In our interviews with immigrants across different European cities, we observed a difference between rights “on paper” and rights “in practice”. Although migrants may be eligible for social benefits in their host country, barriers often remain – for example, a lack of understanding of the welfare system, limited knowledge of the language of the country, lack of documentation about prior social contributions, or even discrimination by civil servants. All can make it challenging for migrants to take up their rights.

This is particularly true for transient and more precarious immigrants who are unfamiliar with the specificities of the welfare system of their country of residence. For instance, we show in a forthcoming paper that Romanian migrants in Germany are confronted with a vast industry – so-called “welfare brokers” – enabling them to access their welfare rights. These range from lawyers, consulting firms to trade unions or migrant community organisations.

Overall, we found that welfare states in countries of residence and origin still treat immigrants and emigrants differently than they do their own citizens. Despite the good intentions of many administrations, individuals’ legal status, nationality, financial and educational resources still determining uptake.

The Conversation

This article is based on results of the project "Migration and Transnational Social Protection in (post-)Crisis Europe" (MiTSoPro). led by Jean-Michel Lafleur. This project has received funding from the European Union’s Horizon 2020 research and innovation programme under grant agreement No 680014

29.11.2022 à 19:58

Les trajectoires scolaires des jeunes des quartiers populaires, entre parcours d’obstacles et aspirations à la réussite

Jeanne Demoulin, Maîtresse de conférences en sciences de l'éducation, Université Paris Nanterre – Université Paris Lumières

Leila Frouillou, Maîtresse de conférences en sociologie, Université Paris Nanterre – Université Paris Lumières

Comment les jeunes de quartiers populaires racontent-ils leurs parcours scolaires quand la précarité limite le champ des possibles mais que domine l’injonction à devenir « entrepreneur de soi » ?
Texte intégral (1747 mots)

Quel est le rapport des jeunes de quartiers populaires à l’école ? Comment ces personnes racontent-elles leur orientation scolaire quand les difficultés économiques limitent le champ des possibles ? Que signifie à leurs yeux « réussir », et quel rôle leur scolarité joue-t-elle dans cette trajectoire ? Ce sont des questions que nous avons documentées au cours de la recherche participative Pop-Part (2017-2022), qui portait plus largement sur les pratiques et les représentations des jeunes de quartiers populaires dans dix villes franciliennes.


À lire aussi : L’invisible décrochage scolaire des jeunes ruraux


L’analyse des données recueillies lors d’entretiens semi-directifs conduits dans deux de ces villes, Corbeil-Essonnes (11 entretiens) et Pantin (13 entretiens) nous aide à comprendre comment ces jeunes font face de manière très diversifiée à l’injonction actuelle d’être « entrepreneur de soi-même », dans le contexte de la « nouvelle école capitaliste ». Cette méthode nous permet de tenir compte à la fois de leurs trajectoires objectives, mais aussi de la manière dont elles nous sont présentées en entretien.

Orientations subies et stratégies

Certaines des personnes interrogées insistent sur leurs difficultés, leurs incertitudes, les contraintes qui pèsent sur elles (injustices, discriminations, orientations subies…). D’autres se montrent très sûres d’elles, racontent comment elles ont développé des stratégies pour passer avec succès les étapes leur permettant de « réussir » leurs études (en évitant des établissements aux faibles taux de réussite ou à la mauvaise réputation, en faisant des choix d’orientations dans des secteurs vus comme favorables à l’insertion professionnelle…).

Par exemple, alors que l’un (Mathieu, 23 ans, Pantin) se raconte comme un « homme d’affaires », qui maîtrise sa trajectoire et met tout en œuvre pour, in fine, vivre de sa passion, la photo, une autre (Chaïma, 21 ans, Corbeil-Essonnes) relate son orientation subie, l’arrêt de ses études pour aider financièrement sa famille, et évoque longuement les discriminations liées au port du voile au lycée puis dans le monde professionnel.

Ces variations s’expliquent par la diversité de la jeunesse des quartiers populaires, constituée d’individus aux positions sociales hétérogènes, du point de vue de l’âge, du genre, des situations économiques et familiales, mais aussi du parcours migratoire et de la religion. Elles révèlent le clivage entre les classes populaires stabilisées par l’emploi, et celles plus précaires aux situations parentales marquées par le handicap, les maladies professionnelles, le chômage, les séparations des parents, etc.


À lire aussi : « Jeunes de quartier » : « Là où tout le monde se croise »


Alors que ces jeunes partagent une expérience commune des inégalités et de la stigmatisation (territoriale, raciale, religieuse…), elles et ils font ainsi preuve d’une plus ou moins grande capacité à réinterpréter les contraintes en opportunité pour se sentir et se dire maîtres ou maîtresses de leur trajectoire et, partant, pour se conformer à ce que le système scolaire attend des élèves.

Un parcours d’obstacles

Venir de la classe populaire, habiter un quartier populaire, être racisée ou racisé, mais aussi, pour certaines, être une femme, constituent autant de stigmates qui impliquent pour les personnes qui en sont porteuses de montrer qu’elles sont en capacité de « s’en sortir malgré tout ».

[Près de 80 000 lecteurs font confiance à la newsletter de The Conversation pour mieux comprendre les grands enjeux du monde. Abonnez-vous aujourd’hui]

Si le poids de ces stigmates n’est pas également mis en avant dans les récits recueillis, il apparaît systématiquement, comme une toile de fond qui conditionne le rapport à la scolarité. Qu’elles soient racontées sur le mode de la maîtrise ou en soulignant leur caractère subi, les trajectoires ont dès lors en commun de ressembler à un parcours d’obstacles.

Certains jeunes subissent leurs trajectoires et les présentent comme telles, en mettant notamment en scène l’opposition entre leur volonté individuelle et la volonté de l’institution scolaire. D’autres ont dû faire face à de multiples reprises à des orientations subies, mais ne les présentent pas de cette façon et soulignent, par exemple, l’intérêt des filières professionnelles ou celui des affectations APB ou Parcoursup. D’autres enfin racontent les grands plans d’orientation mis en œuvre et l’énergie débordante déployée pour développer des tactiques ou des stratégies scolaires leur permettant de naviguer contre les itinéraires scolaires auxquels elles et ils étaient a priori destinés au vu de leurs caractéristiques sociales.

« Jeunes de quartiers, le pouvoir des mots », Jeanne Demoulin et Bénédicte Madelin, collectif Pop-part (Observatoire régional de l’intégration et de la ville, 2022).

Un obstacle majeur que l’on aurait pu attendre, celui des conditions matérielles (logement, mobilités, ressources économiques), est le plus souvent masqué dans les récits. On peut interpréter comme de la pudeur, la discrétion à ce sujet étant commune aux réponses tout au long de la recherche. On peut y lire aussi la volonté de ne pas se présenter comme victime mais plutôt comme actrice ou acteur de sa trajectoire. Or, ces trajectoires sont marquées par une précarité économique plus ou moins forte, qui limite l’espace des possibles scolaires et professionnels.

Définir la réussite

La scolarité apparaît pour toutes les personnes interrogées comme un passage obligé, qui sera considéré comme réussi dans la mesure où il leur aura permis d’accéder à l’avenir rêvé.

Dans leurs discours, le plaisir et l’intérêt viennent après, une fois les bancs de l’école derrière elles. La réussite se caractérise alors par une vie libérée des contraintes institutionnelles auxquelles elles ont dû faire face durant leur scolarité. Si l’avenir idéal est décrit différemment suivant les positions sociales des jeunes, des traits communs apparaissent. Ainsi, le triptyque famille -logement-travail constitue un socle commun des critères de réussite, même si les contours (nombre d’enfants, type de logement, nature du travail) varient.


À lire aussi : Choix scolaires : une « orientation heureuse » est-elle possible ?


Boubacar (23 ans, résidant à Corbeil-Essonnes) place par exemple ce triptyque – « travailler […] prend(re) (s)on appartement […] fai(re) sa vie avec (s)a femme » – comme horizon pour sortir de sa condition actuelle, pour « se sortir de là ». Oumy (20 ans, résidant à Corbeil-Essonnes) a une vision plus précise de son idéal, qui repose néanmoins sur cette même base : « ouvrir ma propre entreprise dans un quartier ou un (autre) pays », être « quelqu’un qui se fait respecter […] qui a eu un lourd passé au niveau travail et qui s’en sort », « mariée avec trois enfants maximum ».

À l’instar des projets d’Oumy, monter son entreprise est souvent présenté comme un horizon libérateur, permettant de choisir le domaine dans lequel on travaille, la manière dont on organise son travail et le lieu où l’on travaille. Une telle projection dans l’entrepreneuriat permet de déconstruire une lecture fataliste, dans laquelle la trajectoire serait tracée d’avance par des mécanismes de domination socio-économiques, et d’ouvrir des possibles.


À lire aussi : Avoir 20 ans en 2020 : quand le Covid-19 révèle les inégalités entre les jeunes


Dans tous les cas, l’enjeu n’est pas alors d’abord de correspondre aux critères dominants de la réussite sociale, mais d’être bien, de ne pas avoir à renier ses convictions, d’avoir choisi sa situation, même si elle ne correspond pas à une trajectoire d’ascension sociale ou n’est que faiblement désirable socialement.

Les récits des jeunes de quartiers populaires enquêtés montrent ainsi combien la négociation avec les normes sociales de « réussite » professionnelle ou familiale se construit au singulier et au quotidien. Cette négociation interroge les formes de requalifications (matérielles et symboliques) dans les quartiers populaires, parfois paradoxales dans leur relatif ajustement aux discours dominants sur la réussite individuelle.


Ce texte a été rédigé par Jeanne Demoulin et Leïla Frouillou avec le Collectif Pop-Part.

The Conversation

Leila Frouillou est membre de Sud Education 92.

Jeanne Demoulin ne travaille pas, ne conseille pas, ne possède pas de parts, ne reçoit pas de fonds d'une organisation qui pourrait tirer profit de cet article, et n'a déclaré aucune autre affiliation que son organisme de recherche.

29.11.2022 à 19:58

Comment la société de la consommation génère de nouvelles pratiques solidaires

Gregorio Fuschillo, Professeur Associé de marketing, Kedge Business School

Simona D’Antone, Professeure associée de marketing , Kedge Business School

L’aide aux démunis passe de plus en plus par la fourniture de produits de consommation courante. Son succès, en outre, repose sur la capacité d’un acteur à en entrainer d’autres.
Texte intégral (1711 mots)

La façon dont s’exprime la solidarité prend aujourd’hui des tournures inédites. Wikimedia commons, CC BY-SA

La solidarité semble être devenue un phénomène à la mode. Une recherche rapide sur le web révèle toute une série d’initiatives qui s’en inspirent. Par exemple, plusieurs villes de France sont engagées dans l’organisation de la prochaine édition de la Nuit de la solidarité, une opération pour dénombrer et analyser la situation des sans-abris ; ou dans la Course des lumières pour soutenir la recherche contre le cancer ; ou encore la mobilisation nationale pour l’accueil des Ukrainiens qui fuient la guerre.

Si la solidarité n’est pas un phénomène nouveau, la façon dont elle s’exprime et le rôle que la consommation joue dans son déploiement prennent en revanche des tournures inédites.

« Caffè sospeso » à la française

Par exemple, les Restos du cœur permettent à la société française dans son ensemble, depuis leur lancement en 1985, d’exprimer le sentiment de solidarité envers ceux dans le besoin à travers l’aide alimentaire. Dans la même lignée, un autre phénomène, moins institutionnalisé mais pourtant non moins diffusé, semble s’installer dans l’Hexagone depuis quelque temps : celui de la baguette et de la pizza « suspendue ».

Ce phénomène s’inspire de celui du « caffè sospeso », ou « café suspendu », une pratique solidaire importée d’Italie : dans un bar, on paye deux cafés, un pour soi, l’autre pour une personne dans le besoin. En France, cette pratique trouve aujourd’hui sa déclinaison dans d’autres biens de consommation liés à la culture française comme la pizza et la baguette.

Comment expliquer la diffusion grandissante de ces nouvelles pratiques solidaires ? Et, de façon plus générale, comment la solidarité a-t-elle changé dans nos sociétés contemporaines dites de consommation ?

Deux types de solidarité

Pour Émile Durkheim, père de la sociologie (avec Max Weber) et pionnier de la recherche sur la solidarité, les sociétés humaines, tout au long de leur histoire, ont développé deux formes de solidarité : la solidarité mécanique et la solidarité organique.

La solidarité mécanique est propre à toutes les sociétés préindustrielles. Elle repose sur un principe de ressemblance et aide les individus à s’intégrer dans le même groupe, à développer une cohésion sociale et à différencier leur groupe de celui des autres (le Tiers État, le clergé, etc.).

Dans la recherche en marketing et sur la consommation, la solidarité mécanique est souvent associée à tout collectif qui s’apparente aux communautés de marque, aux sous-cultures de consommation ou aux tribus de consommateurs.

Au contraire, la solidarité organique, typique de nos sociétés modernes, fait référence à la différenciation en termes de rôle et de statuts des individus. Cette forme de solidarité aide les différentes parties de ces sociétés complexes – organes, groupes ou fonctions – à se coordonner les unes avec les autres. Selon Durkheim, dans les sociétés modernes, les différentes parties (« organes », tels que les individus, les entités économiques, l’État, etc.) partagent des relations étroites car elles remplissent des fonctions différentes et ne sont pas facilement séparables.

Solidarité organique et solidarité mécanique (Les SES en vidéo, 2019).

Étonnement, les études en marketing et consommation se sont peu penchées sur le rôle que la consommation joue aujourd’hui dans le déploiement de la solidarité organique. Ceci, malgré l’essor des réseaux sociaux et des plates-formes digitales qui soutiennent plus que jamais la toile de relations que tissent ensemble des entités différentes.

Une solidarité « entraînée »

C’est sur ce point précis que notre récente étude a permis d’éclairer comment la consommation influence les manifestations de solidarité qui émergent à plusieurs niveaux et à différentes échelles dans la société actuelle.

Nous avons utilisé comme cadre d’analyse la pratique du suspendu (telle que décrite ci-dessus) dans le contexte italien où, pendant la période de distanciation sociale du Covid-19, elle a évolué donnant naissance au projet Spesasospesa.org. Cette initiative regroupe un vaste réseau d’entreprises, d’organisations non gouvernementales (ONG), de célébrités, d’institutions, de professionnels, de consommateurs et d’autres acteurs. Leur objectif : soutenir les familles dans le besoin en optimisant le flux de biens et de services entre producteurs et distributeurs et en rendant ces biens accessibles à moindre coût, ou même gratuitement.

Notre étude apporte deux résultats majeurs. Tout d’abord, la solidarité n’est pas un trait naturel de tous les groupes sociaux, mais plutôt une force qui permet la formation de ces mêmes groupes. En effet, la recherche en marketing et consommation a décrit la solidarité comme une caractéristique intrinsèque à tous les groupes sociaux.

Cependant, notre étude montre comment la solidarité agit plutôt comme une force capable de tisser des liens entre individus, objets et institutions précédemment déconnectés les uns des autres. Ainsi, notre recherche pointe une zone grise dans la formation de la socialité, un espace social qui se trouve entre ce que l’anthropologue britannique Victor Turner appelait « l’anti-structure » (l’ensemble des individualités déconnectées) et la structure (groupes sociaux bien formés et organisés).

C’est dans cet espace, dit « proto-structure », qu’une forme de solidarité toute particulière qu’on définit comme « entrainée » agit pour littéralement coller ensemble des entités dispersées dans un réseau de relations sociales structurées.

Ensuite, contrairement aux solidarités mécanique et organique, la solidarité entrainée émerge grâce à l’action d’un (ou plusieurs) attracteur, c’est-à-dire, un acteur (tels que des entrepreneurs, des célébrités médiatiques, etc.) capable d’entrainer un réseau de plus en plus large d’acteurs et d’entités autour d’un projet commun.

[Près de 80 000 lecteurs font confiance à la newsletter de The Conversation pour mieux comprendre les grands enjeux du monde. Abonnez-vous aujourd’hui]

Deuxième enseignement de notre étude : la consommation joue un rôle majeur dans l’émergence de cette forme particulière de solidarité. Comme la pratique du « suspendu » le montre bien, c’est la circulation de biens de consommation tels que la pizza, la baguette ou autres produits de consommation courante qui constitue et nourrit les relations entre individus. Ainsi, la solidarité entrainée permet de mieux comprendre comment, dans les sociétés postindustrielles, à mesure que l’autonomie des individus grandit, le besoin de solidarité et d’entraide grandit également.

Une opposition à l’individualisme

De manière plus générale, les études antérieures en marketing et consommation ont déjà mis l’accent sur la relation entre consommation et solidarité. Par exemple, le sentiment de solidarité a favorisé l’émergence des sous-cultures de consommation (des fans de Napster à ceux de Harley-Davidson) en opposition à l’individualisme promu par les sociétés capitalistes.

De même, l’esprit solidaire des citoyens grecs les plus engagés a permis aux mouvements anti-consommation et anticapitalistes de survivre malgré les durs effets de la crise économique qui a frappé le pays par le passé. Toutefois, notre étude montre comme la solidarité entrainée favorise l’émergence de nouveaux réseaux sociaux d’entraide surtout dans des moments de fortes crises économiques et sociales, et à l’aide d’un ou plusieurs attracteurs qui la déclenchent.

De ce fait, il est important pour les acteurs institutionnels ainsi que pour les organisations engagées de savoir détecter les attracteurs qui seront à l’origine de la solidarité entrainée, car ils sont la clé pour comprendre, favoriser et améliorer toutes les initiatives solidaires plus à même de résonner avec le contexte culturel de la société concernée.

The Conversation

Les auteurs ne travaillent pas, ne conseillent pas, ne possèdent pas de parts, ne reçoivent pas de fonds d'une organisation qui pourrait tirer profit de cet article, et n'ont déclaré aucune autre affiliation que leur organisme de recherche.

29.11.2022 à 19:58

Aider le foie à se régénérer : une piste prometteuse pour des patients condamnés

Satdarshan (Paul) Singh Monga, Professor of Pathology and Medicine, University of Pittsburgh Health Sciences

Trop de patients meurent, chaque année, faute d’avoir pu bénéficier d’une greffe du foie. Mais… et si l’on pouvait améliorer les capacités de régénération de cet organe ? Une approche pleine d’avenir.
Texte intégral (2263 mots)

Le foie est bien connu pour sa capacité à se régénérer, inégalée parmi les organes du corps humain. Il peut en effet se reconstituer complètement même après ablation chirurgicale des deux tiers de sa masse. Mais les dommages causés par certains médicaments, l’abus d’alcool ou l’obésité peuvent finir par provoquer sa défaillance…

Actuellement, le seul traitement efficace de l’insuffisance hépatique au stade terminal est la transplantation.

Malheureusement, comme pour beaucoup d’autres organes, il y a une pénurie de greffons disponibles. Selon leur compatibilité, les malades doivent attendre de 30 jours à plus de cinq ans avant de recevoir un foie aux États-Unis. Sur les plus de 11 600 patients inscrits sur liste d’attente pour recevoir une greffe de foie en 2021, un peu plus de 9 200 seulement en ont bénéficié. (En France, en 2020, 1 128 greffes de foie ont été réalisées. Chaque année, près de 10 % des malades en liste d’attente vont « soit décéder en liste d’attente, soit sortir de la liste en raison de leur état de santé trop dégradé avant de décéder. Il y a actuellement plus de deux candidats en attente d’une greffe de foie pour un greffon disponible », ndlr)

Mais que se passerait-il si, au lieu d’une transplantation de foie, il existait un traitement capable d’aider le foie à développer encore ses capacités de régénération ?

Je suis le directeur fondateur du Centre de recherche sur le foie de Pittsburgh et je dirige un laboratoire étudiant la régénération du foie et le cancer. Dans nos travaux récemment publiés, mon équipe et moi avons découvert que l’activation d’une catégorie de protéines particulière à l’aide d’un nouveau médicament peut contribuer à accélérer la régénération et la réparation du foie après une grave lésion ou après une ablation chirurgicale partielle chez la souris.

Le foie est un organe irremplaçable, qui cumule de nombreuses fonctions.

Acteurs clefs dans la régénération

Le foie remplit plus de 500 fonctions fondamentales dans notre organisme. Il intervient notamment dans le tri des nutriments reçus de l’intestin, qu’il transforme, traite, etc. pour générer énergie, hormones et autres molécules qui seront nécessaires dans tout le corps. Il produit ainsi des protéines qui transportent les graisses, gère la conversion de l’excès de glucose en glycogène pour le stocker, le cholestérol, l’élimination de toxines comme l’ammoniac, le métabolisme des certains médicaments, etc.

Les cellules hépatiques, ou hépatocytes, assument ces nombreuses tâches grâce à une stratégie géographique dite de « zonation ». Chaque unité fonctionnelle du foie est orientée par le flux sanguin traversant l’organe, ce qui permet de le diviser en trois zones fonctionnellement distinctes. Les cellules acquièrent une différentiation particulière selon leur localisation et elles vont activer des fonctions spécialisées distinctes dans chaque zone en activant des gènes spécifiques. Cependant, malgré des pistes pour expliquer cette « zonation métabolique », on ne sait pas encore exactement ce qui contrôle l’expression de ces gènes.

Au cours des deux dernières décennies, mon équipe et d’autres laboratoires ont identifié un groupe de 19 protéines appelées Wnts qui jouent un rôle important dans le contrôle des fonctions et de la régénération du foie. Nous savons désormais que les protéines Wnt contribuent à activer le processus de réparation des cellules hépatiques endommagées… mais celles qui contrôlent réellement la zonation et la régénération, ainsi que leur emplacement exact dans le foie, restent un mystère.

Progression en quatre étapes d’une atteinte hépatique.

Pour identifier ces protéines et leur origine, mon équipe et moi-même avons utilisé une nouvelle technologie appelée cartographie moléculaire pour déterminer où sont activés cent gènes connus pour leurs implications dans les fonctions hépatiques, et l’intensité de cette activité.

De façon inattendue, nous avons constaté que seuls deux des 19 gènes Wnt, Wnt2 et Wnt9b, étaient fonctionnellement présents dans le foie. Nous avons également trouvé que tous deux étaient actifs dans les cellules endothéliales qui tapissent les vaisseaux sanguins de la zone 3 du foie – une zone qui joue un rôle dans nombre de fonctions métaboliques.

À notre grande surprise, l’élimination de ces deux gènes Wnt a abouti à ce que toutes les cellules hépatiques n’expriment que des gènes généralement limités à la zone 1, limitant ainsi considérablement le fonctionnement global de l’organe. Cette découverte suggère deux choses : que les cellules hépatiques subissent une influence continue sur l’activation de leurs gènes, qui peut donc être modifiée ; et que Wnt est le régulateur principal de ce processus.

L’élimination des deux gènes Wnt des cellules endothéliales a également complètement stoppé la division des cellules du foie, et donc sa capacité de régénération après une ablation chirurgicale partielle.

Premiers tests d’efficacité

Étant donné qu’ils contribuent à la fois à la zonation et la régénération, ces gènes constituent une voie prometteuse pour le développement de médicaments en médecine régénérative. Nous avons alors décidé de tester si une nouvelle molécule, un anticorps appelé FL6.13 (créé par ingénierie protéique selon la technique du rational design) pourrait aider à restaurer ces deux fonctions primordiales.

Cette molécule s’est avérée capable de se fixer sur des récepteurs spécifiques aux protéines Wnt. Elle pourrait donc en effet partager des fonctions similaires avec elles, notamment l’activation de la faculté de régénération de l’organe.

Pendant deux jours, nous avons administré cet anticorps à des souris génétiquement modifiées pour que les cellules endothéliales de leur foie n’expriment ni Wnt2 ni Wnt9b. Nous avons établi que cette molécule était capable de rétablir presque complètement les fonctions de division et de réparation des cellules hépatiques.

Illustration d’un foie pathologiquement gras
Si elle n’est pas traitée, la stéatose hépatique peut entraîner de graves lésions. Kathryn Kon/Science Photo Library via Getty Images

Pour aller plus loin, nous avons voulu tester l’efficacité de ce médicament potentiel pour réparer le foie après une surdose de paracétamol. Le paracétamol, ou acétaminophène dans la nomenclature internationale, est le médicament en vente libre le plus couramment utilisé pour traiter la fièvre et la douleur. Cependant, pris en quantité trop importante, il peut causer de graves dommages au foie.

Sans soins médicaux immédiats, cette surdose peut entraîner une insuffisance hépatique et la mort. L’empoisonnement au paracétamol est ainsi l’une des causes les plus fréquentes de lésions hépatiques graves nécessitant une transplantation du foie aux États-Unis notamment. Malgré cela, il n’existe actuellement qu’un seul médicament pour le traiter et il n’est capable de prévenir les lésions hépatiques que s’il est pris très rapidement après le surdosage.

[Près de 80 000 lecteurs font confiance à la newsletter de The Conversation pour mieux comprendre les grands enjeux du monde. Abonnez-vous aujourd’hui]

Nous avons testé notre anticorps sur des souris présentant des lésions hépatiques dues à des quantités toxiques de paracétamol. De façon encourageante, nos analyses ont montré qu’une seule dose permettait de diminuer les biomarqueurs sanguins de lésions – des protéines que le foie libère lorsqu’il est lésé – et de réduire la mort des tissus hépatiques. Ces résultats indiquent que tant la réparation des cellules hépatiques que la régénération des tissus ont lieu.

Réduire le besoin en transplantation

Une façon de remédier à la pénurie de greffes de foie serait d’améliorer les traitements des maladies du foie. Si les médicaments actuels peuvent traiter l’hépatite C, une infection virale qui provoque une inflammation du foie parfois bénigne mais potentiellement responsable de cirrhoses et cancers, d’autres atteintes de cet organe majeur n’ont pas connu les mêmes progrès.

Il existe ainsi très peu de traitements efficaces pour des maladies comme la stéatose hépatique non alcoolique ou la maladie alcoolique du foie, ce qui fait que l’état de nombreux patients s’aggrave irrémédiablement. Ces derniers finissent alors par avoir besoin d’une greffe. Une opération, on l’a vu, qui manque cruellement de greffon disponible.

Mon équipe et moi-même pensons qu’en améliorant encore la capacité du foie à se réparer lui-même, on pourrait éviter le recours à la transplantation dans certains cas. Notre étude est un premier pas préliminaire qui montre que des possibilités existent. Des recherches complémentaires plus approfondies sur les capacités de notre anticorps FL6.13 comme l’élaboration de nouvelles molécules capables de favoriser la régénération du foie ouvrent quoiqu’il en soit déjà des pistes inédites contre le fléau des atteintes hépatiques graves.

The Conversation

Satdarshan (Paul) Singh Monga a reçu des financements du NIDDK et du NCI des National Institutes of Health. Satdarshan Monga est consultant pour Surrozen et AntlerA.

6 / 50

Médias

GÉNÉRALISTES
Basta L'Autre Quotidien Alternatives-Economiques Blast La Croix Le Figaro Le Monde France 24 FTVI HuffingtonPost L'Humanité LCP La Tribune Mediapart Le Media

INTERNATIONAL
Orient XXI CADTM Courrier d'Europe Centrale Courrier International Eurojournalist Equaltimes Info Asie Inkyfada Jeune Afrique Rojava I.C NYT Toute l'Europe

OSINT / INVESTIGATION
OpenFacto° Bellingcat Disclose

MÉDIAS D'OPINION
L'Autre France-Presse Acta AOC CrimethInc. Issues Les Jours Journal Minimal Le Monde Moderne LVSL Marianne Quartier Général Rapports de force Reflets
Rézo StreetPress

OBSERVATOIRES
I.R.I.S Internet actu Armements Acrimed Catastrophes naturelles Conspis Culture Extrême-droite Inégalités Information Médias Multinationales Sondages L'Obs « 2049 » Routes de la Soie Vrai ou Fake ?

Revues

 GÉNÉRALISTES
Ballast Charlie-Hebdo Fakir La Voie du Jaguar Lava La revue des médias Le Diplo Lundi Matin Multitudes Smolny Socialter
The Conversation Usbek & Rica UPMagazine Le Zéphyr

 CULTURE / IDÉES
Terrestres Contretemps A Contretemps Alter-éditions CQFD Le Comptoir Frustration L'Intimiste Jef Klak Lignes de Crêtes NonFiction Période Philo Mag Vie des Idées

 INTERNATIONAL
Alencontre Alterinfos CETRI ESSF Inprecor Guitinews Kedistan Quatrième Internationale Viewpoint Magazine

 PODCASTS 
Arrêt sur Images LSD Thinkerview

 WTF ?  [ clairement pas des sites de confiance ]
Brut Korii Positivr Slate Ulyces

Page de démarrage