Médias
 GÉNÉRALISTES
Basta  ·  Blast ·  Capital ·  France 24 ·  FTVI ·  L'Humanité ·  La Croix ·  LCP ·  Le Monde ·  La Tribune·  Le Figaro ·  The Conversation ·  Mediapart ·  L'Autre Quotidien ·  Le Media
 MÉDIAS D'OPINION
AOC ·  Acta ·  Acrimed ·  L'Autre France-Presse ·  Issues ·  Les Jours ·  Le Monde Moderne ·  Médias Libres  · Marianne ·  QG ·  Rapports de force ·  Reflets ·  Rézo ·  StreetPress ·  LVSL
 OBSERVATOIRES 
Conspis ·  Inégalités ·  Information ·  Internet ·  Médias ·  Multinationales ·  Culture ·  Présidentielle 2022 ·  Routes de la Soie · Fact-checking:  AFP ·  VRAI ou FAKE ?
+
The Conversation – Articles (FR) - L’expertise universitaire, l’exigence journalistique. Contenu sous license CC BY-ND 4.0

Accès libre

UNE • Politique • International • Environnement • Technologies • Culture


03.08.2021 à 21:41

Online abortions boomed during the pandemic, and not just because of coronavirus

Hazal Atay, Ph.D candidate, INSPIRE Marie Skłodowska-Curie Fellow, Sciences Po
The pandemic has demonstrated the need for self-managed medical abortions carried out at home.
Texte intégral 1363 mots

The coronavirus pandemic changed the way people all over the world accessed abortions. As lockdowns and other restrictions made it difficult to seek in-person terminations of unwanted pregnancies, some countries made at-home abortions more accessible.

In France, the government temporarily changed the law in April 2020 to allow at-home abortion until seven weeks of pregnancy (or nine weeks since the last period). Teleconsultation abortions – where abortion medication is taken at home in consultation with a medical professional by phone or video call – are currently allowed until September 2021.

Similar policies were adopted in England, Scotland Wales and Ireland, as well as some US states.

In a recent study, my colleagues and I investigated the increased demand for telemedicine abortion in France during lockdowns. Our findings show that people sought out this form of abortion for reasons that go beyond the conditions created by the pandemic.

Secrecy, privacy and comfort

Within the scope of our study, we examined online consultations received from France by Women on Web, a Canadian telemedicine abortion NGO that operates worldwide. The online consultation is a survey of 25 questions on individual’s demographic and medical background, and also includes research questions on perceived barriers of access to local safe abortion care and motivations for choosing telemedicine for abortion.

At-home abortion was also made available in France via the health system, but national cohort data was not available for our study. Within the framework of this research, we worked on deidentified data obtained from Women on Webin 2020.

Analysing a total number of 809 Women on Web consultations, we found that the most common reasons people in France sought abortions via telemedecine were secrecy (46%), privacy (38%) and comfort (35%), followed by the coronavirus pandemic (31%). Individuals reported not being able to access local abortion services during the pandemic, because of travel restrictions and lockdowns, lack of availability and delays at health care institutions, and fear of virus contamination.

Only 31% of survey respondents indicated that their motivations for seeking telemedicine abortion were related to the pandemic. When we compared these consultations to those not related to coronavirus, we found similar motivations: privacy, secrecy and comfort were the key drivers of telemedicine abortion both for those who mentioned coronavirus among their reasons for seeking telemedicine for abortion, and who did not.

We also found that, compared to women over 36, women aged 18–25 years are twice as likely to find at-home abortion via telemedicine empowering and three times more likely to prefer having someone with them during the procedure. This age groups was also twice as likely to feel stigma about getting an abortion and encounter financial difficulties while accessing abortion care in France.

We found that women continue to encounter macro-level, individual-level and provider-level constraints while trying to access abortion in France. Macro-level constraints include sociopolitical conditions, legal restrictions and term limits, individual-level constraints are personal circumstances and preferences and, provider-level constraints are issues raised around service provision and access to available care.

In this context, women reported financial struggles, an abusive or controlling partner or family, past traumatic experiences, scheduling delays, judgemental service providers, and lack of available medical care as reasons for seeking out abortion online.

The need for self-managed abortions

While telemedicine abortion has been discussed most frequently in the context of the pandemic, it is not a new phenomenon. And there is a large amount of available evidence attesting to its safety, effectiveness and acceptability.

The World Health Organization suggests that individuals can self-manage their abortions, without the direct supervision of a medical practitioner, up to 12 weeks of pregnancy. The organisation also states that self-managed abortions can be appealing for several practical reasons, including comfort of home, ease of scheduling, reduced transport needs, and providing people ability to manage stigma.

In the UK, it has been argued that telemedicine can help extend abortion access in rural areas and is likely to benefit those who are most vulnerable, living in poverty and dealing with higher rates of stigma and judgement.

Despite the recommendations of the WHO and an increasing scientific evidence base, countries have been reluctant to allow at-home use of abortion pills until the pandemic. In fact, prior to the coronavirus outbreak, abortion pills were highly regulated, or as some would claim overregulated.

A packed of the abortion medication mifepristone
The abortion medication mifepristone has been heavily restricted in many countries. Robin Marty, CC BY

In France, for example, before the pandemic, abortion pills were not available in pharmacies and women were required to go a health facility to take abortion medication in the presence of a medical doctor or a midwife. Medical abortions were only allowed until five weeks of pregnancy and telemedicine was not authorised.

In the United States, the Food and Drug Administration long required that the abortion medication Mifepristone be dispensed in person – a requirement which was only lifted temporarily during the pandemic.

A recent study from the UK has shown that telemedicine abortions during the pandemic led to reduced waiting times and allowed terminations at an earlier gestational age. Another study examining at-home abortion in Scotland has concluded that telemedicine has high efficacy and high acceptability among women.

Building on this literature within the French context, our study suggests there is a case for extending telemedicine abortion care beyond the pandemic. Embracing a hybrid model that offers both in-clinic and remote abortion methods can help meet women’s needs, expand access and improve the quality of care.

The Conversation

Hazal Atay est membre de Women on Web International Foundation.


03.08.2021 à 21:40

Nanomatériaux : pourquoi proposer de s’en passer ?

Aurelie Niaudet, Adjointe au sein de l'unité d'évaluation des risques liés aux agents physiques, Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses)
Plus de 400 000 tonnes de nanomatériaux sont produites et importées en France chaque année. Mais ces objets constituent aujourd’hui encore des défis scientifiques importants d’évaluation des risques.
Texte intégral 2212 mots
Il est désormais interdit en France et en Europe d’utiliser du dioxyde de titane nanométrique dans l’industrie alimentaire (comme blanchissants ou pour rendre les produits brillants notamment). Sharon McCutcheon, Unsplash, CC BY

Crèmes solaires avec des nanoparticules de dioxyde de titane, chaussettes antibactériennes à base de nanoargent : les produits commerciaux contenant des nanomatériaux sont aujourd’hui fréquents dans le secteur cosmétique, l’agroalimentaire, l’industrie chimique ou le transport. Les risques pour la santé humaine que représentent ces produits ne sont pas toujours connus et restent difficiles à évaluer.

Dès 2006, l’Anses a commencé à évaluer les risques que peuvent représenter les nanomatériaux pour la santé humaine et pour l’environnement. Dans son expertise de 2010 s’intéressant plus particulièrement à la santé du consommateur et de l’environnement, une des premières étapes visait à recenser les nanomatériaux disponibles sur le marché et à identifier les produits finis qui les contenaient.

L’exercice fut complexe car aucun recensement officiel ne contenait ces informations : c’est le croisement de plusieurs sources de données et l’interrogation directe des industriels et metteurs sur le marché qui a permis d’en lister une partie. À partir de cette liste, quatre types de produits ont été fléchés, notamment les crèmes solaires qui contiennent du dioxyde de titane nanométrique et les chaussettes dans lesquelles on introduit du nanoargent pour ses propriétés antibactériennes.

Il existe des chaussettes antibactériennes utilisant les propriétés de nanoparticules d’argent (effet inhibiteur de croissance ou létal pour les micoorganismes). Outre l’exposition humaine, le lavage tend à relâcher les particules dans l’environnement. Nick Page/Unsplash, CC BY

Ces produits ont fait l’objet d’études approfondies et les conclusions de l’Anses étaient claires : d’après les données qui étaient à sa disposition, les risques pour la santé humaine que présentaient ces produits ne pouvaient être écartés.

Dans quels produits sont utilisées les nanoparticules ?

Plusieurs initiatives ont depuis été mises en place pour améliorer les connaissances sur ces nanoparticules, les méthodes pour les mesurer, les différentes voies par lesquelles nous y sommes exposés et les dangers qu’elles représentent.

Parmi elles, la loi Grenelle 2 votée en 2012 est venue instaurer une déclaration obligatoire des nanomatériaux, pour leurs producteurs, importateurs et distributeurs en France. Ce dispositif de déclaration qui a le mérite d’exister est cependant incomplet car les produits finis et leurs marques ne sont malheureusement pas visés.

Le recueil annuel de données via ce dispositif a néanmoins permis de dresser un état de l’art de l’utilisation et de la présence de ces « objets » sur le territoire français. C’est grâce à ce dernier, le premier de ce type en Europe, que l’on sait par exemple que plus de 400 000 tonnes de nanomatériaux sont produites et importées en France chaque année, une quantité loin d’être négligeable. Les secteurs dans lesquels ils sont utilisés sont extrêmement variés : alimentaire, agriculture, cosmétique, bâtiment, transport, plastiques, caoutchouc, peintures ou industrie chimique plus largement.

Cependant, d’après notre évaluation récente la qualité des données déposées par les déclarants est mauvaise et le dispositif est encore trop souple, il doit impérativement être consolidé. En effet, si les données sur les noms des substances à l’état nanoparticulaire sont correctes, celles permettant de les caractériser, et donc utiles à l’évaluation des dangers qu’elles pourraient représenter pour la santé, ne sont globalement pas renseignées… ou souvent erronées.

Suite à cette évaluation, l’Anses a donc tiré la sonnette d’alarme à la fin de l’année 2020.

À ce jour, plus d’une décennie après la première évaluation de l’Anses sur les produits finis, la question des risques que ces nanomatériaux représentent pour la santé n’est pas résolue.

Quels sont leurs effets ?

Si on ne sait pas toujours comment nous sommes exposés aux nanomatériaux, certains travaux se sont attachés à évaluer les problèmes qu’ils posent pour la santé et l’environnement.

L’Anses a par exemple beaucoup travaillé sur le dioxyde de titane utilisé en tant qu’additif alimentaire en examinant les données de différentes études montrant, chez l’animal, sa capacité à entraîner des lésions colorectales précancéreuses. Par la suite, la France a interdit l’utilisation de denrées contenant l’additif E 171 (dioxyde de titane nanométrique). Et ce n’est que très récemment, en 2021, que l’Agence Européenne des Aliments a finalement considéré qu’au regard de tous les éléments fournis, le E 171 ne pouvait plus être considéré comme sûr en tant qu’additif alimentaire.

Depuis de nombreuses années, les fabricants mettent des particules minérales de tailles nanométriques d’oxyde de titane et/ou d’oxyde de zinc dans les crèmes solaires, afin d’en augmenter l’indice de protection. Elles atténuent les rayonnements UV par une combinaison d’absorption et de diffusion de la lumière. Jeffrey, Flickr, CC BY-ND

Les études poussées sont menées sur les nanomatériaux pour lesquels il existe des alertes de danger émanant de la littérature scientifique, mais les autres ?

Une des grandes difficultés réside dans le fait qu’il est impossible d’élargir des conclusions obtenues pour un nanomatériau à l’ensemble des nanomatériaux de la même nature chimique. En effet, dès lors qu’un paramètre varie (la taille par exemple, ou encore la façon dont les nanomatériaux sont enrobés ou recouverts), même faiblement, les nanomatériaux deviennent des objets différents dont les dangers peuvent aussi différer. Il apparaît inconcevable d’attendre que des conclusions soient émises pour l’ensemble des nanomatériaux et toutes leurs formes. C’est pour cette raison que des approches alternatives ont vu le jour, et font toujours l’objet de développement, comme le groupement des nanomatériaux en fonction de leurs propriétés physico-chimiques ou de la façon dont ils interagissent avec le corps humain.

Quelle est l’utilité des nanomatériaux ?

Mais en attendant les recherches et les approches alternatives, et dans ce contexte de fortes incertitudes, la question de l’utilité des nanomatériaux se pose clairement.

Dès ses conclusions de 2010, en raison des incertitudes qui persistent sur les risques que ces objets peuvent représenter lorsqu’ils sont insérés dans des produits de la vie courante, l’Anses recommandait de limiter l’exposition des personnes aux nanomatériaux.

Comment faire pour que l’exposition des consommateurs, mais aussi des travailleurs, diminue réellement ? Un étiquetage sur tous les produits visant à indiquer la présence de nanomatériaux n’apparaît pas satisfaisant. En effet, il n’empêche pas l’exposition des travailleurs et ne ferait que reporter sur le consommateur le choix de s’exposer, ou non, à une substance dont le danger n’est pas pleinement connu. Ceci ne permet pas non plus de prévenir la dispersion des nanomatériaux dans l’environnement lors de l’utilisation du produit les contenant ou au moment de sa fin de vie (recyclage).

Concrètement, l’Anses recommande l’utilisation de produits dépourvus de nanomatériaux et rappelle qu’il faut favoriser les produits sûrs, sans nanomatériaux et qui sont équivalents en termes de fonction et d’efficacité.

Parce que la sécurité des produits disponibles sur le marché est de la responsabilité de leur producteur d’après le Code de la consommation, il faudrait exiger de ces derniers des produits dépourvus de nanomatériaux dès lors que leur innocuité n’a pu être démontrée. Dans cette lignée, des travaux voient peu à peu le jour sur la notion d’utilité collective et la Commission européenne s’y penche également : il s’agit de s’assurer que lorsque les nanomatériaux sont utilisés, les bénéfices sont sans aucun doute bien plus grands que les risques qu’ils peuvent faire peser sur les personnes et l’environnement.

The Conversation

Aurelie Niaudet ne travaille pas, ne conseille pas, ne possède pas de parts, ne reçoit pas de fonds d'une organisation qui pourrait tirer profit de cet article, et n'a déclaré aucune autre affiliation que son organisme de recherche.


03.08.2021 à 21:40

Les clefs pour comprendre ces graphes qui ont fleuri lors l’épidémie de Covid-19

Émilien Schultz, Chercheur en sociologie des sciences et de la santé, Institut de recherche pour le développement (IRD)
L’épidémie de Covid a généré un nombre inédit de cartes, graphes, etc. Mais ces visualisations ne sont pas toujours neutres : quel est leur impact ? Et comment distinguer les bonnes des mauvaises ?
Texte intégral 2287 mots
Sur internet et dans les médias, le nombre de visualisations dédiées à la Covid a explosé. D'après Google Images/DR

Plus qu’aucun événement auparavant, l’épidémie de Covid-19 a été celui des courbes, graphiques, cartes et autres formes de visualisations – « dataviz » pour les habitués. Une singularité qui a contribué à forger notre perception de la situation. Ainsi, dès ses premiers pas au ministère de la Santé, Olivier Véran dessinait en direct un graphique pour justifier la stratégie du gouvernement « d’aplatir la courbe ».

Produites par une diversité d’acteurs allant des institutions publiques et scientifiques aux amateurs, leur circulation dans les médias et sur les réseaux sociaux a attiré l’attention des chercheurs. Pourquoi une telle profusion ? Quelle place occupent ces représentations de l’épidémie et quelles sont leurs conséquences sur notre manière d’envisager les enjeux de santé ?

Les visualisations sont utiles pour donner du sens

L’épidémie de Covid-19 s’est concrétisée dans une diversité de situations, de vécus et d’images entraînant une multiplication des chiffres permettant de les retranscrire. Certains indicateurs sont vite devenus centraux pour construire une idée générale du phénomène : nombre de cas détectés, taux de positivité des tests, nombre d’hospitalisation, nombre de décès, taux de vaccination, etc. Ils ont alors été transformés en infographies de toutes sortes, afin de faciliter leur communication, leur analyse et aider à raconter le déroulé des événements.

Ces visualisations ont été relayées par Internet, la presse et les plateaux télévisés à une échelle sans précédent. Au point que, comme le remarquait un article du Monde, « imaginaires ou tragiquement sérieuses, les cartes constituent la toile de fond de notre quotidien sous Covid-19 ».

Un mouvement qui est aussi associé à la multiplication des dashboards (« tableaux de bord ») chez les agences de santé nationales, telle Santé Publique France, ou par des particuliers tel Covid tracker : autant d’outils qui résument, via une sélection de graphiques, la situation à l’échelle de pays.

Dans des situations très complexes comme les modélisations de l’épidémie, ces représentations graphiques jouent un rôle central dans l’analyse. Elles font désormais partie intégrante de la manière dont on se la représente, jusque dans les métaphores employées – quand, par exemple, comme Olivier Véran nous parlons « d’aplatir la courbe ».

… Mais elles ne sont pas sans conséquence

Cartes et courbes ne sont toutefois pas neutres : elles témoignent des choix faits pour les établir, et dessinent des configurations de pouvoirs. Comme le remarquent les coordinateurs d’un ouvrage récent sur la visualisation des données dans la société :

« La visualisation de données est une technologie, ou un ensemble de technologies, qui, comme dispositifs tels que l’horloge, le compas, le boulier ou la carte, transforme la manière dont nous voyons le monde et dont nous nous référons à la réalité. » (Traduction de l’auteur)

Du fait de leurs atouts, elles sont omniprésentes. Les visualisations sont en effet associées à la rigueur de la démarche scientifique et à la solidité des données. Les chercheurs, même les plus discutés, les mettent ainsi en avant. Et s’il reste à mieux saisir leur influence dans l’espace public, des études autour de la littératie graphique en santé (utilisation de représentations graphiques pour visualiser les données, ou graphicacy en anglais) montrent également leur intérêt pour la prise de décision. Elles sont alors une solution pour rendre perceptibles des phénomènes complexes, difficile à partager autrement, comme les incertitudes sur les risques.

Cependant, en raison de leur légitimité et de cet « effet d’objectivité », elles sont aussi régulièrement instrumentalisées. Dans la communication politique déjà. Avec certaines représentations pouvant manquer de fondement, ou des cartes utilisées pour créer une panique morale d’un risque d’explosion épidémique après le Carnaval de Marseille. Mais également dans la communication de groupes contestataires, qui critiquent les analyses des autorités de santé publique en mettant en circulation leurs propres « contre-visualisations » où les données établies servent à accréditer des thèses qui le sont moins.

Distinguer bonnes et mauvaises visualisations

Car même si les chiffres et données utilisées sont solides, leur mise en scène ne l’est pas forcément.

Voulant mieux comprendre la nature des visualisations réalisées autour de la Covid-19, des chercheurs en ont réalisé une analyse quantitative à l’aide d’algorithmes de classification. Ils ont pu en identifier huit catégories différentes : les courbes, les zones colorées, les barres, les diagrammes circulaires, les tableaux, les cartes et enfin les plus complexes dashboards et images.

Aucune n’est meilleure qu’une autre dans l’absolu, car il faut savoir s’adapter à son sujet et ses données. Si les critères d’une « bonne visualisation » ne sont pas arrêtés, on sait identifier les mauvaises. Julia Dumont, de la coopérative Datactivist spécialisée dans l’ouverture des données, a répertorié avec le hashtag #nifnaf (ni fait, ni à faire) quelques-unes de ces visualisations problématiques en signalant leurs biais et défauts.

Parmi les nombreux problèmes identifiés, il y a : l’absence de cohérence entre les données d’une même visualisation, l’absence d’information sur ce qui est représenté, des choix des couleurs douteux, des comparaisons qui ne font pas sens ou encore la production d’un effet visuel inadéquat. Par exemple le choix d’une échelle géographique risquant de gommer la diversité réelles de situations, par exemple à l’échelle d’une ville.

Une carte entièrement verte ne dit absolument rien, et les nombres ne représentant rien sont de toute manière trop petits pour être lus. Intervention d’Olivier Véran sur BFMTV/@blandinelc

Une même information, comme le nombre de morts, peut être représentée de diverses manières : avec des formes graphiques différentes (une courbe ou une succession de barres ?) ou à l’aide d’indicateurs différents (valeur absolue ou relative ?). Il convient d’identifier la plus pertinente, en suivant les quelques règles de bonnes pratiques en usage. Au-delà de la standardisation, la force des visualisations repose largement sur leur dimension créative, gage de leur capacité d’adaptation aux diverses situations.

Cette dimension créative est centrale dans l’excellente visualisation dynamique proposée par Baptiste Coulmont, professeur de sociologie à l’ENS Paris-Saclay, pour rendre compte d’un sujet très débattu sur l’année écoulée : la surmortalité liée à l’épidémie. La mortalité y évolue suivant les jours de la semaine, les semaines de l’année et les années, faisant ressortir les variations. Pour faire apparaître l’impact de l’épidémie, une représentation circulaire (ou polaire) des données rendues disponibles par l’Institut de statistiques français (Insee) est utilisée. Ce qui permet de rendre compte à la fois du caractère cyclique de certains phénomènes (à l’échelle de l’année) et de l’effet cumulé de la mortalité. D’autres excellentes visualisations existent, faisant preuve là encore de créativité pour résumer des informations complexes.

Replacer les visualisations dans leur contexte

Cependant, une visualisation n’est qu’une étape dans le long cycle des données reposant sur une infrastructure souvent invisible. La mobilisation des associations et des professionnels a permis de rendre accessible de nombreux jeux de données officiels sur l’épidémie, ouvrant ainsi la possibilité d’une diffusion sous forme graphique… mais aussi de leur vérification. Cet accès est important car il permet de faire varier les choix toujours subjectifs derrière les visualisations réalisées.

Un usage éclairé des visualisations nécessite à la fois d’être en mesure de les lire mais aussi de les resituer dans le paysage plus large de la production des données initiales, de leur analyse et de leur usage dans la prise de décision en santé publique. Elles doivent donc être recontextualisées, tant dans la perspective de ses auteurs, des données utilisées et de la manière dont elles ont été diffusées. Pour cela, il apparaît nécessaire d’œuvrer pour plus de médiation aux données afin de favoriser la connaissance de ces enjeux auprès des citoyen·ne·s et de participer à une meilleure appréhension de ces visualisations.

Un beau graphique n’implique pas le sérieux de l’analyse représentée, et les usages des visualisations sur la Covid-19 doivent être restitués dans le climat plus général de la confiance envers les institutions de santé publique.


Cet article a été réfléchi en collaboration avec l’association marseillaise de médiation aux données DONUT Infolab et sa coordinatrice, Elise Méouchy, qui militent en faveur de la transparence de l’information, de l’acculturation aux données par les citoyen·ne·s et du partage des savoirs.

The Conversation

Émilien Schultz ne travaille pas, ne conseille pas, ne possède pas de parts, ne reçoit pas de fonds d'une organisation qui pourrait tirer profit de cet article, et n'a déclaré aucune autre affiliation que son organisme de recherche.


03.08.2021 à 21:40

Le « vol du temps » : questions pour sortir indemne de la pandémie

Jacinthe Mazzocchetti, Professeure d'anthropologie, Université catholique de Louvain
Pierre-Joseph Laurent, Professeur en anthropologie, Université catholique de Louvain
L’anthropologie politique peut nous aider à utiliser les leçons tirées de la pandémie pour traiter les autres grandes urgences de notre temps.
Texte intégral 2205 mots

« Extinctions en cascade, maladies, sécheresses, montées des eaux… les effets du changement climatique s’accélèrent et deviendront de plus en plus évidents au cours de ces prochaines décennies, d’après le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) », rapporte un article de SciencePost, publié peu après la diffusion d’un projet de rapport de l’organisation particulièrement alarmant par l’AFP, en juin dernier.

La pandémie du Covid-19, au regard de ce qui nous attend, semble tout à la fois dérisoire et cataclysmique. Que n’avons-nous pas su saisir des drames précédents ? Quels enseignements pouvons-nous tirer de cette crise, de nos difficultés à y faire face, que ce soit sur les scènes nationales ou globalisées ? Il est aujourd’hui indispensable d’oser regarder en face ce qui nous sidère à tel point que nous préférons faire l’autruche pour éviter de nous heurter à une violente prise de conscience, alors que nous nous trouvons déjà au cœur de l’urgence.

Comme le dit Julie Hermesse dans un ouvrage collectif d’anthropologues sur la pandémie :

« Ce n’est qu’en considérant que le pire est définitivement certain qu’il est possible de trouver une solution ou une bifurcation. […] L’émergence de la Covid-19 et sa propagation ne constituent-elles pas un point de rupture historique qui nous permettrait d’éviter un fatum apocalyptique d’ordre tant socio-économique qu’écologique ? »

Si une seule leçon devait être tirée de cette année singulière, c’est bien celle de notre impréparation. Effrayante, mais peut-être salutaire, impréparation. Réveil indispensable face aux enjeux environnementaux et à la dégradation des conditions d’existence sur l’ensemble de la planète. Notre système économico-politique a montré ici non seulement ses failles, sa violence, ses limites, mais aussi son incapacité à gérer le monde en devenir et les catastrophes dont le présent et l’avenir sont et seront émaillés. Comme l’énonce le militant écosocialiste Daniel Tanuro dans son essai Trop tard pour être pessimistes ! :

« La pandémie est un événement historique parce qu’elle jette une lumière crue sur les inégalités et l’incapacité des membres de « l’élite » autoproclamée à assurer la protection de tous.tes »

Ce que l’anthropologie politique peut pour nous

Dans un ouvrage intitulé Dans l’œil de la pandémie. Face à face anthropologique, paru cette année, nous nous sommes attelés à ces interrogations depuis une position singulière, celle de la discipline anthropologique : nous nous y questionnons sur la manière dont l’anthropologie politique, articulant les dimensions locales et globales avec une attention particulière aux rapports sociaux peut nous aider à comprendre les bouleversements vécus, à penser autrement ce qui nous arrive, à saisir comment les populations font face dans leur diversité, et à penser l’avenir.

Notre réponse se décline en trois niveaux. L’importance d’ethnographier, tout d’abord, c’est-à-dire littéralement de garder trace de façon précise et systématique de cette période singulière. Décrire le quotidien « par le bas », observer depuis nos places d’anthropologues et de citoyens, directement touchés dans nos corps, nos vies professionnelles et privées, nos familles, raconter les oublié·e·s, leur donner la parole afin de saisir les troubles tout autant que les débrouilles et les résiliences.

Nous nous sommes en particulier intéressés à la transformation des relations sociales au travers des mises à distance que sont les masques et les écrans, à l’accroissement des inégalités préexistantes, ainsi qu’aux effets de sidération et de colère. Ceux-ci ont pour conséquences notables l’exacerbation des sentiments de défiance et le basculement vers le complotisme.


À lire aussi : Relations sociales : le numérique peut-il compenser le manque d’échanges directs ?


Mais l’anthropologie, c’est aussi comparer à partir d’études de cas fouillées, trianguler pour saisir la complexité et en ce cas précis, aller au-delà des chiffres pour comprendre le poids des contextes et des représentations sociales dans les arbitrages réalisés dans chaque pays entre santé et économie.

Enfin, les cadres de pensée de l’anthropologie politique nous permettent une approche plus globale, visant à réinscrire la pandémie et sa gestion dans une analyse sociétale critique. Chaque période de crise est porteuse de mutations, de changements. Tenter de les repérer, c’est se donner les moyens de ressentir les lignes de force du monde en devenir. L’ouvrage, en plus de proposer une photographie complexe de nos vécus, présente une réflexion sur les potentiels scénarios de sortie de crise, en prenant conscience qu’elle n’est probablement que le sommet de l’iceberg des catastrophes à venir en lien avec les changements climatiques, la montée des inégalités, le vieillissement. Le prix du statu quo (augmentation de la dette, des inégalités, de la défiance, des modes de gouvernement autoritaires…) donne crûment à voir la nécessité de transformation radicale de nos manières d’être.

La pandémie, révélatrice du « vol du temps » capitaliste

Le philosophe Pierre Zaoui, dans un article intitulé « Le capitalisme comme vol du temps », s’interroge sur trois types de temporalités suspendues par notre mode de production et de vie capitaliste : « l’utopie, l’immédiat et l’horizon de l’histoire ». Voici donc ce qui nous est volé et nous empêche, non pas de ruser et d’agir, mais de comprendre et d’imaginer. Vol du temps de l’utopie, vol de la possibilité de déconstruire le discours du TINA (There Is No Alternative) – slogan politique couramment attribué à Margaret Thatcher lorsqu’elle était Première ministre du Royaume-Uni. Car il est indispensable de rêver grand pour se projeter à nouveau dans un autre mode de vie que celui de la prédation. Nous avons besoin de petits et de grands récits qui nous portent et ouvrent nos imaginaires.

Si l’imaginaire dystopique fleurit, ainsi que les pensées de l’effondrement et les mouvements survivalistes, leurs points communs sont bien souvent l’impossibilité de sortir du gouffre dans lequel nous sommes pris et l’incapacité à inventer un lieu radicalement autre. Lieu qui ne serait ni celui des travers du monde contemporain poussés à leur paroxysme, ni des modalités de survie en situation de catastrophe annoncée. Si l’une des grandes forces des récits dystopiques est de nous confronter au pire, confrontation – comme énoncée en début d’article – indispensable, ils participent à rendre l’imaginaire, ici entendu en termes à la fois politiques et littéraires, prisonnier de la pensée unique. Ce qui se cauchemarde ou se rêve ne trouve plus d’autre lieu que celui dans lequel nous vivons.

Vol du temps de l’immédiateté, ensuite. L’enjeu, ici, serait de retrouver le sens de l’urgence, de reprendre conscience que tous les événements ne s’équivalent pas en termes de temporalité d’action, mais aussi d’impact sociétal, de sortir de la course effrénée qui nous empêche de penser et de poser des choix qui ne soient pas uniquement court-termistes.

À ce titre, la pandémie aura tout de même permis un certain retour de l’immédiateté. Confrontés à l’épidémie, agir vite est une obligation. Chose exceptionnelle, les conséquences de l’inaction portent sur l’horizon temporel des élus, sur leurs mandats et leurs responsabilités. En cela, la pandémie a remis en marche forcée les sociétés. Pourtant, la Covid-19 ne fait que replacer le problème dans une question de perspective : perspective immédiate pour la pandémie, de long terme pour les questions de justice sociale, d’environnement, de climat. La responsabilité alors peut être postposée, faute de conscience de l’immédiateté de ces urgences.

Vol du temps de l’histoire, enfin. Le nez dans le guidon, nous sommes pris dans la course infernale des échéances, des évaluations et des crises incessantes. Cet enchaînement ininterrompu nous coupe d’une analyse globale d’une part, socio historique, de l’autre, qui nous permettrait de penser l’avenir. Pourtant, un diagnostic, même rapide, même partiel, de l’état du monde ne peut nous mener qu’à la constatation d’autres catastrophes à venir et à la nécessité de cesser d’être attentistes.

Malgré les mises en garde du GIEC, notamment, qui révèlent au monde le dérèglement climatique et ses conséquences, dans ce domaine, l’inaction ou l’action ne semblent pas avoir d’impact notoire à l’échelle d’un mandat politique. Prises dans une logique anhistorique et court-termiste qui isole les problèmes, incapables de formuler des réponses qui ne soient pas locales face à ces questions globales, les sociétés contemporaines se retrouvent en incapacité d’anticiper, de penser et d’agir sur les dérèglements sociaux, économiques et environnementaux en cours, et sur leurs conséquences multiples.

Le virus, un salutaire coup de fouet ?

Dès lors, comment la pandémie, entre traumatisme et coup de semonce, peut-elle nous permettre d’inverser ces dynamiques de « vol du temps » ? D’une part, à travers une conscientisation de la nécessité de revaloriser les recherches scientifiques, y compris celles menées en sciences humaines et sociales, qui nous amènent à proposer des scénarios de sortie de crise complexes, mais réalistes, au sein desquels les populations ne sont pas oubliées dans leurs disparités en termes de vécus, mais surtout en termes sociologiques (différences de genre, de classe, d’âge, ethnoraciales…).

Un retour du sens de l’urgence dans les politiques publiques, déjà amorcé lors de la pandémie, est également crucial. Il suppose d’une part une revalorisation des métiers de service (santé, éducation, culture…), et d’autre part un refinancement des secteurs publics. La fulgurance de la pandémie a contraint les décideurs à agir. Ils ont été confrontés à l’impuissance de l’humanité et à des arbitrages majeurs entre l’économie et la protection de la population. La crise sanitaire a ainsi, potentiellement, jeté les bases d’une pensée politique qui articulerait justice sociale, sécurité, climat, vieillissement et migration.

The Conversation

Jacinthe Mazzocchetti ne travaille pas, ne conseille pas, ne possède pas de parts, ne reçoit pas de fonds d'une organisation qui pourrait tirer profit de cet article, et n'a déclaré aucune autre affiliation que son organisme de recherche.

Pierre-Joseph Laurent ne travaille pas, ne conseille pas, ne possède pas de parts, ne reçoit pas de fonds d'une organisation qui pourrait tirer profit de cet article, et n'a déclaré aucune autre affiliation que son organisme de recherche.


4 / 50

50